Menu

Comparer

Comparer la carte 36030 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Cartes

Les formes du clitique sujet masculin préconsonantique de la 3e personne du pluriel

 
parler de
 
1
ArbazF
(41)
   
Ø
   
40
ArbazM
(45)
   
Ø
   
45
2
BionazF
(44)
[ʏ]**
[ə]
 
Ø
1
2
 
41
BionazM
(42)
[ɪ]
[e]
 
Ø
4
1
 
37
3
ChalaisF
(13)
[ɪ]*
 
Ø
1
 
12
ChalaisM
(62)
[i/ɪ]
 
Ø
1/5
 
56
4
ChamosonF
(37)
[ɪ]
[ʏ]
[ɛ]
 
Ø
2
1
1
 
33
ChamosonM
(31)
[i/ɪ]
[e/ɛ]
 
Ø
3/2
2/1
 
23
5
ContheyF
(32)
[ɛ]
[ø/]
 
Ø
2
1/1
 
28
ContheyM
(39)
[e/]
[ø/]
 
Ø
2/1
3/2
 
31
6
ÉvolèneF
(39)
[i*/ɪ/]
[ʏ]
[jʏ]
[ə]
 
Ø
1/2/3
3
4
1
 
25
ÉvolèneM
(32)
[ɪ]
[jɪ]
[ʏ]
[ɛ]

 
Ø
2
2
5
1

 
22
7
FullyF
(50)
[i/ɪ]
[e]
[œ]
 
Ø
6/6
1
2
 
35
FullyM
(33)
[i/]
 
[œ]
 
Ø
8/1
1
 
23
8
HérémenceF
(45)
[e]
 
Ø
1
 
44
HérémenceM
(45)
[ʏ]
[e//ɛ]
 
Ø
1
1/1/2
 
40
9
IsérablesF
(30)
[i/ɪ/]
 
Ø
6/2/1
 
21
IsérablesM
(31)
[i/ɪ]
[ɛ]
[lɛ]
 
Ø
2/5
2
1
 
21
10
La Chapelle-d’AbondanceF
(31)
[i/ɪ]
[ɛ]
 
Ø
6/1
1
 
23
La Chapelle d’AbondanceM
(41)
[i/ɪ]
[e/]
[ø]
 
Ø
3/4
1/1
1
 
33
11
LensF
(34)
   
Ø
   
34
LensM
(38)
[ʏ]
 
Ø
1
 
37
12
Les MarécottesF
(34)
[je]
 
Ø
1
 
33
Les MarécottesM
(36)
[je]
[j]
[ɛ]
[jə]
[ə]
 
Ø
1
1
1*
1
1
 
32
 
parler de
 
13
LiddesF
(42)
[i/ɪ]
[jɪ]
 
Ø
2/2
1
 
37
LiddesM
(39)
[i]
[e]
 
Ø
1
1
 
37
14
LourtierF
(34)
[ø]
 
Ø
1
 
33
LourtierM
(43)
[/ɛ]
[ø/]
 
Ø
3/1
1/1
 
37
15
MiègeF
(41)
[ɪ]
[ʏ]
[e]
 
Ø
8
3
1
 
29
MiègeM
(40)
   
Ø
   
40
16
MontanaF
(48)
[j]
 
Ø
1
 
47
MontanaM
(56)
   
Ø
   
56
17
NendazF
(42)
[ɪ/]
[e]
[ø]
 
Ø
2/1
1
1
 
37
NendazM
(45)
[i/ɪ]
[e]
 
Ø
2/2
1
 
40
18
OrsièresF
(44)
[ɪ]
[jɪ]
 
Ø
1
1
 
42
OrsièresM
(53)
 
Ø
 
53
19
St-JeanF
(57)
[ɪ]
[e/ɛ]
[]
 
Ø
2
1/2
2
 
50
St-JeanM
(41)
[ɪ]
[ʏ]
[ɛ]
[œ]
 
Ø
4
1
1*
1
 
34
20
SavièseF
(34)
[i/ɪ]
[ʏ]
 
Ø
3/4
1
 
26
SavièseM
(65)
[i/ɪ]
[ʏ]
[e]
 
Ø
3/3
1
2
 
56
21
SixtF
(86)
[i/ɪ/]
 
Ø
2/47/3
 
34
SixtM
(55)
[i/ɪ]
[ʏ]
[]
 
Ø
21/2
1
1
 
30
22
TorgnonF
(63)
[i/ɪ]
[e/]
 
Ø
3/35
9/1
 
15
TorgnonM
(54)
[ɪ]
[ʏ]
[e]
 
Ø
44
1
2
 
7
23
TroistorrentsF
(36)
[i/]
[e/]
[je]
[ø]
 
Ø
1/1
7/1
1
1
 
24
TroistorrentsM
(37)
[ɪ]
 
Ø
1
 
36
24
Val-d’IlliezF
(49)
[i/ɪ]
[ʏ]
[e//ɛ]
[œ]
 
Ø
3/1
2
5/3/2
1
 
32
Val-d’IlliezM
(35)
[e//ɛ]
//œ]
 
Ø
1/5/4
1/1/1
 
22
25
VouvryM1
(26)
[i/]
[e/]
[]
 
Ø
3/1
1/1
1
 
19
VouvryM2
(25)
[ʏ]
[]
 
Ø
1
1
 
23

Pour la fréquence des formes en fonction de la présence ou non d’un sujet nominal, voir la carte 36031.

* interprétation incertaine.

** il s’agit d'un hapax [kʲ ʏ vˈiɲ] «qu’ils viennent» dont l’interprétation est incertaine: la forme [ʏ] n’est pas confirmée par une autre attestation comme clitique sujet pour Bionaz dans notre corpus. Il s’agit peut-être seulement d’une forme de pronom relatif, [kʲʏ], qui serait alors un allomorphe de [kʲə], forme fréquente du relatif à Bionaz. Dans tous nos parlers, l’interprétation des pronoms relatifs, suivis ou non d’un clitique sujet, est problématique.

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

En fonction de la documentation disponible, les exemples sélectionnés illustrent non seulement les différentes formes attestées, mais aussi l’emploi (ou le non-emploi) du clitique sujet après sujet nominal, sans sujet nominal et en présence d’un pronom régime.

1.1 ArbazF:

ɛː mõnd     fɑʒˈɑ fˈɪrɛː - ɛ bˈɔtə əntʃj  kɔrdɔɲˈɛr
Les gens faisaient faire .. les chaussures chez le cordonnier.
    pɹᶾᶦʃ ʊ tẽn  ʁfleʃˈi     vʁˈ tɔt ʊɔr fˈoːtɑ
Prissent-ils (= S’ils prenaient) le temps de réfléchir, ils verraient toute leur erreur.
vˈʊɪ kj œʒ fˈ     ʃe kysˈiʃ dʒj ɲ ˈøʏrɐ

Je veux que les enfants se couchent avant neuf heures.

1.2 ArbazM:

pɔ fir m bwe ɛ tsɑpwˈø     krɔʒˈɑː ʔ bˈel
Pour faire un bouil*, les charpentiers creusaient un billon.
* cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
dœmˈŋ     pɑrtˈeʃ pɔ ɑ ʀemwˈẽŋts
Demain, on part (litt. ils partent) pour la remointse.
fo pɑ ke  ʒ fˈ     ʃe ʎˈeʏʃ trwɑ tɑːr
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.

2.1 BionazF:

a katʀ ˈawə - lə mɛɪnˈʊ     mˈœndz də pˈɔmːə
À quatre heures .. les enfants mangent de pommes.
d  kˈʊə vɛˈa     tan də nˈaɪ pˈɑɛ kɔm lʊ vwœ
Autrefois voyaient-ils tant de neige pareil comme l’aujourd’hui?
faː pa cʲə lœ mɛɪnˈʊ     sə ləvɪsˈ tʀɔ tɑː
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
œ dəmˈtsə pɑɕˈʊː ə s alˈʊ a l ɪʎˈɪːzə
Euh dimanche passé ils sont allés à l’église.
œl ɑ baʎˈa læɪ nɑ bˈɑlːa pɑtˈelɑ
Il a donné-lui une bonne fessée.
d  kʊ ʎ nɔ kə fəzˈ lə tʀavˈɑʎʏ pə t bj lə mˈɪːtʃɔ - ʊ dzɔ d wø s lə z awʀˈɪ {kʲʏ    / kʲ ʏ}** vˈiɲ f lə tʀavˈaʎə
Autrefois étions nous que faisions les travaux pour tenir bien la maison .. aujourd’hui ce sont les ouvriers que** viennent faire les travaux.
**voir la note au bas de la grille pour l’interprétation délicate du pronom relatif

2.2 BionazM:

ɑː lə mɛɪnˈ     vã ja kuʎˈi də bʁœɡaʎˈ p ɑləmˈ lo fɔˈɑ
Les enfants vont loin ramasser (litt. cueillir) des brindilles pour allumer le feu.
    bˈœtn də kɔlˈɔnːə ɕ lɔ tˈtːə pə pɑ kə la nˈæɪ ɪ ɕɑwtˈɪsə bɑː
On met (litt. Ils mettent) des poutres sur le toit pour pas que la neige elle tombe bas.
lœ ᵈzɪ     ɕə bœtˈ tɕœt n dzʊːʎˈ
Les gens se mettent tous à genoux.
wˈːəː lø kʊrbˈe e kʀwˈɑsːõ
Oui les corbeaux ils croassent.
ɛː duː ʑ ɛɪzˈɪː ɪ tsˈntɔː əː døː dəsˈɪ lɑ plˈnta diː z ɔlˈɑɲə
Eh deux oiseaux ils chantent euh de.. dessus l’arbre des noisettes.
ɑː lɔ tˈɛtːə dœ də ma mɛɪʑˈ     ɛɕ pɑ pɑsˈɪ l ˈɪːvœ kãn pl
Ah le toit de de ma maison laisse pas passer l’eau quand il pleut.

3.1 ChalaisF:

lœ z ˈɔmɔ     tʳɑvˈalːɔn     fɑn ts də tɔt - mɛ l drˈɔːlɛ tsœ p lɛ ʒ ˈeːhrɔ fɑŋ tsɛ lɔ mɛɪnˈɑːzɔ pwɛ l ɛ tɔt
Les hommes travaillent ils font un peu de tout .. mais les femmes un peu par les maison elles font un peu le ménage puis c’est tout.
wɛ lɛ drɔːlœ ʃn - dɪ ke n  ʒu l iʎˈɛʒʏ nˈuːvɐ le drˈɔlœ l an arejˈa d alˈa a ɡɔːʃ œ - ɛ lɛ z ɔm a dri - k - ˈɔra mɛ- tɔ mɛflˈɑ ˈɔra -     pɔn alˈa kɔmɛn ˈuːlɔn - to mɛflˈɑ - l ɔm lɛ drˈɔlœ lœ ʒ fˈ lœ famjˈɛ
Oui les femmes ça .. dès que nous avons eu l’église neuve les femmes elles ont réussi d’aller à gauche euh .. et les hommes à droite .. maintenant mé.. tout mélangé maintenant .. on peut (litt. ils peuvent) aller comme on veut (litt. ils veulent) .. tout mélangé .. l’homme les femmes les enfants les familles.
 l iʎˈœʒ də vɛrkɔrˈ l a lɔ kaʀiʎˈɔ - fʶãm bjɛŋ - ˈɛkstra - dɛvˈan ajˈɪvɛ œ - fʁãswa metraʎˈe kʰe zɔjˈevœ tɑm bjːm - prɲˈɛvə ʃʊk ʁˈi maʁˈ tu ptˈɪk pɔ sɛɲˈ də kaʁeʎɔnˈɑ - ma l ˈirɛ bj - ˈɔra l ɔ l ɐ pwʏldʒˈu {kʰɪ / kʰ ɪ} kaʀeʎˈɔn mɛ l  pam- pa lɛ mˈɛmɔ kaʁiʎˈ k dɛvˈan - an tɔ tsanjˈa dɛ m- dɛ sistˈɛmə - pa la mɛm mɛlɔdˈiː
En l’église de Vercorin il y a le carillon .. très bien .. extra .. avant il y avait euh .. François Métrailler que jouait tellement bien .. il prenait en haut Henri Marin tout petit pour enseigner de carillonner .. mais c’était bien .. maintenant il y a il y a plusieurs {qui / qu’ils} carillonnent mais c’est plu.. pas le même carillon qu’avant .. ils ont tout changé de m.. de système .. pas la même mélodie.

3.2 ChalaisM:

l taʃˈ     f manˈɛɡ də dɑmˈɑːzɪ in i kyltˈʏrə
Les blaireaux font beaucoup de dommages dedans aux cultures.
lɑ sŋnˈanʏ {ki / k i} n -     van u martʃʲˈa
La semaine {qui / qu’elle} vient .. ils vont au marché.
k ʋjn ɪ ɡrˈeːlɐ - lɔ betˈɑlːᶦ     ʃe kˈatsən
Quand vient la grêle .. le bétail se cachent*.
*Accord logique au pluriel.
i vˈin le nˈeɪbø jen ʊ ʃjɛl
Ils voient les nuages dedans au ciel.
ma dɔn œ hlu k ɪ ʃ le œ ʃ nehˈuk ɛŋ a ʃ murˈɪ
Mais donc euh ceux qu’ils sont là sont nés en à Saint-Maurice.

4.1 ChamosonF:

e z fiˈ     mʏdʒʲˈøv pɑ kɛ də tˈɑʁrtə
Les grands-parents mangeaient pas que de tarte.
a dəmˈdzə     mødʒˈjøv dɛ ɡɑːtˈo
Le dimanche on mangeait (litt. ils mangeaient) de gâteau.
ɪ fo pa kʲ ë mæɛnˈo     sə ləʋˈɪs tʀwa tɑ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
ɪ v ʏ vənˈːdz
Ils vont aux vendanges.
k  paʁˈ l ˈaʁɔ pətʃʲˈu - ʏ vejˈɪvə də də z ɔʁˈdz kʲe  nˈɛlə - pɑ kʷˈ
Quand les parents ils étaient petits .. ils voyaient de de z-oranges qu’à Noël .. puis encore.
ɐ sənˈanə kə vẽiː - il iʁ ɛ viʁ -     vaʁ  fˈæɪʁ
La semaine que vient .. ils iront ils iront .. iront en foire.

4.2 ChamosonM:

du tsn     dzˈapɔn daʀˈa ə ˈatsə
Deux chiens aboient derrière les vaches.
o ɡʁənˈa l ː l drˈæ - uː ɛ baʁdʒjˈœ     sə mˈœt a sˈɔtæ
Le [ɡʁənˈa]* c’est l’endroit .. où les bergers se mettent à la chotte.
*[ɡʁənˈa] ‘cabane, grenier séparé de l’habitation’ (FEW 4: 217); ‘cave à fromage d’un alpage’ (GPSR 8: 768b).
d fɔʁtˈ ɛː z aːbʁ i mˈœt eː - e flø
De printemps les arbres ils mettent les .. les fleurs.
mɛ a snˈnə kjø vˈɛ ə - mɛ ɪ v ənˈo  fæɛʁ
Ben la semaine que vient euh .. ben ils vont en haut en foire.
 dz dɛ aʁdˈ e s syrnɔmˈo  pøkadzˈɔt
Les gens d’Ardon ils sont surnommés les «mange-betteraves».
ɛ møtˈi  flø d də pʷɔ
Oui on mettait (litt. ils mettaient) les fleurs dans de pots.

5.1 ContheyF:

 ɡrã parˈã     mdʒˈœə pɑ kʲœ dɛ ɡaːtˈo
Les grands-parents mangeaient pas que de gâteau.
dœmˈdzə paʃˈo     ʃ itˈɑː a edˈæɪʒə
Dimanche passé ils sont été à l’église.
    pɔʁtˈ  ʒilˈɛ e  paɛtˈo
Ils portent un gilet et un paletôt.
n wɛj cj œ ʒ fˈ     ʃœ dzøʒːjˈøʃə dəvˈã nœv ˈjɹɑ
Je veux que les enfants se couchent avant neuf heures.
ɛ vɛrˈã kə ʃœɪ - kjœ     ʃə ʃ trpˈa ʃː ɛ ʁɛflʃːʏʃˈ
Ils verraient qu’ils se .. qu’ils se sont trompés s’ils réfléchissaient.
ø vː vnndʒˈe
Ils vont vendanger.
traˈaːd ʏ bø
Ils travaillent à l’écurie.

5.2 ContheyM:

du ts     dzˈap dɛʁˈa ɔ nˈuːʁ
Deux chiens aboient derrière le troupeau*.
*Le témoin précise: «[nˈuːʁ], c’est pour un troupeau de vaches».
fo pa kʲɛ ɛ ʒ fˈãŋ     ʃə ləvˈøʃ troˈa tɒ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
wiː - œ pɐʒˈaŋ e træɪnˈɑŋ lɔ f ʃy a lʊˈæɪdə miː - ˈœer pfʏtˈʊ ø muˈe k     tˈɪrɪ ɑ lʊˈæɪdə pɔ ɔ f
Oui .. les paysans ils traînaient le foin sur la luge mais .. c’étaient plutôt les mulets que tiraient la luge pour le foin.
də fyʁtˈ œ ʒ ˈɑːbrɔ - θˈoːr œ pˈaɛ     kɔmˈθ a mˈœtə dœ fˈodə
De printemps les arbres .. ils fleurissent et puis commencent à mettre de feuilles.
weɪ - œ byʃəʁˈŋː ø træənˈɑ ɑʃəbˈj o bʊ ʃu ɑ lʊˈæɪdə miː - pɑ - pɑ ʃoˈ
Oui .. les bûcherons ils traînaient aussi le bois sur la luge mais .. pas .. pas souvent.
ø traˈɑːd y b
Ils travaillent à l’écurie.
nʊ kʀˈæɛʒo pɑ kjɛ œː -  f kj ɛ espoʒˈo y ʃoˈæi valˈeʃə mi kɛ ʃe d œ ˈɔmbrə - pascʲˈə kã     ʃ ʃˈɛkʲə tɥi du parˈæ vaŋ pˈaræ
Je crois pas que euh .. le foin exposé au soleil vaille plus que celui de l’ombre .. parce que quand ils sont secs tous deux pareil ils valent pareil.

6.1 ÉvolèneF:

lʏ muʃjˈurʃ     vʏndrˈœn aw la dərˈir pˈːstᵃ
Les messieurs viendront avec la dernière poste.
mi əvˈã     platˈaõ də bɛtɛʁˈaːv k ʏm bajˈɛvɛ œː maʃˈe ɪ beːʃ - e pwœʃ pɔ œŋɡrɛʃˈe - pw a də vats tɔ parˈi  mɔzˈɔŋʃ - ɛ ˈɔra     plˈant pamˈi dɛ bɛtɛrˈav
Plus avant on plantait (litt. ils plantaient) de côtes de bettes (betteraves fourragères) qu’on donnait à manger aux bêtes .. aux porcs pour engraisser .. puis à de vaches tout pareil aux jeunes génisses .. et maintenant on plante (litt. ils plantent) plus de côtes de bettes.
jʏ foːt kə l mɛŋnˈʊ     ʃə kʊksɪɡʃˈan dəvn nuv ˈʊɹɐ
Il faut que les enfants se couchent avant neuf heures.
ɛn ʏvˈɛ ej a lɛ jaʃˈʃʏ {ki / k i} pˈœndɔn ʊk sɔn də la pʏʃˈɔta - doʊ bɔrnˈe
En hiver il y a les glaçons {qui / qu’ils} pendent au bout du tuyau .. de la fontaine.
wɛ ts- tsamˈo ɪ ʃˈɔʊtɔn pə l ʃɛs
Huit ch.. chamois ils sautent dans les rochers.
lʏ mˈʊŋdə ɪ ʃə mˈɛtɔn a zɛnjˈ
Les gens ils se mettent à genoux.
k l mjɔ parˈs ˈɪrã pʏtˈis vɪˈn d ʒ œrˈãŋʒæ a tsalˈɛnd - ɛ pwə pa tozˈɔ
Quand les miens parents étaient petits ils voyaient de z-oranges à Noël .. et puis pas toujours.
lʏ paeʒˈãʃ ʏ trˈɛɪn lɔ fɛŋ dəʃ la ɡrˈoʃa lɥˈizə də bwɔ
Les paysans ils traînent le foin sur la grosse luge de bois.
van a la vnẽᵑsᵄ
Ils vont à la vendange.
dˈo tsiŋʃ ə zˈapɔn dʀˈɪ lœəː - l vˈats - dʀˈɪ lo nuʁˈ
Deux chiens ils aboient derrière les .. les vaches .. derrière le troupeau.

6.2 ÉvolèneM:

lɛ mɛenˈoʃ     ʀɐmˈɑːʃən də ptˈitɛ ʁˈamə pɔr avjˈɑ lɔ fwɑ
Les enfants ramassent de brindilles pour mettre en route le feu.
dʏmˈʏŋzʏ paʃˈa     ʃ ʒuk  l ˈeʎˈœʒə
Dimanche passé, ils ont été (litt. sont eu) en l’église.
jɔ w kø lɛ mŋnˈʊːʃ     ʃɛ kuʒiɡʃˈan dəvˈan n ˈɔorə
Je veux que les enfants se couchent avant neuf heures.
lɔɡ ɪ travˈajən o bok
Eux ils travaillent à l’écurie.
kã j ɛ ku ˈura - lœ lœ ʒ uʃˈœsɪ kʎˈakən - n ʃʏn ʊbliʒˈa de lœʒ atatʃjˈ
Quand c’est la tempête* de vent .. les les volets ils claquent .. nous sommes obligés de les attacher.
*[ku], cf.kou n.m. ‘tempête de neige’ (FQ 1989: 117).
van eɪ vɛnˈŋzɛ
Ils vont aux vendanges.
lɛ bɛrʒjˈœʃ ʏ ʃɛ kˈatsən na bˈoʊtsʏ
Les bergers ils s’abritent dans une [bˈoʊtsʏ]*.
*[bˈoʊtsʏ] cf.bóouktsu, n.f. ‘étable primitive, abri pour les bergers’ (FQ 1989 s.v.).
lœ kɔrbˈɛːs ɛ kriːjɛn
Les corbeaux ils crient.

7.1 FullyF:

pwɔ feʶ la ʃøp  kˈp leː - le leɡˈymə pr pətʃˈu atʶam li mɛɪnˈo     mˈədz pɑ
Pour faire la soupe on coupe les .. les légumes fins petits sinon les enfants mangent pas.
i fo pa kə li mɛenˈo     ʃə ləvˈøʃ tʁwa tɑ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
pwɛ     ʃə paʃˈɑʋə- paʃˈɑv ʃ ɪtˈ də a - di pãtalˈ pɔ tənˈɪ - pwɛɪ didːˈ     katsˈəʋ d afˈiəʁ - d ʃa fɑːʃ - də ku d aʁdzˈ u bɛ  pacˈə d tabˈa - ɔˈɛ
Puis ils se passai.. passaient ça autour de la.. des pantalons pour tenir .. puis dedans ils rangeaient d’affaires .. dans cette fasse* .. parfois d’argent ou bien un paquet de tabac .. oui.
*cf.fsə ‘ceinture’ (GPSR 7: 178b), ‘ceinture en tissu’ (Praz 1995: 275); fascia (FEW 3: 423b).
i dzuvˈʏna di m- də di pʏtʃˈu vʏlˈɑðə l ɔʁɡanˈiʒ na fˈita pw     f la bʁɔʒəlˈɑjɛ - œ li dz ʃə ʁəkˈtʁ li pɔ œ - pɔ fitˈa la tsɑtˈaɲə
Les jeunes des m.. de des petits villages ils organisent une fête puis ils font la brisolée* .. et les gens se rencontrent là pour euh .. pour fêter la châtaigne.
*[bʁɔʒəlˈɑjɛ] ‘brisolée, repas rustique et festif, normalement pris en plein air, où l’on mange des châtaignes rôties et du fromage, arrosés de moût ou d’un vin nouveau de la région’ (DSR 1997 s.v.; GPSR 2: 784 s. v. brəzòl).
b wi ʃe øy- ʃe utˈi li l ɛʁ - l ɛʁə ʃytˈo plejˈɑ d li majˈ k     faʒˈɑv li f - i tsaʁdzˈʏv ʃ awˈi dɛ - də ɡʁˈoːsːə ʃˈɑʁdzə də f pɔ i tʁiˈev tk a la ɡʁdz - pwˈɔə mɛnˈɑ le f - ʃytˈɔ pɔ lʏ f - aʃəb pɔ lə bu mi l ˈeʁə pɑ ɛ pɑ pʁø ʃɔlˈid p mənˈɑ də ɡʁo bu - miɛ ʃytˈ pu lə f l plɛjˈev ʃ - ʃ ɛʁɔ la - l eʁə la lɥˈɛɪz a kˈɔʁna
Ben oui ces ou.. ces outils là ils étaient .. c’était surtout employé dans les mayens quant ils faisaient les foins .. ils chargeaient ça avec de .. de grosses charges de foin puis ils tiraient jusqu’à la grange .. pour mener le foin .. surtout pour le foin .. aussi pour le bois mais c’était pas euh pas assez solide pour mener de gros bois .. mais surtout pour le foin ils employaient ça .. c’était la .. c’était la luge à cornes.
bœn ɛ ɪː - ɪ faʒˈ  - n əɕpˈes d plˈɑːtʁ awˈi d pɔlˈtᵆ
Ben i.. ils .. on faisait (litt. ils faisaient) un .. un espèce d’emplâtre avec de polente.
b li dzʁˈɑ e tʁenˈɑʋ ɑʃə- pɑ də tʁ ʃy la lʏi lɪ i plãtˈɑʋ l kmˈã d lø tʁ pwɛ œ tʁiˈɑ kɔʁdˈɪ
Ben les forestiers ils traînaient égale.. pas de troncs sur la luge là ils plantaient le [kmˈã]* dans le troncs puis ils (le) tiraient encordé.
*[kɔmˈã] n.m. ‘pointe plantée dans la bille pour la tirer’ (renseignement RM,GPSR)
wɛ li - li paiʒˈaŋ œ tʁenˈɑv lə f - lə f d də - də ʃˈɑːʁdzə - ʃy la lʏˈɑedzə - dʃ lʏ f ʃə paʁdˈivə - paʁdˈivə pɑ
Oui les .. les paysans ils traînaient le foin .. le foin dans de .. de toiles .. sur la luge .. ainsi le foin se perdait .. perdait pas.

7.2 FullyM:

wɛ lɪ pɐɪjəʑˈ     vɑʒˈɑv kœrˈi lə f awˈi la ʎˈaɛᵈzə -     ʋˈɑᶾᵅᶹ ɐ la dzø krˈɪ lə bu awˈi la ʎœˈæɪzə
Oui les paysans allaient chercher le foin avec la luge .. ils allaient à la forêt chercher le bois avec la luge.
k  k  ɪ fɪ kɹw li z el- lɪ ɛː- lɪ barzˈe     ʃe kˈaᵗs ɑ tsavˈanːa
Quand euh quand euh il fait mauvais les él.. les é.. les bergers s’abritent au chalet d’alpage.
li pˈæ də ɕialˈɪ ɕ rɡɔtˈo
Les cheveux de celle-là ils sont frisés.
k ɪ fɪ eː də v - lɪ pɔrtˈ ɪ tˈap.
Quand il fait euh de vent .. les volets ils tapent.
la ɕⁿãə cjə vˈ ɪ varˈ ɪ marᵗsˈa
La semaine que vient ils iront au marché.
wœr ɪ zᵊ mˈœç tɔ wɛ
Actuellement ils se mélangent tous actuellement.
dʊː - dʊ pʷøzˈ ɛ tsˈt ʒy  cøʏdʁˈaɪ
Deux .. deux oiseaux ils chantent sur le coudrier.
kˈɑtrœː ɕɛːɑʁ {..} œ mˈødz de kˈutɐ la dzøː
Quatre cerfs {..} ils mangent de côté la forêt.

8.1 HérémenceF:

lə br di lɑːʒə     tʃjˈɛʒ d oᶢtˈ
Les aiguilles* des mélèzes tombent* en automne (litt. d’automne).
*[br]cf. brô n.m. ‘aiguilles de mélèze mûres, servant de litière’; terme collectif (FQ 1989 s.v. et GPSR 2: 848s.).
    ʋam bɑ ɪ vɛnˈs
Ils vont en bas aux vendanges.
fɔ pa kə lə ʒ ɑləviˈɑ     ʃə lʏvɪʃˈ θrɔ tɑː
Il faut pas que les enfants* se lèvent trop tard.
*[ɑləviˈɑ] cf.aleviet n.m. ‘enfant; se dit en général d’un groupe d’enfants’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 27.5.2015).
e ɪrˈ a pˈenɑ ʒjɛ ʒ ˈmːɔ pɔɒ ʃɔf - eɦˈẽndrɔ lɔ fwɑ nʒiˈɛ
Ils étaient à peine dix hommes pour souf .. éteindre l’incendie*.
*[fwɑ nʒiˈɛ] ‘incendie’, cf.GPSR 5/1: 18b s.v. danger.

8.2 HérémenceM:

u t kə lœ ʒ fˈ     ʁəmˈɑʃɔ lɛ brçjˈt - jɔ tsˈapɔ dœ də boː - pr
Au temps que les enfants ramassent les petites branches* .. je coupe de de bois .. mince.
*[brçjˈt] cf.bróhyeute n.f.pl ‘branches de sapin séchées utilisées pour allumer le feu’ ((http://www.wikipatois.dayer.biz/, 20.8.2016).
    vam bɑ ɑ lɑ vənɛˈzɛ
Ils vont en bas à la vendange.
    lɪ  baʎˈa lɑ bʏˈɔlːa - j a l pˈotːə fenˈeɔ ʁˈɔdzə
On lui a (litt. ils lui ont) donné la verge*.. il a les fesses toutes rouges.
*byla ‘verge de bouleau, employée surtout pour châtier les enfants’ (GPSR 2: 906a 4).
lə kɔʁbˈe ʏ kʀˈɑːj
Les corbeaux ils croassent.
do ʒ ʊʒˈe e tsˈt ɛnˈɑː ʃu l ɔlɑɲˈɛː
Deux oiseaux ils chantent sur le noisetier.
do ts zˈapː œ deʁˈɪ lɔ nɔʁˈɛ
Deux chiens ils aboient euh derrière le troupeau.
k fe də bˈɪːʒɛ - lɛ ʒ ɔʃˈœ ɛ ɬˈat
Quand il fait de bise* .. les volets ils claquent.
*[bˈɪːʒɛ] ‘bise, vent en général’.

9.1 IsérablesF:

ɛ katr ˈœørɪ e rwi     mˈenzɔn də pˈomə
À quatre heures les gamins mangent de pommes.
dɛʋˈã l ʏmplɛjˈeʋɔm bwŋ ë - lɥˈidə dəː - dᵊ ʃː- ʃ ɡɹˈoːsə lɥid ˈeɲcʲ por a ʏ buː œʏ fɛŋᶢ - beŋː soʋaɲ cjɛ - mnˈaː də pˈalə ba a rːˈedə kant æ - k     fazˈãŋ ə pˈaləː - pɔ tætʃˈa a ʋˈɪɲɛ
Avant ils employaient beaucoup¹ les .. luges de .. de ces .. ces grandes luges là pour aller au bois au foin² .. ou bien .. suivant quoi .. mener de paille en bas à Riddes quand euh .. quand ils faisaient la paille .. pour attacher la vigne.
1[bwŋ] cf.bouéïngn ‘beaucoup’ (Favre-Fournier 1969-72: 121).
2[œʏ fɛŋᶢ] ‘au foin’; pour cet emploi au singulier cf. Favre-Fournier 1969-72: 381 s.v. fingn.
ɪ foː pa cɛ ɛː rˈui     sɛ əʋɛsˈan trɔ taː
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
pwɪ ɛ pɛʏzˈãŋᶢ i trnˈaʋ o fw so ɑ lɥˈidə
Puis les paysans ils traînaient le foin sur la luge.
i ʋã  ʋənˈɛnzə
Ils vont en vendanges.
ɛ byʃərˈn ɪː - trenˈaːʋ  buː so a lɥˈidː
Les bûcherons ils .. traînaient le bois sur la luge.
ɪ vɛrˈ s- k sɔn trɔmpˈa kw i prendrˈaŋ œ ɔ tœn də rəflʏʃˈir
Ils verraient s.. qu’ils sont trompés qu’ils prendraient euh le temps de réfléchir.
duː z ːzˈeː tsˈantə s m bɔrsˈᶢ
Deux oiseaux ils chantent sur un buisson.

9.2 IsérablesM:

də fərtˈɛ ɛ ʑ ˈɑʊ frɥitjˈ     θrˈeɕ
De printemps les arbres fruitiers fleurissent.
ə peiʑˈ     trɛnˈɑɔ ɔ f  ɑ lwˈidə
Les paysans traînaient le foin avec la luge.
k i fwɛ - ʏ fe kwɛ tɛŋ ɛː - ɛ bɛrdʒjˈe     ɕə mˈɛtɔ ɐ l abrˈi  kazˈɪnᵊ
Quand il foi.. il fait mauvais temps les .. les bergers se mettent à l’abri aux petites cabanes.
a dəvˈ œː - œ elˈiʒ i mœɬˈɑ pɑ ɛː - ɛ mɑtˈ ɛ mˈɑtə - l ir ɛ mʷɑt a drˈɛt ə pw ɛ mɑtˈ ɑ ɡˈoːtsə
Ah avant euh .. à l’église ils mélangeaient pas les .. les garçons les filles .. {ils/c’}étaient les filles à droite et puis les garçons à gauche.
i ʋ  ʋənˈnzə
Ils vont aux vendanges.
ɪ krɑːs œ kɔrbˈiᵊ
Ils croassent les corbeaux.
ɔˈɛ ɛː mɛ œ ʒ ˈɔmɛ dəvˈ ɪ pɔrtˈɑ tt ɛ patalˈn də dra - ɛːə dra də bˈaɲə
Oui euh mais les hommes avant ils portaient tous les pantalons de drap .. {en / le} drap de Bagnes.
ɛ mɛːnˈɑ ɛ dzɔj ɑwə dɛ ʑ ɛmˈɑsː
Les enfants ils jouent avec de-z escargots.
k fɛ ɔ v ɛ - ɛ vɔlˈɛ kjˈak
Quand il fait le vent les .. les volets ils claquent.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

di kwtˈ     kˈɔʁɔn dj lʊ pʁo
Dix cabris* courent dans le pré.
*Selon l’informatrice, [kwtˈ] désigne les jeunes femelles qui ne donnent pas encore de lait.
    vɛʁi k i s sã tʁpˈo {s i / si    } pʁɲˈ l t də - psˈɑ
Ils verraient qu’ils se sont trompés s’ils prenaient le temps de .. penser.
fo k lu z efˈ     s kɔsˈis dw nœw- n- dv nɛ wɛ - nœ ʀ

Il faut que les enfants se couchent avant neuf.. n.. neuf heures.
lʊ ʁbˈɑtɛ i v ɑʁvˈɑ ɑwˈe l dʁˈɛ kɑ
Les touristes* ils vont arriver avec le dernier car.
1[ʁbˈɑtɛ] se dit de manière plaisante des touristes; cf.rebatâ ‘aller et venir en travaillant activement ou par desœuvrement’ (Viret
22013 s.v. aller), ‘faire descendre dans une pente, rouler en culbutant, s’amuser à se laisser rouler (sur un pré en pente)’ (Viret
32013 s.v. rouler).
lu ʁeðˈ lu ʁeʒˈtə ɛ tʁɑvˈɑj  l ekˈulɑ
Les régents les régentes ils travaillent en l’école.
ɪ v a le vɛnˈːð
Ils vont aux vendanges.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

l tas- lʊ tasˈ     fn de de de deɡˈɑ jɛ lɛ jɛ lɛ le kil- dj lɛ kyltˈyʁ o dj lʊ θ - ẽ lʊ kʊʁtˈiɪ
Les blai.. les blaireaux font des des des dégâts dans les dans les les kil.. dans les cultures ou dans les champs .. en les jardins.
wɛ s- lʊ lʊ bɛʁðˈi     s mɛtˈ ɑ bəðə- ɑ lɑ sˈuːtɑ ɛ tθɑlˈɛ kɛ
Oui s.. les les bergers se mettaient à {..} à l’abri aux chalets quoi.
wɛ kt i fo lə biʒ b lu ʋɔlɛ     pˈɛtã - iː klˈak wɛ aʃəbˈ wɪ ə wi
Oui quant il fait la bise les volets tapent .. ils claquent oui aussi oui oui.
ɪ vˈøð le le - ɪ vˈøʏz - i vˈɛz le ɲˈɔle djen lœ - jɛn ᵗsjˈɛlə
Eux ils voient le le .. ils voient .. ils voient les nuages dans le .. dans le ciel.
luz ot e s ne  sɥis wɛ
Les autres ils sont nés en Suisse oui.
fʊ k l z - ø - fo k lu ɡɑmˈ ḍœʁmˈʏsœ l- dv næ ˈœɛʁɛ
Il faut que les en.. euh .. il faut que les gamins ils dorment {..} avant neuf heures.
b ɛ l l- lu z ˈɔʊ ø s bʁ ʊ bl
Ben euh les l.. les œufs ils sont bruns ou blancs.

11.1 LensF:

l ʒ fˈ     knt pa ʃə lœvˈɑ trɔ tɑːr
Les enfants doivent* pas se lever trop tard.
*L’emploi dekontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).
ʃːø     prˈʒaã lɔ tan - l lɔ tn d ʁefleːʃˈɪʶ -     vʀˈaŋ lʊʁ ʁœʁ - lʊ fˈotə
S’ils prenaient le temps .. le le temps de réfléchir .. ils verraient leur erreur .. leur faute.
lə mˈndɔ atsɛtˈaŋ - atsətˈam pa də bˈɔtə     lœ fəʒˈaŋ kfɛkʃjɔnˈa ʊ kɔrdɔɲˈe
Les gens achetaient .. achetaient pas de chaussures ils les faisaient confectionner au cordonnier.

11.2 LensM:

lɛ taʃˈ     fan d damˈaːzʊ ɪ kʏltˈyrə
Les blaireaux font de dommages dans les (litt. aux) cultures.
    wŋ ɑ la ʋənˈzʏ
Ils vont à la vendange.
a la mtˈœɲə lɛ l- lœ pˈɑɦʊ lə lɛ bɛrʒjˈɛ     ʃə kˈats ɪn tsiʒjˈœrə
À l’alpage les l.. les [pˈɑɦʊ le les bergers s’abritent en [tsiʒjˈœrə]².
1[pˈɑɦʊ] cf. pathóou n.m. ‘domestique d’alpage’ (FQ 1989: 153).
2[tsiʒjˈœrə] cf. tsijyóouru n.f. ‘abri d’alpage, où on fait le fromage’ (FQ 1989: 200).
ʏ vˈi lɛ ɲˈolə - p sjˈɛlə
Ils voient les nuages .. par (le) ciel.

12.1 Les MarécottesF:

foː pa k lɪ ʒ ɪfˈŋ -     pʀʒˈʏʃ lʏ plˈɛːe - d ɛtˈa a la cʲˈœʏtsʏ l matˈæ
Il faut pas que les enfants .. prennent le pli .. de rester au lit le matin.
kt kə d ˈɑtʀə ku     pɔʀtˈɑv ply faʃilamˈ lɪ bʀətˈɛl k la ɕtɥˈiːʁ
Je pense qu’autrefois ils portaient plus facilement les bretelles que la ceinture.
*Pour l’emploi de compter ‘penser, estimer’, cf. aussi la phrase «Le chapeau est en …». Pour l’emploi de compter ‘devoir, falloir’ caractéristique du Val d’Anniviers, cf. la réponse «Montagne caractéristique» de St-JeanF.
ʊwˈɛ k lɪ ʒ ɛəfˈŋ     ʃə dzeɪjˈeøʃ dəvˈŋ nœ ˈœøʁ -     ʃˈej a la cjˈøtsə dəvˈŋ nœ ˈœøʁ
Je veux que les enfants se couchent avant neuf heures .. soient au lit avant neuf heures.
je vˈɔ vɛnndʒˈɪːə
Ils vont vendanger.

12.2 Les MarécottesM:

li kɔrbˈe     kʁˈɑːʃ -     ʃˈt l mo t
Les corbeaux croassent .. ils sentent le mauvais temps.
    fɑʒˈɛʋ atˈdrɛ le fˈejɛ
Ils* faisaient attendre les filles.
*Le témoin raconte que les garçons faisaient exprès de faire attendre les jeunes filles qui avaient envie de danser.
le tsu - l le klu     ʃ atsˈɛt  pu paʁtˈɔ d tˈɔtə le ʑ episɛʁˈi pˈaskə d lə t  tɪɲˈɛ tɔ - di lə ʃo la ʃo lu li klu - l ˈʏʊ bɛnˈit e v ɔn ɑtsətˈɑʋe pi kˈɔ
Les chou.. les les clous s’achètent un peu partout dans toutes les épiceries parce que dans le temps on avait (litt. tenait) tout .. depuis le sel le sel le les clous .. l’eau bénite {..} on achetait puis encore.
je ɦɔm bajˈa - una fʏʃˈɑ - h - l a le fˈʃə ʁˈdzʏ
Ils (lui) ont donné .. une fessée .. heu .. il a les fesses rouges.
lɪ ʒ oʁvˈœ l  la fˈɔːʁmɑ de ptˈi - j lɥˈij - tdiɕ kj le ʒ ˈɑːtʁə l  lə t ma
Les orvets ils ont la forme des vipères* .. ils luisent .. tandis que les autres ils ont le teint mat.
*[ptˈi] ‘vipère’ cf. Ollon pwəti ‘vipère’ (FEW 9: 634a s.v. pŭtĭdus).
j a dë pʊdzˈ - kjə     vɔjazˈ kɛ la nɥi - {ɛ     / ɛ} nˈits d le tɛ
Il y a d’oiseaux .. que voyagent que la nuit .. {et/ils} nichent dans les toits.
v  vɛnˈndzə
Ils vont en vendanges.
d bj d ʁeːʒiˈ l ɛʁ mɪ dɛ bɑːtəmˈ ke n n  vɛʁ n - l ɛv la ʃˈʃə d avˈɛ  ɡʁənˈɛ  ʁkˈɑ - ʊna ɡʁˈz ɪʊ ə pwˈɛʋ ʃəpɑʁˈɑ lø f -     pwˈɛv ʃəpɑʁˈɑ lu ɡʁ - jo     mtˈɛv ʃətʃjˈɛ la tsɛ - ʃɔvˈ jo  mtˈɛ ʃətʃjˈɛ la tsɛ lɛ ʃ ɑpɛlˈɑʋɛ lʏ ɡʁənˈɛ - li  pdˈɛ la tsˈɛə le ʒbˈ - dɛʒˈɔ j avˈɛ na kɑːʋ ɛtɑʁˈɑːj awˈe nɑ ʋˈuːtæ - ju l ɛʁɛ bj fʁe ju     pwˈɛʋ kʃɛʁvˈɑ l fʁɥi - mɛ ju l ˈɛʋ le mwɛjˈ     mtˈɛʋ ʒamˈɛ lə fʁɥi ɛ li leɡˈyːm awˈe lə v - l ɛʁə tɔzˈɔ ʃəpɑʁˈo - a kˈoʒɑ de ʃ
Dans bien de régions {c’étaient=il y avait} plus de batiments que nous en avons chez nous .. ils avaient la chance d’avoir un grenier un raccard .. une grange où ils pouvaient séparer le foin .. ils pouvaient séparer le grain .. où ils mettaient sécher la viande .. souvent où on mettait sécher la viande là ça s’appelait le grenier .. là on pendait la viande les jambons .. dessous il y avait une cave enterrée avec une voûte .. où c’était bien frais où ils pouvaient conserver le fromage .. mais où ils avaient les moyens ils mettaient jamais le fromage et les légumes avec le vin .. c’était toujours séparé .. à cause des odeurs.

13.1 LiddesF:

əː li pˈaizˈã     trenˈõ lɔ f ɕy laː jˈødz
Euh .. les paysans traînaient le foin sur la luge.
    trɑʋˈad ɔˈøtʴ  la ʋˈʏɲe
Ils travaillent là-bas en la vigne.
    lɔ mˈõːtɹn dy dˈɛɪ
On le montre (litt. Ils le montrent) du doigt.
di z abitˈãŋː də lˈdəː - i dˈej lɪ pˈʏka fɔːʋɑ
Des habitants .. de Liddes .. on dit (litt. ils disent) les mange-fèves.
ɪ ʋã ɪ ʋənˈndzə
Ils vont aux vendanges.
li dzɔ dœ fˈitə - ə mɛtˈã li ʁybˈãŋ - a ãɲ kʲ -  kwlˈu -  pi alˈɔʁ liː dəmˈːdz oɹdinˈerə l er  ʋlˈy - ɛ pːɪ alˈɔʁ i z ə - ɪl aʋˈã  tsɑpˈi - pu tɹaʋa -  də θ - ðlø trɐʋˈajɪ
Les jours de fêtes .. euh ils mettaient les rubans .. à en c.. en couleur .. et puis alors les .. dimanches ordinaires il était en velours .. et puis alors ils a.. ils avaient un chapeau .. pour trava.. euh de euh.. le travail.

13.2 LiddesM:

k fɪ kʊre t œ le lɪ bɑrdʒjˈe     ʋ sɛ mˈœtrɛ a lɐ tsa- a sˈoːta a la tsavˈanːa
Quand il fait mauvais temps euh les les bergers vont se mettre au ch.. à l’abri au chalet d’alpage.
    ʋ ɪ ʋənˈnzə
Ils vont aux vendanges.
fo pɑ kɪ le mɛenˈo     ɕə ləʋˈʏɕ tʀa tɒ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
lœː lɪ lɪ vˈatsœ k də s fuːrœ də bˈøʋ ø bwø ʏ bẽ d d d  bˈœɪ - ˈɔræ k də s ʏ bˈœø - wˈɔræ - ir ɐsəbˈ də ku lɔ bwu ʏ bˈœʏ y b d i bˈæj pʏ ʋˈistə e bˈæj bˈrə d li ɡoðˈœ - ɛ œː wˈɔrɛ j  lɪ z abrøwˈɑ
Les les les vaches quand elles sont dehors elles boivent à la fontaine ou bien dans dans dans un bassin .. maintenant quand elles sont à l’étable .. c’était aussi parfois le bassin à l’étable ou bien donc on donne (litt. ils donnent) plutôt on donne (litt. ils donnent) boire dans les godets .. et euh maintenant c’est les abreuvoirs.

14.1 LourtierF:

i pɛjøʒˈ     tɹënˈɑː ø f ʃʊ a lwˈaɪdzə
Les paysans traînaient le foin sur la luge.
    vˈïʑ ï ʋənˈːnz
Ils vont aux vendanges.
fo pɑ k i mæenˈo     ʃə lʋˈɑʃ tɹʷɑ tɑ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
ø pˈɔʁt  ʒɪlˈøœ  pɑlətˈo bɹ
Ils portent un gilet un paletôt bruns.

14.2 LourtierM:

ɪ taʃˈ      fi də dɐmˈɑːzə d i tsɑ
Les blaireaux ont fait de dégats dans les champs.
    ʋˈʏʒ ʋənːdzˈɪʏ
Ils vont vendanger.
ɪ bœrdᶾˈø     ɕə mˈt a ɕˈtɐ dã n ˈitr
Les bergers se mettent à l’abri dans un chalet d’alpage*.
*[ˈitr] n.m. ‘chalet d’alpage, bâtiment principal de chaque pâturage, de construction très sommaire, où se fait le fromage et où mangent ou dorment les bergers’ (DPB s.v. itr).
kˈɐtɹø ɕɛ mʏzjˈ ø - dy  dɛ ø - y  d a dzˈøʏ
Quatre cerfs ils mangeaient au .. du long de euh .. au long de la forêt.
ʋã vənːdzˈɪə
Ils vont vendanger.
ɛ vˈæj ɪ ɲɥ d œ çjɛ
Ils voient les nuages dans le ciel.
dəmˈːdzᵊ pɐɕˈoː ø ɕ alˈo n ˈɐzə
Dimanche passé ils sont allés en église.
*Pour l’emploi de la préposition [n] à la place de à + article défini, voir la carte 21020.
ɪhi du vjɔ ɕə ɕ ɕøtˈo s ø bã djã meøzˈ
Ces deux vieux ils se sont assis sur le banc devant maison*.
*Pour ‘maison’ sans article cf.Felley 1982: 32.

15.1 MiègeF:

le ʒ fˈŋ     kˈɔntɔm pɑ drʊmˈi tra ltˈɛn
Les enfants doivent* pas dormir trop longtemps.
*L’emploi dekontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).
    pɔrtˈɑʋ lɔ - lɔ tʃjˈɔːp e lɔ ʒilˈe
Ils portaient le .. le veston et le gilet.
ɪ mˈundɔ     ʃə mˈɛt ɑ zɛnɔjˈ
Les gens se mettent à genoux.
kˈatrɔ sːr ɪ mˈendz lɔ lɔn dɛ la zʊːr
Quatre cerfs ils mangent le long de la forêt.
dəmˈɑŋ ʏ v ʃuː -  ɑ lɑ mʊntˈaɲɪ taŋk a la rːʊmwˈɛntse
Demain ils vont en haut .. au à l’alpage jusqu’à la remointse.
dˈoʊ tsẽŋ e zˈapɔn drˈi l vˈɑtsɛ
Deux chiens ils aboient derrière les vaches.

15.2 MiègeM:

ə lɛ ʒ fˈᵊ     rɐmɑʃˈɑʋɔn de ʃɑrmˈɛm pɔr ɑlɔmˈɑ lɔ fwɑ
Euh les enfants ramassaient de sarments pour allumer le feu.
    v vndˈœndzœe
Ils vont vendanger.
 bɛrʒjˈɛ     ʃə mˈɛt ɑ lɑ ʃˈɔtɛ ŋ a la tʃiʒjˈɛre
Les bergers se mettent à la chotte dedans à la [tʃiʒjˈɛre]*.
*[tʃiʒjˈɛre] cf.tsijyóouru n.f. ‘abri d’alpage, où on fait le fromage’ (FQ 1989: 200).

16.1 MontanaF:

ɛ bŋ ɛ lʏ vʏʒˈeŋ weɡ     vɑm bɑ ɪ vɛnˈẽŋzɛ
Eh bien euh les voisins aujourd’hui vont en bas aux vendanges.
    fm pɑmˈiː lɔ kaʀiʎˈŋ ɔr e dɑmˈɑːzɔ - j a pɑmˈi dɛ mɑrɔlˈi ɛː - ɛ  mɛtˈup eletrˈikɛː - ʃm pˈartɛː - ɔtɔmɑtˈikə - j ɑ pɑmˈi - dɛ mɔrɑlˈi
Ils font plus le carillon maintenant c’est dommage .. il y a plus de marguiller et .. ils ont mis électrique .. ça part automatique .. il y a plus .. de marguiller.
fɑ pa k lɛ ʒ fˈ     ʃ lviʃˈãn tra tɑr
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
l piːs dɛ hlɪɡ - i- j ʃ bjŋ
Les cheveux de celui-là .. i.. ils sont blancs.

16.2 MontanaM:

kaŋ fe d kʊrˈe teŋ lœ mɔnt- le mʊntaɲˈaːr     vɑn n la tsiʒjˈrɛ
Quand il fait de mauvais temps les mont.. les pâtres¹ vont en la cabane d’alpage².
1[mʊntaɲˈaːr] cf. mountagnâ n.m. ‘montagnard, habitant un pays montagneux; pâtre s’occupant du bétail sur un alpage’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/,19.11.2016).
2[tsiʒjˈrɛ] cf. tsijyóouru n.f. ‘abri d’alpage, où on fait le fromage (FQ s.v.).
    van i vənˈeŋzœ
Ils vont aux vendanges.
we kœ lɛ ʒ fˈã     ʃ kʊᶢsiʃˈɑn dœvˈ nu ʒ ˈʊːrɛ
Je veux que les enfants se couchent avant neuf heures.

17.1 NendazF:

e freː ˈkə     ʃ kɔ pɑ mʊ pr hle ˈkʲə
Les fraises là sont encore pas mûrs* prends ceux*-là.
*[freː] ‘fraise’ est masculin.
o dzo dø maɹjˈɑzɐ     væʁˈ p o pʴʏmjˈ kuʊ l neˈœ d amʏricᵊ
Le jour du mariage ils verront pour la première fois leur neveu d’Amérique.
ɪ fo pɑ k e kʊrˈɛ     ʃɛ æʃ trwa tɑ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
ɪ wˈɑʒ ʏ ʒ ˈənændẓ
Ils vont aux vendanges.
dʒø tsəbrˈɪ ʃˈøtɔn dr  prɑ
Dix cabris ils sautent dans le pré.
e trˈɑlː dro  bʊ
Ils travaillent dans l’écurie.
a ʃənˈna k j ˈœ ø varˈ u mɑrtɕʲˈa
La semaine qu’elle vient ils iront au marché.

17.2 NendazM:

əː kŋ feː kʊrˈe - ː bɛʁdʒjˈə     wˈɑʒ ɑ ʃɔt
Euh quand il fait mauvais .. les bergers vont à l’abri.
œː dəmːˈ     ʋwɑr n ts
Euh demain ils iront en champ.
ɪ fo pɑ k e kʊrˈɛ     ʃ eˈaʃ trwa tɑ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
ø tɕɥɪ ɛ ʋeˈaːz j   vwɛ - ː ɬø də f i ʃ e kanˈɑ - ɬø dø nnd ɑːt     ʃ ɛ tsamˈɔː - ɬˈö dʊ pl - d ˈɑːprɔ -     ʃ ɛ -  ʁənˈɔlə - o pɥɪ j ɛ d ɑtɹ ʃɔrbˈatsə ˈɔra
Euh tous les villages ils ont un oui .. ceux de Fey ils sont les Canards .. ceux de Haute-Nendaz sont les Chamois .. ceux de la plaine .. d’Aproz .. ce sont les .. les Grenouilles .. oh et puis {il est=il y a} d’autres sobriquets maintenant.
ɑ ʃnˈənɐ k j  ɪ wˈɑrã ɑ fˈɛɪrə
La semaine qu’elle vient ils iront à la foire.
lɑ pə tɔt e famˈœləː e fɑʒ  muɲˈa - pwɛt əː ʃ ɪ pɑ ʃnt- kˈumʊ o pɑʃˈa  - a traˈe dʊ ʋeˈaːz  ʋwɛtˈʏːrə - v weɪ pa ʃntˈy - o ʃn di buɲˈœ - atrəmˈ ʃʏrəmˈã k o ɑrˈɑ ʃntˈʏ ʊ ʃn dɪ buɲˈæ
Là dans toutes les familles euh on fait (litt. ils font) les beignets .. et puis euh si vous avez pas sent.. comme vous passez en .. à travers du village en voiture .. vous avez pas senti .. l’odeur des beignets .. sinon sûrement que vous l’auriez senti l’odeur des beignets*.
*«On fait les beignets (merveilles) chaque année à l’Assomption» (Praz 1995 : 87 s.v. bûgnë, bougnë).

18.1 OrsièresF:

stɔ fʁi     s pɔ ŋkʊ mø - pʁ sø le
Ces fraises sont pas encore mûrs* .. prends ceux*-là.
*[fʁi] ‘fraise’ est masculin.
    ʋ ɪ vɛnˈdz
Ils vont aux vendanges.
fo pa kɪ lɪ mænˈo     sə ləvˈœs tʀæ tɒ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
ɪ vɛːʁ s kə     faŋ də fo sə     pʁˈzəs l t pɔ - muzˈe
Ils verraient ce qu’ils font de faux s’ils prenaient le temps pour .. réfléchir.
d əvˈɛ s li dafˈ k bə- pdˈœøl a la - y bwɪ
D’hiver ce sont les glaçons que
1 be.. pendent à la .. au bouil
2.
3Pour l’interprétation de [k] ‘que’, cf. OrsièresF_LeverSubjPres6.
4cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).

18.2 OrsièresM:

li pa‿izˈᶢ     tʁenˈaːv lə f sy lɑ bʁæɛʃˈanːə
Les paysans traînaient le foin sur la luge.
*[bʁæɛʃˈanːə] n.f. ‘luge à corne’ (cf.GPSR 2: 751a s.v. bréchna).
dəmˈ     v ʁəmwˈe - a la mtˈaɲə
Demain ils vont faire la transhumance .. à l’alpage.
ʰwaj k lɪ mænˈoː -     sə mətəs a la cˈøːtsə dœvˈ nœv œːʀ
Je veux que les enfants .. se mettent au lit avant neuf heures.

19.1 St-JeanF:

lʏ br di lˈɑːʒə     tʃjˈɛrʒn d ʊktˈɔn
Les aiguilles des mélèzes tombent en automne.
ɛ lɛ paɪʒˈ     trˈɛen lɔ fwɛŋ ɛ lʊ ə l fᶷ- l feŋ ʃu la lwˈezə u bŋ s- ʃɔvˈɛn     pˈort ʃu la ˈteːha
Et les paysans traînent le foin euh le euh le f.. le foin sur la luge ou bien s.. souvent ils portent sur la tête.
pɔ fwer m bwɪʎ  - ɛ ɛ -     krˈøʒɔn m bɪʟˈŋᶢ
Pour faire un bouil*, on .. euh euh .. on creuse (litt. ils creusent) un billon.
* cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
    ɔ mˈɔɦrn dø dɛk
On le montre (litt. ils le montrent) du doigt.
    t(r)ɑvˈɑʟən  - a ʃˈiːrɔ  la vˈɪɲɪ
Ils travaillent à .. à Sierre en la vigne.
*Au moment de l’enquête, la confusion (emploi du pluriel) nous a échappé.
lʏ lwˈœzə ʃɛrvˈeːv a dɛpʟɑʃjˈɛː s - stɪ ʃuˈa kje ʎ ɛ l ɛ na lwœz a mulˈɛt - mɑ e mˈŋk lɛ doʊ brɪ
La luge servait à déplacer c .. celle-ci qu’elle est là est une luge à mulet .. mais ils manquent les deux bras.
ɛ vːrˈɛ lʊr ɛrˈʊr ɛ pr- ʃə     prˈandr œ - ʃə     prˈandʴɛ l tŋ dɛː - dɛ muʒɑtˈɑ
Ils verraient leur erreur ils pr.. s’ils prendraient le .. s’il prendraient le temps de .. de réfléchir.
v vənzjˈɛ
Ils vont vendanger.
moʊ pɑrˈn     ʃiɹˈan pʏtˈik     ʃiˈãm pˈoʊrɔ a kʊm     ʃiˈm pətˈiᶢ - ɪ ʋɛjˈɛvɔn d ɔrˈʒɛ kʲ a nɔˈɛl
Mes parents étaient petits, ils étaient pauvres et quand ils étaient petits .. ils voyaient d’oranges qu’à Noël.

19.2 St-JeanM:

l pahˈoʊ     drymˈɛʃɔn œn unə tsiʒjˈɛr
Les bergers dorment en une cabane d’alpage*.
*[tsiʒjˈɛr] cf. tsijyóouru n.f. ‘abri d’alpage, où on fait le fromage (FQ s.v.).
ʊ vjɔ tɛŋ     krʏvɪʃjˈɛv lɛ miʒˈŋ awˈe dɛ tavøʟːˈᶢ {kjɪ / kj ɪ} ʃɔn dɛː ʒ sɛʁlˈɔŋ me - pʟu mŋs
Autrefois on couvrait (litt. ils couvraient) les maisons avec de tavillons {que / qu’ils} sont de-z bardeaux plus .. plus minces.
lɪ ʒ fˈan     ʃ dɛmˈɔʊrn ɑwˈe də kʊkˈɪʟːɛ dɛ lɪmˈaʃa
Les enfants s’amusent avec de coquilles de limace.
la ʃənˈŋnə {ki / k i} vjɛn - lː - ɪ van ʊ martʃjˈɑ
La semaine {que / qu’elle} vient .. elles .. ils vont au marché.
ʏ lɛ mˈɔɦr d dɛk
On le montre (litt. ils le montrent) du doigt.
kˈɔmːə l a dɛ kʊrˈɛn lø vɔlˈɛ œ fan də brɥek
Quant il y a de vent, les volets ils font de bruit.
dʊ tɛnᵏ - lə frɔmˈɑʒ lə frɔmˈɑzɔ ʃ aɕtsətˈɑve pa pɪskˈeë  tɔ lɔ mˈndɔ l  pʀɔdɥiʒjˈɛv -     tɲˈɛvn deː ḍɛ vˈatsə {ɛ     / ɛ} fɑʒjˈɛv lɔ mˈɛmɔ lɔ frɔmˈɑːz
Dans le temps .. le fromage le fromage s’achetait pas puisque tout le monde il en produisait .. ils possédaient des de vaches {et/ils} faisaient eux-mêmes le fromage.

20.1 SavièseF:

w ɛ pɑɪʒˈŋ     trːɲˈ ɔ fwˈŋ ʃʊ a lɥˈidzɑ oˈɛ - pɔ ŋɡrˈnʒjˈe
Oui les paysans trainaient le foin sur la luge oui .. pour engranger.
    vœrˈŋ k l  f n rˈœːɹ - ø -     pɹˈʒʃɔ œ tːn dɛː ʃwɑndʒˈɪ
Ils verraient qu’ils ont fait une erreur .. euh .. prissent-ils le temps de réfléchir.
ɑː i fo pɑ k  ʒ fˈ     ʃe ʊˈeʃn trwɛ tɑː
Ah il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
dɔ ʒ yʒˈe i tsˈãnt ʃo ɔ nɔjˈɛ
Deux oiseaux ils chantent sur le noyer.
ə b kˈatɹo sɛː ɪ mndzˈiːən dœɹˈɪ œ forˈ
Eh bien quatre cerfs ils mangeaient derrière la forêt.
kɐ ə parˈ ˈɛm pɪtˈi ʏ ʋɪ k  z ɔrˈʒ ɑ nɔˈɛl  pʊ ŋkˈo
Quand les parents étaient petits ils voyaient que les oranges à Noël et puis encore.

20.2 SavièseM:

k fe de bˈɪːʒɛː e ʒ ʊʃˈ     tˈap
Quand il fait de bise les volets tapent.
f pɐ kɛ ɛː - ɛ ʒ fˈ     ʃə wˈəʃan tra ta
Il faut pas que les .. les enfants se lèvent trop tard.
i v vndʒˈi
Ils vont vendanger.
ɪ vˈiə ɛ ɲo ɛnˈa m- enˈo ʊ ʃjˈɛwə
Ils voient les nuages en haut m.. en haut au ciel.
a ɛ dˈɔ vj eː - ɪ fe pleᶾjˈe  vˈʁə d tˈa əʃtˈa ʃɔ ʊ ba ɲa miʒˈ - ha ʃi pa ʒ ʏ ʒø kˈɔntan də kˈɔŋte u {kje     / kj e} fã ɛ
Ah, les deux vieux euh.. il fait plaisir les voir de rester assis sur le banc devant {la} maison. Ah je sais pas s’ils se racontent de histoires ou ce qu’ils font eh.
i tsŋn ɑ - e ɑ mwɛ a kwˈisə u be a w øpˈɔk e dɪʒˈe e ts l a mwɛ ɪ kˈoʊʃ
Le chien a .. il a mordu à la cuisse ou bien à l’époque on disait (litt. ils disaient) le chien il a mordu aux cuisses.

21.1 SixtF:

le fʁe     nə s pɑ ɡœʁnˈe - hœ z æθ s pɑ ɡœʁnˈeə pʁ l z ɑtr
Les fraises ne sont pas garnis* .. celles-ci sont pas garnies* prends les autres.
*[ɡœʁnˈe, ɡœʁnˈeə] cf.garnir 3° ‘pourvoir une chose des éléments qu’elle doit ou qu’il est dans sa nature de recevoir’ (GPSR 8: 153a). En principe, [fʁe] ‘fraise’ est masculin. L’hésitation quant au genre du participe est sans doute due à l’influence du français.
kt n œvˈɛ la ʁˈymɑː - nə tnˈɪv ʏ θo nə faɦˈj lʊ kataplˈɑmə - a la faʁnˈɑ dː lˈæ - e pwɪ     mətɕjˈ la mutˈɑʁda œ b - sa ʃofˈɛː  ɪ θaʁfˈɑv le r e l estˈœma
Quant on avait la grippe .. ils nous tenaient au chaud ils nous faisaient les cataplasmes .. à la farine de lin .. et puis on mettait (litt. ils mettaient) la moutarde eh bien .. ça chauffait hein ça chauffait les reins et la poitrine.
fɔ pɑ k lʊ z fˈ     sə levjˈ tre tˈeːrə nɑː e fɔ vɔ- j ɪ nɑ mɔvˈez abjetˈydə fɔ lʊ fˈɑʁ levˈe l matˈ tˈo
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard non il faut vo.. c’est une mauvaise habitude il faut les faire lever le matin tôt.
ɑlˈɔʶ l m ɡr parˈ i mdˈiv pɑ d la taʁt me a la madelˈnɐ k j etˈɛ la fˈeta vɛ l abajˈɪ - n alˈav aθtˈɪ lʊ beskwˈ - ɛ l e le kaʁamˈɛl
Alors les miens grands-parents ils mangeaient pas de la tarte mais à la Madeleine¹ quand c’était la fête à l’Abbaye² .. on allait acheter le biscuit³ .. et les et les bonbons.
1Fête de sainte Madeleine, le 22 juillet.
2L’Abbaye est le quartier de Sixt qui se trouve au centre de la commune.
3bskwẽ ‘biscuit, pain safrané’ (Duraffour 1969: 84).
ɪ sˈen le pɑtnˈɑja  lna dˈyra
On sème (litt. Ils sèment) les carottes à la lune descendante.
kt n avˈɛ la ʁˈymɛ ɪ nœ meɕjˈ de kataplˈɑmə
Quand on avait le rhume on nous mettait (litt. ils nous mettaient) des cataplasmes.

21.2 SixtM:

lu tæɦˈ     f de damˈaːðə - ð lu wɑɲˈœblə
Les blaireaux font des dommages .. dans les champs ensemencés*.
*Dans les matériaux inédits duGPSR, le type lexical vouanyîblo m.pl. ‘champs ensemencés’ est attesté aux Ormonts (renseignement RM).
y pl - j n avjˈ k avˈɑ k avj awˈe nə beːθ  θhɛːʁˈe - pwe     metj le -     fɑxjˈ nɑ θˈeːʁɑ - aʋˈe lɐ tr i θarðˈiv m s ɛ - tk ʏ sølˈi
Dans la plaine .. ils y en avaient qu’avait qu’avaient aussi une bête un chariot .. puis ils mettaient les .. ils faisaient une charrée .. avec la fourche ils chargeaient comme ça et .. jusqu’au fenil*.
1[sølˈi] n.m. ‘fenil situé au-dessus des chambres, au-dessus de la partie habitable de la ferme’ (Viret
22013: 957 s.v. fenil).
mu slˈɛr     mə fɑ ma ɪ talˈ
Mes souliers me font mal aux talons.
lœ ʁeʒˈ la ʁeʒˈt i f la klˈasə
Le régent la régente ils font la classe.
i s pe dfˈyːrə - i travˈaʎ pe dfyːrə
Ils sont par dehors .. ils travaillent par dehors.
i le faɦjˈ fˈɑrə - mː pwe ãː ləː ð lə viː tã - iː mtˈiːʋ de sˈoːkə
(Les chaussures) ils les faisaient faire .. mais puis en le .. dans le vieux temps .. ils mettaient des sabots.
eː n ɑlˈɑv pɑ s lavˈɛ b  s lɑvˈɑv pətˈet - i s lɑvˈɑvœː pətˈtər pɑ tt le f minˈytə - ə f œː m le fˈenə ðəː - œː nytr epˈɔkə
Et on allait pas se laver ben on se lavait peut-être .. ils se lavaient peut-être pas toutes les cinq minutes .. comme le font (litt. elles font euh comme) les femmes de .. euh notre époque.
 vjˈɑð ɪ spˈɑv k j ɑvjˈ f- kt j ɑvjˈː fɔʁniˈe - lɐ mˈakjɐ ʊ lɐ bəzˈɲa y bɔ
Autrefois on soupait (litt. ils soupaient) quand ils avaient f.. quand ils avaient fini .. le travail ou la besogne à l’écurie.
ɔ j arvˈɑv ʋæ - bẽ syr œː ʏ s amuzˈɑvã -  pɔvˈa z amuzˈœ we s mɛ
Oh ça arrivait oui .. bien sûr euh ils s’amusaient .. on pouvait s’amuser avec ça mais .. (phrase inachevée)
a j e l otˈ lːʊ bwe vˈɲ rsˈe
Ah c’est l’automne les bois ils viennent roux.

22.1 TorgnonF:

dø vwˈæɛ ke lɛ minˈoː - i ʃe kutsˈɪsŋ dɛvˈaŋ kë nɛ ˈɔjɛ
Je veux que les enfants .. ils se couchent avant neuf heures.
lɛ mɪnˈɔː ɪ mœdzˈev lœ z pˈ k ʲ ˈav ʀamasˈɔ
Les enfants ils mangeaient les framboises qu’ils avaient ramassées.
ɑ ɕənˈa pʁœ- e kʲ vŋ ɪ v pʊ ʊ maʀtsˈɪ
La semaine pro.. euh que vient ils iront* au marché.
*Litt.ils vont puis. Périphrase du futur considéré comme certain.
nɑː ɕʏː e ɕʏ ɕˈəʎɐ pɛ lɔ ɕdʑˈ dɛ tɔʀɲˈ ɪj a pʊ dɛ tsˈeːnɔ - ɪ ʃɛ tʀˈov py dʒˈyʏ
Non en haut euh en haut ici dans la partie supérieure de Torgnon il y a pas de chênes .. ils se trouvent plus bas.
le vjʊ dʊ vəlˈaːdzø e ʃ adˈvɔ bjn de lɥɪ
Les anciens du village ils se souvenaient bien de lui.
æ kɑtʀ ˈɔjɛː lɛ mɪnˈɔː     mˈœdz dɛ pˈɔmː
À quatre heures les enfants mangent de pommes.
lɔ patʀˈ dɛ tɔʀɲˈ kŋ ɪ fŋ ː dˈkwe     dʀˈ lɔ fˈaɛ lɔ ˈzɛː nɔvˈmbʀœ pɛʀkʲˈ j e s maʀtˈẽŋ
Le patron de Torgnon quand on (le) fête (litt. quand ils font) euh donc ils devront* le faire le onze novembre parce que c’est Saint Martin.
*emploi du futur en fonction modale
ʊtˈɔʁ dʊ kø ɪ bˈœt læ ɡʀɑvˈɛtːa
Autour du cou ils ils mettent la cravate.

22.2 TorgnonM:

lɛ mɪnˈʊː ɪ ʁamˈas lɔ bøːtʁˈɪː - pɛ ɑlʏmˈɑ lɔ fwɑ
Les enfants ils ramassent les petites branches.. pour allumer le feu.
dədˈœ l vjʊ mˈetʃɔ - lɛ mˈetʃɔ dzɑː dɛ dɪ bˈœ famˈœʎɛ j ɑvˈɪ lɔː - j ˈɑv lɔ mɑʃˈŋ lɔ lo lɑwˈɑʁ m pˈeʁɑ - mɛ la pløpˈɑʁ dɪ z ˈoːtʁe j ɑvˈɪ pu - ɪ lɑvˈɪ dədˈɛ lɑ maʁmˈɪːta - ɛ pə d s ɪ wedˈɪ fˈuɑ l ˈɛvə
Dans les vieilles maisons les maisons déjà des des bonnes familles ils avaient le .. ils avaient le machin le l’évier en pierre .. mais la plupart des autres ils avaient pas .. ils lavaient dans la marmite .. et puis ensuite ils versaient dehors l’eau.
ɛ lɑ de nˈɑɛ ɪ lɛ tɔn blɛtsˈɪ dɛ trˈɛɪ ɑ snk ˈɔje
Et l’après-midi on les trait (litt. ils les traient) de nouveau entre trois et cinq heures.
lɔ m ptʃɪ vœlˈɑːdzɔ e dʒʲ lɛ bˈɑʁke dɛ tsɛzˈʏ -  - aː tsmpaɲˈɛ     diˈ lɛ tʀˈɔtːa tʃj dɛ tsmpaɲˈø - ɛ mɛ ɛ vɛ apʁˈɪ j ˈɑvə lɛː ɑ ɑ vøzˈŋ  dɪzˈɛ lɛ tartˈɪflə trˈɪɛ də vɛzˈ - œ pəkˈuː  nɪ lɛ lɛ pˈœka pju də pøkˈu
Le mien petit village on disait (litt. ils disaient) «les barques de Chesod» .. à .. Champagnod on dit (litt. ils disent) «les trotte-chiens de Champagnod» .. (rire) .. eh m et oui après il y avait les à à Vésan on disait «les pommes de terres menues de Vésan» (rire) .. eh m .. au Peccou on dit les «les mange-poux de Peccou».
dədˈɛ lɔ tˈe - le ɡʀˈŋdzɛ ɪ sɛʀvˈɪ mˈɑkʲə pɛ ʁɛtɪˈɑ ɛ bˈɑːtʀɛ lɔ ɡʀ - a - ɛ bətˈɑ sɛtsˈɪ lo ɡʁˈŋ ɛŋ ɑ - ɑdˈŋ e ɪ fezˈiv ʏ bʏtˈɪ l ʃmpɪɲˈ dzˈɔ - ɛspʀˈeː kʲæ lɛ ʁˈɑːtə j ˈʏs lo pʊ pʊsˈy ntʁˈa pə œlˈɑ p ɐlˈɑː ɑː ʁɔdzˈe lɛ lœːɑː - lɔ ɡʁᵊ- lɔ ɡʁŋ ɛ lɛ sˈɑak du ɡʁŋ œ
Autrefois .. les granges elles servaient seulement pour rentrer et battre le grain .. ah .. et mettre sécher le grain dedans (?) .. alors ils ils faisaient ils mettaient les champignons dessous .. exprès que les souris elles eussent alors pas pu entrer pour aller pour aller à ronger les le .. le gr.. le grain le grain et les sacs du grain euh.
dø wˈɛɪ kʲ lɛ mɪnˈuː     ɕj kutsˈeː dvˈ nø ˈɔjɛ
Je veux que les enfants se couchent (litt. soient couchés) avant neuf heures.
ɪ fɔ pʊ ɡɛ lɛ mɪnˈʊː     ʃɛ lɛvˈɪs tʶɔ tɑːʁ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.

23.1 TroistorrentsF:

e wɑ kʰə lʊ z fˈã aj -     sajã ø ʎɪ dəvˈ nœ ˈœʀe
Je veux que les enfants aient .. soient au lit avant neuf heures.
lø dzo dø maʁjˈad     vɛʁˈ po l pʁømjˈ kʊ lœʁ - lœː nøvˈ dː d amʁˈɪk
Le jour du mariage ils verront pour la première fois leur .. le neveu d’Amérique.
lʊ ʋjø dø vəlˈadzɔ     sə səvɲˈav bæ də lɥi
Les vieux du village se souvenaient bien de lui.
lɔ ʁeʒˈ ë la ʁeʒˈt - i tʁɑvˈaj ɑ ø a l ekˈulɑ
L’instituteur et l’institutrice .. ils travaillent à euh à l’école.
vˈã v- vdnʒˈi
Ils vont ven.. vendanger.
e bˈaɲ l pã d ləː lə dzˈn də l ˈœø
Ils trempent le pain dans le le jaune de l’œuf.
je vɛːʁˈã kə     sə s tʁpˈo sə     pʁəɲˈavã l tã də - də mʊzˈa
Ils verraient qu’ils se sont trompés s’ils prenaient le temps de réfléchir.
la s e lə pˈɑvʁɔ ø s bː ɕy lɑ tˈɑːblɑ
Le sel et le poivre ils sont bien sur la table.
kã mʊ-ʊ paʁˈ l aʁ dlˈ vajˈɑʋ de z ʁˈʒe k a nɔˈɛl e - e kˈɔ
Quand mes parents ils étaient petits ils voyaient des oranges qu’à Noël et .. et encore.

23.2 TroistorrentsM:

lʊ z ˈomo     puʁtˈaʋã l f sy lə ʁɑtˈe
Les hommes portaient le foin sur le dos.
    v vˈɛlɛʑ-     v  le velˈːdzɛ
Ils vont vendan.. ils vont en les vendanges.
ʊwˈɑ k lʊ z ˈʋˈã     s dʒjˈzã - dəʋˈɑ - nɛ ˈɛʁɛ
Je veux que les enfants se couchent .. avant .. neuf heures.
k õ mˈaʀtseː - u pθntɕˈe ɪ - f døy bʁɥˈi
Quand on marche .. les planchers ils .. font du bruit.

24.1 Val-d’IlliezF:

lu pezˈ     tʁenˈɑv lə f sy la lˈødzə
Les paysans traînaient le foin sur la luge.
lʊ z sjˈ dy əlˈɑdzə     s suʋnˈaj bˈɑ də lˈœe
Les anciens du village s’ensouvenaient bien de lui.
du ts ː - i fan ayˈa dɛ- dɛ- dɛʁˈɑ se tʁupˈo
Deux chiens ils .. ils aboient (litt. font bruit*) de.. de.. derrière ces troupeaux.
*[ayˈa] ‘bruit’ cf. GPSR 2: 173b.
i vã ɑmɑsˈɑ l reðˈ
Ils vont amasser le raisin*.
*cf.amasa lə bló ‘moissonner’ (GPSR 1: 327).
ɔ b ɕyʁ j a tˢʊd de fɛt pɔʁtˈt a ʋʊdiˈ - a la ʋʊdijˈe     saʋ b s demʊʁˈɑ -  pø a m lɑ tstˈa s k ɪ dj - s k nʏ dˈəz ɑ ʏ s dəzɑ b s kã tsˈt ba li - n ɛ pa l ka - ɛ sav ʁɛʁ tstˈa dfˈi - s tɔdˈʏ prø ɡ
Oh bien sûr il y a toujours des fêtes importantes à Val-d’Illiez .. à la Val-d’Illiez ils savent bien s’amuser .. on peut au moins aller chanter sans qu’ils disent .. sans qu’ils nous disent nous disons ah ils sont bien saouls quand ils chantent là-bas .. ce n’est pas le cas .. ils savent bien rire chanter danser .. ils sont toujours assez joyeux.
lʊ lʊ ʁeʒˈ lʊ z- si kə     dwˈats lʊ ɡɑmˈ e s ãn ekˈulə
Les les enseignants les .. ceux que enseignent* les enfants ils sont en école.
*[dwˈas] cf. daity 2° v.tr. ‘enseigner, apprendre qch. à qn, expliquer’ (GPSR 5/2: 887b).
dji kɔtˈɛʁlɔ trˈɔt d l pʁɔ
Dix cabris* trottent dans le pré.
*[kɔtˈɛʁlɔ] n.m. ‘cabri’, cf. kotrla n.f. ‘jeune chèvre qui n’a pas encore porté’ (Fankhauser 1911: §79; FEW 12: 257 s.v. stĕrilis).
lʊ z ɔm œ tʁɑvˈɑj -     tʁɑʋˈɑð y b
Les hommes ils travaillent .. travaillent à l’écurie.

24.2 Val-d’IlliezM:

lu tɑsˈ     f de demˈazɔ dz de kyltˈyrɛ
Les blaireaux font des dommages dans des cultures.
fo pa k lʊ ɡɑmˈ     s lɛvˈajã tʁʷɑ tæ
Il faut pas que les gamins se lèvent trop tard.
e v - vⁿdᵈʒˈi
Ils vont .. vendanger.
we k fi də l ˈuːʁa lu balkˈ ː - sˈɔk
Oui quand il fait du vent les volets ils .. ils tapent.
kˈatʁɔ sɛʀ ɛ mˈdz lː d la zø
Quatre cerfs ils mangent le long de la forêt.
də fʁˈi lʊ z ɛ- lu z aʁbˈʁo ø fʏ- flœʁˈis wi
De printemps les è.. les arbres ils fu.. fleurissent.
wɛ tsamˈø sˈt d lu ʃi
Huit chamois ils sautent dans les rochers.
lu pɑɪzˈ œ tʁɛnˈa lə f ɕy - ɕy le lˈdzɛ
Les paysans ils traînaient le bois sur .. sur les luges.

25.1 VouvryM1:

k e pløː lu kɔfˈaː     ɕɔʁtˈəɕː
Quand il pleut les limaçons* sortent.
*[kɔfˈaː] cf. [koþä] ‘limaçon’ (Fankhauser 1911: 71).
lu ʁapjˈø -     tʁenˈɑʋõ l bə- lə lə bu ʃy la ldz
Les bûcherons* .. traînaient le b.. le le bois sur la luge.
*[ʁapjˈø] (rāpy) ‘bûcheron’ est attesté pour Vouvry dans les matériaux inédits du GPSR. Cf. aussi rapa ‘forêt de bois sauvage’ (à Vionnaz, FEW 16: 671b).
lʊ lfwˈ ɪ sˈts ɕᵊ- ɕy la la - ɕy a ɔ - ɕy la lˈɔdzɔ
Les draps ils sèchent su.. sur la la .. sur la oui .. sur la galerie.
ɪ pʁˈʒn lɪ ɡamˈ la aː- ʊ b l dɔlˈː a kaʁdˈ
Ils prennent les gamins là à.. ou bien l’enfant sur les épaules.
l- ᶻ fˈ dmwɔ-mwʁ ɑw d kʊkˈʏlː dœ lmɑɕ
Le..es enfants ils jou..ouent avec des coquilles de limace(s).
wɛ - kˈɐtʁʊ ɕɛ e m- mʏdʑˈiʏvɔ ɛ- dɛ la jø
Oui .. quatre cerfs ils ma.. ils mangeaient euh .. dans la forêt.
ʋ vndzˈi
Ils vont vendanger.

25.2 VouvryM2:

lu ɡɑmˈ     amˈaːs d - də ptʃju bu pɔː ə - aʋjˈɑ l fwɑ
Les enfants ramassent des .. de petit bois pour euh .. allumer le feu.
fo pa k lʊ pʏtʃjˈu     ɕə lvˈɑj tʁɔ ta
Il faut pas que les petits se lèvent trop tard.
ʏ ʋ ɑ lɑ vənˈdzə
Ils vont à la vendange.
ø forˈiː lu z ˈɑːbɹ fwˈɔl
Au printemps les arbres ils feuillissent.