Menu

Comparer

Comparer la carte 36020 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

Les formes du clitique sujet féminin préconsonantique de la 3e personne du pluriel

 
parler de
 
1
ArbazF
(26)
   
Ø
   
26
ArbazM
(38)
   
Ø
   
38
2
BionazF
(32)
[ɪ]  
Ø
1
 
31
BionazM
(34)
[ɪ]
 
Ø
5
 
29
3
ChalaisF
(9)
[l]
 
Ø
1
 
8
ChalaisM
(40)
[lɛ]
 
Ø
2
 
38
4
ChamosonF
(25)
[ɛ]
   
Ø
2
   
23
ChamosonM
(32)
 
[i/ɪ]
[]
 
Ø
8
1
 
23
5
ContheyF
(23)
[]
 
Ø
2
 
21
ContheyM
(38)
[e/]
[ø/œ]
 
Ø
8/2
2/2
 
24
6
ÉvolèneF
(28)
[lʏ]
[l/l/lɛ]
[lø/lœ/lə]
[]
Ø
1
1/4/5
3/3/6
1
4
ÉvolèneM
(38)
[lʏ]
[l/lɛ]
[lø/lœ/lə]
[/ə]
Ø
4
1/15
3/5/1/2
2/1
4
7
FullyF
(31)
[ɪ]  
[e/ɛ]
 
Ø
3
1/1
 
26
FullyM
(34)
[i/ɪ]
[e/ɛ]
 
Ø
1/1
1/1
 
30
8
HérémenceF
(38)
   
Ø
   
38
HérémenceM
(26)
   
Ø
   
26
9
IsérablesF
(32)
[i/ɪ]
 
Ø
1/2
 
29
IsérablesM
(32)
[i/ɪ]
[ʏ]
[e]
 
Ø
6/4
1
1
 
20
10
La Chapelle-d’AbondanceF
(21)
[i]
 
Ø
2
 
19
La Chapelle-d’AbondanceM
(41)
[ə]
[le/l/lɛ]
[lœ]
[l]
[ɛl]
Ø
3
1/2/2
1
1
1
30
11
LensF
(21)
   
Ø
   
21
LensF
(29)
 
   
Ø
   
29
12
Les MarécottesF
(28)
   
Ø
   
28
Les MarécottesM
(31)
 
[jø]
[lʏ]
 
Ø
1
1
 
29
 
parler de
 
13
LiddesF
(33)
[də]
[dʏ/d]
[dzᵊ]
[d]
Ø
24
1/4
1
1
2
LiddesM
(44)
[də/ðə]
[d]
[rə]
[t/d]
[r]
 
Ø
35/1
1
1
1/1
1
 
3
14
LourtierF
(23)
[ø]
 
Ø
2
 
21
LourtierM
(34)
 
[ʏ]
[ø]
[e//]
 
Ø
2
1
1/3/1
 
26
15
MiègeF
(33)
[i/ɪ]   
[e/ɛ]
 
Ø
1/5
2/1
 
24
MiègeM
(29)
[]    
[e]
 
Ø
1
2
 
26
16
MontanaF
(21)
   
Ø
   
21
MontanaM
(37)
   
Ø
   
37
17
NendazF
(31)
[ɪ]
[ʏ]
[e/]
[œ]
 
Ø
4
4
2/2
1
 
18
NendazM
(28)
[i]
[]
 
Ø
1
1
 
26
18
OrsièresF
(27)
[i]
 
Ø
2
 
25
OrsièresM
(38)
[i]
[ʏ]
[e]
[ə]
 
Ø
2
1
1
1
 
33
19
St-JeanF
(28)
[lɛ/lɛʒ]
[lə]
[œ]
 
Ø
6/2
1
1
 
18
St-JeanM
(36)
 
[l/lɛ]
[lœ/lə]
 
Ø
1/8
2/1
 
24
20
SavièseF
(24)
[i/ɪ]
[ʏ]
 
Ø
1/5
2
 
16
SavièseM
(43)
[ɪ]
[ʏ]
[e/ɛ]
[ø]
[le/lə]
 
Ø
3
1
2/1
2
1/1
 
32
21
SixtF
(39)
[al/ɑl/ɐl]
[ə]
 
Ø
5/4/1
2
 
27
SixtM
(42)
[ɑl]
[il]
[i]
[œl/əl]
[ə]
 
Ø
1
2
5
2/3
3
 
26
22
TorgnonF
(38)
[i/ɪ]
[e/]
 
Ø
1/28
1/1
 
7
TorgnonM
(51)
[ɪ]  
[e/]
 
Ø
43
1/1
 
6
23
TroistorrentsF
(28)
[e/]
 
Ø
2/1
 
25
TroistorrentsM
(40)
[ɪ]
[ʏ]
[e]
 
Ø
1
1
1*
 
37
24
Val-d’IlliezF
(32)
[ɪ]
[/ɛ]
[ə]
  Ø
3
2/5
1
 
21
Val-d’IlliezM
(44)
[e//ɛ]
 
Ø
1/3/6
 
34
25
VouvryM1
(28)
[i]
[]
 
Ø
1
1
 
26
VouvryM2
(29)
[i]
[e/]
[ø/œ]
 
Ø
1
1/1
1/1
 
24

Pour la fréquence des formes en fonction de la présence ou non d’un sujet nominal, voir la carte 36021.

* interprétation incertaine.

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

Dans la mesure du possible, les exemples sélectionnés illustrent non seulement les différentes formes attestées, mais aussi l’emploi (ou le non-emploi) du clitique sujet après sujet nominal, sans sujet nominal et en présence d’un pronom régime.

1.1 ArbazF:

    vŋ əɹzˈɪ ɛ ɦlɹ ʏ ʃʏmehɪˈeɹɔ
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
me parpˈiɹ     ʃə fˈəɹm
Mes paupières se ferment.
dy tŋ ː maʁˈŋnʏ d vøˈɑːzo -     bɔˈɑ ɔɹ wiŋz ɑ ftˈŋnɑ - y bwe dʏ vøˈɑzɔ
Dans le temps les femmes du village .. lavaient leur linge à la fontaine .. à la fontaine du village.

1.2 ArbazM:

pnə o ni e fwˈŋnə     fŋ de treŋ eno y ɡɑːtˈɑ
Pendant la nuit, les fouines font du bruit en haut au galetas.
    vŋ ɛrʑɪˈe  hlur  ʃœmehjˈrɔ
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
k vˈeɲø ɛ ɡrˈilːɔ ɛ ˈɑtse     ʃ mˈetŋ ɑː w ɑbrˈi - e bˈihe     ʃe mˈtŋ ɑː - ɑ ʃˈɔɦɑ
Quand vient les grêles1, les2 vaches se mettent à l’abri .. les bêtes se mettent à .. à la chotte.
1[ɡrˈilːɔ] ‘grêle’ substantif masculin pluriel; cf. FB 1960 s.v. gri
2[ɛ ˈɑtse] Malgré la chute du v- intial de ‘vache’, l’absence de liaison indique une initiale «consonantique», à l’instar du h- dit «aspiré» en français.

2.1 BionazF:

lə vˈatsə     bˈe i bwˈœʎə
Les vaches boivent à la fontaine.
jøː nˈɪtə     s alˈʊ a mˈesːa
Hier soir elles sont allés à la messe.
lə dẓɪ     sə bˈøtɔ a dzˈuːʎ
Les gens se mettent à genoux.
lʏ dzɪ ɪ tʀaɪnˈɑ - lɔ fŋ dəsˈɪ la ʎwˈœtsə
Les gens elles traînaient .. le foin sur la luge.

2.2 BionazM:

wˈɛẽ a l ɛntʀˈŋ də l atˈõŋ lə fˈɔʎə     vˈɪɲ dzˈɑːnə
Oui au début de l’automne les feuilles viennent jaunes.
ɑː jø nˈːtə     ɕ ɑlˈa a ɱœə -     ɕ ɑlˈaː ɑ l əʎˈɪːz a la mɛ - a lɑ mˈesːa
Ah hier soir elles sont allées à me.. sont allées à l’église à la me.. à la messe.
lø ɕˈɔɪkʲ ʊ lə bˈɔtː -     mœ fõ -     mœ fˈa mu ʊ talˈoõ
Les sabots ou les chaussures.. me font .. me font mal au talon.
lø ẓ avˈœʎə ɪ faŋ də bʁˈeiːdə pə l ɑʋəʎˈiː
Les abeilles elles font du bruit dans la ruche.

3.1 ChalaisF:

lɛ vˈatsə     bˈɛj bj sʏr bɑ o bwɪt
Les vaches boivent bien sûr en bas à la fontaine.
d lɔ tɛŋ tu krˈie k ɔn atstˈav ʊŋ ə - un atstˈav dɛ d d - d tisˈy ə p  faɲˈɛ mˈɛmɔ tɔd mama fandʒjˈva
ɔ m dʒʊ m djʊ - tɥˈytə l kɔʊdʒˈɛvõ mˈɛːmɔ kɔmˈ     ʃajˈeʋɔn - pojˈe pa tan atstˈa də fuʊdˈɑr dɛ ʁˈbɛ de ʃɔ de ʃ - n ɛe dɑɔə ɡˈɔnə ʊnə pɔ lœ ẓɔnˈɔbrʏ na pɔ le demˈɛŋzə

Dans le temps tu crois qu’on achetait on euh .. on achetait des
des des .. des tissus puis on faisait soi-même tout maman faisait oh mon Dieu mon Dieu .. toutes elles cousaient mêmes comme elles savaient .. on ne pouvait pas trop acheter de tabliers, de robes, de ci de ça. On avait deux jupes, une pour les jours ouvrables*, une pour les dimanches.
*[ẓɔnɔbrʏ] cf. zenovrék n.m. ‘jour ouvrable’ (FQ 1989: 214)

3.2 ChalaisM:

lɛ ʀˈatɛ vɔlatˈiŋna     vaŋ ʃɛ niχjˈɛ dɛʒˈɔ lɛ tit
Les chauves-souris vont se nicher dessous les toits.
    ʋɑŋ ɐː - aʀɔʒˈa l flˈʊː o ʃʏmicjˈɛrɛ
Elles vont a.. arroser les fleurs au cimetière.
ɑdˈ lɔ zɔ dʊ pojˈɛ lɛ vˈatsə     ʃə ʃɔm biŋ bɑtwˈɑjɛ
Alors le jour de l’inalpe les vaches se sont bien battues.
ʃɪ l- lɛ vˈɑtsə m-     pˈikɔn dɛœː - də st ʒ ˈɛrbɛ kɛ     kʋɲ pɑ - ɡˈɔnflən
Si l.. les vaches m.. mangent de .. de ces herbes que conviennent pas .. elles gonflent.

4.1 ChamosonF:

 ʋˈatsə     bˈaiv øʏ bwi
Les vaches boivent à la fontaine.
anˈ pasˈ     s - s itˈɑj ɐ ms
Hier soir elles sont .. elles sont étées à la messe.
e bwˈɔtə     mə f mʊ ʏ talˈ
Les chaussures me font mal au talon.
ɛ vː ə aʀdʒjˈe e flø y səmətʃjˈøʁ
Elles vont euh arroser les fleurs au cimetière.

4.2 ChamosonM:

 z ɑvˈjɛ     bʊʁdɔnə d a ʁˈyʃə
Les abeilles bourdonnent dans la ruche.
kã ɪ plˈœø l a ə ləmˈɑːs kjə sˈœʁt fˈœøʁə - b     mʊtʶˈ ɛ kˈɔːʁnə
Quand il pleut il y a les limaces que sortent dehors .. ben elles montrent les cornes.
 bwˈɔtə     mœ f mo ʏ talˈ
Les chaussures me font mal au talon.
a ne ɛ fwˈine - i f də tpˈe y sɔlˈ
La nuit les fouines .. elles font du bruit au grenier.
ɪ sə f aʁɪˈɑ - trə tʁˈaɛ  flc œʁ də l apɹɛdnˈɑ
Elles se font traire en.. entre trois et cinq heures de l’après-midi.
vː ɛʀdʒjˈe  flø ʏ eː - sæmɪtʃˈœʁ
Ben elles vont arroser les fleurs au euh .. cimetière.

5.1 ContheyF:

lø ʒ ˈɔɲə     ʃ pɑ bˈõnɑ -     ʃ pfˈæɛnə də vɛʁmˈi
Ces noisettes sont pas bonnes .. elles sont pleines de vers.
aʃˈæɛ     ʃ itˈɑː a mʃ
Hier soir elles sont étées à la messe.
 fˈɛːn kʲ ˈɛeʀ marjˈoː     ʃœ faʒˈø  ʃiɲ
Les femmes qu’étaient mariées se faisaient un chignon.
 dəmˈːdz pˈɔʁt d ɡ kjœ ɪ- kj  pa də dˈæɛ - de ɡ kj aʁˈyːə tˈkjə ʏː - y metˈ dy dˈæɛ
Le dimanche elles portent des gants que i.. qu’ont pas de doigts .. des gants qu’arrivent jusqu’au .. au milieu du doigt.
ʃ nwˈɑː me     ʃ dfˈœʏrɑ
Elles sont venues, mais elles sont dehors.

5.2 ContheyM:

y kˈomsəm d øytˈː -  fˈoːdə     vɪɲ dzˈoənɐ
Au commencement d’automne .. les feuilles viennent jaunes.
stə bˈtə     mœ fŋ mo y tɑˈ
Ces souliers me font mal au talon.
aʃˈæɪ     ʃ itˈɑæ a a mʃ
Hier soir elles sont étées à la messe.
œ fˈɔdə dzˈoːnɛ e komˈs a tʃˈeːʁə
Les feuilles jaunes elles commencent à tomber.
e ʋã ɛʀdʒjˈɛ ɛ θø ʏ ʃɛmʏtʃjˈeːr
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
ɛ ʀatɑʋˈœʏ - fã e ni dɛʒˈ ɛ tˈæɛ
Les chauves-souris .. elles font les nids sous les toits.
trɛ ʒ ˈʊdə ø pfˈɑːn d o ʃjɛl
Trois aigles elles* planent dans le ciel.
*[ˈʊdə]: pour le genre féminin d’«aigle», cf. GPSR 1: 201s.
 ni œ fwˈaɪnɛ œ faŋ də brɥi ʏ ɡɑːta
La nuit* les fouines elles font de bruit au galetas.
*[ni] n.m. ‘soir, nuit’ (FB 1960: 340 s.v. né).

6.1 ÉvolèneF:

lː ɡamˈnə mʒˈjœv lː - lɛ ʒ ˈãpwə k lɛʒ ˈav mdˈa
Les.. gamines elles mangeaient les.. les framboises qu’elles avaient cueillies.
lʏ mˈaːri ə l katˈiŋ l ʃn neʃˈuʃ a mʊntˈes
La Marie et la Catherine elles sont nées à Monthey.
lœ fəmˈlɛ mariˈaːjə faʒˈan ø- øna kwats
Les femmes mariées elles faisaient u.. un chignon.
l van ɛrʒjˈ lə fluᶢʃ  ʃœmːʃˈr
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
l vˈatsø bˈeːvn o buʎ
Les vaches elles boivent à l’abreuvoir.
l m parpˈiːrə ʃø kjˈuːʒɔn
Les miennes paupières elles se ferment.
lɛ mˈãzə dɛ la tsʏmˈiːʒ ʃɔm bj lɑʁz
Les manches de la blouse elles sont bien larges.
d ˈatrɔ vjˈɑːzɔ lœ - nˈuθrə mˈɑːʁə lavˈaːv lɔ - lɛ pˈatɛ o bornˈe
Autrefois les .. nos mères elles lavaient le .. le linge à la fontaine.
ləᵘ bˈɔtæ mə fã ma ɪ talˈʃ
Les chaussures elles me font mal aux talons.
lɛ mm bˈl ʃɥˈøɹə - ʃə ʃvɲˈ ʒamˈɪ dɛ ʁ
Les miennes belles-sœurs .. elles se souviennent jamais de rien.
stɑ ʃənˈːnɑː wœ fˈajə     ʃɔn aɲɛlˈɑjɛ
Cette semaine, huit brebis sont venues bas.

6.2 ÉvolèneM:

 kmsəmˈɛn dø l tˈɔn lø fɥø- l fˈoʎ vˈʏɲən ðˈɑːnɛ
Au début de l’automne, les feu.. les feuilles elles viennent jaunes.
l van ɛrʒjˈə l flʊkʃ oː ʃœmʏʃjˈørɔ
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
lœ mosˈœtɛ bɔrdˈɔnən ɛmpɛ lɔ vaʃɛlˈɛt
Les abeilles elles bourdonnent dans la ruche*.
*Illustration : ruches dans une maison traditionnelle d’Évolène.
lɛ parpˈiːrɛ ʃɛ fˈɛrmen
Les paupières elles se ferment.
aʃˈ  nˈɛːtʏ ʃ ʒukʃ a la mˈɛʃə
Hier soir, elles ont été (litt. elles sont eues) à la messe.
ɛ - dʊ tŋ kjə lœ vˈatsʏ l ʀŋzən nœ - ʃ ɔ- ʃ ɔkˈʊpŋ a fabrɪkˈɑː lɔ - lɔ frɔmˈɑːzɔ
Euh .. pendant que les vaches elles ruminent, nous .. s’o.. s’occupons à fabriquer le .. le fromage.
lœ fˈojɛ zˈɑːnø kmˈẽŋsən də tsˈɛːʀɛ
Les feuilles jaunes elles commencent de tomber.
k ɪ ɡrˈeʎə lœ vˈats ʃə kˈatsən a ʃˈɔθə
Quand il grêle, les vaches elles se cachent à la chotte.
k jʏ pluːt lø lʏmˈaʃə ʃˈuɹtʏⁿ
Quand il pleut, les limaces elles sortent.
lø kulˈøvrœ nɑː ʃm pɑː vønimˈœːzə ə ʃm pɑː dzɛrˈuːʒɛ
Les couleuvres non elles sont pas venimeuses elles sont pas dangereuses.
l vˈats k fe kʊrˈe tŋ ʃə kˈatsən e kuˈɛːʃ
Les vaches quand il fait mauvais temps elles se cachent dans les (litt. ès) abris*.
wɛ lɛ fdaʃjˈʃ ʃuk     ʃun ɛm pˈiːʀə
Oui les fondations en bas sont en pierre*.
*Illustration : maison traditionnelle à Évolène.

7.1 FullyF:

lɪ vˈatsə     v ʃ abʁɑː i bʊˈœ
Les vaches vont s’abreuver à la fontaine.
la dʏmˈdz     mœtˈɑʋ pɑ də føʏdˈɑ - ʃy l- ʃe kɔstˈym j avˈɛ pɑ də føʏdˈɑ aːdˈ -     mœtˈɑʋ pɑ n jʏ nɪ ʒamɛ ʒy jy mˈœtʁə l føydˈɑ la dʏmːdz
Le dimanche on mettait (litt. elles mettaient) pas de tablier .. sur le.. ces costumes il y avait pas de tablier alors .. on mettait (litt. elles mettaient) pas j’ai jamais eu vu mettre le tablier le dimanche.
i dzuvˈʏna di m- də di pʏtʃˈu vʏlˈɑðə l ɔʁɡanˈiʒ na fˈita pw f la bʁɔʒəlˈɑjɛ - œ li dz     ʃə ʁəkˈtʁ li pɔ œ - pɔ fitˈa la tsɑtˈaɲə
Les jeunes des m.. de des petits villages ils organisent une fête puis ils font la brisolée* .. et les gens se rencontrent là pour euh .. pour fêter la châtaigne.
*[bʁɔʒəlˈɑjɛ] ‘brisolée, repas rustique et festif, normalement pris en plein air, où l’on mange des châtaignes rôties et du fromage, arrosés de moût ou d’un vin nouveau de la région’ (DSR 1997 s.v.; GPSR 2: 784 s. v. brəzòl).
li ʒ ɑːvwijɛ dɛ la lˈɑːʒə ɪ tsˈœj d øytˈ
Les aiguilles du mélèze elles tombent en automne.
ɪ ʃ vənyˈa mi     paʃˈt dəfˈøʁ
Elles sont venues mais patientent dehors.
d lʏ tɛː - lɪ dzɛ adzətˈɒv pa lə fʀmˈɑːðᵋ e nɛ avɒvˈ tɕɥiː
Dans le temps .. les gens achetaient pas le fromage l.. ils en avaient tous.
k ɪ fi fʁˈaɛ -  pa-  kœvʁ li ɕjø awˈi də bʁˈtsə də ʃapˈẽŋ -  mœ d kuʃˈ ʃy li pŋɕeː - i pŋɕe ɛ ʁˈɛɕt py ʒlˈe pɔ lə føʁtˈ -
Quand il fait froid .. on pa.. on couvre les fleurs avec de branches de sapin .. on met de coussins sur les pensées .. les pensées elles restent plus jolies pour le printemps.

7.2 FullyM:

lɪ vˈatsə     bˈɛj a la ftˈnæ - i bwl
Les vaches boivent à la fontaine .. au bassin.
le lɪ vˈaͭs     sɛ kˈas ɐ la ʃˈɔtæ
Les les vaches s’abritent à la chotte.
anˈe paɕˈo     ɕ etˈo a la mˈœsæ
Hier soir elles sont été à la messe.
ɔˈɛː j a dœ vˈatse kɛ aw- awˈøɪ dɛː - kˈɑːkɛ ʒ ɛʁb i ɡˈhj
Oui il y a de vaches que av.. avec de.. certaines herbes elles gonflent.
ɪ ʋã ɑʀɔʒˈɑ lɪ sjø ɪ ʃʏmetjˈɛːræ
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
le ʀɑt alˈevwɛː ɛ e ɛ nˈets deʒ li tˈæɛ
Les chauves-souris elles elles elles nichent sous les toits.
e vˈej lɑ grˈɑɛle œː k tsˈɑɛ.
Elles voient la grêle euh que tombe.

8.1 HérémenceF:

lɛ ˈatsə     v ɑ l ɑberˈɑːz
Les vaches vont à l’abreuvoir.
    vã ɛrʒjˈë l flɔk oː ʃmɪʃjˈr
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
lø bˈtə     mɛ f mɑ ʊ tɑl
Les chaussures me font mal au talon.

8.2 HérémenceM:

a kɔmsəmˈ də l ɔətˈ lɛ fˈɔjɛ     kəmˈsə dœ - d ɪnˈɪ ʁˈɔːzɛ
Au commencement de l’automne les feuilles commencent de .. de venir rouges.
ɑʃˈe     ʃ ʒʊ ɑ lɑ mˈɛʃa
Hier soir elles ont été (litt. sont eu) à la messe.
le vɪpˈ     ʃə kˈatsn dɑfˈ l pˈɪʁɛ
Les vipères se cachent sous les pierres.

9.1 IsérablesF:

ɛ ɛ dwˈəntë kˈʊːʴʈə     mɛtˈãŋ nɐ bərːˈta nˈɛirə
Les les petites filles mettaient un bonnet* noir.
*[bərːˈta] ‘bonnet’ cf. Favre-Fournier 1969-72: 107 s.v. bèrèta; cf. aussi Schüle 1998: 432b.
ɐ dɛmˈɛːnᵈzə     pˈoːʈ ə õ - n tsapˈeː nˈɛe  fˈøːtrɔ - ː ɬˈɔːtʳ
Le dimanche elles portent euh un .. un chapeau noir en feutre .. en .. feutre.
ɛ bˈːtə     mə f mo  taˈᶢ
Les chaussures me font mal aux talons.
ɪ vãŋ eːrːdʒjˈ e bɔcjˈɛt  sᵊmʏtʃˈɛːrɔ
Elles vont arroser les fleurs* au cimetière.
*[bɔcjˈɛt]: cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).

9.2 IsérablesM:

o ne ɛ fˈɔŋn     f ø pɔtˈŋ ɔ ʃɔ ʃɔˈ
La nuit les fouines font le potin au-dessus (du) plafond.
kã fe krɛ t ɛ ʋˈɑtsə     ɕɔ mˈɛt ɪ ʃˈotə
Quand il fait mauvais temps les vaches se mettent aux chottes.
k bal e ɡrˈɪlɛ - e bɪˈetʃ i v œ - i v a ʃˈɔtᵃ
Quand il donne la grêle .. les bêtes elles vont euh .. elles vont à la chotte.
d œøtˈɔŋ  foːl ɪ vˈijⁿ tɔtə zˈɔnæ
En automne les feuilles elles viennent toutes jaunes.
s œ ʋats ʏ mˈndzɛ ɛ vrːˈɑɛ ɪ ɡˈθ
Si les vaches elles mangent les vérâtres, elles gonflent.
e trɑvˈɑl ɑ ekˈuːə
Elles travaillent à l’école.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

j l t lɛ fˈɛnə     fɑsˈɛ  ʃiɲˈ
Dans le temps les femmes faisaient un chignon.
ᵉ sɑvˈɑtø     m f mo ɛ tɑlˈõ
Les savates me font mal aux talons.
slə ð i s nœ ø - val d ijˈe  sɥis - a la sɥˈisa
Ces gens .. ces gens elles* sont nées au .. Val-d’Illiez en Suisse .. à la Suisse.
*Dans de nombreux parlers, «gens» a gardé le genre féminin, comme le montre ici la forme du participe [næ]. Dans ses réponses, notre informatrice alterne entre les deux genres.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

dj l t l fˈen     lɑʋˈɑːʋ {l} lð- lə lˈðə  nˈæɛ
Dans le temps les femmes lavaient {le} ling.. le linge en bassin*.
*[nˈæɛ] cf. nào, , ‘bassin à eau, lavoir’ (cf. Viret 2013: 264 s.v. bassin).
    sɔt ɑlˈɑj - s alˈo a la mˈsa
Elles sont allées .. ils sont allés à la messe.
kt ɪ ɡ- kt ɪ ɡʁˈœlə lə lə lə - w lə ʋˈɑtsə     s bˈət əː lə - a sˈuːtɐ
Quand il g.. quand il grèle les les les .. oui les vaches se mettent à la .. à l’abri.
le tʶikɔtɔ pɑme ˈɔə lœ fˈɛnɛ
Elles tricotent plus maintenant les femmes (rire).
e b     ʋ ɑlɑ ɑʁʊzˈɑ wɛ ʋ t  t ɑʁzˈɑ lə le l - lë tõbe ke de - lə flˈœeʶ ɕy l ɕy - ɕy le tˈõbe
Eh bien elles vont aller arroser oui elles vont de temps en temps arroser le les l .. les tombes n’est-ce pas des .. les fleurs sur l.. sur .. sur les tombes.
ej e de reʒˈt l tʁɑʋɑj ɑ l eɛ- œː - l ekˈulə - f l ekˈul ʏ ɡɑmˈ
{Il est = il y a} des institutrices elles travaillent à l’é.. euh .. l’école elles font l’école aux gamins.
ɑ b l pʁtˈ l- lə lə fɔʁˈi wɛ - kt ɛl s- sɔʁtˈiv d ɛ bˈœɛ - ə mðˈiːv l ɛʁbɐ fʁˈeːθ je fɑsˈæ ɡflˈɑ
Ah ben le printemps l.. le le printemps oui .. quant elles se l.. elles sortaient des étables .. elles mangeaient l’herbe fraîche les faisait gonfler.

11.1 LensF:

d lɔ te lœ maʁˈeinə     bujˈɑː lɔ lˈzɔ ɑ la fɔntˈɑŋna
Dans le temps les femmes lavaient le linge à la fontaine.
ɑˈi pa də buʎ - œ pw     pɔɑm pa ɑlˈɑ u buʎ pɔ ʃɛŋ kjə kʊntˈaː abœrˈɑ lœ vˈatsə - ɐdˈ  poø pɑ ɑlˈɑ bʊjˈɑ le ɑˈi də lɑwˈɑr - ɑˈi na ʃˈɔɦɑ ɛ dœː - də bw pɔː - ʁʃjˈa lɔ lˈzɔ
Il y avait pas de fontaine .. et puis elles pouvaient pas aller à la fontaine parce qu’il fallait abreuver les vaches .. alors on pouvait pas aller laver là il y avait de lavoirs .. il y avait un abri et de .. de bassin(s) pour .. rincer le linge.
lœ bˈɔt     mə f ma i talˈ
Les chaussures me font mal aux talons.

11.2 LensM:

lœ ʁˈatə fɔlɐtˈajə     faŋ œ     faŋ lɔ njal ʃʊ lɔ tit - l yn nd e intʃˈɛ mɛ
Les chauves-souris font euh font le nid sous le toit .. l’un en est chez moi.
    tʃjˈʒː d utˈ lœ fwˈɛʎɛ
Tombent d’automne les feuilles.
    wɑn rʒjˈe lɛ lɛ fluːr ʊ ʃʏmʏhjˈɛrɔ
Elles vont arroser les les fleurs au cimetière.
lɛ bʷˈɔtə     mɐ fãŋ mo ʊ talˈo
Les chaussures me font mal au talon.

12.1 Les MarécottesF:

lɪ vˈɑtsə     v bɛˈʀə a l ɑbʀjˈœ
Les vaches vont boire à l’abreuvoir.
    v aʀɔʒˈɑ lɪ flˈyə œø sɪmcʲˈɛː
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
lɪ dzəvˈʏnːy     ʃə faʒˈɛv de kadinˈœtː
Les jeunes filles se faisaient des tresses*.
*[kadinˈœtː] cf. cadenette s.f. ‘tresse (d’homme ou de femme)’, GPSR 3: 24b).
le bwˈɔt     mœ f mwɔ ɛ talˈ
Les chaussures me font mal aux talons.

12.2 Les MarécottesM:

lɪ vˈatsə     bɛʋˈɛʋ aʃəbˈ ø bwi
Les vaches buvaient également à la fontaine.
    v ø ʃɪmɪcˈiᵊʁ ɐʀɔʒˈɑ lɪ flˈyə
Elles vont au cimetière arroser les fleurs.
l mˈɔzə ʃi ᶢ a l nˈɛʁpə     ʃə ʃ bj batɥˈe
Les génisses cet an à l’inalpe se sont bien battues.
ʃyvˈã tʃˈtə vˈatsʏ ʃ kə     mʒ- ʃyvã ʃ kə     mˈdzõ - kˈfl
Suivant quelles vaches ce qu’elles mang.. suivant ce qu’elles mangent .. elles gonflent.
kʊmˈʃɔ ɑ ʃə dəplymˈɑ
Elles commencent à se déplumer.

13.1 LiddesF:

li vˈatsə bˈɛjã  l abɹəwˈɑ
Les vaches elles boivent à l’abreuvoir.
jɛʁ ni s alˈi a la mˈəsa
Hier soir elles sont allées à la messe.
li bwˈət mə fã mʊ i tːaːlˈ
Les chaussures elles me font mal aux talons.
s wœɲˈy mi d atˈdɱ fˈuːrɐ
Elles sont venues mais elles attendent dehors.
lɪ ʒ ɥˈɛe d s dɛ cʲˈenta kolˈu
Les yeux elles sont de quelle couleur?
mi bl ʃwˈeɹə dzᵊ s sɔʋˈʏɲn d ʁ
Mes belles-sœurs elles se souviennent de rien.
d øʋˈɛː li maʁˈen d βɔrt li baʁˈtə - se tatɕˈoŋ dezɔ lo ku kɹˈəʋɪʋõ li z ɔɹˈɛdə - ə pɥɪ j aː - j eɹə duː - d- dø partˈij kj ëtɛ wlˈãːt d- dɛʁˈɪ
En hiver les femmes elles portaient les bonnets .. elles s’attachaient sous le cou elles couvraient les oreilles .. et puis il y a .. c’était deux ..d.. deux parties qui étaient volantes d.. derrière.
    vã aʁozˈe ᵈli plˈãŋtœ ʏ sɛm- y semtjˈerə
Elles vont arroser les plantes au cim.. au cimetière.

13.2 LiddesM:

k j ɐ la ɡrˈilœ - le ʋˈɑtsə pˈɑrt sə kˈɑts
Quand il y a la grêle .. les vaches elles partent elles se cachent.
jɛʁ ni s alˈi a la mˈəsa
Hier soir elles sont allées à la messe.
lɪ - lɪ z ɑwˈej ɐ trkʷɔtˈe le maʁˈenə liʑ ast ø məɣazˈẽ
Les .. les aiguilles à tricoter les femmes elles les achètent au magasin.
lɪ z ədˈezə ðə sə wˈid  mwɛ
Les églises elles se vident un peu.
lɪ fwˈɔdə ðə dzˈɑːnə kʊmˈθ də - d ɑʁˈɛev a tsɛ
Les feuilles {..} jaunes elles commencent de .. elles arrivent à tomber.
trˈ l œotˈ lɪː - li fwˈɔdə d aʁˈøʏ a rdzejˈ
Au début de l’automne (litt. entrant l’automne) .. les feuilles elles arrivent à rougir.
k plø le lʏmˈatɕɛ ɕ- le lʏmˈasɛ t sə trˈen
Quand il pleut les limaces s.. les limaces elles se traînent.
leː ʋᶣɪpˈɛrə ð zɛ kˈats dɛʑˈœ li - dɛʑø li krˈtœ
Les vipères elles se cachent sous les .. sous les crottes.
li bˈɔtə - m ɕɔ  mwɛ tra pətʃˈudɛ r mə f mo ʏ talˈ
Les chaussures elles .. me sont un peu trop petites elles me font mal au talon.
d ˈɑːtrə     s -     ɕ nˈɛere ʏ nˈiːvœ
D’autres sont .. sont noires ou brun clair*.
*[nˈiːvœ] cf. nîvo, -a adj. ‘couleur brun passé’ (FQ 1989: 144).

14.1 LourtierF:

i ʋˈatsə     bˈj ʏ batsˈi
Les vaches boivent à l’abreuvoir.
i bˈuəbə     ʃə fɐʒˈ də trˈʏɦlə
Les filles se faisaient de tresses.
    ʃ vənˈy - m     ʃ dəfˈøː
Elles sont venues .. mais elles sont dehors.
ø vˈeʑ aʁɔʒˈɑ ɪ flø y ʃʏmʏcʲˈeʴø
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.

14.2 LourtierM:

ɪ vˈœtsə     βˈɐʏ y bɐtsˈi
Les vaches boivent à la fontaine.
kã ø bˈɐlə də ɡɹˈjʏ ɪ bˈicə     ɕə mˈœt a ʃˈtœ
Quand il donne de grêle les bêtes se mettent à l’abri .
æne pɐɕˈ     ɕ ɐlɔ  mˈsæ
Hier soir elles sont allées à la messe.
aː sɪ ʏ vˈɐtsə     mˈʏdz də bɹˈɪnɐ ʏ kˈːhl
Ah si les vaches mangent de [bʁˈɪnɐ]* elles gonflent.
*[bʁˈɪnɐ] n.f. ‘herbe fine qui croît la première en printemps et fait gonfler les animaux qui en mangent trop’ (DPB s.v. brén).
ø ʋˈeːʑ mˈljë ɪː bcjˈː y ɕəmɪcʲˈøɹ
Elles vont arroser les fleurs* au cimetière.
*[bcjˈː]: cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
e ʋˈaɛ  ʒ etˈjɛ ke     bɹˈylːɔ
Elles voient les étoiles que brillent.
trˈɑːl  kˈulœ
Elles travaillent en* école.
*Pour l’emploi de «en» à la place de «à l’», cf. la carte 21020.
 ʋwɪpˈœ ɕɛ kˈɐtsn dʒ ʏ pjˈɛʁə
Les vipères se cachent dessous les pierres.

15.1 MiègeF:

lɛ marijˈɛ- lɛ drˈɔlœ mariˈɛjɛ     pɔrtˈɑʋ lɔ bɔrzˈ
Les marié.. les femmes mariées portaient le chignon*.
*[bɔrzˈ] ‘chignon’; cf. GPSR 2: 655s. s.v. bourgeon 5°).
arʃˈit     ʃ alˈj a la mˈɛʃɑ
Hier soir elles sont allées à la messe.
lɛ bˈɔtɛ     mə f mɑ o talˈ
Les chaussures me font mal au talon .
l ʒ ɑvˈuj dɛ la laːrʒ i tʃjˈɛʒ d utˈ
Les aiguilles du mélèze elles tombent d’automne.
lɛ mˈɑndzə de lɐ bjuːz ɪ ʃ tɔzˈɔ bjˈɑntsɛ
Les manches de la blouse elles sont toujours blanches.
ɪ ʋ arˈ- ɛrzjˈɛ lɛ fjurʃ u ʃʏmɪtʃjˈɛrɔ
Elles vont arr.. arroser les fleurs au cimetière.
trˈeɪ ʒ ˈɑj eː vˈɔlɔŋᶢ -  l ɛːr
Trois aigles elles* volent .. en l’air.
*[ˈɑj]: pour le genre féminin d’«aigle», cf. GPSR 1: 201s.
ɛː fɑn tsɛ ɡrˈoʊ
Elles font très volumineux.

15.2 MiègeM:

lɛ vˈatsɛ     bɔ- bˈiv ʊ buʎ
Les vaches bo.. boivent à la fontaine.
    ʋ r- œ- ɛrzjˈ lʏ fluːr u ʃʏmɪtʃjˈɛrɔ
Elles vont r.. euh .. arroser les fleurs au cimetière.
lɛ ɲˈɔlːɛ - lɛ jɔlˈiːr  lə tsenvˈe     ʃ lˈiv
Les nuages .. les brumes euh le brouillard se lèvent.
vˈiːʋ lɐ - ə ɡɛ- l - ə lə ɡrˈia -
Elles voient la .. la ge .. les .. euh la grêle.
ʃiy ø - lɛ œ - lœ vˈatsʏ     mˈɪndz - lɛ ʒ ˈɛrbɛ kə     ʃ pɑ bˈɔnɛ - e ɡˈfl
Si euh .. les euh .. les vaches mangent .. les herbes que sont pas bonnes .. elles gonflent.
e vŋ ɑ prˈɛnd lʊ dḍzʊnˈɑ
Elles vont prendre le déjeuner.

16.1 MontanaF:

lɛ fˈɛn mɑrjˈeə     fɑʒˈ lɔ tɔtsˈŋ
Les femmes mariées faisaient le chignon.
    ʃɔn ɛnɥˈejɛ mɑ ɑtˈnʒn dœfˈuːra
Elles sont venues, mais elles attendent dehors.
lɛ bˈɔtɛ     mə f mɑː o talˈŋᶢ
Les chaussures me font mal au talon.

16.2 MontanaM:

lœ mɔsˈɛtɛ     bɔrdˈʊ- bɔrdˈunɛ i wɑʃɛlˈɛt
Les abeilles bordo.. bordonnent dans les ruches.
    van ɛrʒjˈɛ l fluːr  ʃəmɛhˈɛrɔ
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.
l bˈɔtə     mə fan mɑ ʊ talˈᵑ
Les chaussures me font mal au talon.

17.1 NendazF:

drʊ  t eː - e fˈœːnə     bujˈɑ  bruːw ɑ fɔŋtˈɑnə
Dans le temps .. les femmes lavaient la lessive* à la fontaine.
*[bruːw] cf. broûa n.f. ‘vêtement de peu de valeur ou usagé’ (Praz 1995: 86).
 bæɛ ʃwæɹ     ʃ adˈɔn pɑ də tsoːə
Les belles-sœurs se souviennent* de rien (litt. pas de chose).
*[ʃ adˈɔn] cf. adoná ‘se souvenir* (Schüle 1998: 344; GPSR 1: 127a)
ɪ ʋɑʒ aʁdʒjˈø e e bokjˈø  ʃʏmɪtʃˈɛːrə
Elles vont arroser les les fleurs* au cimetière.
*[bokjˈø]: cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
mː- ʏ ʃ ʃɛʁˈɑ ø pwɑɲˈɛ
M.. elles sont serrées au poignet.
ː fˈɔlə d trbl e bˈdzɔŋ ʊː ʊ kurˈaŋ
Les feuilles du tremble elles bougent au .. au courant d’air.
œ ʋˈɑʒ trajˈe e k- ʏ trˈɑl ɛ kˈuːɑ
Euh elles vont travailler à l’éc.. elles travaillent à l’école.
wˈɑʒ traɐjˈe e kˈuːɑ
Elles vont travailler à l’école.

17.2 NendazM:

 fˈɔlʏ dzˈɑːn     kʊmˈs a tsˈeːʀᵊ
Les feuilles jaunes commencent à tomber.
arʃˈe     ʃ ʒwe a mɛʃ
Hier soir elles ont été (litt. sont eues) à la messe.
ɑ rœdʏdˈɪːrə -     ʃə kˈaͭsõ dəʒˈʊ ɔ tɛ
Les chauves-souris .. se cachent sous le toit.
ʃe e ˈasᵗsə     mˈndə - mˈnzŋ - ʃˈ kʲˈenta plãŋt - i ɡːɬ
Si les vaches mandent .. mangent .. selon quelles plantes .. elles gonflent.
wˈɑʒː ɛʁdʒjˈ e ɬø -  ʃtɕjˈɛrɐ
Elles vont arroser les fleurs .. au cimetière.

18.1 OrsièresF:

ɔʁa li vˈatsə     bˈɛj a l abrøvˈ - ɲ ˈɑzɔ faʎˈɪvɛ lœ sɔʁtˈi - p le mənˈe ʊ bwi
Maintenant les vaches boivent à l’abreuvoir .. autrefois il fallait les sortir .. pour les mener au bouil.
    s vnɥˈe mi atˈʑ dəfˈœʊʁə
Elles sont venues mais attendent dehors.
le dzøvˈɛnɛ     sɛ fazˈ li tʁˈɛfːə
Les jeunes se faisaient les tresses.
lɪ fʷˈɔdə dy tʁˈblʊ i vã tlˈø -     bʁˈen tl p l vɛ
Les feuilles du tremble elles vont toujours .. elles vacillent* toujours par le vent.
*[bʁˈen] cf. brin·n ‘branler, balancer, vaciller, s’agiter’ (GPSR 2: 798).

18.2 OrsièresM:

li fəmˈal     vã ˈɛʁdʒjʏ li bʷtʃˈ ʏ sɑmïtʃˈɪʁ
Les femmes vont arroser les fleurs* au cimetière.
*[bʷtʃˈ] cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
    vˈɛj tsɛʁ la ɡʁˈalːa
Elles voient tomber la grêle.
li dz     sə mˈœt a dzənədˈ
Les gens se mettent à genouillons.
li bʷˈtæ i f mo y talˈ
Les chaussures elles font mal au talon.
ɑ lɑ mtˈaɲ     v bˈœəʁ ʊ bwˈøə - ʏ bev ʊ bɛ ʏ tɔʁˈ ʏ b d li ɡwˈɔdə kə     s ɑa - k     sə tʁˈœv jo     s
À l’alpage elles vont boire à la fontaine .. elles boivent ou bien au torrent ou bien dans les flaques que sont à .. que se trouvent où elles sont.
lə nɪ li fwˈɛnɑ e kˈaʁpʁ pə lø ɡalɑtˈɑ
La nuit les fouines elles sautent dans le galetas.
lɪ ʋøpˈʁ     se kˈats dəzˈø li kajˈu - kat ə vˈəj vənˈe ɛ
Les vipères se cachent dessous les cailloux .. quand elles voient venir n’est-ce pas.

19.1 St-JeanF:

lə ʋˈats     bˈiʋn  l abjˈ - n abˈɛrijɔ
Les vaches boivent en l’abi.. en abreuvoir.
aʃˈi     ʃɔn alˈe a la mˈɛʃa
Hier soir, elles sont allées à la messe.
ɛ parpˈiːr     ɕ kłˈowʒn
Les paupières se ferment.
nuː ʒ irdˈɛl vˈoln  l ɛr
Neuf-z-hirondelles elles volent dans le ciel.
ʃ vɛnɥˈejə ma lɛʒ m a - z ɐtˈœndɔn dəvˈ lɑ miʒˈᶢ
Elles sont venues, mais elles* m’a.. attendent devant la maison.
*[lɛʒ] emploi de la forme prévocalique devant consonne, probablement par anticipation du verbe attendu, [ɐtˈœndɔn].
lɛ matˈɛtɛ lɛʒ mĩzjˈ lɛ lɛ frmbwˈɑzɪ cjə ʒ ajˈ rɑmɑʃˈa
Les fillettes elles mangeaient les les framboises qu’elles avaient ramassées.
œ ʋan ɛrzjˈɛ la φłˈoʊ ʊ ʃimiɦjˈɛrɔ
Elles vont arroser la fleur au cimetière.

19.2 St-JeanM:

l drˈɔl     van ɛrzjˈɛ lœ ɬow o ʃʏmiɦjˈɛrɔ
Les femmes vont arroser les fleurs au cimetière.
kɔm ɪ ɡrˈɛːłːə lɛ vˈatsɛ     ʃɛ mˈɛtɔn a ʃˈɔha
Quand il grêle les vaches se mettent à l’abri.
l rːˈatə mɔlavˈɪɡvə - ʃ tˈeɲɔn dʒɔ lɔ ti
Les chauves-souris .. elles se tiennent sous le toit.
ʃʏ l pˈekn d trˈɛflə ʊ d ˈɑːtr płant rˈiskən d ɛŋɦlˈɑ
Si elles mangent de trèfle ou d’autres plantes elles risquent d’enfler.
lœ ʀɛɪʒˈãntœ - travˈałːən ŋ klas
Les régentes .. elles travaillent en classe.
lɛ vipˈɛːrə ʃɛ kˈatsɔn dœʒˈɔ lø pˈiːrɐ
Les vipères elles se cachent dessous les pierres.

20.1 SavièseF:

ɔˈɛɪ deˈ ː -  fˈn     ʋɐʒm bujˈa ɔ wenz aː - a ɑː fɔntˈɑŋ dʊ ʋɔˈɑːzə ʃ  t a dɪ dr u buˈɪ
Oui autrefois les .. les femmes allaient laver le linge à .. à la fontaine du village c’est-à-dire dans* le bassin.
*[dr] prép. ‘dans’ (cf. FB 1960: 205 s.v. deṛn).
e bʷˈote     mə f me i tɑˈ
Les chaussures me font mal aux talons.
i və- vˈɑʒ ˈutrəː œː ɛɹdʒjˈi e fluː ʊ ʃimɪtɕjˈə
Elles v.. vont outre euh arroser les fleurs au cimetière.
e ʒ ɑˈul dɑ ʊˈɑːr ɪ tsˈɛːʒn d ʏtˈ
Les aiguilles du mélèze elles tombent en automne.
ɪ ʃ ɔˈɛɪ - ma ɪ ɛtˈʒ fʊˈe deˈ
Elles sont là, mais elles attendent dehors devant.
aː maː k ə no metjˈ fu el e dru ə - ʏ vɐʑjɔm bir u bwɪ dʊ vəˈɑːzɔ
Ah mais quand euh nous mettions dehors c’est dans le .. elles allaient boire à la fontaine du village.

20.2 SavièseM:

 mʊtsˈtə     bɔɹdˈɔn dərˈɔ ʊ vɑʃəwˈɛ
Les abeilles bourdonnent dans la ruche.
 pɐɹpjˈɪ ɐ m     ʃ fˈɛɹm
Les paupières à moi se ferment.
ɪ vˈi œ -  ɡɹˈelø {ke / k e} tsˈɛːʒ
Elles voient euh .. les grêles {que / qu’elles} tombent.
ʃə wø - ø pˈək e ɛ- i - iː - tə də krwɛ ɛɹb ɛ ˈatse ʏ ɡˈfl
Si elles.. elles mangent les .. les .. les .. tout de mauvaises herbes les vaches elles gonflent.
pənˈa ɐ nɛ ɛ fˈõŋnɛ     fɐn dː - e fan dɛ kaʴɛlˈ nɑ ʃʊpˈɪːlɔ
Pendant la nuit les fouines font du .. elles font du bruit1 en haut au galetas2.
1[kaʴɛlˈ] ‘bruit’, cf. carelón v. intr. ‘carillonner, faire du bruit’ (BH 2013: 165).
2[ʃʊpˈɪːlɔ] cf. cho‿uópló ‘grenier, galetas; litt. «sur la chambre»’ (FB 1960: 148).
trœ ʒ ˈɑːlɛ ɛ plɑːn na ɛnˈɑ ʊ ɛ
Trois aigles elles* planent en haut en haut l’air.
*[ˈɑːlɛ]: pour le genre féminin d’«aigle», cf. GPSR 1: 201s.
le ʋˈaʒn tteˈ - ɛːm  marˈœn     v ɐtstˈɛ ɛᶾ aˈʊʎə pɔ trøkɔtˈa œː u mɑɡɑʒˈ - e mɑɡɑʒˈ l ɛᵉ m pɔᶷ dɛ tɔt e
Elles vont toujours .. euhm les femmes vont acheter les aiguilles pour tricoter euh au magasin .. aux magasins {c’est = il y a} un peu de tout n’est-ce pas?
eː e dzɔ kʲə v ba de la mʊntˈaɲ l e deʃˈiːʒə
Le le jour qu’elles vont bas de l’alpage c’est la désalpe (litt. descente).
ˈɔɹa ɛ ɛ ˈɑtsə bjɔ- lɛ l  mitˈʏ də ʒ ɑbɹwˈɑ pɔ pɔ ɛ ˈɑtsɛ - ɑ iː - ɛ ˈɑts btə- metɔn dro u muːɹœ pwɛː m- wɛ ø ʋøvɔŋ - tɛs kʲe deˈan dɛ l etˈɑwə pwɛ vɑʒᵊˈ ʊ bwe
Maintenant les vaches boi.. là ils ont mis de-z-abreuvoirs pour pour les vaches à aux .. les vaches met.. mettent dedans le museau puis m.. là elles boivent .. tandis que avant de l’étable puis elles allaient à la fontaine.

21.1 SixtF:

k t ɪ fɑ θo le fˈɛnːʏ     v ɪ ɕəmtˈɪːr aʁɔzˈe le flœr
Quand il fait chaud les femmes vont aux cimetières arroser les fleurs.
ð l t le fɛn al lavˈɑv l lð y lavwˈaʁ - j etˈɛ pa la f- œ j ɛvˈɛ  lawˈɑʁ
Dans le temps les femmes elles lavaient le linge au lavoir .. c’était pas la fon.. euh il y avait un lavoir.
e nˈeː j ɑvˈɛ na mˈœsːa ð la θɑpˈlːɐ de sa- sɐrvaɲˈɪ al s lɑ ɑ la mˈœsːa a sɐrvaɲˈɪ
Hier le soir il y avait une messe dans la chapelle de Sa.. Salvagny elles sont allées à la messe à Salvagny.
ɑ b œː ɬa z ˈθ œː - ɛ  ʒɛnˈɛʁɑl ɪl e pɑ d lə - dø pɛjˈɪ la lɐ pɔstʲˈɛʁ j eː l vn- ɑl vnˈɪv ðɑ- dɛ dɛvˈ paskˈə le - le fˈœɪ pʁ θ     n alˈɑv pɑ a la pˈʊstaː - e la ɬa œ - j ɐ na fˈɛnːa k j əvə la la pˈʊsta
Ah ben euh celles-là .. e.. en général elle est pas de la.. du pays la la postière elle elle ven.. elles venaient de .. de de l’extérieur parce que les .. les filles par ici n’allaient pas à la poste .. et la celle euh .. il y a une femme qu’elle avait la poste.
e pwɪ lɒː le pʏ ʒwˈne bal ser ɑl zɛ - ə s ʁapˈel d rɑ
Et puis là les plus jeunes belles-sœurs elles se .. elles se rappellent de rien.
ɐl s vənˈː mɛ œlz atˈd dfˈyrə
Elles sont venues mais elles attendent dehors.

21.2 SixtM:

tɥit l maˈ -     faɦjˈ loː fry- loː frɥi œ lo mˈɪmɐ
Toutes les maisons .. faisaient leur fromage .. leur fromage elles-mêmes.
le vaθ     bˈæʋ ɐ l ɐbeʀiˈo
Les vaches boivent à l’abreuvoir.
ɑː œː l h də ɦi -     s ɑpˈɑl lʊ ɦizərˈe
Ah euh les gens de Sixt .. s’appellent les Sizerets.
wˈæə əprˈe du z  - əl f tɥʏt œː - tə du træ z  ɑl vˈœl- vˈel tɥe
Oui après deux ans .. elles font toutes euh .. entre deux trois ans elles vêl.. vêlent toutes.
n -  z  ʀ  θ - il mœð b ʊ il mœð pa
On .. on les amène paître .. elles mangent bien ou elles mangent pas.
 ma ɡɹã mˈɑːreː l aθtˈɑvɑː ə - i aθtsˈɑv pa lɔʁ lˈːðe - i faɦjˈ to il ləː - i sa- i savjˈ kˈɔːðre i faɦˈ tɔ l - tɔ lɔ mˈimɐ
Oh ma grand-mère elle achetait euh .. elles achetaient pas leur linge .. elles faisaient tout elles le .. elles sa.. elles savaient coudre elles faisaient tout el.. tout elles-mêmes.
lz ɐvˈuʎ pɛ trikɔtˈɛː - pɛ ɦlø cə     tʳikˈɔt kˈɔ õ bɔkˈ - œl v lz ɐθtˈe a sɐmʷˈ
Les aiguilles pour tricoter .. pour celles que tricotent encore un peu .. elles vont les acheter à Samoëns.
nˈɛ ə θt alˈa - əl s alˈa a lɐ mˈesə
Hier soir elles sont allées .. elles sont allées à la messe.

22.1 TorgnonF:

lɛ vˈatse ɪ bˈɛŋ a l abeveʁɑtˈɔɪ
Les vaches elles boivent à l’abreuvoir.
ɪ ɕ vɛʀɲˈɛ - mɑ j atˈɛɲ dʏfˈuːa
Elles sont venues .. mais elles attendent dehors.
lɛ dzˈie dɛ tɔʀɲˈɔ ɪ ʃe kʀˈej tɔʀɲɔlˈ
Les gens de Torgnon elles s’appellent les Torgnoleins.
ɛ le mɑˈndze e ɕ saʀˈeːjə a la pwʊɲˈɑ
Eh les manches elles sont serrées au poignet.
lɛ tɔmˈɑtɛ kʀˈɛɲ bj lɔ fʀɛt
Les tomates elles craignent bien le froid.
eĩkʲˈø lɛ fəmˈɛlːe     pɔʁtˈɪv lɛ tsʏsˈ neːʀ
Autrefois les femmes portaient les bas noirs.
lɛ bˈoːtɛ     m fã mu u talˈ
Les chaussures me font mal au talon.

22.2 TorgnonM:

lɛː z avwˈœʎe ɪ bɔʀdˈu dədˈĩ lʊ bʀəsˈu
Les abeilles elles bourdonnent dans la ruche.
la ɡʁˈøːsɑ - ɪ ʃə fezˈɪvə da ˈɪʎə lə bˈɑjɛ - j ɑtsətˈɪə pʊ ɲŋ i ɑtsətˈɪʋ la tˈɛɪla lɔ drɑː - e dʒˈœsto lɔ fiː - sɛnˈɔ lɔ rˈɛst ɪ fɪzˈi tɔt ɑ m
La grand-mère .. elle se faisait elle-même les choses .. elle achetait rien elles achetaient la toile le drap .. et seulement le fil .. sinon le reste elles faisaient tout à la main.
lɛ vɪpˈɛɛ ɪ ʃɛ kˈaːts dezˈɔ lə pˈeːrɛ
Les vipères se cachent sous les pierres.
j ɑ də dzœlˈœnːɛ kʲ e  lɛ plˈmɛ blˈŋts
Il y a des poules qu’elles ont les plumes blanches.
lɛ bˈøːje s pu dʒəʁˈøːzɛ
Les couleuvres elles sont pas dangereuses.
kŋ ɪ ɡʀˈɛlːɛ - l bˈetʃe     ɕkˈɑːp - ɪ vŋ æ ʃˈʏːta
Quand il grèle .. les bêtes échappent .. elles vont à l’abri.
ɑpʀˈe lə vˈɑːtsɛ ɪ sˈɔʁt     v lɑʁdzˈe
Après les vaches elles sortent vont paître.
    s dɛː d ʎwˈɛdze kʲɛ n mpleˈɪv pə ɐlˈɑ sʏ pə l bʏ ʁamasˈɑ lɔ bøːk
Ça sont des des luges que nous employions pour aller en haut dans la forêt ramasser le bois.
lɛ bˈoːtɛ     mɛ f mʊ u talˈ
Les chaussures me font mal au talon.

23.1 TroistorrentsF:

l z ɑʋˈøð dø œː melˈɛzə     tʃjˈz d øtˈ
Les aiguilles du euh mélèze tombent d’automne.
lə dəmˈdzə     bətˈav  tsapˈe
Le dimanche elles mettaient un chapeau.
le bwˈte     mə f mal ø talˈ
Les chaussures me font mal au talon.
e s ɑːʁvˈɑj me ɐtˈd dəfwˈø
Elles sont arrivées mais attendent dehors.
lɛ lɛ vˈɑtse k     s fwø e kə     vjœ- kə     vl lɑ ø bø - vˈøj bˈɑʁe dv l ɔtˈɔ d lɑ œ - d lœ - d lɑ ftˈnɑ
Les les vaches quant elles sont dehors et qu’elles veulent .. qu’elles veulent aller à l’écurie elles .. veulent boire devant la maison dans la euh .. dans la .. dans la fontaine.

23.2 TroistorrentsM:

le z avˈœle     fã de bʀɥˈiːç - d la maznˈetːɑ
Les abeilles font du bruit .. dans la ruche.
    vã - ɑʁɔza lɪ ɕjø - ʏ sɪntjˈɛːʁo
Elles vont .. arroser les fleurs .. au cimetière.
e z aʋwˈele pʁ tʁikɔtˈaː - le fˈene     lez ɐtsˈet ʋe mˈaʀt
Les aiguilles pour tricoter .. les femmes les achètent chez Marthe.
s ø ɡʀˈɑle le bˈekjʏ     s kˈɑts
S’il grêle les bêtes se cachent.
le χatolˈiːʋeː     s kˈɑtsː - d l tɑ
Les chauves-souris .. se cachent .. dans le toit.
    s lˈɑʋõ le d
Elles se lavent les dents.
e bˈɛetç ɪ s s bətˈæjɛ  lɑ sˈota ø sotˈi
Les bêtes elles se sont mises en l’abri à l’étable d’alpage.
le bwɔt ʏ m faã mo ø talˈ
Les chaussures elles me font mal au talon.
p lɑ f sɛptˈːbʁə le bˈeɪtɕeː     kitː lə kəmˈ {e     / e} ʋəɲõ ba -     tʃjˈɔʁn ba
Vers la fin septembre les bêtes quittent l’alpage {et / elles} descendent .. redescendent.

24.1 Val-d’IlliezF:

 jˈɑdzɔ l fˈnɛ     lɑʋˈaʋə lə lˈdzə y bɥi dvã l ɔtˈɔ
Autrefois les femmes lavaient le linge à la fontaine devant la maison.
    s plɛn dø vɛ
Elles sont pleines de vers.
e dz     sə bˈøt  dʊnɔzˈ
Les gens se mettent à genouillons.
hɑ le bˈɔte     m fɑŋ ə mɔ pɛ l tɑlˈ
Ha les chaussures me font mal par le talon.
se m ɪ tʁˈbl
Ah ses mains elles tremblent.
ɪ vã bta dʏ l ˈiwɪ ɕʏ lɪ ɕø ʋæ pʁe lə ɕimcjˈɛːʁᵆ
Elles vont mettre de l’eau sur les fleurs vers par le cimetière.
nœf mɑjtsˈɛt viʁvˈɔltən dẽ l- dẽ lʊ pɑʁɑdˈɛ
Neuf mésanges elles virevoltent dans l.. dans le ciel.
ɛ tʁɑvˈɑːð a l ekˈulə
Elles travaillent à l’école.
 dzø də ft ə mtˈɑʋ lʊ lʊ kɔtˈ pɪː ə - lɑ snn l  lu ptalˈ ɔwˈɪ lʏ metʃˈœ ʁˈødzɔ
Aux jours de fête elles mettaient la la robe (du costume traditionnel) puis euh .. la semaine c’est le pantalon avec le foulard rouge.
ə ɕ aʁəvˈaɪ mɛ l atˈd fwe
Elles sont arrivées, mais elles attendent dehors.

24.2 Val-d’IlliezM:

də nɥi le fwˈine     fan dy bʁ pɛ l ɡɑltˈæ
De nuit les fouines font du tapage par le galetas.
ʃɥ kˈtɛ ˈɛʁbɑ     mˈdz lɛ - lɛ vˈɑtse     ɡ- ɡˈθ
Suivant quelles herbes elles mangent les .. les vaches g.. gonflent.
le bwˈɔtɛ     m fã m ʏ talˈ
Les chaussures me font mal au talon.
apʁˈ le ʋˈatɕe e vã fweː
Après les vaches elles vont dehors.
le ʃˈɔvəsuʁˈɪ ː - ʁˈɛst ts lu tɑ
Les chauves-souris elles .. demeurent dessous le toit.
mɛ pɔpjˈɛʁɛ ʃ fˈɛʁm
Mes paupières elles se ferment.
we  jˈɑᵈzə l fˈene ɛ laʋˈaʋ la bˈuja d lɑ ftˈnɑ
Oui autrefois les femmes elles lavaient le linge dans la fontaine.
ɛ vˈaj la ɡal- œː - la lə -     vˈajõ la ɡʁˈɛlə k tʃy
Elles voient la gal.. euh .. la le .. voient la grêle que tombe.

25.1 VouvryM1:

le lɛ le z avˈœ     bordˈɔnən d l vɑʃelˈɛ
Les abeilles bourdonnent dans la ruche.
    ʋɔ ɛʁdʒˈi le θøː - øː- ø ʀpoʒˈø
Elles vont arroser les fleurs .. au (rire) .. au cimetière*.
*[ʀpoʒˈø] ‘reposoir’ est un mot souvenir que le témoin M2 affirme n’avoir jamais entendu.
e bʷˈotʊ     me fˈeʑ mɔ - mo ø talˈ
Les chaussures me font mal .. mal au(x) talon(s).
n ⁿ a kə ɕi- i ɕõ na- nɛʁ ʊ b bʁˈna
Il y en a que si.. .. elles sont no.. noires ou bien brunes.
 jˈɑdzə le fˈenə lɑʋˈɑʋ lœ - lø lʃwœ ə lᵊ ftˈnə - lə bwi
Autrefois les femmes elles lavaient les .. leurs draps à la fontaine .. la fontaine.

25.2 VouvryM2:

sta snˈnø wi fˈɑje      fe lʊ ptju
Cette semaine huit brebis ont fait le(s) petit(s).
 jˈɑðə le fˈenə     lɑʋˈɑʋ jø ldz ɐvˈø lə bwi
Autrefois les femmes lavaient leur linge avec la fontaine.
le vˈɑtsə -     se bʷˈt œ - ʊ     ʋ  sɔtˈi
Les vaches .. se mettent euh .. ou vont à l’abri.
m bwˈɔtø     m f mɑ vø m- mo ø taɐ- taðˈ
Mes chaussures me font mal euh m.. mal au(x) tal.. talon(s).
k ʋ la ɡrˈɛlə li vɑts i ʋ- ʋ ɑ la sˈɔtɑ
Quand vient la grêle les vaches elles v.. vont à l’abri.
sy ø mˈz dø trˈfə tə - e ɡˈf
Si elles mangent du trèfle {..} .. elles gonflent.
ʋ ɑrɔzˈa œ - ͭse flø  simcʲˈeə
Elles vont arroser .. les fleurs au cimetière.
le z ɐʋˈᶞə pu triktˈa œ ləz ə- lɐ lə ləz atsˈet {} mtˈæ
Les aiguilles pour tricoter elles les a.. la les les achètent en Monthey.