Menu

Comparer

Comparer la carte 52410 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Critères de recherche

Cartes

Imparfait, 1re personne du pluriel des verbes en -are

 
parler de
 
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz
1a
ɐtstˈɑ
ʀɑhəˈɑ, rẽtrˈɑ
1b
mĩzjˈ, tsɪŋkanˈiː
 
2
Bionaz
 
dɪɕcʲtˈɑ, mœndzˈɑ
ɑtsətˈɑ
3
Chalais
 
abɪtɪʃˈaŋ, aleʃˈaŋ
aliʃˈaŋ, atsetˈaŋ, atsɛtˈɑvɔn
4
Chamoson
 
alsˈ, mʏdzʏsˈ
ɐdzˈətəs
5
Conthey
 
adzətˈ
adzəteʃˈɛ, butʃeʃˈɛŋ, tsaɹʒəʃ
6
Évolène
 
atsʏtˈɪŋ, mzˈ
ɐtsɛtˈŋ, tsardzˈŋ
7
Fully
1a
depjøtˈɑv
tʃɥɛʒˈɑvɛ
1b
mødzˈʏv
 
8
Hérémence
 
atsətəʃˈ, mzɪʃˈʏn
ardəʃˈẽ
9
Isérables
 
tsətˈm, mẽndzəsˈɪn
ɐtsɛtɛzˈɛm, tsarzəsˈŋ
10
La Chapelle-d’Abondance
 
-
-
11
Lens
 
alˈaŋ, mzˈaŋ
alˈaŋ, tsarzˈaŋ, tsarzˈam
12
Les Marécottes
1a
ɑtsətˈɑv
atsətˈɑv
1b
mdʒˈɪəv, tskɐɲˈɪəvɑ
 
13
Liddes
 
astˈim, astˈẽn, alẽ, mədzˈeɪŋ
astˈ
 
parler de
 
témoin
féminin
témoin
masculin
14
Lourtier
1a
plãŋtˈɑɔn
ædztˈaẽ
 
møzjˈɛɪ, mʏzjˈɛ, rɛpjˈetɛ
ɐdzədˈẽ, pljˈɛĩ
15
Miège
 
lɐʋitˈ, alitˈŋ, ʃejitˈŋ, tsarzitˈ
ɐtsëtitˈŋ, pɔrtitˈɑŋ, alitˈɑŋ
16
Montana
 
atsɛtˈŋ, mĩŋzˈan
atsətˈam
17
Nendaz
 
mœndzəʃˈʏ, tskaɲəʃˈe
atsətəʃˈɪ
18
Orsières
1a
pɔʀtˈaʋɛ
ɐdzətˈav
1b
mndʒʲˈøʋ, mʏdʒʲˈyʋɛːn
tʃaʁdʒjˈɛøv
19
St-Jean
 
atstˈɛŋ, mzˈɛẽŋ, mẽzˈɛj
ɛlɛvˈŋ
20
Savièse
1a
 
ɐtsɪtˈɑm
 
ɐtsətjˈɔm, mndʑɪˈn
 
21
Sixt
 
-
-
22
Torgnon
 
atstˈɪv, mdzˈɪvn
atsɛtˈɪvŋ, mpleˈɪv, ɑtsetˈɪ, ɑtsɛtˈɪ
23
Troistorrents
1a
atstˈav
alaʋ, ʁʊmwˈæːʋ
1b
 
tʃãʑjˈɛʋ
24
Val-d’Illiez
 
-
-
25
Vouvry
 
-
-

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

k ɪɹə zɥɛn n ɐtstˈɑ l- pɹatekamˈ pa dɛː de tsˈiːrɐ - na fɑʒˈ buserˈi mˈimɔ
Quand j’étais jeune nous achetions lon.. pratiquement pas de viande .. nous faisions boucherie mêmes.
 zɔɹ dʏ fiːh nʊ mĩzjˈ de pˈɪtɪ p
Les jours des fêtes nous mangions des petits pains.
tʃɥ ɑz kə vˈeɪ ɑ bɑːmˈɑʁø nʊʑə tsɪŋkanˈiː
Toutes les fois que je voyais ma belle-mère, nous nous disputions.

1.2 ArbazM:

dˈŋkə ʀɑhəˈɑ ɔ fẽŋ ɑw oː - ʀɑhəˈɑ ɔ pro - ɑprˈi fɑʒˈẽɪ ɛ ʒ ẽŋnˈi ɛ ɔ ʀẽntrˈɑ ɑ ɡrˈnzɛ
Donc on râtelait (litt. nous râtelions) le foin avec le .. on râtelait (litt. nous râtelions) le pré .. après on faisait (litt. nous faisions) les ballots de foin et on le rentrait (litt. le rentrions) à la grange.

2.1 BionazF:

də dzˈoː də fˈɪta - k l ɛ fˈɪta - mœndzˈɑ dʏ pˈeɲo p
Les jours de fête quand c’est fête .. nous mangions des petits pains.
tʃø lø kˈʊᵊ cʲø vɛˈɑːɔ - la balːˈa mˈɛ - no dɪɕcʲtˈɑ
Toutes les fois que je voyais .. la belle-mère .. nous nous disputions.

2.2 BionazM:

kaŋ nɔzˈa lɪˈan zɔwˈɔ ɑtsətˈɑ pa kˈaːzə ʀɛn dʏ ə - də tsøː
Quand nous autres étions jeunes nous achetions pas quasi rien de euh .. de viande.

3.1 ChalaisF:

tantˈo n abɪtɪʃˈ  - ː ʀˈɛʃʏ tanto vɛrkɔrˈ - dpˈɛn lɛ trɑvˈo kʏ laiʃˈ a la kampˈaɲ - tantˈo ʃu tantˈo bɑ - laiʃə- n aiʃˈaŋ na miʒˈ a ʀˈɛʃʏ miʒˈŋ a vɛrkɔr - alˈ kɔm dã lɔ - kɔm faʎˈɛ pɔ  tʁavˈo d la kãpˈaɲ
Tantôt nous habitions à .. euh Réchy tantôt Vercorin .. ça dépend les travaux que nous avions à la campagne .. tantôt en haut tantôt en bas .. nous av.. nous avions une maison à Réchy maison à Vercorin .. nous allions comme dans le .. comme il fallait pour les travaux de la campagne.

3.2 ChalaisM:

du tɛŋ n atsetˈ ʒjˈame də fromˈazə - nɔ nɔ faʒˈɛŋ nɔ mˈɛmə
Dans le temps nous achetions jamais de fromage .. nous nous (le) faisions nous-mêmes.
dɛ ɡə n aiʃˈan tsɛ d arzˈɛn ə nɔ nɔ nɔ ʒ ɐtʃə- œ l- atsətəɑ- atsɛtˈɑvɔn  ʊ- dˈʊ tre sɛrvəlˈɑ pɔ fˈeʁə me- m- mʎˈ ke le ʒ ˈɑːtrə kw
Dès que nous avions un peu d’argent euh nous nous ache.. euh l.. achet.. achetions un ou .. deux trois* cervelats pour faire plus m.. meilleur que les autres quoi.
*[dˈʊ tre] adj. num. ‘deux trois; quelques-uns’ (cf. FB 1960: 215 s.v. dóºᵘtr, GPSR 5: 558).
dəvˈan - n alˈ ʊ mulˈiŋ pɔː - pɔː mˈudrə lɔ blɑ
Autrefois .. nous allions au moulin pour .. pour moudre le blé.

4.1 ChamosonF:

d l tː - n alsˈ y mulˈ pɔ m- mˈœʏdʁ ɔ blo - o blo
Dans le temps .. nous allions au moulin pour m.. moudre le blé .. le blé.
 dz d fˈitɐ n mʏdzʏsˈ dɛ ptʃʲˈ pã
Les jours de fête nous mangions de petits pains.

4.2 ChamosonM:

m k lɑʁə dzəvˈʏnəː - næ ɐdzˈətəs pˈu də tsˈɛ
Ben quand j’étais jeune .. nous achetions peu de viande.

5.1 ContheyF:

kãn n ˈɛr d- dzoˈːnɐ n adzətˈː ʒamˈɪ də - də a - d tse
Quand j’étais jeu.. jeune, nous achetions jamais de .. de la .. de viande.

5.2 ContheyM:

kaŋ n ˈɛɪr dzʊˈønɐ n adzətˈɛ pˈu də tse - nʊ butʃˈɛŋ adˈ
Quand j’étais jeune nous achetions peu de viande .. nous bouchoyons jadis*.
*[adˈ] adv. ‘jadis, autrefois’ (cf. GPSR 1: 124s. s.v. adn).
ɔ tsaɹʒəʃ ʃʏ dɛ muˈɛ də ku aʃəbˈ - pɔ mənˈɑ ɑ ɡrˈaŋzə
Nous le chargions sur des mulets parfois également .. pour (le) mener à la grange.

6.1 ÉvolèneF:

kan ˈɪrɔː zʋˈna n atsʏtˈɪŋ tre p dɛ tse
Quand j’étais jeune nous achetions très peu de viande.
la dʏmˈɛs nmzˈ dɛ ɡatˈo
Le dimanche nous mangions de gâteau.
l zɔʃ də fˈeːsa nɔ mzˈŋ də pti pãʃ
Les jours de fête nous mangions de petits pains.

6.2 ÉvolèneM:

d ˈɑtr vjˈɑːzə n ɐtsɛtˈŋ lœ ʒ œχˈow - lø ʒ œχˈowɛ e lə kɔlpɔrtˈœrə {kɪ / k ɪ} paʃˈɑə
Autrefois nous achetions les balais .. les balais chez les colporteurs {qui / qu’ils} passaient.
l tsardzˈĩŋ dɛʃ lɔ mulˈɛt
Nous le chargions sur le mulet.

7.1 FullyF:

la dymˈzə - li dzø də fˈiːtᵊ nø mødzˈʏv ʃɔvˈɛn də pətʃu p y də pŋ blã
Le dimanche .. les jours de fête nous mangions souvent des petits pains ou du pain blanc.
tsˈəkə kˈuv kə vɛjˈev la bˈala miʁ nɔ nə depjøtˈɑv
Chaque coup que je voyais ma (litt. la) belle-mère nous nous disputions.

7.2 FullyM:

wˈɛe tʃʏ lɪ ʒ  n tʃɥɛʒˈɑvɛː ɛna vats ɑ lɑ butsʁˈi
Oui tous les ans nous tuions une vache à la boucherie.

8.1 HérémenceF:

ɑtrə kʊ n atsətəʃˈ lɛ ʒ ɛhˈɔw ɔ lɛ martʃˈaŋ kə ʁondˈɑʋ
Autrefois nous achetions les balais chez les marchands que faisaient le tour.
a dømˈzə n mzɪʃˈʏn dɛ ɡatˈo
Le dimanche nous mangions du gâteau.

8.2 HérémenceM:

d ˈatrø kʊ pɔ ʃœˈe kɔmœ faʒˈø lə tː œˈe nz ardəʃˈ tɔlˈ la ð blns
Autrefois pour savoir comment faisait le temps euh nous regardions toujours la Dent Blanche.

9.1 IsérablesF:

kŋ ˈiɹɔ dzʊwˈʏnə n tsətˈm paː bwˈʊn də vi- dɛː tʃɪr
Quand j’étais jeune nous achetions pas beaucoup* de vian.. de .. viande.
*[bwʊn] ‘beaucoup’, cf. Favre-Fournier 1969-72: 121 s.v. bouéïngn.
ɛ dzor də fjˈetə n mẽndzəsˈɪn də pəti p
Les jours de fête nous mangions des petits pains.

9.2 IsérablesM:

ka(n) n esˈen zowˈœn (n) ɐtsɛtɛzˈɛm pa de tʃe
Quand nous étions jeunes nous achetions pas de viande.
nø tsatsə- tsˈoːə- tsarzəsˈŋ a tsa- a tsaːrʒə ʃ  muˈɛ
Nous charch.. chaeu.. chargions la cha.. la charge de foin sur les mulets.

11.1 LensF:

dvˈaŋ - n alˈ - ʊ mulˈiŋ - pɔ mˈuːdrə lɔ bʎa
Autrefois .. nous allions .. au moulin .. pour moudre le blé.
lœ zɔr d fˈeːhɐ nɔ mzˈaŋ dɛ panˈɛs
Les jours de fête nous mangions des petits pains.

11.2 LensM:

ɛ bˈeŋə tɔ dəpˈɛŋ t dəpɛŋ ʃɛŋ iə - ʃ ˈirə kɔmˈɔdɔ n nɔ faʒˈaŋ le ʒ eɪnˈe ɛ nɔ tsarzˈ katr einˈe ʃu lɔ ʃu l tsaʀˈɛt a eʃjˈɛlə -  nɔ dəʒˈan ben tsaɹzjˈa mitʃja mənˈaː - p ʃeŋ ke ʃe nɔ tsarzˈam pa beŋ n ɛ a tsˈarzë kjɛ ʀʊβatˈaːʋə ɛ irˈɛ ə - falˈiə lɔ rəprˈɛndrə ə rəmˈɛtrə le ʒ eɪnˈe ʃu pʎaʃ
Eh bien tout dépend tout dépend c’était .. si c’était commode nous faisions les charges* et nous chargions quatre charges sur le sur le char à échelle .. et nous disions «bien chargé moitié mené» parce que si nous chargions pas bien nous avions la charge que retombait et il était .. il fallait le reprendre et remettre les charges sur place.
*[eɪnˈe]: cf. èin s.f. ‘charge de bois, de fumier, de blé, etc. que porte en une fois une bête de somme’ (GPSR 6: 187).
dɛvˈaŋ a- n alˈ o mʊlˈɪŋ po mˈudrə lo bʎa
Autrefois a.. nous allions au moulin pour moudre le blé.

12.1 Les MarécottesF:

k j ˈʁə dzəvˈʏny n ɑtsətˈɑv pu də ts
Quand j’étais jeune nous achetions peu de viande.
la dəmɛˈdzə nʊ mdʒˈɪəv de ɡɑtˈoː
Le dimanche nous mangions du gâteau.
tɥɪ lɪ kʊ kə vɛjˈevʊ ma balːˈa mˈɑʁ n nʏ tskɐɲˈɪəvɑ
Chaque fois que je voyais ma belle-mère nous nous disputions.

12.2 Les MarécottesM:

d lø t n atsətˈɑv lɪ balˈɛ ə - lɪ ʒ cjˈœːvɛ - ɛ panəcjˈɛ kə pɑʃˈɑːʋɔn d l vəlˈɑːzə dʊ tʁ ku pɛʁ 
Dans le temps nous achetions les balais .. les balais .. chez les vanniers que passaient deux trois* fois par an.
*[dʊ tʁ] adj. num. ‘deux trois; quelques-uns’ (cf. FB 1960: 215 s.v. dóºᵘtr, GPSR 5: 558).

13.1 LiddesF:

kã eɹ dzʏvˈyna n astˈim pɒ la tse - fazˈẽ la butsərˈi d œøtˈ po tɔ l 
Quand j’étais jeune nous achetions pas la viande .. nous faisions la boucherie d’automne pour tout l’an.
ɔtɹə jˈɔːdzə n al y mʊlˈŋ po mˈøʏdəɹ l ɡɹã
Autrefois nous allions au moulin pour moudre le grain.
la dəmˈːdz n mədzˈeɪŋ də ɡˈɑːtˈʊ
Le dimanche nous mangions du gâteau.
li dzœ d fˈiːtə n astˈn d pɪcjˈu p
Les jours de fête nous achetions des petits pains.

13.2 LiddesM:

ː kan ere - k er dzvˈʏnɔɐ -  pø dˈəre kjə n astˈ pɑ də tsɛr n fɑzˈ la butserˈi mˈimwɑ
Euh quand j’étais .. quand j’étais jeune .. on peut dire que nous achetions pas de viande nous faisions la boucherie mêmes.

14.1 LourtierF:

æ dømˈɛðə møzˈei- nø møzjˈɛɪ - d ɡɑtˈo
Le dimanche mangi.. nous mangions .. des gâteaux.
ɪ dz dɪ fˈitɐ n mʏzjˈɛ də pʏtʃu pa
Les jours de fête, nous mangions des petits pains.
d ø t nø plãŋtˈɑɔn də bətəʁˈɑːʋ pw ɪ vats
Dans le temps nous plantions des betteraves pour les vaches.
tɕɥ ɪ kʊ ke j ʋˈœijə - a blˈaː miː - nʏ nə rɛpjˈetɛ
Tous les coups que je voyais .. la belle-mère .. nous nous disputions.

14.2 LourtierM:

k n ɪɹẽː dzʷˈʏnʏ n ædztˈa puː d tsˈe
Quand nous étions jeunes nous achetions peu de viande.
ɪ mj pɐɹˈː ɐdzədˈ pɑ də ʒãmbˈ n  de kajˈ mˈɛẽmʷ
Les miens parents nous achetions* pas de jambon nous avions des cochons mêmes.
*anacoluthe.
i pˈɛʁtsə d ptˈ n ɪʑ pljˈɛ pʷ fɪɹ sëtsˈiɛ d pwˈɔlɛ di bətaʁˈɑ
Les perches des balcons nous les employions pour faire sécher des fanes de betteraves.

15.1 MiègeF:

k lɐʋitˈ lɐ - k n laʋitˈ l lˈŋzɔ d lɔ t n ɐvitm pa də maʃˈinɛ irɛ tɔt ab - avˈ awˈi l bri - na nɔ kwiʒitˈ ŋ kʊʒˈɪnɐ n alitˈŋ lɑvɑ oː - rsjˈe o bwi
Quand lavions le .. quand nous lavions le linge autrefois nous avions pas de machines c’était tout ab.. avec avec les bras .. non nous cuisions en cuisine nous allions laver au .. rincer à la fontaine.
n avitˈ lɛ majˈ ke n ʃejitˈŋ - ɛ nɔ tsarzitˈ ʃu lɛ lɥˈɛzɛ - ɛ nɔ - nɔ vinitɛ- lɛ vˈɑtse tiriˈevɔm bɑ kiː - l lɥˈɛsjɛ dɛ pf
Nous avions les mayens où nous fauchions l’herbe .. et nous (la) chargions sur les luges .. et nous .. nous veni.. les vaches tiraient en bas .. les luges du foin.

15.2 MiègeM:

n ɐtsëtitˈŋ lë bˈɔt vɛr lʊ ɣordəɲˈiæ
Nous achetions les souliers chez le cordonnier.
atre ˈɑːzɔ - n alitˈɑŋ - œ - mˈoʊdəɹ lɔː - lɔ frɔmˈɛŋ - ɔ ʊ mulˈiŋ
Autrefois .. nous allions .. euh .. moudre le .. le froment .. au au moulin.
n lo pɔrtitˈɑŋ ɑ lɑː - ɑ ɡrˈanz ɑwˈe dɛ ə lẽsɥˈɛtˢᵊ
Nous le portions à la .. à la grange avec de euh draps.

16.1 MontanaF:

hɔ ʃ j ɛ verˈe - d œː - d lɔ tẽŋ atsɛtˈŋ lɛː - lɛ ʒ ɛhˈuːvɛ vɛ dɛ m - dɛ martʃˈn kɛ paʃˈɑːvɔn
Oui ça c’est vrai .. dans euh .. dans le temps nous achetions les .. les balais chez des m.. des marchands que passaient.
d lɔ tẽŋ n ɑtsɛtˈm pɑ lɔ frɔmˈɑːzə nʊ lɔ faʒˈ mˈĩmɔ - nʊ faʒˈŋ lɛ - lɛ mˈɔtɛ - lɛ pʏtˈitɛ mˈɔtɛ ʀiˈndə
Autrefois nous en achetions pas le fromage, nous le faisions même; nous faisions les .. les tommes .. les petites tommes rondes.
l zˈɔr dɪ fˈeːhə nʊ mĩŋzˈan də panˈɛs
Les jours des fêtes, nous mangions de petits pains.

16.2 MontanaM:

k n ɪrɑn dzvˈʏnə n atsətˈam pʊɡ dɛ tsɛːr
Quand nous étions jeunes nous achetions peu de viande.

17.1 NendazF:

 dz dʏ fˈɪːtə nᵊ mœndzəʃˈʏ də dɔˈæn p
Les jours des fêtes nous mangions de petits pains.
tʃ ː ku k ɑ vɛˈa ɑ bɛa mɑː nʏ tskaɲəʃˈe
Tous les coups que je voyais la belle-mère nous nous chicanions.

17.2 NendazM:

kŋː - ˈɪro dzʊˈœnə - n atsətəʃˈɪ pu də tse
Quand .. j’étais jeune .. nous achetions peu de viande.

18.1 OrsièresF:

wɛ nɔ pɔʀtˈɛ la peː tʃʏ lʊ kwɔʁdaɲˈɛ - œ pwˈaɪ i takʷɔnˈɑʋə lʊ kuˈɛ - n ɛe dəœ- nɔ pʀze kɔ lʊ kwɔʁdaɲˈɛ a mezˈø - ad falˈive i bˈaɪ la pẽʃˈø - ə paʋ  fʀ p dzˈøɔ - pɔ fiʀ li bwˈœtːə
Oui nous portions la peau chez le cordonnier .. et puis il tapait* le cuir .. nous avons de.. nous prenions encore le cordonnier à la maison .. alors il fallait lui donner la pension .. et payer un franc par jour .. pour faire les chaussures.
*[takɔnˈɑʋə] cf. takoná ‘frapper’ (FEW 17: 301 s.v. *takko).
lɪ dz dɛ fˈeːtə mndʒʲˈøʋ li ptju p
Les jours de fête nous mangions les petits pains.
a nø ɔʁ n mʏdʒʲˈʏʋɛːn  mwɛ də pã də fʀumˈɑːdzø
À neuf heures nous mangions un morceau de pain de fromage.

18.2 OrsièresM:

n ɐdzətˈav ʒamˈ dɛ ʒb no
Nous achetions jamais de jambon nous.
nʊ lʏ tʃaʁdʒjˈɛøv sy la tsaʁɡˈɔsːə - y ɕy ɕy la ʎɥˈɑedzɐ
Nous les chargions sur le char à deux roues .. ou sur sur la luge.

19.1 St-JeanF:

kum n ʃirŋ zowˈønɐ n atstˈɛŋ - ʒjamˈei d d tse
Quand nous étions jeunes nous achetions .. jamais de de viande.
ɛ zr dɛ feh nɔ mĩzˈɛẽŋ d pti paŋ
Les jours de fête nous mangions des petits pains.
sə - ʃ lɛ rjɛbˈʏnə kʏ nɔ mẽzˈɛj kɪ nɔ mœtˈɛŋ ɪ rɛpˈa - ɛ lɛ kɑrˈɔtə ʃirˈ lɛ lɛ lɛ ɡrˈʊːʃɛ kɛ  dɔnˈɑvɛ ɪ kˈɔʃ ɛ ɪ vˈɑʃtsɛ
Ça .. ce sont les carottes que nous mangions que nous mettions aux repas .. et les betteraves étaient les les les grosses qu’on donnait aux cochons et aux vaches.

19.2 St-JeanM:

m parˈn - n atsøtˈaʋ pa dë ʒjambˈ - pʏskʲʏ nɔ - n ɛlɛvˈŋ dɛ pwɛr nɔ mˈɛmɔ ɛ nɔ faʒˈɛŋ la bʊʃərˈɪk ɛ la salɛz
Mes parents .. en achetaient pas de jambon .. puisque nous .. nous élevions des porcs nous-mêmes et nous faisions la boucherie et la salaison.

20.1 SavièseF:

ɑ  ˈɑːdzə faʒ- ɐtsətjˈɔm pɑ ɔ fɹɔmˈɑːzə fɐʒˈɛn tɥi mˈɛimɔ
Ah autrefois nous fais.. nous achetions pas le fromage nous (le) faisons tous mêmes.
ʋɔ  dzɔ dɪ fˈɪtʏ n mĩndʑɪˈn ttˈn nː - de breˈɑ
Oui, les jours des fêtes nous mangions toujours de .. de pains au lait.

20.2 SavièseM:

kɐn ɪø zʊˈɛnːə ɛ me- l eje- d de tsˈëɛː ɐtsɪtˈɑm pru pʊ dɛ ʏ ɡ ʏ ʊ ə- æ dmˈɪnẓe - p  - p kˈo
Quand j’étais jeune, les me.. c’était .. de de viande nous achetions assez peu {..} le dimanche .. puis en.. puis encore.

22.1 TorgnonF:

kã nɔ ɕˈve dzəvˈɔ j ɑn - n atstˈɪv pˈɔkɑ vjˈda
Quand nous étions jeunes ils en .. nous achetions peu de viande.
lɛ dzɔʀ de fˈeːta nɔ mdzˈɪvn de pitʃe pɑˈ
Les jours de fêtes nous mangions des petits pains.

22.2 TorgnonM:

d ˈotʀɪ kɥøː - n atsɛtˈɪvŋ ɑ ɑː ɑʋʊ l mɑrtʃˈŋ  ɪ pɑsˈiːvɔ - lɛ z eɪkˈuvɛː ɛ lɛ pɑtˈẽŋ pə nɛtjˈɪ pə tˈɛːrɑ
Autrefois .. nous achetions à à avec les marchands qu’ils passaient .. les balais et les serpillières pour nettoyer par terre.
k mɛ sˈɪeɔː sˈeo dzəvˈə n ɑtsɛtˈɪ kˈɑzə ʒamˈe dɛː d vjˈda
Quand moi j’étais j’étais jeune nous achetions presque jamais de de viande.
nɔ ɪ mˈetʃɔ n ɑtsetˈɪ ʒamˈe dɛː d ʒmbˈ pɛʁkʲˈɛː nɔ pʁodwˈɪvŋ nɔ n ɑvˈẽ nɔ lː lɛ lɛ ɡadˈẽ
Nous à la maison (litt. aux maisons)* nous achetions jamais de de jambon parce que nous produisions nous nous avions nous les les les cochons.
*[mˈetʃo] ‘maison’ s’utilise souvent au pluriel.
sɔ s dɛː d ʎwˈɛdze kʲɛ n mpleˈɪv pə ɐlˈɑ sʏ pə l bʏ ʁamasˈɑ lɔ bøːk
Ça sont des des luges que nous employions pour aller en haut dans la forêt ramasser le bois.

23.1 TroistorrentsF:

kɑː n aʀ dzʋœnə n atstˈav pa ɡʀøˈɛ də vjˈændɑ
Quand nous étions jeunes nous achetions* pas beaucoup de viande.
*Les parlers du Val d’Illiez connaissent l’emploi (facultatif) d’un ne de négation. Théoriquement, l’interprétation de la forme [n atstˈav pa] est donc ambiguë: (a) ‘nous (n’) achetions pas’ (omission du ne) ou (b) ‘(nous) n’achetions pas’ (omission du clitique sujet). En réalité, l’omission du clitique sujet est très rare. Pour Troistorrents, notre corpus ne l’atteste jamais pour les verbes à initiale vocalique employés positivement. Nous privilégions donc l’interprétation (a).

23.2 TroistorrentsM:

pɛ e nœ ˈœːʁə n al mãẽndʑjˈe m l ɑʁɛ - ə bɑ - bˈɑʁɛ dʏ kafˈe mandʒˈe nsˈatɕe l ɑʁɛ l sekˈ dedznːˈ
Vers les neuf heures nous allions manger mais c’était .. euh boi.. boire du café manger un petit quelque chose* c’était le second déjeuner.
*[nsˈatɕe] ‘quelque chose’, cf. GPSR 3: 267 s.v. chak.
pe la s dzozˈe l pʁəmjˈe ɐʋʁˈi - ə tʃãʑjˈɛʋ - ʁʊmwˈæːʋ - pʊ mwdʑɪ l f
Vers la Saint-Joseph le premier avril .. on changeait.. nous changions de place* .. pour manger le foin.
*[ʁʊmwˈæ] ‘faire la transhumance’ (cf. Duraffour 1969: 515).