Menu

Comparer

Comparer la carte 52370 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

Imparfait, 3e personne du singulier de «venir, tenir», etc.

 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz
ʃɥɪɲˈ
-
2
Bionaz
sɔteɲˈɑɛ
-
3
Chalais
-
-
4
Chamoson
svəɲˈvə
vəɲˈœvœː, vəɲˈɛ
5
Conthey
ʃɛɲˈe
tenˈiːə
6
Évolène
ʃᶹɲˈe
-
7
Fully
ʃʏvœɲˈaɛ
-
8
Hérémence
ʃʏɲˈ
vɪɲˈe
9
Isérables
ʋɲˈɛ, sʊʋʏɲˈɛe
-
10
La Chapelle-d’Abondance
suvnˈavɛ, tənˈivɛ
vnˈivɛ
11
Lens
ʃɔʋeɲˈeɛ
-
12
Les Marécottes
vɪɲˈ
vʏɲˈe, tɪɲˈɛ
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
13
Liddes
sɔʋʏɲˈɛe
-
14
Lourtier
-
-
15
Miège
-
-
16
Montana
ʃɔvɛnˈivɛ, ʃɔhɛnˈivə
-
17
Nendaz
-
viɲˈɛe
18
Orsières
vəɲˈa
-
19
St-Jean
vʏɲˈɛvɛ, ʃɔhiɲˈɛvɛ, ʃɔvʏɲˈɛv
-
20
Savièse
veɲˈɪ, ʃɲˈe
-
21
Sixt
vnɪʋ,  vnˈɪvə, vənˈɪv, trətənˈɪvə, rəvnˈɪv, tnɪv
vɲa, ɲˈɑɛ
22
Torgnon
-
kveɲˈɪːvɛ
23
Troistorrents
suvəɲˈɑɛ
-
24
Val-d’Illiez
təɲˈaʋ
-
25
Vouvry
-
-

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

ə maʁˈɪnə ʃ ʃɥɪɲˈ ttˈẽ d mɑ fˈiːhɑ
Ma marraine se souvenait toujours de ma fête.

1.2 ArbazM:

-

2.1 BionazF:

lɔ fʀe də mɛː œː sɔteɲˈɑɛ lœː - œ ksˈɛʎə dɪ nˈe
Mon frère (litt. le frère de moi) euh soutenait le .. le conseil des noirs.

2.2 BionazM:

-

4.1 ChamosonF:

ma maʁˈæɛnɑ sə svəɲˈvə tətˈi də ma fˈitə
Ma marraine se souvenait toujours de ma fête.

4.2 ChamosonM:

b dɔ  t n adzətˈɑːv  z cjˈøvæ awˈi j kjə vəɲˈœvœː d l ˈɑtʁə biˈe dy ʀˈʊːnə li - vəɲˈɛ ð ˈɑːpʁo - v- i vʒjˈœvɛ ɪ z eɪcjˈøv pwɛ ɛ dzˈɛʁlœ
Ben dans le temps on achetait les balais chez un qui venait de l’autre côté du Rhône là .. il venait d’Aproz .. ven .. il vendait les balais puis les gerles.

5.1 ContheyF:

a marˈãnə ʃə ʃɛɲˈe tɔdzˈɔ də ma fˈitɐ
Ma (litt. la) marraine se souvenait toujours de ma fête.

5.2 ContheyM:

ʃʏ a pfˈaʃə dy vəˈɑːadzə j a na ftˈãŋna - œ pwˈæɪ dəvˈaŋ j n ˈaɛ mˈɪmɔ œ - mˈɪmam dˈaʊᵊ - mi ˈuna i tˈɑə utˈɑːə paskə - ɛ - tenˈiːə tɹwa də pfaʃ
Sur la place du village il y a une fontaine .. et puis avant il y en avait même euh .. même deux .. mais une est étée ôtée parce que .. euh .. elle prenait (litt. tenait) trop de place.

6.1 ÉvolèneF:

lʏ mɛ maʁˈɪnɐ ʃə ʃᶹɲˈe tˢɔzˈ dɛ la mɛɪ fˈesᵃ
La mienne marraine se souvenait toujours de la mienne fête.

6.2 ÉvolèneM:

-

7.1 FullyF:

a maʁˈenə ɑ mˈœɛː ʃə ʃʏvœɲˈaɛ tɔtˈi də dy dzɔ də ma fˈitæ
La marraine à moi se souvenait toujours de du jour de ma fête.

7.2 FullyM:

-

8.1 HérémenceF:

lə maʀˈɛːnə ʃ ʃʏɲˈ tɔlˈɔn də ma feːχ
Ma marraine se souvenait toujours de ma fête.

8.2 HérémenceM:

d ˈatrø kʊ pɔ ʃɛe kɔmˈœ faʒˈø lə tː œˈe nuz ardəʃˈẽ tɔlˈ la ð blns - k j ɛ la plɔmˈɑts ɛnˈɑ a s ʃ lø der k j e nœ- na pətˈɪta ɲˈɔːlœ na a s - ˈɪːrə sˈɛɲə kə fʊr aʁˈwɑ ðœ də plˈɔdzø pᶷtˈɛt lɔ ldəmˈ - ˈɔra depˈe- dɛpˈ ne kje lɑ vaʒˈœ l plɔmˈɑts - e fɑ- ˈɪrə - markˈɑɛ lɔ bjɔ t ʊ b lœ krwe t - ʃə partˈiɪ dədˈ ɪr lə krwe t ʃə vɪɲˈe fˈuːrə ɪr lʏ bjɔ t
Autrefois pour savoir comment faisait le temps euh nous regardions toujours la Dent Blanche .. quand {il est = il y a} le plumet* en haut au sommet ça veut dire qu’{il est = il y a} un .. un petit nuage en haut au sommet .. c’était signe que serait arrivé de de pluie peut-être le lendemain .. maintenant ça dépe.. ça dépend de quel côté allait le plumet .. il fal.. il était .. il marquait le beau temps ou bien le mauvais temps .. s’il partait dedans c’était le mauvais temps s’il venait dehors c’était le beau temps.
*[plɔmˈɑtsɛ] n.f. ‘plumet’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 15.2.2015).

9.1 IsérablesF:

i kwˈafɐ cjɛː mtˈãŋ ə ʋɥy tŋ e - ʋɲˈɛ ba s ë z oɹˈëlə pwiː dəzˈãn də sɛŋ aː bɛrːˈɛtːa


La coiffe qu’elles mettaient au vieux temps elle .. venait en bas sur les oreilles et puis .. elles appelaient ça (litt. disaient de ça) la .. berretta*.
*bonnet de femme cousu, en satin ou en soie (Favre-Fournier 1969-72: 107; cf. aussi GPSR 2: 264 s.v. barrette).
i marːˈɛŋnə sə sʊʋʏɲˈɛe todˈn də mɑ - də a fjˈeta
Ma marraine se souvenait toujours de ma .. de ma (litt. la) fête.

9.2 IsérablesM:

-

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

mɑ mɑʁˈnɐ sə sɔː ə - s suvnˈavɛ tɔ l t n ma fɛːtᵄ
Ma marraine se sou.. euh .. se souvenait tout le temps de ma fête.
m kwʊzˈ ə mɛː õ tənˈivɛ lu kõt d la kʊmwˈnᵃ
Mon cousin et moi on tenait les comptes de la commune.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

pwɛː l pɑp ɪʁə ɡrˈðə kt  vnˈivɛ - kã t  rtʁˈav tɑː la neː - pɪ la mˈaːmə ãkɔ piː
Puis le papa était grinche quand on venait .. quand on rentrait tard la nuit (rire) .. puis la mère encore pire.

11.1 LensF:

lø maʁˈɛɪna - ʃə ʃɔʋeɲˈeɛ tɔzˈɔ də ma fˈeːhœ
Ma marraine .. se souvenait toujours .. de ma fête.

11.2 LensM:

-

12.1 Les MarécottesF:

li vɪɲˈ dɛ dyˈ œ pˈɑːpa kŋ ʁntʀˈɑʋʊ tɑː
Il lui venait de la colère* au père quand je rentrais tard.
*[dyˈ] ‘colère, dépit’ (cf. GPSR 5: 553 s.v. deuil).

12.2 Les MarécottesM:

le tsu - l le klu ʃ atsˈɛt  pu paʁtˈɔ d tˈɔtə le ʑ episɛʁˈi pˈaskə d lə t  tɪɲˈɛ tɔ - di lə ʃo la ʃo lu li klu - l ˈʏʊ bɛnˈit e v ɔn ɑtsətˈɑʋe pi kˈɔ
Les chou.. les les clous s’achètent un peu partout dans toutes les épiceries parce que dans le temps on avait (litt. tenait) tout .. depuis le sel le sel le les clous .. l’eau bénite {..} on achetait puis encore.
k i aʁvˈɑvʊ tʁwɑ ta lø nɥi - m atdˈɛ tɔzˈɔ -  l ʁ pa tzˈ də bun ymˈœːʁ - li vʏɲˈe də ʃakrˈe dɥe
Quand j’arrivais trop tard le soir .. il m’attendait toujours .. et il était pas toujours de bonne humeur .. il lui venait de sacrées colères.

13.1 LiddesF:

ma mːaʁˈena də sə sɔʋʏɲˈɛe ttˈi - də mn aniʋɛrsˈɛːʁə
Ma marraine elle se souvenait toujours .. de mon anniversaire.

13.2 LiddesM:

-

16.1 MontanaF:

dɛvˈã lʏ frˈɑrœː ʃɔhɛnˈivə lɔ pɑrtˈi bŋvˈĩ
Autrefois mon frère soutenait le parti Bonvin.
lø mɑʁˈẽndɐ ʃɛ ʃɔvɛnˈivɛ tˈɔzɔ dɛ mɑ fˈeːha
Ma marraine se souvenait toujours de ma fête.

16.2 MontanaM:

-

17.1 NendazF:

-

17.2 NendazM:

ʃi n ɛʃˈɪ ŋː - ŋː pˈʊro dʒʲˈaːblə k ɛr a n lovˈɛɪ - kø viɲˈɛe - kopˈa de ʊʃ døː dø kˈːdrə - eː fɑʒˈeɪ e ʒ əkˈœʊ{ʋ}ə - e k ʏʒ - eʒø vndˈɛ
Ici nous avions un .. un .. pauvre diable qui était à nom Lovay .. qui venait .. couper de branches* de .. de noisetier .. et .. il faisait les balais .. et qui les .. les vendait.
*[ʊʃ] cf. oûche n.f. ‘branche verte, rameau d’arbre fruitier’ (Praz 1995: 509).

18.1 OrsièresF:

ɔn jɑːdz vəɲˈa ø mulˈɛ pɔ mˈœødʁə l blo
Autrefois on (?) venait au moulin pour moudre le blé.

18.2 OrsièresM:

-

19.1 St-JeanF:

dɛvˈan atsɛtˈɑvɔ lɛ ts - lɛ ʒ ɛɦˈowɛ a  pˈowrɔ vju kɪ vdʒjˈɛvɛ pɛ - vʏn - vʏɲˈɛvɛ pɛ lɛ vʏlˈɑːzɔ lɛ vˈndrɛ - adˈɔn atsɛtˈɑvɔ - ʃ apɛrˈɑva pˈirɔ lˈŋna -
Autrefois j’achetais les ts .. les balais à un pauvre vieux qui vendait par .. ven.. venait par les villages les vendre .. alors j’achetais .. il s’appelait Pierre Lannaz.
m kuʒˈ k - ʃɔhiɲˈɛvɛ plutˈo lɛ kˈsɛrvatˈo
Mon cousin con.. soutenait plutôt les conservateurs.
ɑ mɑrˈɛjŋɑ { ʃɛ ʃɔvʏɲˈɛv / ʃ ʃɔvʏɲˈɛv } tɔzˈɔ dɛ mɑ fˈeːha
Ma marraine se souvenait toujours de ma fête.

19.2 St-JeanM:

-

20.1 SavièseF:

i mɑɹˈŋnə ʃə ʃɲˈe tˈoɔt k lajˈʏ ɑ fˈeɪtə
Ma marraine se souvenait toujours quand j’avais ma fête.
kãː  veɲˈɪ ɐ mɪʒˈ m- ɪ mˈɑɹ ʃɛ - ˈiə kʷˈɔntta
Quand on venait à la maison m.. la mère se .. était contente.

20.2 SavièseM:

-

21.1 SixtF:

əɛ e θeːnˈeɪ kʲ avˈɛ  ɡr mulˈː - n alˈav av la kavˈalɐ pɔʁtˈe lʏ blaː e  rəvnˈɪv ɑv la faʁnˈa - e la krˈyθə
Ah aux Chênaies il y avait un grand moulin .. on allait avec la jument porter le blé et on revenait avec la farine .. et le son.
ð l t θˈɑkə œ θɑkˈ da œ trətənˈɪvə - su batɪmˈ œ a mwˈdʁ fʁe kwɑ - me ˈœʁɛ bɛː ɪ fo prd lʊ z aʁtɪzˈ œ
Dans le temps chaque euh chacun de euh entretenait .. son bâtiment euh à moindres frais quoi .. mais maintenant ben il faut prendre les artisans euh.
œ kt n ævˈɛ la fˈɪvra lʊ ɡamˈɛ ɪ nə tnˈɪv ʏ θoː - ɪ nʊ baʎˈɪv d la tɪzˈŋæ - de sɪrˈoː - eː ʃe œ ø ve l meᵈsˈ b - ɛj ɛ - e vnɪʋ pɑ tʏ lʊ ðœr paskˈœ falˈe dɐbˈɔr ɐle saʁθˈɪ na kœvˈala - a samwˈ - e nˈʏtrʊ ɡr parˈ j alˈɑv l saʁfˈɪ œɪ klys - œ taɲˈɛ
Euh quand on avait la fièvre les enfants on nous tenait (litt. ils nous tenaient) au chaud .. on nous donnait (litt. ils nous donnaient) de la tisane .. des sirops .. et chez euh euh chez le médecin ben .. il euh .. il ne venait pas tous les jours parce qu’il fallait tout d’abord aller chercher une jument .. à Samoëns .. et nos grand-parents ils allaient le chercher à Cluses .. à Taninges.
j etˈɛ pa tɛlmˈ l adrˈɛ kə ktˈɑvə p lɑ valˈɔr dy f j etˈɛ l teʀˈ - lø teʁˈ œː ɪ pʁødwˈɪvə deː œː d l ˈerbɑ - k etˈɛ bʊnˈɑ pəɔ mwˈɛdrə pwe j n œvˈɛ d l ˈɑtr k etˈɛ pɑ bʊnˈɑ pɛ mwˈɛdr - ɪ vnɪʋ dy teʁˈ
C’était pas tellement l’adret qui comptait pour la valeur du foin c’était le terrain .. le terrain euh il produisait de euh de l’herbe .. qui était bonne pour traire puis il y en avait de l’autre (herbe) qui n’était pas bonne pour traire .. il venait du terrain.
lʊ zɔʁ də fˈetœ b lʊ dzɔ də fˈetaː - tœ l md nə mədˈɪv pɔ  ptɪ pˈə - me mə d ɛ  sʊvənˈɪʁ kɪ m - t enɔʁmemˈ kˈœːʁə - kt d etˈɔ ve lʊ f - d etˈɔ v ma tˈta - e mɔ ɡʁ pɑr vənˈɪv av sa lˈœta - v vɔ z ɪ ʁˈiʁe si vʊ vʊlˈeː - l aʁvˈav av sa lˈœtːa eː ĩ drɪ vhœ- lɑ la lɑ ʁɔt- la la vɪ etˈɛː  lasˈe - ɛ l vɔhˈɔ aʁəvˈe mə - e d alˈɑv l atˈdrə sy la bˈytːa pɑskˈə - ḍ səvˈɔ k e m apɔʀtˈɑvə - nɐ brɪˈɔʃ trehjˈæ
Les jours de fête bien les jours de fête .. tout le monde ne mangeait pas un petit pain .. mais moi j’ai un souvenir qui me tient énormément à cœur .. quand j’étais vers les Fonts .. j’étais chez ma tante .. et mon grand-père venait avec sa hotte .. v vous y rirez si vous voulez (passage en français) .. il arrivait avec sa hotte et droit je voy.. (?) la la la rout.. le le chemin était en lacets .. et je le voyais arriver moi .. et j’allais l’attendre sur la butte parce que je savais qu’il m’apportait .. une brioche tressée.
wɛ m kʊzˈ ɛ mø kt ɔn etˈɛ vɛ la fərtˈɪːr  tnɪv lʊ kɔˈtə d la fərtˈɪːrə
Oui mon cousin et moi quand on était vers la laiterie on tenait les comptes de la laiterie.

21.2 SixtM:

ɪ fɐ sɐwˈɑʁ m ã zvʏn pro kd j ava lʊː - j ava la tɔskˈaːna k pasˈaːʋa aw  bɔkˈ ðəː -  bɔk z d ɦˈʀe  bɔkˈ dəː beʀˈoʋ - k e pɔrθˈavə sy de sy dowᵊ ʀy m s - ɪ vɲa mðɪ ɦɪ n
Il faut savoir je m’en souviens bien quand il y avait le .. il y avait la Toscane que passait avec un petit .. un petit char une petite brouette .. qu’elle portait sur des sur deux roues comme ça .. elle venait manger chez nous.
o kt  ɲˈɑɛ tɛːrə m pˈaːrɛ - m - etˈœ pɑ bjɛ wə
Oh quand on venait tard mon père .. euh .. était pas bien oui.

22.1 TorgnonF:

-

22.2 TorgnonM:

j ɑ ɛtˈu  pɛʁjˈɔdə ɑpʁˈe lɑ ɟˈɛːʁɑ kʲ ɑvˈɛ sː- j ˈɑːvɛ tʃˈœka dɛː dɛ dezˈɔdʁə kʲɛ tsakʲˈm plʏz ɔ mw ɪ fezˈɪːvɛ sˈŋke ʎɔ kveɲˈɪː - ɛ ɑpʁˈe j ɛ tɛʁvˈ lɑ ʁɛʒˈ kɛ j ɑ mpɔzˈʊ - m bɑʎˈ də sysˈɪːdœ dɛ fˈɑɛ lɛ tɛt ɑ lˈɑːbjɛ
Il y a eu une période après la guerre qu’il y avait s.. il y avait un peu de de désordre que chacun plus ou moins il faisait ce qui lui convenait .. et ensuite elle est intervenue la Région qu’elle a imposé .. en donnant des subsides de faire les toits à ardoises.

23.1 TroistorrentsF:

mɑ mɑʁˈenə ɕə ɕvɲˈɑɛ tɔdzˈ d ma ft
Ma marraine se souvenait toujours de ma fête.

23.2 TroistorrentsM:

-

24.1 Val-d’IlliezF:

m kʊzˈ  pi m  təɲˈaʋ løː - la finˈãs dø buʶʒwɑzˈiː
Mon cousin et puis moi on tenait les.. la finance de bourgeoisie.

24.2 Val-d’IlliezM:

-