Comparer

Comparer la carte 51342 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

     

Verbes irréguliers: «elle est / il est»: la nature de la voyelle

  parler de témoin
féminin
témoin
masculin
1 Arbaz
lɪ lʏ le l lɛ lø
3 2 12 11 3 3
lœ lə l ʏ e ə
1 5 3 1 2 2
lʏ le leɪ l lɛ lə
3 27 1 3 4 2
l i y œ ə  
2 1 1 1 1  
2 Bionaz
e ë ɛ    
27 1 7 7    
e ɛ      
10 45 19      
3 Chalais
e ɛ œ  
2 11 5 1 1  
e ɛ
1 2 8 1 30 2
ø œ ə    
1 1 7 1    
4 Chamoson
i e ɛ ø
1 2 1 9 3 1
œ ə æ    
1 2 3 1    
ɛ ø œ
2 16 1 1 2 5
ə          
4          
5 Conthey
ɛ    
4 1 10 1    
i ɛ œ  
1 2 12 1 2  
6 Évolène
ʏ e ɛ
1 2 3 1 15 2
ø œ ə    
3 1 1 1    
ɪ e ɛ ø
1 2 1 28 1 1
œ ə        
4 3        
7 Fully
e ɛ œ ə  
2 5 4 8 1  
e ɛ ə      
2 7 2      
8 Hérémence
e ɛ œ ə  
1 1 14 2 2  
e ɛ œ
9 3 43 2 1 2
9 Isérables
e ɛ ø ə  
5 1 21 1 3  
i ɛ      
1 1 14      
10 La Chapelle-d’Abondance
e ɛ œ æ
1 2 11 2 1 2
e ɛ ø ə  
4 9 13 3 3  
11 Lens
e ɛ ɛɪ      
1 11 1      
e ɛ ø ə  
10 5 17 1 1  
12 Les Maré-
cottes
ʏ ɛ œ
1 10 1 6 3 2
ə æ        
4 1        
e ɛ
2 8 1 6 4 2
œ ə        
3 4        
13 Liddes
e ɛ ə
1 1 10 8 1 14
æ          
3          
ʏ e ɛ ø
1 6 4 9 2 2
œ ə      
1 6 13      
  parler de témoin
féminin
témoin
masculin
14 Lourtier
ɪ e ɛ ø
1 1 4 4 2 1
œ ə        
5 2        
e ë ɛ
1 1 1 1 9 2
ə        
2 1        
15 Miège
e ɛ œ
3 2 18 1 1
ɪ e ɛ    
1 6 6 5    
16 Montana
ɪ e ɛ    
1 5 3 24    
e ɛ      
3 4 17      
17 Nendaz
e ɛ œ ə  
4 11 2 1 1  
e ɛ ə    
25 18 23 4    
18 Orsières
e ɛ ø œ
4 6 3 3 2 5
ə          
3          
e ɛ œ
1 3 7 3 1 6
ə          
4          
19 St-Jean
ɪ eɪ ɛ œ ə  
1 1 32 1 1  
ɛ œ ə
3 25 6 1 2 1
20 Savièse
i ɪ ʏ e ɛ
2 6 2 16 17 15
ø ə      
2 1 2      
i e ë ɛ
4 12 1 6 15
ə        
1 3        
21 Sixt
ɪ e ɛ ø
1 39 6 15 2 1
œ ə        
1 1        
e ɛ æ  
8 7 15 1 1  
22 Torgnon
e ɛ œ ə
6 4 20 2 1 1
ɪ e ɛ œ ə
1 6 5 49 1 1
23 Troistor-
rents
e ɛ      
1 4 7      
ɪ ʏ e ë ɛ
1 2 40 1 5 12
œ ə        
1 1        
24 Val-d’Illiez
i e ë ɛ œ    
1 2 1 7 1    
e  ɛ ə    
5 7 11 2    
25 Vouvry
e ɛ    
5 4 1 4    
e ɛ œ
4 2 1 10 1 2
ə          
1          

Dans les transcriptions de la liste des énoncés, les consonnes de liaison devant voyelle (p. ex. à Hérémence) sont marquées en vert.

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

weʏ mɑtˈŋ     ʏ ʒˈyʃɐ ʏ ɡɑɔtˈɑ
Aujourd’hui matin elle a été (litt. est eue) au galetas.
    lʏ pˈɑːlɛ - pˈɑːlɑ
Elle (la peau) est pâle .. pâle.
dʑ jɛɹ - ə nɑ dʑn astˈe     le ʒy y kˈaːfɛ
Avant-hier .. euh non avant-hier soir il a été (litt. est eu) au café.
 zɔɹ de vʊˈeɪ     l ʀɑɹ cʲə mʏtˈiʃ œ tsɐpˈe
Aujourd’hui il est rare qu’ils mettent les chapeaux.
ɛː fntnə     lɛː ɑɔ kʲe vŋ lɛː  boɹnˈe - ɛː -  bwɪ     le  ʀesipjˈŋ kʲə vəː - aɔ kə vɑ ʊ ˈiːvɐ
La fontaine est où que vient le .. le tuyau .. et .. le bouil* est le récipient que v.. où que va l’eau.
*cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
 fɑrˈɪnɐ de frɔmˈ     lø mi blts e hæ de ɐ ʃˈeʏwɑ
La farine de blé1 est plus blanche que celle de «la» seigle2.
1[frɔmˈ] n.m. ‘blé’; [bla/blo] est le terme générique pour les céréales.
2[ʃˈeʏwɑ] ‘seigle’ est féminin (FEW 11: 363a).
ʃy ɑ plˈɑʃə dː - dʏ vʏoˈɑːzə     lœ nɑ -     l m bwe
Sur la place de .. du village il y a (litt. il est) une .. il y a (litt. il est) une fontaine*.
*[bwe] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
 fydˈɑːɹ     lə kliˈɑː ʃʏ ə ʒ əsjˈœblə
Le foulard est plié sur les épaules.
ən ˈɑɹbə lɑː - dy tẽŋ     e sŋ s ʒ ɑbtˈ
En Arbaz il y a .. actuellement c’est cinq cents habitants.
o wz     ə d ʏ bufˈɛ
Le linge est dans l’armoire.
ʔœː kɑrɑkˈɔ     l ʒˈãʁə dɛː - d blˈyzɐ - ɲœ - mɛ - ˈɔɹ     ə ɔnɑ blyzˈɛtɑ
Le .. caraco est un genre de .. de blouse .. euh.. mais on .. maintenant c’est un chemisier.
 fydˈɑːɹ ɪr əŋ ʃˈɑːɔ dʏ tẽŋ - ɔɹɑ     lʏː h - ʃɑ pã ŋ kj tɪsˈy     lɪ    lə - d kɔtˈ ʊ bŋ - n ˈɑtɹə wɐ- mɑɹtʃʲndˈɪ
Le foulard était en soie autrefois .. maintenant il est h.. je sais pas en quel tissu il est mais il est .. de coton ou bien une autre oua.. marchandise.

1.2 ArbazM:

e mi dɛ w ɥitˈɔŋ     lʏ miː fŋɕjˈɑ ke ʃe dy furtˈẽŋ
Le miel de l’automne est plus foncé que celui du printemps.
wˈe mɑtˈŋ     y ʒʸ enˈø ʏ ɡˈɑːhtɑ
Aujourd’hui matin elle a été (litt. est eue) en haut au galetas.
dʒŋ ɔː ʁɑhˈɑːr     leɪ e lˈuː - ɔ metˈŋ ʃɛtʃʲˈe ɛ fɔl dy bɛtɛrˈɑːvɛ fɑʃˈʏ pɔ ɛ tʃjˈɛbrɛ
Devant le raccard est la galerie .. où on mettait (litt. ils mettaient) sécher les feuilles des bettes liées pour les chèvres.
œː dʑn astˈeɪ     le ʒy y kɑːfˈeː
Euh avant-hier soir il a été (litt. est eu) au café.
e siwˈi     l tˈɔpʊ
La cave est sombre.
dɑrbˈɔŋ     lɛ ʃɔrtˈeɪʃɑ mˈɛɪhrɑ dʏ tˈuːr
Darbon est sortie maîtresse des génisses non vêlées.
ʃŋ     lə ʊnɑ lɥˈezə pʷɔː dɛvɑˈɔ ɔ bwe pʷɔ treŋnˈɑ ɔ bwe dɪ ɑ zˈøʏ yː vəewˈɑːzo - ɔw     le brɑmˈŋ m pnt n tɔ kɑ ɑw     le brɑmˈŋ ẽŋklˈeɪvɑ - weʔ - ɛ lɥˈeze kɔrnˈopøe - ɛŋ kɔrnˈɔpʏ k dʒˈ
Ça c’est une luge pour descendre le bois pour traîner le bois dès* la forêt au village .. où c’est bien en pente en tout cas où c’est bien incliné .. oui .. les luges à poignées .. à poignées qu’on disait (litt. qu’ils disaient).
*Pour [dɪ] ‘dès’ cf. GPSR 5: 446s.
ʏ ʃi dʊ pˈɛɪl     le bˈɑːʃᶷ - e tsˈmbɐ     l bˈɑːʃɑ - e pˈɛɪl     le trɛ bˈɑːʃo
Le ciel de la chambre* est bas.. la chambre* est basse .. la chambre est très basse.
*[pˈɛɪl] cf. pèilo n.m. ‘chambre principale de la maison’; [tsˈmbɐ] tsambra n.f. ‘chambre plus petite’ (FB 1960 s.v. piló).
œː  pɑtrˈɔnːɑ     lː ɛ viʑitɑɕjˈõ - d wo tẽŋ     i ʊ du ʒylˈ
La patronne (fête patronale) .. la patronne est la Visitation .. dans le temps c’est le deux juillet.
    œ dɑbˈɔr tsɑpeˈoː
Il est bientôt chauve.
de ˈɑːzɔ ɔ mɑtˈiŋ e teʁˈẽŋ     ə zɑˈo
Parfois le matin le terrain est gelée.

2.1 BionazF:

adˈ la faˈøna døː - də fʀɔmˈ l e pɪ blˈtsə ke la faˈøna dʊ blʊ
Alors la farine de .. de blé elle est plus blanche que la farine du seigle.
l ë pˈeɲa
Elle est petite.
œ la mæntelˈɑ œ l plɪsːˈɑɛ dəsˈɪ lø z ɪpˈɑlə
Euh la manteline euh elle est plissée sur les épaules.
dəvˈ ʎø l ɛ alˈɑ ɪ paʎˈː
Avant elle elle est allée au fenil.

2.2 BionazM:

s kɑpˈɪtə d ɪfʊrˈjː - kŋ l ˈɛrba l e kɔ tʀˈɔpə tˈẽndʀa - kʲœː a vˈatsə l ɑ tʀˈɔpːə f  mˈdzə tʀˈɔpːə də bʀˈɪva adˈ pʊ ɡõflˈɪ
Ça arrive de printemps .. quand l’herbe elle est encore trop fraîche .. que la vache elle a trop faim et mange trop vite alors elle peut gonfler.
ːə - la kʀˈɔta ju bətˈŋ əmː øː tʀɛɪfˈɔʊlə l tˈœpːɑ
Euh .. la cave* où nous mettons em euh les pommes de terre elle est sombre.
*«C’est à la crotta que l’on tient les gros tonneaux et, plus en général, les grosses provisions pour la consommation personnelle ou pour la vente» (NDPV 1997: 320).
lɔ deːzˈɔː - l ɛ m bˈuːcʲœ - ɛː dœɕˈɪ po ɪtʀ m bˈuːcʲə ʊ peˈaːtʀ ŋ œː ɑ ɑ ɑ bˈœːrjɔ
Le dessous .. il est en bois .. et le dessus peut être en bois ou sinon en euh en en en pierre.

3.1 ChalaisF:

ʒilbˈɛʁ - mn ˈɔmo l e nɛɦˈuk a a t aː vɛrkɔrˈ - u mi lɔː nuː - nuː ʒãvjˈe - mil nu sɛn ɛː nunˈⁿt - wɛ wə milˈə wɛ sɛn  nunˈⁿtɛ nu - l ɛ neɦˈuk a vɛrkɔrˈː
Gilbert .. mon mari il est né à à t à Vercorin .. au mois le neuf .. neuf janvier .. mille neuf cent et nonante .. huit oui mille huit cent et nonante neuf .. il est né à Vercorin.
kɔ  nɑː - na veʒˈinɐ k l ɛ nɛhˈɔj a ʃˈiʁɔ maː  vi prˈskə pa  ʃɛ vi prˈskə paː
Ici j’ai une .. une voisine qu’elle est née à Sierre mais on voit presque pas on se voit presque pas.
ˈɔra l utər la vˈɪɲʏ travaʎˈɛ
Maintenant il est outre la vigne travailler.
a vɛrkɔrˈ ntʁə ʃiʒˈ la ɛ fiː l ɔtˈɔn dɛ - ˈntrɛ ʃiʒˈ kˈatrɔ sɛn œ - ɛ sŋkˈaŋtɑ pɛʁ le - ma ɔr ʃiʒˈŋ alˈɔ l plɛ
À Vercorin entre saison là ça fait l’autour de .. entre saison quatre cents euh .. et cinquante par là .. mais hors saison* alors c’est plein.
*Lapsus pour «en saison»: pendant la saison hivernale, Vercorin peut héberger environ trois mille touristes.
ɛn ʏvˈɛːr nɔ ʃɛŋ tɔzˈɔ n pl ʃɔlˈɛᵏ - l œ fr b
En hiver nous sommes toujours en plein soleil .. c’est très agréable.

3.2 ChalaisM:

ɛ bŋ ʃn l e ɪmyˈablə - tozˈɔ lo vt e kˈatə fbrˈi
Eh bien ça, c’est immuable .. toujours le 24 février (..)
adˈɔn lɔ kl d pɔmˈœtə l tɔzˈɔ ʊ kwin dʊː dʊ selˈi pɔː pɑ ɛmpɐtɕjˈɛː lɛ ʒ ˈatrə plˈaʃə
Alors le creux des pommes de terre il est toujours au coin du du cellier pour pas empêcher les autres places.
dvˈan l ʒʊk œː - jɪn a la ɡrˈaŋza
Avant il a été (litt. il est eu) euh .. dedans à la grange.
l ɑ tɔzˈɔ ʊnɑ mɑrmˈɔtə ke l ɛ le dɛ wˈarda
Il y a toujours une marmotte qu’elle est là de garde.
lɔ selˈiː - lɔ selˈiː də la frˈʊɡta l tɔzˈɔ ʃˈɔmbr
Le cellier .. le cellier à fruits* il est toujours sombre.
*[frˈʊɡta] n.f. ‘fruit’, terme générique.
t a ju stʏ l ø ɡrˈoːʃa
Tu as vu? celle-ci est enceinte.
œ biŋ ɔʁ  pu dˈɪʁə kɛ œ rˈɛʃœ l ɡɑʎˈɑ pˈɔndʊk ɑwˈe tsalˈi pɔ ʃɛŋ kɛ l  fe də kstrʊksjˈ ɑ - dʊ teŋ k i ʃɪʁ lɔ bõ mɔmˈ kɛ lœ bˈŋkə prɛhˈɑʋɔn ɑrzˈɛn a tɥit - ɑdˈɔn    pʊ dˈiʁə kɛː ʃeŋ - ʃeŋ ɡɑʎˈɑ lə mˈmɔ velˈɑːzə
Eh bien maintenant on peut dire que euh Réchy il est quasiment* collé avec Chalais parce qu’on a fait (litt. ils ont fait) de constructions à .. du temps que c’était le bon moment que les banques prêtaient argent à tous .. alors on on on peut dire que nous sommes presque* le même village.
*[ɡɑʎˈɑ] adverbe d’insistance.
lɔ plɑfˈon dʊ pˈiʎɔ l œ βɑ
Le plafond de la chambre il est bas.
lɔ trɑvˈalː diχ f l mi penˈiᶢble kɛː ʀli di ʀekˈoʊ
Le travail des foins il est plus pénible que celui des regains.
weŋ matˈŋ ʎɛɡ l ə ʒu ʃuk ɔ ɡɛʀtˈa
Aujourd’hui matin elle elle a été (litt. elle est eu) au galetas.

4.1 ChamosonF:

wɑ matˈɛ l e itɑ y - y sɔlˈã
Aujourd’hui matin elle est étée au .. au galetas.
 tˈɔʀnə ba p  vɛʁsˈ kə l ɛ kspoːzˈɔ y sɔlˈæ
On redescend par le versant qu’il est exposé au soleil.
a - a pˈilə l pˈɑmi sʊ ɔ fwa
La .. la poêle elle est plus sur le feu.
ɑ fɑʁˈʏn dy blo l ø mi blts kj ɐ fɑʁˈʏnə də saˈɛl
La farine du blé elle est plus blanche que la farine de seigle.
 lɛŋz     d l aʁmʊˈɒʁ
Le linge est dans l’armoire.
l a ʒˈøstə nœ - nˈœø  kjə n ɑvˈtsə l œ vɲa baː ʃə
Il y a juste neu.. neuf ans qu’une avalanche elle est venue bas ici.
 fulˈɑ - l ə plejˈɑ sy e z epˈoːl
Un foulard est* .. il est plié sur les épaules.
*interprétation syntaxique incertaine; la forme fait l’objet d’une auto-correction.
a ʁvjˈɛʁ ke pɑs ə tsɑmɔsˈ l æ æ lzˈts
La rivière que passe à Chamoson c’est la Losentse.
dəvˈ jaʀ ni l ɪ - l i itˈo y kˈɑfe
Avant hier soir il est é.. il est été au café.

4.2 ChamosonM:

 ɔ pøtʃˈu mæənˈo     - n a  bʁi œː pʷɔtəlˈo
Euh le petit enfant est .. en* a les bras euh potelés.
*Pour cet emploi de en «sans valeur grammaticale très nette», cf. Marzys 1964: 51-52.
ɔ mˈaɛ d de tsotˈ l ɛ mi fɔŋsˈo kɛ se də defoʁtˈ
Le miel d’été il est plus foncé que celui de printemps.
o ɡʁənˈa l ː l drˈæ - uː ɛ baʁdʒjˈœ sə mˈœt a sˈɔtæ
Le [ɡʁənˈa]* c’est l’endroit .. où les bergers se mettent à la chotte.
*[ɡʁənˈa] ‘cabane, grenier séparé de l’habitation’ (FEW 4: 217); ‘cave à fromage d’un alpage’ (GPSR 8: 768b).
hɑ o f kə l ɛ bj əspʊzˈo sy na pt y sɔlˈæɛ     ø kæmˈim mɛjˈø kjæ se kjɛ l ɛ œː tɔt  l ˈmbrə dɪ - dɪ sɑpˈ  b de di vˈɛːʁnə
Ha le foin qu’il est bien exposé sur une pente au soleil est quand même meilleur que celui qu’il est euh tout en l’ombre des .. des sapins ou bien de des vernes.
a kˈɑʋə di fʁɥi l œ tˈɔpə
La cave des fruits elle est sombre.
o plafˈ dy pˈæœl     ə bʁɑmjˈ bɐ-     n ə brɑmˈ bɑ
Le plafond de la chambre est assez b.. en* est assez bas.
*Pour cet emploi de en «sans valeur grammaticale très nette», cf. Marzys 1964: 51-52.
o tʁɑvˈo di f l b mi paɪnˈime kɛ ɬø di ʁəkˈɔ
Le travail des foins il est bien plus pénible que celui des regains.

5.1 ContheyF:

wɛ matˈ -     itˈɑːə ʏ ɡaˈe- ɡætˈɑ
Aujourd’hui matin .. elle est étée au ga.. au galetas.
ɛ tsøθˈ     jɔ kʲ ɛ - ɛʒə ʒi t- tɹʏkɔtˈa
Les chaussettes c’est moi (litt. est je) qu’ai .. les les ai t.. tricotées*.
*N.B. [tɹʏkɔtˈa] est la forme féminine du participe passé.
a faɹˈena də dy bvɛ     ɛ mi bvˈtsɐ kj a farˈœːnːa dɛ ʃˈɛi
La farine de du blé est plus blanche que la farine de seigle.
ɔ fydˈa     bj     bj ʁəpaʃˈo
Le tablier est bien .. est bien repassé.

5.2 ContheyM:

ʃʏ a pfˈaʃə dy vəˈɑːadzə j a na ftˈãŋna - œ pwˈæɪ dəvˈaŋ j n ˈaɛ mˈɪmɔ œ - mˈɪmam dˈaʊᵊ - mi ˈuna     i tˈɑə utˈɑːə paskə - ɛ - tenˈiːə tɹwa də pfaʃ
Sur la place du village il y a une fontaine .. et puis avant il y en avait même euh .. même deux .. mais une est étée ôtée parce que .. euh .. elle prenait (litt. tenait) trop de place.
    ɛ paʁtˈæ a botsˈ
Il est parti à plat ventre.
    ʃwe kʲe d ɔ tː ɲ adzøtˈaːə d frɔmˈɑːᵈᵊ - ɦ ɔ fɑːʒˈeː mˈɛjmɔ
C’est sûr que dans le temps personne achetait de fromage .. on le faisait même.
 ʒ ɔɹʋˈæɛ     œ pɑ dœ ʃɛʁpˈ ʃ     ɛ də zˈtə bˈiːtʃɛ - fo pɑ ɪ fˈirə də mo
Les orvets c’est pas des serpents, c’est de jolies bêtes .. il faut pas leur faire de mal.
wɛ matˈ j itˈɑː y ɡaɑtˈɑ
Aujourd’hui matin elle est étée au galetas.

6.1 ÉvolèneF:

na j a pa dœ - vrɛmˈ dɛ kaʁijˈ na - n  dø kjˈosːə mɑ pɑː -     ʏ pa vrɛmˈ  kaʁij nõ
Non il y a pas de .. vraiment de carillon non .. nous avons de cloches mais pas .. c’est pas vraiment un carillon non.
nɑ  tʃe n j e lʏ krˈistœ ʁwɑ ʊ nˈʊsɹ vʏlˈɑᵈzœ l krˈistœ ʁwɑ
Non chez* nous c’est le Christ roi au nôtre village le Christ roi.
*[ tʃe] ‘chez’ (cf. FQ 1989: 187 s.v. tchyè).
lʏ mˈɛ vʏʒˈʏna l nʃˈuᶢʃᵊ ɛ ʃj
La mienne voisine elle est née à Sion.
lʏ ʃˈytsɔ j ɛ lŋ - ː pljˈa
La robe il* est long et plissé.
*[ʃˈytsɔ] ‘robe du costume de femme’ (cf. FQ 1989 s.v. chùtso) est masculin.
l ˈewᵘ k kˈoʊl a la nˈθraː m- ɐ la nˈʊsra valˈeːɐ j lʏ bˈɔrnɐ
La rivière que coule à la nôtre m.. à la nôtre vallée c’est la Borgne.
hlʏ fœmˈɛla l ø prˈma
Cette femme elle est fine.
j œ ʀəkuvˈɛt də vəlˈuk
Il est recouvert de velours.
lʏ fɔʊdˈɑ     əs  ʃˈajə ɔʊ bj  kɔtˈ
Le tablier est en soie ou bien en coton.
lə tsapˈe ne
Le chapeau est noir.
weɪ mætˈ l ʒˈuʃɑː  ɡrɲˈɪ
Aujourd’hui matin elle a été (litt. elle est eue) au grenier.

6.2 ÉvolèneM:

pɔ fˈerə m bwøl lʏ mənʏʒjˈɛ     ɪθ ɔbliʒjˈa dɛ krɔʒˈɑ jʏn pør ʏn trŋ dɛ lˈɑʏ
Pour faire un [bwøl]*, le menuisier est obligé de creuser dans dedans un tronc de mélèze.
*[bwøl] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
k lʏ ʃjˈɛle ij e nˈeːɪ  ʃɑː kə va plvˈeɪ
Quand le ciel il est noir on sait qu’il va pleuvoir.
lʏ miː dʊ furtˈɛŋ j mi kʎɑ kɛ lʏ miː dʊ tsɑːtˈ
Le miel du printemps il est plus clair que le miel de l’été.
j a n œʃŋ k ij ɛ partˈɛɪsə dɛ lu vaʃəlˈɛt
Il y a un essaim qu’il est parti dès la ruche.
lə darbˈ j ø ʃurtɪ mˈɪθra deʏ tˈuːrə pɑ velˈɑj
Le Darbon il est sorti maîtresse des génisses* non vêlées.
*toura ‘génisse de trois ans’.
lʏ vʏlˈɑzɔ də ɔlˈɪna ʃə trˈuːvɛ ˈɛntrə lɔ vˈʏlˈɑzɔ - də pra ʒɥa k j dəfurvˈɛ  lə vʏlˈazə de ʒ oʊdˈeːre k j ɛθ ɔ fɔn deɪ pja dəʏ dˈɛnsɛ do veʒˈyji
Le village d’Évolène se trouve entre le village .. de Praz Jean qu’il est du côté nord* et le village des Haudères qu’il est au fond des pieds des Dents du Veisivi.
*defourvê adv. ‘au nord, en aval, côté vallée du Rhône’ (FQ 1989: 61, GPSR 5 175a).
lʏ kˈava dɛ la frɥtɕˈøry l œ ʃə - ʃˈmbra
La cave des produits d’alpage* elle est s.. sombre.
*[frɥtɕˈøry] cf. friktchyóouru, n.f. ‘ensemble des produits de l’alpage, fromage, beurre, sérac’ (FQ 1989 : 93).
prk ʃju kə lə vəlˈɑzə dɛ ɔlˈɛjna ʃɛ trˈuːvə ən a komˈuna dɛ ɔlˈɛjna pəske j əθ - ə - swɑ dizˈaŋ j ə lə lə ʃˈøfə ljø də la komˈuna
Bien sûr que le village d’Évolène se trouve dans la commune d’Évolène parce c’est .. euh .. soi-disant c’est le chef-lieu de la commune.

7.1 FullyF:

anˈi paʃˈo l e ɪtˈo yt ɪ kɑːfˈɛː
Hier soir il est été outre au café.
l adzˈət tɥɪ lʏ pã ve le bul- li buldzˈə - mwɑ m- ɪl ɛ pɑ vəʁˈɛ k mˈɪmwɑ - adzˈət pa t - ɪ vˈɛʒ pa t l tã wɔʁ
Ils achètent tous le pain vers le boulan.. les boulangers .. moi-m.. c’est pas vrai quand même .. ils achètent pas tout .. ils vont pas tout le temps maintenant.
l ʀˈʊʃa
Elle est enceinte.
mi nø nø ʃ deʒˈ l ɡʁã tsavalˈɑ l œ nˈutʁa mʊtˈaɲ kə n əmə- n ɑːmˈ tʃɥi - lə ɡʁ tsavalˈɑ pwɛ nɔ vejˈ bj la pjɛʁ avwˈɑ də l ˈɒtʁə dibjˈe də la valˈe - l œ ʃy ʃaʃˈ
Mais nous nous sommes sous le Grand Chavalard c’est notre montagne que nous aime.. nous aimons tous .. le Grand Chavalard puis nous voyons bien la Pierre Avoi de l’autre côté de la vallée .. elle est sur Saxon.
j a ʒˈøstə nøʏ- nøʏv  - kə la ləvˈtsə l ə vənˈya bɑ ntʃ a fˈʊjə
Il y a juste neuf .. neuf ans .. que l’avalanche elle est venue bas ici à Fully.

7.2 FullyM:

ɔ matˈə l e t inˈo ʃlˈã
Au matin elle est été en haut au grenier.
k lœː - lʏ sjɛl l ɛ nˈaɛ -     ɛ n -  ʃɑ kə vɑ plœvˈae
Quand le .. le ciel il est noir .. est noir .. on sait qu’il va pleuvoir.
nɔɛ j a ʒˈøstə nøʏ  - k ɔna ləvˈtsə ɛl ə vənɥˈa bɑ ʃy fʊjˈ
Oui il y a juste neuf ans .. qu’une avalanche elle est venue bas sur Fully.

8.1 HérémenceF:

j e tsʒˈɔ ɔ bˈɔtsŋ
Il est tombé à plat ventre.
diˈã jr j ʒu ɑ lɑ pˈøntɐ
Avant hier il a été (litt. est eu) à la pinte.
    ɛ ʒˈøstɔ nu aŋ k     ɛɦ enˈu bɑ nɑ lɑˈːntsə fr ʃe
Il y a (litt. il est) juste neuf ans qu’est venu bas une avalanche droit ici.
    œ œntˈɔ pəkˈɑ də ʒ u -  pˈɔmpə lɔ zˈɑːnɔ o la - o meɪtˈɛn dʊ p
Il est en train de manger de z-œufs .. il pompe le jaune avec la .. le milieu du pain.
*[ɛntˈɔ] + infinitif ‘en train de’, à Bagnes, St-Martin, Hérémence, Évolène (cf. GPSR 6: 507 s.v. d’entour, d’intr 5°).
    ə tɔlˈ na marmˈɔta kə ʃɔrvˈɛʎə
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que surveille.

8.2 HérémenceM:

kɑ  -  vm bɑ d lɑ mntˈaɲɪ j e le dɛʃˈɪʒa
Quand on .. on vient bas de la montagne c’est la descente.
l zɔ k ɔ ʋɑ ənˈɑ ɑ la mtˈɐɲe j ɛ lʏ zɔ də pojˈ
Le jour qu’on va en haut à l’alpage c’est le jour d’inalpe.
lʏ ʃalˈ dɛ nɔ j βrɑmˈm bɑ
Le plafond* de nous il est très bas.
*[ʃalˈ] ‘plafond, plancher’ (cf. FQ 1989: 47 s.v. chalàn).
lʏ pˈyːʎə     bjˈ sɔʊdˈɑ
La salle de séjour est bien chauffée.
lə f k j ɛ s ʊ kɔθˈɑː - j ɛ ɪj ɛ ɪj ɛ j œ βʊkˈu mjɔ kɛ ʃe k  dʊ ɑ dʊ ʁɛˈ
Le foin qu’il est sur l’adret* .. il est il est il est beaucoup mieux que celui qu’est du côté du revers.
*[kɔθˈɑː] cf. cothâ n.m. ‘adret, endroit exposé au sud’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 10.5.2016).
 la vjøj iʎˈʒ k j ɪθˈaː - dɛmtˈɑj  mœlː nʊ s ʃɔʃˈt ʃɪʃː - j ɛˈe  - ə j eˈi sɛŋ kls ɛj  z kaʀɪʎˈ - ˈɔʁɑ œ hœlˈɪ eʒˈɪstə pɑmˈɪ - ɛj ɑ  kaʀɪʎˈ a la nʊˈɛʋ əʎˈœʒɛ - k  pʊ tʁɛkɔʊðɔnˈɑ dk lʏ kaʀɪʎˈ j ɛː œ ɪj ɛ ij ɛ tʁɛkɔðonˈɑː - lɪ j ɑ ʃɑ kjˈɔsː e j ɛθ  bjɔ kaʀɪʎˈ
Dans la vieille église qu’elle est été .. démolie en 1966 .. il y avait un .. euh il y avait cinq cloches il y avait un joli carillon .. maintenant celui-là existe plus .. il y a un carillon dans la nouvelle église qu’on peut carillonner* donc le carillon il est euh il est il est carillonné .. là il y a sept cloches et c’est un beau carillon.
*[tʁɛkɔðonˈɑː] ‘carillonner’ (cf. Fankhauser 1911: 201a).

9.1 IsérablesF:

ʏ fɐrˈənːə də blaː l e mʲe blants tʲə sːa də sˈɛeɐ
La farine de blé elle est plus blanche que celle de seigle.
i kasərˈol l paːmjˈe sɔ ɔ fwa
La casserole elle est plus sur le feu.
i bɛrːˈɛtːə l ɛ tatːʃˈaɪ dᵊzˈo o mntˈ aʋ  rybˈᶢ
La berrette elle est attachée sous le menton avec un ruban.
ɪ tsəmˈiːzə l ə blˈãːnᵗs
La chemise elle est blanche.
i fŋᶢ əː - dø βje dœʏ swɔˈ l ø mjeː - fj-ŋᵏʰᵊ - təndʲˈes θ ˈoɔ r- ə rəʋˈɛːr paː tãᶢ
Le foin euh .. du côté du soleil il est plus .. nourrissant* .. tandis qu’au r.. au revers pas tant*.
*[fj-ŋᵏʰᵊ] ‘nourrissant’, cf. Favre-Fournier 1969-72: 411-12 s.v. fyong; GPSR 7: 1140 s.v. 1. fyon 3°.

9.2 IsérablesM:

k l i  nˈɪ jɔ bɑl də mi də p ø z ozˈe
Quand il y a (litt. c’est) la neige je donne de mie de pain aux oiseaux.
 føvrˈɪ l pl nœ z atrˈandzᵃ
En février c’est plein de-z-étrangers.
ij a ʒˈøstə nyʋ ã - kjɛ l ɛ dɛθandˈøʋə na aʋˈantsə bɑ lɑ
Il y a juste neuf ans .. qu’elle est descendue une avalanche bas là.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

kã j e k t vdʀˈɛ
Quand c’est que tu viendras?
l a ʒˈystə nœ  kə l ɑvɑlθ     desɛndˈɑʊə cʲᵊ
Il y a juste neuf ans l’avalanche est descendue là.
lə fː ʃ     ɛ mejˈɛ kœ - a l ɐdʀˈæ     œ mɛjˈɛ kə l vˈɛ
Le foin ici est meilleur que .. à l’adret est meilleur qu’à l’envers.
lə vəzˈɛnæː     ɲɛ a avɔʁjˈɑ
La voisine est née à Avoriaz.
t dəœ fædˈɑ     œ bʁdˈo  fəstˈ
(Le) bord du tablier est brodé en feston.
lᵘ vəzˈ  dzɛ -  dzɛ l vəzˈː     æ neː a mɔrðˈəna
Le voisin on disait .. on disait* le voisin est né à Morzine.
*Recouvert par la voix de l’enquêteur.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

nu  diʑˈ l e - əl ø plˈnɑ
Nous on disait elle est .. elle est pleine.
    la θɛʋʁ - n apəlˈɑvɛ s la θɛvʁ
C’est la «chèvre»* .. on appelait ça la «chèvre».
*[θɛʋʁ] cf. shîvra n.f. ‘colonne de pierre ou de bois, (vertical), qui soutient le tuyau ou qui tient lieu de tuyau dans lequel s’élève l’eau de la fontaine’ (Viret 2013 s.v. bassin; cf. aussi GPSR 3: 544b s.v. chèvre 7°).
la kɑv     ɛ sˈbʁə - u fɛtˈɔ     ɛ sˈbʁœ
La «cave» est sombre .. ou (le) «fètò»* est sombre.
*[fɛtˈɔ] n.m ‘cave’ (cf. FEW 12: 369 s.v. *sŭbtŭrnus).
kɑv ø fɛtˈɔ j ø la mɛm ɑfˈeːʁə wɛ
«Cave» et «fètò»* c’est la même chose oui.
*[fɛtˈɔ] n.m ‘cave’ (cf. FEW 12: 369 s.v. *sŭbtŭrnus).
kt j ə de de d le de eklˈɛʁ e de də də de tɔ- b- de tɔnˈɛʁ i fo pɑ z bətˈɑ ðɔ lɛ - ðɔ lu z ˈɑːbə
Quand il y a (litt. il est) des des des des éclairs et des de de de to.. b.. des tonnerres il faut pas se mettre sous les .. sous les arbres.

11.1 LensF:

lə fdˈɑr     eh ɑˈʊ b ʁœpasˈa
Le tablier a été (litt. est eu) bien repassé.
lø fɑrˈʏna dɛ bʎa i ɛ mi bjantsə kɛ la fɑrˈʏna dɛ ʃˈilːa
La farine de blé elle est plus blanche que la farine de seigle.
lɛ tsusˈ ɪj ɛɪ jɔ kʲə lɛʒ e trkɔtˈa
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricoté.

11.2 LensM:

lœ ʁˈatə fɔlɐtˈajə faŋ œ faŋ lɔ njal ʃʊ lɔ tit - l yn     nd e intʃˈɛ mɛ
Les chauves-souris font euh font le nid sous le toit .. l’un en est chez moi.
    e - ɪ - ɪ pɹˈiʃa
Oui elle est .. elle est .. elle est enceinte.
kaŋ lo fuŋ œ wa dri ʃʊp -     ɛ pʊ lɔ bo
Quand la fumée euh va droit en haut .. c’est pour le beau.
j ɛ pɹˈëɪma -     ø pɹˈema
Elle est fine .. elle est fine.
    ə tɔzˈɔ nɑ marmˈotə kʲeː - ki vˈɛʎɛ
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que .. qui veille.

12.1 Les MarécottesF:

pɔ feʁ ʏna bˈuna ʃˈʊpɐ - l ʏ kumˈ la lɛː m bʊjabˈɛʃ fɔ ʃə ləvˈɑ də b matˈ - pɛlˈɑ də tʀiːfl - lɪ tsaplˈɑ - lɪ fˈeʀ kwɛːʁ - lɪʒ eklafˈɑ ɑwˈɪ l pʏlˈᶢ - mˈɛtʀ  bɔkˈ dɛ laʃˈe pɔ feʀ ʏnɑ pyʁˈe - ɛ pwæ apʁˈe  bwˈtːɛ leː pɔʁˈœː lɪ patɪnˈal - nɑ fɔˈœɪ də dzˈɔtːə - ˈʊnːaː - kˈəcʲ fˈɪ də tsʊː - de letˈyː - ʊn yɲˈː -  tsˈaplə ʃ- t ʃ f -  bʷt  mɔʁʃˈe də buːʀ d la pˈelːa  fe ʁəvɛnˈɪ lʏ kuʁtijˈadʑʏ - k n aʒˈut a la pyʀˈe - awˈɪ d ˈeːw - ɛ pwə  lˈɑʃe mɪtʏnːˈa ə kw dø fwa
Pour faire une bonne soupe .. c’est comme la les m.. bouillabaisses .. il faut se lever de bon matin (rire) .. éplucher de pommes de terre .. les couper.. les faire cuire .. les écraser avec le pilon .. mettre un peu de lait pour faire une purée .. et puis après on met les poireaux les carottes .. une feuille de côte-de-bette .. une .. quelques feuilles de chou de laitue .. un oignon .. on coupe s.. tout ça fin .. on met un morceau de beurre dans la poêle on fait revenir les légumes .. qu’on ajoute à la purée .. avec d’eau .. et puis on laisse mijoter au coin du feu.
lʊ mɔtʃˈœ l plejˈa ʃy lɪ ʒ pˈoːl
Le foulard il est plié sur les épaules.
la faʀˈɪnːa dœʋ blo l plʏ blŋts k la faʀˈɪnːa dɛ ʃˈɛɪ
La farine du blé elle est plus blanche que la farine de seigle.
lɪ tsœfˈŋ l ɛ jʏ kɪ l ʒ e tʀɪkɔtˈʊ
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricotés*.
*sic: [tsœfˈŋ] ‘chaussettes’ est masculin.
ᵈlɪ ɡʁˈʊʃə fˈeːtə d nˈʊtʀə vɪlˈɑdzə - l tsalˈændæ - pˈɑtʃɛ - ʃ ʒœʒˈɛ
Les grandes fêtes dans notre village .. c’est Noël .. Pâques .. saint Joseph.
d ˈɑɔtʁʊ kʊː lʏ fœʏdˈa l ˈʁ ɲɪː - ˈɔʁa lø fœødˈɑ l œ ʁˈɔdzʏ - ə bː vˈə - œ b bly
Autrefois le tablier il était noir .. maintenant le tablier il est rouge .. ou bien vert .. ou bien bleu.
ø ʃɪ  maʁkˈtə n  nɑ klts k  ʃˈnːə pʷɔ la la mˈɛːʃa pʷɔ -  pwɛ atʁamˈ la - l- lø kaʀijˈ l ə l ə bɑ  vˈɪlːɐ - a l ɪjˈɛʒ dʏ lɐl - dɛ la pɑʀʊˈɑs
Euh ici en Marécottes nous avons une cloche qu’on sonne pour la la messe pour .. et puis sinon la .. le carillon il est il est en bas en ville* .. à l’église de la .. de la paroisse.
**«Ville» est l’expression courante pour désigner Salvan, le bourg principal de la commune.
n ʃ ʃyː naː - ɔ ʃːy  ʁtsˈɛ - d la valˈe dœ tʀijˈ - ke kˈœølɛ bɑ d l fˈŋ ˈtɕʲœ - j a bjˈ de dʒˈyːə - l æ  pæˈːntə
Nous sommes ici sur une .. o sur un rocher .. dans la vallée du Trient .. que coule en bas dans le fond ici .. il y a bien de forêts .. c’est en pente.

12.2 Les MarécottesM:

læ kˈɑʋœ dø fʁɥi l tˈöpːa
La cave des fromages elle est sombre.
la ftˈnə l e kpʒˈɪ də du bˈui
La fontaine elle est composée de deux bassins*.
*[bˈui] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
lʏ tɛ - d la mɛːʒˈ ʋɛʀ nˈ - l kuʋˈɛ  luʒᵊ
Le toit .. de notre maison (litt. de la maison vers nous) .. il est couvert en lauses.
l tsɛʒˈy ʃy l vˈːtʁə
Il est tombé sur le ventre.
k j a d ˈiwə tsˈdɐ l ɛ mj - n plˈejə d ˈiwə tsˈːdɐ pɔ lɑvˈɑ lɛ bˈɔjɛ - el ˈeʁ pɑ tɔdzˈɔ tsˈːdɐ - mkˈɑvɛ lə bu pɔʁ ɛtsdˈɑ l ˈiwe
Quand il y a d’eau chaude c’est mieux .. on emploie d’eau chaude pour laver les boilles .. elle était pas toujours chaude .. il manquait le bois pour chauffer l’eau.
l ə ʃɔvˈ la tˈɑːtsə di ʒ fˈã d ɑlˈɑ kəʀˈi lʏ pitʃˈu bu
C’est souvent la tâche des enfants d’aller chercher le petit bois.
lø pɪtʃjˈu l tɔ ptɛlˈoː
Le petit il est tout potelé.
ɔn ˈmœ pʁ feʁ lʊ fwɑ l œ pɔʁ ʃ k ɔn a kʃaʁvˈo lʊ fwɑ - lɔ fɔʁnˈ pɔ fˈʁ lʊ fwa kɛ a mˈemʊ t fe - l ɛtsˈœødə lə lø - læ la kʊʒˈnːə
On aime bien faire le feu c’est pour ça qu’on a conservé le feu .. le fourneau pour faire le feu que en même temps fait .. il chauffe la le .. le la cuisine.

13.1 LiddesF:

d l tː l e j k tərtəɲˈe ᵈli bɒːtəmˈ - wɛ  kʊmˈãŋdə li z oːʋɹˈɛe
Dans le temps c’est moi (litt. c’est je) qu’entretenais les bâtiments .. aujourd’hui on commande les ouvriers.
l ɡarnˈɛ də ʁybˈã
Il est garni de rubans.
wɛe matˈen d ɛ etˈ ɪnˈʏ ɡalɔtˈɔ
Aujourd’hui matin elle est été en haut au galetas.
j pmi cjɛ kˈatɹœ anˈi d la bardzərˈi
Il y a (litt. il est) plus que quatre agneaux dans la bergerie.
sta sənˈɔːna j wᶷ- we fˈaːje kə d ãː aɲœlˈoʊ
Cette semaine il y a (litt. il est) hu.. huit brebis qu’elles ont .. mis bas.
la farˈənːa dy blo d ə pʏ blˈãːtsə kɛ də ˡa faʁˈin - kɛ la fˈarˈənːa dɛ la sˈɛeɡla
La farine du blé elle est plus blanche que de la farine .. que la farine du seigle.
lø tsapˈi l æ m pˈɑdə
Le chapeau il est en paille.

13.2 LiddesM:

l  ɕøt ɑ bʷtsˈ ø l ø ʒø l ʏ ʒʏ ɐ plɐ vˈœntrɔ
Il est chu à plat ventre euh il a été (litt. il est eu) il a été (litt. il est eu) à plat ventre.
dəvˈ l e etˈɔ ɑ ʊnɑ wɑrb a la ɡrˈndza
Avant il est été à un moment* à la grange.
*[wɑrb] n.f. ‘moment, instant’ (cf. FB 1960 s.v. vwrba)
wˈɔrɐ j - ʃɪ də bˈutʃø i n ə pʴˈɛscə pɑmi
Maintenant il y a (litt. il est) .. ici de taureaux il y en a (litt. il en est)* presque plus.
*[i] forme préconsonantique du clitique sujet neutre, devant [n].
n aɕtˈ liə lɪə li θʊ lɪ tˈatsəɛ ɐː - d lə - d l mɑɡɐzˈe dy fɛ - ɑː ə mɑrteɲˈe - j eʁe ɐ mɑrtˈɪɲe le mɑɡɐzˈe dy fɛ meː - j də kmˈɛʶɕ li ɐsdˈatɛ li mɑɣ- ej ɛ li məɡɐzɲˈ - tˈʏɲ kˈɑɛkjə brøkˈolø də də fa- də faʁˈɑjə də θu də - lɪ tˈɑtse kj n a mˈkə pɔ ə - kˈɑcjə bulˈ də də də - də pcjˈʏdə brøkˈɔlːə - lɪ məɡɐzɲˈ tˈəɲ pwœ depɑnˈe li dz
Nous achetons les les les clous les clous1 euh .. dans le .. dans le magasin du fer .. à euh Martigny .. c’était à Martigny le magasin du fer mais .. il y a (litt. il est) de commerces ici2 les mag.. il y a (litt. il est) les petits magasins .. ils ont (litt. tiennent) quelques bricoles de de fe.. de ferraille de clous de .. les clous qu’on a besoin pour euh .. quelques boulons de de de .. de petites bricoles .. les magasins ont (litt. tiennent) pour dépanner les gens.
1[tˈatsəɛ] cf. ttse ‘clou à courte pointe et large tête’ (FB 1960: 437).
2[ɐsdˈatɛ] adv. de lieu ‘ici même’ (GPSR 3: 476 s.v. chély).
j ɐ - j ø  - j ø lə ɲæ də l ˈɑːdə inˈɑ lɪ
Il y a un .. il y a (litt. il est) un .. il y a (litt. il est) le nid de l’aigle là-haut.
œː l bl m na pˈata
Euh il est blanc comme un chiffon.
s lɪ vˈatsə ɕə də mˈʏdz də triɔlˈœ dœɔ ʁˈøɕk de ɡθˈe - sə lʏ trilˈ l œ l œ l œ mu ʃʏrtˈo
Si les vaches si elles mangent de trèfle elles euh risquent de gonfler .. si le trèfle il est il est il est mouillé surtout.
ɔ d əvˈɛ j ə søvˈ li daθˈ øː - a la pəsˈta dy bʊˈ
Oh d’hiver il y a (litt. il est) souvent les glaçons au .. au tuyau de la fontaine*.
*[bʊˈ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
dəmˈɑ ɕjœ v j e l œ- l nˈrpɐ dœːʏ - dœ də dy kʊ l l nˈrpɐ də bɒʋˈː ʊ l œnˈœrpa dœ l ɒː
Mardi prochain il y a (litt. il est) l’i.. l’inalpe de .. de de du coup c’est l’inalpe de Bavon ou l’inalpe de l’A*.
*Alpage de la combe de l’A, alpage de Bavon, situés à l’ouest de Liddes.

14.1 LourtierF:

ɟjã i e - i ɛ alˈo  ɡɹaŋdzə
Avant il est .. il est allé en grange.
ʃʏ i bʷˈɔtə dɛ - d ɐ dəmˈzə i ə  - i - j a øna bɔɬ - u  ɲˈɔ
Sur les bottes de .. de la dimanche il est euh un .. il est .. il y a une boucle .. ou un nœud.
a tsəmˈiʒ     blˈaŋtsə
La chemise est blanche.
ə mɛenˈo     ø t pʷtəlˈo
L’enfant est tout potelé.
ɐ faɹˈʏnɐ dy blo     œ pjʏ blãts kə ʃɑ d æ ʃɛɪ
La farine du blé est plus blanche que celle du seiɡle*.
La farine du blé est plus blanche que celle du seigle*.
*[ʃɛɪ] ‘seigle’ est féminin en italien, en francoprovençal et dans certains parlers de l’ouest de la France (FEW 11: 363a).
j a nø aŋ -  kj     ə vəny bɒ əna - nɑ ɑʋˈtsə taŋk ˈʃə
Il y a neuf ans qu’est venu bas une .. une avalanche jusqu’ici.
ɟj jɛʁ nɛː     ɪ to  pˈætə
Avant-hier soir il est été en pinte.

14.2 LourtierM:

e ʁɪvjˈeɹə kë travˈɛʁs ɐ nˈɔtʁɐ vælˈe     e e drˈãɮɐ
La rivière que traverse la nôtre vallée est la Drance.
 dzø kʲø ë ʋjɐtsᶦ ɪ - ki ʏ ʋˈɐtsə ʋʏɲ bɒ ɐ mːtˈæɲ     ë ø dᶻ dy dˈʋtˈi
Le jour que les viaches .. que les vaches descendent de l’alpage (litt. viennent bas l’alpage) est le jour de la désalpe*.
*[dʋtˈi] n.m. ‘désalpe, descente de l’alpage à la fin de la saison’ (Bagnes; cf. GPSR 5/2: 596a s.v. dévèt).
 dzø k  ʋɐ nˈɔ mtˈaɲ     ë dðø dy ᶹtˢˈi
Le jour qu’on va en haut à l’alpage est le jour de l’inalpe.
d jˈað - œ mːɐtˈ ɪ õkʷ dzæ-  taʁˈː     wkʷ dzalˈo
Des fois .. le matin c’est encore ge.. le terrain est encore gelé.
kã  ɬi     ɛ t ne  ɕa k ə ʋa βajˈie
Quand le ciel est tout noir on sait qu’il va donner*.
*Pour [βajˈie] ‘donner, pleuvoir’, cf. GPSR 2: 195s. s.v. bailler.
daɹbˈ     ɕɔːtaɛtə mˈetɹɐ dï trtˈuːɹ
Darbon est sortie reine (litt. maître) des génisses de quatre ans.
ã fˈe də ɕətˈãbɹə     ð k ː ʏ- kə ʋʏɲ bɑ ɪ ʋˈatsə ð æ mːtˈaɲ
À la fin de septembre est le jour qu’on .. que viennent bas les vaches de l’alpage.
j ɐ ʒˈʏstə nø  kə n ɑʋˈts     ə ʋəny bɑː ɕʏ
Il y a juste neuf ans qu’une avalanche est venue bas ici.

15.1 MiègeF:

j e tʃjeʒˈu a bɔtsˈᶢ
Il est tombé à plat ventre.
l riɛbˈɪnə fa lɛ waɲˈɛ kaã lë lˈunːa i
Les carottes il faut les semer quand la lune elle est basse.
l farˈina dʊ bjɑː j ɛ bokˈu pj bjˈɑntsɪ ke l farˈina dɛ la ʃˈiːlɑ
La farine du blé elle est beaucoup plus blanche que la farine du seigle.
una beɪçj a bn dʒu ij t at- alˈæɪ ʃ la mã
Une bête à bon Dieu elle est at.. allée sur la main.
lʏ bɔ fʏs j œ kaːkˈ - lɑmɛrˈæjʊ k tʊ lɔ vjˈiʃɛ
Le beau-fils il est quelqu’un .. j’aimerais que tu le voies.

15.2 MiègeM:

l veʒɛˈŋɐ j ɛ j ɛ pa dɛ ʃeː     ɪ d mntˈna
Le voisin il est il est pas d’ici il est de Montana.
a la rtɑ     e lˈːɡa - əʰʏ - e fa ʃə lœʋˈa dø βɔn ˈurə pɔɹ a a mtˈaɲʏ
Ah la route est longue .. euh.. il faut se lever de bonne heure pour aller à la montagne.
l mɪ d tsatˈɛ     me bᵊrˈõ k ʃɥi ʃi d dʊ furtˈ
Le miel d’été est plus foncé que celui-ci de du printemps.
j ɛ - ᵋᶦ- tʃjeʒˈu a pla vˈntre
Il est .. {..} .. tombé à plat ventre.

16.1 MontanaF:

albˈɛːr dəvˈan arʃjˈer     ɪh aˈup o kˈɑːfe
Albert avant-hier soir a été (litt. est eu) au café.
lʏ ʒjˈʏpɑ j lˈŋzʏ  pliɕjˈɑjɛ
La jupe elle est longue et plissée.
j ɛ tʃjʒˈʊp ɑ btsˈ
Il est tombé à plat ventre.
fm pɑmˈiː lɔ kaʀiʎˈŋ ɔr     e dɑmˈɑːzɔ - j a pɑmˈi dɛ mɑrɔlˈi ɛː - ɛ  mɛtˈup eletrˈikɛː - ʃm pˈartɛː - ɔtɔmɑtˈikə - j ɑ pɑmˈi - dɛ mɔrɑlˈi
Ils font plus le carillon maintenant c’est dommage .. il y a plus de marguiller et .. ils ont mis électrique .. ça part automatique .. il y a plus .. de marguiller.

16.2 MontanaM:

lə prəmje bwiʎ i e pɔ l ˈew prˈɔːpja - lø ʃəkˈɔn i pɔ ʁiŋɕjˈɛ - ɛ lʏ dɛjˈɛ ɔ l ˈewʊ sˈaːlɑ
Le premier bassin* il est pour l’eau propre .. le second il est pour rincer .. et le dernier est pour l’eau sale.
*[bwiʎ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ɪ prˈeŋmːɑ
Elle est fine.
ej a ʊn œʃˈŋ də mɔsˈœte k j ɛ ʃˈurtʏt k j ɛ - j ɛ partˈʏ du wɑʃəlˈɛt
Il y a un essaim d’abeilles qu’il est sorti qu’il est .. il est parti de la ruche.

17.1 NendazF:

ː n avˈe ɔ θœtʃˈ dœ pa mal e jə- lə- dœ də jʊˈ -     e - pɑ taŋ vɒ ma n avˈe kaã mˈmɐ
On on voit le clocher de pas mal euh yeu- leu- de de loin .. il est .. pas tant haut mais on (le) voit quand-même.
ʃɪʃˈɪ     ː dabˈɔː plumˈɑ
Celui-ci est bientôt chauve.
i vøʒˈœ a mœ     ɛ ne bɑ knt
Le voisin à moi est né en bas à Conthey.
ɪ fʊdˈɑ     e ʃˈ  ʃˈæə - maː e pʊt - pʊ tro ˈɪːtrɔ bœ  kɔtˈ ʊ bː - pᶠo ə dz dəʏ diː e tɔ kʰa     œt  kɔtˈ
Le tablier est souvent en soie .. mais il peut .. peut toujours être ou bien en coton ou bien .. pour tous les jours (?) en tout cas il est en coton.
i jdz     ə dro ʊ bufːˈə
Le linge est dans l’armoire.

17.2 NendazM:

ə dər o t - e ʃɔt ɪrʃˈɪ ðəː də - dwˈtə ʃɔt - k ɑpɑrtiɲˈ  dəː pɑrtikyljˈe - ɛje ʃw tre kˈatʶʊ βprɪtˈɛr po  mˈemɑ mˈɪma ʃɔt -      e lu kə dˈe œntrətɪɲˈɪ
Euh dans le temps .. les étables d’alpage étaient* de .. de petites étables .. qu’appartenaient à de particuliers .. il y avait souvent trois quatre propriétaires pour la même même étable .. et c’est eux que devaient entretenir.
*Propagation analogique de la forme inchoative de la 2e p. pl. vers la 3e. Dans sa propre grammaire (Praz 1995: 652) ne mentionne pas cette forme.
j ʃɪ fe - œː - amˈ nd ɑːt - prez - əː dʒjɔ amˈu nnd ɑːt - pɑ - enˈɑ - paskʲ     pːɑ tn dreɪ pɔɹ ɑˈɑ t k am nd ɑːt
Moi je suis né1 .. euh .. amont2 Haute-Nendaz .. je parl.. euh je dis «amont»2 Haute-Nendaz .. pas «en haut»
1.. parce que c’est pas si pentu pour aller jusqu’amont Haute-Nendaz.
2[ʃɪ fe], ítre fé ‘être né’ (Schüle 1998: 60).
3[amˈ], amû ‘en amont d’une pente modérée’ (Praz 1995: 21).
4[enˈɑ], énâ ‘en haut d’une forte pente’ (Praz 1995: 236).
i ɡrn ᵗsˈãːbʴ     ə tœt bn eᵗsøʊdˈɑːɛ
La grande chambre est toujours bien chauffée.
eː - ɪ trˈəo dʲɪ f     ɛ b- bj mi æɲˈø kə ʃe dɪː rɔkˈɔ
Les .. le travail des foins est b.. bien plus fatigant que celui des regains.

18.1 OrsièresF:

dəvˈã jæʁ ni l e to ʏ bistʁˈo
Avant-hier soir il est été au bistrot.
se faʁbalˈa l ˈiʁə tʁfjˈa awˈi də pˈædːə - ɛ d lafˈe - ɛ l ˈeʁ ˈɛkstʁa pətjˈ pʊˈɔ kmɛfˈi - p apʁˈi l di ɡaʁnitˈyʁə k mœtɛˈŋ - k ʊn fazˈeː ɡʁoː
Ces fo.. ces falbalas c’était tressé avec de paille .. et de lacets .. et c’était extra-petit pour commencer .. puis après c’est des garnitures que nous mettions .. qu’on faisait gros.
lʏ l nɔ j ɛ pɑ ɡʀã tɛ  n  pltˈo
Le lin nous il y a (litt. il est) pas longtemps que nous avons planté.
j ø ʒˈstə nv  k lɐ lvˈts l  venɥa bɑ
Il y a (litt. il est) juste neuf ans que l’avalanche elle est venue en bas.
dliɪ fəmˈalɛ l eʁ a ɡˈoːtsə pə lɪ z ˈɔm a dʁˈæɪt - falˈivə ʒamɛ mœfˈe - œʁɑ l t paʁˈɑ
Les femmes elles étaient à gauche puis les hommes à droite .. il fallait jamais mélanger .. maintenant c’est tout pareil.
j m bæjˈɑ na tɛmplˈʊ - l œ tɔ ʁˈɔdzʊ
On lui a (litt. ils lui ont) donné une fessée* .. il est tout rouge.
*[tɛmplˈʊ] cf. templà ‘coup’ (NDPV 1997: 1683).
j ə ttˈi nɑ maʁmˈɔtæ k fi l ɡe
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que fait le guet.

18.2 OrsièresM:

dəvˈã je ᵈl e to ʏ bistʁˈo
Avant-hier il est été au bistrot.
l tʃy a bɔtsˈ
Il est tombé à plat ventre.
j ɛ ʒˈøstə nv  k ɔna ləvˈtse l venɥa bɑ sə
Il y a (litt. il est) juste neuf ans qu’une avalanche est venue en bas ici.
vʊɑ vˈæedə lɑ pˈœøf k ij sy lœ - sy lʏ tsəmˈ
Vous voyez la poussière qu’il y a (litt. il est) sur le .. sur le chemin?
k plœ l dz də fˈitə pɔ lɪ bitʃ a kˈɔʁnɑ
Quand il pleut c’est jour de fête pour les «bêtes à cornes».
j œ mi də dʒʏ mʊscetʃˈe d l bɔsˈ
Il y a (litt. il est) plus de dix mésanges dans le buisson.
j ə təlˈ na mɑmˈɔt kə vˈɛldə
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.

19.1 St-JeanF:

ɑː mm bɔ fɪs l ɪ kjakˈŋ vɔ vʊdrˈɪe - ɪ ʋudrˈi kj vɔ l kɔɲiʃˈa
Ah, mon beau-fils c’est quelqu’un vous voudriez .. je voudrais que vous le connaissiez.
kwɛ l eɪ kɪ v atstˈɑʋ - əv - d lə t  - o martʃjˈa
Quoi c’est que vous achetiez .. ev .. dans le temps .. au marché?
weɪ matˈeŋ     əɦ alˈaːe o ɡjˈalatˈa
Aujourd’hui matin elle est allée au galetas.
ɐ fərˈʏna dʊ bʟɑ l ɛ me bʟˈŋtsi kj a fˈarˈʏna dɛ ʃˈiːla
La farine du blé elle est plus blanche que la farine de seigle.
 foʊɡdˈa l œh aˈʊ bj rəpaʃˈɑ
Le tablier il a été (litt. il est eu) bien repassé.

19.2 St-JeanM:

lɔ salˈᶢ l bjɛŋ ɕuᶢdˈɑ
Le salon il est bien chauffé.
lø sɛlˈi dɛ la frɪktʰᵊ l ɛ ʃˈɔmbrɔ
Le cellier à fruits* il est sombre.
*[frɪktʰᵊ] cf. frîktu, frîtu, n.f. ‘fruit, terme générique’ (FQ s.v).
l sjɛl l pʟŋ dɛ ɲˈɔolɛ
Le ciel il est plein de nuages.
øː - pɔ lɛ - pɔ lɛ vˈatsɛᵃ - l lɔ bˈoʊ
Euh .. pour les .. pour les vaches .. c’est l’étable.
lɔ fˈɛeŋ l œ mœʟːˈɔʊ ʊ kɔhˈɑ kj ʊ rəvˈɛːr
Le foin il est meilleur à l’adret qu’au revers.
na l a una kʟˈɔsːə - ma pa dɛ kariʎˈ - pɔ ʃẽŋ kɪ l ɛ una tsapˈɛla - l pa un ʏʎˈɛ parʊsiˈala - l ɪʎˈɛ pɐroɛsjˈalːə ʎ əh ɐ vʏʃˈoj
Non il y a une cloche .. mais pas de carillon .. parce que (litt. pour ce que) c’est une chapelle .. c’est pas une église paroissiale .. l’église paroissiale elle est à Vissoie.

20.1 SavièseF:

iː  bˈeɪtə dʊ bn dʒʲu ʏl ʏ pɔʒˈɑɛ ʃʊ ɐ pj
La la bête du bon Dieu elle est posée sur la peau*.
*Au moment de l’enquête, le malentendu («peau» pour «paume») nous a échappé.
e b  - ːn dru ɔ tˈɛ ɛː fam ɪ ɑː - ˈɪ ɑː - atˈ fo ʃˈndʒe l e kʏmbjˈe ɪː - ɪ a drˈitə eː ʒ ɔm a ɡoːtɕ wɛ - ma ˈɔɹɛ l e f - ʃ l e fʊnˈi
Eh bien on .. euh dans le temps les femmes étaient à .. étaient à .. attends il faut réfléchir c’est changé étaient .. étaient à droite et les hommes à gauche mais maintenant c’est f.. ça c’est fini.
ɪ bwœn  l s ømpɔrtˈ pɔr nɔ - nɔ ʃɑlˈ ɑwˈɛɪ tøt ʏ søsjetˈeɪ ɕwetˈɑ o bwɛn  a tɔt ɐ pɔpɔaɕjˈŋᶢ
Le Nouvel-An c’est important pour nous .. nous sortons avec toutes les sociétés souhaiter le Nouvel-An à toute la population.
    ə tətˈ nɑ mamˈot ke vˈelɐ
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.
i pˈøwə l ø pɑmø ˈtɹɑ ʃo o fwɑ
La poêle elle est plus outre sur le feu.
a i fŋ k ɪ ʊ ʃoˈe i vɑʒˈiɛ mɛ pɐskʲ me vˈito ʃɛk ɛː i ɛ mjɔ
Ah le foin qu’est au soleil il valait plus parce qu’il est plus vite sec et c’est mieux.
dj jɛ     i tɛ o kˈɑːfɛ
Avant-hier il est été au café.

20.2 SavièseM:

ə dnaʃˈi     i ta ʊtr ʊ kˈɑːfɛ
Euh avant-hier soir il est été au café.
    e tsəʒˈʊ ɑ œ ɐ plam bˈoʎ
Il est tombé à euh à plat ventre.
l ë mtɹˈɛ dʏ di
Il est montré du doigt.
l ɔ ɔn øʃˈŋ ke l paɹtˈi de u wɑʃəwˈɛ
Il y a un essaim qu’il est parti de la ruche.
    plˈna u bn     ɛ -     ɛ ɡrˈʊːʃa ma ...
Elle est pleine ou bien elle est .. elle est grosse mais …*
*Phrase inachevée.
ɪ βet o βʊn ðjø l ə poʒˈa ʃ a m - ʃɑ a - ʒ ɑ pmɑ ð ɑː m
La bête au bon Dieu elle est posée sur la main .. sur la .. sur la paume de la main.

21.1 SixtF:

fɔ pɑ k lʊ z fˈ sə levjˈ tre tˈeːrə nɑː e fɔ vɔ- j ɪ nɑ mɔvˈez abjetˈydə fɔ lʊ fˈɑʁ levˈe l matˈ tˈo
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard non il faut vo.. c’est une mauvaise habitude il faut les faire lever le matin tôt.
ɑ b wɛ lʊ vwɑzˈ j e l ˈɔʁa d fɑʁ la bœzˈœɲə - ɪ sɑ  tr d travəʎˈɪ y bɔː
Ah ben oui les voisins c’est l’heure de faire la besogne .. ils sont en train de travailler à l’étable.
fˈ lʊ bjø ðʁ s ʁvˈɑj     la sʊʁkjˈa
Enfin les beaux jours sont arrivés c’est le printemps*.
*[sʊʁtɕʲˈɑ] cf. sortyà n.f. ‘fin de l’hiver, tout début du printemps’ (Viret 2013: 2009 s.v. sortie).
ɑl ɒ  ɡrʊ vtr     ɛ pfˈy
Il a un gros ventre il est pansu.
ɑ bɛ nɑ j pa brɑ fɔ pa mðɪ v lʊ dɛ fɔ mðɪ ɛv nɑ kuʎˈɪ e nɐ fɔθtˈa
Ah ben non c’est pas bien élevé il faut pas manger avec les doigts il faut manger avec une cuillère et une fourchette.
j ɐ nʊ  ke j a nɑ lav- œn h ən ɐvalˈθ k     ø nwɑː e k a fe badrˈɛ {d} deɡˈa
Il y a neuf ans qu’il y a une ava.. une h une avalanche qu’est venue et qu’a fait beaucoup de dégâts.
b l ɑ- l ɑjˈ     œ lː - e tɥɪ lʊ plɛ s sy l ky j ɑpɑlˈav s km sɑ - tɥɪ lʊ plɛ s sy l kyː - eː lœ pœʁdəsːˈyə -  ʒdˈaʁal etˈe etˈɛ tœðˈr - tʀɛ ʒ əsystˈe - e œ lœː lø pɑʁdəsˈy ʁplasˈav lə kɔʁsˈɛ
Ben la j.. la jupe est longue .. et tous les plis sont sur le cul on appelait (litt. ils appelaient) ça comme ça .. tous les plis sont sur le cul .. et la camisole .. en général était .. était toujours .. très ajusté .. et euh la la camisole remplaçait le corset.
al ə bɛtˈo pelˈa
Il est bientôt chauve.

21.2 SixtM:

o wæ j œ - j œ nʊː  - nʊ  k l avələ- k la lavˈθ     e ɲˈa
Oh oui il y a .. il y a neuf ans .. neuf ans que l’avala.. que l’avalanche est venue.
nːa beːθ a b djʏ -     vny ð sa m
Une bête à bon Dieu .. est venue dans sa main.
    ɛ falˈy k õ kɔp-aɦœ - n a kɔpˈa sɛt ʋæ - lu z ɑbɹ œ l dy n
Il est fallu qu’on coup..ât .. on a coupé sept oui .. les arbres au long du nant*.
*Dans une partie de la Savoie et dans le Chablais valaisan, nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
ɑl æː - æl brɑːʋ əl ɐ su bɹe ʁiˈ
Il (le bébé) est* .. il (est) joli il a ses bras ronds.
*Faux départ, forme ambiguë (‘il est’ ou ‘il a’?).
sɪ mɐtˈ il ɛ - l ta- il  ta su o betdˈi
Ce matin elle est .. il est été.. elle est été en haut au [betdˈi]*.
*[betdˈi] n.m ‘étage le plus élevé de la grange, du fenil ou du grenier’ (GPSR 2: 395s. s.v. bétand; Duraffour 1969: n° 1360).

22.1 TorgnonF:

lɔ fŋ ɪj e mju du kʷtˈe də l adrˈɛte kɛ dɛ l vˈɛːʀs - pɛʀkʲˈɛ j ɛ mwŋ amˈaʀː
Le foin il est meilleur sur le versant ensoleillé (de l’adret) que sur le versant à l’ombre (à l’envers) .. parce que il est moins amer.
ʎ  kdʏʃˈõ
Elle est enceinte.
laː la fæˈønːa dɛ fʀɔmˈ - j ɛ pœ blˈtsə kɛ sˈɛlːa aːə kɛ sˈɛlːa du bloː
La la farine de blé .. elle est plus blanche que celle euh que celle du seigle.
m bɔ fiːs - j kkʲˈøŋ ɛ dœː sarˈøe ˈezø kʲœ vɔ lɔ vjɪsˈoː
Mon beau-fils .. c’est quelqu’un et je serais aise que vous le voyiez.
lɔ fʊdˈa j œ ʁˈɔdzɔ
Le tablier il est rouge.
j aː dʒˈʏstɔ nʏ aŋ ke  kˈflə ij ə vˈɛʀɲɛ iʎœ ʎ vˈɛʀɲæ dʒˈyɪ de sɪ kɔtˈe
Il y a juste neuf ans qu’une avalanche elle est venue elle elle est venue en bas de ce côté.

22.2 TorgnonM:

ʃɔvˈŋ lɔ matˈeẽ     ɪ lɔ tɛʁˈ kˈɔ dzalˈʊ
Souvent le matin est le terrain encore gelé.
j sɛˈtəːɛ sənˈɔ ɪj ɡʁˈøːsɑ
Elle est enceinte sinon elle est grosse.
kˈokʲɛ ky lɔ f - mɛ - ɪj e ʁɑʁ pɑskjˈe ɪ ː - j ɛ mɑ lə dzˈoːnə fʁŋ dʁˈɛɪte - bj ʁœː- ʁapˈɪdə dœ œm - ʁˈɛɪdə nɑ kmˈ dˈi dʁɛːt - sɛnˈɔː j e dɪfɪsˈɪːlə ʊ
Quelques fois le foin .. mais .. c’est rare parce que c’est .. c’est seulement les zones vraiment raides .. bien re.. rapides de heum .. raides non? comme nous disons droites .. sinon c’est difficile heum.
mœ dzə ɕi a ml tʀˈɛɪ kjə dzə ʀˈɛstɔ mɛ vˈtɕə tɔʁɲˈŋ j œː lɔ ʃɛfə ʎø ɪj ɛ ɑ ɑ mɛlˈə sŋ s
Moi je suis à mille trois que j’habite moi par contre Torgnon c’est le chef-lieu il est à à mille cinq cent.
wˈɛɪ matˈẽ j ət alˈʊ sɪ ʊ ɡʷɑlatˈas
Aujourd’hui matin elle est allé en haut au galetas.

23.1 TroistorrentsF:

lɐ j a dʒˈystʊ - nøːv  køː - l e desdˈy desãdˈy n ɐvalˈãts
Il y a juste .. neuf ans que .. il est descendu descendu une avalanche.
lɑ lɑ ftˈɑŋɑ dø dø vəlˈadzɔ l pɑʁtadʒjˈɑ  du bwi
La la fontaine du du village elle est partagé en deux bassins*.
*[bwi] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ʃi matˈ l ɛː alˈ-aj amˈ ø ɡɐltˈa
Ce matin elle est allé..e en haut au galetas.

23.2 TroistorrentsM:

əj ɐ - lə nã kə ʋɑ baː diː mɔʁdzˈ - sø nɔ ljˈez s sy na kˈaʁtə dəː ɡəɡʁɑfˈi  di la ʋjˈɛz dø mɔʁʒˈa - me pɔʁ no sã  døʁˈø lə nã ŋkɔ - meɪ - sə lə nã l ɪ ɡʁuː - sø ɐ tʁɛtöʁˈ nə dj hə me l e pɑ  n l e na jˈezə
Il y a .. le nant1 que vient bas depuis Morgins .. si nous lisons ça sur une carte de géographie on dit «la Vieze de Morgins» .. mais pour nous ça on dirait le nant1 encore .. mais .. si le nant1 il est grand .. ici à Troistorrents nous disons .. oh mais c’est pas un nant, c’est une Vièze2.
1À Troistorrents (comme dans une importante partie de la Savoie voisine), nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
2Vièze est le nom du cours d’eau qui descend le Val d’Illiez et se jette dans le Rhône près de Monthey.
o l ʏ k  ʋø pʲlˈo
Oh {il/c’} est qu’un vieux pelé.
a la ʀiʋa d leː la j a tsᵊnˈɑʁðˈe     e tˈʊdzø - tˈʊdzo tʁɛtɔʁˈ me l e tsnɑʁðˈe - lɑ ʁiʋa d le l a v d liˈe de du loː - e pö tspəʁˈi l məmɐ tsˈsɑ sʏ le dˈɑwe ʁˈiʋe
Ah la rive de là-bas il y a Chenarlier c’est toujours .. toujours Troistorrents mais c’est Chenarlier .. la rive de là-bas il y a Val-d’Illiez des deux côtés .. et puis Champéry la même chose sur les deux rives.
kã le dzj ᵈzəd- dj tsᵊnɑʁðˈeː ʋøl dʁeː - pæ ḍ solˈe - meː l ë tsnaʶðˈe - tʁɛtʁˈ tsᵊnɑðˈe
Quand les gens dis.. disent Chenarlier ils veulent dire .. pas de soleil .. mais .. c’est Chenarlier .. Troistorrents Chenarlier.
əj ɛ tːˈodzo nɑ mɑʁmˈɔtə kə ʋˈːðe
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.
tɕʏ matˈæ ɛl œ lˈajœə - ʏ lisːˈy
Ce matin elle est allée .. au galetas.
    ə lɑ ʋzˈənː
C’est la voisine.
m ʋəzˈ     nɛ a tsɥej
Mon voisin est né à Choëx.

24.1 Val-d’IlliezF:

m bjo f l i kɑkˈ - fo l vˈɛaʁɑ
Mon beau-fils c’est quelqu’un .. il faut le voir.
 vɑ lə - lə ɕɔɕˈi dʊ - də lw wa - pwa l e pwi tʁɛ ɡʁʊ
On .. on voit le .. le clocher dou.. de loin là .. puis il est puis très grand.
oːə l a - l ë bʀamˈ pʀˈɛma - la tal bʀamˈ pʀˈema
Euh elle a .. elle est très fine .. la taille très fine.
əj a t ɡˈystə nj  k la vœʁ l ɛ nʏ - ᵛnˈøta ba
Il y a tout juste neuf ans que l’avalanche* elle est venu .. venue bas.
*[vœʁ] cf. Val-d’Illiez vüra n.f. ‘avalanche poudreuse’ (FEW 14: 631b s.v. *vora).
dəvˈ l œ - ie - la nɥi l a itˈɑ y kafˈe
Avant il est .. hier (?) .. le soir il a été au café.

24.2 Val-d’IlliezM:

de ku lʊ mɑtˈ lə tɛʁˈ l e dzɑlˈɑ
Parfois le matin le terrain il est gelé.
f t stˈb l dzø k  demɛnˈadzə - wi - s ɛ mjø
Fin de septembre c’est jour qu’on déménage .. oui .. c’est mieux*
*Le commentaire métalinguistique final est en français.
ʃy lɔ tɑ dj la val- dj la valˈɛ lœ ɛ d - d le z esˈl
Sur les toits dans la val.. dans la vallée il y a (litt. il est) des .. des ancelles (gros bardeaux).
ɛj a dʒˈɔstɔ nø  kə l ɑʋɑlˈtsə l ə l ə -     ɛ nˈœta bæ
Il y a juste neuf ans que l’avalanche elle est .. est venue bas.

25.1 VouvryM1:

    n e pjˈenɐ
Elle en* est enceinte (litt. pleine).
*Pour cet emploi de en «sans valeur grammaticale très nette», cf. Marzys 1964: 51-52.
l aʁiˈø     aʃetˈɔ ɕy la sa- ɕy la sˈatːɐ
Le trayeur est assis sur la chai.. sur la chaise à traire.
dəvˈ ɪˈ ø etˈo a la pˈtə
Avant hier il est été à la pinte.
ɕyɡ lø tɛ d lɐ ɡʁz     ɛː d - de tʃjˈoːl
Sur le toit de {la/les} grange(s) il y a (litt. il est) des .. des tuiles.

25.2 VouvryM2:

 jˈadzə le fˈɛn ətˈæ d  lo pwɛ luː z ˈɔmɔ d l ɑtr - vwˈɔrə l e to mesˈo
Autrefois les femmes étaient d’un côté puis les hommes de l’autre .. maintenant c’est tout mélangé.
ɕy lʏ tɛ d m tsɑlˈe     - l ː ə - l e kyˈɛ  tɑðˈ
Sur le toit1 de mon chalet est .. il y a (litt. il est) .. il est2 couvert en tavillons.
1partiellement recouvert par la voix du premier informateur.
2anacoluthe.
nˈʊtɹ pɑtɹˈ l ː st ipolˈitə
Notre patron c’est saint Hippolyte.
lu ʑ θˈɛəlːə - l ɛ lu tɑðˈ pu mˈθɔ - luː - lu tɑʋəðˈõ s p ɛpˈe
Les ancelles .. c’est les tavillons plus minces .. les .. tavillons sont plus épais.
œn ivˈɛʳ e l - lʊ ɡlɑːsˈ kə - pˈd ø bwi
En hiver il y a (litt. il est) les .. les glaçons que .. pendent à la fontaine*.
*[bwi] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ə  a nøᶹ  kə l avalˈtsə l œ l a pasˈo le
Euh il y a neuf ans que l’avalanche elle est elle a passé là.
bœ j a n ɛsˈ kə l ə pɑrti ba pɛ l vertsˈi
Ben il y a un essaim qu’il est parti en bas par le verger.