Menu

Comparer

Comparer la carte 31020 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Le clitique sujet préconsonantique de la 1re personne du singulier: formes et occurrences.

La forme individuelle la plus fréquente est marquée d’un bord plus épais dans la carte; elle est en gras dans le tableau ci-dessous.
 
parler de
formes et occurrences
1
Arbaz
e
ʏ
   
Ø
2
1
   
77
2
Bionaz
ɪ
/ɛ
œ/ə
Ø
3
6
7
1
125
3
Chalais
jo/jɔ
     
Ø
6
     
41
4
Chamoson
jɔ/j
e
ə
ɐ
Ø
6
1
1
1
94
5
Conthey
no/n/nɔ/n
nu/nʊ
/ɔ
 
Ø
30
22
5
 
11
6
Évolène
jo/j/jɔ/j/j
jø/j
   
Ø
40
5
   
39
7
Fully
i/ɪ
e//ɛ
ə
Ø
35
11
1
1
88
8
Hérémence
ɛ
     
Ø
1
     
65
9
Isérables
jʊ/jo/jö/j/jɔ/j
jʏ/jø/jə
ɟɪ/je/j
   
33
6
3
   
i/ɪ/
e/
ə
ɑ
Ø
8
2
3
1
19
10
La Chapelle-d’Abondance
ðə/ð
     
10
9
     
d/ḍ/t/n
(ʒ)
 
Ø
1
14
1
 
46
11
Lens
ɪ/e
     
Ø
3
     
58
12
Les Marécottes
jø/jʏ
j/jo
ɪ
/ɛ
Ø
3
2
1
2
56
13
Liddes
ɟɪ
jʏ/ɟʏ/jø/jə
   
1
1
9
   
i
ø
 
Ø
1
2
1
 
50
 
parler de
formes et occurrences
14
Lourtier
jʏ/ɪʏ
ju/jʊ/j/jo
jø/j/jə
   
21
5
12
   
jɪ/je/jë
ʏ
ɪ/
 
Ø
6
2
9
 
7
15
Miège
jo/jɔ/j/j/ɪ
ø/œ
   
Ø
21
5
   
36
16
Montana
(ʒʏ)
     
Ø
1
     
77
17
Nendaz
ɪ/ɛ
ø
ə
1
1
2
1
3
æ
a
o/ɔ
(ʃə)
Ø
1
1
2
1
61
18
Orsières
i
iu
   
Ø
1
1
   
50
19
St-Jean
jo/jɔ/j/ɪ
je/jɛ
   
51
2
7
   
ɔ/
ɪ
ʏ/ə
 
Ø
2
2
3
 
21
20
Savièse
ɪ/
ə
 
Ø
3
1
1
 
123
21
Sixt
dʏ/dø/dœ/də
do/dɔ
     
21
3
     
ðə/ð
d/ḍ/t/n
 
Ø
6
11
1
 
61
22
Torgnon
dʏ/dø/dœ/d/də
dzø/dzə
   
Ø
43
2
   
33
23
Troistorrents
e/
ʏ/ø
l
 
Ø
5
2
1
 
75
24
Val-d’Illiez
i/ɪ/e/
ɔ
 
Ø
8
1
1
 
66
25
Vouvry
i/ɪ
ʏ
     
Ø
2
1
     
36

Pour une première analyse, partielle, de cette carte, voir l’article de Diémoz/Kristol 2012, «L’atlas linguistique audiovisuel du francoprovençalvalaisan et les défis du polymorphisme», in: Kattenbusch, Dieter / Tosques, Fabio (ed.): 2012, «20 Jahre digitale Sprach­geo­graphie. 20 ans de géolinguistique numérique. 20 anni di geolinguistica digitale. 20 años de geografía lingüís­tica digital. Actes du colloque de Berlin (Humboldt-Universität), 2-3 novembre 2012, pages 164-166.

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1. Arbaz:

  • [e]

e sˈiŋnɔ ɑː ʃɑt œʏr e demjˈ
Je soupe à sept heures et demie.

  • [ʏ]

k lɑ de nˈeɪ ʏ bˈɑlɔ ɑ pekˈɐ y ʒ yʒˈeː y bɔr d ɑ fenˈiːhrə
Quand il y a de la neige, je donne à manger aux oiseaux au bord de la fenêtre.

  • clitique zéro

    vɛʒ ɑ mtˈɑɲə
Je vais à l’alpage.

2. Bionaz:

  • [ɪ]

n atɛndˈ - ɪ kˈɔpwə də pˈɛɲɔ bˈʊːcʲə
En attendant .. je coupe de petit bois.

  • [], [ɛ]

vˈɔlʏ k lə mæɪnˈʊː ɑlɪsˈan dʊʁmˈi dəvˈã n ˈɑwʴɛ

Je veux que les enfants dormir avant neuf heures.
ɛ bˈœtɔ lə z asˈɪtə dədˈ lɔ bəfˈɛtːə
Je mets les assiettes dans le buffet.

  • [œ], [ə]

œ bˈɑʎo pɛʀkˈe sɪ laɲˈɑɛ
Je bâille parce que je suis fatiguée.
adˈ œ pə fɛ la sˈœpːa œː ə fˈɪɔ fʀˈɪjə l ɔɲˈũ p lɔ bˈœːʀɔ
Alors euh pour faire la soupe euh je fais frire l’oignon dans le beurre.

  • clitique zéro

œː     fˈɪɔ kwˈeːə lʏ z kʀwˈĩjɔ awˈɪ lo laː
Euh je fais cuire les épinards sauvages avec le lard.

3. Chalais:

  • [jo], [jɔ]

jo bˈɑjø po ʃeŋ kʲʏ ʃɪ laɲˈæ
Je bâille parce que je suis fatigué.
vˈiɔ lɔ ʃɔlˈɛ kɪ ʃə lˈɛɪvœ
Je vois le soleil qui se lève.

  • clitique zéro

    vˈeʒ drø bɑ ʊ selˈi
Je vais droit en bas à la cave.

4. Chamoson:

  • [jɔ], [j]

vˈɛɪ k o solˈæː - kã solˈæ sə lˈæɪvə
Bien je vois que le soleil .. quand (le) soleil se lève.
mɛ ka j ʁtʁˈɑvəː bʁamˈ tɑː - ɔ pˈɪʁɛ sə mtjˈvə tœtˈi  kwœlˈ
Ben quand je rentrais très tard .. le père se mettait toujours en colère.

  • [e]

e vɑz  mtˈaɲə
Je vais en alpage.

  • [ə]

ə m ɐːdzˈøt o laːsˈe ː - ltᵊʀˈɪ
Je m’achète le lait en .. laiterie.

  • [ɐ]

j ɐ tʁɑvˈaj ː - inˈo ɑ l alpˈɑːdz
Moi je travaille en .. en haut à l’alpage.

  • clitique zéro

    lˈɑːsə tətˈi ɐ fl sœ œ pɔʁt
Je laisse toujours la clé sur la porte.

5. Conthey:

  • [no] et allophones

jʁ aprˈï m- mødzˈɔː no ʃi itˈɑː ʏ f
Hier après-mi.. midi je suis étée au foin.
n m ʃoːdrˈ tɔdzˈɔ d tɛ
Je me souviendrai toujours de toi.
fodrˈeː cjœ tə vɛˈʃo wɛ
Il faudrait que je te voie aujourd’hui.
kaŋ n vʏɲˈɛ a a mɛjʒˈ mˈaːmə ʃœ ʁdzʊiʃˈe
Quand je venais à la maison maman se réjouissait.
ə b  fˈœnœ nu krˈæɪʒɔ k ˈæər pføtˈu a drˈæɛtᵊ - ɛ pwˈæɛ ə ʒ ˈomɔ a ɡoːts - di dam
Eh bien les femmes je crois qu’elles étaient plutôt à droite .. et puis les hommes à gauche .. des dames.
ʃ- ʃɪ mɑrjˈɑːə
S.. je suis mariée.

  • [], [ɔ]

mˈɛto ɛ mã ɕy  ˈãtsᵊ
Je mets les mains sur les hanches.
ɔ prpˈaɹ ɛ trïflᵄ
Je prépare les pommes de terre.

  • clitique zéro

ə bɛ     ʃɛ marʏˈo
Et bien je suis marié.

6. Évolène:

  • [jo] et allophones

j veʒ alˈa t də ʃᶣit  səʎˈi
Je vais aller tout de suite au cellier.
k j a dɛ nk bˈalʏ də freːʒ ʏ ʒ oːṿʒˈes
Quand il y a de la neige, je donne des miettes aux oiseaux.
j vˈeʒ frŋ ˈɔrə ok slˈi
Je vais juste maintenant au cellier.
j sˈiŋnɔ a ʃæt ˈoʊr
Je soupe à sept heures.

  • [jø], [j]

ʃʏ marjˈɑː
Je suis marié.
j mˈœtɔ lø pˈomɛ dɛ tˈɛːʁa oːk selˈi dˈɛʒɔ lɔ brœl
Je mets les pommes de terre à la cave sous le [brœl]*.
*[brœl] n.m. ‘pilier au milieu de la cave supportant des rayons, pour ranger les fromages et les mettre hors de portée des souris’ (FQ 1989: 42 s.v. breùlo).

  • clitique zéro

jɛr aprˈɪ mjɛzˈ     ʃʏ ʒu o f
Hier après-midi, j’ai été (litt. je suis eu) au foin.

7. Fully:

  • [i], [ɪ]

i viʒ adzətˈa lə lafˈe a la ltəʀˈi
Je vais acheter le lait à la laiterie.
bː eː ɪ ʃɑ ɑ n mɑrɕiˈɑl ŋɕˈɑj
Ben euh je suis à nom Marcial Ançay.

  • [e] et allophones

e wa alˈɑː vwˈɹə a la kˈavə
Je veux* aller maintenant à la cave.
*[e wa] ‘je veux’ (Schüle et al. 1990: 229, 234).
neːᵋ ɕwˈattɒ vëtˢ 
J’ai .. septante-huit ans.
k ɛ ʁtʁˈɑv a maɛʒˈ  mwe tʀwa tɑ pˈapə l ˈɪʁə pɑ ktˈ muʁənˈɑvœ
Quand je rentrais à la maison un peu trop tard papa il était pas content il maugréait.

  • [ə], [jə]

apɹˈɪ lɪ ɕˈʊːjɛ e pr - ə fez na pˈɔːʑæ
Après les repas* je prends .. je fais une pause.
*[ɕˈʊːjɛ] cf. úɑ ‘repas’ (Schüle 1998: 312, 508; FEW 12: 11b, 131b).
peɹ lə lə pe waɛdrˈɑj ɛː - ɛ vajdrˈɑjɛ k mə ləvˈəʃ aː ʃaɛ ʒ ˈœørə
Père le le (=mon) père voudrait euh .. il voudrait que je me lève à six heures.

  • clitique zéro

    ʎae fiʒ  ku də ʒ oˈɑɛ
Je lui fais un clin d’œil.

8. Hérémence:

  • [ɛ]

mɑ - ɛ ʃɪ marjˈɑː
Moi .. je suis marié.

  • clitique zéro

    vɑʒ nˈɑ ɑ la mtˈaɲɛ
Je vais en haut à l’alpage.

9. Isérables:

  • [jɔ] et allophones

mː sy tᵊwˈɛːrsɑ ɑ tsəʋˈɪlːɛ
Je me suis tordue la cheville.
jo bˈaːl pɐst sːɪ aɲˈajɐ
Je bâille parce que je suis fatiguée.
veʑ ʏnɔ mɔntˈaɲᵄ
Je vais en haut à l’alpage.
j vˈɑe ɔ ʃɔˈ kãŋ s ˈiːvə
Je vois le soleil quand il se lève.
fˈazə l œʏ
Je fais l’œil.
j ʃi pa ɕɔvˈœn drɛj ɐ miːnˈe
Je suis pas souvent debout à minuit.

  • [jʏ] et allophones

k rʏntrˈaʋɔ tarː i par sə mətˈɛ todˈõ  rːˈadzə
Quand je rentrais tard, mon père se mettait toujours en colère.
sːi mariˈaːjɐ
Je suis mariée.
vʏz nˈo mʊntˈaɲɐ
Je vais en haut à l’alpage.

  • [ɟɪ]

ɟɪ mɛt aː ɡˈʊɪz sɔ ɔ fwa
Je mets la marmite sur le feu.

  • [je], [j]

ɛ dzɔr də fjˈeːtœː - je mɛt ɔ kostˈym pɔr a ã mˈɛsːa
Les jours de fête .. je mets le costume pour aller à la messe.
atrɛ jˈaːde j tə-teɲˈaːʋə mɛm ː - batəmˈɛ - wɪ õ fe ʋᵊnˈe e z øʏʋrˈi
Autrefois je te..tenais moi-même les .. bâtiments .. aujourd’hui on fait venir les ouvriers.

  • [i] et allophones

na - i mə soʋeɲˈɛʋə pɑmi ḍ saː - istwˈeːr
Non .. je me rappelais plus de cette .. histoire.
ɪ mə dɛmˈãndə s i mjo pɐrːˈɛŋ sə nsoʋŋ ŋkˈɔr də mɛ
Je me demande si le mien parrain se souvient encore de moi.
øʏ ʋɥy tŋ ə - jʏ mə - mə sovˈʏɲə d aː baː marː ɐ mɛ - pɔʈˈaʋ o bri sw ɐ cjˈetə - ɪ mɛtˈãŋ ə - əœ tatə- o - n tatɛlːˈ - po fər tənˈeɪ o bri
Au vieux temps euh .. je me .. je me souviens de la belle-mère à moi .. elle portait le berceau sur la tête .. elles mettaient euh .. au couss.. le .. un coussin de tête* .. pour faire tenir le berceau.
*[tatɛlːˈ] cf. tàrthëlhong ‘coussin de tête’ (Favre-Fournier 1969-1972: 1002).

  • [e], []

ɛ tʲøtˈe e fortsˈøte ɪ e koʎˈe e mœt øʏ tərˈn d a kʊzˈena
Les couteaux, les fourchettes et les cuillers je mets au tiroir de la cuisine.
mɛt ɛː m sø ɛ z ˈaːntsɛ
Je mets les mains sur les hanches.

  • [ə]

ə ʋˈëzə twːdr ɛɪ o ku
Je vais tordre lui* le cou (rire).
*[ˈɛɪ] ‘lui’ (cf. Favre-Fournier 1969-72: 356 s.v. êy).

  • [ɑ]

i fɛn ɛ pwi jɔ ɑ si ne  ʋalˈɛ
Ma femme et puis moi je suis né en Valais.

  • clitique zéro

    mə sʊʋənːdri tɔdˈn də tɛ
Je me souviendrai toujours de toi.

10. La Chapelle-d’Abondance:

  • [ðə], [ð]

ðə bɑːj pascᵊ t sœ mafˈi
Je bâille parce que je suis fatiguée.
ð vœ lɑ bɑ a læ kˈɑʋɑ
Je vais aller en bas à la cave.

  • [də]

travˈaj ɐ lɐ mtˈaɲ
Je travaille à l’alpage.

  • [dɔ]

 nɔvˈɛl ã ʁvɛʁˈɛ tɔ mː - tʃɥˈø mu pti z efˈ
À Nouvel An je reverrai tous m.. tous mes petits-enfants.

  • [d] et allophones

nɑ mɛ d m ən suvnˈɛʋœ pɑme d sɛt istwˈɑʁ
Non moi je m’en souvenais plus de cette histoire.
vwɛdʁˈi b ʁvɛː la mazˈ u sæ nˈɛsːᵅ
Je voudrais bien revoir la maison où je suis née.
ðə bɑːj pascᵊ t sœ mafˈi
Je bâille parce que je suis fatiguée.
m pˈɑʁɛ vˈæ kə n mə lɐvˈas a ʃi z æʁ
Mon père veut que je me lève à six heures.
mu pˈɑœ wɔlˈɛ tɔðˈɔ ɡ ʒ mᵊ ləvˈɑː ɐ ʃi - a - mə ləvˈɑʋa a ʃi z ˈœːʁɛ
Mon père voulait toujours que je me lève à six .. à .. me lève à six heures.

  • clitique zéro

    sœ buʃˈɑ l kˈɔdə
Je (me) suis tapé* le coude.
*[bʊʃˈa] cf. bous v.tr. ‘battre, frapper’ (GPSR 2: 789).

11. Lens:

  • [ɪ], [e]

bˈɑːʎʊ pɛrkˈe - pɔ seŋ k ɪ ʃɪ laɲˈa
Je bâille parce que .. parce que je suis fatigué.
lœ mœ- e mˈøto lo mɑŋ - l mŋ oə - d uŋ lɑ dˈeŋʃe
Le me.. je mets le main .. les mains euh .. d’un côté ainsi.

  • clitique zéro

    mˈɛtɔ lɛ m ɦ lɔ kɹˈupjɔ
Je mets les mains sur les reins, le bas du dos.

12. Les Marécottes:

  • [jo], [j]

j bˈt li mŋ ʃy li ˈtsɛ
Je mets les mains sur les hanches.
jo bˈɑːjʏ pɐskə ʃe laɲˈæ
Je bâille parce que je suis fatigué.

  • [jʏ], [jø]

a miənɥˈe dʀˈmwə - k to vɑ b
À minuit je dors .. quand tout va bien.
tʁɑvˈɑjə ʃy l ɑlpˈɑːdz
Je travaille sur l’alpage.

  • [ɪ]

kãŋ j ɛʁ kʁˈɔːɪ ɪ mndʒjˈv ʃvˈ lɪ taʁtˈin
Quand j’étais petite je mangeais souvent les tartines.

  • [], [ɛ]

lˈɑʃ lɐ klʊ ʃy lɑ pˈɔːʁtɛ
Je laisse la clé sur la porte.
wɛː ɛ ʃɥɪ ty a l ekˈʊːl ɛɪ maʁkˈɔt - ə j e tœdzˈœ vtɕˈy ʃʏ
Oui j’ai été (litt. je suis eu) à l’école aux Marécottes .. j’ai toujours vécu ici.

  • clitique zéro

    vˈeʏʒ ɐlˈɑ dɛ tiːʁ bɑ a la kˈɑːvə
Je vais aller tout de suite bas à la cave.

13. Liddes:

  • [jʊ]

wˈɛe cjɛ ᵈli mɛenˈoː ɕəː - aləs dɹəmˈi dəʋˈ nøv ˈœyɹɛ
Je veux que les enfants se .. aillent dormir avant neuf heures.

  • [ɟɪ]

ɟɪ bˈɑːjø pɔ s cə se laɲˈa
Je bâille parce que je suis fatigué.

  • [jʏ] et allophones

ʋɛ alˈe t də ʃɥit  la kˈɔːʷɑ
Je vais aller tout de suite en la cave.
ɟʏ ve ĩnˈ {ˡ}ɐ mtˈaɲɐ
Je vais en haut à l’alpage.
lö dz dɛ l ã tˈɔɹn ʋɛ cçø mɪ pøtju mɛenˈũ
Le jour de l’an je revois tous mes petits-enfants.
apɹˈi k ʲ e mdʒʲˈa məː - βeː - m ʁəpwzˈɪː
Après que j’ai mangé je me .. vais .. me reposer.

  • [i]

a si i ʋe ɪ cjˈedɹœ lɔ ku
À celui-ci je vais lui tordre le cou.

  • [ø]

ø wʊj alˈe - w alˈe kratʃ æ la kˈɑvɐ
Je veux aller.. je veux aller vite* à la cave.
*[kratʃ] onomatopée exprimant la soudaineté d’un procès (Enckell/Réseau 2003: 180).

  • [dɪ]

mø svˈʏɲʏ kʲɛ alˈa ɑwˈø la ɥˈɛɪdz apˈʏ s øtˈa w li tsarɡˈs kã l tsmˈe l e ʒʊ  mwɛ pi lˈɑrdz
Je me souviens qu’ils allaient avec la luge après ils sont été avec les «tsarɡˈɔse»* quand le chemin il a été (litt. il est eu) un peu plus large.
*[tsarɡˈɔse] cf. tsargóche n.f. ‘véhicule à deux roues à traction humaine pour le transport du bois ou du foin’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 25.5.2016).

  • clitique zéro

jɛ æpɹˈɪ dʏnˈe     s etˈʊ i fw
Hier après-midi je suis été aux foins.

14. Lourtier:

  • [ju] et allophones

ju we k i mɛɪnˈʊː ɐlˈɐɕə dɹʊmˈɛ ɡjɛʀ nø ˈøə
Je veux que les enfants aillent dormir vers* neuf heures.
*[ɡjɛʀ] cf. yer ‘vers’ (Bagnes; FEW 14: 312).
wɑ ælˈa  kˈɐɑvə
Je veux aller en cave.
pɔ ɐlˈa øenˈ ɕᵘ ə tˈɑe j pɹʒ yn etsˈiːɐ
Pour aller en haut sur le toit je prends une échelle.
k jo ʁãtɹˈɒə tɑ - pˈæpə ir ɪnæʁʋˈo
Quand je rentrais tard .. papa était énervé.

  • [jʏ], [ɪʏ]

vɪʒ  mtˈaɲᵊ
Je vais à l’alpage.
jø bˈɑːlʏ de s k ɪʏ ɕe ɐɲˈɛ
Je bâille parce que je suis fatigué.

  • [jø] et allophones

ʋeːʒ  mtˈɐɲɐ
Je vais à l’alpage.
tɕɥɪ kʊ ke j ʋˈœijə - a blˈaː miː - nʏ nə rɛpjˈetɛ
Tous les coups que je voyais .. la belle-mère .. nous nous disputions.
ʃe ne ɑ uɹcjˈe
Je suis née à Lourtier.

  • [jɪ] et allophones

kᵉ ʁntɹˈɑwø tɑ - pˈɐpːɐ ɪɹ tdjˈ f - ə - ɛɡɹedzɪˈæ
Quand je rentrais tard .. papa était toujours fu .. euh .. fâché.
je ɕe necʲˈy ɑ uɹcʲˈe
Je suis né à Lourtier.
ɕe mɑɹʲˈoː - j æ ɬˈŋãt sɐt ã
Je suis marié .. il y a cinquante-sept ans.

  • [ʏ]

ø pɪɹ vœ k ʃ- kɪ ʏ mə ləvˈɑːʃ a ʃe ʒ ɔøɹ
Le père veut que ch.. que je me lève à six heures.

  • [ɪ], []

ɪ mœ ɕɥ pɒ me dø sa ɪstwˈːɹ
Non je me souviens plus de cette histoire.
ʋeʒ ɪ tɕɥˈɛd  kʊ
Je vais lui tordre le cou.

  • clitique zéro

    ʃ pɑ ʃw - ləvˈɑːj ɛ mjɪnɥˈœ - ɐ mɪnˈɛɪ
Je suis pas souvent .. levée à minuit .. à minuit.

15. Miège:

  • [jo] et allophones

jo bˈɑejo pask jo ʃeɪ laɲɑːijˈeː
Je bâille parce que je suis fatiguée.
m apˈɛlɔ ˈivonḍ
Je m’appelle Yvonne.
j bˈɑjɔ pɔ ʃə ʃɪ laɲˈa
Je bâille parce que je suis fatigué.
j ʃi nkwˈɑj ɑ mʊlˈᵑ
Je suis née à Mollens.
l zɔr dø nvˈej  ɪ veʒˈo vɛrˈɛ tɔ lɪ pitˈi ʒ ɛfˈã
Le jour de Nouvel An je vais voir tous les petits-enfants.

  • [ø], [œ]

ø lɑ fˈɛʀmo ʒœmˈe a klɑː
Je la ferme jamais à clé.
œ trɑʋˈɑjɔ ʃu a l alpˈazɔ
Je travaille en haut à l’alpage.

  • clitique zéro

    vˈeʒɔ ɑ lɑ mntˈaɲɛ
Je vais à l’alpage.

16. Montana:

  • clitique zéro

j ɛ lʏ nˈɔːbʎa kɔntrˈɑː - œː - dʊ lɑ dɛ ʀandˈoɲ - ɛ nʊ sĩŋ la luˈɑːbl alˈɔ - ʒʏ pˈsʏ - ʃẽŋ kʏ dɛvˈan iraŋ kˈatrɔ kɔmˈunə - ln - tsɛrmiɲˈũ - ikˈɔɲᵊ ɛ mntˈaŋnɐ - ɛ ʃɛ ʃõ sparˈa tsʏkˈŋ -  ɑm pri lur œː - lɔ num k i an olˈʊ prˈndrɛ
C’est la Noble Contrée* .. euh .. du côté de Randogne .. et nous sommes la Louable* alors .. je pense .. ce qui autrefois étaient quatre communes .. Lens, Chermignon, Icogne et Montana .. et se sont séparé chacun .. et ont pris leur euh .. leur euh .. le nom qu’elles ont voulu prendre.
*Noble Contrée (de Sierre) désigne l’ensemble des communes de Randogne, Mollens, Venthône, Miège et Veyras, à l’est de Montana. Louable Contrée (de Lens) désigne les quatre communes (Icogne, Lens, Chermignon et Montana) issues du partage de l’ancienne grande paroisse de Lens.
    vˈeʒ baː tɔ de ʃɥˈitë  slˈi
Je vais en bas tout de suite au cellier.

17. Nendaz:

  • [jɔ]

bˈɑʎø pɑsk ʃe aɲˈɛɪ
Je bâille parce que je suis fatiguée.

  • [jø]

trˈɑːlə enˈaː  mtˈaɲa
Je travaille en haut en alpage.

  • [ɪ], [ɛ]

k j ɐ də nɛ - ɪ bˈalo də freʒ də p i biːtɕˈ
Quand.. il y a de neige.. je donne de miettes de pain aux oiseaux.
ɛ sːiːn ɑ ʃɑt ˈøːrə
Je soupe à sept heures.

  • [ø], [ə]

dəmˈ ø ʋʒə ø mɑˈ
Demain je vais au mayen.
ə mᵈẓ ʊna ʀaklˈɛt
Je mange une raclette.

  • [æ], [a]

æ vəʁˈɔ ʋɔtʃˈœ ɐ mɛeʒˈ ʊ ʃɪ ɲo ɔ mˈdə
Je verrais volontiers la maison où je suis venue au monde.
a vˈɛjɔ ʃe eˈɑ ʃoˈɛ
Je vois se lever soleil*.
*‘soleil’ s’emploie sans article (FB 1960: 142 s.v. choo͜u).

  • [o], [ɔ]

o wɪ k  mɪːnˈɑː ᶷwaʒˈəʃʊn drʏmˈi deˈŋ n ˈœørə
Je veux que les enfants aillent dormir avant neuf heures.
ɔ ʋˈaö dø dre ø ɕiˈɪ
Je vais à l’instant même* au cellier.
*[dø dre] ‘à l’instant même’ (Praz 1995: 208 s.v. drey).
ʃə mʏ ʃ ʃʏtˈa ʃ ɔ kˈabe
Je me suis assise sur l’escabeau.

  • clitique zéro

    wˈɑʒə də dre bö ʊ siˈɪ
Je vais à l’instant même* en bas au cellier.
*[də dre] ‘à l’instant même’ (Praz 1995: 208 s.v. drey).

18. Orsières:

  • [i]

i bˈɑaːdʊ pɔ ɕ  si læɲˈəœ
Je bâille parce que je suis fatiguée.

  • [iu]

iu wˈaɪ k lɪ mæɪnˈʊ sats  la kʲˈɔtsə dœvˈaŋ li nɔ ˈœɔʀʏ
Je veux que les enfants soient* au lit (litt. en la couche) avant les neuf heures.
*[sats] subjonctif présent d’être.

  • clitique zéro

    laːs la θl ɐ lɐ pʀt
Je laisse la clé à la porte.

19. St-Jean:

  • [jo] et allophones

jo wi kjɛ lɛ ʒ fˈnᵊ ɕəː ɛ - nɔ alʃˈan drmˈiɡ dəvˈan nu ʒ ˈoʊrɐ
Je veux que les enfants se euh .. nous allions dormir avant neuf heures.
ve  la mntˈaɲə
Je vais en l’alpage.
j m apˈːlɔ - ʒãm bætˈiste krɛtˈɑ
Je m’appelle .. Jean-Baptiste Crettaz.
ʏ fʊdrˈi k i mˈzɔ dəv mjɛzˈɔr
Il faudrait que je mange avant midi.

  • [je], [jɛ]

k je ʃˈiɹe ɡɛmˈʏnə j ɛmˈɑɔ pa lɛ - ər - lɛ ʒ epinˈɑːr
Quand j’étais gamine, j’aimais pas les .. euh .. les épinards.
jɔ bˈɑłɔ paskje ʃɪ fatiɡˈai
Je bâille parce que je suis fatiguée.

  • [jə]

vɪ lɥi tˈør lɔ kˈoʊ
Je vais lui tordre le cou.

  • [ɔ], []

ɔ vˈiɔ lɔ ʃɔlˈɛk ki ʃɛ lˈiːvɛ
Je vois le soleil qui se lève.
j e - sɛtːˈntɛ duʒ an - ʃi nːehˈʊk  mːe nu sɛn ɛ vʏnt  kˈatrɔ
J’ai .. septante-deux ans .. je suis né en mil neuf cent vingt-quatre.

  • [ɪ]

ɑː mũm bɔ fɪs l ɪ kjakˈŋ vɔ vʊdrˈɪe - ɪ ʋudrˈi kj vɔ l kɔɲiʃˈa
Ah, mon beau-fils c’est quelqu’un vous voudriez .. je voudrais que vous le connaissiez.

  • [ʏ], [ə]

ʏ marˈndɔ a katr ˈoːrɛ
Je goûte à quatre heures.
ə travˈałː ʃuk ã la mũntˈɑɲɪ
Je travaille en haut en l’alpage.

  • clitique zéro

jɛr ɐprˈɪ mjɛzˈɔ     ʃiɡ alˈaj i fŋ
Hier après-midi, je suis allée aux foins.

20. Savièse:

  • [ɪ], []

pənˈe ˀʏ - pen k atˈʒø e ɪ tsapl ʊ pti bo
Pendant euh .. pendant que j’attends eh je coupe le petit bois.
tʃy œ ˈɑːdzʏ k vˈiːə ɑ bˈɑa mˈɑːrʏ m əntˈɛʒj bjɑ ɑwˈe li
Toutes les fois que je voyais la belle-mère je m’entendais bien avec elle.

  • []

ɑː weː ɐ mɪnˈy  ʒənrˈɑw drum
Ah oui, à minuit en général je dors.

  • [ə]

pø ʏ nu ˈuːː ə pɹˈʒ  mwɛ d pã ɔ mwɛ d fɹomˈað ʊ bʷə də kɔ  mwɛ də sərvəlˈa u b  mwɛ d salamˈi
Pour les neuf heures je prends un morceau de fromage ou bien de fois un morceau de cervelat ou bon.. un morceau de salami.

  • clitique zéro

    bˈɑl pɐskʏ ʃe waɲˈɑ
Je bâille parce que je suis fatiguée.

21. Sixt:

  • [dʏ] et allophones

stɑ ne vɛ ptetr mðˈɪ  bɛʁtˈʊ
Ce soir je vais peut-être manger un berthoud*.
*Spécialité culinaire du Chablais savoyard. Morceau de fromage d’Abondance arrosé de vin blanc sec ou de madère et rôti au feu; se mange avec des pommes de terre en robe des champs ou en trempant des morceaux de pain (cf. Viret ³2013 : 1034 s.v. fromage).
mɛt le m sy l z ˈːθə
Je mets les mains sur les hanches.
bˈɑɪ pɑskˈə sɛ fɐtiɡˈɑjɪ
Je bâille parce que je suis fatiguée.
mɛt lʏ br sy l fwɑ
Je mets la marmite sur le feu.

  • [do], [dɔ]

do we k lu ð fː - aʎ døʁmˈi ɐvˈ nʊ ˈʊʀə
Je veux que les enfants .. aillent dormir avant neuf heures.
ɑː ʀveʀˈɪ ve ə vɔlcʲˈe ma mɛˈ natˈɑl
Ah je reverrais voir euh volontiers ma maison natale.

  • [ðə], [ð]

pɛ alˈeɛ sʏ l tæ - fo kᵊ ðə preɲ l ːθˈælə
Pour aller sur le toit .. il faut que je prenne l’échelle.
ð m ã vɛ wer a la kavɐ
Je m’en vais maintenant à la cave.

  • [d] et allophones

ɑ b sta ne d vɛ mðɪ d la spˈɑːə - ɑvə lɔ mɔsˈe d fʁwɪ dəðˈ
Ah ben ce soir je vais manger de la soupe .. avec le morceau de fromage dedans.
lʊ zɔʁ də fˈetœ b lʊ dzɔ də fˈetaː - tœ l md nə mədˈɪv pɔ  ptɪ pˈə - me mə d ɛ  sʊvənˈɪʁ kɪ m - t enɔʁmemˈ kˈœːʁə - kt d etˈɔ ve lʊ f - d etˈɔ v ma tˈta - e mɔ ɡʁ pɑr vənˈɪv av sa lˈœta - v vɔ z ɪ ʁˈiʁe si vʊ vʊlˈeː - l aʁvˈav av sa lˈœtːa eː ĩ drɪ vhœ- lɑ la lɑ ʁɔt- la la vɪ etˈɛː  lasˈe - ɛ l vɔhˈɔ aʁəvˈe mə - e d alˈɑv l atˈdrə sy la bˈytːa pɑskˈə - səvˈɔ k e m apɔʀtˈɑvə - nɐ brɪˈɔʃ trehjˈæ
Les jours de fête bien les jours de fête .. tout le monde ne mangeait pas un petit pain .. mais moi j’ai un souvenir qui me tient énormément à cœur .. quand j’étais vers les Fonts .. j’étais chez ma tante .. et mon grand-père venait avec sa hotte .. v vous y rirez si vous voulez (passage en français) .. il arrivait avec sa hotte et droit je voy.. (?) la la la rout.. le le chemin était en lacets .. et je le voyais arriver moi .. et j’allais l’attendre sur la butte parce que je savais qu’il m’apportait .. une brioche tressée.
t sa maʁjˈa m sa maʀjˈa ã diz nu s swast e  - lə kz dy ma d ɐvrˈi
Je suis marié je me suis marié en 1961 .. le 15 du mois d’avril.
βɛ n m apˈaə ðã bɑtˈist - mɔnˈɛ
Ben je m’appelle Jean-Baptiste .. Monnet.

  • []

m  zəvˈɲ kt al t aʀʋˈɑ j ëtˈɑ l tθo t
Je m’en souviens quand il est arrivé c’était l’été.

  • clitique zéro

    m  vɛ tø sɥit ɑ sə - a la kˈɑvə saθˈɪ le taʁtˈɪfl
Je m’en vais tout de suite à se .. à la cave chercher les pommes de terre.

22. Torgnon:

  • [dʏ] et allophones

lɛ dzɔʁ dɛ fˈːta bœt ĩ tsapˈe
Les jours de fête je mets un chapeau.
bˈoːʎɔ pɛkʲˈɛ sɪ lɑɲˈeː
Je bâille parce que je suis fatiguée.
mɛ kʁˈɪːɔ ʃatʀejˈ ʀˈɔːzɛ
Je m’appelle Chatrian Rose.
œ ʊ pʀʏmˈɪ dzɔʁ dɛ l ŋ d vˈɛjɔ pwe tʃ m pɪtʃˈi mɪnˈʊ
Euh au premier jour de l’an je verrai* tous mes petits enfants.
*Litt. je vois puis. Périphrase du futur considéré comme certain.
vʏ tɔ d ĩŋ kʲʏ ɑ la kʀˈoːta
Je vais tout d’un coup à la cave.

  • [dzø], [dzə]

dzø bˈoːʎɔ pəʁkˈɛ də sɪ lɑɲˈe
Je bâille parce que je suis fatigué.
dzə mɛ sɪ toʁdˈy ŋ ɡʁˈeʎø
Je me suis tordu une cheville.

  • clitique zéro

k     sˈevɔ petʃˈeda     lɑmˈeɔ pu lɛ z epɪnˈɑʀ
Quand j’étais petite j’aimais pas les épinards.

23. Troistorrents:

  • [e], []

e bˈaːjo bœ- paskᵊ sɑ maɕjˈetə
Je bâille be.. parce que je suis fatiguée.
m ʒdʁə l ɛ nə s ʏ - kakˈ vodʁˈi b kə vø l kɲˈɛsɑ
Mon gendre il est une s.. u.. quelqu’un je voudrais bien que vous le connaissiez.

  • [ʏ], [ø]

ʏ ɕɑ nɛː a tʁetoʁˈ - sɑ vnøː ø mˈdɔ ɐ tʁetoʁˈ si vu z eme mjø
Je suis née à Troistorrents .. je suis venue au monde à Troistorrents si vous aimez mieux*.
*NB. Fin de l’énoncé en français.
mˈɑʁɪ e katʁˈenə s ne a mõtˈɑ - pteːt ɑ l opitˈɑl ø si pa
Marie et Catherine sont nées à Monthey .. peut-être à l’hôpital je sais pas.

  • [l]

ijˈe dï mjëdzˈo l ɕɑ ɑlˈai tʁɑvajˈe ø f
Hier après midi je suis allée travailler au foin.

  • clitique zéro

    vˈezo ɑla to ḍ tiːʁ a la kˈaːʋɑ
Je vais aller tout de suite à la cave.

24. Val-d’Illiez:

  • [i], [ɪ]

i mœt le l tʀˈtsɛ  la kˈaʋa
Je mets les les pommes de terre en la cave.
ɪ wɑ k l ɣamˈ ˈɛː y ji døvˈ ny jœʀ
Je veux que les enfants aillent au lit avant neuf heures.

  • [e], []

ɑː e bˈalɔ pɑ sɑ taŋ mɑfˈitæ
Ah je bâille parce que je suis tant fatiguée.
bˈaʎ pɑsᵏ sa mafˈi
Je bâille parce que je suis fatigué.

  • [ɔ]

lə paʁ ɪ vø kə ɔ m lˈavɔ aː ɕi ʑ ˈœʁɛ
Le père il veut que je me lève à six heures.

  • [jɛ]

aː ʋʊ d ɪjˈɪ l ɛ a - a dɔz tˈankɛ sø - a ɥi kilömˈɛtʀ də mtˈa kə s tʀœv la vʊ d ijˈe - n i pa itˈ mzəʁˈa mɛ - m mˈʏze kᵊ l e dˈsë -  n a pa ɐpʁˈa ɐ l ekˈʊla s
Ah Val-d’Illiez est à .. à douze jusqu’ici* .. à huit kilomètres de Monthey que se trouve la Val-d’Illiez .. je n’ai pas été mesurer mais .. mais je pense que c’est comme ça .. on n’a pas appris à l’école cela (rire).
*L’informatrice, originaire de Val-d’Illiez, habite à Champéry. Val-d’Illiez se trouve à 8.5 km de Monthey.

  • clitique zéro

    vˈʏzɔ a la mtˈaɲɐ
Je vais à l’alpage.

25. Vouvry:

  • [i], [ɪ]

k i vˈɔɛʒ ə nˈɛə-  bˈɑjɛ a mʏdʒˈi ɛ ʑ œɪ- e ʑ iʑˈɛ
Quand je vois la neige .. on donne à manger aux oi.. aux oiseaux.
o la ʁɪʋiʁ ɪː ɕə pa -  di tuʒˈuʁ l fosˈo
Oh la rivière je sais pas .. on dit toujours le Fossau1.
*La deuxième partie de l’énoncé est en français.

  • [ʏ]

ʏ ʋɛ tʊ ḍ tːɪʁ ɐ lɐ kˈawɑ
Oui je vais tout de suite à la cave.

  • clitique zéro

    bˈɑlɔ p     sjæ mˈɑʃ
Je bâille parce que je suis fatigué.