Menu

Comparer

Comparer la carte 34010 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Le clitique sujet préconsonantique de la 1re personne du pluriel

 
parler de
témoin féminin
témoin masculin
1
Arbaz
nu//n
 
na
Ø
11
 
1
9
nu/
no
 
Ø
3
3
 
15
2
Bionaz
 
no//n
 
Ø
 
23
 
36
 
Ø
1
1
1
 
26
3
Chalais
 
 
Ø
 
5
 
10
n//n
 
Ø
1
44
1
 
20
4
Chamoson
n
/n
/n/
 
Ø
1
5
5
 
1
 
n
n//nœ
 
Ø
 
2
3
 
2
5
Conthey
 
no/n/
 
 
14
 
nu/
no/
 
Ø
6
2
 
3
6
Évolène
no/n//n
 
Ø
2
16
 
3
n
no//n
/
 
n
 
Ø
1
28
2
 
1
 
16
7
Fully
 
/n
//
 
 
12
8
 
n
n
/n/
 
1
5
3
 
8
Hérémence
/n/n
no//n
/
 
Ø
3
10
4
 
1
nu//n
no//n
nʏə/n/
 
Ø
6
8
3
 
2
9
Isérables
nu//n/n
no/n/
 
n
 
Ø
18
3
 
1
 
2
n
/n
n//
n
 
Ø
1
4
4
1
 
3
10
La Chapelle-d’Abondance
 
/n
 
n
 
 
2
1
 
1
 
-
 
11
Lens
 
/n
 
 
21
 
no//n
 
Ø
7
24
1
 
10
12
Les Marécottes
/n
 
/n//
7
 
4
4
n
n
3
1
1
13
Liddes
n
/n//
n
 
Ø
3
1
7
2
3
 
1
nu//n
n
n//
 
Ø
5
6
3
 
2
14
Lourtier
n
 
/n//
10
 
15
7
nʊ/n
n
 
6
1
2
4
 
15
Miège
/n//n
 
Ø
1
24
 
1
/n
nʊəɔ/no/n/
/
 
Ø
3
10
2
 
2
16
Montana
/n/n
no/n//n
//
n
 
Ø
20
28
4
1
3
 
3
nu//n
nʊo//n
 
Ø
6
6
1
1
 
2
17
Nendaz
nu//n
no/n
//
n/ᶻn
 
Ø
3
3
6
1
2
 
1
n
no/
/
 
n
na
Ø
1
6
2
 
1
3
2
18
Orsières
n
/n
/n//
 
na
Ø
2
9
6
 
1
2
/n
/n/
1
13
6
19
St-Jean
 
no//n
ɲ/œ/
 
ɲɑ
n
 
Ø
 
22
3
 
1
1
 
6
 
n//n
 
Ø
 
14
 
1
20
Savièse
nu//n/n
no//n
 
Ø
6
13
1
2
 
6
/n
n/
 
Ø
4
9
2
 
7
21
Sixt
-
   
     
 
 
 
1
 
22
Torgnon
 
/n
 
Ø
 
29
1
 
2
 
 
Ø
 
20
 
7
23
Troistorrents
/n
/
 
n
4
3
5
 
1
nu/
no/n//n
 
Ø
 
2
20
2
 
4
 
24
Val-d’Illiez
n
 
Ø
1
1
1
 
2
-
 
25
Vouvry
 
nɔ/n
       
 
2
       
 
       
 
1
       

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

  • [nu], [nʊ], [n]

nu trɑːlˈẽŋ ʏ ts
Nous travaillons aux champs.
 vˈoɪ kʊmdẽ tɔt ʏ ʒ ʊːʋrˈɪ
Euh aujourd’hui nous commandons toujours les ouvriers.
n ʃɛŋ ɑ ɑltɪtˈydə də mˈʏɔ s mˈɛːtrə
Nous sommes à l’altitude de mille cent mètres.

  • [na]

k ɪɹə zɥɛn n ɐtstˈɑ l- pɹatekamˈ pa dɛː de tsˈiːrɐ - na fɑʒˈ buserˈi mˈimɔ
Quand j’étais jeune nous achetions lon.. pratiquement pas de viande .. nous faisions boucherie mêmes.

  • clitique zéro

d ɪvˈɪɹ     metˈẽ  ʃɑ
En hiver, nous mettons un châle.

1.2 ArbazM:

  • [nu], [nʊ]

tʃɥ ɛ ʒ ŋ nu tʃɥˈeɪ ũm bˈutʃɔ
Tous les ans, nous tuons un boeuf.
ɑprˈi pɑrtəʃˈẽ - pɑʃˈẽŋ enˈo y ʁɛˈiːrɑ
Après nous partons .. nous passons en haut par le revers.

  • [no]

k no ʀuˈẽŋ ʃy ɔː - dĩ y pˈeɪlo eː plntʃˈɑː krˈɑkɛː bˈyz
Quand nous marchons* sur le .. dans la salle de séjour, le plancher craque bouge.
*[ʀuˈẽŋ] cf. róºᵘ ‘rouler, aller sans cesse çà et là’ (FB 1960: 425).

  • clitique zéro

    netˈɛŋ o bˈøʏ
Nous nettoyons l’écurie.

2.1 BionazF:

  • [no], [nɔ], [n]

œː no vɛˈ lo kʎtsˈɪ de lʏʊˈ
Euh nous voyons le clocher de loin.
d ŋ kʊː ʏɲˈə ɑtsətˈɑ l fʁomˈɑtso - lɔ fəzˈ nɔː
Autrefois personne n’achetait le fromage .. nous le faisions nous.
n sɛ də bjoˈ
Nous sommes des Bioneins.

  • clitique zéro

    sntˈ sˈɪ lə kʎˈɔtsə
Nous entendons sonner les cloches.

2.2 BionazM:

  • [nʊ]

veˈɛ lə ɡˈɔtːə də la plˈɔdzə dəɕˈɪ la fʀənˈɪːtɑ
Nous voyons les gouttes de la pluie sur la fenêtre.

  • [nɔ]

wː ɕˈɛŋ p- pʀɛsk a ʋtədˈʊ kjɪlɔmˈɛtʁə də də də ʋˈlːə
Oui nous sommes pr.. presque à 22 kilomètres de de de Ville (= Aoste).

  • [nœ]

ɑː seʎ m bɪˈːɑ ˈɑɲa ɕ pɑmɪ kjɐ dʊ ɕ ɕkntə ɕˈĩkjə - dəvˈ n ajˈ tʁæɪ ɕ
Ah ici à Bionaz maintenant ici nous sommes plus que deux cent cinquante cinq .. avant il y avait trois cents.

  • clitique zéro

jø a vɪːpʁˈʊ     s ælˈʊ katsˈʏ dʏ fɛˈ
Hier dans l’après-midi nous sommes allés ramasser du foin.

3.1 ChalaisF:

  • [nɔ]

ɛn ʏvˈɛːr ʃɛŋ tɔzˈɔ n pl ʃɔlˈɛᵏ - l œ fr b
En hiver nous sommes toujours en plein soleil .. c’est très agréable.

  • clitique zéro

    ʃœŋ aʁʏvˈaː a - dʒst a ɑ kˈɔmba le
Nous sommes arrivés à .. juste à la combe là.

3.2 ChalaisM:

  • [nʊ]

adˈɔn n ŋ d ʁɑʀˈɑː d ʊŋ kɔtˈeː mtˈŋ lɪ pˈɑʁlœ pwː - ʊ mitˈŋ l a l ˈɛʀə pɔ bˈɑtrə lɔ blɑ - ɛ pwɛ ʃʊɡ dɑmˈɔn nɔ lɑʃˈeŋ sɔˈɑŋ - ʃɔʋˈn ʊna plˈɑʃ pwɔː lɔ ɡrenˈi - pɔ mˈɛtʁə lɔː - lɑ tse kruˈɑːə kə l- tsɛ dɛə n- də n- də pɑŋ də vjo p poɔː lɔ lɑʃjˈe ʁɑʃˈeɡ pɔ - beŋ lɔ trɔvˈɑ ɑ mˈɔdə kɔmːə n mzjˈ
Alors nous avons de raccards d’un côté nous mettons la paille puis .. au milieu il y a l’aire pour battre le blé .. et puis en haut au-dessus nous laissons souvent .. souvent une place pour le grenier .. pour mettre le .. la viande crue que l.. un peu de n.. de n.. de pain de vieux pain pour le laisser rassir - pour bien le trouver à point comme nous (le) mangeons.

  • [nɔ], [n], [n]

mtˈɛŋ l pɔmˈt ʊ selˈi
Nous mettons les pommes de terre au cellier.
pndˈ stɪɡ tɛŋ n nɔʒ okupˈɛŋ ɑ fˈeʁə lɔ frɔmˈazɔ
Pendant ce temps nous nous occupons à faire le fromage.
ɑdˈɔn vɪzɑvˈɪ d ntʃɛ nɔ - frɑn œː - m pʊ deʁ ɑː - ɑ kˈɔʊ d ɥɛs - l œ pɹɔɡ lɔ ɡrɑɱ bvˈ ke n vj lɔ mjɔs - pɔ ʃeŋ k dɑbˈɔ l ɛː l ɛ ɡro kʊm ʊna mɔntˈɑɲə - ʃe fɑ feʁ  pleɔnˈasmə -  pwɛœː l ɛ ɡɑʎˈɑ tɔzˈɔ kɔvˈɛr də nk
Alors vis-à-vis de chez nous .. directement euh .. on peut dire à .. à vue d’œil (litt. à coup d’yeux) .. c’est bien le Grand Bonvin que nous voyons le mieux .. parce que d’abord il est il est gros comme une montagne .. s’il faut faire un pléonasme (rire) .. et puis il est presque toujours couvert de neige.

  • [nə]

adˈ pɔ fˈeʁə lɔ bwɪt - lɔː - ʊn ˈɔmə dʊ meχjˈ k  ː œː - dəʃˈ lɔ ʃɑrpɑntʃjˈ - krʒˈɑːvœ awˈe ʊn utˈɪ ke nɔ dəʒɪʃˈaŋ la ɡuːʒɐ
Alors pour faire bassin de la fontaine .. le .. un homme du métier que se {…} euh .. nous disons le charpentier .. creusait avec un outil que nous appelions (litt. disions) la gouge.

  • clitique zéro

le dˈalë kʲəː     mtˈeŋ dɛʒˈɔt ɛmpˈɑtsɛ l ʀˈatə d alˈa n- jin u ɡrenˈi
Les dalles qu’on met (litt. nous mettons) dessous empêche les souris d’aller n.. dedans au grenier.

4.1 ChamosonF:

  • [n]

 dz d fˈitɐ n mʏdzʏsˈ dɛ ptʃʲˈ pã
Les jours de fête nous mangions de petits pains.

  • [nɔ], [n]

si t pˈɪːʁə n vẽ pɑ dabˈɔ nɔ vɛʁˈa pɒmi
Si ton père ne vient pas bientôt, nous nous verrons plus.
a mat ɛ mœ - nɔ n s ʃtˈɑe sœ  - d l ˈɛʁbə
La fille et moi .. nous nous sommes assises sur euh .. dans l’herbe.

  • [nø], [n], [nœ]

vwˈɑe vʏɲ pɑmi
Aujourd’hui nous venons plus.
n vaːz y ts
Nous allons au champ.
s sø ɑ ʁˈivɑ dʁɑɛtᵊ {ᵈᵊ ʶᵓͭ} dy ʁˈun
Oui nous sommes sur la rive droite [ᵈᵊ ʶᵓͭ] (à voix basse) du Rhône.

  • clitique zéro

    mt dœ leɡˈymə kᶷ- œː tʁɔsˈoː t fˈɛɪ
Nous mettons des légumes cou.. euh coupées tout fin.

4.2 ChamosonM:

  • [n]

tã z ã tã l ɑ ɔ bʁujˈɑ kɛ ven n tənˈi kpaɲˈi
(De) temps en temps il y a le brouillard qui vient nous tenir compagnie.

  • [n], [nœ], [nœ]

mɛ  fo ɡə nə n lɛʋˈis tʃɥ  dz
Ben il faut que nous nous levions tous les jours.
œ bɛ tʀaʋˈajən dæ ɪn tsã
Eh bien nous travaillons dans les champs.
nœ ʋaz ʏ ts
Nous allons aux champs.

  • clitique zéro

mɛ ø ɡʁənˈaɛ  -     mɛtəsˈɛ ɛ z ajˈ pwa ɛ pʁʋʒjˈ
Ben au grenier on .. nous mettions les habits puis les provisions.

5.1 ContheyF:

  • [no], [n], [nɔ]

ʃːɪ ɔ pˈɑːʁə ʁtrə pɑ d abˈ no n ʁəvæʁˈ pami
Si le père rentre pas bientôt, nous nous reverrons plus.
n paʃ bɑ - dy dy bje dy ʃɔˈɛ
Nous descendons (litt. passons bas) .. du du côté du soleil.
traːaʏjˈ d œ ts
Nous travaillons dans les champs.

5.2 ContheyM:

  • [nu], [nʊ]

mœ parˈ - azøtˈa pɑ dɛ ʒŋbˈ - nu butʃʃˈ ɛ kɑjˈ mˈɛᵐᵓ
Mes parents .. achetaient pas de jambon .. nous bouchoyions les cochons mêmes.
 bɪ ʃˈda a ˈɛʁdə ʃ a w θ meːtr
Eh bien ici à Erde nous sommes à huit cents mètres.

  • [no], [nɔ]

no trɑˈɑːd d  ts
Nous travaillons dans les champs.
ɑ mˈata ɛ j ʃ ʃjtˈoʊ d ˈɛʁbᵃ
La fille et moi nous sommes assis dans l’herbe.

  • clitique zéro

    ʃ bĩ tʃø nɔ
Nous sommes bien chez nous.

6.1 ÉvolèneF:

  • [n]

jʏ foːt k nɔ lvɪʃˈã tɥi lɛ zɔʃ
Il faut que nous nous levions tous les jours.

  • [no], [n], [nɔ], [n]

ʃœ lʏ tʃjɔ paːʀɪ ë tˈɔʁn pa d abˈɔ no nɔ v- ʀɛvʁŋ pamɪ
Si le tien père il revient pas bientôt nous nous ve.. reverrons plus.
 famˈiː n mzˈ ʃɔvˈ la pɔlˈtᵃ
En famille nous mangeons souvent la polente.
travajˈɛŋᵏ ɪ tsãʃ
Nous travaillons aux champs.
lʏ mɛj maːt e joː n n ʃɛŋ aɕɛtˈajə ʃ-  l ˈɹbɐ
La mienne fille et moi nous nous sommes assises s.. en l’herbe.

  • clitique zéro

ʃy paʃʃˈas p ʃˈiːa     vɔ ʁɛvɛʁˈaŋ awˈi plˈɪːʒi
Si vous passiez par ici, nous vous reverrions avec plaisir.

6.2 ÉvolèneM:

  • [n]

kã j ɛ ku ˈura - lœ lœ ʒ uʃˈœsɪ jɪ kʎˈakən - n ʃʏn ʊbliʒˈa de lœ ʒ atatʃjˈ
Quand c’est la tempête* de vent .. les les volets ils claquent .. nous sommes obligés de les attacher.
*[ku], cf. kou n.m. ‘tempête de neige’ (FQ 1989: 117).

  • [no], [nɔ], [n]

no ʁˈɑːklẽ lø kuvˈeːʃ
On racle (litt. nous raclons) les couverts.
travaʎˈŋ ɪ tsŋʃ
Nous travaillons aux champs.
tɥi lɛ ʒ an n tɥɛŋ m butʃ
Tous les ans, nous tuons un bœuf.

  • [nø], [nœ]

jø fo kʊ n lœviɡʃˈn tɥi lɛ zɔʃː
Il faut que nous nous levions tous les jours.
ɛ - dʊ tŋ kjə lœ vˈatsʏ l ʀŋzən - ʃ ɔ- ʃ ɔkˈʊpŋ a fabrɪkˈɑː lɔ - lɔ frɔmˈɑːzɔ
Euh .. pendant que les vaches elles ruminent, nous .. s’o.. s’occupons à fabriquer le .. le fromage.

  • [n]

l vʏlˈɑzə d ɔːlˈɛna n ʃɪn ta mntˈ ʃa s ʒ abɪtˈs
Le village d’Évolène nous sommes environ* sept cents habitants.
*[ta mntˈ] cf. tann moutèin loc. adv. ‘environ, approximativement’ (FQ 1989: 186).

  • clitique zéro

lɛ tˈatsʏ     l ʒ ɐtsʲɛtˈɛẽ ɛŋ ɐ kkajerˈɪk  vˈʏlə
Les clous nous les achetons en la quincaillerie en ville.

7.1 FullyF:

  • [nɔ], [n]

ʃ w paʃˈɑ pəʁ ˈĩtɕə ʃɑʁej kõtˈ ᵈ w vɛːʁ
Si vous passez par ici, nous serions contents de vous voir.
n v ɐdzətˈa li ʃju ɐ la kkajəʁˈi ytʁ ɪ vølˈɑdzə
Nous allons acheter les clous à la quincaillerie outre au village.

  • [nø], [n], [nə]

la dymˈzə - li dzø də fˈiːtᵊ mødzˈʏv ʃɔvˈɛn də pətʃu p y də pŋ blã
Le dimanche .. les jours de fête nous mangions souvent des petits pains ou du pain blanc.
dabwˈə paʃˈ ɐ tʁavˈe  ɡʀo pla
D’abord nous passons à travers un gros plat.
la bˈuːbə pwæ mœ nə ʃ ʃətˈɑɪ d l ˈɛɹbɐ - ʃy l pʁoː
La fille puis moi nous nous sommes assises dans l’herbe .. sur le pré.

7.2 FullyM:

  • [n]

œː la bˈʊːbɔɛː awɪ mœ nzə ɕ ɕətˈo ᵊ d l ˈɛrbæ
Euh la fille avec moi nous nous sommes assis dans l’herbe.

  • [n]

ɛ maɛ d ʒwɛ n v inˈo ɑ lɑ mʊtˈaɲa
Au mois de juin nous allons en haut à l’alpage.

  • [nø], [n], [nə]

vˈɛjœ le ɡˈɔtə d ə - də la plˈɔzə ʃy la fənˈiːtrə
Nous voyons les gouttes de pluie sur la fenêtre.
n lɪ mœtˈɛœ d dœː ɛːœː - dəd d  poˈɔ pɔ əː lø ftˈə
Nous les mettons dans de euh .. dedans d’un pot pour euh les fontaines (?)
la fˈœnɛ ɛ pwaɪ m ɕ tɥɪ du nɛ  valˈæj
Ma femme et puis moi nous sommes tous deux nés en Valais.

8.1 HérémenceF:

  • [nʊ], [n], [n]

nʊʒ ʃwˈɲɛm bj dɛ l ˈanta ʒulˈiː
Nous nous souvenons bien de la tante Julie.
a wi lœ bˈelə fˈeːθə n mɛtʋ lɔ blantsˈɛ lɛ mɪ bjö z aʎˈ pr la la mʃː
Ah oui, les belles fêtes nous mettions le «blantsè*» les plus beaux habits pour aller (à) la messe.
*blantsè n.m. ‘robe du costume des dames’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 28.8.2014).
a dømˈzə n mzɪʃˈʏn dɛ ɡatˈo
Le dimanche nous mangions du gâteau.

  • [no], [nɔ], [n]

le ʑɔ di ɡrã feɦ no - mɪzɪʃˈʏn de ptˈi p
Les jours des grandes fêtes, nous mangions des petits pains.
 famˈøʎɛ mɪzˈ ʃɔˈœn d pɔlˈɛnt
En famille nous mangeons souvent de polente.
n vaʒˈœ ø ts
Nous allons aux champs.

  • [nø], [nə]

fo kə nʊ lɪviʃˈɑn tɥi lɛ zɔ
Il faut que nous nous levions tous les jours.
ʃ  tɔrnˈɑ pɐʃˈɐ per ːŋk ʃarˈ kntˈœn ᵈ ʊ ʋˈɛːʁ
Si vous repassez par ici, nous serons contents de vous voir.

  • clitique zéro

d atro kʊ ɲŋ ɑtsətˈae dɛ frɔmˈɑz -     lɒ fɑʒɪʃˈẽ mˈɪmɐ
Autrefois personne n’achetait de fromage.. nous le faisions mêmes.

8.2 HérémenceM:

  • [nu], [nʊ], [n]

lɛ tˈatsə nu vaʒəʒˈ lœ z ʒ atsətˈa ba lɔ martʃˈn de feː bɑ ɪ ʃʲ
Les clous nous allions les acheter en bas chez le marchand de fer bas à Sion.
demˈɑr kje  vɑʒˈ na a la mtˈaɲə
Mardi qui vient nous allons en haut à l’alpage.
l mˈata a mœː ɛ jo n n ʃ ʃɛtˈa ʃu l ˈɛrba
La fille à moi et moi nous nous sommes assis sur l’herbe.

  • [no], [nɔ], [n]

dʏmˈɑ kj  no vɑʒˈ pojˈe
Mardi qui vient nous allons inalper.
trajˈ ɪ tsœ
Nous travaillons aux champs.
n vɛɪjˈ lɛ ɡˈɔtə ðə la plˈːze kɛ ʃ ʃu lɛ fənˈθr
Nous voyons les gouttes de pluie que sont sur les fenêtres.

  • [nʏə], [n], [nə]

nʏə ʃ a pˈna ʒˈɪe pɔʁ eθˈdʁ lɔ fwˈɑ dʒjˈɛ
Nous étions à peine dix pour éteindre l’incendie*.
*[fwˈɑ dʒjˈɛ] ‘incendie’, cf. GPSR 5/1: 18b s.v. danger.
fʊ kə n nɔ lɪːʒˈɑn tɥe lɛ zɔ
Il faut que nous nous levions tous les jours.
l tʁøfl mɛtˈ bɑ ʊ selˈɪ
Les pommes de terre nous mettons en bas à la cave.

  • clitique zéro

    lœ lɑʃˈ  tsaŋ tkɛ mjœzˈoː
Nous les laissons paître jusqu’à midi.

9.1 IsérablesF:

  • [nu], [nʊ], [n], [n]

d iʋˈiər nu mətəsˈẽŋ ə -  ʃˈalː - s- so o kostˈymə pɔr ɑwˈeɪ mje tsˈowᵋ
En hiver nous mettions euh .. un châle .. s.. sur le costume pour avoir plus chaud.
vəzˈŋ œe tsãᶢ
Nous allons au champ.
atramˈ n mœtˈɛn dɛː ə - leɪɡˈymə kɔpˈaː fɪɲ
Autrement nous mettons des .. légumes coupés fin.
l ɔm a mɛ pwiː - pɥi jɔ n s ne  ʋalˈɛj
Le mari à moi et puis .. puis moi nous sommes nés en Valais.

  • [no], [n], [nɔ]

e kˈutə də bˈtə noː - pɬantˈŋ ŋ - ˈnɐ mõntˈɛnta
Les côtes de bettes nous .. [les]* plantons en .. lune montante.
*Omission du pronom régime: voir Marzys 1964: 57-58.
n travalˈɛn ɛɪ kʊtˈeɪʱ
Nous travaillons dans les (litt. aux) jardins.
ː fjetˈŋ ə ɔː cʲẽːz ˈuːt - d - ᵊnɐ mɛs nˈ m baˈu - pwiː - atrɐmˈɛnᵊ ɐː - patrˈnˈalə lˈa o c- təː - dɛmˈɛnz ɑprˈi
Nous .. fêtons euh .. le .. quinze août .. d.. une messe en haut en Balavaux .. et puis .. autrement la .. patronale ici le qu.. euh .. dimanche d’après.

  • [n]

kŋ ˈiɹɔ dzʊwˈʏnə n tsətˈm paː bwʊn də vi- dɛː tʃɪr
Quand j’étais jeune nous achetions pas beaucoup* de vian.. de .. viande.
*[bwʊn] ‘beaucoup’, cf. Favre-Fournier 1969-72: 121 s.v. bouéïngn.

  • clitique zéro

siː ɛ sɛ ɪ tʃo pˈarːəː e vëm pa d abˈor nö     vɛrːˈeẽn d abˈor pamˈie
Si euh si le tien père il ne vient pas bientôt* nous nous verrons franchement* plus.
*[d abor] II.1. ‘bientôt’, II.3. ‘élément affectif renforçant une affirmation’ (GPSR 1: 64-65 s.v. abord).

9.2 IsérablesM:

  • [n]

œː n mtˈɛn dɛ bɑrˈy pɔr ɐvˈɛ a brɑːẓ
Euh nous mettons des pives pour avoir la braise.

  • [nɔ], [n]

vɑjˈ ɛ ɡˈɔtə də pθˈɔdə s ɑ feɲˈetrᵊ
Nous voyons les gouttes de pluie sur la fenêtre.
n tzˈn  fˈɑjɛ
Nous tondons les brebis.

  • [n], [nœ], [nə]

d lə t ɐtstˈɑ ɲ o fromˈɑːdɛ - n fɑsˈ nɔ mˈɛːmə
Dans le temps achetaient* personne le fromage .. nous faisions nous mêmes.
*accord logique au pluriel.
də tsɔtˈ sɛjˈœŋ ɔ fœᶢ
En été nous fauchons le foin.
 mø de ʒɥeː pɔjˈ
Au mois de juin nous inalpons.

  • [nʏ]

dəmˈɑr cʲə ʋøɲ n vəzˈɛm pʊjˈ
Mardi qui vient nous allons inalper.

  • clitique zéro

 e vˈujɛ     mɛtɛsˈʏn sɛͭʃj ɔ rəkˈo
Dans les balcons nous mettions sécher le regain.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

  • [nɔ], [n]

s  pɑsˈɑvɔ pɛʁ ˈtʃjə  v- vɔ ʁvɛʁˈ avɛ - ˈɛ plezˈi
Si vous passiez par ici, on v.. nous vous reverrions avec .. avec plaisir.
snˈna k vã n v ø maʁθˈa
La semaine qui vient nous allons au marché.

  • [nə]

n vœndʁ pɑ - vəndʁɛ pɑ
Aujourd’hui nous ne viendrons pas .. viendrait (?) pas.

  • [n]

n s ʁɑpˈɛl bæ d la tˈnta ʒyliˈɑ
Nous se rappelons bien de la tante Julia.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

-

11.1 LensF:

  • [nɔ], [n]

mtẽŋ lɔ mɔtʃˈuːr h lɛ ʒ sˈɛbljɛ - ˈɔrɐ - ɛ fəʒj  nuːʎ ni dəvˈã - ɛ pɔ ɑprˈʏ mtˈẽŋ na pətˈitɐ brˈɔʃᶷ pɔ tənĩ lɔ nuːʎ
Nous mettons le fichu sur les épaules .. maintenant .. et nous faisons un nœud par devant .. et puis après nous mettons une petite broche pour tenir le nœud.
lø bwˈata ɛ jɔ n n ʃẽŋ aʃɛtˈeːɛ n- ʃoʊ l ˈrbɑ
La fillette et moi nous nous sommes assises n.. sur l’herbe.

11.2 LensM:

  • [nʊ]

paʃˈeŋ ʃu la ʁˈeːha
Nous passons sur l’arrête.

  • [no], [nɔ], [n]

o ʃa pru - ɛ - ɛ pɑ - ɛ pɑ t kˈɔr ʃe ke nʊ nuʒˈeŋ - no duʒˈeŋ nɔ mhʎˈaː - dəvˈaŋ irɛ - tɔzˈɔ lɛ lɛ fˈɛnə a ɡˈoːsə ɛ lɛ ʒ ˈɔmɔ a drit
Ah ça oui .. c’est .. c’est pas .. c’est pas tant encore que nous osons nous osons nous mélanger .. avant c’était toujours les les femmes à gauche et les hommes à droite.
lʏ fˈɛnæ ɛ j ʃe neːʃˈʊp œŋ valˈi
La femme et moi nous sommes nés en Valais.
ɛ bˈeŋə tɔ dəpˈɛŋ t dəpɛŋ ʃɛŋ iə - ʃ ˈirə kɔmˈɔdɔ n nɔ faʒˈaŋ le ʒ eɪnˈe ɛ nɔ tsarzˈaŋ katr einˈe ʃu lɔ ʃu l tsaʀˈɛt a eʃjˈɛlə -  nɔ dəʒˈan ben tsaɹzjˈa mitʃja mənˈaː - p ʃeŋ ke ʃe nɔ tsarzˈam pa beŋ n ɛ a tsˈarzë kjɛ ʀʊβatˈaːʋə ɛ irˈɛ ə - falˈiə lɔ rəprˈɛndrə ə rəmˈɛtrə le ʒ eɪnˈe ʃu pʎaʃ
Eh bien tout dépend tout dépend c’était .. si c’était commode nous faisions les charges* et nous chargions quatre charges sur le sur le char à échelle .. et nous disions «bien chargé moitié mené» parce que si nous chargions pas bien nous avions la charge qui retombait et il était .. il fallait le reprendre et remettre les charges sur place.
*[eɪnˈe]: cf. èin s.f. ‘charge de bois, de fumier, de blé, etc. que porte en une fois une bête de somme’ (GPSR 6: 187).

  • [nœ]

n awəʃˈŋ œː ʃɔnˈa lɛ kʎˈɔsːə - ʊ - dɛ ˈɑzɔ dʒˈŋ klɔkˈɑ
Nous entendons euh sonner les cloches .. ou .. parfois nous disons tinter.

  • clitique zéro

dŋ lɔ teŋ j a ɲuŋ j ɐtstˈaŋ lɔ frɔmˈaẓᵓ -     lɔ faʒˈœn nɔ mˈimɔ - ma ej ajˈi tozˈɔ de pˈuːrɔ œ pwɛ i ʀekrɛaʃjˈ kan irˈaŋ ɡamˈŋ     laŋmˈam ben tsãŋʒiˈɛ - nˈuhrɔ frɔmˈaːzɔ awˈe lɔ fromˈazɔ de ɦlu ke l atstˈa
Autrefois il y a personne qu’achetaient le fromage .. nous le faisions nous-mêmes .. mais il y avait toujours des pauvres et puis aux récréations quand nous étions gamins .. nous aimions bien échanger.. notre fromage avec le fromage de ceux que l’achetaient.

12.1 Les MarécottesF:

  • [nʊ], [n]

la dəmɛˈdzə mdʒˈɪəv de ɡɑtˈoː
Le dimanche nous mangions du gâteau.
n ʃpˈ pœ v li ʃat œːʁ
Nous soupons par vers les sept heures.

  • [nø], [n], [nœ], [nə]

m kʊʒˈː e jˈʏə təɲˈɛʏv le kˈɔntɕy dɛ la buʁʒwzˈɪː
Mon cousin et moi nous tenions les comptes de la bourgeoisie.
ma dœlˈːt e jø n n ʃ ʃɛtˈeɪ ʃy l ˈɛːʁbɐ - ʃy l pʁo
Ma fille et moi nous nous sommes assises sur l’herbe .. sur le pré.
tʁavˈaj d lɪ kʊʀtˈi
Nous travaillons dans les jardins.
m paʀˈ l atsətˈɑv pɑ d ʒmbˈ - n ˈɛv d kajˈɔŋː - faʒˈev la butseʀˈi
Mes parents ils achetaient pas de jambon .. nous avions de cochons .. nous faisions la boucherie.

  • [nʏ]

mn ɛpˈː ɛɪ jø - ʃ ne  vɑlːˈ
Mon mari et moi nous sommes nés en Valais.

12.2 Les MarécottesM:

  • [n]

mɑ fˈeɪjɛ ɛ ɛ jø n n ʃ ʃtˈo d l ˈɛːʁbɐ
Ma fille et et moi nous nous sommes assis dans l’herbe.

  • [n]

ma fˈnːə e jø n ʃ ne tɥi du  ʋalˈɛ
Ma femme et moi nous sommes nés tous deux en Valais.

  • [nø]

vˈɛj le ɡˈɔtə də plˈɔdzə ʃy la fɛnˈeːtrə
Nous voyons les gouttes de pluie sur la fenêtre.

13.1 LiddesF:

  • [nʊ]

sʏ wʊ tˈɔʶnːɔ pasˈɪ pər ˈëɛɲcʲ - wo ʁʋaʁˈ wʏ plezˈi
Si vous repassez par ici .. nous vous reverrons avec plaisir.

  • [n]

ma bˈuba e jœ nː sæ ʃœtˈi d l ˈɛrba
Ma fille et moi nous sommes assises dans l’herbe.

  • [nø], [n], [nœ], [nə]

tɕøː ᵈli z ãn tɥ õm bwˈʏtɕɔ
Tous les ans nous tuons un bœuf.
mn ɔm  mwa n n ᵈs ne  ʋalˈɛe
Mon mari et moi nous nous sommes nés en Valais.
nː sœʋʏɲˈ bj dæ ʁə- dë tˈnta ʒʏlˈɪjɛ
Nous nous souvenons bien de re.. de tante Julie.
m kwʏzˈẽ  m təɲˈẽ li kˈntə dɐ la burʒwazˈi
Mon cousin et moi nous tenions les comptes de la bourgeoisie.

  • [nʏ]

ʋ i tsã
Nous allons aux champs.

  • [n]

tsˈɪcj ku tjʏ ʋjˈe la bla mˈiɹə n n tsˈeŋkaɲẽ
Chaque coup que je voyais la belle-mère nous nous disputions.

  • clitique zéro

kã eɹ dzʏvˈyna n astˈim pɒ la tse -     fazˈẽ la butsərˈi d œøtˈ po tɔ l 
Quand j’étais jeune nous achetions pas la viande .. nous faisions la boucherie d’automne pour tout l’an.

13.2 LiddesM:

  • [nu], [nʊ], [n]

ma fˈønːa e j nu s ne y -  valˈɛj
Ma femme et moi nous sommes nés au .. en Valais.
li trˈfə møtˈɛ a la kˈɑvɐ
Les pommes de terre nous mettons à la cave.
pʊ ʋːni  tsdˈʊna n s - n a prɛz asəbˈẽ li ɥˈɛedzə mi  mʊlˈœ pɔ le triˈe dəvˈã j er  pitʃˈu tsymˈẽ pɔ sɛŋ k n avˈɛ pɑ la lˈiɲə drˈɛetə fadˈiə  tsʏmˈẽ pə ktˈɔ
Pour venir à (litt. en) Chandonne nous sommes .. on a pris aussi les luges, mais un mulet pour les tirer devant, c’était un petit chemin raison pour laquelle nous avions pas la ligne droite il fallait un chemin par contours.

  • [n]

n vɛ ɪ tsã
Nous allons aux champs.

  • [n], [nœ], [nə]

n vejˈɛ li ɡˈɔtə də plˈðə ɕʏ la fənˈitrɑ
Nous voyons les gouttes de pluie sur la fenêtre.
ma bˈuba ɛ jɔ - nːœ s ʃɛtˈʊ sy l ɛ- d l ˈɛrba
Ma fille et moi .. nous sommes assis sur l’he.. dans l’herbe.
lœ sɔlˈŋ œː dy pˈɛɪlʏ jʏ drˈm l ɛ bˈasɔ
Le plafond de la pièce où nous dormons il est bas.

  • clitique zéro

j fo kə     nː ləʋiɕẽ tɥi li dzɔ
Il faut que nous nous levions tous les jours.

14.1 LourtierF:

  • [n]

ð  bujˈ p bɐjˈï d ɡwʊˈə - n mtɛˈ  -  ʒ u a mjʏˈɑ
Dans le bouillon, pour donner du goût .. nous mettons un .. un os à moëlle.

  • [nø], [n], [nœ], [nə]

møtˈiː ɪ- ø faɹbalˈa i dz də fˈitɐ - mtjˈœ œ tsapˈo pla pɔ ɐlˈɔ tɹɑɐjˈø -  a baʁˈøtøʏ cɥi dzø
Nous mettions les.. le falbala les jours de fête .. on mettait le chapeau plat pour aller travailler .. et la barrette tous les jours.
kɛæ nʏ ʃɛ tʃʏ n mʏzˈɛ ʃɥ də pɔlˈt
Quand nous sommes tous, nous mangeons souvent de la polente.
œ mjɔ kuʒˈɛĩ - ɛ jø - n tœnɑː- tːœɲˈɛ i kˈtə d a buɹʒwazˈiə
Le mien cousin .. et moi .. nous ten.. nous tenions les comptes de la bourgeoisie.
mæɪʏ bʷˈbɐ - e jʏ ʃ ʃətˈɑɪ - nø nø n- nʏ nø ʃ ʃətˈɑɪ d ɛːʁb
Mienne fille .. et moi nous sommes assises .. nous nous n.. nous nous sommes assises dans l’herbe.

  • [nʏ]

tɕɥɪ kʊ ke j ʋˈœijə - a blˈaː miː - nə rɛpjˈetɛ
Tous les coups que je voyais .. la belle-mère .. nous nous disputions.

14.2 LourtierM:

  • [nʊ], [n]

nʊ boɹlˈ d ʋɐtsˈɔʋ pɹ ˈe d bɹˈɑːʑ
Nous brûlons des pives pour avoir de la braise.
 mˈæʏ fˈənɐ ɛ jøː n ɕ ne  ʋəlˈɑ
Ma femme et moi nous sommes nés en Valais.

  • [n]

e mæjʏ bˈubɐ ɛ jʏ n nə ɕ ɕɛtˈɑjɛ d ˈɛrbə
La mienne fille et moi nous nous sommes assises dans l’herbe.

  • [nø]

pˈɑɕ ɕ a kɹˈtɛˀa
Nous passons sur la crête.

  • [nʏ]

ʋˈeːʒ ɪ ts
Nous allons aux champs.

15.1 MiègeF:

  • [nʊ]

ʃe lɪ papˈa ɪ jœm pa d abˈoʳ nɔ vjˈm paəmeɪ
Si le papa il vient pas bientôt nous nous voyons plus.

  • [nö], [n], [nɔ], [n]

d l t veitˈ ʃɔv lɛ ʒ fˈan damurˈ derˈi lɐ tsapˈela
Autrefois nous voyions souvent les enfants jouer derrière la chapelle.
ɪ kuʒˈŋ ɑwˈe me n tːtŋ lɛ kˈɔnt d la burʒʷɑzˈɪ
Le cousin avec moi nous tenions les comptes de la bourgeoisie.
pɔr ɑlˈɑ ɑ lɑ mntˈaɲə nɔ kɔᵛˈœ œ nɔ pˈɔpa kã parteʃˈ j a dabˈɔr  -  tsalˈɔt ɑwˈɪ e pjɑ
Pour aller à l’alpage il nous convient euh nous p.. quand nous partons il y a d’abord un .. un bout de chemin* où c’est plat.
*[tsalˈɔt] cf. tsalot ‘bout de chemin, trajet’ (Duc 1986: 107).
k irɔ zoʊʋˈɛn n n aʋitˈan d kə d la dɪmˈnzɪ la tsr - n ɑtstitam pa
Quand j’étais jeune nous en avions alors que donc le dimanche la viande .. nous achetions pas.

  • clitique zéro

ə beː jɔ jɔ prʒjvɔ k n aʏtˈan de fˈiːvrɔ fɑʒjˈvɔ də - pɔ l ʒ fˈɑn d bŋ aʊ de tiˈuːlɛ o bŋ     trɑmpˈɑŋ  ɡrˈoʊ lˈnzɔ  l rɔlˈa dədˈɪŋ aʊ lɛ- ɪr tɔt - j ˈa pa tan  mdɪsin dəv
Eh bien moi je prenais quand nous avions de fièvre je faisais de .. pour les enfants de bains avec de tilleul ou bien nous trempions un gros linge et les rouler dedans avec ça .. c’était tout .. il y avait pas tant de médecines avant.

15.2 MiègeM:

  • clitique zéro

aprˈ - dʃnditˈ pɛ l kotˈe ʃolɛˈɑ
Aprés .. nous descendions par le côté ensoleillé
œː n - l ʃiːrˈ - wɛt kpˈɛ - po fˈrɛ sɛt e  - ɐ fˈɑːrsɛ
Euh nous .. l’étions .. huit copains .. pour faire cette eh euh .. la farce.
k əɔ ʏɹɔ zvˈnɔ - n œʋitˈam pru dɛ d tsɛr nɔ mˈɛmɔ -     faʒiˈ le bʊːtserˈɪː twɑ  katsˈɔŋː
Quand j’étais jeune .. nous avions assez de de viande nous mêmes .. nous faisions les boucheries .. tuer un cochon ..

  • [nʊəɔ], [no], [n], [nɔ]

nʊəɔ mtˈ l fluːr d də pɔt
Nous mettons les fleurs dans de pots.
no mɛtˈɛŋ lɛ pomˈɛt o selˈiər
Nous mettons les pommes de terre au cellier.
n lo pɔrtitˈɑŋ ɑ lɑː - ɑ ɡrˈanz ɑwˈe dɛ ə lẽsɥˈɛts
Nous le portions à la .. à la grange avec de euh draps.
mɑ mˈata ɛ jo ʃ ɑʃɛtˈa ʃu l ˈɛrba
Ma fillette et moi nous sommes assis sur l’herbe.

  • [nø], [nə]

- ʃm beœŋ œ - œntʃ nɔ
Nous .. sommes bien euh .. chez nous.
ɛ - ɛ nɔ kʷɐn n alitˈ a vɛntˈɐ dʒˈŋ ə - ʃ ɹˈɔfʷ dɛ lapˈɔŋ
Euh .. et nous quand nous allions à Venthône nous disions .. ces [ɹˈɔfʷ]1 de Lapons2.
1[ɹˈɔfʷ] cf. ròòfa ‘vaurien, personne peu intelligente’ (Lagger 2010 s.v.).
2[lapˈɔŋ] semble être une variante de lper ‘ivrogne’, attesté pour Lens dans les matériaux inédits du GPSR.

16.1 MontanaF:

  • [nʊ], [n], [n]

d lɔ tẽŋ n ɑtsɛtˈm pɑ lɔ frɔmˈɑːzə lɔ faʒˈ mˈĩmɔ - faʒˈŋ lɛ - lɛ mˈɔtɛ - lɛ pʏtˈitɛ mˈɔtɛ ʀiˈndə
Autrefois nous n’achetions pas le fromage, nous le faisions même; nous faisions les .. les tommes .. les petites tommes rondes.
nɔ tʏɲˈ lɛ kɑjɔnˈɛt ə n mˈĩːmɔ nʊ lɛ twn nu mˈĩːmɔ ɛ n n ɑntsətˈŋ ʒjɑmˈi dɛ tsɛ
Nous tenions les petits cochons nous-mêmes, nous les tuions nous-mêmes et nous en achetions jamais de viande.
pɔr alˈa pjˈ lœ vˈaːtsə - ˀɛə a la mntˈɑɲə n trɑvrʃˈẽŋ  - m pʎa
Pour aller alper les vaches .. euh à l’alpage, nous traversons un .. un plat.
adˈɔn - kwɛ ɑtsɛtˈi ɛ-ˈɑ vo kn ɑlˈi a a la fi- no dʏʒˈ la fˈiːʀʏ - kan ɑlˈi a la fˈiːrə
Alors .. qu’achetiez euh..ez-vous quand vous alliez à à la foi .. nous disions la foire .. quand vous alliez à la foire?
lʏ mˈɑːtɑ a mœ ɛ jɔ nɔ ʃŋ aʃətˈeə dɛʃˈu l æˈɛrba
La fille à moi et moi, nous nous sommes assises sur l’herbe.
lʏ pˈapɒ ɔlˈit kʲë n fɔʃɐ lɛvˈaj a ʃi ʒ ˈʊːrɛ
Le papa voulait que nous soyons levées à six heures.
dʏmˈẽŋzᶦ paʃˈa n ʃŋ tɥøt aˈʊp œn l ɪˈøʒə
Dimanche passé nous sommes tous allés (litt. sommes eu) à l’église.

  • [nø], [nœ], [nə]

çʎa no vjˈeŋ œː - kwɛ kə no vˈĩ - jʏn a lɑ vɑlˈeː vjˈŋ œːm - dˈitə wɑʁ dɛ ˈɑzə mɛ j pa - ɛ pwɛː dɛ l ˈatrʏ la vɛjˈiŋ aʀˈi lɔː - trubstˈɔk lɔ lɑv - lɔ pʎˈ lɔ mˈ laʃˈo
Ici, nous voyons euh .. qu’est-ce que nous voyons? .. dans la vallée nous voyons euhm .. dites voir de fois ça ne me vient pas .. et puis de l’autre côté nous voyons aussi le .. Trubelstock le Lav .. le Plan .. le Mont Lachaux.
trɑvaʎˈẽŋ ɪ tsaŋᶢ
Nous travaillons aux champs.
χɔj ɛ ʊ- n alˈẽŋ tsykˈʊŋ d nˈuhrɔ laː - n ʃẽŋ  ɡˈːsə lɛ ʒ ˈɔmɔ aː - a drˈɪᶢdə
Oui euh o.. nous allons chacun de notre côté .. nous nous sommes à gauche les hommes à .. à droite.

  • [nʏ]

weˀ vʏɲˈĩŋ pɑmi
Aujourd’hui, nous venons plus.

  • [n]

œ bĩ ʒjystɑmˈn dɛlˈe ʁˈuːnɔ n dødʒˈã j e bokˈu pjø ʀəvˈɛːr - ɛ nʊ n  mi də ʃɔlˈ də ʃtɪ la
Eh bien justement de l’autre côté du Rhône, nous disions c’est beaucoup plus (au) revers .. et nous nous avons plus de soleil de ce côté-ci.

  • clitique zéro

 pɥi l pɑtrˈŋ - k  fe l-     fɑʒˈẽŋ lɔ tɔr dʊ vʏlˈɑz ɑrˈi tɔ lu mˈndɔ vɑn
Et puis le patron .. qu’on fait l.. nous faisons le tour du village évidemment tout le monde vont.

16.2 MontanaM:

  • [nu], [nʊ], [n]

hlu pər sˈɑmplə hlu dœ ɛː lɑ ʁˈɪvɑ ɡˈɔːɕə ʃŋ ɑ ʁəvˈɛr - nu nu ʃ ɔ ʃɔlˈ - hlø - tsalˈi ʃɔn o ʁəvˈɛːr l - lʏ vɑlˈe d anivjˈɛ ʃʊn tut o ʁəvˈɛr
Ceux par exemple ceux de euh la rive gauche sont au revers .. nous nous sommes au soleil .. ceux .. Chalais sont au revers les .. la vallée d’Anniviers sont tout au revers.
mətˈ l pomˈøtə ʊ selˈi
Nous mettons les pommes de terre au cellier.
lɛ tˈatsə n lʒ atsətˈeŋ ve lɔ mɑrtʃˈɐn də fːr  vˈʏlːɑ
Les clous nous les achetons chez le marchand de fer en ville.

  • [nʊo], [nɔ], [n]

tɔ lɛ ʒ ɑŋ nˈʊo tɔt- twɑn  bˈʊtʃ poɔː - pɔ b- por la bʊɕɛrˈɪk
Tous les ans nous t.. tuions un bœuf pour .. pour b.. pour la boucherie.
kan ɑlˈe ə lɑ mntˈanʏ - nʊ kɔntˈ nɔ ləvˈɑ dəv ə zɔr
Quand nous allons à la montagne .. nous devons* nous lever avant le jour.
*L’emploi de kontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).
lø ɕɥˈœra  j n n ʃɛ ʃɛtˈa dəsʊ l ˈɛrba - lɔ pra
La sœur et moi nous nous sommes assis sur l’herbe .. le pré.

  • [nø]

lə ʃˈaːla awə teɲˈẽ l prɔvʒjˈʊŋ ɪ ɛ frˈøsʏ -  ʃˈɛkɐ
La pièce où nous tenons les provisions elle est fraîche .. et sèche.

  • [nʏ]

lø partʃʲˈ də la miʒˈ ʊ n abʏtˈeŋ - awʊ ihˈŋ - j ɛh œm bw
La partie de la maison où nous habitons .. où nous demeurons* .. elle est en bois.
*[ihˈŋ]: forme du paradigme de stare.

  • clitique zéro

lʏ plɐnˈtɐ də la - tsˈɐmbra u     drʏmʃˈẽ j ɛ bˈɑːʃo
Le plafond* de la .. chambre où nous dormons il est bas.
*[plɐnˈtɐ] s.f. ‘poutre transversale du plafond, dans les rainures de laquelle s’encastrent les planches du plafond’ (FQ 1989: 158 s.v. planèta).

17.1 NendazF:

  • [nu], [nʊ], [n]

mi mat ɛ jɔ nʊ ʃ - nu ʃ ʃətˈe ʃu ˈɛːrbɑ
Ma fille et moi nous sommes .. nous sommes assises sur l’herbe.
wɑrˈ ʊ tsa
Nous irons au champ.
n ʃ a mɛ du s sʏŋkˈatᵊ
Nous sommes à mille deux cents cinquante.

  • [no], [nɔ]

ʃ  paʃˈɐ pər ˈːkə no vɔʒə ʁvəʁˈŋ - ɐvˈɔ plëʃˈi
Si vous passez par ici, nous vous reverrions ..ons avec plaisir.
n nə ʃ a a a ɡˈːtsə da ɑ prːnts
Nous nous sommes à la à la à la gauche de la Printse.

  • [nø], [nœ], [nə]

ʃ o- n  ʃ-tsˈ nː- ənənː- wɑ ʒ ɐmˈi pɔ fø ɕa faʁs
Nous sommes euh .. nous é..tions neu.. euh neu.. huit amis pour faire cette farce.
faʒˈ paɹtʃˈɑ dø distri də ktˈɛ
Nous faisons partie du district de Conthey.
ʃ ɪ tʃo pɑːʁ ʀˈɑntrə pɑ d ɒbˈo nœ væʀ pɑmi
Si le tien père ne rentre pas bientôt nous nous verrons plus.

  • [nʏ]

tʃː ku kɑ vɛˈa ɑ bɛa mɑː  tskaɲəʃˈe
Chaque coup que je voyais la belle-mère nous nous chicanions.

  • [n], [ᶻn]

j ɔm e ijˈ ʃ- n ʃ ne  væˈi
Mon mari et moi s.. nous sommes nés en Valais.
a dəmˈdzə ᶻn mœndzəʃˈiə d ɡaːtˈo
Le dimanche on mangeait (litt. nous mangions*) de gâteau.
*La forme inchoative indique la 1re du pluriel.

  • clitique zéro

eː - ɐ ʃø dˈ ʒˈɔnə     dəj e ʁˈüsːə - œː ɕøʊ dəː fɛe ʃ ɛ kˈanɑ
Les.. à ceux de Veysonnaz nous disons les Rësses* (?) .. ceux de Fey sont les Canards.
*[ʁˈsːə] cf. rësse n.f. ‘crêche, mangeoire’ (Praz 1995: 508)?

17.2 NendazM:

  • [n]

i fo kə n nɔʒ eˈɐʃ tɕɥ ɛ ᵈzɔ
Il faut que nous nous levions tous les jours.

  • [no], [nɔ]

kã ɪ ʃɪˈɛ ɛ ʃːbɹ - no ʃɑˈ k wɑ plwˈɪ
Quand le ciel est sombre, nous savons qu’il va pleuvoir.
ʃ ʃ a rˈɪːɛ d- əː ɡˈːtsə - dɛ prnts
Nous sommes sur la rive d.. euh .. gauche .. de la Printse.

  • [nø], [nə]

mœtˈ də bœrˈ pw e də brˈɑːʒə
Nous mettons de pives pour avoir de braise(s).
i fˈnːɛ e j ʃœn tʃ dʊ - œː dy vɛˈi
Ma femme et moi nous sommes tous deux .. euh du Valais.

  • [n]

ɑw ɑ mˈatʰə n nɔ ʃ ʃtɑ dər ˈɛːrbɐ
Avec la fille nous nous sommes assis dans l’herbe.

  • [na]

na vˈ e ɡˈɔtə də plˈöᵈzə ʃ ɑ fənˈːtr
Nous voyons les gouttes de pluie sur la fenêtre.

  • clitique zéro

    fːitˈ dk et ː duː ʊktˈoːbəʳ mɑ ɛ ɛ tɔtˈ rɔpˈɔrtˈɑ ɑ dəmˈændzøː d aprˈe
Nous fêtons donc (le saint patron du village) c’est le deux octobre mais c’est c’est toujours reporté au (litt. à la) dimanche* d’après.
*[dəmˈændzøː] est féminin.

18.1 OrsièresF:

  • [nʊ]

a nø ɔʁ n mʏdʒʲˈʏʋɛːn  mwɛ də pã də frumˈɑdzø
À neuf heures nous mangions un morceau de pain de fromage.

  • [nɔ], [n]

pɔʀtˈaʋɛ la peː tʃʏ lʊ kwɔʁdaɲˈɛ - œ pwˈaɪ i takʷɔnˈɑʋə lʊ kuˈɛ - n ɛe dəœ- pʀze kɔ lʊ kwɔʁdaɲˈɛ a mezˈø - ad falˈive i bˈaɪ la pẽʃˈø - ə paʋ  fʀ p dzˈøɔ - pɔ fiʀ li bwˈœtːə
Oui nous portions la peau chez le cordonnier .. et puis il tapait* le cuir .. nous avons de.. nous prenions encore le cordonnier à la maison .. alors il fallait lui donner la pension .. et payer un franc par jour .. pour faire les chaussures.
*[takɔnˈɑʋə] cf. takoná ‘frapper’ (FEW 17: 301 s.v. *takko).
mɔn ˈɔmᵓ e jː n ʃn ky dʊ valezˈɛ
Mon mari et moi nous sommes tous deux Valaisans.

  • [nø], [n], [nœ], [nə]

ʋɪz i tsæ
Nous allons aux champs.
sø t pˈiʁə vẽ pɑ dabwˈ n n tɔʁn pa vɛːʁ
Si ton père vient pas bientôt nous nous revoyons pas.
tɕy lɪ z  fˈez lɑ butsœʀˈi
Tous les ans nous faisons la boucherie.
m kuzˈ  j tiɲˈ li kˈtʃy də la buʁʒwɑzˈiːə
Mon cousin et moi nous tenions les comptes de la bourgeoisie.

  • [na]

me paʁˈ n adzətˈav ʒamˈɛ də ʒãbˈ pɔ s k nœ f- na fazˈe li kajˈø - bɛ n fazˈẽ la btsʀˈi
Mes parents en achetaient jamais de jambon parce que nous f.. nous faisions les cochons .. ben nous faisions la boucherie.

  • clitique zéro

se faʁbalˈa l ˈiʁə tʁfjˈa awˈi də pˈædːə - ɛ d lafˈe - ɛ l ˈeʁ ˈɛkstʁa pətjˈ pʊˈɔ kmɛfˈi - p apʁˈi l  di ɡaʁnitˈyʁə k     mœtɛˈŋ - k ʊn fazˈeː ɡʁoː
Ces fo.. ces falbalas c’était tressé avec de paille .. et des lacets .. et c’était extra-petit pour commencer .. puis après c’est des garnitures que nous mettions .. qu’on faisait gros.

18.2 OrsièresM:

  • [nʊ]

lʏ tʃaʁdʒjˈɛøv sy la tsaʁɡˈɔsːə - y ɕy ɕy la ʎɥˈɑedzɐ
Nous les chargions sur le char à deux roues .. ou sur sur la luge.

  • [nɔ], [n]

li tʁif lɛ mɛtˈ d l tʁu ɑ la kɑv
Les pommes de terre nous les mettons dans le trou à la cave.
lø dzɔ ju li bˈicjə vˈəɲ bɑ - dɔ tʃə nʊ l ɛ lə v - dø mˈæə də ᵗsətˈbʁ - n dˈej la dezˈɛʁpa
Le jours ou les bêtes viennent bas .. donc chez nous c’est le vingt .. du mois de septembre .. nous disons la désalpe.

  • [nø], [n], [nə]

də tsɑtˈ vɪz sjˈë
En été nous allons faucher.
k iʁ dzəvˈœn - a mzˈ n adzətˈav ʁ- n  n dzətˈɑv ʁ də tse - nə fazˈ la bʊtsəʁˈi - n tʃɥɑv a- ø n aʁmˈadœ ø  kajˈ u bẽ kakɛ tʃjʁ
Quand j’étais jeune .. à la maison nous achetions r.. nous en achetions rien de viande .. nous faisions la boucherie .. nous tuions a.. ou une tête de bétail ou un cochon ou bien quelque chèvre.
na - nœ n aplə- nɔ li vatsˈœːlə lɪz pli- ne  - nɔ lɪ buʁl pɑ - buʁlə b - paʁ- œʁ i parˈ kə p fˈiʁœ - kə mˈœt ds lə fwɔ - lɔ f vʁɪjˈ - li mɔʁsˈe də tsɛ - p le ɡʁijˈ - mˈœt də vatsˈœølə - mi nɔː na - nɔ mœtˈœː - də bu œː də vˈɛʁne - də bu də də fwˈɔdə - k f- k f la bʁˈɑːzə ə pˈaɛ f pɑ d pəlˈuj - m la lɑʁz ʊ l sɑpˈ
Non .. nous nous empl.. nous les pives nous les empl.. nous en .. nous les brûlons pas .. ça brûle bien .. or il paraît que pour faire .. qu’on met (litt. ils mettent) ainsi le four .. là on fait (litt. ils font) tourner .. les morceaux de viande .. pour les griller .. on met (litt. ils mettent) de pives .. mais nous non .. nous mettons .. de bois euh de verne .. de bois de de feuillus .. que f.. que font la braise et puis font pas d’étincelles .. comme le mélèze ou le sapin.
li tʁif lɛ mɛtˈ d l tʁu ɑ la kɑv - d l kʁø di tʁif
Les pommes de terre nous les mettons dans le trou à la cave .. dans le creux des pommes de terre.

19.1 St-JeanF:

  • [no], [nɔ], [n]

ʃʏ t pˈɑrɛ vj pɑ d abˈor no nɔ vɛrˈɪ pɑmɪ
Si ton père ne vient pas bientôt, nous nous verrons plus.
m ˈɔmɔ ɛ j ʃɪn nehˈuk  valˈi
Mon mari et moi, nous sommes nés en Valais.
kum n ʃirŋ zowˈønɐ n atstˈɛŋ - ʒjamˈei d d tse
Quand nous étions jeunes nous achetions .. jamais de de viande.

  • [ɲ], [œ], [nə]

wˈeɪ ɲ ʋʏɲˈ pˈame
Aujourd’hui, nous venons plus.
œ ʃirˈ w ʒ amˈɪ pɔ fˈerə ɬœ fɑːrs
Nous étions huit amis pour faire ces farces.
ə ʒ  dʒjɔn ʃŋ lə rəfɔndʒjˈo pw lø ʑ ˈɒtr ɪ dʒjn ɲɑ ʃn dɛ muːʃˈɛtɛ adˈn nə ʃɑ pɑ kn l ɛ lʏ vʏrtˈɑblɔ
Les uns disent: nous sommes les «Rétorqueurs»1 puis les autres ils disent nous sommes des «Boudeurs»2 alors on sait pas lequel il est le véritable.
1«ceux qui veulent avoir le dernier mot».
2litt. «ceux qui font la moue» (se dit surtout d’enfants).

  • [n]

ʃʏ ɔ paʃˈa p ʃ n nœ rvɛʀjˈɛəŋ ɑwˈɪ płɪʒˈik
Si vous passez par ici, nous nous reverrions avec plaisir.

  • [ɲɑ]

ə ʒ  dʒjɔn nə ʃŋ lə rəfɔndʒjˈo pw lø ʑ ˈɒtr ɪ dʒjn ɲɑ ʃn dɛ muːʃˈɛtɛ adˈn nə ʃɑ pɑ kn l ɛ lʏ vʏrtˈɑblɔ
Les uns disent: nous sommes les «Rétorqueurs»1 puis les autres ils disent nous sommes des «Boudeurs»2 alors on sait pas lequel il est le véritable.
1«ceux qui veulent avoir le dernier mot».
2litt. «ceux qui font la moue» (se dit surtout d’enfants).

  • clitique zéro

ɑ     tɹɑvałːˈĩŋ i tsŋᵏ
Nous travaillons aux champs.

19.2 St-JeanM:

  • [n], [nɔ], [n]

ma drˈɔːlɑ ɛ jɔ n ʃeŋ nehˈuk  valˈiː
Ma femme et moi nous sommes nés en Valais.
awˈ ma mˈata nɔ ʃŋ aʃɛtˈa - ʃuᶢ l ˈɛrba
Avec ma fille nous nous sommes assis .. sur l’herbe.
nɑ - ɕłˈɑ n tsarzˈŋ pɑ ɕu lœ mʊlˈɛtː - lə mɔlˈɛt rəstˈɑv o bˈɔʊ - ɛ lɛː ʒ ˈɔmːɔ ʊ lɛ drˈɔlɛ pɔʀtˈɑv lɔ fɛ
Non .. ici nous chargeons pas sur le mulet .. le mulet restait à l’écurie .. et les hommes ou les femmes* portaient le foin.
*drôle, drlo IV.2° s.f. ‘femme en général, épouse’ (GPSR 5/2: 979).

  • clitique zéro

    ʃɛŋ bjˈɛɪŋ ɛntʃɛ nɔ
Nous sommes bien chez nous.

20.1 SavièseF:

  • [nu], [n], [nʊ], [n]

nu vi ɔ klɔʃjˈɛ dʏ bj lwŋ m nə n di la a ɡranɥˈe nʊ vˈim pɑ
On voit le clocher de bien loin mais nous d’ici à Granois nous (le) voyons pas.
əm pɹʏmjɛəmˈŋ n trəˈɛʃ  ɡru plɑ
Euhm d’abord nous traversons un grand plat.
 ˈɑːdzə vɑʒjˈ o muˈ po mudr ɔ bla
Autrefois, nous allions au moulin pour moudre le blé.
ʋɔ  dzɔ dɪ fˈɪtʏ n mĩndʑɪˈn ttˈn nː - de breˈɑ
Oui, les jours des fêtes nous mangions toujours de .. de pains au lait.

  • [no], [nɔ], [n]

 dzɔ d mɑɹɪˈɑːdzə no vɑrˈɑm po pɹʏmɪe ˈɑːdzo o nˈiʊ kʲə rɛst ən ɐmɪrˈik
Le jour du mariage nous verrons pour la première fois le neveu qui habite en Amérique.
vɑʒˈ i ts
Nous allons aux champs.
n trˈɑːln dre i ts
Nous travaillons dedans les champs.

  • [nə]

tjy œ ʒ  fˈɐʒj ɑ botsiˈi d m bˈutʃʲʊ
Tous les ans, nous faisions la boucherie d’un bœuf.

  • [nʏ]

ka ɪj a ˈɔmbɹə dɪʒˈː i  ə rˈɛɛː e ɐtrɐmˈ ʊ ʃˈoe
Quand il y a de l’ombre nous disons c’est le «revers» et sinon le «soleil».

  • clitique zéro

i bwˈatə pwɪ jo     ʃˈə aʃetˈaə drʊ w ˈɛːrba
La fille et puis moi sommes assises dans l’herbe.

20.2 SavièseM:

  • [nʊ], [n]

mɛn dɛː - d lˈobɐ pɔ aˈɪ dɛ bɹˈɑːʒɑ
Nous mettons de .. de pives pour avoir de braise.
n mɪtjn dr  ʃarzˈ
Nous mettions dans les draps*. *

  • [nɔ]

ɪ fˈeðë pwe ʏˈɔ ʃᵊ ɑʃɛtˈa dʳː - dr ˈɛɹba
La fille puis moi nous sommes assis dans .. dans l’herbe.

  • [n], [nə]

n trɐl dri deː - dri ɪ ts
Nous travaillons dans des.. dans les champs.
kmˈ dʒˈ le ʒ - fu də ˈœtrə be dʊ ɹˈʊnʊː ʃm t  dʏ - ʒwœn t e də w ˈbʁɛ nʊ ʃen lu i- lu bje du ʃoˈe ma - il e nɐ keɕtˈ k ʃə pˈɔʒɛː - pˈɔʒɛ p- ɹɑɹɑmˈ ʃ ʃɔndzo pɑ
Comme nous disons les gens .. ceux de l’autre côté du Rhône sont-ils du .. sont-ils de l’ombre nous sommes le i.. le côté du soleil mais .. c’est une question que se pose .. pose p.. rarement j’y pense pas.

  • clitique zéro

ɪ f kʏ     nʊʒə wˈøʃøn ty  z
Il faut que nous nous levions tous les jours.

21.1 SixtF:

-

21.2 SixtM:

  • [nɔ]

ma fʎ ɛ m - sɑm as- ɐstˈa - sy l pra
Ma fille et moi .. nous sommes ass.. assis .. sur le pré.

22.1 TorgnonF:

  • [nɔ], [n]

mɑː bwˈeba -  mɛ - ʃə sŋ aʃɛtˈeːje - ʃy l ˈɛʁba
Ma fille .. et moi .. nous se sommes assises .. sur l’herbe.
p baʎˈe de ɡuː dədˈe lɔ bwəʎˈ - n vtθˈŋ ĩŋ ʏːɕ k j a la mɪˈøla
Pour donner du goût dedans le bouillon .. nous mettons un os qu’il a la moëlle.

  • [nœ]

nɔ s ɕy la ɡˈoːtsə dɛ lɛː - dɛ la dˈoːʀa æː dɛ la dˈoːʀa de dʒuˈejə ˈɛkɔ nɔ diˈ dʒuˈejɛ
Nous sommes sur la gauche de la euh .. de la Doire euh de la Doire de la rivière voilà nous nous disons rivière.

  • clitique zéro

nɔ bœtˈ tʃʏ le leɡˈyːmɔ kɔpˈɔ fe fẽŋ ɛː     lɛ ls ɑ petʃˈe tɔkʲ bj kweː
Nous mettons tous les légumes coupés fins fins et nous les laissons un petit moment bien cuire.

22.2 TorgnonM:

  • [nɔ]

ɪ foː kɛ lɔː lɛvˈɪsn tʃœ lœ dzɔː
Il faut que nous nous levions tous les jours.

  • clitique zéro

la fˈɛnːa ɛ mɛ vˈtʃə     s nesˈy ŋ vɑl d ˈusta
Ma femme et moi par contre sommes nés en Vallée d’Aoste.

23.1 TroistorrentsF:

  • [nʊ], [n]

søvˈøɲ bˈa də lɐ tˈt də ʒylˈijə
Nous nous souvenons bien de la tante de Julie.
 fo kə n n lʋˈaɪ tɥi lu dzo
Il faut que nous nous levions tous les jours.

  • [nɔ]

vz tʁɑʋɑjˈ d lə ø - d lː pʁ - lʊ pʁɔ
Nous allons travailler dans le euh .. dans le pré .. le pré.

  • [nə]

ma fːøːl eː m s sjetˈajə d- ʎɛ d l ˈɛʁbɑ
Ma fille et moi nous sommes assises d.. là dans l’herbe.

  • [n]

n s sy lɑ ʁiʋə ɡˈtsʏ dø ʁˈɔnᵊ
Nous sommes sur la rive gauche du Rhône.

23.2 TroistorrentsM:

  • [nu], [nʊ]

n aʋ tɥiː - pyʒˈø pʁɔpʁijetˈe - me nu dzˈaʋã k no ʁʊmuˈaːʋ - nɔ ʁʊmwˈaʋ nə fˈɐð se dpəθmˈ d ʏvˈː - n aʁã- bːa õ ɐpesɛʋˈɛlᵊ - n apɛlˈave s lə lævˈu - pe la s dzozˈe l pʁəmjˈe ɐʋʁˈi - ə tʃˈãʑjˈɛʋ - ʁʊmwˈæːʋ - pʊ mwdʑɪ l f - pw ɐpʀˈe fˈɑːle ʁkwðˈi - tɕɥɔʁnˈaːʋã ba pʷ ɛlˈɛ fe l f - p ɑpʁˈe fɑˈ - fe l f amˈ - tɕɥʁnˈaʋ ɑmˈ pɔ fe l f p ɑpʁˈe fɑe fe lə ʁəkˈɑ - tɕɔʁnˈaã ba po f ʁəkˈɑ - p no tɕəʰɑʋˈ p fe ʁəkˈɑ - pd d øʏtˈ nɔ tɕaʁnˈɑʋ bɑ - ø læbˈʊ - n ˈaʋã dˈɑwe pʁopʁijetˈe - sɐ d damˈ sɐ d ɐʋˈʊː
Nous avions tous .. plusieurs propriétés .. mais nous disions que nous remuions1 .. nous remuions nous faisions ces déplacements en hiver .. nous étions .. en bas on appel.. on appelait ça le labeur .. vers la Saint-Joseph le premier avril .. on changeait.. nous faisions la transhumance .. pour manger le foin .. puis après il fallait recueillir2 .. nous redescendions pour aller faire le foin .. puis après il fallait .. faire le foin en haut .. nous remontions pour faire le foin puis après il fallait faire le regain .. nous redescendions pour faire le regain .. puis nous retournions pour faire regain .. puis pendant l’automne nous redescendions .. au labeur .. nous avions deux propriétés .. celle d’en haut celle d’en-bas.
1[ʁʊmwˈæ] ‘faire la transhumance’ (cf. Duraffour 1969: 515).
2[ʁkwðˈi] ‘recueillir; action de ramasser le foin’ (Fankhauser 1911: 37, §41).
tɥi lu z  nɔ tɥ na ʋˈatsᵊ d øʏtˈːŋ ø mɑ d desˈbʁᵊ pɔ fɛzˈ butsʁˈi - nɑ vɑts eː ᵈ- ː ʏ du kajˈ
Tous les ans nous tuons une vache en automne au mois de décembre et puis nous faisons boucherie .. une vache et .. d.. un .. ou deux cochons.

  • [no], [n], [nɔ], [n]

k l aʁɔ dzowˈənɔː n atsetaʋã pu də tsː - no fazã la butsəʁˈi
Quand j’étais jeune .. nous achetions peu de viande .. nous faisions la boucherie.
n s d pɑʁɑ tɥi du sɥˈisə
Nous sommes de pareil tous les deux Suisses.
e fo kə ɔ lɛʋˈæjã tɥɪ u dzo
Il faut que nous nous levions tous les jours.
n dj la jˈeːzə - n dj ʒamˈe la ʁɪvjˈɛːʁ pə n pʊʁj pa dʁ - mɛ lə ʀˈuːno l e lɔ ʁˈʊːdɔ j ɛ lö ʁˈuːn ə la jˈezə - j e - la jez l e la jˈezə həh - meː lə nː l e - wɪ lə n
Nous disons la Vieze1 .. nous disons jamais la rivière puis nous pourrions pas dire .. mais le Rhône c’est le Rhône {il est = il y a} le Rhône et la Vieze .. {il est = il y a} .. la Vieze c’est la Vieze (rire) .. mais .. le torrent2 c’est .. oui le torrent.
1Vièze est le nom du cours d’eau qui descend le Val d’Illiez et se jette dans le Rhône près de Monthey.
2À Troistorrents (comme dans une importante partie de la Savoie voisine), nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.

  • [nə]

əj ɐ - lə nã kə ʋɑ baː diː mɔʁdzˈ - sø nɔ ljˈez s sy na kˈaʁtə dəː ɡəɡʁɑfˈi  di la ʋjˈɛz dø mɔʁʒˈa - me pɔʁ no sã  døʁˈø lə nã ŋkɔ - meɪ - sə lə nã l ɪ ɡʁuː - sø ɐ tʁɛtöʁˈ dj hˈə me l e pɑ  n l e na jˈezə
Il y a .. le nant1 que vient bas depuis Morgins .. si nous lisons ça sur une carte de géographie on dit «la Vieze de Morgins» .. mais pour nous ça on dirait le nant1 encore .. mais .. si le nant1 il est grand .. ici à Troistorrents nous disons .. oh mais c’est pas un nant, c’est une Vièze2.
1À Troistorrents (comme dans une importante partie de la Savoie voisine), nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
2Vièze est le nom du cours d’eau qui descend le Val d’Illiez et se jette dans le Rhône près de Monthey.

  • clitique zéro

õː jˈaːdzə d lʊ ɡʁənˈɑ     bətˈæʋã l ɡʁã
Autrefois dans le grenier nous mettions le grain.

24.1 Val-d’IlliezF:

  • [n]

n tʁɑʋˈɑð ẽn ts
Nous travaillons en champs.

  • [nɔ]

vˈʏz ʏ - ʏ ts
Nous allons au .. au champ.

  • [nə]

wa n tɔʁnr pami
Aujourd’hui nous ne reviendrons (litt. tournerons) plus.

  • clitique zéro

ɔ b ɕyʁ j a tˢʊd de fɛt pɔʁtˈt a ʋʊdiˈ - a la ʋʊdijˈe saʋ b s demʊʁˈɑ -  pø a m lɑ tstˈa s k ɪ dj - s k nʏ dˈəz ɑ ʏ s     dəzɑ b s kã tsˈt ba li - n ɛ pa l ka - ɛ sav ʁɛʁ tstˈa dfˈi -  s tɔdˈʏ prø ɡ
Oh bien sûr il y a toujours des fêtes importantes à Val-d’Illiez .. à la Val-d’Illiez ils savent bien s’amuser .. on peut au moins aller chanter sans qu’ils disent .. sans qu’ils nous disent nous disons ah ils sont bien saouls quand ils chantent là-bas .. ce n’est pas le cas .. ils savent bien rire chanter danser .. ils sont toujours assez joyeux.

24.2 Val-d’IlliezM:

-

25.1 VouvryM1:

  • [nɔ]

lə - n feʁmˈ lʏ taᶹˈø
Nous le .. nous fermons les paupières.

25.2 VouvryM2:

  • [nɔ]

mɑ fˈøðe  m - s səz- asetˈo d l ˈɛrbɑ
Ma fille et moi .. nous sommes ass.. assis dans l’herbe.