Menu

Comparer

Comparer la carte 36200 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Critères de recherche

Cartes

La morphosyntaxe du pronom objet direct : les formes du masculin et du féminin pluriel

 
parler de
témoin
féminin
 
témoin
masculin
 
1
Arbaz
ɛʒɛʒɛʒeʃɛʒ
ʒœəʒə
ɛʒʒɛʒʒe eʒeʒeəʒ
2
Bionaz
lel
lɛe
3
Chalais
lel
4
Chamoson
le
əzl
5
Conthey
ɛʒɛʒəɛʒɛ
ɛʒœʒœ
6
Évolène
lləʒlœʒlel
ʎɛlʒlʒlʒ
7
Fully
lilɪʒle
lile
8
Hérémence
lʒ
leəʒ
9
Isérables
i
ɛʑl
10
 
La Chapelle-d’Abondance
 
m.
lːuluʑ
luɛ
f.
e
ezɛleløzl
11
Lens
ll
12
Les Marécottes
lʒ
lile
13
Liddes
lidli
li
 
parler de
témoin
féminin
 
témoin
masculin
 
14
Lourtier
iɪ
iɪ
15
Miège
l
lleʒ
16
Montana
llœʒ
lʒ
17
Nendaz
Ø
ʏʒeʒəeʒø
18
Orsières
leləz
llez
19
St-Jean
ɛʒɛleʒ
l
20
Savièse
-
eᶾø
21
 
Sixt
 
m.
ʊluzs
lu
f.
leəz
leleðlz
22
Torgnon
lelz
23
 
Troistorrents
 
m.
lu
f.
lelz
le
24
 
Val-d’Illiez
 
m.
-
-
f.
e
le
25
 
Vouvry
 
m.
 -
f.
ʑ
leləz

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

 tuːt ɐtstˈɑ pɑ ʒ ʒ - ɛ ʒ ɑlˈ - ɛʒɛ fɑʒˈɪ mˈiːmɒ
La grand-mère achetait pas .. les habits .. elle les faisait même.
ɛː ʒ avʊlˈɛt po tsisɔnˈɑ ɛʒ ɑtsˈœt y mɑɡɑzˈ

Euh les aiguilles pour tricoter on les achète (litt. elles les achètent) au magasin.
po fir ɔ bw - ɛ mənɥizjˈɛr y bĩŋ kɛ krˈøʏʒɔ õ - ʊnɑ pjˈesə dɛ - dɛ wˈɑrzə y bĩŋ kɛ fi dɛ plnts n wɑz ɛ ʃɛ ʀeynˈi aprˈe

Pour faire le bouil .. le menuisier ou bien qu’il creuse un .. une pièce de .. de mélèze ou bien qu’il fait des planches en mélèze et les réunit après.
*[ʃɛ] est un pronom régime féminin pluriel, il s’agit d’une prononciation désonorisée de [eʒɛ]
e sosˈt ʃi j kə ʒ e tsɪsoɲˈe

Les chaussettes, c’est moi (litt. suis je) que les ai tricoté.
ʒ ɛrkwˈɛnɔː  ʒe kwi ɑwə d bˈɑk

Les épinards sauvages on les cuit avec de bacon.
ɛ zˈɔtɔ  ʒœ vwˈaːɲɛ a - y mtˈ d ˈunɑ

Les bettes on les sème .. au montant de la lune (quand la lune monte).
e kʏtˈe  fɔɹtsˈet  kulˈɹ əʒə mˈtʏ d ʏ tərˈ dʏ d ɑ tɑːbl a kuʒˈʏnɑ 

Les couteaux les fourchettes les cuillères je les mets dans le tiroir du de la table à la cuisine.

1.2 ArbazM:

œː dʑɑŋ k ɑrjˈɑ fo əʒ ɑbɑɕjˈe  ˈɑtse

Euh .. avant que de traire il faut les abaisser les vaches.
e tˈuːtɑ ɑtstˈɑɛ pɑ ɛ ʒ ɑlˈ - ʒɛ fɑʒˈeje mˈĩma

La grand-mère achetait pas les habits .. elle les faisait même.
 mːd ɑtstˈɑ ɛ bɔt ẽtʃe ɔ kɔrdɔɲˈɛr - plytˈo ʏr ʏ kɔrdɔɲˈɛr k ʒ fɑbrikˈaːɛ

Les gens achetaient* les chaussures chez le cordonnier .. plutôt c’était le cordonnier que les fabriquait.
*accord grammatical avec monde (‘gens’) au singulier.
φo eʒe rˈĩɕjˈɔ d ˈiwə frˈeɪd e po ɑprˈɪ ʒ ɑwˈɑ ɑwe d ˈiwɛ buwikˈæntɑ

Il faut les rincer avec de l’eau froide et puis après les laver avec de l’eau bouillante.
ɑː  pɔmɛtˈɛʀ ɛ mɛt bɑ ʏ siwˈi

Ah les pommes de terre on les met (litt. ils les mettent) en bas à la cave.
no ʒe mtˈẽŋ dẽŋː pɛ dɛ pɔ

Nous les mettons dans des pots.
ɑrjˈẽŋ œː ˈntrə tre ɛ siŋk ˈøʏr ɑprˈɪ denˈɑ

Nous les trayons entre trois et cinq heures après dîner.
ɑprˈi e ˈɑtsə v n ts - ʒe ɑmˈɛn y denˈɑ

Après les vaches vont paître* .. on les amène au déjeuner.
*awa n tsan ‘aller paître’ ne se confond pas avec awa u tsan ‘aller aux champs’ (voir aussi la réponse du témoin de BionazM).
aprˈɪ  ʒe amˈen eŋ sˈĩŋna - tãŋk ˈytrə pe ɪ dʒe ʒ ˈøyrɛ

Après, on les amène en souper .. jusqu’à après les dix heures.

2.1 BionazF:

mˈama ɡʀã atsətˈɑɛ pɑ lø kʊtɪʎˈ - le fəzˈɑ ʎœ

Mère-grand achetait pas les robes .. elle les faisait elle-même (litt. les faisait elle).
wɛː s lə kjˈɔtsə dəfˈʊːwa ke sˈɔ lə z ˈɑwə kə sˈɔ kŋ n a fˈɑtæ dɪˈ k s lə fˈɪtəː k s lə səpaʊtˈøvə tˈɔtə so wɛ s lə kjˈɔtsə - s pamˈɪ lə kʎˈɔtsə d  kʊ pɛʁkˈe ˈaɲæ l  bətˈʊ l tɔtə œː kɔm ˈaɲa də - awˈɪ lœː l ɛlɛtʁˈɔnika tɔt salʏ bˈɑɡə kə d  kʊ ɪzɪstˈɑ pa 

Oui ce sont les cloches dehors que sonnent les heures que sonnent quand il y a besoin disons quand ce sont les fêtes quand ce sont les enterrements tout ça oui ce sont les cloches .. ce sont plus les cloches d’autrefois parce que maintenant ils les ont mises (litt. ils ont mis-les) toutes euh comme maintenant de .. avec le euh l’électronique toutes ces choses que autrefois existaient pas.
lə tsəwsˈ nɪ fɪ mɛ

Les chaussettes j’ai fait-les moi.

2.2 BionazM:

a la kʀˈɔːta sə bətˈɑ lo fʀɔmˈaːdzoː - lø tʀɛɪfˈɔlːə - bjẽ dʏ kʊ k la vɛrdˈæʊ - cʏ  purtˈɑ d ŋvˈøː ʏm     bətˈɑ m bʀa a la kʀˈɔtɑ lʏ tsuː lø pˈɔsːəː - ad ntʀˈɑ sɔ sʎa pə l ɪvˈøəː

À la cave on mettait (litt. se mettait) le fromage .. les pommes de terre .. bien de fois aussi les légumes .. qu’on apportait d’hiver on les mettait bas à la cave les choux les poireaux .. donc on enterrait (litt. ils enterraient) ça pour l’hiver.
lə fløː bətˈ pə lə bwˈɪːtə

Les fleurs nous les mettons dans les boîtes.
w   vˈœrjœː  lɛe fɪ lɔ tɔː - ɛ ː sˈɑlə

Oui on on les retourne on les frotte .. et on les sale.
lœ dzɪ kʲɛ ʁˈɛst ba ɪ ɲ ˈasːə nɔ lœz ɐ - œː lə kʁɪjˈ ʀʊɕˈ

Les gens que habitent bas à Oyace nous les a.. euh les les appelons Rossons.
tˈɔʳna arjˈɪ də tʁˈɑɪ ɑ ɕɪ - ɑ sŋk ˈɑwə la vɪpʁˈʊ - apʀˈɪ n tˈɔʳn n ts

On les trait de nouveau de trois à ci.. à cinq heures l’après-midi .. après on retourne en pâturage.

3.1 ChalaisF:

pwœ partˈɛŋ u ts - kapjɔnˈa lɛ pɔmːˈɛtɛ lɛ - ɛ pɔjɛː lɛ - lɛ fˈɑːvœ - lɛ œ - lɛ fˈɑːvɛ ʃɔŋᶢ - prɛst a kɔmblˈɑ ɔra lɛ fɑːv
Nous partons au champ .. {sarcler/terrer} les pommes de terre les .. et les monter {?} les .. les fèves .. les euh .. les fèves sont .. prêtes à combler/butter* maintenant les fèves.
*[kɔmblˈɑ] cf. combler konbly ‘relever la terre autour du pied de la plante’ (GPSR 4: 175b).

3.2 ChalaisM:

l vˈatsɛː dəvˈan nɔ ʃuɹtiʃˈŋ ɛ alˈavən bˈiːʁə o bwet awˈe
Les vaches autrefois nous les sortions et elles allaient boire à la fontaine aussi.
na lː faʒʲˈɛv pɑ feːʁ pɔ ʃeŋ keː - mː kɔtˈɑvɛ trɑ tʃjer - kɔʁˈavɔn tra tʃjɛr
Non ils les faisaient pas faire parce que .. m.. cela coûtait trop cher .. elles coûtaient trop cher.
*Le [ʁ] de [kɔʁˈavɔn] ‘coûtaient’ correspond à une évolution du -st- latin dans le parler de Chalais.
na lɛz atsətˈeŋ dʒa- le faʒˈeŋ ʒʲˈɑme fʁ pɔ ʃeŋ ke œː kɔrˈavɔn trɑ
Non nous les achetions ja.. nous les faisions jamais faire parce que euh elles coûtaient* trop.
*Remarque phonétique: le [r] de [kɔrˈavɔn] correspond à une évolution du -st- latin dans le parler de Chalais.
fɑ tozˈɔ laʋˈa awˈi d ˈew bɔlˈnta
Il faut toujours les laver avec d’eau bouillante.
lɛʒ ɑriˈɛŋ æntr œː tre ʒ ʊːʁ e ʃiʒ ʊʁ də l ɑprˈe mjɛzˈɔ
Nous les trayons entre euh trois heures et six heures de l’après-midi.

4.1 ChamosonF:

ma ɡʁã miːʁ - adzətˈɑvə pa ɪ z ɑjˈ - le faʒˈevə tɔ mˈimə
Ma grand-mère .. achetait pas les habits .. elle les faisait tout même.
e z ɑʋˈʊjə ɐ tʁʏktˈɑː ɛ fəmˈalːː əz adzˈətə aː - ɐ mɛʁsəʁˈi
Les aiguilles à tricoter les femmes les achètent à .. à la mercerie.

4.2 ChamosonM:

fo bujˈɑː awˈœ - awˈi d iwʊ kwɛjˈtᵊ
Il faut les laver avec .. avec d’eau bouillante.
l lˈɑsə medʒjˈø tˈkʲɛ dnˈː
On les laisse manger jusque dîner.

5.1 ContheyF:

ɛ ʒ aˈʊdə p trktˈɑː ɛ fˈœnɛ ɛʒ adzˈt - ɑø y maɡæʒˈ
Les aiguilles pour tricoter, les femmes les achètent .. euh .. au magasin.
ɛ tsøθˈ  jɔ kʲ ɛ - ɛʒə ʒ i t- tɹʏkɔtˈa
Les chaussettes c’est moi (litt. est je) qu’ai .. les les ai t.. tricotées*.
*N.B. [tɹʏkɔtˈa] est la forme féminine du participe passé.
e cjøtəˈɛ ɛ fɔʁtsˈɛːt  kojˈɛː ɛʒɛ ʁˈãdzə d  tørˈɛʲ dɛ a kʊʒˈœnːa
Les couteaux, les fourchettes, les cuillères, je les range dans le tiroir de la cuisine.

5.2 ContheyM:

dœvˈã ɛ tˈatsə  ɛʒ adzʏtˈaː aʃʏbˈŋ y maɡaʒˈ mi ˈora  trˈøə pamˈi - fo ɑˈɑ a ʃjɔŋ dɛŋ na kŋkajerˈi
Autrefois les clous on les achetait également au magasin, mais maintenant on trouve plus, il faut aller Sion dans une quincaillerie.
ɛ ʒ aˈʊːdə p trkɔtˈɑ - œ fœnː adzˈøt œʒ a- œː - œʒ adzˈøt a mɛʁʃerˈi
Les aiguilles pour tricoter les femmes achètent les ai.. euh .. les achètent à la mercerie.
fo buːʎˈɑ ɑwi d ˈiwə bulikˈta
Il faut les laver avec d’eau bouillante.
nu œ mɛtˈ d ɛ poˈ
Nous les mettons dans les pots.

6.1 ÉvolèneF:

lʏ mˈɪ mˈaʁ ɡrˈʊʃɐ l atstˈavə pa l vøʃjˈurə - l l koʒˈek jɛ mˈima
La mienne grand-mère elle achetait pas les habits .. elle les cousait elle-même.
faʒˈŋ fˈeːrə ʃ məʒˈøːra n alˈiŋ e lɔ kɔrdɔɲˈɛ nɔ prʒˈe la məʒˈøra - pɔ nɔ faʒˈɪŋ fˈeɹə lø bˈtɛ - jɔ kɐ l dɛʁˈi pa də bˈɔtɛ k m a fe ʃʏ məʒˈøra mjɔ ɡro paʁ - j ɛs ʏː - peː karˈantə wɛt karˈantə nu
Nous les faisions faire sur mesure nous allions chez le cordonnier il nous prenait la mesure .. puis nous faisions faire les souliers .. moi quand la dernière paire de souliers que m’a fait sur mesure mon grand-père .. cela a été (litt. il est eu) .. vers quarante-huit quarante neuf.
le atsˈt lɛː - lɛ tˈatsœ  la kkajrˈik doʊ vlˈaz de ʒ ʋdˈer
Je les achète les .. les clous en la quincaillerie du village des Haudères.
l ʒ awˈijə p tsᵏsɔnˈaː l fmˈølɛ lɛ lɛʒ atsˈɛtɔn ʊ maɡæzˈŋ dʊ vlˈaẓɔ
Les aiguilles pour tricoter les femmes elles les achètent au magasin du village.
lɛː ʃʲosˈøte ʃɪ jɔ k ləʒ e tsʊsɔnˈaᶦ
Les chaussettes c’est moi (litt. suis je) que les ai tricotées.
beŋ a tsʒjˈa k iɔ ptˈita lœʒ amˈaʋɔ ma pa ˈɔra
Eh bien, ça a changé: quand j’étais petite, je les aimais, mais pas maintenant.
løː kʊᵏtɛːs l fʊrtsˈt l kwɪˈʃ l mɛt o tyrˈɛn nɛ la kʊʒˈʏnᵄ
Les couteaux, les fourchettes, les cuillères je les mets au tiroir de la cuisine.

6.2 ÉvolèneM:

dvˈ kə lʒ arjˈaː lʒ abˈaʃ
Avant de1 les traire nous les abaissons2.
1[dvˈ kə] loc. prép. ‘avant de’ (cf. GPSR 5/2: 570).
2abachyè v.tr. ‘préparer, par un massage, le pis de la vache avant la traite’ (Follonier-Quinodoz 1989: 17).
lʏ mɛj ɡr mˈɛrə lʏ ʃʲə faʒˈe mˈiːma lø vøʃjˈuːr - lʒ ɐtsətˈav pɑ
La mienne grand-mère elle se faisait même les habits .. elle les achetait pas.
lɛ tˈatsʏ lʒ ɐtsʲɛtˈɛẽ ɛŋ ɐ kkajerˈɪk  vˈʏlə
Les clous nous les achetons en la quincaillerie en ville.
lø pˈɔmə də tˈɛʀa mɛtˈɛŋ pər yŋ kjɔt ɛn tɛːʀ ɔ fn dʊk selˈi
Les pommes de terre nous les mettons dans un creux, en terre, au fond du cellier.
lœ mˈajœ mɛtˈẽ jʏn œmpˈœ də pˈɔsə dɛ tˈɛʀa kɥˈiʃɐ
Les bouquets nous les mettons dans des pots de terre cuite.
lɛʒ arjˈɛŋ ɛntrə trø ɛ sĩk ˈoʊrɛ dɛ l aprˈɪ mjɛzˈɔ
Nous les trayons entre trois et cinq heures de l’après-midi.
ʎɛ laʃˈẽŋ maʃjˈ taŋk a mjzˈɔ
Nous les laissons paître* jusqu’à midi.
*machyè‘manger en parlant des bêtes’ (FQ 1989: 132).
kã j ɛ ku ˈura - lœ lœ ʒ uʃˈœsɪ jɪ kʎˈakən - n ʃʏn ʊbliʒˈa de lœʒ atatʃjˈ
Quand c’est la tempête* de vent .. les les volets ils claquent .. nous sommes obligés de les attacher.
*[ku], cf. kou n.m. ‘tempête de neige’ (FQ 1989: 117).

7.1 FullyF:

a mˈiʁ ɡʀã ɑ n l adzətˈɑvə ʒamˈ d ʒ ɑjiˈ - i le faʒˈaə mˈɪmwœ
La mère-grand à nous elle achetait jamais de z- habits .. elle les faisait même.
li tsøʏfˈ l e jʏ kə lɪ lɪ - lɪʒ ɪ tʁkɔtˈo
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les les .. les ai tricoté*.
*[tsøʏfˈ] est masculin.
li tʃjœʏtˈeː li kwijˈe ɛ li fuʀtsˈœt ɪ li mˈœtə d l taʁˈ də la kʊʒˈənə
Les couteaux, les cuillères et les fourchettes je les mets dans le tiroir de la cuisine.

7.2 FullyM:

ɪ fʷ ː nœtjˈeᵊ awɪ d ˈɪvwəː kɔjˈtæ
Il faut les nettoyer avec d’eau bouillante.
apɹˈɪ ʃ le vˈatsə ʃˈɔrt{}  le mˈnə mədzˈœ
Après ça les vaches sortent on les mène manger.
li lˈɑːɕ ɛː mdzˈœ tk ɑ m - a mjïzˈ
On les laisse euh manger jusqu’à m.. à midi.

8.1 HérémenceF:

l ɡroʃ a mɛ atstˈaɪ pa l ʒ ɑʎˈ - kʒˈe tɔ mˈemɐ
La grand-mère à moi achetait pas les habits .. elle les cousait tous même.
ɛ tsəsˈ j ɛ j k lʒ ᶦ trʏkɔtˈɔ
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricoté.
ɛ pwə lɛ marjˈajœ faʒˈ - faʒˈ lɛ trˈʃɛ pw aprˈi lɛʒ riɔtˈɑʋ ɛŋ kwˈatsᵊ
Et puis les (femmes) mariées faisaient .. faisaient les tresses puis après les entortillaient en chignon.

8.2 HérémenceM:

dɛˈkʲœ arjˈɑ fɔ ləʒ ɑbaʃʲˈɛ
Avant de traire il faut les abaisser.
l ɡrɔʃ a mː atsətˈaɛ pɑ lə ʒ aʎˈ - faʒˈʏ mˈɪma
Ma grand-mère achetait pas les habits .. elle les faisait même.
lɛ tˈatsə nu vaʒəʒˈ lœzʒ atsətˈa ba lɔ martʃˈn de feː bɑ ɪ ʃʲ
Les clous nous allions les acheter en bas chez le marchand de fer bas à Sion.
*Il s'agit ici d'un cas d'auto-correction de la part du locuteur : il faut considérer que la consonne de liaison à Hérémence est [ʒ].
ə ʒ ɐvˈʊj ɐ trkɔtˈaɑ vɑʒˈ ətsət- əʒ atsətˈɔ ʊ maɡazˈ ɔwˈe
Les aiguilles à tricoter elles vont achet.. les achètent au magasin aussi.
le ʀahˈɑ j ɛ ɑ  mtˈe lɔ blɑ - e le ɡrenˈɪ  mətˈe lɔ p lɔ lɔ lœ œ lœ ʃɐtɕˈɛ dy blɑː ke l ɪ- kã j ˈɪrə vanˈɔː - tˈɔtə lə dʀˈɪ kj ən ɛɪ bœʒˈ a mɛɪʒˈᶢ -     metˈe ʊ ʒɛnˈɪ - ɛ ʊ ʀaɦˈɑ  mɛtˈɛɪ ʁ kɔ lɔ blɑ - ɛ l palˈɛ lɐʃjˈ pa alˈɑ ənˈa lœ ʁat ɛnˈɑ ɔ ʁaɦˈɑː
Les raccards c’est où on mettait le blé .. et les greniers on mettait le pain le le les euh les sacs* du blé qui é.. quand il était vanné .. toutes les denrées qu’on en avait besoin à la maison .. on (les) mettait au grenier .. et au raccard on mettait seulement le blé .. et les palets laissaient pas monter (litt. aller en haut) les souris dans le raccard.
*[ʃɐtɕˈɛ] cf. chatchyà, chatchyâyu n.f. ‘contenu d’un sac’ (FQ 1989: 48).
mətˈɛẽ ɪ pɔ
Nous les mettons dans les (litt. aux) pots.
lɔ matˈ  møn ðɛnˈɑ ɛ ðɑ lɔ tɑ ʃʊrt  sˈeŋnɑ
(Les vaches) Le matin on les mène dîner et vers le soir on les sort pour le souper.
lɛʒ  mønˈɑ dənˈɑː
On les a (litt. Ils les ont) mené dîner*.
lɑʃˈ  tsaŋ tkɛ mjœzˈoː
Nous les laissons paître jusqu’à midi.
ɑprˈɪ fɔ le ʃʊrtˈɪ  sˈeŋnɑ
Après il faut les sortir pour le souper.

9.1 IsérablesF:

ʃëː - tsøʏɬˈët l e jɔ c i ɪ trekotˈa
Ces .. chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricotées.
e kˈutə də bˈtə noː -     pɬantˈŋ ŋ - ˈnɐ mõntˈɛnta
Les côtes de bettes nous .. (les)* plantons en .. lune montante.
*Omission du pronom régime: voir Marzys 1964: 57-58.

9.2 IsérablesM:

i ɡrã mr ɐdztˈaœ pɑ ɛ z aːlˈ - i     cʲøʒˈɛɪ mˈɛmə
La grand-mère achetait pas les habits .. elle (les) cousait même.
l mɛtˈ dedˈẽ dɛ dɑlˈ
Nous les mettons dans des pots*.
*[dɑlˈ] cf. dóln s.m. ‘pot d’une certaine grandeur’ (FB 1960: 214).
pwe n aʑ en ʑ aɕ taŋcj a mɪzˈɔːr
Puis on laisse on les laisse jusqu’à midi.
o ne n ɛ mɛnˈɛŋ a ɬˈɛɪnɐ
Le soir nous les menons au souper.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

  • Formes féminines

 blɛt  plˈte kt la lˈyna ɡʁp
Les blettes on les plante quand la lune monte.
lu kætˈe lɛ le fɔʁθˈɛtɛ lœ - l kojˈɛ d e ʁᶞ dj lə tiʁwˈaʁ d lɑ tˈɑblə d æ m- ma kʊzˈəna
Les couteaux les les fourchettes les .. les cuillères je les range dans le tiroir de la table de la m.. ma cuisine.

  • Formes masculines

ma gʁ mˈɑːʁɛ n aθtˈɑvɛ pa su z ˈɑːj lːu kɔzˈaɪ ja mm
Ma grand-mère n’achetait pas ses habits, elle les cousait elle-même.
lu ʃsˈ j ɛ m k luʑ e tʁøkɔtˈo
Les chaussettes c’est moi que les ai tricoté.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

  • Formes féminines

dv də tʁːə dv d ez ɑʁjˈɑ  l -  lɛː ə mɑɲˈivɛ
Avant de traire avant de les traire on les .. on les préparait*.
nɑ  lɛ  lɛ  nɛtˈiʋ ɑwˈe d l o l o fʁed - l o fʁˈɛda - l ʊ fʁˈɛda
Non on les on les on les nettoyait avec de l’eau l’eau froide .. l’eau froide .. l’eau froide.
ɑː tsə - sn depˈ - si ʏ fale le pɑse ɐ l  ə - falˈæ pasˈa ɑ l ʊ bujˈtə p pwe ɛː le ʁfˈe a l e fʁˈædə
Ah ce .. ça dépend .. si il fallait les passer à l’eau euh .. il fallait les passer à l’eau bouillante pour puis euh les rincer à l’eau froide.
b pwe k  ləz ɑ aʁjˈo - le vˈɑθe ʁest- l ivˈɛ œ rˈɪst ɛ bˈœɛ tu l ivˈɛ l- l θotˈ b  sɔʁtˈivɛː  θ
Ben après (litt. puis) qu’on les a traites .. les vaches rest.. l’hiver elles restent aux écuries tout l’hiver l.. l’été ben on les sortait paître.
ɐ b  le sɔʁt-  løz -  sɔʁrtˈiːʋə pʊ fˈeʁə bˈaəʁə - pɔ ləz ɑbɛʁˈɑ
Eh bien on les sort.. on les .. on les sortait pour les faire boire .. pour les abreuver.
ɑ b l pʁtˈ l- lə lə fɔʁˈi wɛ - kt ə s lː- sɔʁtˈiv d ɛ bˈœɛ - ə mðˈiːv l ɛʁbɐ fʁˈeːθe fɑsˈæ ɡflˈɑ
Ah ben le printemps l.. le le printemps oui .. quant elles se l.. elles sortaient des étables .. elles mangeaient l’herbe fraîche les faisait gonfler.
a fasˈ tɔðˈɔ velˈa əː ʒə- ʒənˈiʃ ɛ
Ah on les faisait toujours vêler euh ge.. génisses eh?

  • Formes masculines

fɑʃjˈ aw d bʁθɛ d de lu balˈɛ dj l t - pɔʁ ekɔvˈɑ
Ils les faisaient avec des branches de sapin les balais dans le temps .. pour balayer.
a ma ɡrã mˈɑʁ n aθᵗˈa pwɔ ʃə z ɐbˈi lu kwzˈaɛ jə mˈemᵊ j
Ah ma grand-mère n’achetait pas ses habits, elle les cousait elle-même elle.
 mɛtˈɛ lʊ ɡɑ- lʊ ðbˈ ʊ ʃdˈɑvɛ {--} n ɛ cɥˈɑvɛ dv tθɑlˈdɛ - n ɛ fɑsˈɛ -  lu ..  lu fɑsˈ -  lu salˈɑʋ lu fɑsˈ fmɑ pɥɪ  mətˈæ j l ɛ pɥi tʊlt  lu mðˈivɛ 
On mettait les ga.. les jambons on tuait .. on les tuait avant Noël .. on les faisait … on les .. on les faisait .. on les salait les faisait fumer puis on mettait en l'air puis tout le temps on les mangeait.

11.1 LensF:

lø mˈɛrə ɡraˈãta n atsɛt- atsɛtˈaɛ pa l ḍra - feʒˈi jɛ mˈima
La mère-grande n’achet.. achetait pas les habits .. elle les faisait elle-même.
lə mˈndɔ atsɛtˈaŋ - atsətˈam pa də bˈɔtə fəʒˈaŋ kfɛkʃjɔnˈa ʊ kɔrdɔɲˈe
Les gens achetaient .. achetaient pas de chaussures ils les faisaient confectionner au cordonnier.
lɛ tsusˈ ɪj ɛɪ jɔ kʲə lɛʒ e trkɔtˈa
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricoté.

11.2 LensM:

ø merɛ ɡrˈãntə v- øː - ɐ n atsɐtˈaə pa lœ dra -
fa- œ œ lɐ lɐ l faʒˈi ʎ mˈɪmɔ

La mère-grand v.. euh .. elle en achetait pas les habits .. elle fais.. euh euh elle la la les faisait elle-même.
lɛ œ lɔ mˈʊndɔ dɛ - œ - dŋ lɔ teŋ atsətˈa lɛ lœ bˈɔtœ a la fˈiːrə ma faʒˈaŋ ʁəparˈa ɛntʃˈe lɔ lɔ kɔrdɔɲˈɛ
Les euh les gens de.. euh .. dans le temps achetaient les les chaussures au marché mais les faisaient réparer chez le cordonnier.
œː fa lɛː l bojˈa awe d ˈɪwəː œ d ˈewə tsˈaːda
Euh il faut les les laver avec d’eau chaude.
lɛ ʁahˈa ke n eŋ le ʃʊŋ - ʃ vantɔrjˈe  nɔ pʊˈɛm pa lɛ - dtrɥˈiʀ lɔ fˈɔtrœ ba ʃeŋ n ətərizaɕj
Les raccards que nous avons là sont .. sont inventorisés et nous pouvons pas les .. les détruire le détruire sans une autorisation.

12.1 Les MarécottesF:

lɪ tsœfˈŋ l ɛ jʏ kɪ lʒ e tʀɪkɔtˈʊ
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricotés*.
*sic: [tsœfˈŋ] ‘chaussettes’ est masculin.
pɔ feʁ ʏna bˈuna ʃˈʊpɐ - l ʏ kumˈ la lɛː m bʊjabˈɛʃ fɔ ʃə ləvˈɑ də b matˈ - pɛlˈɑ də tʀiːfl tsaplˈɑ - fˈeʀ kwɛːʁ - lɪʒ eklafˈɑ ɑwˈɪ l pʏlˈᶢ - mˈɛtʀ  bɔkˈ dɛ laʃˈe pɔ feʀ ʏnɑ pyʁˈe - ɛ pwæ apʁˈe  bwˈtːɛ leː pɔʁˈœː lɪ patɪnˈal - nɑ fɔˈœɪ də dzˈɔtːə - ˈʊnːaː - kˈəcʲ fˈɪ də tsʊː - de letˈyː - ʊn yɲˈː -  tsˈaplə ʃ- t ʃ f -  bʷt  mɔʁʃˈe də buːʀ d la pˈelːa  fe ʁəvɛnˈɪ lʏ kuʁtijˈadʑʏ - k n aʒˈut a la pyʀˈe - awˈɪ d ˈeːw - ɛ pwə  lˈɑʃe mɪtʏnːˈa ə kw dø fwa
Pour faire une bonne soupe .. c’est comme la les m.. bouillabaisses .. il faut se lever de bon matin (rire) .. éplucher de pommes de terre .. les couper.. les faire cuire .. les écraser avec le pilon .. mettre un peu de lait pour faire une purée .. et puis après on met les poireaux les carottes .. une feuille de côte-de-bette .. une .. quelques feuilles de chou de laitue .. un oignon .. on coupe s.. tout ça fin .. on met un morceau de beurre dans la poêle on fait revenir les légumes .. qu’on ajoute à la purée .. avec de l’eau .. et puis on laisse mijoter au coin du feu.
lɪ dzˈœtːə  plt ɑ lɑ plɑnˈɛtːa mtˈntə
Les côtes de bette on les plante à la planète montante.

12.2 Les MarécottesM:

lɪ ʒ avˈʊjʏ p tʁiktˈɑ leʒ ɑtsˈət - vɛ lə kɔmɛʁsˈ - tɔzˈɔ mˈemʊ lʊˈa j avˈɛ ʁ k  kɔmˈɛʁʃ d li vəlˈɑdz - jo vdˈv tɔ
Les aiguilles pour tricoter elles les achètent .. chez le commerçant .. toujours même lieu il y avait rien qu’un commerce dans les villages .. où ils vendaient tout.
li pɔʶtˈɑʋ ʃy lʏ ɡ - ʃy lə ʀatˈe - l ə lɪ dz e l  lɪ - l  lɪ dz kə pɔʁtˈɑʋ lə f - də mʊlˈ də tsʏvˈo d tsaʀˈɛᵊ - l eɡʒistˈɑʋ kaimˈ pɑ vɛʁ n
On les portait sur le g.. sur l’échine .. c’est les gens euh c’est les .. c’est les gens que portaient le foin .. de mulets de chevaux de charrettes .. ça existait quasiment pas vers nous.

13.1 LiddesF:

ɔ ma ɡã mˈamːɐ də - lastˈɒœ pɔ də - œ d ɑːdˈ – d dli kwœzˈɛi mˈima
Euh ma grand-maman elle .. achetait pas de .. euh d’habits .. elle les cousait même.
wɛ dle - li z awˈʊjə pwə trʏkwtˈe  ᶹa liz astˈɛ a la mɛʁsərˈi
Oui les .. les aiguilles pour tricoter on va les acheter à la mercerie.
tʃʏ lɪ leɡˈymʏ li fo köpˈe fˈeŋ
Tous les légumes il les faut couper fin.
ᵊli z aʃˈœtə mˈət d l bʊfˈə m pˈiᵈlə
Les assiettes je les mets dans le buffet dans le séjour.

13.2 LiddesM:

œː ma mˈɪrə d astˈɑʋə pɑ lɪ z ɑdˈ də fazˈe mˈima
Euh ma mère elle achetait pas les habits elle les faisait même.
œː li dz l aʃə- l astˈɑ li bʷɔt tʃˈʏ lɔ kɔrdaɲɛ mə sˈʏɲ l t ʏ ɪr kˈɔ də kɔrdaɲˈɛ tʃe li fɑzˈ mˈimʷɔ sədˈat sy plas - mɛ j e bj b- e n ɛ bj kɔnˈy lɔ kɔrdaɲˈɛ kə - kʏ fɑzˈe li bʷˈɔtə przˈe li mzˈʏrə pwe nɔ fazˈe li bʷˈɔtœ
Euh les gens ils ache.. ils achetaient les chaussures chez le cordonnier je me souviens le temps où il y avait (litt. étaient) encore de cordonniers chez (nous) ils les faisaient mêmes ici* sur place .. mais j’ai bien b.. j’en ai bien connu le cordonnier que .. que faisait les chaussures il prenait les mesures puis il nous faisait les chaussures.
*[ɕədˈat] adv. de lieu ‘ici même’ (GPSR 3: 476 s.v. chély).
lɪ - lɪ z ɑwˈej ɐ trkʷɔtˈe le maʁˈenə də liʑ ast ø məɣazˈẽ
Les .. les aiguilles à tricoter les femmes elles les achètent au magasin.
fo lɐʋˈe ɐwi d iw kʷɔjˈta
Il faut les laver avec d’eau bouillante.
a bẽ li ɥɛɪdzˈ l ˈɪr - l ˈɪrëː pɔ sɛ dʒilˈe -  bɛæ py n ɐv ɐsʏbˈẽ li ɥˈedzə mï li ɥˈedzə l ɪr pɔ travajˈe - l ˈɪrə pɔ mənˈe lə fømˈ ᶞæ li tsã d əvˈɛ - li ɥˈdz y bˈẽ - y bẽ pɔr alˈi kirˈi də se a la dzuː yː - s də s pɛjˈ kwˈə də tsɑtˈ kã l er pwœ - pwɪ liz plejˈ asʏbˈẽ pwe dezarpˈe deri mtˈaɲɛ lɪ d ala - l     apɛlˈa lɪ ɥɛɪdzˈœtɛ mɛ ɪrɛ le de ɥˈɛɪdzəː -
Ah ben, les petites luges c’était .. c’était pour se luger* .. eh bien puis on avait aussi les luges mais les luges c’était pour travailler .. c’était pour mener le fumier dans les champs d’hiver .. les luges ou bien .. ou bien pour aller chercher de [se] (?) à la forêt ou .. elles s’employaient aussi l’été quand c’était pour euh .. puis ils les employaient aussi bien pour désalper des alpages là d’aller .. ils (les) appelaient les lugettes, mais c’était là de luges ..
*[dʒilˈe] ‘glisser, luger’ (cf. GPSR 5/2: 1026 s.v. dyilâ).

14.1 LourtierF:

i ʃoʃˈœt ʃei jø k ɪʒ e tɹøkotˈo
Les chaussettes c’est moi (litt. suis je) que les ai tricoté.
i kˈutə n i plaŋtˈɛ ã lˈønɛ ki kɹ
Les côtes (de bette) nous les plantons en lune que croit.
i tɕʏtˈe i fʊʁʃˈœt i kujˈɛ j ɪ ʁə- j ɪ mˈœtːə dɛ œ tœɹˈɛ d ɑ kʊʒˈœn
Les couteaux les fourchettes les cuillères je les r.. je les mets dans le tiroir de la cuisine.

14.2 LourtierM:

i ʑ awˈʊlə pʷ trʏkʷtˈɑː ɛ i fmˈɑː ɪʒ ɐʑˈʏt ʏ mæɡʲæʑˈɛ
Les aiguilles pour tricoter euh les femmes les achètent au magasin.
 foː i lɐʋˈɑ ɑwɪ d ˈiwu βˈɑɹβʷtˈɛːntɐ
Il faut les laver avec d’eau bouillante.
i pˈɛʁtsə d ptˈ n ɪʑ pljˈɛĩ pʷ fɪɹ sëtsˈiɛ d pwˈɔlɛ di bətaʁˈɑ
Les perches des balcons nous les employions pour faire sécher des fanes de betteraves.
ɐpɹɪ ɪ ʋˈœtsə ɕˈɔɹt œn ɪ mʏn ɐ dənˈɑː
Après les vaches sortent on les mène à dîner.

15.1 MiègeF:

ɪ ɡr mamˈ atstˈɑvɛ pa l - lɛ ʒ ajˈ - faʒjˈvɛ mˈɛːmɑ
La grand-maman achetait pas les .. les habits .. elle les faisait même.
ɛ l at ɪ a r- bruŋᶢ
Et l’autre il les a r.. bruns.
ə beː jɔ jɔ prʒjvɔ k n aʏtˈan de fˈiːvrɔ fɑʒjˈvɔ də - pɔ l ʒ fˈɑn d bŋ aʊ de tiˈuːlɛ o bŋ trɑmpˈɑŋ  ɡrˈoʊ lˈnzɔ  l rɔlˈa dədˈɪŋ aʊ lɛ- ɪr tɔt - j ˈa pa tan  mdɪsin dəv
Eh bien moi je prenais quand nous avions de fièvre je faisais de .. pour les enfants de bains avec de tilleul ou bien nous trempions un gros linge et les rouler dedans avec ça .. c’était tout .. il y avait pas tant de médecines avant.
l riɛbˈɪnə fa waɲˈɛ kaã lë lˈunːa i  bɑ
Les carottes il faut les semer quand la lune elle est basse.

15.2 MiègeM:

fɑ lə lɛː l lɑʋˈɑ ɑwˈʏ de l ˈew tsˈaːdɑ
Il faut le les les laver avec de l’eau chaude.
ɑprˈe leʒ  mɛtˈʊ - ʃu ɑ la lø- lɥˈɛzɛ - ɛː -  - ɑvˈ ʊnɐ bˈɔnɑ vˈɑtsə pwɛ tərˈ la la lɥˈøzə a - ɑː miʒˈ
Après ils les ont mis .. sur à la lu.. luge .. et .. ils ont .. ils avaient une bonne vache pour tirer la la luge à .. à la maison.

16.1 MontanaF:

n ɑtsɛtˈɑn pa lɛ bˈɔtɛ - ˈirɛ lʏ kɔrdɔɲˈe kʏ fɑʒˈi
Nous achetions pas les chaussures .. c’était le cordonnier que les faisait.
lɛ ʒ avwˈɪʎ a trɪk- aː a tsusɔnˈa no lœʒ ɑtsœtˈan o mɑɡɑzˈ
Les aiguilles à tric.. à à tricoter nous les achetions au magasin.
lɛ ʃjɔsˈɛtə lʒ e tsusɔnˈa eː - jɔ
Les chaussettes je les ai tricotées euh .. moi.
lɛ zwˈɔtə  l pʎˈantə lɑ lˈuna mntˈta - lɛ zˈɔtɛ
Les côtes de bette on les plante la lune montante .. les côtes de bettes.

16.2 MontanaM:

lɛ tˈatsə n lʒ atsətˈeŋ ve lɔ mɑrtʃˈɐn də fːr  vˈʏlːɑ
Les clous nous les achetons chez le marchand de fer en ville.
mtˈẽ jœm pə dœ pɔsː
Nous les mettons dans de pots.
aprˈe lə vˈɑtsə ʃuɹtˈɛʃn - ɛː  mɛt ʊ dɛzønˈɑː
Après les vaches sortent .. et on les met au déjeuner.

17.1 NendazF:

ɛ tsøɪsˈ ʃi jɔ k     ʏ trɪkɔtˈɑ
Les chaussettes c’est moi (litt. suis je) que (les) ai tricoté.

17.2 NendazM:

ʃi n ɛʃˈɪ ŋː - ŋː pˈʊro dʒʲˈaːblə k ɛr a n lovˈɛɪ - kø viɲˈɛe - kopˈa de ʊʃ døː dø kˈːdrə - eː fɑʒˈeɪ e ʒ əkˈœʊ{ʋ}ə - e k ʏʒ - eʒø vndˈɛ
Ici nous avions un .. un .. pauvre diable qu’était à nom Lovay .. que venait .. couper de branches* de .. de noisetier .. et .. il faisait les balais .. et que les .. les vendait.
*[ʊʃ] cf. oûche n.f. ‘branche verte, rameau d’arbre fruitier’ (Praz 1995: 509).
əː - i ɡrˈuːʃœː - ɑᵗstˈaɛ pa d ʒ alˈ - eʒø faʒˈeɪ mˈeːma
Euh .. la grand-mère .. achetait pas de z-habits .. elle les faisait même.
ɪ fo     bujˈa ɑwʊ d ˈɪwəː bwicjˈntʰᵊ
Il faut (les) laver avec d’eau bouillante.
n eʒə mətˈ dər ː -  vɑːz
Nous les mettons dans un .. un vase.
n ˈɑːrj ẽntrə tre e sk øːr d ˈapʳə dənˈɑ
On les trait entre trois et cinq heures d’après-midi.

18.1 OrsièresF:

ɔʁa li vˈatsə bˈɛj a l abrøvˈ - ɲ ˈɑzɔ faʎˈɪvɛ lœ sɔʁtˈi - p le mənˈe ʊ bwi
Maintenant les vaches boivent à l’abreuvoir .. autrefois il fallait les sortir .. pour les mener au bouil.
leː z aʋˈʊlə pwɔ tʁɔktˈe l ɑdzˈət ɐ lɐ mɛʁsəʁˈiː - ɔn jaːdz  fazˈe aʊ dɪ balˈenə dɪ paʁɛplyˈijə
Les aiguilles à tricoter elles achètent à la mercerie .. autrefois on les faisait avec des baleines des parapluies.
li kʁˈɔjə mʏdʒʲʏv li z ˈãpʁø mœ ləz ˈav kudˈaitə
Les filles mangeaient des framboises comme elles les avaient cueillies.

18.2 OrsièresM:

dœvˈ ᵏ dœvˈ k dë lɪz aʀjˈeː fo lɪz apʀɪʃˈë
Avant que avant que de les traire il faut les abaisser.
kʀã mˈamə tɕøʸzˈe j sɪ z ɑdˈ - l aʋ pɑ pʁø d aʁdzˈ po ælˈe s lez ɪ azətˈe - ɛ pwˈaːɛ - adzətˈɑvã la matˈæɛʀ po fɪʀ l ɛ tɔ
Grand-maman cousait elle ses habits .. elle avait pas assez d’argent pour aller se les y acheter .. et puis .. elles achetaient le tissu pour les faire c’est tout.
kã n aʋˈ mˈkə n pɑ d bwˈɔtɛ õn alˈɑʋ tɕe lə kɔʁdaɲˈ sə lez adzətˈe
Quand on avait (litt. nous avions) besoin pas de souliers on allait chez le cordonnier se les acheter.
i fəmˈal vã adzətˈe lɔ z ɑwˈdæ - p tʁʏkɔtˈe b œː - si j si pa jo d næ - d n maɡazˈ kə s spesjalizˈo pɔʁ f jo vˈœnd i z awˈdə vˈœn də fi œ də lˈnə si pɑ kɛ jœ - tɔ s k fo kə - pɔ slə fəmˈalːə - j n ɑᶹˈɛ - si pɑ si ən a kɔ bʁɑmˈ kœː - k i z plˈɛj
Les femmes vont acheter leurs aiguilles .. pour tricoter ben euh .. je sais je sais pas où dans un .. dans un magasin que sont spécialisés pour ça où on vend (litt. ils vendent) les aiguilles ils vendent de fil de laine je sais pas quoi moi .. tout ce qu’il faut quoi .. pour ces femmes .. il y en avait .. se sais pas s’il y en a encore beaucoup que .. qu’elles les emploient.
tʃaʁdʒjˈɛøv sy la tsaʁɡˈɔsːə - y ɕy ɕy la ʎɥˈɑedzɐ
Nous les chargions sur le char à deux roues .. ou sur sur la luge.
li tʁif nɔ mɛtˈ d l tʁu ɑ la kɑv
Les pommes de terre nous les mettons dans le trou à la cave.
n l mtˈæ - n mœtɛŋ dˡ lɪ pŋzˈe
Nous le mettons .. nous les mettions dans les draps.
na - nœ n aplə- nɔ li vatsˈœːlə nə lɪz pli- ne  - nɔ buʁl pɑ - buʁlə b - paʁ- œʁ i parˈ kə p fˈiʁœ - kə mˈœt ds lə fwɔ - lɔ f vʁɪjˈ - li mɔʁsˈe də tsɛ - p le ɡʁijˈ - mˈœt də vatsˈœølə - mi nɔː na - nɔ mœtˈœː - də bu œː də vˈɛʁne - də bu də də fwˈɔdə - k f- k f la bʁˈɑːzə ə pˈaɛ f pɑ d pəlˈuj - m la lɑʁz ʊ l sɑpˈ
Non .. nous nous empl.. nous les pives nous les empl.. nous en .. nous les brûlons pas .. ça brûle bien .. or il paraît que pour faire .. qu’on met (litt. ils mettent) ainsi le four .. là on fait (litt. ils font) tourner .. les morceaux de viande .. pour les griller .. on met (litt. ils mettent) de pives .. mais nous non .. nous mettons .. de bois euh de verne .. de bois de de feuillus .. que f.. que font la braise et puis font pas d’étincelles .. comme le mélèze ou le sapin.
l lᵄaːsːə mʏdʒɥˈ tŋk ɐ mɪʏdzˈɔ
On les laisse manger jusqu’à midi.

19.1 St-JeanF:

dɛvˈan atsɛtˈɑvɔ lɛ ts - lɛ ʒ ɛɦˈowɛ a  pˈowrɔ vju {kɪ / k ɪ} vdʒjˈɛvɛ pɛ - vʏn - vʏɲˈɛvɛ pɛ lɛ vʏlˈɑːzɔ vˈndrɛ - adˈɔn atsɛtˈɑvɔ - ʃ apɛrˈɑva pˈirɔ lˈŋna -
Autrefois j’achetais les ts .. les balais à un pauvre vieux {que / qu’il} vendait par .. ven.. venait par les villages les vendre .. alors j’achetais .. il s’appelait Pierre Lannaz.
mːa ɡrˈoʊʃa ʎ astˈav pa lʏ dra ʔᵄ - lʏ - ʎ ɛʒɛ faʒjˈevɛ ʎeˈŋ mˈɛːma
Ma grand-mère elle achetait pas les habits .. elle .. elle les faisait elle-même.
lø tsuɡsˈŋ ʃɪ jø kə leʒ eɪ trɪkɔtˈa
Les chaussettes c’est moi (litt. suis je) que les ai tricotées.

19.2 St-JeanM:

œː ʃʏɣlˈa n ẽŋ pɑ dɛː œ - œ - dɛː œ - ʋɛndʒjˈoʊ d ɛhˈɔʊvɐ ɛm bjˈɔːla - lʏ œː pajeʒˈŋᵏ l fabrikˈaːv loː mˈɛːmɔ
Euh ici nous avions pas de .. euh .. euh de .. vendeurs de balais en bouleau .. les euh paysans les fabriquaient eux-mêmes.
lɛ tˈatsə - nɔ lɛʒ atsɛtˈŋ v lɔ m- ə - l - lɔ kkaʎˈɛ - və və lɔ martʃjɑn də fɛːr a vʏʃˈoːj
Les clous .. nous les achetons chez le m.. euh .. l .. le quincailler .. chez chez le marchand de fer à Vissoie.
ʏ fa laʋˈa awˈe d ˈewʊ tsaːda - bʊłˈɛnta
Il faut les laver avec d’eau chaude .. bouillante.
mɛtˈɛn dɛn de keʃˈœta
Nous les mettons dans des caissettes.
lʒ ˈaːri œntrɛ trɛɪ ʒ ˈoʊ- œntrə trɪʃ ɛ sŋkʃ ˈɔʊrə də l ɑpre mjəzˈɔr
On les trait entre trois heu.. entre trois et cinq heures de l’après-midi.

20.1 SavièseF:

-

20.2 SavièseM:

fo ø bujˈɑ awe d ˈewə tsˈɑːdə
Il faut les laver avec d’eau chaude.
a ɛ dˈɔ vj eː - ɪ fe pleᶾjˈe vˈʁə d tˈa aʃtˈa ʃɔ ʊ ba ɲa miʒˈ
Ah, les deux vieux euh .. il fait plaisir les voir de rester assis sur le banc devant maison*.
*Pour ‘maison’ sans article cf. Felley 1982: 32.
eː - i eᶾ ˈɑr ntre tre e sk u d ɑprə denˈɑ
Il .. il les trait entre trois et cinq heures d’après-midi.

21.1 SixtF:

l epɪsjˈe dn d vɔ prˈɛðə - ɑl ɐvˈɛ tɔt  ʁ d sˈɔkᵊ œ vˈɑdrə ɑz ekʲɑ tœt fet sy plɑs - ɪ nɔ - n - ɪ vdj- n ɑlˈɑv əz ɑθtˈeeː le
L’épicier dont je vous parle .. il avait toute une rangée de sabots à vendre elles* étaient toutes faites sur place .. il nous .. on .. il les vend.. on allait les acheter là.
*[sˈoːkə] ‘sabots’ est féminin.

  • Formes féminines

le ʃɔsˈɛt ɪtˈɛ mø k le trikɔtˈavəœː - aɔ ma tˈɑtɛ mɑ ɡr mar fˈ tɔ l mˈdə - e pwe mæ d ɛ vɪy ma ɡr mar friˈe - la lˈɔnæ
Les chaussettes c’était moi que les tricotais .. avec ma tante ma grand-mère enfin tout le monde .. et puis moi j’ai vu ma grand-mère filer .. la laine.
a katr ɔː lʊ z fˈ ð l t ɪ mdˈɪv lœː ɑ n  dy p ɛ dy fʁɪ e də kˈafe ʊ laθˈe me le pˈɔmə j etˈɛ rˈæa - fɑlˈɛ alˈe lez aθtˈe le pɔm n n avˈɛ pa
À quatre heures les enfants dans le temps ils mangeaient le {..} du pain et du fromage et du café au lait mais les pommes c’était rare .. il fallait aller les acheter les pommes on en avait pas.

  • Formes masculines

lə kɔʀdaɲˈe de vjˈɑ j  n ɐvˈɛ j a sarʋəɲˈɪ j  n avˈɛ jŋ vɛ l vøvˈɪ - j  n ɐvˈɛ jˈɔ - e planˈeː - e j  n ɐvˈɛ j vø l ɑbajˈɪ krˈjə - m hlɔ lʊz ɛ kuɲˈy
Le cordonnier du village il y en avait un à Salvagny il y en avait un vers le vieux bourg .. il y en avait un .. au Planay* .. et il y en avait un vers l’Abbaye je crois .. mais ceux-là je les ai connus ..
*[e planˈeː] semble être un pluriel pour notre informatrice, mais les cartes de la commune donnent une forme du toponyme au singulier.
d ɛ ʒæmˈe vjy fˈæ ør sˈmbə - luz ɛ vjy ð lu bwu
J’ai jamais vu cinq ours ensemble .. je les ai vus dans le bois.
fɔ pɑ k lʊ z fˈ sə levjˈ tre tˈeːrə nɑː e fɔ vɔ- j ɪ nɑ mɔvˈez abjetˈydə fɔ fɑʁ levˈe l matˈ to
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard non il faut vo.. c’est une mauvaise habitude il faut les faire lever le matin tôt.
me le z epnˈœθə nˈytrʊ parˈ s kʊɲʊhjˈ l z epnˈθ - j  fahjˈ de pleː ɛ j  metɕˈ de jɑ ð la spa
Mais les épinards nos parents les connaissaient les épinards .. ils en faisaient des plats et ils en mettaient parfois dans la soupe.
nˈytʁʊ paʁˈ waɲˈɪv ɛnɔʁmemˈ də pɛ - pɑskˈəː j  metɕjˈ ð lɐ spɑ - j  fahjˈ de ple - j etˈɛ l p- lœ ple ʁkstɪtyˈ - pɑsk j ɪtˈɛ ʁɔθ  s ɛ s ɛ ʁˈɪʃ lœ - ɑlˈɔː ɪ ʊ met- i ʊ fahjˈ  ple ɪ lʊ fahjˈ  salˈɑdæ
Nos parents semaient énormément des haricots.. parce que ils en mettaient dans la soupe .. ils en faisaient des plats .. c’était le plat reconstituant .. parce que c’était riche il c’est c’est riche le .. alors ils les met.. ils les faisaient en plats ils les faisaient en salade.

21.2 SixtM:

  • Formes féminines

i le faɦjˈ fˈɑrə - mː pwe ãː ləː ð lə viː tã - iː mtˈiːʋ de sˈoːkə
(Les chaussures) ils les faisaient faire .. mais puis en le .. dans le vieux temps .. ils mettaient des sabots.
lz ɐvˈuʎ pɛ trikɔtˈɛː - pɛ ɦlø cə tʳikˈɔt kˈɔ õ bɔkˈ - œl v lz ɐθtˈe a sɐmʷˈ
Les aiguilles pour tricoter .. pour celles que tricotent encore un peu .. elles vont les acheter à Samoëns.
i l dˈiː mɛː ə - ðɑ nytr kpˈaɲœː - pɑ bjɛ drɑ lɛː - j ˈɑʋə pɑ bjɛ də l ð - kœː - sˈavj - distɡˈ nɐː s- j etj saʶp pwe b - ɛː l saʶpˈ falɛ leð elimˈinə fala l twɛ
On le dit (litt. ils le disent) mais euh .. dans notre campagne .. pas bien droit les .. il y avait pas bien des gens .. que .. savaient distinguer une* s.. ils étaient «serpents» puis bon (?) .. et les serpents il fallait les éliminer il fallait le(s) tuer.
*[sɑrpˈ] ‘serpent (terme générique)’ est féminin.
n -  z ʀ  θ - il mœð b ʊ il mœð pa
On .. on les amène paître .. elles mangent bien ou elles mangent pas.
la pask i parˈɛ k ɪ faɦjˈaʋ œː - j e verˈe paskə mː səvøn  ku j avj fe vni  - j avœ l - j avɛ de ð d lʊ vjˈaːðə kə savjˈ tɛʀvənˈi s avær fˈoːtə d  veterinˈɛʁ pe seɲˈi la bˈːθə pe laː - pë la səɲˈi kʲə
Là parce qu’il paraît qu’ils les faisaient euh .. c’est vrai parce que je me souviens une fois ils avaient fait venir un .. il y avait le .. il y avait des gens dans le village que savaient intervenir sans avoir besoin d’un vétérinaire pour saigner la bête pour la .. pour la saigner quoi.

  • Formes masculines

oː əː ʋa mˈːəː - i le faɦjˈ fˈɑrə - mː pwe ãː ləː ð lə viː tã - iː mtˈiːʋ de sˈoːkə - mːø mə suvˈən - k la prømˈiə pˈiːʶɐ t s- ə pːʀ də sɔlˈɛʀ ɡ d æː vjy j e m paːʁ kə m l aː pɔʀtˈa ãː kõtrəbˈãd - a dla θãprˈɪː -  m  səvˈɲ kt al t aʀʋˈɑ j ëtˈɑ l tθo t - daˈɑ mˈeːᵊ lu ɕɔlˈɛr - ɛ lw ã sarvadˈõ - ɔ j avˈɛ leː - j a la mtˈaɲ a sarvadˈ w j avˈɛ le vaɕ - vlˈɔ luz ɛsɛjˈɪ dət sɥˈitᵊ
Oh euh ouais mais .. ils les faisaient faire .. mais puis en le .. dans le vieux temps .. ils mettaient des sabots .. moi je me souviens .. que la première paire de s.. euh paire de souliers que j’ai vu c’est mon père que me l’a portée en contrebande .. à delà Champéry .. je m’en souviens quand il est arrivé c’était l’été .. il m’a donné les souliers .. et on est parti (litt. et loin) en Sarvadon .. où il y avait les .. il y a l’alpage à Sarvadon où y avait les vaches .. je voulais les essayer tout de suite.
alˈɔʁ ð lʊ ɡɔʁnˈe - tt le famˈijə - k n etsˈ - k n etjˈ pa treː - diʒˈ - pa tre pˈʊːʋʁə - ɑʋˈ ɑ pu pre du ɡəʀnˈe - j etjˈ tðœr me - ʏ lɔ dy vʏʎˈaðə - pə l fˈʏɥə - si l vʏˈɑðə vɲa ɑ bəɹɲ- a buʀlˈɛ - lʊ ɡəʀnˈɪ βː - ez esˈe- i βʊ- ɪ pʊvjˈ əs esperˈe lu sˈɔːv
Alors dans les greniers .. toutes les familles .. que n’étaient .. que n’étaient pas très .. indigent .. pas très pauvres .. avaient à peu près deux greniers .. ils étaient toujours mis .. à côté du village .. pour le feu .. si le village venait à brû.. (?) à brûler .. les greniers ben .. ils es.. ils pou.. ils pouvaient es.. espérer les sauver.

22.1 TorgnonF:

mɑ ɡʀˈøːsæ - ʎ œ ʎ atstˈɪvɛ pʊː lɛ z aʀbɪʎɛmˈɛŋ ɛ ʃ le kuzˈivɛ d ˈɪʎœ mˈeːma
Ma grand-mère .. elle euh elle achetait pas les habits elle se les cousait d’elle-même.
d z uʎˈɛtːe - jˈɪ kʲe vɔ lɛz atsɛtˈud a la mɛʀtʃɛ- a la mɛʀɕəʀˈɪ
Des aiguilles .. où est-ce que vous les achetez à la merce.. à la mercerie?
lɛ tsysˈ j ɛ mɛ kə lz {ɪ/e} tʁekɔtˈu
Les chaussettes c’est moi que les ai tricotées.
k j ˈɑᶹ lɑ fˈɪvʀɛ lɛ minˈuː dʏ jœ fizˈiv tʃˈœka* dɛ tizˈːɑ - ɛ bɑʎˈɪɔ lɛ mɛdʏsˈỹɛ cʲɛ m ʁɑ- m ɐʀdˈvɛ l mɛdesˈɛŋ ɛ ɛ bˈɑsta ɛ tɪɲˈivɔ ʊ tsoːt
Quand ils avaient la fièvre les enfants je leur faisais un peu de tisane .. et je donnais les médicaments que m’o.. m’ordonnait le médecin et et voilà et je les tenais au chaud.
*[tʃˈœka] ‘peu, un peu’ (NDPV 1997: 1770).

22.2 TorgnonM:

l z ˈuːʎɛ - pə tʀavalˈɪɛ laː lɑ lˈɑ - jœʏ cʲɔ ʋɔ ləz ɑtsətˈuːd
Les aiguilles.. pour travailler la laine .. où est-ce que vous les achetez?
l bɪdoˈõ ɪ fo lœ ʀeʃˈɪ ɑwˈə l ˈevə fʁˈɛɪdə - ʒamˈe bətˈɑ l ˈvə tsˈoːdɑ œ ɛ se le bɪdˈõ s pwɛʁ du lasˈe - ɑlɔ ə fo bjŋ lɛ lː ʁɪĩʃˈɪ ɑʋə l ˈeʋə fʁˈɛɪdə ɛ d s bətˈɑː l ˈevəʏ kwezˈtɑː ɑwˈɪ de d de pʁodɥˈɪ dɛ lɛ- d lɪsˈɪːvə pə nɛtɛjˈe
Les boilles il faut les rincer avec l’eau froide .. jamais mettre l’eau chaude euh eh si les boilles sont sales de lait .. alors il faut bien les les rincer avec l’eau froide et ensuite mettre l’eau bouillante avec de de de produit de l.. de lessive pour les laver.
fezˈɪv lɛ pakʲˈɛː - ɑɛː u u sɛnˈɔ ɛ falˈɪə fɑː l feː ɛ     pɔʁtˈɑ ʋʊ lə mølˈɛ
Nous faisions les paquets .. ah ou ou sinon il fallait faire les faix et (les) porter avec les mulets.
lɛ z abɪtˈ də tɔʁɲˈ ɪ kʁˈɪ lə tɔʁɲɔlɛˈ
Les habitants de Torgnon on les appelle (litt. ils les appellent) les Torgnoleins.

23.1 TroistorrentsF:

  • Formes féminines

maə mɐ ɡʁã mˈaʁɛ n a dzamˈɛ atsetˈo de ɡaðˈ sə le fɑ- fazˈɑve je mˈɛmœɛ
Ma ma grand-mère n’a jamais acheté de vêtements* elle se les fai.. faisait elle-même.
1[ɡaðˈã] ‘vêtement’ (cf. GPSR 8: 70b s.v. galy).
2Nous ignorons les raisons de cet emploi de la forme féminine du pronom régime avec un antécédent masculin [ɡaðˈ].
le z ɑʋˈøle pɔ tʁɪkɔtˈaː lɛ l fˈene lz ɐsʲˈet ɑ la mɛʁsəʁˈi œː - d  maɡazˈ də lˈna
Les aiguilles pour tricoter les les femmes les achètent à la mercerie euh .. dans un magasin de laine.

  • Formes masculines

lu - lu z uvʁˈɑ də də k ɑlˈɑv tʁɑvajˈɛ ɑ lɐ dʒˈyø - ə mənˈɑvã lu bəðˈ ba bɑ - bɑ la la - a la ʁˈasə pɔ lu fˈɛʁ ʁaʃˈe
Les .. les ouvriers de de qu’allaient travailler à la forêt .. euh menaient les billons en bas bas .. bas la la .. à la scierie pour les faire scier.

23.2 TroistorrentsM:

  • Formes féminines

e z aʋwˈele pʁ tʁikɔtˈaː - le fˈene lez ɐtsˈet ʋe mˈaʀt
Les aiguilles pour tricoter .. les femmes les achètent chez Marthe.
fo le lɑʋˈɑ ɑʋwe d l ˈeʋɑ mˈodˈtɑ
Il faut les laver avec de l’eau bouillante.
aː - nɔ bet  ts
Ah .. nous les mettons en champ.
bet  ts
Ah nous les mettons en champ.

  • Formes masculines

mæʁe ɡʀã n ətsetˈaʋ pa sõ ɡaðˈã - tʃyzˈaʋe lje mˈɛmo
Grand-mère n’achetait pas ses vêtements* .. elle les cousait elle-même.
*[ɡaðˈã] n.m. ‘vêtement’ (cf. FEW 17: 548 s.v. wāt).

24.1 Val-d’IlliezF:

  • Formes féminines

o ma mjɪʁ ɡʀã l ɑtʃtˈav pa dle bʁˈöjɛ - e e fasˈa mˈmɐ
Oh ma mère-grand elle achetait pas des habits* .. elle les faisait même.
*[bʁˈöjɛ] cf. brye n.f. ‘vêtement en général’ (spécialement à Val-d’Illiez; cf. GPSR 2: 850s.).

24.2 Val-d’IlliezM:

  • Formes féminines

ᵈvã mwˈʌḍ fo leʒ adsˈɪ
Avant de traire il faut les adoucir.
ma ɡʀã mˈɪʁəː atsətˈaə pa ɕe bʁˈyjɛ le fasˈa jɪ mˈɛma
Ma grand-mère achetait pas ses habits* elle les les faisait elle-même.
*[bʁˈyjɛ] cf. brye n.f. ‘vêtement en général’ (spécialement à Val-d’Illiez; cf. GPSR 2: 850s.).
lʑ aʋˈʊlːɛ ə tʁiktˈa ɛ - la fˈœna leʑ ɐtsˈet  la mɛʁsəʁˈiːə
Les aiguilles à tricoter euh .. la femme les achète en la mercerie.
lɑʋˈa awˈe l ˈiwɛ ɛmɔdˈɛnta
Il faut les laver avec l’eau bouillante*.
le bœt jɛn d bʏ- d vˈaːzə - d - b bœn d pɔ
On les met dans des b.. des vases .. des .. ben ben des pots.

25.1 VouvryM1:

  • Formes féminines

l z ɒʋˈᶞə pɔ - pɔ tʁɪkɔtˈa ə - ʑ ɐtsˈətœː a mtˈɛ
Les aiguilles pour .. pour tricoter euh .. elles les achètent à Monthey.
ɔɑɛ  bˈutɛ  l tsˈiʋə
Oui on les met au paturage*.
*[tsˈiʋə] n.f. ˈpâturage’ (cf. èva 3° ‘manière de pâturer constistant à mettre les bêtes au pâturage deux fois par jour’, GPSR 6: 736b).

  • Formes masculines

ɑ m maʁˈe ɡʁ ɑtsᵊtˈaʋe pɑ lʏʊ lʊ ʑ ɑlˈ fazˈɛ ʎe je mˈɪmə ijɪ mˈɛmɐ
Ah ma mère-grand achetait pas les les vêtements elle les faisait elle elle-même elle-même.

25.2 VouvryM2:

  • Formes féminines

le z ɐʋˈᶞə pu triktˈa œ ləz ə- lɐ lə ləz atsˈet {} mtˈæ
Les aiguilles pour tricoter elles les a.. la les les achètent en Monthey.
le bwˈɛtə d de pʊ
On les met dans des pots.
ɑːprˈe n bˈt n tʃˈiːʋɑ

Oui on les met au paturage*.
*[tʃˈiːʋɑ] n.f. ˈpâturage’ (cf. èva 3° ‘manière de pâturer constistant à mettre les bêtes au pâturage deux fois par jour’, GPSR 6: 736b).

  • Formes masculines

ma mˈɛre ɡrã l astˈavɛ - l fazˈɛ pa sʊ z aðˈõ - l astˈɑvɛ pa sʊ z ɑðˈ le le* fwɑzˈɛ ɛl - ɪ mˈemə
Ma mère-grand elle achetait .. elle les faisait pas ses habits .. elle achetait pas ses habits elle les les faisait elle .. elle-même.
*Nous ignorons les raisons de cet emploi de la forme féminine du pronom régime avec un antécédent masculin ([aðˈõ])