Menu

Comparer

Comparer la carte 52360 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

Imparfait, 3e personne du singulier d’«avoir»

 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz
lɑhˈi, ˈɑj,
leje, lɪjˈ
lˈeje, lˈɪj
2
Bionaz
ˈajə, ˈaɛ
ajˈe, ajˈ
3
Chalais
ajˈɪvɛ, ajˈvɛ,
ajɛ, aj, ɑjə,
ajˈʏ, aj, ɛe, ev
ajˈɛvə, ajˈeʋ,
ajˈɛ, ˈvə
4
Chamoson
avˈivə
avˈɪvavˈɛv
5
Conthey
ɑˈe, aˈː
aˈɪ, aˈe, ˈaɛ
6
Évolène
avˈɪ, ave
avˈe, aveɪ,
avˈɛ, aˈe
7
Fully
avˈæɛ, avˈɛ, ɐvˈɛ, avˈae
-
8
Hérémence
aˈɛ
eˈi, ɛɪ, ɛˈe, ɛj
9
Isérables
avˈ, aʋɛe
ɑʋe, ɐvˈɛ
10
La Chapelle-d’Abondance
avˈa, avˈæ, ɑvˈɛ
ɑvˈɛ
11
Lens
aˈi
ajˈi, , ˈae, aˈə
12
Les Marécottes
avˈe, avˈ, avˈɛ
avˈ, avˈɛ
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
13
Liddes
-
ɐv
14
Lourtier
ɛ, ˈɛe
ɛ
15
Miège
avˈi, ˈa
ɑjˈɛvɛ, ɐvˈɪ, avˈe, ɐʋˈe
16
Montana
ɑi, ai, , ɑjˈe
ai, aˈɪ
17
Nendaz

ˈeɪ, ɛj, ˈɛe, ɛje, e
18
Orsières
-
avˈe, aʋ
19
St-Jean
ajˈe, ajˈɛ, aˈɛ
ajˈɛ
20
Savièse
aˈɪ, ajˈe,
ɛɪe, ɛjɥˈɛ, ˈɛə, ɛj
aˈiɛ, aˈeː, aˈɛe, aˈøː,
ɛ
21
Sixt
avˈɛ, aʋˈɛ, avjˈa,
ɛvˈɛ, ɛv,
œvˈɛ, œᶹɛ
ava, avˈɛ, avɛ
22
Torgnon
ɑvˈɛ, ˈɑːɛ
ɑvˈɪ, ɑvˈɛ, ˈɑvə
23
Troistorrents
avˈe, av
aʋˈe, ɑʋe, ɐʋe, aʋɛ
24
Val-d’Illiez
ˈaʋa, awˈa, ɐʋjˈa
ɑʋˈɑ, əʋˈa, ˈɔɔ
25
Vouvry
ɐʋˈ
avˈɛ

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

lɑhˈi  bo kɑʀœlˈ - ire ʒeremˈi bwŋ k ʃonˈɑːɛ
Il y avait un beau carillon .. c’était Jérémie Bonvin que sonnait.
ˈɔɹə lɑ pɑmi kᵊ  tsɑpˈe - dy tẽŋ ənd ˈɑj  səkˈ - ʀʃˈmblɛ y falbalˈaʁ dy o vɑˈɔɪ - o sjˈeŋ k mtˈɑ pʷ  ɡɹ fɪh - ɔr mət pɑmi dy tu ɡzˈistə pɑmɪ - aɹ ʃe kɛ a ɐpˈ dəʒˈŋ ɛ kˈɔrbɔ
Maintenant il y a plus qu’un chapeau .. dans le temps il y en avait un second .. il ressemble au falbala du Haut-Valais .. l’ancien qu’on mettait (litt. qu’elles mettaient) pour les grandes fêtes .. maintenant on (le) met (litt. elles mettent) plus du tout il existe plus .. maintenant celui qu’il y a on appelle (litt. ils appellent) disant le «courbe».
 tsimˈiʒ lø blˈtsə - leje deˈɛ dy trø kɔː pɔ tszˈɪə pɔ pɑ ɪ bəʒ bɔˈɑ ɑ tsimˈiːʒə
La chemise est blanche .. elle avait autrefois deux trois* cols pour changer pour pas avoir besoin laver la chemise.
*[dy trø] adj. num. ‘deux trois; quelques-uns’ (cf. FB 1960: 215 s.v. dóºᵘtr, GPSR 5: 558).
lɪjˈ - mɪ k dʒe z ʏrɔndˈɑwə d ʏ - ʏ bɔʃˈ
Il y avait .. plus que dix mésanges* dans le .. au buisson.
*L’informatrice insiste: ‘hirondelle’ et ‘mésange’, c’est la même chose.

1.2 ArbazM:

d ɔ tŋ lˈɪj nj k ɑtsətˈɑᶹ ɔ frɔmˈɑzo - lˈœːj tʃˈʏi mˈiːmo ɔ frɔmˈɑzo
Dans le temps {il était = il y avait} personne qu’achetaient* le fromage .. on avait (litt. ils avaient) tous mêmes le fromage.
*Accord logique du verbe au pluriel.
lˈeje mi ke dʒe mezˈŋʒə - dɪ y bɔʃˈ
Il y avait plus de dix mésanges .. dans le buisson.

2.1 BionazF:

n ˈajə pɪ də dʒɪ z ɛɪzˈɪ - d lɔ bwæɪsˈõ
Il y avait plus de dix oiseaux .. dans le buisson.
ma dɪˈŋ kə œː   vˈaɲə tuzˈuː də fˈaːvə m ma bj mw - d  ku lə fˈaːve l iˈ bj mpɔʁtˈt pɛʁkʲˈɛ pə bətˈɪ a la sˈøpːa n aɛ pa t d ˈatʁə bˈaɡɛ n ˈaɛ maɛ də fˈaːvə də pˈɔsːə e də tʀɪfˈɔlːə - e d  ku ən ˈajə la kʊtˈɪma də vaɲˈɪ lə fˈaːvə lɔ sẽntˈɪmo dzo də l  - saʀˈɪje lɔ dʒɪ dʏ mwa d avʀˈɪl - d ɐvʀˈɪ - ɛ pwɪ b kˈɑkə pəzˈɛtːə ma pˈɔka lə fˈaːvə syʁtˈʊ  m ː vaɲˈaɛ d  ku
Mais disons que euh on on sème toujours des fèves m mais bien moins .. autrefois les fèves elles étaient bien importantes parce que pour mettre à la soupe il y en avait pas beaucoup d’autres choses il y en avait que des fèves des poireaux et des pommes de terre .. et autrefois il y avait la coutume de semer les fèves le centième jour de l’année .. ce serait le dix du mois d’avril .. d’avril .. et puis bon quelques pois mais peu les fèves surtout on m on semait autrefois.

2.2 BionazM:

sɪ p lɔ bwɛɪɕˈ n ajˈ pi də ᵈʒˈi matˈɔkjə
En haut dans le buisson il y avait plus de dix moineaux*.
*Le témoin souligne qu’il n’y a pas de mésanges à Bionaz.
ɑ wə wə fajˈ laːvˈi lə z ˈɪzə dœdˈ na marmˈɪːtɑ ʊ pjˈɛtə dœdˈŋ  nɑ batɕɪnˈɛlːɑ - pekˈ n ajˈe pɑ d ˈivə
Ah oui oui il fallait laver la vaisselle dans une marmite ou sinon dans un une cuvette .. parce qu’il y en avait pas d’eau.

3.1 ChalaisF:

dəvˈan nu n ajɛ bɛʒˈɔn dɛːə - d ʒ œhˈoːvɛ dɛ - œ dɛ bjˈɔlːa - aðˈɔn l ajˈvɛ pjˈɛʁɛ lˈaŋna ki fadʒˈvœ - paθˈaːvɛːə pœ lɛ ʒ eːhrɔ - ɛ biŋ n atstˈaːvɛ
Autrefois nous on avait besoin de .. de-z balais de .. euh de bouleau .. alors il y avait Pierre Lannaz qu’il faisait .. il passait par les maisons* .. et bien on achetait.
*[lɛ z ˈehrɔ] ‘la maison’. Utilisé toujours au pluriel (GPSR 6: 924s. s.v. tro 5°; Gyr 1994: 80).
n ˈɛe dˈɑɔə ɡˈɔnə ʊnə pɔ lœ zɔnɔbrˈʏ na pɔ le demˈɛŋzə

On avait deux jupes: une pour les jours ouvrables*, une pour les dimanches.
*[ẓɔnɔbrʏ] cf. zenovrék n.m. ‘jour ouvrable’ (FQ 1989: 214).
bɔ - dœvˈan pa ə  - dʒɑmˈ n uri atsətˈa ŋ ŋ mwœr də fɔmʷˈɐzɔ peŋʃˈa ve n aj l vɑts  pɔjˈɛvɛ n aj la lterˈɪk  pɔʶtˈav a la lterˈɪɡ n ajɛ lɔ tɔːr n ajɛ dɛ bˈuːʁɔ dɛ frɔmˈaːzɔ n ajɛ -  n ˈiɛ pa taŋ ɡurmˈ  mɪndʒˈœvœ kɔm ŋ pɔjˈevə
Bon .. autrefois pas euh on .. jamais on aurait acheté un un bout de fromage pensez donc .. on avait les vaches on montait à l’alpage on avait la laiterie on portait à la laiterie on avait le tour* on avait de beurre de fromage on avait .. on était pas tellement gourmands on mangeait comme on pouvait.
*tournus pratiqué à la laiterie; cf. GPSR 6 s. fromage encycl. II
vɔ dk ɐlʃˈɑ ɑ la fˈiːrɑ ɑ ʃʲõ lɑ fˈirə d- l ɑjə lœ vˈɑːtsə d kɑtsˈŋ də tɔtɑ œ - tɔt ʃˈoːrtə - kwɛ tʊ ɑtstˈɑv? - ʊ bɪŋ kwɛ tʊ vɛndʒˈɛv ŋ kɔ? - faljˈɛvœ vˈɛndrə dɛvˈɑn la bˈehʏ k n ˈajə pɔ pwɪ ɑtsətˈɑ kɑkɛ tsˈoʊːʒ - n ˈirɛ ʃɑʁˈɑ u kˈʊ
Vous quand vous alliez à la foire à Sion la foire d.. il y avait les vaches des cochons de toute euh .. toute sorte .. que tu achetais-tu? .. ou bien que tu vendais autrefois? .. il fallait vendre avant la bête qu’on avait pour puis acheter quelque chose .. on était serré au cou.
dəvˈan n ajˈʏ pɔk də lasˈeɪ mˈɛmɛ pɑ bzn d atsətˈɑ ˈɔrɔ n ʋɑ ᶹ atsətˈa a la lɛtɛrˈik
Autrefois on avait un peu de lait même pas besoin d’acheter maintenant on va l’acheter à la laiterie.
 l iʎˈœʒ də vɛrkɔrˈ l a lɔ kaʀiʎˈɔ - fʶãm bjɛŋ - ˈɛkstra - dɛvˈan ajˈɪvɛ œ - fʁãswa metraʎˈe kʰe zɔjˈevœ tɑm bjːm - prɲˈɛvə ʃʊk ʁˈi maʁˈ tu ptˈɪk pɔ sɛɲˈ də kaʁeʎɔnˈɑ - ma l ˈirɛ bj - ˈɔra l ɔ l ɐ pwʏldʒˈu kʰ i kaʀeʎˈɔn mɛ l  pa m - pa lɛ mˈɛmɔ kaʁiʎˈ k dɛvˈan - han tɔ tsanjˈa dɛ m- dɛ sistˈɛmə - pa la mɛm mɛlɔdˈiː
En l’église de Vercorin il y a le carillon .. très bien .. extra .. avant il y avait euh .. François Métrailler que jouait tellement bien .. il prenait en haut Henri Marin tout petit pour enseigner de carillonner .. mais c’était bien .. maintenant il y a il y a plusieurs qu’ils carillonnent mais c’est plu.. pas le même carillon qu’avant .. ils ont tout changé de m.. de système .. pas la même mélodie.
d ʏvˈr dɛ ˈɑːz ʊn dʊ k  vɛjˈɛvɛ lɛe - kɔlˈɑ l ˈeːʋʊ bɑ ɛ pwe ʎ ev ŋkɔ la ʎˈaʃɪ ki ʃʊrtˈiᶢvɛ le ɑvwˈe l ˈewʊ m dʒu m dj kə ʋandjˈɛᶹᵊ fri
En hiver parfois un deux (?) qu’on voyait les .. couler l’eau en bas et puis il y avait encore la glace qu’elle sortait là avec l’eau mon Dieu mon Dieu qu’il faisait froid.

3.2 ChalaisM:

lɔ mulˈiŋ l ɪrœ ʃə trɔvˈɑv a rˈɛʃə - l ajˈɛvə dˈʊ
Le moulin il était se trouvait à Réchy .. il y avait deux.
lɐ l i ˈvə mˈɛɪ k dʒj məzˈaŋʒə jin ʊ boʃˈ
Là il y avait plus que dix mésanges dedans au buisson.
adˈɔn lː - stˈɔʊ bwet pɔ ɪʀə də plˈaʃə dʊ teŋ k l ajˈeʋ mɑnˈeɡ də vˈatsœ n aɪʃˈaŋ dˈoʊ tɑŋk ɑ tre bwët kɛ ʃɛ ʃujˈɛʋvən - lœ ʒ ŋ aprˈe l ʒ ɑtr
Alors les .. ces fontaines pour avoir (?) de place du temps qu’il y avait beaucoup de vaches nous avions deux jusqu’à trois bassins que se suivaient un.. les uns après les autres.
e biŋ ʃɛrvˈɑvɛ ɡɑʎˈɑ - ɡɑʎˈɑ ɑ m- ɔh ɑ ɑ manˈeɡ d tsˈuːʒɑ - ɑ minˈɑ bɑ lɔ fɛŋ də vɛkɔrˈen taŋk ɑ - tɑŋk ɑ tsalˈiː - ɑ ɑ mɪnˈɑ m bɑː lœ lə frɔmˈɑːzə dɑ lː- də l ɑlpˈɑːʒ awˈe tˈɑŋke bɑ o vɪlˈaːzə - mˈɛmə d kˈoʊ d ivˈɛːʀ - ɑ tɪrjˈe bɑ lɛ mɔ - p ʃeŋ k l ɑjˈɛ - pɔjˈɛvm pɑ əntɛʀˈɑ ɑ vɛʁkɔʁˈŋ l tɛʁˈɛŋ l ˈiʁə tra duːʁ ɑdˈɔn ə - mɛtˈeŋ ʃu lɑ lɥˈiːzə œː - {-} - ɑwˈe nɑ lɥˈizə se- m- seɪ tˈɔrnu a k- a kɔrnˈupə pɔ ʃeŋ k  vi lɛː - lɛ dˈawœ kʊːnə pɔ teriˈɛ - mɛtjˈɛʋɔ ŋkɛ lɛ mɔːr dɛʃˈʊk ɛ pwɛː ɔ - ʃɛrvˈɑvə ɡaʎˈɑ œː a tɔt
Eh bien elle servait bien* .. bien à b.. oh à à beaucoup de choses .. à descendre (litt. mener bas) le foin de Vercorin jusqu’à .. jusqu’à Chalais .. à descendre (litt. mener bas) le fromage de l.. de l’alpage avec jusqu’en bas au village .. même parfois en hiver .. à descendre (litt. tirer bas) les morts .. parce qu’il y avait .. ils pouvaient pas enterrer à Vercorin le terrain il était trop dur alors euh nous mettions sur la luge euh .. avec une luge {…} à poignées parce qu’on voit les .. les deux cornes pour tirer .. ils mettaient aussi les morts dessus et puis oui elle servait bien euh à tout.
*[ɡɑʎˈɑ] adverbe d’insistance.

4.1 ChamosonF:

l avˈivə mi də dʒjø mezˈʒə d o bɔsːˈ
Il y avait plus de dix mésanges dans le buisson.

4.2 ChamosonM:

n aː m- n avˈɛv œ m na dʒeʒˈaŋnə də mezˈaŋdzə d ʊ bɔsˈ
Il y a m.. il y avait au moins une dizaine de mésanges dans le buisson.
sɔ ɔ tæ dɛ œ ɡʁˈaŋzə l avˈɪv də z aʁdwˈɛ- də z aʁdwˈɛːzə
Sur le toit de la grange il y avait de-z ardoi.. de-z ardoises.

5.1 ContheyF:

pˈapa  mˈamːə n adzˈ- adztˈã ʒamˈi d ʒãbˈ - n aˈː də də kaʏjˈ mˈɛɪm
Papa et maman en ache.. achetaient jamais de jambon .. on avait des .. des cochons mêmes.
d ɔ t - d ɔ t j aˈː  - mulˈ pɔ mˈœʏdrɔ -  bv -  bv
Dans le temps .. dans le temps il y avait un .. moulin pour moudre .. le blé.. le blé.
j ɑˈe dʒø maʃˈtsə d ə bɔʃˈ
Il y avait dix mésanges dans le buisson.

5.2 ContheyM:

ʃʏ a pfˈaʃə dy vəˈɑːadzə j a na ftˈãŋna - œ pwˈæɪ dəvˈaŋ j n ˈaɛ mˈɪmɔ œ - mˈɪmam dˈaʊᵊ - mi ˈuna i tˈɑə utˈɑːə paskə - ɛ - tenˈiːə tɹwa də pfaʃ
Sur la place du village il y a une fontaine .. et puis avant il y en avait même euh .. même deux .. mais une est étée ôtée parce que .. euh .. elle prenait (litt. tenait) trop de place.
wɪ də ku j aː -  - ʊœɪ dəvˈ ɪ aˈɪ də maɪʒˈ k ʃœ fɑʒˈaŋ - una paʁtˈiː  peːʁ a mæɪtʃˈa  peːʁ - œ pwæ ə ˈɔtra mæɪtʃa  bu - d ˈɔːtrə mæeʒ æer fit awˈi a murˈadə  pˈeːʁə dɛʁˈæ œ pwœ o bu dəvˈã
Oui parfois il y a .. euh .. oui autrefois il y avait de maisons que se faisaient une partie en pierre .. et puis l’autre moitié en bois .. d’autres maisons étaient faites avec la muraille en pierre derrière et puis le bois devant.
ʃʊ ɔ tˈae d a ɡrˈdzə ɪ aˈe dœ baʁdˈo
Sur le toit de la grange il y avait de bardeaux.

6.1 ÉvolèneF:

j ave mi də - dœ ʒjø maʒˈtsə ʊ bɔʃˈ
Il y avait plus de.. de dix mésanges au buisson.
kã ʀntrˈavɔ taː l papˈa ɪrə - ḍ avˈɪ - l papˈa ɪr tza aːmalʏʃjˈa
Quand je rentrais tard le papa était .. il avait .. le papa était toujours fâché.

6.2 ÉvolèneM:

d lə t njŋ atsətˈɑʋə lɔ frɔmˈɑːzɔ - n ɛn avˈɛ pro mˈĩmɔ lɔ fabrikˈɑvɛ mˈĩmɔ
Dans le temps personne n’achetait le fromage .. on en avait assez nous-mêmes, on le fabriquait mêmes.
avˈe a pˈɛŋa ʒjø ʒ ˈɔmə pɔ dˈœθˈyndrɛ lɔ fwɑ
Il y avait à peine dix hommes pour éteindre le feu.
ʃ ʃn dɛ lɥˈiɡzɛ kɛ n mplˈɛjĩ d lə t pɔr n mpˈɔrtə kʏn trɑvˈɑ - pɔ mənˈɑ dɛ bwuʎ - dɛ fŋ - la drˈʏzəː - jỹm pɔ i mˈɛtr una bˈɛnɑ dɛʃˈuk ɔ i - j ʏn aˈe - mˈyltʊ - plyʒjˈu fnʃjˈnʃ a l afˈer
Ce sont des luges que nous employions autrefois pour n’importe quel travail .. pour mener du bois .. du foin .. le fumier .. on peut y mettre une benne dessus ou y .. il y en avait .. beaucoup .. plusieurs fonctions à la chose*.
*[afˈer] cf. afére n.m. ‘chose qu’on possède’ (FQ 1989: 20).
kan ỹntrˈɑːvɔ trwa tɑː lʏ mjɔ pɑːr ɪ av bjɛŋ malˈys
Quand je rentrais trop tard, le mien père il avait bien (de la) colère.

7.1 FullyF:

ni ʒy jy ɡʁa- ə- pˈiʁə ɡʁã kə l avˈæɛ na fɑːʃ - iʁə nə - unə ʃpeʃ də - də bãŋdə - lɑːʁdzə - ʁˈɔdzə -
J’ai eu vu gran.. euh .. père-grand qu’il avait une fasse .. c’était une .. une espèce de .. de bande .. large .. rouge ..
pwɛ mtˈɑʋ la kʁavˈat - kˈɔ la kʁavˈata nˈæɪʁɔ ɑvˈɛ də ppˈ aʃəbˈɛ ɪ ɐvˈɛ - i ɛn ɛ k mœtˈɑʋ n ppˈ n
Puis ils mettaient la cravate .. encore la cravate noire avec de pompons également il y avait .. il en est que mettaient un pompon noir.
j avˈae mi də di mezˈʒ d lɪ bwʃˈ
Il y avait plus de dix mésanges dans les buissons.
la dʏmˈdz mœtˈɑʋ pɑ də føʏdˈɑ - ʃy l- ʃe kɔstˈym j avˈɛ pɑ də føʏdˈɑ aːdˈ - mœtˈɑʋ pɑ n jʏ nɪ ʒamɛ ʒy jy mˈœtʁə l føydˈɑ la dʏmːdz
Le dimanche on mettait (litt. elles mettaient) pas de tablier .. sur le.. ces costumes il y avait pas de tablier alors .. on mettait (litt. elles mettaient) pas j’ai jamais eu vu mettre le tablier le dimanche.

7.2 FullyM:

-

8.1 HérémenceF:

ba a pja j aˈɛ k  marˈ ə ʊna ɡˈɔʎɪ
En bas au plan il y avait qu’un marais et une mare.

8.2 HérémenceM:

 la vjøj iʎˈʒ kj  ɪθˈaː - dɛmtˈɑj  mœlː nʊ s ʃɔʃˈt ʃɪʃː - j ɛˈe  - ə j eˈi sɛŋ kls ɛj  z kaʀɪʎˈ
Dans la vieille église qu’elle est été .. démolie en 1966 .. il y avait un .. euh il y avait cinq cloches il y avait un joli carillon.
le ʀahˈɑ j ɛ ɑ  mtˈe lɔ blɑ - e le ɡrenˈɪ  mətˈe lɔ p lɔ lɔ lœ œ lœ ʃɐtɕˈɛ dy blɑː ke l ɪ- kã j ˈɪrə vanˈɔː - tˈɔtə lə dʀˈɪ kj ən ɛɪ bœʒˈ a mɛɪʒˈᶢ - metˈe ʊ ʒɛnˈɪ - ɛ ʊ ʀaɦˈɑ  mɛtˈɛɪ ʁ kɔ lɔ blɑ - ɛ l palˈɛ lɐʃjˈ pa alˈɑ ənˈa lœ ʁat ɛnˈɑ ɔ ʁaɦˈɑː
Les raccards c’est où on mettait le blé .. et les greniers on mettait le pain le le les euh les sacs* du blé qui é.. quand il était vanné .. toutes les denrées qu’on en avait besoin à la maison .. on (les) mettait au grenier .. et au raccard on mettait seulement le blé .. et les palets ne laissaient pas monter (litt. aller en haut) les souris dans le raccard.
*[ʃɐtɕˈɛ] cf. chatchyà, chatchyâyu n.f. ‘contenu d’un sac’ (FQ 1989: 48).

9.1 IsérablesF:

p ɛ z ˈɔmə ʎ avˈ parːˈi ŋ kos- l ɑm p- l aʋˈãm pɐrːɪ ʊŋ kostˈym n drap- km ɛː - marːˈɛinɛ
Pour les hommes il y avait aussi un cos.. ils ont au.. ils avaient aussi un costume en drap .. p.. comme les .. femmes*.
*[marːˈɛinɛ] ‘femmes’ (cf. Favre-Fournier 1969-72: 604 s.v. màrrèyna).
ᵊʎ ɛe mje də dʒɪ m- mɛezˈãŋʒə œ bɔrsˈᵏ
Il y avait plus de dix mé.. mésanges au buisson.

9.2 IsérablesM:

dvˈ l ɑʋe itˈa ãŋ ɡrˈãnzə
Avant il avait été à la grange.
ej ɐvˈɛ mˈiə- mje də dʒi məd- məzˈdzə d lə - d lɛ bɔʃˈ
Il y avait plus .. plus de dix medan.. mésanges dans le .. dans les buissons.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

dj l t j avˈæ de fɔʁˈi pwɛː l ɛːcˈ - i ʁəm- pasˈɑv bɑ
Dans le temps il y avait des [fɔʁˈi]1puis l’automne2 .. ils rem.. descendaient.
1[fɔʁˈi] n. m. ‘alpage situé à mi-pente vers 1500 mètres, brouté au printemps et à l’automne’ (Viret ³2013 s.v. alpage); cf. aussi GPSR 7/2: 702b fòr 4°.
2[ɛcˈ] ‘automne’ (cf. FEW 25/2: 1175b).
j s t ɪj avˈa la fˈɛta djy kə s pʁʊ- pɑẓˈɑvɛ pəʁ c - pɑsˈɑvɛ - i fasjˈ la pʁˈɔsəf- fɛsjõ - pweɪ - bɑlsˈivn də flæ
Dans ce temps il y avait la Fête-Dieu que se pro.. passait par là .. ils faisaient la procef.. cession .. puis .. ils balançaient de fleurs.
otʁə ku lɑ ftˈɑn ɑvˈæ duː - ɑvˈɛ w dˈoʊ - do - dˈʊə dˈɑwə pɑʁtˈeɪ
Autrefois la fontaine avait deux .. avait oui deux .. deux .. deux deux parties.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

j avˈɛ de kɔlpɔʁtø k pɑsˈɑːv wɛ
Il y avait des colporteurs que passaient oui.

11.1 LensF:

aˈi mi ke di ʒ uːʒˈe je ʊ bɔʃˈ
Il y avait plus que dix oiseaux dedans au buisson.

11.2 LensM:

n aˈan dɛvˈɑŋ lɔ maljɔrˈi kj aʏ n nɑˈo - ˈirə n otodidˈaktə mɑ   viʀtɥˈoːzə kj aruˈɑːvə a ʃɔnˈa una  kaʀijˈõ vulˈʏ p tsˈøke fˈeːχə
Nous avions autrefois le marguiller que s’appelait (litt. qu’avait nom) Naoux .. c’était un autodidacte mais un virtuose qu’arrivait à sonner une un carillon spécifique pour chaque fête.
nɔ - a miʒˈŋ n am pa də mʊlˈɛt ma n aˈaŋ a- ən aˈə na vˈats k nɔ əmpleˈaŋ ɪ ki ʃ apəlˈav la mulatʃˈyrə
Non .. à la maison nous avions pas de mulet mais nous avions .. on avait une vache que nous employions et qui s’appelait la «Mulatière».
ˈae mˈiʏ dɛə dœ - de dʒe ʒ uːʒˈeə ʊ - i - u boʃˈ
Il y avait plus de de .. de dix oiseaux au .. aux .. au buisson.
dŋ lɔ teŋ j a ɲuŋ j ɐtstˈaŋ lɔ frɔmˈaẓᵓ - lɔ faʒˈœn nɔ mˈimɔ - ma ej ajˈi tozˈɔ de pˈuːrɔ œ pwɛ i ʀekrɛaʃjˈ kan irˈaŋ ɡamˈŋ laŋmˈam ben tsãŋʒiˈɛ - nˈuhrɔ frɔmˈaːzɔ awˈe lɔ fromˈazɔ de ɦlu ke l atstˈa
Autrefois il y a personne qu’achetaient le fromage .. nous le faisions nous-mêmes .. mais il y avait toujours des pauvres et puis aux récréations quand nous étions gamins .. nous aimions bien échanger .. notre fromage avec le fromage de ceux que l’achetaient.

12.1 Les MarécottesF:

la dʏmˈdz  bʷtˈɑv lɪ dʁəblˈɛ - ɛ pw la ʃənˈːn n avˈe lɪ kwɑf
Le dimanche on mettait les «droblets»*.. et puis la semaine on avait les coiffes.
*Pour la description du «droblet», voir l’énoncé MarecottesF_ChapeauDimanche2.
lø dʁɔblˈɛː l ɛʁ  tsapˈe  pˈaɪ - kʊ d ɑl - lʏ tɔː dœː dœø tsa- dɛ la kˈɔpːa dø tsapˈe - j avˈɛ  ʁybˈ tɔ pltˈʊ - ɛ j aʁə pʀˈø ty ʃ - ʊvwˈɪtˈŋt ɛ b ʃn dj mˈẽɪːtʀə dɛ ʀybˈ -  pwɛ dɪ dʊ lɑː j avˈ ː nœ kʏ pndəlˈɑve ʃy leː - ʃy le lɑː
Le «droblet» il était un chapeau en paille .. court d’aile* .. autour du du cha.. de la calotte du chapeau .. il y avait un ruban tout plissé .. et il y aura bien eu s.. huitante ou bien cent dix mètres de ruban .. et puis des deux côtés il y avait un nœud qui pendait sur les .. sur les côtés.
*qui n’a pas de bord large.

12.2 Les MarécottesM:

w d tɥi lɪ mɛnˈɑːᵈzi j avˈɛ  kajˈ
Oui dans tous les ménages il y avait un cochon.
j avˈ me də dʑˈɪœ - mezˈʒə d lə bɔʃˈ
Il y avait plus de dix .. mésanges dans le buisson.

13.1 LiddesF:

-

13.2 LiddesM:

a bẽ li ɥɛɪdzˈ l ˈɪr - l ˈɪrëː pɔ sɛ dʒilˈe -  bɛæ py n ɐv ɐsʏbˈẽ li ɥˈedzə mï li ɥˈedzə l ɪr pɔ travajˈe - l ˈɪrə pɔ mənˈe lə fømˈ ᶞæ li tsã d əvˈɛ
Ah ben, les petites luges c’était .. c’était pour se luger* .. eh bien puis on avait aussi les luges mais les luges c’était pour travailler .. c’était pour mener le fumier dans les champs d’hiver.
*[dʒilˈe] ‘glisser, luger’ (cf. GPSR 5/2: 1026 s.v. dyilâ).

14.1 LourtierF:

i mj pæˈn ɐdzøtˈə- azøtˈɑɔ pɑ də ʒãbəˈ - n ɛ de kajˈøː mˈɛemo
Le miens parents achetaient .. achetaient pas de jambon .. on avait des cochons mêmes.
j ˈɛe djø məʒˈŋdzə dɛ œ bˈɔʃ
Il y avait dix mésanges dans le buisson.

14.2 LourtierM:

j ɛ m de jø pdzˈɛẽ d ɔ bˈɔʃ
Il y avait plus de dix petits oiseaux dans le buisson.

15.1 MiègeF:

ə beː jɔ jɔ prʒjvɔ k n aʏtˈan de fˈiːvrɔ fɑʒjˈvɔ də - pɔ l ʒ fˈɑn d bŋ aʊ de tiˈuːlɛ o bŋ trɑmpˈɑŋ  ɡrˈoʊ lˈnzɔ  l rɔlˈa dədˈɪŋ aʊ lɛ- ɪr tɔt - j ˈa pa tan  mdɪsin dəv
Eh bien moi je prenais quand nous avions de fièvre je faisais de .. pour les enfants de bains avec de tilleul ou bien nous trempions un gros linge et les rouler dedans avec ça .. c’était tout .. il y avait pas tant de médecines avant.
k ʋenˈivɔ ta lʏ papˈa  avˈi tɔzˈo kɔlˈeɐriɛ
Quand je venais tard le papa il avait toujours colères.

15.2 MiègeM:

ma groːʃɑ - faʒˈi mˈɛmɔ lɛ ʒ ajˈ - lesmɔnːˈɑː - œː - kˈɔʊdre - ɑjˈɛvɛ ʏna vjˈɛje mɑʃˈʏna a kˈɔodre ke - ɪ -  - tø jʊʃʊ ʃi ɛœɛ - ʃi ʏ mə- martsav ŋkˈɔːr
Ma grand-mère .. faisait même les habits .. tricoter* .. euh .. coudre .. elle avait une vieille machine à coudre que .. euh tout juste si elle euh .. si elle m.. marchait encore.
*Le fichier du GPSR atteste le verbe [lesmɔnːˈɑː] ‘tricoter’ pour quelques localités du district de Sierre, rive droite du Rhône.
j ɐvˈɪ mˈeɪ d jɛ ə - djɛ me- m- mëzˈʒə ə ɪ lə bɔʃˈ
Il y avait plus de di.. euh .. dix me.. m.. mésanges euh dans le buisson.
nɔ l ɛ - dʒïŋɡˈa - ɛ ɐʋˈe lɛ z- zur- lu ku rˈɔzɔ
Nous l’avons .. fouetté .. il avait les f.. fess..* le cul rouge.
*cf. [zˈowtɛ] ‘fesses’ à St-Jean.
o fɔn dɛ ʃi kˈɔmbɑ - j avˈe lə ʊna marˈɛsɛ - e pʷøj ʊ-   -  na ɡˈɔje
Au fond de cette combe .. il y avait un marécage .. et puis u.. un un .. un .. une mare.

16.1 MontanaF:

œː - lø mˈaʁɛ ɡrˈuːʃɑː ʃ ɑtsœtˈɑvə pa lœː - ɑˈi nɑ kudrˈiːr ʊ vəlˈaẓə kə fɑʒˈiːt lœ lɛ - dk ʃẽŋ k aˈi bɛʒˈĩŋ dɛ fˈerɛ - le d - lɛ kɔstˈyːmɛ ɛ lɛ - l kɔstˈym pjɪzˈᶢ - n æˈ na kuderˈiːrɪ kə fɑʒˈɪ ʃɛn
Euh .. la grand-mère s’achetait pas les .. il y avait une couturière au village que faisait les les .. donc ce qu’il y avait besoin de faire .. les d.. les costumes et les .. les costumes paysans .. nous avions une couturière que faisait ça.
kan n ˈirã zøvˈɛnø n atsɛtˈan trɛ pˈʊɡ dɛ tsɛːr pɔ ʃŋ kɪ n tʏɲˈn - tsʏkˈʊŋ ɑjˈe - a - nɔ faʒˈan n - la buʃɛrˈi nu mi- mˈĩːmɔ - nɔ faʒˈ mˈĩːmɔ la buʃɛrˈɪk
Quand nous étions jeunes, nous achetions très peu de viande parce que nous tenions .. chacun avait .. euh .. nous faisions un .. la boucherie nous mê.. mêmes .. nous faisions mêmes la boucherie.
dɛvˈan aɪ d sœpɑrɑsjˈŋ - aɪ trʏʃ - le ˈɑwu nʊ prʒˈ l ˈewʊ po miʒˈõ an anˈ tsɛrkˈɑ l ˈeːwʊ pɔ lɑː lɔ mẽŋnˈɑzɔ - ŋ ˈɑwe nʊ bujˈn ɛ aprˈɛ un ˈɑːtrʏ mi pʏtˈɪ{}t
Autrefois il y avait de séparations .. il y avait trois .. là où nous prenions l’eau pour la maison en allant chercher l’eau pour la le ménage .. un où nous lavions la lessive et puis un autre plus petit ..

16.2 MontanaM:

dɛvˈɑn ai dɛ martʃˈaŋ kɛ vɛndˈan d ɛhˈuːʋɛ - atstˈaʋon ver lur lɛ lɛ ʒ ehˈuʋɛ
Autrefois il y avait de marchands que vendaient de balais .. on achetait (litt. ils achetaient) chez eux les les balais.
aˈɪ mi kə kɛ t- œː djœ tʃɪpərərˈœs jim pə lə bɔʃˈ
Il y avait plus que que t.. euh dix mésanges dedans le buisson.

17.1 NendazF:

ij ˈ mɪ də dʒø mezˈʒə dro ɔ bˈoʃ
Il y avait plus de dix mésanges dans le buisson.

17.2 NendazM:

dəɹ  t ɲ ᵗsᵗˈ ɔ fromˈɑːdzɔ - ᵗsˈak j ˈeɪ pɔ ʃɐ
Dans le temps personne n’achetaient* le fromage .. chacun il avait pour soi.
*accord logique au pluriel.
ə dər o t - e ʃɔt ɪrʃˈɪ ðəː də - dwˈtə ʃɔt - k ɑpɑrtiɲˈ  dəː pɑrtikyljˈe - ɛje ʃw tre kˈatʶʊ βprɪtˈɛr po  mˈemɑ mˈɪma ʃɔt -  e lu kə dˈe œntrətɪɲˈɪ
Euh dans le temps .. les étables d’alpage étaient* de .. de petites étables .. qu’appartenaient à de particuliers .. il y avait souvent trois quatre propriétaires pour la même même étable .. et c’est eux que devaient entretenir.
*Propagation analogique de la forme inchoative de la 2e p. pl. vers la 3e. Dans sa propre grammaire (Praz 1995: 652) ne mentionne pas cette forme.
ø ʃi m baʃ nˈdə mˈeːmɔ ŋː - u - n etyʒʲˈe pɑ ɑaː - ɑʋə w e mʊˈə - un ˈɛe də tsarɡˈoʃ un e də jˈdzə - tndˈiz ə ɛnˈɑː ɑ ɬˈeːbə ij ː - ɛ tö mi drˈɛɪ j  pa d bɔnə vˈɛe - pwˈəte rɪ mətˈŋ ŋ - du vɐʃˈ də ʃ dˈɪ - e j meɪtˈã ʃʊ əː ʃʊ o bɑ
Euh ici à Basse-Nendaz même on .. on .. on ne rentrait1 pas a.. ave.. avec les mulets .. on avait de charrettes on avait de luges .. tandis euh en haut à Clèbes ils avaient .. tout est plus pentu .. ils avaient pas de bons chemins .. alors là ils mettaient un .. deux fagots2 de part et d’autre.. et un ils mettaient sur euh .. sur le bât. 1
*fachî n.m. «fagot de foin, de rameaux, ballot de foin» (Praz 1995: 276).
əː m ʃɥˈiɲ aʃᵊbˈ kə ʃi m baʃ nˈːndə - ə deˈ k elˈiːʒə ʃ itˈa rəfˈɛːtə - j e unaː - h na saʀˈiːrə - a trˈeɪ d eliː - ɪ ɡʁˈnda tsɐrˈirə dʏ meɪtˈãː - dˈɑwə ᵗsɛriːʁ də ʃʏ dɛˈe - ɛ pw j ɛj nːa - a trɛˈe
Euh .. je m’ensouviens aussi qu’ici à Basse-Nendaz .. euh avant que l’église ait été refaite .. il y avait une .. h .. une allée.. à travers de l’église .. la grande allée du milieu .. deux allées de part et d’autre*, et puis il y en avait une .. à travers.
*[də ʃʏ dɛˈe] cf. de che déey ‘de part et d’autre’ (Praz 1995: 182).

18.1 OrsièresF:

-

18.2 OrsièresM:

kʀã mˈamə tɕøʸzˈe j sɪ z ɑdˈ - l pɑ pʁø d aʁdzˈ po ælˈe s lez i azətˈe - ɛ pwˈaːɛ - adzətɑvˈã la mat’æɛʀ po lɪ fɪʀ l ɛ tɔ
Grand-maman cousait elle ses habits .. elle avait pas assez d’argent pour aller se les y acheter .. et puis .. elles achetaient le tissu pour les faire c’est tout.
d l t ɲʊ adzətˈɑv də fʁmˈɑdz y maɡazˈẽ -  muːo-  n avˈe tsøkˈ lə ʃ -  pɔʁtˈɑʋ lə lafˈe a la letəʁˈi e n avˈe l tɔ dy lafˈe - adˈ ɔn avˈe pʁ də fʁɔmˈɑːdz pʊˈɔ -pɔ sə sʏfˈiʁ a se mˈimɔ
Dans le temps personne achetait de fromage au magasin .. on m.. on avait chacun le sien .. on portait le lait à la laiterie et on avait le taux du lait .. alors on avait assez de fromage pour .. pour se suffire à soi-même.

19.1 St-JeanF:

pɔ lɛ fˈeɦɛ dɛvˈan ən ajˈe lɔ tsapˈe plat lɔ tsapˈe dɛ lˈŋna mɑ ʋˈɔrɛ n ẽ tɔ l tsapˈe anivjˈaːr
Pour les fêtes avant on avait le chapeau plat le chapeau de laine mais maintenant nous avons tous le chapeau anniviard.
l ajˈɛ płu dɛ dɛ wɛ mezˈʒɛ ˈĩm pɛ lɛ bɔʃˈ
Il y avait plus de .. de huit mésanges là dans les buissons.
n ɑlˈɑvɔn par ezˈãpl ɑ ʃˈiːrːɔ - ɛ ʃɔvˈɛn dɛ karˈiːma l aˈɛ la nˈeɪ tŋk a vɪʃˈʊi - tŋk a vɪʃˈoɪ l ɑlˈɑvɔn aw la wˈzə - p aprˈe aw l tsarːˈɛt
On allait (litt. ils allaient) par exemple à Sierre .. et souvent en Carême il y avait de la neige jusqu’à Vissoie .. jusqu’à Vissoie on allait (litt. ils allaient) avec la luge .. et puis après avec le char à mulet.

19.2 St-JeanM:

œː dʋˈan kɔm iːrɔ zɔˈɛnɔ  beŋ ʃɛ mɛhłˈɑʋ pɑ - l ajˈɛ tɔzˈɔr lɛ drˈɔlœ a ɡˈɔːsa ɛ lɛ ʒ ˈɔmɔ a driːt ɛ lɛ ʒ fˈan ʊ kuːr -  pwɐ ɑprˈ l a  tsɛ tsʑiˈɑ pɔ ʃɛŋ kɛ lɛ drˈɔːlœ lʒ ˈajœn də płeʒˈeɪᶢ dɛ vənˈi awˈe lɛ ʒ ˈɔmɔ - ma lʏ ʒ ˈɔmːɔ vɑm pa tan dʊ kɔtˈɪ di drˈɔlɛ - ʃ nʊŋ lɛ ʒ ehrzjˈɛ
Euh autrefois quand j’étais jeune eh bien on se mélangeait pas (litt. ils ne se mélangeaient pas) .. il y avait toujours les femmes à gauche et les hommes à droite et les enfants au chœur .. et puis après ça a euh bien changé parce que les femmes elles avaient de plaisir de venir avec les hommes .. mais les hommes vont pas tant du côté des femmes .. sinon les étrangers.

20.1 SavièseF:

eɛː parˈ atsʏtjˈm pɑ ɔ ʒmbˈᶢ - n ɛjɥˈɛ  katsˈ mˈɛjmo
Mes parents achetaient pas le jambon .. on avait les cochons mêmes.
deˈ l aˈɪ o wɑkˈʊ ki e fe pe de ʃɑvjeʒˈɑŋnə ɑː ɹjˈ k ɑːv  - awˈe e di fɑʒˈi ʃã fasilamˈ - w ˈntʊ rowʒ ɑ no fɑʒˈi - œ wɑkˈʊ - mɑ ˈoɹɛ l ɛ ɲ m kɪ fe ɕə ra - pɑ kwɪ l ɪ k e fe
Avant il y avait la ceinture* qui est fait par des Saviésannes euh rien qu’avec euh avec les doigts elles faisaient cela facilement. La tante Rose à nous faisait .. les ceintures* .. mais maintenant {c’est = il y a} plus personne qui fait cela ici .. (je ne sais) pas qui c’est que les fait.
*[wˈɑːku] n.m. ‘ceinture traditionnelle tissée de laine de diverses couleurs’, cf. BH 2013: 407 s.v. ou‿ac.
nɔ kostˈymə n a ʒˈɑme ʒu dɛ wɛ- de bʷˈotə spesjˈɑw - n  tot mɪtˈy e bʷˈote dɪ tɥ  dzɔ ke l ajˈe ʃy o mɑɹtʃjˈɑ
Notre (nous le) costume en a jamais eu de oue.. de chaussures spéciales .. nous avons toujours mis les chaussures de tous les jours qu’il y avait au marché.
œ bɛ l ˈɛə - ɛ mɛ kɪ dʒø məzˈːʒə dr u boʃˈ
Eh bien il y avait .. euh plus que dix mésanges dans le buisson.
l ˈɛɪe wɪ tsɑmˈɔ kə ʃʊtˈ dr iː ʃe
Il y avait huit chamois que sautaient dans les rochers.
poː{ɹ} tinˈi n ɛ ɛ pɑtɑˈ l ɛj  ˈɑkʊː dɹõ ɔ te
Pour tenir en haut les pantalons il y avait une ceinture* dans le temps.
*[wˈɑːku] n.m. ‘ceinture traditionnelle tissée de laine de diverses couleurs’, cf. BH 2013: 407 s.v. ou‿ac.

20.2 SavièseM:

wɛi j iɛ maː ɹa eː iz aʋeː eletrifiˈæː - ʃɪ pa ʃi tˈɛʁmɔ - el a el a mɪtˈu ə - l ã fe vəriˈa wi dː - awˈe l maʃˈinə l  pamˈi man d e ˈɔmʊ - awˈ m- dɛˈan dʏʒˈœn trøkudənˈa - ɛːe ka eː ɪ karˈɛð  pwe terʏ ʃu d coːd - mɛ i aˈɛe - j ɛ dzɛŋ d awˈœrə ʃ
Oui, il y avait, mais maintenant il est .. ils avaient* électrifié .. je sais pas ce terme .. il a il a mis .. ils l’ont fait tourner avec de s.. avec les machines c’est plus main de l’homme .. avec m.. autrefois on disait (litt. ils disaient) .. et quand ils carillonnent on peut tirer sur des cordes .. mais il y avait .. c’est joli d’entendre cela.
*forme française; pour les formes dialectales, cf. carte 52620.
ëː - n aʋˈy ʃɔnˈa e klˈsə n aˈeː  bœ - n aˈøː - n akˈuta we -  ɪ - ʃˈœmbe ke leː - ʃˈømbe keː - ke n ɑwˈy ʃɔnɛ ɛ kʎˈsɛ - ke ʃø pa ʃɪ tˈæ t o fwɑː u b a etˈe  mɔː u b a etˈe - etˈe na f ʃe pa ma i - u bˈɑẽ k i eˈty pø na mˈøʃa t  batˈɛm e walˈa po ʃɛŋ ke - tərjˈa  klˈose
Euh .. on entend sonner les cloches, on avait un bon .. on avait .. on écoute oui .. les .. il semble que les .. il semble que .. qu’on entend sonner les cloches .. que je sais pas si ça été au feu ou bien ça a été un mort ou bien ça a été .. été un décès* .. je sais pas mais les .. ou bien que c’était pour une messe un baptême et voilà pour cela qu’(ils ont) tiré les cloches
*[f] cf. chón a fën ‘sonner la fin, le décès de quelqu’un (FB 1960: 271 s.v. fën).
l ɛ mɛɪ kɪ dʒjˈeɛː - dᶾjø maʒɛntsˈɔn drʊ o boʃˈ
Il y avait plus que dix .. dix mésanges dans le buisson.

21.1 SixtF:

b syr k j etˈɛ tre strˈɪktə θˈɑkː bː avˈɛ na œnː -  nymerˈo - e θak presˈʏnːa avˈɛ sa plas definˈi -  pɑjˈɪv sa plas θɑk preːsˈənə pəjˈɪv sa plas - le fˈɛn etˈj dəzː e lʊ z m ecjˈ sy le trɪbˈynə - e pwe e stˈɑlːɐ - le stalː j etˈɛ sytˈo le plas ʁesɛʁvˈeː - ð l t ðə ps ɐ l famˈɪʎe ᵈ k etjˈ d bokˈː - miˈo kwɑ
Bien sûr que c’était très strict chaque banc avait une euh .. un numéro .. et chaque personne avait sa place définie .. on payait sa place chaque personne payait sa place .. les femmes qui étaient dessous et les hommes étaient sur les tribunes .. et puis les stalles les stalles c’était surtout les places réservées .. dans le temps je pense aux familles qu’étaient un peu .. mieux quoi.
de kʊtˈymə j n œvˈɛ enɔʁmemˈ - m le kʊtˈɪmə ɛ lɑ -  ʒeneʁˈalɛ le fˈeːta sə pasˈɑv vɛ l abajˈɪ  l eʎˈɪsə - ð lʊ vɪˈaðə - j œvˈɛ la kʊtˈymə - e ʁɔɡasjˈ j alɑvˈ - œ ð le θapˈɛlə j n ə - j n œᶹɛ  - ɪ - ɪ drɑ trɛ ðœr lʊ trɛ ðœr kœ presedˈɑv l ɑssjˈ - lə døʎˈ - j ɪtˈɛ lɑ tθapˈɛla dy mɔʎˈe k ˈɛ lɑ mˈɛsːa - lʏ dəmˈeːrə j etˈɛ vɛ l mː e l dəmˈekr j etˈɛ a sarvanˈɪ - e a sarvanˈɪ s e- j etˈɛ l plɛ pɔʀtˈ paskˈə - tˈøta la kmˈunːa vnˈɪv av lɔ pˈeʁθə benˈɪt - pɑskˈə hlə pˈeʁθə benˈɪt - œlz etjˈ beɲˈøː - l ˈɑtʁ loː də n se - avjˈa na kurˈɛ - ː l- œ - θ j ɛv  ptɪt otˈɛlə - ɛ le ɡ le a le pˈɛʁθ etjˈ beɲˈøː lɪ e - ɑlˈɔʁs e j etˈɛ lə plɛ pɔʁtˈ
Des coutumes il y en avait énormément .. mais les coutumes et la .. en général les fêtes se passaient vers l’Abbaye* en l’église .. dans le village .. il y avait la coutume .. aux Rogation ils allaient .. euh dans les chapelles il y en e.. il y en avait un .. il .. il durait trois jours les trois jours qui précédaient l’Ascension .. le lundi .. c’était la chapelle du Molliet qui avait la messe .. le mardi c’était vers le Mont et le mercredi c’était à Salvagny .. et à Salvagny c’é.. c’était le plus important parce que .. toute la commune venait (litt. venaient) avec leurs branches bénites .. parce que ces branches bénites .. elles étaient bénies .. l’autre côté du Nant sec .. il y avait une croix .. et l.. euh .. là il y avait un petit autel .. et les les les branches étaient bénies là et .. alors c’était le plus important.
*L’Abbaye est le quartier de Sixt qui se trouve au centre de la commune.
me ð θɑk vejˈɑðɛ j œvˈɛ  baθˈe - lə baθˈe prɪmitivmˈ j etˈɛ  bwe
Mais dans chaque village il y avait un bassin .. le bassin à l’origine était en bois.
k d etˈɔ pˈʊrɐ ɔ b syr - ɪ nœ fahjˈ mðɪ d le tœrtˈn də byʶ j ɛvˈɛ btˈo at d byʶ m n p
Quand j’étais petite oh bien sûr .. ils nous faisaient manger des tartines de beurre il y avait bientôt autant de beurre comme de pain.

21.2 SixtM:

ɪ fɐ sɐwˈɑʁ m ã zvʏn pro kd j ava lʊː - j ava la tɔskˈaːna k pasˈaːʋa aw  bɔk ðəː -  bɔk z d ɦˈʀe  bɔk dəː bˈeʀˈoʋ - k e pɔrθˈavə sy de sy dowᵊ ʀy m s - ɪ vɲã mðɪ ɦɪ n
Il faut savoir je m’en souviens bien quand il y avait le .. il y avait la Toscane que passait avec un petit .. un petit char une petite brouette .. qu’elle portait sur des sur deux roues comme ça .. elle venait manger chez nous.
n ãn a ktˈɑːæː œː - n ãn æ ktˈɑ nɐ - ð- ʋæ ɛj ãn avˈæ me d di - sy l fɪ
On en a compté euh .. on en a compté une .. d.. oui il y en avait plus de dix .. sur le fil.
ɔː  vjˈɑːð i avˈɛ βj d la ð - j ɑn ɐ əvjˈʏ tk a œː dizɥi s - ve luː - aprˈe napɔleˈ - ve lu dizɥi s v trˈtə - j t ɑlˈɑ ba ɦi - wa ʏ deːʀˈi ʀsãsmˈ - j n a pɑme k st h - st s hi
Oh une fois il y avait bien du monde .. il y en a eu jusqu’à dix-huit cents .. vers les .. après Napoléon .. vers les dix-huit cent vingt trente .. c’est descendu (litt. allé bas) Sixt .. aujourd’hui au dernier recensement .. il y en a plus que sept cent.. sept cent six.

22.1 TorgnonF:

dedˈe lɛ z ɑlpˈɑːdzɔ ʃʏ ddˈ lɛː m- lɛ mtˈɑɲɛ cʲø j ɑvˈɛ bjŋ ɑ bwˈɔɛɪ dɛ bˈʏːkɛ ˈɑ vˈetʃe ɪ n ɑ pomˈeː - n ɑ pomˈe kˈɑzə ɕ tʃœ kˈɑːzə dɛ feːʀ
Dans les alpages en haut dans les m.. les alpages autrefois il y avait bien des bouils en bois maintenant par contre il y en a plus .. il y en a plus presque ils sont tous presque en fer.
sɛʀvˈɪvɛː ɑ pœ- ɑ tʀˈɑ lɔ bøːk pɛʀkˈe ĩkjø j ˈɑːɛ pɔ dɛ tʀatˈœʀ j ˈɑːɛ pɔ ɲ tɔ l ɪvˈeʀ ʃə fɪzˈɪv lɛ tsˈoːblɔ sy lɑ nˈɛe - ɛ ɪ ʃ alˈiv ʃɛʀtsˈe lɔ bˈøːke k ʲ ˈav ɑmwɛlˈɔːə - d ʊtˈŋ ɛː tˈɔtə stə bˈaɡə sø ˈɛkːɔ e ɪ lɛ bœtˈɪv dysˈy ɛ e tʀɛˈv
Elle* servait à p.. à traîner le bois parce que ici il y avait pas de tracteurs il y avait pas rien tout l’hiver se faisaient les couloirs sur la neige .. et ils s’allaient chercher le bois qu’ils avaient entassé .. d’automne euh toutes ces choses-là voilà et ils les mettaient dessus et ils traînaient.
*sous-entendu: «la luge».

22.2 TorgnonM:

dədˈɛ lɔ tˈe n ɑvˈɪ lɔː lɔ maʀyʎˈ - kɪ suˈ lɛ klˈotse tʃˈœkɑː ɑ mɛzˈœkːa - ɛː j ˈɪ tʃœt etɔˈ tʃə sˈɪse cʲ ɪ vɲˈɪvŋ ˈe tʃœt etɔˈ ɪ tʃə kõtˈœŋ a kutˈɑ lɒ lɔ lɔ be kaʁeʎˈõ k ɪ fezˈɪv stɛ klˈoːtsɛ vɛː k - ˈɛɑ j ɛː n  tɔ elɛtʁɪfɪˈɛ lɛː lɛ klˈoːtsɛ ɛ j ɛ lɔː j ɛ l kʲyˈɑ keː k ɪ sˈõɛ
Autrefois on avait le le marguiller .. qui sonnait les cloches un peu à musique .. et ils étaient tous étonnés tous ceux qu’ils venaient étaient tous étonnés étaient tous contents d’écouter le le le beau carillon qu’elles faisaient ces cloches ve c .. maintenant il est nous avons tout électrifié les les cloches et c’est le c’est le curé que qu’il sonne.
j ɑ ɛtˈu  pɛʁjˈɔdə ɑpʁˈe lɑ ɟˈɛːʁɑ kʲ ɑvˈɛ sː- j ˈɑv tʃˈœka dɛː dɛ dezˈɔdʁə kʲɛ tsakʲˈm plʏz ɔ mw ɪ fezˈɪːvɛ sˈŋke ʎɔ kveɲˈɪːvɛ - ɛ ɑpʁˈe j ɛ tɛʁvˈ lɑ ʁɛʒˈ kɛ j ɑ mpɔzˈʊ - m bɑʎˈ də sysˈɪːdœ dɛ fˈɑɛ lɛ tɛt ɑ lˈɑːbjɛ
Il y a eu une période après la guerre qu’il y avait s.. il y avait un peu de de désordre que chacun plus ou moins il faisait ce qui lui convenait .. et ensuite elle est intervenue la Région qu’elle a imposé .. en donnant des subsides de faire les toits à ardoises.
dɛvˈŋ n ɑvˈɪ bjɛn də tʁɑvˈɑɛ - ˈɛːɑ ɑpʀˈɪ lɑː l akoʀpamˈŋ kʲɛ kʲɛ n  feː æ j ɛ to sˈẽmplo pɛʁɡˈɛ j ɛ nɑ - n  pɔmˈe kʲ ɑ pɔʀtˈɑ lɑ - ɡʀɛsˈɪ lɔ pʁɔ - ɛː ɛ fʁøzˈɑ lɑː - fʁøzˈɑ la ɡʁˈɛːsə ʁatɛlˈɑɑ - ɛ vˈɛtʃe dœvˈŋ j ˈɑvə to lɛ ʁy ɑ fˈɑːɛ pulɪtˈɑː ɛː
Avant on avait bien de travaux .. maintenant après le remembrement que que nous avons fait euh il est tout simple parce que il y a une .. nous avons plus qu’à porter .. engraisser le pré .. et et herser la .. herser le fumier râteler .. eh par contre avant il y avait tout les rus à faire nettoyer euh.

23.1 TroistorrentsF:

sy le bˈote la j avˈe todzˈo nɑː - bˈuklə b   nˈø
Sur les chaussures il y avait toujours une .. boucle ou bien un un nœud.
ka ɑʁevɑ- aʁvˈavɑ  ʁta ɐ lɑ mɑzˈɑ lø pˈɑʁɛː s bətˈavɛ tʊdzʊ ː ə  ə - l ɑv dʏˈø
Quand j’arriv.. arrivais en retard à la maison le père se mettait toujours en .. il avait colère*.
*[dʏˈ] ‘colère, dépit’ (GPSR 5: 553 s.v. deuil).

23.2 TroistorrentsM:

ˈɑʋo d le kwəzˈən ɑwə dˈaʋe kwʏzˈʏnə l ənə l ɐʋe l pa ɲe l ˈatʁʊ l ɑʁeː - kəm m bø djɪ  fʁãse blˈõːdə - lɑ mˈmɑ l ɑ tˈʊdzo ɑpelˈo - sɑ - lɑ - lɑ mˈmɑ d- lɑ d- bðãːts e lɑ nˈaːʁɑ s z e la bðˈãtsə - lɑ bðãts e la nˈɑːʁɑ
J’avais des cousines j’avais deux cousines l’une elle avait la chevelure noire l’autre elle était .. comme on peut dire en français blonde .. la maman elle a toujours appelé .. sa .. la .. la maman d.. la d.. blanche et la noire ça c’est la blanche .. la blanche et la noire.
ː la j ˈe asbˈɛ de fʁˈaːʁe - k itaʋ ɦ ˈm le -  l aʁe ɲe l ˈatʁɔ l aʁe bðː - pʁˈeskə ʁˈodzo - l aʁˈe - lə bð - e lə ɲeː
Et .. il y avait aussi des frères .. qu’habitaient là-haut .. l’un il était noir l’autre il était blond .. presque rouge .. c’était .. le blanc .. et le noir.
ə n ˈaʋãː n evjˈe -  bu - ɛ s s ɑpəˈɑle - lə tsəʁjˈøʏ - lø tsəʁjˈø  bu - nə ɡʁˈusɑ bˈœðə - kʁozˈæjə d l bu kˈəm õ bwi -  ʁjã -  ʁjã - e pwɑ - lɐ j ɑʋe õ tʁuː bweɪ sy õ buʃˈ døzˈo lə bidˈ - pɔ pʁˈde sŋ kə ʃə- ɕ- tʃe l ˈewɛ -  s l e lø tːsəʁjˈø - pʊo tsəʁjˈe
Euh nous avions .. un évier .. en bois .. et cela s’appelait .. l’évier (litt. le tonneau ?) .. l’évier en bois .. une grande bille .. creusée dans le bois comme un bassin de fontaine .. en rond .. en rond .. et puis .. il y avait un trou .. puis dessus un bouchon .. dessous le bidon pour prendre ce qui ch.. ch.. tombe l’eau .. et ça c’est l’évier .. pour charrier l’eau.
sɛ depˈ d la dzɔʁnˈiːʋɑ - s  sə levˈaːveː lə mɑtˈa a tʀe z œ e dmje - po sajˈe -  tsö- də tsötˈː - ᵊ l bɑ d ʒw ʒɥijˈe tʁe z  e dmjɛ falae s levˈa - lə pʁˈəmje dedzɔʁnˈ e katʁ ˈœøʁe -  sekˈ p e sat ˈøːʁe - pwɔ pe nː ˈøʁe e dmjˈe ɟje z ˈøːʁə lɐ j ɛ ː -  bˈ ddznˈ - awˈe de fʁkˈas de bweɲˈɛː - pʷɑ lʊ βʊ tː pe bjedzˈo
Cela dépend des travaux de la journée1 .. si on se levait le matin à trois heures et demie .. pour faucher .. en é.. en été .. le mois de juin juillet trois heures et demie il fallait se lever .. le premier déjeuner aux2 quatre heures .. un second pour les sept heures .. puis vers neuf heures et demie dix heures il y avait un .. un bon déjeuner .. avec des fricassons des beignets .. puis le bon moment pour midi.
1[dzɔʁnˈiːʋɑ] ‘journée de travail, travaux de la journée’ (GPSR 5/2: 1124b).
2forme masculine; cf. Fankhauser 1911: §184.

24.1 Val-d’IlliezF:

a kã ˈyʁɔ dzʊwˈʏnɑ n ˈɑʁɑ ʁ k lɐ dmð kə n awˈa d- d la tsɛ a mdʒˈi - n ˈaʋa pa pø d ɑʁdzˈ b - aʁ l ʁ  lˈyksə la - la tɕɛ
Ah, quand j’étais jeune ce n’était rien que le dimanche qu’on avait de .. de la viande à manger .. on avait pas assez d’argent bon .. alors c’était un luxe la .. la viande.
a dəmˈdz  - œ dəmˈdz n ˈaʋa -  mdʒjˈeʋə dy ɡatˈo
Le dimanche on .. euh dimanche on avait .. on mangeait du gâteau.
j e ʒamˈi jy sa na - aː m l ɐʋjˈa  lˈaʁzə k s apˈal mulˈ - sa pʀ bæː aˈy - m l i ʒamˈi jy - li ba y f - ba y f də - kt la jɪz
J’ai jamais vu ça non .. ah mais il y avait un mélèze (au lieu-dit) qui s’appelle Moulin .. je sais très bien .. moi je l’ai jamais vu .. là-bas au fond .. bas au fond de .. contre l’église.

24.2 Val-d’IlliezM:

vɛ l ɔtˈɔ n ɑtstˈæ pa l ʒãbˈ n ɑʋˈɑ lʊ kwɛjˈ mˈɛmɔ
À (litt. vers) la maison on achetait pas le jambon on avait les cochons même.
l əʋˈa mi de ɛː - dʒi mezˈʒə dʒ lə - lu bəsˈ
Il y avait plus de euh .. dix mésanges dans le .. le buisson.
kã ʁʋˈaʋɔ  ʁtæː œ lə pæʁ sə - l ˈɔə - s btˈa tʊdzˈ - l ˈɔɔ tɔdzˈ ʁˈɑdz
Quand j’arrivais en retard le père se .. il avait .. se mettait toujours .. il avait toujours colère.

25.1 VouvryM1:

ej ɐʋˈ ø mˈɛi jʊ majtsˈət dã l bɔsˈ
Il y avait au moins dix mésanges dans le buisson.

25.2 VouvryM2:

mʊ parˈ l ɐtstˈav pa l zãbˈø lø - lø dzãbˈ - n avˈɛ lʊ kajˈ se mˈɛmɔ
Mes parents ils achetaient pas le jambon le .. le jambon .. on avait le(s) cochon(s) soi-même.