Comparer

Comparer la carte 52330 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

     

Verbes irréguliers: «être», 3e personne singulier de l’indicatif imparfait («il / elle / on / c’était»)

 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz (21)
ire, irɛ, irə , ɪr, lœɹ (12), ˈɪɛ, ɪə , lɪjˈ (3)
ire, irɛ, ʏr, ɪre (6),
lˈɪj (1)
2
Bionaz (10)
ɪë, ˈɪjə, ɪ (4)
ˈɪə, ˈɪjə, ɪ (6)
3
Chalais (18)
irɛ, irœ, ˈirə (8)
ˈiɛ, ˈeʊ (3)
ɪrœ, ˈiʁə, , ˈeʀə (4), ʃɪʀɛ, ʃˈiʁə, ʃɪʁ (3)
4
Chamoson (2)
-
aʁə, (2)
5
Conthey (4)
ˈɛɪr, ˈɛrɛ (2)
æer, æɪrə (2)
6
Évolène (5)
ɪɹ, ɪrə, ɪr (3), ˈɪə (2)
irɛ (1)
7
Fully (25)
iʁə, ɪʁɪ, ir, ˈeʁœ, eʁəœ, ˈɛʁə, ʁ (22), ɪɛ (1)
ˈɛrə (1)
ə (1)
8
Hérémence (14)
ɪrɛ, ɪrə, ˈerə, ir (8)
ɪɹə, ɪr (6)
9
Isérables (2)
ir (2)
-
10
La Chapelle-d’Abondance
(14)
, ʁ, ɛʁə, ɛʁ (4)
ɪʁə, , ʁ (8)
et (2)
11
Lens (19)
irɛ, ˈirə, ir (3)
irɛ, ˈir, ˈirə, iræ, (15)
(1)
12
Les Marécottes (15)
ˈʁ, ˈɛeʁɛ, ˈɛʀə, ɛʁ (5)
ɛʀʏ, ʁ, ˈeʁ, ɛrə (10)
13
Liddes (23)
iɹe, ɪr, ɪɹə , erɛ, eɹə, er, ɹ (8), eːᵊ (1)
ɪrɛ, ˈirə, ˈɪrë, ˈɪr, ˈɪrə, ir, eʁe, ˈer, er, ˈeːrœ, ˈerə, er (14)
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
14
Lourtier (5)
ir, iɹɛ (2)
ˈiə (1)
ɪɹ, ɪɹ (2)
15
Miège (13)
ˈire, ɪr, ɪrɛ, ir (6)
ˈire, ɪr, irɛ, ˈeɡrɛ, ˈerə, ɛʀ, ɛɹ (7)
16
Montana (6)
ˈirɛˈɪrə (5)
ir (1)
17
Nendaz (16)
iɹˈɛ, irˈɛ, erə (4)
ˈɪːrə, erœ, erə, er, ɛr  (12)
18
Orsières (20)
ˈiʁə, iʁˈæ, ˈeʁe, ˈeʁ, ˈeʁɛ, ˈeːʁə, eʁæ, ʁ (12)
, ˈiʁᵊ, , ɛʁ, əʁ (8)
19
St-Jean (4)
ʃiɹɛ, ʃir(3)
er (1)
20
Savièse (9)
, jø, ˈɪɔ (4)
eje, ej (2), ˈie, ˈi (2), er (1)
21
Sixt (90)
ɪtˈɛ, etˈɛ, tˈɛ, ɛtˈɛ (74)*
etə, etˈæ, etˈa, etˈɑ, ɛtˈa, øtˈæ, etˈœ, øtˈɑ (16)
22
Torgnon (8)
ˈevɛ (3), ɪʋə (1)
ˈɪvə, ɪvɛ, ˈɪvɐ (3), ˈɪə (1)
23
Troistorrents (15)
ɑʁe, ɑʁ (4)
aʁe, ˈaʁ, ɑʁe, ɑʁ, ɑʁɛ (11)
24
Val-d’Illiez (9)
, ɪʁ, , ʁ (5), ˈɑʁɑ (1)
ˈɛʁə, ɛʁ (2), (1)
25
Vouvry (5)
ɛʁ, əʁˈ, etˈɛ (3)
etˈɛ, tˈɛ (2)

*sic. Notre informatrice de Sixt était intarissable. L’enregistrement réalisé avec elle est trois fois plus long que la moyenne de nos enquêtes.

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

lɑhˈi  bo kɑʀœlˈ - ire ʒeremˈi bwŋ k ʃonˈɑːɛ
Il y avait un beau carillon .. c’était Jérémie Bonvin que sonnait.
 kɑrɑkˈɔ irɛ po tʃɥ ː zɔr - n ɑ n ɑːtɹ  mŋzˈ irə pw  ɡr fˈihə
Le caraco1 était pour tous les jours .. on a un autre le «manzon»2 était pour les grandes fêtes.
1[kɑrɑkˈɔ] cf. caraco n.m ‘léger paletot de femme qui remplace le mandzon’ (FB 1960)
2[mŋzˈ] cf. mandzon n.m ‘paletot des femmes, vêtement de dessus, espèce de casaque couvrant les bras et la partie supérieure du corps’ (FB 1960).
 fydˈɑːɹ ɪr əŋ ʃˈɑːɔ dʏ tẽ - ɔɹɑ lʏː h - ʃɑ pã ŋ kj tɪsˈy lɪ mə lə - d kɔtˈ ʊ bŋ - n ˈɑtɹə wɐ - mɑɹtʃʲndˈɪ
Le foulard était en soie autrefois .. maintenant il est h.. je sais pas en quel tissu il est mais il est .. de coton ou bien une autre oua.. marchandise.
 pw ə zʒ ˈɔmə lœɹ ptjə ʑɑmˈɪ ʒʏ de kutˈɪŋ - de de - de tɪnˈy spesjˈɑ - ir n drɑ
Ah pour les hommes il y avait (litt. il était) peut-être jamais eu de costume .. de de .. de tenue spéciale .. il était en drap.
kãː ʁntrˈɑɔ taɹ  pˈɑpɑ ˈɪɛ pɑ kntˈ
Quand je rentrais tard, le papa était pas content.
d ˈɑːtɹ ɑw e kwˈʊʴn ɪə pʷɔ mənˈɑ o bw
D’autres avec les cornes c’était pour mener le bois.
jˈ - mɪ k dʒe z ʏrɔndˈɑwə d ʏ - ʏ bɔʃˈ
Il y avait (litt. il était) .. plus que dix mésanges* dans le .. au buisson.
*L’informatrice insiste: ‘hirondelle’ et ‘mésange’, c’est la même chose.

1.2 ArbazM:

e trɑˈo dy fẽŋ ire mi penˈiblʊ ke ʃe dy ʀkˈɔr ə
Le travail du foin était plus pénible que celui du regain euh.
e ʃɑːw irɛ pɑ ymˈidɑ
La «salle»* était pas humide.
*«La salle n’a pas le même sens que le mot salle en français. Les salles occupent habituellement l’étage entre la cave et le piló; elles servent à serrer les provisions, blé, viande, fruits, etc. C’est habituellement le premier étage de la maison.» (FB 1960: 126).
 mːd ɑtstˈɑ ɛ bɔt ẽtʃe ɔ kɔrdɔɲˈɛr - plytˈo ʏr ʏ kɔrdɔɲˈɛr k ʒ fɑbrikˈaːɛ
Les gens achetaient* les chaussures chez le cordonnier .. plutôt c’était le cordonnier que les fabriquait.
*accord grammatical avec monde (‘gens’) au singulier.
tndˈi kɛ d yː ʀɑhˈɑːrə mətˈŋ o bloː k ɪre ə pɑ pɑʃ y bɑtwˈɛr ŋkˈɔ - ɛ ɑprˈi ɔ batˈŋ dedˈẽŋ yː ɑw ɔ bɑtwˈɛr ɛː - ɛ ɔ vɑnˈɑː dəvˈŋ ɑ - ɑw ɔ vŋ ɑ bri - ɛ d iwˈ ɑ ˈɔ  ɡrinˈi kwɛ
Tandis que dans le raccard on mettait (litt. ils mettaient) le blé qu’était pas encore passé au battoir .. et après on le battait (litt. ils le battaient) dedans au .. avec le battoir euh .. et on le vannait (litt. ils le vannaient) devant le .. avec le van à bras .. et en hiver en haut dans les (litt. ès) greniers quoi.
d ɔ tŋ lˈɪj nj k ɑtsətˈɑᶹ ɔ frɔmˈɑzo - lˈœːj tʃˈʏi mˈiːmo ɔ frɔmˈɑzo
Dans le temps il y avait (litt. il était) personne qu’achetaient* le fromage .. on avait (litt. ils avaient) tous mêmes le fromage.
*Accord logique du verbe au pluriel.

2.1 BionazF:

lɔ fʀe də mˈɛ vˈaɛ œː - ŋkntʀˈaɛ - œː la sˈozə dɪ lɥɪ a katsʊˈ pɛʀkˈɛ lɔ pˈapa də ʎœ l ɪë pa kõtɛˈ
Le frère de moi voyait euh .. rencontrait .. euh la fiancée de lui en cachette parce que le père d’elle il était pas content.
la pleˈɪjə œ l ˈɪjə ˈɪtʀ pʏɲˈɑə ː swˈødz dəvˈ - awˈɪ lo ʃɪɲˈ deʀˈɪ
La coiffure euh c’était être peignée euh lisse devant .. avec le chignon derrière.
kn tə vɪɲˈaɑɛ a mɛɪzˈ mˈɑmːa l ɪ tˈɔta kɔntˈta
Quand tu venais à la maison maman elle était toute contente.

2.2 BionazM:

dˈkə n ɑjˈeː la ɡʁˈdzə l ˈɪə fˈɪːta pə bˈɑtʀə lɔ blʊː - lɔ blʊ  l avˈɛja  lɔ fʀɔmˈŋ  lɔ ɡʁŋ kə n ɑˈː kə n ɑ- n ɑjˈe -  lɔ paʎˈ l ˈɪjə bə bətˈɪ lɔ fe
Donc il y avait la grange elle était faite pour battre le seigle .. le seigle et l’avoine et le blé et le maïs qu’il y avait qu’il y a.. il y avait .. et le fenil il était pour mettre le foin.
ʊ pˈɪːʎɔ dœ - nɔ z aː œː i ɪ mˈɪtɕɔ də n lə - d ɪvˈøː s ʁɛstˈa dœ pɪ ʊ pˈɪːjɔ pəʁkʲˈe l ɪ pi tsaː - vˈetse d ɪtsatˈɛ pi a mɛɪʒˈ - l ɪ pi fʁˈɛtː
Dans la chambre de .. nous autres euh à la à la maison* de nous le .. en hiver on habitait (litt. s’habitait) plus dans la chambre parce que c’était plus chaud .. par contre en été plus dans la cuisine .. c’était plus froid.
*[mˈitʃo] ‘maison’ s’utilise souvent au pluriel.

3.1 ChalaisF:

jɔ mœ ʁapˈelɔ pɑ de k eø ʑoʊvˈɛn - dʒamˈeɪ nᵊ- ah - pɔ la dimˈɛŋzɛ atstɪʃˈaŋ d buʎˈi - pɔ lɔ mɑtˈɪŋ alˈɔ dʊ buʎˈɔ œ - pʰə awˈɪ də ʊ- də pʰɑm bi j ˈeʊ frɑm b -  kɔpˈɑvɛ jɪn - mɑː ʀˈestə dʊ tɛŋ dʒɑmˈɛ ʊn ɑtsɛtˈɑvɛ dɛ pɑŋ bi
Eh bien de .. je me rappelle pas quand j’étais jeune .. jamais n.. ah .. pour le dimanche nous achetions de bouilli .. pour le matin alors du bouillon euh .. pas avec de ou.. de pain bis c’était très bon .. on trempait (litt. coupait dedans) .. mais (le) reste du temps jamais on achetait de pain bis.
bɔ - dœvˈan pa ə  - dʒɑmˈ n uri atsətˈa ŋ ŋ mwœr də fɔmʷˈɐzɔ peŋʃˈa ve n aj l vɑts  pɔjˈɛvɛ n aj la lterˈɪk  pɔʶtˈav a la lterˈɪɡ n ajɛ lɔ tɔːr n ajɛ dɛ bˈuːʁɔ dɛ frɔmˈaːzɔ n ajɛ - n ˈiɛ pa taŋ ɡurmˈ  mɪndʒˈœvœ kɔm ŋ pɔjˈevə - ɑ lɔ pɑn dɛ ʃˈiːʎa l ˈirə bɔŋ hɑ mˈama - dɛ kɛl pɑn dɛ ʃˈiʎə l irœ duːr - dɛ ˈɑːz  kɔntˈɑvœː tapˈa ho ʊ bɔr dɛ œ - diː ʒ sɛlˈi pu kə- pɔ kaʃˈa lɔ krɔtʃˈ mɑ l irɛ fram b
Bon .. autrefois pas euh on .. jamais on aurait acheté un un bout de fromage pensez donc .. on avait les vaches on montait à l’alpage on avait la laiterie on portait à la laiterie on avait le tour* on avait de beurre de fromage on avait .. on était pas tellement gourmands on mangeait comme on pouvait .. ah le pain de seigle il était bon ah maman .. de ce pain de seigle il était dur .. certaines fois on devait taper sur le bord de euh .. des escaliers pour c.. pour casser le quignon mais il était vraiment bon.
*tournus pratiqué à la laiterie: à tour de rôle sur une base journalière, chaque propriétaire inscrivait à son propre compte la production laitière de tous les propriétaires, et assumait le même jour certaines responsabilités vis-à-vis du fromager (renseignement oral; cf. aussi GPSR 7: 1048 s. fromage encycl. II).

3.2 ChalaisM:

lɔ mulˈiŋ l ɪʀœ ʃə trɔvˈɑv a ʀˈɛʃə - l ajˈɛvə dˈʊ
Le moulin il était se trouvait à Réchy .. il y avait deux.
e biŋ ʃɛrvˈɑvɛ ɡɑʎˈɑ - ɡɑʎˈɑ ɑ m- ɔh ɑ ɑ manˈeɡ d tsˈuːʒɑ - ɑ minˈɑ bɑ lɔ fɛŋ də vɛkɔrˈen taŋk ɑ - tɑŋk ɑ tsalˈiː - ɑ ɑ mɪnˈɑ m bɑː lœ lə frɔmˈɑːzə dɑ lː- də l ɑlpˈɑːʒ awˈe tˈɑŋke bɑ o vɪlˈaːzə - mˈɛmə d kˈoʊ d ivˈɛːʀ - ɑ tɪrjˈe bɑ lɛ mɔ - p ʃeŋ k l ɑjˈɛ - pɔjˈɛvm pɑ əntɛʀˈɑ ɑ vɛʁkɔʁˈŋ l tɛʁˈɛŋ l ˈiʁə tra duːʁ ɑdˈɔn ə - mɛtˈeŋ ʃu lɑ lɥˈiːzə œː - {-} - ɑwˈe nɑ lɥˈizə se- m- seɪ tˈɔrnu a k- a kɔrnˈupə pɔ ʃeŋ k  vi lɛː - lɛ dˈawœ kʊːnə pɔ teriˈɛ - mɛtjˈɛʋɔ ŋkɛ lɛ mɔːr dɛʃˈʊk ɛ pwɛː ɔ - ʃɛrvˈɑvə ɡaʎˈɑ œː a tɔt
Eh bien elle servait bien* .. bien à b.. oh à à beaucoup de choses .. à descendre (litt. mener bas) le foin de Vercorin jusqu’à .. jusqu’à Chalais .. à descendre (litt. mener bas) le fromage de l.. de l’alpage avec jusqu’en bas au village .. même parfois en hiver .. à descendre (litt. tirer bas) les morts .. parce qu’il y avait .. ils pouvaient pas enterrer à Vercorin le terrain il était trop dur alors euh nous mettions sur la luge euh .. avec une luge {…} à poignées parce qu’on voit les .. les deux cornes pour tirer .. ils mettaient aussi les morts dessus et puis oui elle servait bien euh à tout.
*[ɡɑʎˈɑ] adverbe d’insistance.
a dvˈan l a- alˈa a la ɡrˈaŋza
Ah avant il était a.. allé à la grange.
adˈɔn œː - dəvˈan kˈɔmə d ajˈɔ faʒˈɛŋ œ - tɔzˈɔ lɛ li ʁaklˈɛtə pwɛː kˈɔmɛ œː un ɛntrˈɑjœ də tse kruˈɑ - ɛːə - ʃə trɔʋˈɑvə d əŋ kˈoʊ u tœn də la kaʁˈimɛ œː - n ɔʒˈɛŋ pa mzjˈœ lœː la œ la tse - alˈɔ n aliʃˈaŋ bɑ tʃje l əvˈɛkə pɔ li dəmandˈɑ lɑ prəmiʃjˈʊŋ dœː ɛ - də pwi mɑndʒjˈɛ œː - fən d pekˈɑ lœɔ lɔ lɔ m- də la ts - ɑdˈon de kˈoʊ βɑjˈɛvə lɑ pərmɪʃjɔŋ ø pwɪ ʃi bɑje- bɑʎˈvə pɑ œ l ˈeʁə iɡˈɑl mjɑ- mʒˈɑvɔŋ ɡɑ- tutˈ kwe
Alors euh .. autrefois comme d’ailleurs nous faisons euh .. toujours les les raclettes puis comme euh une entrée de viande séchée (litt. crue) .. euh .. il se trouvait parfois au temps de la carême euh .. nous osons pas manger le la euh la viande .. alors nous allions en bas chez l’évêque pour lui demander la permission de euh .. de pouvoir manger euh .. enfin de manger le le le m.. de la viande .. alors parfois il donnait la permission et puis s’il donn.. donnait pas euh c’était égal {nous/on/ils} man.. {mangions/mangeaient} quand.. quand même quoi.
ɔː bɪŋ bɪŋ pɔ ʃɛŋ k l ɛʁ aːt - l  tʃeʒˈuk ʊŋ kˈɔʊ - kɔm  ʒu lɔ trbləmɐn də tˈːʁa  -  mˈilə nɔ s- mˈilə nu sɛn ɛ karˈanta ʃiʒ - lɔ vintsiŋ ʒvjˈ - se ɡrã tləm də teːʁ - adˈ stɪ klɔʃˈ l  tʃʒˈʊk ɑwˈe tˈɔta la vuːt l eʎˈɛʒɛ - mɑ pwe l ɑn tɔ na ʀɛmʊntˈa - m-  fi ts me- ts mw ʀɑt kɛ ʃɪʀɛ lɔ prəmˈe kˈɔʊ mɑ nɑ nɑ lɔ lɔ vjˈŋ œ də lɥ
Oh bien bien parce qu’il est haut .. il est tombé une fois .. quand nous avons eu le tremblement de terre en .. en mille neuf cent et quarante-six .. le vingt-cinq janvier .. ce grand tremblement de terre .. alors ce clocher il est tombé avec toute la voûte (de) l’église.. mais puis on a (litt. ils ont) tout {-} remonté .. m.. et fait un peu m.. peu moins haut qu’il était la première fois mais non non nous le le voyons euh de loin.
 biŋ ʊ zɔ də wɛk ɑ ʁˈɛʃːə l a l a dpɑʃˈɑ tsalˈi - dəvˈɑŋ ə ʃˈiʁə tsalˈi la kapitˈalə adˈɔn - a ʀˈɛʃʏ d i a ˈiːʁə w sn œ ænd - ənʊ w sn e sŋkˈanta a nʊ - a nʊ sœn - ɛ pwɛ œ a tsalˈi wɛ sœn ɛː kakɛ tsˈoːʒɐ
Eh bien aujourd’hui à Réchy (la population) elle a elle a dépassé Chalais .. avant euh était Chalais la capitale alors .. à Réchy {il y a maintenant?} huit cents euh end.. entre huit cents et cinquante à neuf .. à neuf cents .. et puis euh à Chalais huit cents et quelque chose.
œ biŋ ɔʁ  pu dˈɪʁə kɛ œ rˈɛʃœ l  ɡɑʎˈɑ pˈɔndʊk ɑwˈe tsalˈi pɔ ʃɛŋ kɛ l  fe də kstrʊksjˈ ɑ - dʊ teŋ k i ʃɪʁ lɔ bõ mɔmˈ kɛ lœ bˈŋkə prɛhˈɑʋɔn ɑrzˈɛn a tɥit - ɑdˈɔn    pʊ dˈiʁə kɛː ʃeŋ - ʃeŋ ɡɑʎˈɑ lə mˈmɔ velˈɑːzə
Eh bien maintenant on peut dire que euh Réchy il est quasiment* collé avec Chalais parce qu’on a fait (litt. ils ont fait) de constructions à .. du temps que c’était le bon moment que les banques prêtaient argent à tous .. alors on on on peut dire que nous sommes presque* le même village.
*[ɡɑʎˈɑ] adverbe d’insistance.

4.1 ChamosonF:

-

4.2 ChamosonM:

mɛ  byʃəʁ e - tʁænˈɑɒ ɔ bu s œː s œ ɡʶˈɔsa lʊˈædzə kə l ə fˈitə p ɔ bu
Ben les bûcherons ils .. traînaient le bois sur la sur la grosse luge qu’elle était faite pour le bois.
a paskə d o t l a - l a pa m wɔʁ tɔt  vaʁdʒjˈe - l tɔ maʁœtsˈy - pæ pl də ɡˈɔjə - pwɛ də ʁənˈɔj - adˈ aː- ɛ ʁənˈɔɪ ɪ f  mˈstə tpˈe kã i tsˈãtᵆ - adˈɔn alˈɑ pʷɑ ɑwˈɪ də pɛːʁts tapˈɑ - pʷ fe aʁᵊtˈɑ - al a l ɛ diˈɛ d kə l  dë tapaɡˈɔjɛ
Ah parce que dans le temps il y a .. il y a pas comme maintenant tout en vergers .. c’était tout marécageux .. puis plein de gouilles .. puis de grenouilles .. alors a.. les grenouilles elles font un monstre bruit quant elles chantent .. alors ils allaient puis avec de perches taper .. pour faire arrêter .. alors a.. c’est depuis donc que l’on dit «tape-gouilles».

5.1 ContheyF:

d ɔ kɔtˈ ktəʒˈ i a trɛ tsapˈe - d abˈɔ ɔ fɛʁbaˈa kj ɛ ɔ tsapˈɛ ɔ mi bjo pɔ ɛ dzɔ dɛ fit - ɔ bɲˈ kj ɛ ɔ tsapˈe pfa kjə mœtˈ œː œ dəmˈdzə œ  pwˈɛe k ˈɛɪr frˈstə m ɛ fˈɛnə ɔ mɛtˈ pɔ ə æəˈɑ a vˈeɲə y y ts - e pwˈæɛ a bɛʁˈɛta fʁsˈɛːzə - a bɛʁˈɛta poːk kj mtˈ po - pɔ - pɔ  dˈœjᵓ
Dans le costume contheysan il y a trois chapeaux .. d’abord le falbala qui est le chapeau le plus beau pour les jours de fête .. le bonnet qui est le chapeau plat qu’on mettait (litt. qu’elles mettaient) euh le dimanche et puis quand il était usé euh les femmes le mettaient pour euh aller à la vigne ou aux champs .. et puis la berrette française .. la berrette arrondie* qu’on mettait (litt. qu’elles mettaient) pour .. pour .. pour le deuil.
*[bɛʁˈɛta poːk] ‘berrette arrondie, sans bord’ (cf. Berthouzoz 1978: 153).
a luˈɛɪd œː - ˈɛrɛ pɔ trãθpɔʁtˈa ɔ f
La luge euh .. était pour transporter le foin.

5.2 ContheyM:

dœvˈã æer itˈʊ a a ɡrˈandzə
Avant il était été à la grange.
daʁbˈ æɪrə ʃɔʀtˈæɪʃa ʀˈæinə dy mˈoːdzə væɪˈɑɛ
Darbon était sortie reine des génisses vêlées.

6.1 ÉvolèneF:

dɛvˈan ɪɹ ʒuk  l ɡrãẓᵊ
Avant il avait été (litt. il était eu) à la grange.
kã ʀntrˈavɔ taː l papˈa ɪrə - ḍ avˈɪ - l papˈa ɪr tza aːmalʏʃjˈa
Quand je rentrais tard le papa était .. il avait .. le papa était toujours fâché.
kã cy vɲˈek ɔ pˈjœ l mamˈa l ˈɪə kʊntˈɛntᵃ
Quand tu venais à la maison la maman elle était contente.

6.2 ÉvolèneM:

dɛvˈan irɛ ʒuk  la ɡrˈnzə
Avant, il avait été (litt. était eu) en la grange.

7.1 FullyF:

ni ʒy jy ɡʁa- ə- pˈiʁə ɡʁã kə l avˈæɛ na fɑːʃ - ə nə - unə ʃpeʃ də - də bãŋdə - lɑːʁdzə - ʁˈɔdzə -
J’ai eu vu gran.. euh .. père-grand qu’il avait une fasse .. c’était une .. une espèce de .. de bande .. large .. rouge ..
dəvˈã l ir ɪtˈo inˈʊɔ a la ɡʁˈŋzə
Avant il était été à la grange.
b l t miʁɛ ɡʁã a mᵊ aː nɔː l ɑːvˈɛ ː fɑlbalˈa p la dømˈːdz l ʁ  ʒlˈi tsapˈeː awɪ də ʁybˈã kɐ pdɔlåʋãː de du bjø ə pwɛ l ɪʁɪ ɛːtˈʊ deʒˈ ə mãːt awe  ybã pwɛ tɔt y tɔ j avˈæɛ d ʁybˈã -  me - pwɔ ferə ʒlˈi - l ˈɛʁə tã ʒwlˈi ʃ tsapˈe
Bien le temps* grand-mère à moi à nous elle avait un falbala pour le dimanche c’était un joli chapeau avec de rubans que pendaient des deux côtés et puis il était aussi sous le menton avec un ruban puis partout il y avait de rubans.. on met .. pour faire joli .. il était tant joli ce chapeau.
*Nous entendons [b lʏ t], mais il faut sans doute comprendre [d lʏ t] ‘dans le temps’.
na na ɛ lav pɔ də fulˈɐ lav na -  jɔlˈi - ʊna bala ʒyp - n a  kutˈẽ lᵊ - e pwˈæ dʃˈy j avˈɛ  mʊʃˈ kə l əœ m  ʒilˈœ ʃaʁˈo ə pwæə fə œ - tɔ bʊtənˈo dəvˈ lə pt- ʃaʁˈo də bʷətˈɔ
Non non elles avaient pas de foulard elles avaient une .. un joli .. une belle jupe .. on a une robe longue .. et puis dessus il y avait un petit gilet qu’il était comme un gilet serré et puis fin euh .. tout boutonné devant le pt.. fermé de boutons.
mɛ kã n ˈiʁœ mɐlˈɑːd kã n ɛʁœ pëcjˈu  mˈamə nɔ faʒˈaə d te dəː də tʊˈ - pwɛ ʃœkʁˈɑʋ wɪ dœ mˈaɛ l ˈeʁœ t pwɛ nɔ fʁɔʃᵊnˈɑːvœ - awˈɪ də pɔmˈade kãfʁˈe l ə lɔ mje z ə n avəʃˈ adˈ
Mais quand on était malade quand on était petits euh maman nous faisait de thé de tilleul .. puis sucrait avec de miel c’était tout puis nous frictionnait .. avec de pommades camphrées c’était le mieux ce que nous avions alors.
d la ʃˈʊpᵊ n mɛtˈ d tʁiʃᵊ d ka- dø patɛnˈaːj dø pwəʀˈøː dø pæːʲ də pæ ɛʃˈøː də ɡʁˈaːnɛ de pɑæ ɛ pwɛ ˈʊna pwɪɲˈa de paʀʃˈi - pwɛ ʃə n   mœ  pja de kajˈɔ - ʃ bæɛ bõ ɡu a la ʃøp - mi d lə t mtˈav aʃbˈn də pitˈo - ɔʀ n mɛtˈ pɑːmi – pɪtˈʊ l ɛ de ɡʀã d ˈɔʀdzə adˈ  dɛʒˈa la ʃøpᵊ di pɪtˈo – mɪː awˈɛ li leɡˈymə pœj lɪ l ˈɔʀdzə awɪ ɛ pwɛ lɪ pja de kajˈ ʃ l ɛʁə na ʃˈʊːjø  mʏdzˈøvə ʃ awˈɪ de pã de fʀɔmˈɑdə l ɪɛ -  pɑ d ˈɔtʀə tsuːʒ awˈe
Dans la soupe nous mettons de pommes de terres de ca.. de carottes de poireaux de pois de pois séchés de graines de pois et puis une poignée de persil .. puis si nous avons on met un pied de cochon cela donne un bon goût à la soupe, mais autrefois nous mettions aussi de [pitˈo] .. maintenant nous mettons plus. [pitˈʊ] c’est de grains d’orge. Alors on disait la soupe des [pitˈo], mais avec les légumes puis l- l’orge et puis les pieds de cochon, cela était un repas, on mangeait cela avec de pain de fromage, c’était .. nous avons pas d’autres choses avec.

7.2 FullyM:

dəvˈ l ˈɛrə ɪtˈɔ a la ɡrˈnzə
Avant il était été à la grange.
kã l'ɛrə dzəvˈənə l ə pɑ kstj d ɑlˈɑ ɑdzətˈɑ də tsɛː
Quand j’étais jeune il était pas question d’aller acheter de viande.

8.1 HérémenceF:

diˈãŋ ɪrɛ ʒʊ a la ɡrˈzᵊ
Avant il avait été (litt. il était eu) à la grange.
wi j a mi ke un tsɑpˈe j ɛ l tsapˈe də tɔt lœ dəmˈzɪ k irə nɛk mi ʃˈɔːmbrɔ ɛ pə lə tsapˈe di fˈeːθə lœ tsapˈe lə falbalˈa ʃe l ˈerə mi bjo broʊdˈɑ
Oui il y a plus qu’un chapeau il y a (litt. il est) le chapeau de toutes* les dimanches qu’était noir plus sombre et puis le chapeau des fêtes le chapeau le falbala celui-ci était plus beau brodé.
*[dəmˈzɪ] est féminin.
l ɡrʊ dʊ t rŋ - lɔ fɑlbɑlˈɑ ir hl k ʃə mɑrijˈɑ k mtˈ - ir l- ir lə vrɛmˈ laː l abeʎəmˈ di nˈuəsɛ - ɛ pə lɛ ʒ ɑtr mɛtˈ lɔ tsɑpˈeː - lɔ tsɑpˈe n k pjɛ mœtˈɑn t - tɔt ə fə d ɛrmˈs
La plupart du temps c’étaient .. le falbala c’étaient celles que se mariaient que mettaient .. c’était l.. c’était le vraiment la le costume des noces .. et puis les autres mettaient le chapeau .. le chapeau noir que puis mettaient tou.. toutes les filles d’Hérémence.

8.2 HérémenceM:

leˈã ɪɹə ʒʊ ɑ la ɡrˈnsɛ
Avant il avait été (litt. il était eu) à la grange.
d ˈatrø kʊ pɔ ʃɛe kɔmˈœ faʒˈø lə tˈː œˈe nuz ardəʃˈẽ tɔlˈ la ð blns - k j ɛ la plɔmˈɑts ɛnˈɑ a s ʃ lø der k j e nœ- na pətˈɪta ɲˈɔːlœ na a s - ˈɪːrə sˈɛɲə kə fʊr aʁˈwɑ ðœ də plˈɔdzø pᶷtˈɛt lɔ ldəmˈ - ˈɔra depˈe- dɛpˈ ne kje lɑ vaʒˈœ l plɔmˈɑts - e fɑ- ˈɪrə - markˈɑɛ lɔ bjɔ t ʊ b lœ krwe t - ʃə partˈiɪ dədˈ ɪr lə krwe t ʃə vɪɲˈe fˈuːrə ˈɪr lʏ bjɔ t
Autrefois pour savoir comment faisait le temps euh nous regardions toujours la Dent Blanche .. quand il y a (litt. il est) le plumet* en haut au sommet ça veut dire qu’ il y a (litt. il est) un .. un petit nuage en haut au sommet .. c’était signe que serait arrivé de de pluie peut-être le lendemain .. maintenant ça dépe.. ça dépend de quel côté allait le plumet .. il fal.. il était .. il marquait le beau temps ou bien le mauvais temps .. s’il partait dedans c’était le mauvais temps s’il venait dehors c’était le beau temps.
*[plɔmˈɑtsɛ] n.f. ‘plumet’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 15.2.2015).

9.1 IsérablesF:

eʏ vy tŋ œ - e ʋˈilːə mtˈã  kstˈymə dəɛ - də drːaː brːŋ pwi sŋ l ir uŋkr pɛzˈã - pwi tso 
Au vieux temps euh .. les vieilles mettaient un costume de .. de drap noir et puis ça c’était encore lourd .. et puis chaud.

9.2 IsérablesM:

-

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

n ɑ pˈɛnə di z ɔm pɔ tjɔˈɑ l fwɑ
On était à peine dix hommes pour tuer le feu.
n ʁ wø kpˈ pɔ fˈɛʁɛ la fɑːʁs
On était huit copains pour faire la farce.
dəvˈ ɛl ɛʁə ɐlˈo ɐ lɐ ɡʁˈzə
Avant il était allé a la grange.
k n ˈɛʁ ðʊvˈœn ɔn ɑθtˈɑv pʁsk pa d vjd
Quand on était jeune on achetait presque pas de viande.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

pwɛː l pɑp ɪʁə ɡrˈðə k t  vnˈivɛ - kã t  rtʁˈav tɑː la neː - [rires] - pɪ la mˈaːmə ãkɔ piː
Puis le papa était grinche quand on venait .. quand on rentrait tard la nuit (rire) .. puis la mère encore pire.
we b j n avɛ j ʃə -  mʊlˈ wɛ
Oui bien il y en avait un ici .. c’était un moulin oui.
k d ˈeʁə zʊvˈønɐ .. kt n ʁ ðəvˈnə n ɑθtˈɑə pʁɑtikm ʁ d vjˈdə
Quand j’étais jeune .. quand on était jeune on achetait pratiquement rien de viande.
nʊtʁ fʁɔmˈɑð et ksɛʁvˈo {ɑ} lɑ kˈɑːvɑ
Notre fromage était conservé à la cave.

11.1 LensF:

kan tʊ ʋeɲˈɛa a miʒˈᶢ - lø mˈama irɛ kɔntˈɛnta
Quand tu venais à la maison, la maman était contente.
ma dəvˈ ˈirə b sœparˈa œ tˈɔtə lœ maʁˈeinə aˈ lɔ kɔstˈymə œ lɔ tsapˈe pɔr ɑlˈa ɐ l iʎˈøʒə œ d ˈøvˈer aˈã lɔ mɔtʃˈur - ahˈɐtʃjˈɑ le
Mais avant, c’était bien séparé, et toutes les femmes avaient le costume et le chapeau pour aller à l’église et d’hiver elles avaient le foulard .. attaché là.
dəvˈã ir aˈʊ  la ɡrˈzə
Avant il avait été (litt. était eu) en la grange.

11.2 LensM:

j e pa fraŋ ʒˈøstɔ ɦlɔ lˈœœ - lɛ lə ø - lœ fˈnːə bujˈɑŋ u lɑʋʊˈɑr - n aˈɑŋ lɔ lɑʋoˈɑr - k ˈirɛ - k ˈir um bis aw un tə- n tapˈaŋ lɔ - əl tapˈaŋ lɔ lˈøŋzɔ - ɛ le a l ˈewʊ kɔrˈɛnta - ma œː bujˈa ʊ buʎ ə - puaɱ pa bujˈø ʊ bˈʊʎʏ po ʃeŋ ke lə - l ˈewʏ dʊ bʊʎ iræ ʁʒɛʁvˈaɛ pɔ lɔ btˈaj - nɔ pɔˈam pa mˈɛtrə dœ - dɛ ʃɑˈŋ  d ˈaːtrə detɛrʒˈɑ
C’est .. est pas tout à fait juste cela .. les les euh .. les femmes lavaient au lavoir .. nous avions le lavoir .. qu’était .. qu’était un bisse où on ta.. nous tapions le .. elles tapaient le linge .. et là il y a l’eau courante .. mais euh laver à la fontaine .. nous pouvions pas laver le linge parce que (litt. pour ce que) la .. l’eau de la fontaine était réservée pour le bétail .. nous pouvions pas mettre de .. de savon ou d’autres détergents.
ɛ bˈeŋə tɔ dəpˈɛŋ t dəpɛŋ ʃɛŋ iə - ʃ ˈirə kɔmˈɔdɔ n nɔ faʒˈaŋ le ʒ eɪnˈe ɛ nɔ tsarzˈaŋ katr einˈe ʃu lɔ ʃu l tsaʀˈɛt a eʃjˈɛlə -  nɔ dəʒˈan ben tsaɹzjˈa mitʃja mənˈaː - p ʃeŋ ke ʃe nɔ tsarzˈam pa beŋ n ɛ a tsˈarzë kjɛ ʀʊβatˈaːʋə ɛ irˈɛ ə - falˈiə lɔ rəprˈɛndrə ə rəmˈɛtrə le ʒ eɪnˈe ʃu pʎaʃ
Eh bien tout dépend tout dépend c’était .. si c’était commode nous faisions les charges* et nous chargions quatre charges sur le sur le char à échelle .. et nous disions «bien chargé moitié mené» parce que (litt. pour ce que) si nous chargions pas bien nous avions la charge que retombait et il était .. il fallait le reprendre et remettre les charges sur place.
*[eɪnˈe]: cf. èin s.f. ‘charge de bois, de fumier, de blé, etc. que porte en une fois une bête de somme’ (GPSR 6: 187).
dɛvˈaŋ alˈa a la ɡranz
Avant il était allé à la grange.

12.1 Les MarécottesF:

d ˈɔtʁʊ kʊː lʏ fœʏdˈa l ˈʁ ɲɪː - ˈɔʁa lʏ fœʏdˈa l œ ʁˈɔdzy - ə bˈɛ vəˈœ - œ b bly
Autrefois le tablier il était noir .. maintenant le tablier il est rouge .. ou bien vert .. ou bien bleu.
lɪ pˈik ə œtʁ  tʁɪtɕjˈ -  maʁkˈtːə l ˈɛeʁɛ lɪ taʀtˈɑːʁ { - - } hə kˈtə kʏ l ə bj t
Les mulets* euh en là au Trétien .. aux Marécottes c’était les tartari* (rire) .. heu je crois que c’est bien tout.
*Le témoin masculin des Marécottes a expliqué ces surnoms comme suit: les mulets «parce qu’au Trétien, c’est tellement pentu qu’ils n’avaient pas de mulets; ce sont les hommes qui devaient porter les charges»; les tartari «c’est le nom d’une petite plante à fleurs jaunes qui pousse dans les endroits secs et arides».
ə ʃɪ tsapˈɪ l ˈɛʀə fe  pɑˈɪə - l ˈɛʀə kʊmˈ ː kantʲˈɪə aʃ - ˀm - pʁœ ku d ɑːl - ɛ lʏ tɔ dɛ la kwˈɛɪf - j avˈ dɛ ʁybˈ - tɔ pltˈoʊ  j  n avˈɛ kˈtə ɕʏɕˈːt ə bɛ wɪtˈãntɐ meːtʁ
Euh ce chapeau il était fait en paille .. il était comme un canotier assez .. mh .. assez court d’aile* et le tour de la coiffe .. il y avait des rubans .. tout plissés et il y en avait j’estime soixante ou bien huitante mètres.
*qui n’a pas de bord large.
lø dʁɔblˈɛː l ɛʁ  tsapˈe  pˈaɪ - kʊ d ɑl - lʏ tɔː dœː dœø tsa - dɛ la kˈɔpːa dø tsapˈe - j avˈɛ  ʁybˈ tɔ pltˈʊ - ɛ j aʁə pʀø ty ʃ - ʊvwˈɪtˈŋt ɛ b ʃn dj mˈẽɪːtʀə dɛ ʀybˈ -  pwɛ dɪ du lɑː j avˈ ː nœ kʏ pndəlˈɑve ʃy leː - ʃy le lɑː
Le «droblet» il était un chapeau en paille .. court d’aile* .. autour du du cha.. de la calotte du chapeau .. il y avait un ruban tout plissé .. et il y aura bien eu s.. huitante ou bien cent dix mètres de ruban .. et puis des deux côtés il y avait un nœud que pendait sur les .. sur les côtés.
*qui n’a pas de bord large.

12.2 Les MarécottesM:

k j a d ˈiwə tsˈdɐ l ɛ mj - n plˈejə d ˈiwə tsˈːdɐ pɔ lɑvˈɑ lɛ bˈɔjɛ - el ˈeʁ pɑ tɔdzˈɔ tsˈːdɐ - mkˈɑvɛ lə bu pɔʁ ɛtsdˈɑ l ˈiwe
Quand il y a d’eau chaude c’est mieux .. on emploie d’eau chaude pour laver les boilles .. elle était pas toujours chaude .. il manquait le bois pour chauffer l’eau.
k i aʁvˈɑvʊ tʁwɑ ta lø nɥi - m atdˈɛ tɔzˈɔ -  l ʁ pa tzˈ də bun ymˈœːʁ - li vʏɲˈe də ʃakrˈe dɥe
Quand j’arrivais trop tard le soir .. il m’attendait toujours .. et il était pas toujours de bonne humeur .. il lui venait de sacrées colères.
ɛ dəvˈ l ɛʀʏ ty a la ɡʀz
Et avant, il avait été (litt. il était eu) à la grange.
d lʏ t də fʀɥi ʃɛ n atsətˈɑv pɑ -  lə pʁɔdɥiʒˈɛ a mɛʒˈ  i ˈɛʁɛ d tɪ ʋ i avˈɛ la lœtɛʁˈi  lə pʁʒˈɛ a la lœtɛʁˈi
Dans le temps de fromage on en achetait pas (litt. s’en achetait pas) .. on le produisait à la maison et c’était du temps où il y avait la laiterie on le prenait à la laiterie.
n ˈɛːv lʊ lʊ - lʊ v - l l ʃawjˈaʀ l ɛrə lʊ v kə nʊʒ amnˈɑvɛ la plɔdzᵊ vɛʁ n
Nous avions le le .. le vent .. le le Savoyard était le vent que nous amenait la pluie chez nous.
pɔ li nœv œʁ l əʁɛ ʃɔvˈ də p də fʁɥi -  ʋeʁ də ʁˈɔzo - dɛ kˈɑːfe pɔ l fəmˈal
Pour les neuf heures c’était souvent de pain de fromage .. un verre de rouge .. de café pour les femmes.

13.1 LiddesF:

pʏ ʋˈistœ lː - fœødˈɔ l ɪɹe ɲ
Jadis le .. tablier il était noir.
dʋˈã l ɪr etö ɑ la ɡʶãŋdz
Avant il était été à la grange.
øɲ jˈɒːdz j ɪɹə d tsãŋ - plː də fˈɔːwə wˈɔræ j ɛn ɑ pɔmˈi
Une fois il y avait (litt. il était) de champs .. pleins de fèves aujourd’hui il y en a plus.
lø tsapˈi di z ˈɔmɔ l erɛ ɲ pweː - fˈθˈo y mɛetˈ
Le chapeau des hommes il était noir et puis .. enfoncé au milieu.
d øʋˈɛː li maʁˈen d βɔrt li baʁˈtə - də se tatɕˈoŋ dezɔ lo ku də kɹˈəʋɪʋõ li z ɔɹˈɛdə - ə pɥɪ j aː- j ə duː - d- dø partˈij kj ëtɛ wlˈãːt d- dɛʁˈɪ
En hiver les femmes elles portaient les bonnets .. elles s’attachaient sous le cou elles couvraient les oreilles .. et puis il y a.. il y avait (litt. il était) deux ..d.. deux parties qui étaient volantes d.. derrière.
li dzɔ dœ fˈitə - ə jɪ mɛtˈã li ʁybˈãŋ - a ãɲ kʲ -  kwlˈu -  pi alˈɔʁ liː dəmˈːdz oɹdinˈerə l er  ʋlˈy - ɛ pːɪ alˈɔʁ i z ə - ɪl aʋˈã  tsɑpˈi - pu tɹaʋa -  də θ - ðlø trɐʋˈajɪ
Les jours de fêtes .. euh ils mettaient les rubans .. à en c.. en couleur .. et puis alors les .. dimanches ordinaires il était en velours .. et puis alors ils a.. ils avaient un chapeau .. pour trava.. euh de euh.. le travail.
j a ʒˈøstə nœ ãŋ cjə - l ɹ ʋny bɔ ɔn aʋalˈtsɪ - sə
Il y a juste neuf ans que .. il était descendu (litt. venu bas) une avalanche .. ici.
k ʁntrˈɒwə tɔ pˈapa l ᵊ ttˈi  ʁadz
Quand je rentrais tard papa il était toujours en colère.

13.2 LiddesM:

kã i j aruʷˈɑwə tɑː pˈæpa l ɪrɛ ttˈi ɡrˈɛndz mə mwejënˈɑvɛ
Quand j’arrivais tard papa il était toujours grinche .. il me grondait.
ɑ ɔ - jʊ j ˈirə pɑ də tɕmˈ ɑ tsarɡˈɔsə  mœtˈe ɕu lɔ bɑ
Ah oh .. où il y avait (litt. il était) pas de chemin à [tsarɡˈɔse]* on mettait sur le bât.
*[tsarɡˈɔse] cf. tsargóche n.f. ‘véhicule à deux roues à traction humaine pour le transport du bois ou du foin’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 25.5.2016).
lœː lɪ lɪ vˈatsœ k də s fuːrœ də bˈøʋ ø bwø ʏ bẽ d d d  bˈœɪ - ˈɔræ k də s ʏ bˈœø - wˈɔræ - ir ɐsəbˈ də ku lɔ bwu ʏ bˈœʏ y b d i bˈæj pʏ ʋˈistə e bˈæj bˈrə d li ɡoðˈœ - ɛ œː wˈɔrɛ j  lɪ z abrøwˈɑ
Les les les vaches quand elles sont dehors elles boivent à la fontaine* ou bien dans dans dans un bassin .. maintenant quand elles sont à l’étable .. c’était aussi parfois le bassin à l’étable ou bien donc on donne (litt. ils donnent) plutôt on donne (litt. ils donnent) boire dans les godets .. et euh maintenant c’est les abreuvoirs.
*[bˈœɪ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
n aɕtˈ liə lɪə li θʊ lɪ tˈatsəɛ ɐː - d lə - d l mɑɡɐzˈe dy fɛ - ɑː ə mɑrteɲˈe - j e ɐ mɑrtˈɪɲe le mɑɡɐzˈe dy fɛ meː - j  də kmˈɛʶɕ li ɐsdˈatɛ li mɑɣ- ej ɛ li məɡɐzɲˈ - tˈʏɲ kˈɑɛkjə brøkˈolø də də fa- də faʁˈɑjə də θu də - lɪ tˈɑtse kj n a mˈkə pɔ ə - kˈɑcjə bulˈ də də də - də pcjˈʏdə brøkˈɔlːə - lɪ məɡɐzɲˈ tˈəɲ pwœ depɑnˈe li dz
Nous achetons les les les clous les clous1 euh .. dans le .. dans le magasin du fer .. à euh Martigny .. c’était à Martigny le magasin du fer mais .. il y a (litt. il est) de commerces ici2 les mag.. il y a (litt. il est) les petits magasins .. ils ont (litt. tiennent) quelques bricoles de de fe.. de ferraille de clous de .. les clous qu’on a besoin pour euh .. quelques boulons de de de .. de petites bricoles .. les magasins ont (litt. tiennent) pour dépanner les gens.
1[tˈatsəɛ] cf. ttse ‘clou à courte pointe et large tête’ (FB 1960: 437).
2[ɐsdˈatɛ] adv. de lieu ‘ici même’ (GPSR 3: 476 s.v. chély).
n ˈer a pˈeːn ɡjʏ ʒ ˈɔmːɔ pʷ tʃɥe lɔ fwa
On était à peine dix hommes pour éteindre le feu.
li ˈeːrœ mi de djʏ mʊstjekjˈe d - d li bɔsˈ
Il y avait (litt. il était) plus de dix mésanges dans .. dans les buissons.
ɪ mə ɕɔvˈɲœ d ɔ - d ʊ ʏ vəlˈɑdzə k j ˈrə ɡɑmˈẽ cjə - mənˈɑːʋ kwˈɔ li fˈi ɐwˈi na ʋjˈɛedzə - na ɡrˈoːɕa ʋjˈɛedzə - me- mənˈɑə lɪ fi ɕy la ʋjˈɛedzə -  pwˈ - ʏ b-  ʒə - mə søɲ k l ɑʋˈ {..} tʃjø na na tsarɡwˈɔsːə awˈi l tr dəvˈ -  pw j ˈerə  brɑŋkˈɑ cjə trenˈɑʋə dɑʁˈɛe - j  - də l ˈɑʋɑ cjɛ dˈɑwɔ ʁˈœøə
Je me souviens dans le .. dans au au village quand j’étais gamin que .. on menait (litt. ils menaient) encore les foins avec une luge .. une grosse luge .. on me.. on menait (litt. ils menaient) les foins sur la luge .. et puis (…) .. je me souviens qu’ils avaient (…) tous une une [tsarɡwˈɔsːə]* avec le train devant .. et puis il y avait (litt. il était) un brancard que traînait derrière .. il y a (litt. il est) .. elle il avait que deux roues
*[tsarɡwˈɔsːə] cf. tsargóche n.f. ‘véhicule à deux roues à traction humaine pour le transport du bois ou du foin’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 25.5.2016).
pʊ ʋəɲ  tsdˈʊna n s - n a prɛz asəbẽ li ɥɛjdze mi  mʊlˈ pɔ le trie dəvã j er  pitʃˈu tsymˈẽ pɔ sɛŋ k n avˈɛ pɑ la liɲə drˈɛjtə fadie ɔ tsʏmˈẽ pə ktˈɔ - ad prɛ le asəb la ɥɛdzʏ mɛ fi dɛʋã li tsarɡwˈɔse di - my sovyɲɔ ke l ala wɪ la ɥɛdz apˈy s ita w li tsarɡˈɔse kã lə tsymˈẽ l e ʒu  mwɛ pi lˈɑrdzɔ
Pour venir à Chandonne nous sommes .. on a pris aussi les luges, mais un mulet pour les tirer devant, c’était un petit chemin parce que (litt. pour ce que) nous avions pas la ligne droite il fallait un chemin par contours. {..} Je me souviens qu’ils allaient avec la luge après ils sont été avec les [tsarɡˈɔse]* quand le chemin il a été (litt. il est eu) un peu plus large.
*[tsarɡˈɔse] cf. tsargóche n.f. ‘véhicule à deux roues à traction humaine pour le transport du bois ou du foin’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 25.5.2016).
a bẽ li ɥɛɪdzˈ l ˈɪr - l ˈɪrëː pɔ sɛ dʒilˈe -  bɛæ py n ɐv ɐsʏbˈẽ li ɥˈedzə mï li ɥˈedzə l ɪr pɔ travajˈe - l ˈɪrə pɔ mənˈe lə fømˈ ᶞæ li tsã d əvˈɛ - li ɥˈdz y bˈẽ - y bẽ pɔr alˈi kirˈi də se a la dzuː yː - s də s pɛjˈ kwˈə də tsɑtˈ kã l er pwœ - pwɪ liz plejˈ asʏbˈẽ pwe dezarpˈe deri mtˈaɲɛ lɪ d ala - l apɛlˈa lɪ ɥɛɪdzˈœtɛ mɛ ɪrɛ le de ɥˈɛɪdzəː -
Ah ben, les petites luges c’était .. c’était pour se luger* .. eh bien puis on avait aussi les luges mais les luges c’était pour travailler .. c’était pour mener le fumier dans les champs d’hiver .. les luges ou bien .. ou bien pour aller chercher de [se] (?) à la forêt ou .. elles s’employaient aussi l’été quand c’était pour euh .. puis ils les employaient aussi bien pour désalper des alpages là d’aller .. ils (les) appelaient les lugettes, mais c’était là de luges ..
*[dʒilˈe] ‘glisser, luger’ (cf. GPSR 5/2: 1026 s.v. dyilâ).

14.1 LourtierF:

k jo ʁãtɹˈɒə tɑ - pˈæpə ir ɪnæʁʋˈo
Quand je rentrais tard .. papa était énervé.
n ɛ æ pˈɛn dʒjˈøə - pɔ tɕʏˈa ə fuˈæ
On était à peine dix .. pour éteindre le feu.
k t vyɲˈɛ a mïʑˈ mæm ˈiə ktˈtᵊ
Quand tu venais à la maison maman était contente.

14.2 LourtierM:

kᵉ jɪ ʁntɹˈɑwø tɑ - pˈɐpːɐ ɪɹ tdjˈ f - ə - ɛɡɹedzɪˈæ
Quand je rentrais tard .. papa était toujours fu .. euh .. fâché.
djã ɪɹ ɐlˈo ʏ ʁɑːkˈɑː
Avant il était allé au raccard.

15.1 MiègeF:

kan tʊ vnˈiv a myʒˈɔŋ li mˈama ˈire kɔntˈɛnta
Quand tu venais à la maison maman était contente.
ə beː jɔ jɔ prʒjvɔ k n aʏtˈan de fˈiːvrɔ fɑʒjˈvɔ də - pɔ l ʒ fˈɑn d bŋ aʊ de tiˈuːlɛ o bŋ trɑmpˈɑŋ  ɡrˈoʊ lˈnzɔ  l rɔlˈa dədˈɪŋ aʊ lɛ- ɪr tɔt - j ˈa pa tan  mdɪsin dəv
Eh bien moi je prenais quand nous avions de fièvre je faisais de .. pour les enfants de bains avec de tilleul ou bien nous trempions un gros linge et les rouler dedans avec ça .. c’était tout .. il y avait pas tant de médecines avant.
k lɐʋitˈ lɐ - k n laʋitˈ l lˈŋzɔ d lɔ t n ɐvitm pa də maʃˈinɛ irɛ tɔt ab - avˈ awˈi l bri - na nɔ kwiʒitˈ ŋ kʊʒˈɪnɐ n alitˈŋ lɑvɑ oː - rsjˈe o bwi
Quand lavions le .. quand nous lavions le linge autrefois nous avions pas de machines c’était tout ab.. avec avec les bras .. non nous cuisions en cuisine nous allions laver au .. rincer à la fontaine.
dvˈ ir ʒu a la ɡrˈanz
Avant, il avait été (litt. était eu) à la grange.

15.2 MiègeM:

j a fe una frit f- l evˈɛr pɑʃˈɑ - ke l- la fɔntˈaŋna ɪre zalˈɑːɛ  ˈiːr - e pln dɛ jˈɑʃɛ
Il a fait un froid* f.. l’hiver passé .. que l.. la fontaine était gélée et était .. et pleine de glace.
*[una frit] «Le genre féminin a un caractère augmentatif et s’emploie pour marquer l’intensité du froid» (GPSR 7/2: 1034a).
lɛ ʃarkə- ʒəɹkənˈaː ʒarkeniːɹ - irˈan dɛ zŋ kɪ ə - ɑlˈɑʋ ɑ lɑ tˈjɑ ɛ ʋiɲˈʋ ʊ velˈɑːzɔ vˈendəɹ - vˈendɹœː ð dː d pakˈɛt - ð pəti pɑkˈɛt d də - də də tˈɛja - ɛ irɛ prˈɛske - ʊ n - uɲ ˈɑzə ɕu dˈoʊ uŋ ɡotrˈu - e ɛ pɔr ʃɛŋ kɛ na - nɔ dʏʒˈɑn ɛ ʋʏ ʃɑrkɛnˈiːɹ d ɡutrˈu
Les Sarque.. Sarquenards1 (étaient appelés) Sarquenires .. c’étaient des gens qui euh .. allaient à la []2 et venaient au village vendre .. vendre de de de paquets .. de petits paquets de de .. de de [tˈɛja] .. et c’était presque .. u une .. une fois sur deux un goîtreux .. et c’est pour ça que nous .. nous disions aux vieux Sarquenires des goîtreux.
1[ʒəɹkənˈaː] habitants de Salquenen, premier village germanophone (haut-valaisan) voisin de Miège.
2[tˈjɑ] ‘bois gras’, bois très résineux provenant surtout de souches, taillé au couteau en lamelles qu’on allumait dans les niches du mur réservées à cet usage (Gyr 1994: 120 et N69).
ʃɛn ˈeɡrɛ na lɥˈœzə pɔ - pɔ hˈoʊ k ɑm pɑ d bˈeɪçɛ
Ça c’était une luge pour .. pour ceux qu’ont pas de bêtes.
kãː rntrˈavo pɑ də bɔn ˈurə l lɔ f- l pɑr ˈerə pɑ kntˈ - j ɛʀ ᵊŋ kolˈerɛ
Quand je rentrais pas de bonne heure le le f.. le père était pas content .. il était en colère.
nʊə n ɐʋitˈ d lɒ - dã lɔ t- lɛː ə - fˈnɛ iɹɑŋ a - kɔmplɛtm ʃɛparˈɛje də ə di r ˈmɔ - lɛ fˈɛnɛ ir a ɡˈoːsa - ʃe pɑ ʃe aə ɐ ɡːs  l ɑndɹˈet uː ɛɹ ʏ ɑ lʊ pyɹɡɑtwɑːɹ u bj u b l fˈɛːə - ɛ lɛ ʒ ˈɔmɔ ran tɥit a drit
Nous, nous avions dans la .. dans le temps .. les euh .. femmes étaient à .. complètement séparées de euh des hommes .. les femmes étaient à gauche .. je sais pas si à euh à gauche est l’endroit où était il y a le purgatoire ou bien ou bien l’enfer .. et les hommes étaient tous à droite.

16.1 MontanaF:

n ɑtsɛtˈɑn pa lɛ bˈɔtɛ - ˈirɛ lʏ kɔrdɔɲˈe kʏ lɛ fɑʒˈi
Nous achetions pas les chaussures .. c’était le cordonnier que les faisait.
e ʒamˈi ʃopˈuɡ d kŋ la ˈɪrə lʏ drit u lʏ ɡˈɔsʏ
J’ai jamais su de quel côté était la droite ou la gauche.

16.2 MontanaM:

dəʋˈan ir aˈup  la ɡrˈaŋzə
Avant il avait été (litt. était eu) en la grange.

17.1 NendazF:

œ m adˈɔnɔ bj kan iɹɔ kʊrˈɛ - kə dø bʏˈe dre h ˈɛ œ ʒ ɔm  du bɪˈɪ ɡɔts irˈɛ œ fˈænə - b ɔːr   ɛ - tɔ mæçl
Euh je me rappelle bien quand j’étais enfant .. que du côté droit c’était les hommes et du côté gauche c’était les femmes .. ben maintenant c’est c’est c’est .. tout mélangé.
ː ɛː ɛ jˈɔdzə k erə po mənˈɑː ɑ drɔdz ʊ b o f - pɔ bokˈu də tsuːʒə ː mətˈɑ mətˈɑ  mʊˈ deˈaŋ pə trˀinˈɑ ɛœː
Euh les les luges là c’était pour mener le fumier ou bien le foin .. pour beaucoup de choses euh on mettait on mettait (litt. ils mettaient ils mettaient) un mulet devant pour traîner euh.

17.2 NendazM:

ədˈ ʏ prʏmje b - dy bi djeː - di ʒ ˈɔmə dɪ bɪ di tsɛsˈø - j ˈɪrə rəʒɐrʋˈɑ po e ʒ øː - e ʒ otoritˈ
Alors les premiers bancs .. du côté des .. des hommes de côté des hommes .. c’était réservé pour les euh .. les autorités.
e elˈiʒ də baʃ nn dəro o t də - n ʃˈɪː  manːœlːˈɪ - œː - ʒˈənːə dəlˈɪtr - eː - n aː rː k kˈatrə hlɔts m pʊ pɑː feʁ tn dœː {-} də dœː - dø melödˈiːə - maːə - œː jɥi kɔmpɔʒˈe meːm - erœ p- mː- ɛ pɑ juŋ k ɑ ɑprˈe a muʒˈikəː - pœ de ʒ œkˈuːwə - ma ɛ ʃ mətˈʏ œ ŋ kɑlɔnˈɑː ə - e ʃ fe ke n æː ʃɑː ʋwə melödˈiːj k a ɪtˈa  - ːrəʒɪstrˈɑ
Dans l’église de Basse-Nendaz dans le temps d.. nous avions .. un marguillier .. euh .. Eugène Délitroz et .. on a .. rien que quatre cloches on peut pas faire tant de .. {-} de .. de .. de mélodies .. mais .. euh lui composait même .. il était p.. m.. c’est pas un qu’a appris la musique .. par de-z écoles .. mais euh il s’est mis à (litt. en) carillonner euh .. et cela fait que nous avons sept huit mélodies qu’a été en.. enregistré.
e ʒ ɐvjˈøʊ ʃŋː - də pˈeʁə plˈatə - du õ du tɔʁˈ - ɛ  frɔˈtɑe e bruːr e  wɑʒˈe reː ə - də ku ʊ bõ dʏ ɪvˈe erə pɑ pleʒˈ
Les lavoirs sont .. de pierres plates .. le long du torrent .. et on frottait les vêtements et on allait là euh .. des fois en plein hiver c’était pas plaisant.
ə dr ɔ t  bwi ɛʃi tʃɥi œː m bu  - ɛm bʊ  nə ɡrˈoʃə bœl dɛ ɑː - dɛ ɑːrʒə dəː watˈːt stɪmˈt dəː - ɑ  mˈɛːtə də jamˈɛtr  - er də to ɡro bwi - ɛ pwː də pʊ ʒ ɑ pu ʃ ʏnˈʏ e bwi m bətˈõ
Euh dans le temps les fontaines* étaient toutes euh.. en bois hein .. en bois dans une grande bille de mé.. de mélèze de .. huitante centimètres de .. à un mètre de diamètre hein .. c’était de tout gros bois .. et puis de peu à peu sont venu les bouils en béton.
*[bwi] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ʃi n ɛʃˈɪ ŋː - ŋː pˈʊro dʒʲˈaːblə k ɛr a n lovˈɛɪ - kø viɲˈɛe - kopˈa de ʊʃ dəː də kˈːdrə - eː fɑʒˈeɪ e ʒ əkˈœʊ{ʋ}ə - e k ʏʒ - eʒø vndˈɛ
Ici nous avions un .. un .. pauvre diable qu’était à nom Lovay .. que venait .. couper de branches* de .. de noisetier .. et .. il faisait les balais .. et que les .. les vendait.
*[ʊʃ] cf. oûche n.f. ‘branche verte, rameau d’arbre fruitier’ (Praz 1995: 509).

18.1 OrsièresF:

se faʁbalˈa l ˈiʁə tʁfjˈa awˈi də pˈædːə - ɛ d lafˈe - ɛ l ˈeʁ ˈɛkstʁa pətjˈ pʊˈɔ kmɛfˈi - p apʁˈi l  di ɡaʁnitˈyʁə k mœtɛˈŋ - k ʊn fazˈee ɡʁoː
Ces fo.. ces falbalas c’était tressé avec de paille .. et de lacets .. et c’était extra-petit pour commencer .. puis après c’est des garnitures que nous mettions .. qu’on faisait gros.
pw li dzy ɔvʁˈi l avˈa ŋ tsapˈe  mwɛ m liː y - vodwˈɛːze - i trapə-  il  tʁefjˈe va ʊ la pˈadːʊ - mi fazˈa ŋna pʏtʃjˈuːda kalˈtə - pwɛ l ˈæ etɛtʃˈɛ deːz l k
Pour les jours ouvrables il y avait un chapeau un peu comme les euh .. Vaudoises .. il trape.. euh il est tressé avec la paille .. mais il faisait une petite calotte .. puis il était attaché sous le cou.
dəvˈã l {ˈe to / etˈo}* a la ɡʀanz
Avant il était été à la grange.
*Dans le parler de la locutrice, les formes mono- et bisyllabiques [eʁ] et [ˈeʁe, ˈeʁɛ] ‘était’, [to] et [etˈo] sont bien attestées (cf. les cartes n° 42310 et 52330).
kã t vɲˈɛ a mɛzˈõ mˈama l ˈeʁɛ ktˈtə
Quand tu venais à maison maman elle était contente.
d apʁˈe la fɔʁtˈʊna l fɔdˈa l ˈeːʁə y  sˈɛjæ y  kwtˈø - œ st d  sˈjæ j ʁ bʁɔdˈo
D’après la fortune le tablier il était ou en soie ou en coton .. et ceux d’en soie ils étaient brodés.
lɪː tsfˈ l e jɔ k li tʀʊkɔtˈo - l æ  lˈanə dœ fˈajɪ
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que j’ai tricoté .. c’était en laine de brebis.
j ʁ ɑ pˈena djœ z ˈɔmo valˈɑːblʊ pwe ɪtˈdrə l fw
Il y avait (litt. il était) à peine dix hommes valides pour éteindre le feu.

18.2 OrsièresM:

d l t ɲʊ adzətˈɑv də fʁmˈɑdz y maɡazˈẽ -  muːo-  m avˈe tsøkˈ lə ʃ -  pɔʁtˈɑʋ lə lafˈe a la letəʁˈi e n avˈe l tɔ dy lafˈe - adˈ ɔn avˈe pʁ də fʁɔmˈɑːdz pʊˈɔ - pɔ sə sʏfˈiʁ a se mˈimɔ - la kdəʃˈ dy rest k atramˈ s ˈᵊ pa pɔsˈiblə - pa d aʁdzˈ -  tʁavajˈev la la kpˈaɲə kə pɔʁ s 
Dans le temps personne achetait de fromage au magasin .. on m.. on avait chacun le sien .. on portait le lait à la laiterie et on avait le taux du lait .. alors on avait assez de fromage pour .. pour se suffire à soi-même .. c’était la condition du reste car autrement c’était pas possible .. il y avait (litt. il était) pas d’argent .. on travaillait la la campagne que pour ça hein.
dəvˈã j ɛʁ etˈo a la kʀˈḍẓ
Avant il était été à la grange.
ka ʁãtʁˈaːvʏ tʁa tɑ pap ajənˈo
Quand je rentrais trop tard, papa était en colère*.
*[ajənˈo] cf. ayən ‘attiser le feu, mettre en colère’ (GPSR 2: 175).
b lə tʁavˈo di f l əʁ  mwɛ py penˈiblə kə se di ʁəkˈɔ paskˈɛ j n a mi - ɐəkˈɔ j n a pu
Ben le travail des foins il était un peu plus pénible que celui des regains parce qu’il y en a plus .. regain il y en a peu.

19.1 St-JeanF:

ø tsapˈe ʃiɹɛ œ l œnteriˈʊ dɛ paʟ trɛʃjˈai ɛ pwɛ l a lœː l vɛʟˈuk l dɛʒˈɔt ɛ l ɹiᶢbˈ
Le chapeau était euh l’intérieur de paille tressée et puis il a le le velours le dessous et le ruban.
l ɑriˈoʊ ʃir aʃtˈɑ ʃuk ŋ ʃ- m- pɑ ʃuɡ ŋ taburˈt adˈn ʃ ʏ ʒ aʃtˈɐ ʃu la ʃˈɹʟˈɛta
Le trayeur était assis sur un ch.. m.. pas sur un tabouret, alors il s’est assis sur la chaise à traire.

19.2 St-JeanM:

dəvˈan ʎ er alˈa a la ɡraŋẓᵄ
Avant il était allé à la grange.

20.1 SavièseF:

o kɑ rɛntrˈyʋ taː i pɑːrə ʃi mitˈiɛː œ - iə pɑ kwɛntˈ
Oh quand je rentrais tard le père se mettait euh .. était pas content.
knt a to l jø pɹ n tˈɪ - ɑpɹˈ nɑ ɔˈɛɪmɑ - ˈɪɔ pɑ kn t
Contre la toux c’était pour un thé .. après un rhume .. c’était (je ne sais) pas quel thé.

20.2 SavièseM:

kɐ n ɪ zʊˈɛnːə ɛ me- l eje- d de tsˈëɛː ɐtsɪtˈɑm pru pʊ dɛ ʏ ɡ ʏ ʊ ə- æ dmˈɪnẓe - p  - p kˈo
Quand nous étions jeunes, les me.. c’était .. de de viande on achetait (litt. ils achetaient) assez peu {..} le dimanche .. puis en.. puis encore.
ka ɹtɹˈɑ taː papˈa ej tøtˈŋ ɛi - er tɔt ɡrdʒjˈa
Quand je rentrais tard papa était tout le temps en .. était tout le temps fâché.
œ ʒ fˈ ʃ - ʃ nekˈu b ʃ nekˈu  ʃa- øː ʃ nøkˈu lɑ mɐ ʃ nøkˈu ɔ ɔptˈa de ʃj ɛː e ɑviˈ jʏ ɔ zɔ bɑ ɔ pətˈɑ de ʃj pɑː a - pɑ amˈ la paskjə - paɕkjɛ e ˈie ˈi dʒa enˈu a abetˈudə pwø pw e fasilita e km mjɔ ɔ petˈa
Les enfants sont .. sont nés bon sont nés en Sa.. euh sont nés là mais sont nés à l’hôpital de Sion euh ils avaient vu le jour en bas à l’hôpital de Sion pas à .. pas en haut ici parce que .. parce qu’il était était déjà venu l’habitude puis pour les facilités c’est quand même mieux à l’hôpital.

21.1 SixtF:

le ʃɔsˈɛt ɪtˈɛ mø k le trikɔtˈavəœː - aɔ ma tˈɑtɛ mɑ ɡr mar fˈ tɔ l mˈdə - e pwe mæ d ɛ vɪy ma ɡr mar friˈe - la lˈɔnæ
Les chaussettes c’était moi que les tricotais .. avec ma tante ma grand-mère enfin tout le monde .. et puis moi j’ai vu ma grand-mère filer .. la laine.
œ j alˈɑv de vjˈɑð k j alˈɑv fa la sjest j etˈɛ kt n etˈɛ ð lʊ damˈʊ j apɛlˈɑv s lʊ damˈɔ l e lʊ amˈo - e kt ɪ pløvˈɛ - ɛœ le ð lˈɑv sy la mˈotːa dy f - fɑʁ la sjest j n œvˈɛ k dejˈ  ʎpˈe m fˈɛ j etˈe j alˈɑv fɑr  sɔn
Euh ils allaient des fois quand ils allaient faire la sieste c’était quand on était dans l’amont1 ils appelaient ça l’«amont» c’est le hameau .. et quand il pleuvait .. euh les gens allaient sur le tas du foin .. faire la sieste il y en avait que disaient un clopet2 mais enfin c’était ils allaient faire une somme.
1[damˈʊ, damˈɔ] ‘amont, endroit situé dans la partie supéreure d’un terrain, en altitude’ (cf. Viret 2013: 139 s.v. amont).
2[ʎpˈe] ‘petit somme, somme léger, petit repos, assoupissement, demi-sommeil, somnolence, sommeil léger, sieste, roupillon’; français régional clopet (Viret 2013: 2001 s.v. sommeil; FEW 21: 405).
j avˈɛ la kʊtyʶjˈɛʁ sʏ plˈɑsə - e ɦø e ɦø ma ɡr ma tˈntɐ maltˈidə kə m a elɛvˈa - tˈɛ kʊtyʀjˈɛʁ - eː mœː œ j  pa kuɲˈy m sɒ m fˈ ʎæ  ʎ ɛ pʀɔ vˈɪ dˈɪrə - lʊ ðn dy vɪˈɑðə - la sʊrkjˈa ɪ vnɪvˈː l- prnd la maʃˈɪna ʃy l epˈola - e mɑnˈɑv la maʃˈɪna a θtilˈɔː ə ɛ ma tˈtə maltˈɪda ɑlˈɑv dʊ tʁɛ ðœrᵊ - lʊ fɑ nɔ fɑədˈer lɔ fˈɑr ʊː s k ʲ avjˈ fˈta
Il y avait la couturière sur place .. et ici ici ma grand ma tante Malthide que m’a élevée .. était couturière .. et moi euh j’ai pas connu moi ça mais enfin je lui ai je lui ai assez entendu dire .. les gens du village .. le printemps ils venaient l.. prendre la machine sur l’épaule .. et amenaient la machine à coudre là-bas (chez eux) et et ma tante Malthide allait deux trois* jours.. leur faire un tablier leur faire ou .. ce qu’ils avaient besoin.
*[dʊ tʁɛ] adj. num. ‘deux trois; quelques-uns’ (cf. FB 1960: 215 s.v. dóᵒᵘtr, GPSR 5: 558).
lɐ œ b ʋɛ la fɛn ɛtˈɛ stˈɑɪ s la sælˈɑː - ʊn apɑlˈɑv s la sal ɑ mwˈɛdᵊr
La euh ben oui la femme* était assise sur la chaise .. on appelait ça la chaise à traire.
*L’informateur masculin de Sixt nous a expliqué que traditionnellement, à Sixt, la traite des vaches incombait aux femmes.

21.2 SixtM:

lu ðbˈõ - j ɑ l ᶞbˈ d lɑ sawˈ k etə plu œː - l plu ʁənɔmˈa - meː - tɔt le famˈij n  fahj pa
Le jambon .. il y a le jambon de la Savoie qu’était plus euh .. le plus renommé .. mais .. toutes les familles n’en faisaient pas.
b syr t k a - t k a trˈɛze  - œː - s alˈɑ  klas - dam dy fɔr - e  kaʁtjˈe d la kmun - t k a b t k a trɛz  - eː ɕertifikˈa d etˈyd -  aːprˈe t saː modˈa - falɛ b lɛː travajˈi - j etæ pˈovrə pɛr θ - falɛ b le travajˈi apr'drə kˈɑkr - t saː moda a anmˈas -
Bien sûr jusqu’à .. jusqu’à treize ans .. euh .. je suis allé en classe .. (à) Dame-du-Fort .. c’est un quartier de la commune .. jusqu’à ben jusqu’à treize ans .. le certificat d’études .. après je suis parti .. il fallait bien aller travailler .. c’était pauvre par ici .. il fallait bien aller travailler apprendre quelque chose .. je suis parti à Annemasse.
a wæ - j etˈæ m s œː - ð le hlə puʁ fˈermə - lːœː - le ð - ð nˈytrõ kw - j əvjˈ l abitˈydœː də s kstʁɥˈiːʁ - tut sˈblə - s ɛt a diʁ lu j aprˈɛ lu z ˈɑːθ ə l - sˈi d sɥit m s - etˈɑ p stə mi fɔ etˈa pɛ la sekyʁitˈɑ də - lʊ de bdˈi - j etˈɑ dðərˈ pɛ l fjˈuwæ - sə n avɛ j kə buʁlˈɑvə - i buʁlɑv tɥi
Ah oui .. c’était comme ça euh .. dans les ces petites fermes .. les .. les gens .. dans notre coin .. ils avaient l’habitude de se construire .. tout ensemble .. c’est-à-dire les uns après les autres et l.. ainsi de suite comme ça .. c’était pour être plus forts c’était pour la sécurité de .. les des bandits .. c’était dangereux pour le feu .. s’il y en avait un que brûlait .. ils brûlaient tous.
m pɔlˈœ ɛtˈa matnˈi si matˈ
Mon coq était matinal ce matin.
k n øtˈæ ðɔˈːnə - n alˈav ðamˈɛ ɐ la buçʀˈi - si eːʑ ə - pɛ paːk n ɐlˈœʋ kərˈi l by d paːk - j etˈœ lɐ trdisjˈ ə - e - pər θ
Quand on était jeune .. on allait jamais à la boucherie .. si {..} .. pour Pâques on allait chercher le bœuf de Pâques .. c’était la tradition euh .. euh .. par ici.
 m  zəvˈɲ kt al t aʀʋˈɑ j øtˈɑ l tθo t
Je m’en souviens quand il est arrivé c’était l’été.

22.1 TorgnonF:

kˈɑŋ ɪ veɲˈv ɪ mˈɛtʃɔː lɑ mˈmɑ ʎ ˈevɛ tˈɔta ktˈɛta
Quand ils venaient à la maison* la maman elle était toute contente.
*[mˈetʃo] ‘maison’ s’utilise souvent au pluriel.
k d tʁˈɪvɔ taːʀ lɔ pˈapa ʃe bøtˈɪɛ sˈmpʀɛː ɛ - æ- a- amalʏsˈeː ˈɪʋə smpʀ amalʏsˈɪ
Quand je rentrais tard le papa se mettait toujours euh .. a.. a.. en colère il était toujours en colère.

22.2 TorgnonM:

tse nɔ laː la ɡʁˈŋdzə j e - dødˈe lɔ te j ɛ mɑ ɪtɪlɪzˈːjə - pɛ ʁntʁˈɑ lɔ ɡʁŋ ɛ lo bˈɑːtʁəe - ɛ sətsˈe -  - ɔ ʎœ kʲə lɔ paʎˈe j ˈɪvə mˈɑkœ - pɛ ntrˈɑ lɔ fwˈ - lɒ lɔ f
Chez nous la la grange elle est .. dans le temps elle est seulement utilisée .. pour rentrer le grain et le battre .. et sécher .. hein .. au lieu que le fenil il était seulement .. pour rentrer le foin le le foin.
sɔ s dɛː d ʎwˈɛdze kʲɛ n mpleˈɪv pə ɐlˈɑ sʏ pə l bʏ ʁamasˈɑ lɔ bøːk - peː pɔʁtˈɑ lɑ ɡʁˈeːsə - lɔ pɛ lɛ pʁʊː - pɛ traspɔʁtˈɑ lɛ ʁˈɔkʲ ɪvɛ ŋ mɔjˈ də traspˈɔː dədˈe lɔ teː eŋ kpˈɑɲə n ytɪlɪsˈɪɛŋ kʲœ sœŋ ɔː ʊ awˈ lə məlˈɛt ʊː u ɑ m
Ça sont des des luges que nous employions pour aller en haut dans la forêt ramasser le bois .. pour porter le fumier .. là dans les prés .. pour transporter les pierres c’était un moyen de transport autrefois en campagne nous utilisions que ça ou avec les mulets ou ou à main.
dɛvˈŋ ˈɪvɐ ɑlˈʊ ʊ paʎˈeː
Avant il était allé au fenil.
kn d ɑrøvˈɪo tɑːʁ lɔ pˈɑpɑ ˈiə smpʀ ɑmɑløsˈe
Quand j’arrivais tard le papa était toujours en colère.

23.1 TroistorrentsF:

leː - tsoːs ʏl ɑʁe me k lœʏ-ez ɑʋø ə tʁɪktˈo
Les .. chaussettes c’était moi que le..les avais tricoté.
ka tʏ vïɲˈav avˈe l tˈo la mˈamɑ ə - sø - l ɑʁˈ ˈɛzɑ
Quand tu venais à la maison la maman euh .. se .. elle était contente.

23.2 TroistorrentsM:

ː la j aʋˈe asbˈɛ de fʁˈaːʁe - k itaʋ ɦ ˈm le -  l e ɲe l ˈatʁɔ l e bðː - pʁˈeskə ʁˈodzo - l aʁˈe - lə bð - e lə ɲeː
Et .. il y avait aussi des frères .. qu’habitaient là-haut .. l’un il était noir l’autre il était blond .. presque rouge .. c’était .. le blanc .. et le noir.
lə tsᵊmˈ l  vɛʁˈɑːʀa
Le chemin il était verglacé*.
*[vɛʁˈɑːʀa] cf. vêryà, -à, -eu pp. (Saxel, Sixt-Fer-à-Cheval; Viret 2013: 2216).
ˈɑʋo d le kwəzˈən ɑwə dˈaʋe kwʏzˈʏnə l ənə l ɐʋe l pa ɲe l ˈatʁʊ l ɑʁeː - kəm m bø djɪ  fʁãse blˈõːdə - lɑ mˈmɑ l ɑ tˈʊdzo ɑpelˈo - sɑ - lɑ - lɑ mˈmɑ d- lɑ d- bðãːts e lɑ nˈaːʁɑ s z e la bðˈãtsə - lɑ bðãts e la nˈɑːʁɑ
J’avais des cousines j’avais deux cousines l’une elle avait la chevelure noire l’autre elle était .. comme on peut dire en français blonde .. la maman elle a toujours appelé .. sa .. la .. la maman d.. la d.. blanche et la noire ça c’est la blanche .. la blanche et la noire.
ə ɐ tʁɛtɔʁˈ n - n æʋ paː l ɑsetjˈøʏ - kə l ãː ajˈʏ aʋwe  pja - me sovˈː l ɑʁ na - nɑ btsˈetː - pwɛ nɑ bãntsˈeːt a tʁe pjɑ - la btsˈëta pʊ mwˈadʁ
Euh .. à Troistorrents nous .. nous avions pas .. le siège .. qu’ils ont .. ailleurs avec un pied .. mais souvent .. c’était une .. une sellette à traire* .. et puis une sellette à trois pieds .. la sellette pour traire.
*[btsˈetː] n.f. ‘sellette à traire’ (spécifiquement à Troistorrents; cf. GPSR 2: 230b s.v. bantsta 3.).
pɛ e nœ ˈœːʁə n alaʋ mãẽndʑjˈe m l ɑʁɛ - ə bɑ - bˈɑʁɛ dʏ kafˈe mandʒˈe nsˈatɕe l ɑʁɛ l sekˈ dedznːˈ
Vers les neuf heures nous allions manger mais c’était .. euh boi.. boire du café manger un petit quelque chose* c’était le second déjeuner.
*[nsˈatɕe] ‘quelque chose’, cf. GPSR 3: 267 s.v. chak.

24.1 Val-d’IlliezF:

kã n dzəwˈʊn ɑn atɕɛtˈaʋə pu də a tsɛ
Quand on était jeunes on achetait peu de… la viande.
le dz atsɛtˈaʋ le bˈɔtɛ ʋɛ l kɔʁdɔnˈɪ - m pˈaʁɛ l ɪʁ kɔʁdaɲe alɔʁ - n ɑ tuty di dz kə vəɲˈai
Les gens achetaient les chaussures chez le cordonnier .. mon père il était cordonnier alors .. on a tout le temps des gens que venaient.
dəvˈã l amˈ lœ ɡʁˈdzə
Avant il était en haut la grange.
a kã ˈyʁɔ dzʊwˈʊnɑ n ˈɑʁɑ ʁ k lɐ dəmð kə n ɑwˈɑ d- d la tsɛ a mdʒˈi - n aʋa pa pø d ɑʁdzˈ b - aʁ l ʁ  lˈyksə la - la tɕɛ
Ah, quand j’étais jeune ce n’était rien que le dimanche qu’on avait de .. de la viande à manger .. on avait pas assez d’argent bon .. alors c’était un luxe la .. la viande.

24.2 Val-d’IlliezM:

 jˈɑdzɔ l ˈɛʁə t d le pjˈɛʁ pɛʁ - d le dˈale pwɛ  mi lœ - le z esˈl
Autrefois il y avait (litt. il était) tant des pierres par ic(i) .. des dalles puis on a (litt. ils ont) mis les .. les ancelles (gros bardeaux).
 jˈɑdzɔ l ɛʁ  kɑʁiˈ mɛ aʁ end a pami
Autrefois il y avait (litt. il était) un carillon mais maintenant il y en a plus.
ɔn ˈ wɛ z ɑmˈ pɔ fiʁ sa faʁs
On était huit z-amis pour faire cette farce.

25.1 VouvryM1:

wæ ɕy la plaz dø vlˈazə ɛʁ  bwi
Oui sur la place du village était une fontaine*.
*[bwi] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
 tæ əʁˈ køˈɛʁtə d dˈalə
Le toit était couvert de dalles.
n etˈɛ - tɛ pɑmˈe kə dʒji pʷɔː - pɔ əretˈa si fwa
On était .. était plus que dix pour .. pour arrêter ce feu.

25.2 VouvryM2:

n etˈɛ pɑmˈe kə dji pɔ ᵊretˈa si fwa
On était plus que dix pour arrêter ce feu.
 lɛ ɑ fʊty na rʃˈɑ øl tˈɛ tɔ ʁˈɔdzə
On lui a foutu une rossée il était tout rouge.