Menu

Comparer

Comparer la carte 33040 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Cartes

Le clitique sujet préconsonantique, 3e personne du masculin singulier

 
parler de
formes et fréquences
1
ArbazF
 
(69)
 
ArbazM
 
(76)
 
[ə]
       
Ø
1
       
70
         
Ø
         
76
2
BionazF
(37)
 
BionazM
 
(49)
 
[ɪ]
       
Ø
3
       
34
[ɪ]
[e//ɛ]
[e]
   
Ø
6
1/1/1/
1
   
39
3
ChalaisF
 
(7)
 
ChalaisM
 
(53)
 
         
Ø
         
7
[i/ɪ]
[]
[ø]
[lɪ]
 
Ø
4/7
1
1
1
 
39
4
ChamosonF
 
(40)
 
ChamosonM
 
(46)
 
[i/ɪ]
[]
   
Ø
4/10
1
   
25
[i/ɪ]
[]
[e//ɛ]
 
Ø
11/9
1
1/2/1/
 
21
5
ContheyF
 
(34)
 
ContheyM
 
(39)
 
[]
[e/ɛ]
[]
   
Ø
1
2/5
1
   
25
[ɪ]
[ë]
/]
[ə]
 
Ø
1
5
7/3
1
 
22
6
ÉvolèneF
 
(37)
 
   
ÉvolèneM
 
(41)
 
[ɪ]
[]
[ʏ]
[ë]
[jʏ]
[j]
[jø/j]
 
Ø
3
1
2
1
11
1
7/1
 
10
[i/ɪ]
[]
[ʏ]
 
[jʏ]
[je]
[jø]
 
Ø
3/3/
1
1
 
10
1
7
 
15
7
FullyF
 
(41)
 
FullyM
 
(36)
 
[i/ɪ]
[]
     
Ø
15/7
1
     
18
[i/ɪ]
[e//ɛ]
     
Ø
1/15
6/1/1/
     
12
8
HérémenceF
 
(35)
 
HérémenceM
 
(56)
 
[i]
[ɛ]
[]
   
Ø
1
1
1
   
32
 
[e/ɛ]
     
Ø
 
2/1
     
53
9
IsérablesF
   
(38)
   
IsérablesM
 
(29)
 
[i/ɪ]
[]
[e]
   
Ø
4/5
1
1
   
27
[i/ɪ]
       
Ø
8/6
       
15
10
La Chapelle-
 
d’AbondanceF (42)
 
La Chapelle-
 
d’AbondanceM (53)
 
[i/ɪ]
[]
 
[e]
[œ]
[ə]
 
Ø
5/2
1
 
2
1
1
 
30
               
[i/ɪ]
[ji]
[ʏ]
[e/ɛ]
[ø]
[ə]
 
Ø
9/7
1
1
6/1
1
1
 
26
11
LensF
 
(35)
 
LensM
 
(37)
 
[i/ɪ]
       
Ø
4/4
       
27
[ɪ]
[ʏ]
ɛ
   
Ø
1
1
1
   
34
12
Les MarécottesF
 
(42)
 
Les MarécottesM
 
(24)
 
[jɪ]
[jʏ]
[je]
   
Ø
2
1
4
   
35
           
   
[je/jɛ]
[iœ]
 
Ø
   
3/1
1
 
19
 
parler de
formes et fréquences
13
LiddesF
 
(45)
 
LiddesM
 
(31)
 
[ɪ]
[jɪ]
[jʏ]
  [jø/j/] Ø
2
4
1
  1/1/4
32
[ɪ]
[j]
[jʏ]
[je/jɛ] [jø]
Ø
1
1
1
1/1 2
4
14
LourtierF
 
(34)
 
LourtierM
 
(39)
 
[i/ɪ]
[ʏ]
 
[ø/]
 
Ø
1/1
1
 
1/1
 
29
[ɪ]
[]
[e/]
[ø//ə]
 
Ø
1
1
7/6
7/2/3
 
12
15
MiègeF
 
(26)
 
MiègeM
 
(29)
 
[ɪ]
[]
[e]
   
Ø
5
2
4
   
15
[i/ɪ]
[ʏ]
[e]
   
Ø
3/2
1
2
   
21
16
MontanaF
 
(42)
 
MontanaM
 
(35)
 
 
[]
   
Ø
 
1
   
41
[i/ɪ]
[e]
   
Ø
1/1/
1
   
32
17
NendazF
 
(33)
 
NendazM
 
(46)
 
[i/ɪ]
[]
[y/ʏ]
[e/]
[ø]
   
Ø
2/13
2
1/1/
2/3
1
   
8
[i/ɪ]
   
[e/ɛ]
     
Ø
6/20
   
1/1/
     
18
18
OrsièresF
 
(38)
 
OrsièresM
 
(43)
 
[i/ɪ]
       
Ø
3/4
       
31
[i]
       
Ø
1
       
42
19
St-JeanF
 
(52)
 
St-JeanM
 
(32)
 
[ɪ]
     
[ø]
 
Ø
7
     
1
 
44
[ɪ]
[]
[ʏ]
[]
[ø]
 
Ø
2
1
10
3
1
 
15
20
SavièseF
 
(45)
 
SavièseM
 
(43)
 
[i/ɪ]
       
Ø
10/12
       
23
[i/ɪ]
[ʏ]
[e//ɛ]
   
Ø
2/7
1
6/1/1/
   
25
21
SixtF
 
(70)
 
SixtM
 
(29)
 
[i/ɪ]
[]
[e//ɛ]
[je]
 
Ø
2/27
1
14/13
1
 
21
[i/ɪ]
 
[e]
[ɑl]
 
Ø
4/4
 
7
1
 
13
22
TorgnonF
 
(51)
 
TorgnonM
 
(65)
 
[i/ɪ]
[jɪ]
[e/ɛ]
     
Ø
2/28
1
4/1
     
15
[ɪ]
[]
[e//ɛ]
[ə]
   
Ø
44
1
2/1/2/
1
   
14
23
TroistorrentsF
 
(30)
 
TroistorrentsM
 
(44)
 
[]
[e/]
/]
[j]
/œ]
   
Ø
1
5/7
1/1/
1
1/1
   
14
 
[e/ɛ]
/ə]
       
Ø
 
4/1
1/1/
       
37
24
Val-d’IlliezF
 
(39)
 
Val-d’IlliezM
 
(32)
 
[ɪ]
[e/ẽ//ɛ]
[œ]
 
Ø
6
6/3/2/1
1
 
20
[i]
[e//ɛ]
   
Ø
4
3/3/2
   
20
25
VouvryM1
 
(30)
 
VouvryM2
 
(29)
 
[ɪ]
[e//ɛ]
[]
[ə]
   
Ø
1
4/3/1
1
1
   
19
 
[e/ɛ]
 
[ø]
   
Ø
 
2/1
 
1
   
25

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

    ʁu ɑwˈ lː - becˈɪːɐ
Il marche* avec les béquilles.
*[ʀu] cf.róᵒᵘ ‘rouler, aller sans cesse çà et là’ (FB 1960: 425)
ə le buːlˈy
Il est ventru.

1.2 ArbazM:

    vɑː ɑ zˈøʏ
Il va à la forêt.

2.1 BionazF:

pə feː lɔ bwˈɛʎə lɔː mzˈɪ - ɪ tsapˈɔtːə m bɪʎˈ
Pour faire le bouil* le menuiser .. il taille un tronc.
* cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
    pˈʊʁtøː lo pˈeɲ dəsˈi lə z ɪpˈɑlə
Il porte le petit sur les épaules.

2.2 BionazM:

ɪ pˈʊːrtə lo ɕm pˈeɲ sʏ lø z ɪpˈɑːlɛ
Il porte le sien petit sur les épaules.
k lɔ ɕɪˈɛlː ɪl ː - eː ɪl  tˈøpːə - e va ɑ plˈːwə
Quand le ciel il est .. il il est obscur .. il va pleuvoir.
fɑː pɑ kjə lə mæɪnˈʊ lœvɪsˈ tʁɔ tɑː
Il faut pas que les enfants (se) lèvent trop tard.
ɑ ɛ fa pa lɑvˈɪ lə bɪdˈʊõ duː lɑsˈe awˈi l ˈivə tɕˈødːɐ
Ah il faut pas laver les bidons du lait avec l’eau chaude.
e ɡʀˈœlːə - lʏ bˈɪːtçə ɕə kˈɑtsõ - çə katsˈɔːː - ʊ bɐw - u u bj dʒˈɔ lʊ plˈŋtə
Quand il grêle .. les bêtes se cachent .. se cachent .. à l’étable .. ou ou bien sous l’arbre.
    fɑ ɑlɪ jɐ dʁʊmˈɪ dəvˈa ɟe mnˈɪtə
Il faut aller loin dormir avant minuit.

3.1 ChalaisF:

dəvˈan nu n ajɛ bɛʒˈɔn dɛːə - d ʒ œhˈoːvɛ dɛ - œ dɛ bjˈɔlːa - aðˈɔn l ajˈvɛ pjˈɛʁɛ lˈaŋna ki fadʒˈvœ -     paθˈaːvɛːə pœ lɛ ʒ eːhrɔ - ɛ biŋ n atstˈaːvɛ
Autrefois nous on avait besoin de .. de z-balais de .. euh de bouleau .. alors il y avait Pierre Lannaz qu’il faisait .. il passait par les maisons* .. et bien on achetait.
*[lɛ z ˈehrɔ] ‘la maison’. Utilisé toujours au pluriel (GPSR 6: 924s. s.v. tro 5°; Gyr 1994: 80).

3.2 ChalaisM:

i lˈiːvə l ʒ ʃjˈɛblə
Il hausse les épaules.
ɪ pˈʊrtœ ʃõːŋ ptik ʃu lœ ʒ ʃjˈɛbl
Il porte son petit sur les épaules.
ɔ bɪŋ rst ɛŋkˈɔː dˈɑwə tre bwt kː m - ɕɔn o velˈɑːzɔ ɔ
Oh eh bien il reste encore deux trois bouils* que m.. sont au village oui.
* cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
kwant ø bˈɑjɪ lɪ plˈɔːzə - le lɪmˈɑːʃə ʃˈuːrtn
Quand il donne la pluie .. les limaces sortent.
vɑː -  zo
Il* va .. en forêt.
*[lɪ] est une forme étymologiquement féminine, mais le parler de Chalais a complètement neutralisé l’opposition masculin-féminin pour le clitique sujet de la troisième personne du singulier, d’où la possibilité d’employer une forme «féminine» pour le masculin (rm/ks).
œː     marts awˈe le bekʲˈɪʁlœ
Euh il marche avec les béquilles.

4.1 ChamosonF:

i fdʀˈ kə madlˈæ- madlˈɛːnə sə lːəvˈɪs a swat œʁ m kɑː
Il faudrait que Madelei.. Madeleine se lève à sept heures moins le quart.
ɪ fo pa kʲ ë mæɛnˈo sə ləʋˈɪs tʀwa tɑ
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
 ts l a sˈaɛ - ï fʊ lɐtø βajˈɪ a bˈaɪʁ
Le chien il a soif, il faut lui donner à boire.
    pɔrt o bwətˈi aː - kəkœlˈɛ
Il porte le petit à .. califourchon.

4.2 ChamosonM:

i pɔʁt ɔ mæənˈo sʊ  kwœtsˈ
Il porte l’enfant sur la nuque.
ɪ plˈœø l a ə ləmˈɑːs kjə sˈœʁt fˈœøʁə - b mʊtʶˈ ɛ kˈɔːʁnə
Quand il pleut il y a les limaces que sortent dehors .. ben elles montrent les cornes.
ɛ va ɛnˈɔ ɑ dzœː
Il il va en haut à la forêt.
e tʁaʋˈajə ʏ bœː
Euh il(s) travaille(nt) à l’écurie.
fo ɡə nə n lɛʋˈis tʃɥ  dz
Ben il faut que nous nous levions tous les jours.
ɛ fɪ dœ bˈɪːzə n a  ʋɔlˈ kjə wˈœnːæ
Quand il fait de bise il y en a les volets que grincent*.
*[wˈœnːæ] ‘grincent’ cf. vouïnnà, v.i. ‘grincer, en parlant d’une porte’ (FQ 1989 s.v.).
b dɔ  t n adzətˈɑːv  z cjˈøvæ awˈi j kjə vəɲˈœvœː d l ˈɑtʁə biˈe dy ʀˈʊːnə li -     vəɲˈɛ ð ˈɑːpʁo - v- i vʒjˈœvɛ ɪ z eɪcjˈøv pwɛ ɛ dzˈɛʁlœ
Ben dans le temps on achetait les balais chez un que venait de l’autre côté du Rhône là .. il venait d’Aproz .. ven .. il vendait les balais puis les gerles.

5.1 ContheyF:

fodrˈe kʲɛ tʊ tɛ lˈæːɪv ɑ ʃœʏ ʒ r e dømjˈɛ
Il faudrait que tu te lèves à six heures et demi.
e vaː ᶠ- aː a dz d a dz
Il va f.. à à la forêt dans la forêt.
ɛ va brëtʃˈeː ɔ dzoːn awˈi dɛ p
Il va pomper* le jaune avec de pain.
*[brëtʃˈeː] cf.brètchy v.tr. ou itr. ‘chercher ou aller chercher quelque chose dont on sait où cela se trouve; fureter, fouiller’ (GPSR 2: 775b).
mˈædzə dœː kɔkˈ
Il mange d’œufs.
    ʃ  mɛtˈy  n ɛ- pˈøːnɐ d a pfˈãta dy pja
Il s’est mis une é.. pine dans la plante du pied.

5.2 ContheyM:

a tapˈo dy pjɑ - y bŋ - ɪ ʃ  kɔɲˈa ɔ pja
Il a tapé du pied .. ou bien .. il s’est cogné le pied.
ë fo vɔ dzeʒˈi dvˈã mjenˈi
Il faut vous coucher avant minuit.
ø vˈæɪ ɔ trɑ æɪtrˈ k j a ʏ - a f d a ʋa- a fɔŋ d a ʋalˈe
Il voit l’arc-en-ciel qu’il y a au .. à la fin de la va.. au fond de la vallée.
ʃœ ʁˈudzə œ ʒ ːᵇv
Il se ronge les ongles.
kãŋ bˈadə ɛ ɡrˈiːdə ɔ betaj ə ɕə mɛ a ʃˈɔta
Quand il donne la grêle le bétail se met à l’abri.
    ʃ ə pfŋtˈo n epˈøːnɐ dã a pfˈãtə dy pja
Il s’est planté une épine dans la plante du pied.

6.1 ÉvolèneF:

k ɪ zˈaːlœ nʏ n kˈatsə lə flʊkʃ ɑw də brˈantsə de ʃapˈ
Quand il gèle nous on couvre les fleurs avec de branches de sapin
tˈapə do pwɪ ɦ la tˈɑbla
Il tape du poing sur la table.
ʏ fudrˈek k tø vjˈiʃɔ wek
Il faudrait que je te voie aujourd’hui.
ʃœ lʏ tʃjɔ paːʀɪ ë tˈɔʁn pa d abˈɔ no nɔ v- ʀɛvʁŋ pamɪ
Si le tien père il revient pas bientôt nous nous ve.. reverrons plus.
foːt k ᶹː kusɪɡʃˈɑs dəvˈã mjeɛnˈɛt
Il faut que vous vous couchiez avant minuit.
j mɑːrtʃ aw dø krɔʃ
Il marche avec les béquilles.
vaː  la ẓo
Il va à la forêt.
jː sːˈiɡə lɔ pˈuɡz
Il suce le pouce.
    ʃœ ʁɔ- ʁˈɔzə lœ ʒ ˈjɛ
Il se ro.. ronge les ongles.

6.2 ÉvolèneM:

l øslˈi i nɔ mˈɛɪnə ʃˈukə tˈaŋkə dɛvã la pˈɔrta d ʏntrˈɑj
L’escalier il nous amène en haut jusque devant la porte d’entrée.
lʏ brʊɡjˈɑ ɪ lˈiɡvɛ
Le brouillard il (se) lève.
tˈapə du pwʏ ʃ la tˈɑbla
Il tape du poing sur la table.
k lʏ fumˈe ʏ mtɛ dreɡs jʏ va feːr bjo tŋ ɛ tsɑt
Quand la fumée il* monte droit, il va faire beau temps et chaud.
*[fumˈe] est masculin (cf.GPSR 7: 794 s.v. foum).
pˈɔːrt l ʃjo mɛjnˈoː dˈθy ø ʒ øʃjˈblɛ
Il porte le sien enfant sur les épaules.
je lˈiɡvɛ lœ ʒ œʃjˈblɛ
Il hausse les épaules.
foː kə v vo kukʃiɡʃˈɑːs dɛvã mjeɪnɪˈːt
Il faut que vous vous couchiez avant minuit.
    ʃœ ʀˈɔzɛ lɛ ʒ ˈŋʎe
Il se ronge les ongles.

7.1 FullyF:

i pɔʁt lʏ pʏtçjʊ a kəlt
Il porte le petit sur le dos*.
*[kəlt] ‘porter un enfant sur le dos’ (NDPV 1997: 286 s.v. caenton).
t vaʁi pʶo a ta fˈitə - tˈ tˈ matːˈ ɪ vɛẽdʀˈœ
Tu verras bien à ta fête .. ton ton fils il viendra.
k fi tsː fo ɛʁzˈʏ y kuʁtˈi ʃvˈ
Quand il fait chaud il faut arroser au jardin souvent.
    ʃ œ plntˈo n etsˈɛʁdə ã æ - deʒˈ lɑ plˈãnt dy pɪˈa
Il s’est planté une écharde dans euh.. sous la plante du pied.

7.2 FullyM:

k i ɡrˈæel - lː le vˈatsə ʃə mˈtː - ʃə kˈats
Quand il grêle .. les vaches se mettent .. s’abritent.
k j a lɪ ʒ etsalˈɛ - ɪ fo pɑ ʃə kɑtsˈ dʒˈa li ʒ ˈɑːbrə kə ʃ ʃlˈɛ
Quand il y a les éclairs .. il faut pas s’abriter sous les arbres que sont seuls.
e f k vʒ ɑlˈɑdœː - drʊmˈŋ ə dəvˈ mjenˈɥɪ
Il faut que vous allez .. dormir euh avant minuit.
ɑː ɕɐrˈœ bi- dabwˈœː ʃˈoːvæ
Ah il sera bi.. bientôt chauve.
peɹ lə lə pe waɛdrˈɑj ɛː - ɛ vajdrˈɑjɛ k jə mə ləvˈəʃ aː ʃaɛ ʒ ˈœørə
Père le le (=mon) père voudrait euh .. il voudrait que je me lève à six heures.
k lə fʊmˈe     mˈtə t drˈae e va fˈerə bjo  tsoᵊ
Quand la fumée* monte tout droit il va faire beau et chaud.
*[fʊmˈe] ‘fumée’ est masculin (cf.GPSR 7: 794 s.v. foum).

8.1 HérémenceF:

i fo kurˈik ø dɛ - də kroʃ
Il doit* marcher avec de .. de béquilles.
*Emploi personnel du verbe «falloir»; cf. carte n° 71120.
ɛ ʀˈɔʎa dʊ pjɑ
Il frappe* du pied.
*[ʀˈɔʎa] cf. roilleu v. ‘frapper avec une masse, battre à coups de poings ou de pieds’ ((http://www.wikipatois.dayer.biz/, 15.6.2015).
œ œntˈɔ pəkˈɑ də ʒ u - pˈɔmpə lɔ zˈɑːnɔ o la - o meɪtˈɛn dʊ p
Il est en train de manger de z-œufs .. il pompe le jaune avec la .. le milieu du pain.
*[ɛntˈɔ] + infinitif ‘en train de’, à Bagnes, St-Martin, Hérémence, Évolène (cf.GPSR 6: 507 s.v. d’entour, d’intr 5°).
dɛmˈ     varˈɛ  tsɑn taŋk a la ʁəmwˈts

Demain il ira paître¹ jusqu’à la remointse².
1[ɑlˈɑ  ts] ‘aller paître’ ne se confond pas avec [ɑlˈɑ  tsˈ] ‘aller aux champs’.
2[ʁəmwˈts] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu).

8.2 HérémenceM:

lʏ bltsˈɛ e va bɑ dɑfˈ ə zənˈʊ
La jupe il* descend (litt. va bas) au-dessous le genou.
*[bltsˈɛ] est masculin.
ɛ fɔdɹˈø kə lə mɑdəlˈẽ ʃɛ ʎɪːʃ a ʃat ˈɔrə m kɑː
Il faudrait que la Madeleine se lève à sept heures moins le quart.
    vɑ ɑ lɑ zɔk
Il va à la forêt.

9.1 IsérablesF:

i va ãŋ dzˈœɛ
Il va en forêt.
ɪ pˈʊːʈɔ ɔ rːwi sə  z əpˈoːʋ
Il porte son gamin sur les épaules.
dzˈeːə oː -  koʋrˈët ə bɔcjˈt aʋɔ də brˈndə də sapˈɲ
Quand il gèle on .. on couvre les fleurs¹ avec de branches² de sapin.
1[bɔcjˈt]: cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-641).
2[brˈndə] ‘brindilles, menues branches gardies de feuillages’ (GPSR 2: 827b s.v. brnda).
siː ɛ sɛ ɪ tʃo pˈarːəː e vëm pa d abˈor nö vɛrːˈeẽn d abˈor pamˈie
Si euh si le tien père il vient pas bientôt* nous nous verrons franchement* plus.
*[d abor] II.1. ‘bientôt’, II.3. ‘élément affectif renforçant une affirmation’ (GPSR 1: 64-65 s.v. abord).
    mẽnzə dɛ kɔkˈ - i pmp ɔ dzɔːn ɑw ɑ miː dɛ p
Il mange des œufs .. il pompe le jaune avec la mie de pain.

9.2 IsérablesM:

i sə rˈɔːzɛ ɛ z ˈɔmːlə
Il se ronge les ongles.
k ɪ plʏ z ɛemˈɑʃ i salˈɛɕ
Quand il pleut les limaces elles sortent.
    bɑl d pwe ɕ ɑ tˈɑːblə
Il tape (litt. donne) du poing sur la table.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

i va a la ðæ
Il va à la forêt.
ɪ s ə pltˈo n epˈœna dj l pjɑ
Il s’est planté une épine dans le pied.
ɔ s e koɲˈɑ l pjɑ
Oh il s’est cogné le pied.
e vɑ - e maʁθ awˈe dle bekˈijə
Il va .. il marche avec des béquilles.
nə plˈœʁə pa œ vdʁˈɛ sta neː - tõ fjãsˈ
Ne pleure pas il viendra cette nuit .. ton fiancé.
ə bwˈs dœ pw sy la tʁˈɑːbla
Il tape du poing sur la table.
    pɔʁtˈː sŋ ɡɑmˈ ɑ kaʁdin
Il porte son gamin à califourchon.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

pɔ feʁ l abʁøwˈɑːʁ pɔ pɔʁ ɑbelˈɑ lœ vˈɑθɛ i falˈæ la θˈɛvʁa - l basˈe - e pwe l ˈewʊ
Pour faire l’abreuvoir pour pour abreuver les vaches il fallait la «chèvre»* .. le bassin .. et puis l’eau.
1[θˈɛvʁa] cf.shîvra n.f. ‘colonne de pierre ou de bois, (vertical), qui soutient le tuyau ou qui tient lieu de tuyau dans lequel s’élève l’eau de la fontaine’ (Viret
22013 s.v.bassin; cf. aussi GPSR 3: 544 s.v. chèvre 7°).
ɪ vɑ ɑ lɒ ðˈœø  la foʁˈe wɛ
Il va à la forêt ou la forêt oui.
ɑː tsə - sn depˈ - si ʏ fale le pɑse ɐ l  ə - falˈæ lʏ pasˈa ɑ l ʊ bujˈtə p pwe ɛː le ʁfˈe a l e fʁˈædə
Ah ce .. ça dépend .. si il fallait les passer à l’eau euh .. il fallait les passer à l’eau bouillante pour puis euh les rincer à l’eau froide.
ɕ e pl- e ɕ e plt n eθˈɛʁð ɪẽ lɐ plθə dæ pjɑ
Il s’est plan.. il s’est planté une écharde dans la plante du pied.
pɔ fˈeːʁə l bɑsˈ - wɛ  ɪ - ɪ pɛʁsˈi- pɛʁsˈɪː- comment il perçait pas le billon on dit ça comment? il - i θɑpɔtˈɑːvɛ - θɑpɔtˈɑvɛ la wɛ - ɑʋˈek aw una ɡɔð - e pwe la θˈɛʋʁə ɛ la pɛʁsˈɑːvɛ awˈ  - ɑw nɑ nɑ tɑʁiˈʁɑ
Pour faire le bassin .. oui il .. il perc.. perc.. comment il perçait pas le billon on dit ça comment? il .. il travaillait le bois* .. il travaillait la oui .. avec avec une gouge - et puis la «chèvre» il la perçait avec un .. avec une une tarière.
1[θɑpɔtˈɑːvɛ] cf. shapotâ vt. ‘travailler (couper) le bois’ (Viret
22013 s.v. bois)
ø pɔʁtə zə ɣɑmˈ ʃy le z epˈoːlə
Il porte son gamin sur les épaules.
ə ɕ e pltˈo n epˈɪn de - n epˈʏna dj lɑ - we d lɑ pjta dæ pjɑ
Il s’est planté une épine de .. une épine dans la .. oui dans la plante du pied.
l betˈaj sə bətˈæ œ bˈœɛ k ji plo - kã i vœʏ - wɛ - pɔ s bətˈɑ a sˈuːtœ - bətˈɛ œ bœ
Le bétail se met à l’écurie quand il pleut .. quant il veut (?) .. oui .. il peut se mettre à l’abri .. met à l’écurie.
m pˈɑœ     vœ k mə ləvˈɑɕ ɑ ʃi z ˈæœrə d matˈ
Mon père veut que je me lève à six heures de matin.

11.1 LensF:

a i fa tɔ lœ zɔr ʃə ləvˈa
Ah il faut tous les jours se lever.
ɪ bˈɔʊzə awˈe d bkˈɪːʎə
Il bouge avec de béquilles.
    ʃˈʃœ lɔ pˈoʊzɔ
Il suce le pouce.

11.2 LensM:

ʃ n alˈ ɐ lɑ mntˈaɲ fa ʃə ləvˈa dɛ niːt - dəvˈaŋ ɡ ɪ fɑʒˈɪʃə zɔr
Si nous allons à la montagne il faut se lever de nuit .. avant qu’il fasse jour.
ʏ vˈitə l arksjˈœl ʊ fɔn də la valˈe
Euh il voit un arc-en-ciel au fond de la vallée.
h- ɛ ʃɔlˈvœ l ʒ sˈɛbʎɛ
H.. il lève les épaules.
    pˈʊrtə lɔ ɡamˈŋ ʃʊ lɛ ʒ ɛtsˈɛbʎe
Il porte le gamin sur les épaules.

12.1 Les MarécottesF:

foː kə nʏ nɛ lëvˈʏʃ ty lɪ matˈ
Il faut que nous nous levions tous les matins.
mˈndzə dɛ kɔkˈ - ʃˈyʃə lʏ dzoːn awˈɪ laː - mɪː dœø p
Il mange d’œufs .. il pompe le jaune avec la .. mie du pain.
ˈɔʁa je maʁtɕ awˈɪ dɛ kˈanːə
Maintenant il marche avec des cannes.
    vaː a la dʒˈyə
Il va à la forêt.

12.2 Les MarécottesM:

je mœ l pˈøz a la ɡjˈœːlːə
Il met le pouce à la bouche.
va a la dʒˈyə
Il va à la forêt.
vɛ - l aʁksjˈɛl  f də la valˈe
Il voit .. l’arc-en-ciel au fond de la vallée.
    trɑvˈɑj a lɐ vˈiɲə
Il travaille à la vigne.

13.1 LiddesF:

m pɥˈiɹɛ ɪ ʋlˈɛe ttˈi kʏ m ləʋˈʏsɔ a sˈɛɪ z ˈœʏrə
Mon père il voulait toujours que je me lève à six heures.
pˈɔrtœ lœ mẽnˈo ʃy li ẓ epˈɔːlə
Il porte son enfant sur les épaules.
jʏ foː cjə pjˈɛːʁɔ sə ləʋˈʏs a sˈɛɪ z œr ə dəmiˈə
Il faut que Pierre se lève à six heures et demie.
mˈʏdzə d kwɔkˈɔŋ - pˈompə l dzɔːn ɑwi laː - ɐwi lɔ dədˈ dy pã
Il mange d’œufs .. il pompe le jaune avec la .. avec le dedans du pain.
ləː - sapˈe əː - j pɛ pˈɔ ᵈli z awˈɪjə d ʏwˈɛ
Le .. sapin euh .. il perd pas les aiguilles en hiver.
sˈøs lɔ pˈœʏdzə
Il suce son pouce.
    mɑrˢts æwˈi dəː - ɑwɪ d kˈanə
Il marche avec des .. avec de cannes.

13.2 LiddesM:

ɪ foː kʏ pjaʁ sə ləʋˈʏs a sˈɛe z œr dəmiˈɛ
Il faut que Pierre se lève à six heures (et) demie.
j fo kə nː ləʋiɕẽ tɥi li dzɔ
Il faut que nous nous levions tous les jours.
pˈɔrtə l ɡɑmˈɛ æ ɡaltsˈ
Il porte le gamin à califourchon* sur les épaules.
*[ɡaltsˈ],galətson, variante de kalintson (également relevé à Liddes), est attesté dans les matériaux inédits du GPSR, dans la locution a galətson ‘à califourchon’.
je sˈʏs lɔ pˈœødzɔ
Il suce le pouce.
pɔɹ ɐlˈ œ la mtˈaɲɛ f dabwˈœ pasːˈe to lo pl dy tsatɛlˈɑː
Pour aller à l’alpage il faut d’abord passer tout le plan du Châtelard.
œ mɑrts ɐw li bekˈɪːə
Euh il marche avec les béquilles.
    tɑkʷˈɔnə lə pwẽ sy la tˈɑːbla
Il tape le poing sur la table.

14.1 LourtierF:

ɕy ty vɐ alˈa ã mtˈæɲ i fʊd te ləvˈɑ djã dzø
Si tu veux aller en montagne il faudrait te lever avant jour.
tə fö pɑ kɔʁnˈɑːɑ - œ kwpˈɛ ɪ vˈdɹə pʴø anˈɛ
Il te faut pas pleurer* .. le copain il viendra bien ce soir.
*[kˈɔʁna] cf. korná, korn ‘pleurer’ (FEW 2: 1194).
ʏ foː kə pjˈɑːʁə ʃə lˈɑə- ʃə lv æ ʃˈɛʏ ʒ œr dəmiˈɛ
Il faut que Pierre se lève à six heures (et) demie.
ø va  dzø
Il va en forêt.
œ tɹaʋˈalː  vˈøɲə
Il travaille en vigne.
    mœʁs æw ɪ bekˈɪːə
Il marche avec les béquilles.

14.2 LourtierM:

dzˈøɹbə dʏ pw ʃ ɐ tˈɑːblə
Il tape* du poing sur la table.
*[zˈøɹbə] cf.dzèrb ‘taper, cogner, frapper fort’ (GPSR 5/2: 1084).
eː s œ bɹkˈʊ  pɪˈæ
Il s’est cassé* le pied.
*[bɹkˈʊ] cf. brək ‘mettre en morceau, dépiécer, briser’ (GPSR 2: 759a), se brək on bri ‘se casser un bras’ (VLourt.).
tral  vˈɲæ
Il travaille en vigne.
ø bˈɐlə də ɡɹˈjʏ ɪ bˈicə ɕə mˈœt a ʃˈtœ
Quand il donne de grêle les bêtes se mettent à l’abri .
pɔrt ø kʶw ɕʏ ʒʏ ʒ epˈoːʋɛ
Il porte le petit sur ses épaules.
kãː ə bˈalːɛ ɪː limˈɕə ɕˈɔrt
Quand il donne* les limaces sortent.
*Pour [bɑjˈɪ] ‘donner, pleuvoir’, cf.GPSR 2: 195s s.v. bailler.
kã  fmːˈaʴə ʋɐ t dɹˈɑe     d fˈirə bjo  tso
Quand la fumée va tout droit il doit faire beau et chaud.
ɕʏ wɔ ɒlˈa ã mtˈaɲ ɪ ʋʊ fː - foː wɔ ləʋˈɑa djã k faʒɪɕø dz
Si vous allez en montagne il vous faut .. il faut vous lever avant qu’il fasse jour.

15.1 MiègeF:

lʲʏ papˈa ɪ vʊd k jɔ mɛ levˈɪʃɔ ɑ ɕi ʒ ˈoʊrɛ
Le papa il veut que je me lève à six heures.
k fe tsaːt fɑ ɛrzjˈe l kʊrtˈɪ
Quand il fait chaud il faut arroser le jardin.
e mɑrts ɑʊ lɛ bɛkˈejɛ
Il marche avec les béquilles.
    liːvɛ lɛ ʒ œfˈaːlɛ
Il lève les épaules.

15.2 MiègeM:

i faːt kə pˈiːrɔ ʃə liv œ ʃi ʒ uɹ e dʏmiˈɛ
Il faut que Pierre se lève à six heures et demie.
ɑvˈn dɛ æː dɛvˈɑn d ɑrjˈɑː ɪ fa ɒbɑʃˈ
Avant de euh avant de traire il faut abaisser.
ma ɡroːʃɑ - faʒˈi mˈɛmɔ lɛ ʒ ajˈ - lesmɔnːˈɑː - œː - kˈɔʊdre - ɑjˈɛvɛ ʏna vjˈɛje mɑʃˈʏna a kˈɔodre ke - ɪ -  - tø jʊʃʊ ʃi ɛœɛ - ʃi ʏ mə- martsav ŋkˈɔːr
Ma grand-mère .. faisait même les habits .. tricoter* .. euh .. coudre .. elle avait une vieille machine à coudre que .. euh tout juste si elle euh .. si elle m.. marchait encore.
*Le fichier duGPSR atteste le verbe [lesmɔnːˈɑː] ‘tricoter’ pour quelques localités du district de Sierre, rive droite du Rhône.
a la rtɑ e lˈːɡa - əʰʏ - e fa ʃə lœʋˈa dø βɔn ˈurə pɔɹ a a mtˈaɲʏ
Ah la route est longue .. euh.. il faut se lever de bonne heure pour aller à la montagne.
    mˈartɕɛ ɐwˈe dʏ bʏkˈeːə
Il marche avec de béquilles.

16.1 MontanaF:

buɡz ɑwˈ d bkˈeʎɛ
Il bouge avec de béquilles.
    pˈuːrt lɔ ɡɑmˈẽᶦŋ dɛʃˈʊp lɛ lëɛ ʒ ɛfˈaːl
Il porte le gamin sur les les épaules.

16.2 MontanaM:

i fa pa n- nɛtœjˈe lɛ lɛ brˈɪntɛ awe d ewə tˈida
Il faut pas n.. nettoyer les brantes avec d’eau tiède.
ɪ fʊdrˈi ke  mẽzˈeʃə dɛvˈ mœzˈɔr
Il faudrait qu’on mange avant midi.
e ʃˈapə lɔ pˈoʊẓɔ
Il suce le pouce.
    pˈʊrtə ʊŋ ɡamˈën dɛʃˈʊ lɛ ʒ ɛsˈɛbʎɛ
Il porte un gamin sur les épaules.

17.1 NendazF:

mˈdzə də kɔkˈ - i - pp ɔ dzɑːn ɑʊ ɑ mˈiːə dʊ p
Il mange d’œufs .. il .. pompe le jaune avec la mie du pain.
ɪ pɔrt o kʊrˈɛ a kakalˈu
Il porte l’enfant à califourchon sur les épaules.
trɑːl œ ʏ - ɑ βˈiɲə
Il travaille euh - à la vigne.
kãt i fe tsɑ y fɔ œrdʒʲ ø kurcʲˈe
Quand il fait chaud, il faut arroser le jardin.
i kaɲ a ʃˈɛɪ ʏ fʊ bɐjˈ ɐ bˈirɐ
La chienne a soif il faut donner à boire.
eː v n - ej ɑ  mw ʃɪ ʁənˈɔːlə kə kˈaj p  mɑrˈ
Quand il vient nuit .. il y a au moins six grenouilles que crient dans le marais.
ʃ  plaŋtˈa n epˈønø d a pltɐ dy pjæ
Il s’est planté une épine dans la plante du pied.
ʃ ʊ urˈi ɐˈɑ ɑ mtˈaɲə     fo ʋɔʒ eˈɐ diˈãŋ kœ     fˈaʃï dz
Si vous voudrez aller à la montagne il faut vous lever avant qu’il fasse jour.
tʏ vaʁˈi prø a - tn anivɛʁsˈɛʀ ɪ tʊ matˈŋ ø vndrˈœ
Tu verras bien, à ton anniversaire, le tien fiancé il viendra.

17.2 NendazM:

i pɔrt o kurˈɛ a karkalˈ
Il porte le gamin à califourchon sur les épaules.
ɪ mˈɑrᵗʃ ɐʋw naː - k- kˈana bœʃ
Il marche avec une .. c.. canne fourchue*.
*[bœʃ] cf.bíso ‘bâton fourchu servant à soutenir les branches surchargées d’un arbre fruitier’ (GPSR 2: 357a).
ɪː ʁvˈɛj e ʃˈŋnə s mɪnˈʏtə deˈã a dimjˈœrə
Le réveil il sonne cinq minutes avant la demi-heure.
e elˈiʒ də baʃ nn dəro o t də - n ʃˈɪː  manːœlːˈɪ - œː - ʒˈənːə dəlˈɪtr - eː - n aː rː k kˈatrə hlɔts m pʊ pɑː feʁ tn dœː {-} də dœː - dø melödˈiːə - maːə - œː jɥi kɔmpɔʒˈe meːm - erœ p- mː- ɛ pɑ juŋ k ɑ ɑprˈe a muʒˈikəː - pœ de ʒ œkˈuːwə - ma ɛ ʃ ə mətˈʏ œŋ kɑlɔnˈɑː ə - e ʃ fe ke n æː ʃɑː ʋwə melödˈiːj k a ɪtˈa  - ːrəʒɪstrˈɑ
Dans l’église de Basse-Nendaz dans le temps d.. nous avions .. un marguillier .. euh .. Eugène Délitroz et .. on a .. rien que quatre cloches on peut pas faire tant de .. {-} de .. de .. de mélodies .. mais .. euh lui composait même .. il était p.. m.. c’est pas un qu’a appris la musique .. par de-z écoles .. mais euh il s’est mis à (litt. en) carillonner euh .. et cela fait que nous avons sept huit mélodies qu’a été en.. enregistré.
əː     rŋz e ʒ ˈŋlə
Euh .. il ronge les ongles.

18.1 OrsièresF:

i pˈɔrtə l kʀwɛ sy lɪ z epˈɑːlːə
Il porte le petit sur les épaules.
ɪ mˈdzə l dzˈaːnə awˈi lø dədˈ dy peæ
Il mange le jaune avec l’intérieur du pain.
    mˈɪdz dɛ kɔkˈø
Il mange des œufs.

18.2 OrsièresM:

fʊ ntejˈï leː - bẽ li bɔj - si pɑ m d  patɥˈ me  dɪ - i f netejˈe le bɔj awˈe d ˈiwʊ kɔjˈta
Il faut nettoyer les .. ben les boilles .. je sais pas comment on dit en patois mais on dit .. il faut nettoyer les boilles avec d’eau bouillante.
    pˈʀtə l kʀw sʸ li z epˈɑlːɐ
Il porte le petit sur les épaules.

19.1 St-JeanF:

ɪ va  la zo
Il va en la forêt.
ʟ bwˈbɔ ʃ e kaʃˈɑ la tsˈaŋbɐ ø maːrtʃ aw lɛ bekˈiʟɛ
Le garçon s’est cassé la jambe, il marche avec les béquilles.
    pˈʊrtə ɕm ᵖ- ʃm petˈik ʃʊ le vɛ- ʑ ɛfˈɑːlɛ
Il porte son p.. son petit sur les vé.. les épaules.

19.2 St-JeanM:

kɔm ɪ ɡrˈɛːʟːə lɛ vˈatsɛ ʃɛ mˈɛtɔn a ʃˈɔha
Quand il grêle les vaches se mettent à l’abri.
pˈɔʊrtə - pˈɔʊrtɛ lɔ ɡamˈɛŋ a tsarzy kɔʊ
Il porte .. il porte le gamin à «charge-cou».
dɛmˈaŋ ʏ va a la mɔntˈaɲ ma tɛŋk  la ʀəmwŋtsᵊ
Demain il va à l’alpage mais jusqu’en la remointse*.
*[ʀəmwŋtsᵊ] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu)
fa nɔ lɛvˈa tɔ lɛ zɔr
Il faut nous lever tous les jours.
ly tɪ d la miʒˈ ø lˈɑːʃə pa paʃˈa - lɑ plɔẓ
Le toit de la maison il laisse pas passer .. la pluie.
    ʃ ɛ fɔtˈʊk ʊn ɛfˈʏna jʏn ʊ pja
Il s’est foutu une épine dedans au pied.

20.1 SavièseF:

i fˈɔʊ k  pˈøɹ ʃə wˈeʃa a ʃi ʒ u ɪ dɪmˈɪ
Il faut que le Pierre se lève à six heures et demie.
ɪ pʊrt o ɡɑmˈ inˈɑ ʃ ø ʒ eɪtɕjˈeblɛ
Il porte le gamin en haut sur les épaules.
    tˈape dʊ pwœ ʃ a tˈɑːblɑ
Il tape du poing sur la table.

20.2 SavièseM:

i fɔdˈɪ kɛ madewˈnɐː - ʃe deseˈʊn ɐ ʃɛt u mw kɑ
Il faudrait que Madeleine .. se réveille à sept heures moins quart.
*[deseˈʊn] cf.désón v.a. ‘réveiller’ (FB 1960: 207).
ɪ bɐʎ ʊ pʊ ʃ a tˈaːblɑ
Il tape (litt. donne) le poing sur la table.
eː ɪː - ɪ ʏ ʏ - ʏ ʃʊˈe e ʒ etʃjˈɛblɛ
Il il .. il il il .. il soulève les épaules.
e port ø pɪtˈi ə ʃʊ ø ʒ etʃjˈblɛ
Il porte le petit euh sur les épaules.
eː ɪ ɪ ɡamˈ l ɐ kaʃˈɑ ɐ tsˈamba bʊz aw e bekˈiə
Le le le gamin il a cassé la jambe il bouge avec les béquilles.
kn m bˈudz eː - ɪ plæntʃjˈa ɛː - kɹakʲ
Quand on bouge le .. le plancher il .. craque.
kəm     bˈɐlɛ dɛ ɡɹˈɪlɥː - s- ʏ betˈal     ʃɛ mɛ ɑw ɑbrˈi
Quand il donne de grêle .. s.. le bétail se met à l’abri.

21.1 SixtF:

wɛ pe lʊ ẓ fˈ k v  klˈasːə - i fo k i s levjˈɑ œ θə- k j ɑlˈ drʏmˈi avˈ nʊ ˈɔːrə
Oui pour les enfants que vont en classe .. il faut qu’ils se lèvent euh the.. qu’ils aillent dormir avant neuf heures.
œː lə trˈblə ɑl ɑ se fwˈɔɪ kt ɪ sˈɔflø kə krˈɔːl
Euh le tremble il a ses feuilles quand il souffle que tremblent.
œ bː pɛ fɑʁ lɑ kancʲ fɑlˈɛ dɛbˈɔr alˈe - avˈɛ  bijˈ  ɛ œ - œ  bjˈo e ɪ kʁøzˈav s a la m - ɛ lə l ʊtˈi ɑlˈɔʁ lɑː œ - la ɡˈɔðə - la ɡˈɔðə k i kʁøzˈav ɕɑ a la ɡˈɔðə la ɡˈɔðœ pe kʁœzˈe e œː ɪʎ etˈɛ pɑ plˈata dəvˈn la lˈɑme j etˈɛ aʁɪdjˈa - alˈɔ ɪnɪtɪl də dɪː b wɪ j avjˈ l t
Euh bien pour faire le bassin il fallait d’abord aller .. avoir un tronc un è euh .. euh un tronc et ils creusaient ça à la main .. et le l’outil alors là euh .. la gouge .. la gouge qu’ils creusaient ça avec la gouge la gouge pour creuser et euh elle était pas plate devant la lame elle était arrondie .. alors inutile de dire bon ils avaient le temps.
e s e tʊʁ la ɡʁˈɪːjə
Il s’est tordu la cheville.
sn ˈaj  l ʎɪ pˈɐsə ðœ lə dœnˈe
Sa robe est longue il* lui passe sous le genou.
*[ˈaj] ‘robe’ est masculin.
bɛ se ɡamˈ ɛ s pˈʊʁtə bː - ɑl a lu breː tɔ pɔtlˈɑː
Ben ce gamin il se porte bien .. il a les bras tout potelés.
ɑ bɛː lʊ vwazˈ θ le je vɑ ɑlˈeː fɑʁ dy bwe d la fɔrˈe
Ah bien le voisin ici-là il va aller faire du bois dans la forêt.
la θnˈɑ ɑ sɛ     fɔ lʏ bɐʎˈ  bɛr
La chienne a soif il faut lui donner à boire.

21.2 SixtM:

ɑ kt i ply le ɦ- le lʏmaɦ s tɔt dəfˈyːrœ
Ah quand il pleut les h.. les limaces sont toutes dehors.
ɪ fˈɔdrʏ k pjˈɛːrə - sɔh lɛvˈa pe ɦi z ɔr  dmi
Il faudrait que Pierre .. soit levé pour six heures et demie.
eː pˈyrtə sõ pʊːr sy ˡ z eːpˈɔlə
Il porte son petit sur les épaules.
ɑl s ɛ - ɐl a sedˈy ə pla vtr
Il s’est .. il a chu à plat ventre.
pɛ alˈeɛ sʏ l tæ -     fo kᵊ ðə preɲ l ːθˈælə
Pour aller sur le toit .. il faut que je prenne l’échelle.

22.1 TorgnonF:

i tʀavˈaːʎ dʒy a la vʏːɲᵊ
Il travaille en bas à la vigne.
kaŋ ɪ fe tsɔt ɪ fo ɪvˈe lɔ kuʀtˈi
Quand il fait chaud il faut arroser le jardin.
tʏ vˈɛɪ pɛ kʲ a tŋ æː anɪvɛʀsˈeːɔ tm bwˈeːbɔː tə lɔ vˈɛœ- tə lɔ e- vɪẽ pʶɛ
Tu verras¹ qu’à ton anniversaire ton fils tu le ve.. tu le e.. il viendra².
1[tʏ vˈɛɪ pɛ] litt. ‘tu vois puis’. Périphrase du futur considéré comme certain.
2[jɪ vj pʁɛ] litt. ‘il vient «près»’. Identifié par d’autres locuteurs valdôtains comme lapsus pour [jɪ vj pɛ], périphrase du futur.
m pˈɑː e vʊ cʲœ mɛ lɛvˈɪs ɑ ʃə z ˈɔːjɛ
Mon père il veut que je me lève à six heures.
m fʀˈɑɛ e vejˈɪvɛ - la ɕẽ ɕˈɔtɕɐː - dɛː ɑ katsˈɔ pɛʀkˈɛ lɔ bo pˈɑːɛ ɛ lɔ lɑmˈeːvɛ po
Mon frère il voyait .. la sienne fiancée .. de en cachette parce le beau-père il l’aimait pas.
    fdʀˈ ke də tɛ vejˈɪːsɔ vwˈɛɪ
Il faudrait que je te voie aujourd’hui.

22.2 TorgnonM:

ɪ koːʁ ɑʊ lɛ z etsˈaɑːse
Il marche avec les béquilles.
foː avʊ lɔ ʁˈɑːblɔ - lɔ ʁˈɑːblɔ - pɛ nɛtejˈe lɔ pltsˈɪ
Ah il faut avec le racloir .. la racloir .. pour nettoyer le plancher.
lɔː lo fʁɔmˈedzɔ ij ɛ mˈeːɔ - ɛj ɛ tʁɑvɑʎˈe dɪvɛʁsamˈ - laː vˈetʃə lɑ ftˈɑ e fo ɪtsudˈɐ ɪ ɛ ŋ lɑsˈe əntˈeʁ ɛ fo etsudˈɑ pˈɔkɐɑ
Le le fromage il est maigre .. et il est travaillé différemment .. là par contre la fontine il faut chauffer c’est un lait entier et il faut chauffer peu.
ɔ pˈapa vʊlˈɪɛ sˈmpʁe kʲə mə fˈysɔ lɛvˈʊ - ɑ ʃʏ z ˈɔjɛ
Le papa il voulait toujours que je me sois levé à six heures.
fezˈɪv lɛ pakʲˈɛː - ɑɛː u u sɛnˈɔ ɛ falˈɪə fɑː l feː ɛ pɔʁtˈɑ ʋʊ lə mølˈɛ
Nous faisions les paquets .. ah ou ou sinon il fallait faire les faix et (les) porter avec les mulets.
l bɪdoˈõ ɪ fo lœ ʀeʃˈɪ ɑwˈə l ˈevə fʁˈɛɪdə - ʒamˈe bətˈɑ l ˈvə tsˈoːdɑ œ ɛ se le bɪdˈõ s pwɛʁ du lasˈe - ɑlɔ ə fo bjŋ lɛ lː ʁɪʃˈɪ ɑʋə l ˈeʋə fʁˈɛɪdə ɛ d s bətˈɑː l ˈevəʏ kwezˈtɑː ɑwˈɪ de d de pʁodɥˈɪ dɛ lɛ- d lɪsˈɪːvə pə lə nɛtɛjˈe
Les boilles il faut les rincer avec l’eau froide .. jamais mettre l’eau chaude euh eh si les boilles sont sales du lait .. alors il faut bien les les rincer avec l’eau froide et ensuite mettre l’eau bouillante avec de de de produit de l.. de lessive pour les laver.
    vɑ dʑʏ tʁavɑʎˈe lɑ vˈœɲə
Il va en bas travailler la vigne.

23.1 TroistorrentsF:

s e pltˈo n epˈønɑ bɑ p lʊ - lɐ lɐ pjˈãtɑ dø pjɑ
Il s’est planté une épine en bas dans le .. la la plante du pied.
e ʋa ɑ la dʒʏˈø
Il va à la forêt.
ː lˈɑvɛ le z epˈlɛ
Il lève les épaules.
ë pˈɔʁtë s dlˈ sy - sy lɥe z epˈlɛ
Il porte son petit sur .. sur les épaules.
fʊdʀˈøː k mɑdlˈɛn s leʋˈɑjɛ a stɕ ˈʁe mʷ ka
Il faudrait que Madeleine se lève à sept heures moins quart.
j f kə ɑlˈɑɪɔ dʁʊmˈɪ dəvˈã miɛːnɥˈɛ
Il faut que j’aille dormir avant minuit.
sø vo ʋlˈa ɑːlˈa a ʋə - amː - ɕy sndzˈ ɑ œ vo fo ləvˈa vo levˈa dəvã k vyɲˈaje dzo
Si vous voulez aller à v.. amont .. en haut au sommet ah il vous faut lever vous lever avant que vienne jour.
k     fe tso e n  ktʁˈ d ɑʁɔzˈa
Quand il fait chaud il on est contraint d’arroser.
lʏ ts ɛː-l ɑ swɑ e f- l ɑ sɑ ø fo - lɑ fo bɑjˈe ɑ bˈɑʁe
Le chien i..l a soif il f.. il a soif il faut .. lui faut donner à boire.

23.2 TroistorrentsM:

e fo kə nɔ ɔ lɛʋˈæjã tɥɪ u dzo
Il faut que nous nous levions tous les jours.
s ø ɡʀˈɑle le bˈekjʏ s kˈɑts
S’il grêle les bêtes se cachent.
po vo dʁe o s tʁˈeʋe tʁetɔʁˈː - bɐ - ɛ fo pɑʁtˈi d mtˈaː - øː ʃeː - sɑ tʃɪlomˈetʁe - ʋoz ɑʁʋˈa a tʁɛtɔʁˈː
Pour vous dire où se trouve Troistorrents .. eh bien .. il faut partir de Monthey .. euh .. six .. sept kilomètres .. vous arrivez à Troistorrents ..
ə pθˈe - l kwöθa sˈaʀt
S’il pleut .. les limaçons* sortent.
*[kwöθa] cf. [koþä] ‘limaçon’ (Fankhauser 1911: 71).
    maʁts ɐwɪ de bekˈiːjɛ
Il marche avec des béquilles.

24.1 Val-d’IlliezF:

lə paʁ ɪ vø kə ɔ m lˈavɔ aː ɕi ʑ ˈœʁɛ
Le père il veut que je me lève à six heures.
e buʃ  pw ba sy la tʁˈabla
Il tape le poing bas sur la table.
vɑ ɑ læ dzœ
Il va à la forêt.
tˈtɑ s pˈødzɔ
Il suce son pouce.
ɛ fodʁˈe ə mdʒˈi ɐ - dəvˈã midz
Il faudrait euh manger à .. avant midi.
a kæ fi bʁamn tsɔ œ fɔ - pɔʁtˈa d l ˈiwɛ sʏ l kɔʁtˈɛ
Quand il fait bien chaud il faut .. porter de l’eau au jardin.
kãn     dzˈalɛː  kʁˈøvə l sœ awˈi dy di
Quand il gèle on couvre les fleurs avec des branches de sapin*.
*[di] cf. ou dare ‘branches de sapin coupées, munies de toutes leurs aiguilles, servant à couvrir les plantes en hiver’ (DSR 1997 s.v.; http://www.bdlp.org/fiche.asp?no=15415&base=SU&boite=1 (25.1.2016).

24.2 Val-d’IlliezM:

dəmˈ i ʋa ə ɪ ɪ - i va  la mtˈaɲə tɔt amˈ
Demain il va euh à à .. il va en l’alpage tout en haut.
pɔ fiʁ  bwe lœː - l tsɑpwˈi - e kʀz  -  -  bəðˈ
Pour faire un bouil* le .. le charpentier .. il creuse un .. un .. un billon.
* cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
pɔrt s ɡɑmˈ sy le z epˈɔlɛ
Il porte son gamin sur les épaules.
ɛ va  la dzø
Il va en la forêt.
    mɑʶts ɔwˈøᵏ le bekˈiːje
Il marche avec les béquilles.

25.1 VouvryM1:

l tˈæ dœʏ ʁɛθʁˈ ə- ɛ e - ɪ t l ˈewə
Le toit du restaurant euh .. il est .. il tient l’eau.
k e pløː lu kɔfˈaː ɕɔʁtˈəɕː
Quand il pleut les limaçons* sortent.
*[kɔfˈaː] cf. [koþä] ‘limaçon’ (Fankhauser 1911: 71).
a ɛ - wɛ ɕe ɕˈyɕe l pˈødzə
Ah il .. oui il se suce le pouce.
kã m bwˈavə trwa ta lə lʏ pˈaʁɛ ɛ ɕ ʁaɡʲe- ɕ ʁadʑˈiv
Quand je me rentrais* trop tard le le père il s’enrag.. s’enrageait.
*[m bwavə] ‘je me rentrais’, cf. emboué ‘rentrer les vaches à l’étable’ (NDPV 1997: 641; FEW 1: 463b; ALF suppl. 78: 965). La forme réfléchie «se rentrer, en parlant d’une vache» est attestée dans le fichier du GPSR, notamment à Val-d’Illiez s.v. inb. Le sens ‘se rentrer, en parlant d’un être humain’ est sans doute analogique.
ɕ kwʊtˈ wɑ pə βa kʏ l dzënˈø
Sa jupe il* va plus bas que le genou.
*[kwʊtˈ] ‘jupe’ est masculin.
ə se rˈdze lʊ z ˈɡ
Il se ronge les ongles.
    fʊ mwnˈɪ dv aʁjˈa
Il faut abaisser avant de traire.

25.2 VouvryM2:

e e sˈœsə lə l pˈœːdzᵓ
Il il suce le le pouce.
ø tɹɑvˈɑð lʋ ɐː la vˈeɲə
Il travaille là-bas à la vigne.
    mˈaʁts ɐwˈe de bekˈœʟ
Il marche avec des béquilles.
k fa lu cyɲˈøʁ ɛ fʊ pa la - su lu sapˈ
Quand il fait le tonnerre il faut pas aller .. sous les sapins.