Menu

Comparer

Comparer la carte 23012 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Critères de recherche

Cartes

«Mon»: le possessif masculin de la 1re personne du singulier


Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

m vɪʒˈ l no - eno ŋ nɑ
Mon voisin est né .. en haut à Nax.
mm bˈofʏs le kˈɑk fodrˈɪ kj o o vˈeɪʃo
Mon beau-fils est quelqu’un. Il faudrait que vous le voyiez.
kãː ʁntrˈɑɔ taɹ  pˈɑpɑ ˈɪɛ pɑ kntˈ
Quand je rentrais tard, le papa était pas content.

1.2 ArbazM:

e  ʋiʒˈiŋ le noː nˈ ŋ nɑː
Le voisin est né en haut à Nax.

2.1 BionazF:

mõm pˈɑpa lʊ kə mə løvˈɪso a swɪ z ˈawə
Mon père veut que je me lève à six heures.
vʏzˈⁿ də mɛ le neɪsˈɪ a s ʁəmˈɪ
Le voisin de moi il est né à Saint-Rhémy.
kaã viɲˈ i mˈitʃɔ tʀˈɔpə taː pˈapa s  maləsˈaɛ
Quand je venais à la maison* trop tard .. papa se mettait en colère.
*[mˈitʃo] ‘maison’ s’utilise souvent au pluriel.
œ sta matˈø nɪsapɪɲˈʊ - lo  kuʀtˈɪ
Euh ce matin j’ai sarclé .. le jardin.

2.2 BionazM:

lɔ mœŋ vøzˈ l nɛɪsˈi se a sˈɛ rəmˈɪ
Le mien voisin il est né ici à Saint-Rhémy.
ɑː lɔː pˈɑpa də mː - ɑ ɕwʏ ʑˈawə lʊ kə ɕˈɪɕu ləʋˈʊ
Ah le papa de moi .. à six heures veut que je sois levé.
pˈapa də m ʋɔlˈɑ tʊʒˈu k ɑ ɕʏ ʑ ˈawə ɕˈʏɕɔ ləʋˈʊ
Papa de moi voulait toujours qu’à six heures je sois levé.
ɑːə k - aʁˈœvɔ tʁɔ tɑː lʊ nˈɪtə pˈɑpa l sˈɛmpɔ malsˈɑː
Ah quand .. j’arrive trop tard le soir papa il est toujours fâché.

3.1 ChalaisF:

ʒilbˈɛʁ - mn ˈɔmo le nɛɦˈuk a a t aː vɛrkɔrˈ - u mi lɔː nuː - nuː ʒãvjˈe - mil nu sɛn ɛː nunˈⁿt - wɛ wə milˈə wɛ sɛn  nunˈⁿtɛ nu - lɛ neɦˈuk a vɛrkɔrˈː
Gilbert .. mon mari il est né à à t à Vercorin .. au mois le neuf .. neuf janvier .. mille neuf cent et nonante .. huit oui mille huit cent et nonante neuf .. il est né à Vercorin.
mɔ - vɪzˈɪŋ a m lɛ ə neɦˈʊk aː ʃɛrmiɲˈ
{Mon/mais} .. le voisin à moi il est euh né à Chermignon.

3.2 ChalaisM:

adˈn m vʒˈɪŋ lɥɪk əː l neʁˈʊk ən tsˈrmiɲõ
Alors mon voisin lui euh il est né en Chermignon.
mm pˈaːʁə vlˈvə tɔzˈɔ kœ mɛ lɛvyʃˈɑʃ ɑ ʃiʒ ˈːʁə
Mon père voulait toujours que je me lève à six heures.
mm pˈaːʁə vlˈvə tɔzˈɔ kœ mɛ lɛvyʃˈɑʃɔ ɑ ʃiʒ ˈːʁə
Mon père voulait toujours que je me lève à six heures.
kɔmᵄ ʀɛntrˈav tsɛ taːʁ lɪ  pˈɑʁ ɕə mcjˈɛvə tɔzˈɔ ŋ kɔlˈɛʁɐ
Quand je rentrais très tard le père se mettait toujours en colère.

4.1 ChamosonF:

mə dəmˈdə sə m paʁ sə søvˈ dɛ mœ
Je me demande si mon parrain se souvient de moi.
mn m e m œː s n- ne  valˈaɛ
Mon mari et moi euh sommes n.. nés en Valais.
pˈapa vœj k - k m lvˈis a sˈaë z œʏʁ
Papa veut que .. que je me lève à six heures.
w matˈ ni pʁa ɔ kapjˈɔ pɔː kapjənˈo ə - kʊʁtˈi
Aujourd’hui matin j’ai pris la pioche* pour bêcher le .. jardin.
*[kapjˈɔ] ‘pioche’ (cf. Schüle 1998: 486 s.v. kapyṍ; FEW 22: 68a et 77a).

4.2 ChamosonM:

pɪːʁ ɪ vˈœʏ cjœː j mɛ lˈaəv p  sˈaɛ z ˈœøʁ
Mon père il veut que je me lève pour les six heures.
ɔ vzˈɛ a m lɛ ne bɑ pəeɛː bɑ pɛ æɹdˈ
Le voisin à moi il est né en bas par en bas à Ardon.
mɛ ka j ʁtʁˈɑvəː bʁamˈ tɑː - ɔ pˈɪʁɛ sə mtjˈvə tœtˈi  kwœlˈ
Ben quand je rentrais très tard .. le père se mettait toujours en colère.

5.1 ContheyF:

m vʒˈːᵑ- nː a avˈ
Mon voisin .. est né à Aven.
mn ˈɔm  jɔ n ʃɛɪ n ː valˈɛ
Mon mari et moi, nous sommes nés en Valais.
ɔ  pˈɑːrə vœj cjœ n m lˈɛev a ʃʏ ʑ œr ʃɛ - ʃˈɛ ʒ ˈœørɐ
Le père veut que je me lève à six heur.. six .. six heures.

5.2 ContheyM:

  pˈaʁë vɪ ce ʃ- nʊ mɛ lœvˈøʃɔ a ʃæɪ ʒ ʴᵊ
Le père veut que s.. je me lève à six heures.

6.1 ÉvolèneF:

lʏ mjɔ vʏʒˈɪŋ ɛ nɛʃˈʊk œn ɔːlˈɛŋnɐ
Le mien voisin est né en Évolène.
m dɛmˈãnd ʃ mjɔ paʁ ʃə ʃvˈʏn kɔ d m.
Je me demande si mien parrain se souvient encore de moi.
kã ʀntrˈavɔ taː l papˈa ɪrə - ḍ avˈɪ - l papˈa ɪr tza aːmalʏʃjˈa
Quand je rentrais tard le papa était .. il avait .. le papa était toujours fâché.

6.2 ÉvolèneM:

lʏ mjvøʒˈɪŋ ɛ neːʃˈuk e ʒ odˈeːrə
Le mien voisin est né aux Haudères.

7.1 FullyF:

ʃʏ tʏ ʃaʁˈɑjɛ li anˈiː - tø vaʁˈœjə m bjo fʁœ
Si tu serais là ce soir .. tu verrais mon beau-frère.
m kuʒˈɛ œ mœɛ n təɲˈev li kəˈt dɛ la bwɔʁdzaʒˈi
Mon cousin et moi nous tenions les comptes de la bourgeoisie.
l ˈɔmɔ a m ɛ pwæɪ jø ʃæɪ ne  vˈalæ -  vælˈæɛ
Le mari à moi et puis moi sommes nés en Valais .. en Valais.
pˈapɑ ɑ mœː vø mə fiʁɛ ləvˈa a ʃˈæɪ ʒ œøʁ
Papa à moi veut me faire lever à six heures.
k ɛʁtʁˈɑv a maɛʒˈ  mwe tʀwa tɑ pˈapə l ˈɪʁə pɑ ktˈ muʁənˈɑvœ
Quand je rentrais à la maison un peu trop tard papa il était pas content .. il maugréait*.
*[muʁənˈɑvœ] cf. moronâ ‘murmurer sa désaprobation’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 26.3.2017).
wɛ matˈ j ɪ vʀijˈa la ʃa p l  kuʀtˈi
Aujourd’hui matin j’ai retourné la houe par le jardin.

7.2 FullyM:

aː ny- lœ vəʒˈɛ kə lɛ n a væʁnˈœjæ
Ah no.. le voisin qu’il est né à Vernayaz.
kã i ʁtrˈɑvə tɑː pˈapə ɕə mtˈaɛ  ʁadzə
Quand je rentrais tard papa se mettait en rage.

8.1 HérémenceF:

t vʏɲˈeɕ aneː t vɛʁˈe m bjo frˈarə
Si tu venais (litt. Tu vinsses) cette nuit tu verrais mon beau-frère.
l mjɔ vʒˈ jɛ neɦˈu otr a naks
Le mien voisin il est né là-bas* à Nax.
*[otr] ‘outre, là-bas’, adverbe de lieu sans équivalent en français (FB 1960: 360).
l ʊˈmɔ a m jɛ n - ɛ jɔ nɔ ɕ neɦˈu l du  ʋɑlˈk
Le mari à moi il est n.. et moi nous sommes nés les deux en Valais.
a l  pˈaʁɛ jo kə mɛ lˈiːɕ a ʃi ʒ owr
Ah le père veut que je me lève à six heures.

8.2 HérémenceM:

lɪ mj vʒˈ jɛ nhˈʊˈɔtrɛ  naks
Le mien voisin il est né là-bas* en Nax.
*[otr] ‘là-bas’, adverbe de lieu sans équivalent en français (FB 1960: 360).
l  pɑːʁ ʋʊ k m lɪʃ ɑ ʃi ʒ ˈʊrə
Le père veut que je me lève à six heures.

9.1 IsérablesF:

mː ʋəzˈẽŋ ɛː - ɛ nɪ ɛ salːˈ
Mon voisin est .. est né à Saillon.
mŋ kuzˈẽ e jɔ œ təɲsˈeŋ ɛː kˈɔntə d a bʊrdzeɪzˈe
Mon cousin et moi euh tenions les comptes de la bourgeoisie.
ɪ mə dɛmˈãndə s i mjo pɐrːˈɛŋ sə nsoʋŋ ŋkˈɔr də mɛ
Je me demande si le mien parrain se souvient encore de moi.
i mjo frˈaɹə ʋæj saː - s sːa bɔn amˈij - ɛŋ katsˈt pastjˈë ə i bov iː bjo pɑr l ɑmˈɑvə pa
Le mien frère voyait sa .. sa bonne amie .. en cachette parce que le beau le beau-père l’aimait pas.
l ɔm a mɛ pwiː - pɥi jɔ n s ne  ʋalˈɛj
Le mari à moi et puis .. puis moi nous sommes nés en Valais.
i  paːr l y cjʏ m ɛʋˈɛs a si z ˈœʏrᵊ
Le père il veut que je me lève à six heures.

9.2 IsérablesM:

m vëzˈïŋ ɛ ne a ʃajˈ
Mon voisin est né à Saillon.
i  pˈɑɹə ly cë mɛ ɛʋˈaʃ  ɕi ʒ ˈœørə
Le père il veut que je me lève à six heures.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

m pˈɑʁɛ vˈæ kə n mə lɐvˈas a ʃi z æʁ
Mon père veut que je me lève à six heures.
mn ɔm ɛ mɛ  n ɛ n ːn ˈta ᵗsɑwˈe
Mon homme et moi on est né en Haute-Savoie.
mə sɔvˈɛnː pa d mõːn ɑːjˈː ɡʀã paχ
Je me souviens pas de mon arrière-grand-père.
lᵘ  vəzˈ  dzɛ -  dzɛ l  vəzˈː æ nː a mɔrðˈəna
Le voisin on disait .. on disait* le voisin est né à Morzine.
*Recouvert par la voix de l’enquêteur.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

vzː ɛ ne a mɔʁzˈənɐ
Mon voisin est né à Morzine.
k d ʁetrˈɑv tɑː l  pˈɑpɐ - e s mɛtˈæ  kɔlˈerᵊ falɛ ʁtrˈa dusmˈãː - falˈɛ fˈerə py ʃɔpˈu
Quand je rentrais tard, le papa .. il se mettait en colère, il fallait rentrer doucement .. il fallait la fermer*.
*[ʃɔpˈu] ‘clouer le bec, fermer la bouche, avoir la bouche fermée’, cf. GPSR 4: 9a s.v. chòp.

11.1 LensF:

m ə vəʒˈẽŋ - j ɛ neʃˈɔp- a vntˈoᵑna
Mon euh voisin .. il est né .. à Venthône.
mɔm pˈeːrə œ ma mˈeːrə n atsœtˈan pa də ʒambˈ - ɑːŋ mˈimɔ - n aˈan dɛ kajˈõ k nɔ twaŋ l ʊtˈ
Mon père et ma mère en achetaient pas de jambon .. ils avaient mêmes .. nous avions de cochons que nous tuions l’automne.
mn ˈɔmɔ ɛ jɔ nɔ ʃẽŋ neʃˈp  valˈi
Mon mari et moi nous sommes nés en Valais.
kaã ʁɛntrˈaᶹɐ trɑ taːr - lø pˈapa - ʃ ʏŋɡrʒjˈa
Quand je rentrais trop tard .. le papa .. se fâchait.

11.2 LensM:

veʒˈŋ a mɛ ɛ neʃˈʊp a vœntˈoʊna
Le voisin à moi est né à Venthône.
l  pˈɪro ʋut ke ʃɔrtˈɛʃ a ʃi ʒ ˈurə
Le père veut que je sorte à six heures.

12.1 Les MarécottesF:

m veʒˈː l ɛ neː am ɪ fɲˈ
Mon voisin il est né en haut à* Finhaut.
*La forme de l’article défini prépositionnel [ɪ] laisse penser que pour l’informatrice, «Finhaut» est un pluriel.
ʃe tø vɪɲˈʃ anˈeɪ - tə vɛʁˈɑ mm bjo fʁɑːʁ
Si tu venais ce soir .. tu verrais mon beau-frère.
  mn ɛpˈː ɛɪ jø - nʏ ʃ ne  vɑlːˈ
Mon mari et moi nous sommes nés en Valais.
li vɪɲˈ dɛ dyˈ œ pˈɑːpa kŋ ʁntʀˈɑʋʊ tɑː
Il lui venait de colère* au père quand je rentrais tard.
*[dyˈ] ‘colère, dépit’ (cf. GPSR 5: 553 s.v. deuil).

12.2 Les MarécottesM:

m vʏʒː - l  l ɛ ne  fiɲˈʊ lɥi
Mon voisin .. il est il est né à* Finhaut lui.
*La forme de l’article défini prépositionnel [] laisse penser que pour l’informateur, «Finhaut» est un pluriel.

13.1 LiddesF:

əː m ʋʏzˈ l  neː - y bʊˈɔ
Euh .. mon voisin il est né .. au Bourg (= Bourg-Saint-Pierre).
mɔm bjɔː fʏ l ə kˈɔːko - fʊdɹˈɛɪ k  l ʋijiɦˈi
Mon beau-fils {il/c’} est quelqu’un .. il faudrait que vous le voyiez.
mn ɔm  mwa n n ᵈs ne  ʋalˈɛe
Mon mari et moi nous nous sommes nés en Valais.
k ʁntrˈɒwə tɔ pˈapa l eːᵊ ttˈi  ʁadz
Quand je rentrais tard papa il était toujours en colère.
we matˈ j ɪː b- ɪ vʏɹiˈa lö  kurtˈi awˈʏ l pʏtsˈɑ
Aujourd’hui matin j’ai b .. j’ai retourné le jardin avec le piochard.

13.2 LiddesM:

ə vəzˈɛᵑ l  ʋəny y mˈdə ʏ bɔr də s pjɛʁ
Euh mon voisin il est venu au monde au Bourg de Saint-Pierre.
kã ij ɑruʷˈɑwə tɑː pˈæpa l ɪrɛ ttˈi ɡrˈɛndz - mə mwejënˈɑvɛ
Quand j’arrivais tard papa il était toujours grinche .. il me grondait.

14.1 LourtierF:

vʏʒˈ ɛ ne b- bɒ ʏ tsɑḅl
Mon voisin est né b.. en bas au Châble.
œ mjɔ kuʒˈɛ - ɛ jø - n tœnɑː - nœ tːœɲˈɛ i kˈtə d a buɹʒwazˈiə
Le mien cousin .. et moi .. nous ten.. nous tenions les comptes de la bourgeoisie.
ɕy tʏ vɛẽ anɛn tø vaʁˈi ə m bjo fɹˈaɛ
Si tu viens ce soir tu verras le mien beau-frère.
mj fɹˈɑjeø vjˈɛː - æ kpˈɛn ã kætsˈøtɐ - poɹ ʃɛŋ k œː bjo pɪːʶ - oj mˈe pɒ
Mien frère voyait .. la copine en cachette .. parce que le .. beau-père .. l’*aimait pas.
*[oj] cf. y pronom personnel régime 3e sg. masculin et neutre (Bjerrome 1957: 68).
ø  pɪɹ vœ k ʃ- kɪ ʏ mə ləvˈɑːʃ a ʃe ʒ ɔøɹ
Le père veut que ch.. que je me lève à six heures.
k jo ʁãtɹˈɒə tɑ - pˈæpə ir ɪnæʁʋˈo
Quand je rentrais tard .. papa était énervé.

14.2 LourtierM:

 mj ʋʏʑˈɛẽ ɛ ne y tsˈɑːbl
Le mien voisin est né au Châble.
kᵉ jɪ ʁntɹˈɑwø tɑ - pˈɐpːɐ ɪɹ tdjˈ f - ə - ɛɡɹedzɪˈæ
Quand je rentrais tard .. papa était toujours fu .. euh .. fâché.

15.1 MiègeF:

ʃʏ tu pu venˈɪ anˈe tu pu vˈɛrɛ mm b frˈar
Si tu peux venir ce soir, tu peux voir mon beau-frère.
ʎʏ vʏʒˈ a mɛ jɛ nekˈʊ ɑ mntanˈɑ
Le voisin à moi il est né à Montana.
lʲʏ  papˈa ɪ vʊd k jɔ mɛ levˈɪʃɔ ɑ ɕi ʒ ˈoʊrɛ
Le papa il veut que je me lève à six heures.

15.2 MiègeM:

l  veʒɛˈŋɐ j ɛ j ɛ pa dɛ ʃeː ɪ d mntˈna
Le voisin il est il est pas d’ici il est de Montana.

16.1 MontanaF:

lʏ  vɪʒˈɪŋ ɛ neʃˈup a mjˈɛz
Le voisin est né à Miège.
mɛ ʃɔ - vˈɪɲɔ paæː dː m - l sjˈŋ pˈɑʀɛ  ɡrʊ
Je me sou .. viens pas de m .. l’arrière-père-grand.

16.2 MontanaM:

lø vʏʒˈeŋ ɪ  nːɛ- nɛʃˈup ɑ mjˈɛzɔ
Le voisin il est né.. né à Miège.

17.1 NendazF:

ʃ tʏ vɪnjˈɛɕ an tə ʋɛʁˈɪ m bj frɑr
Si tu venais ce soir tu verrais mon beau-frère.
mɔm bjo fɥɪɕ kˈɑk fdrˈe k ʋ ɔ wɛəʃˈɑ
Mon gendre est quelqu’un il faudrait que vous le voyiez.
ɪ mj pap uː - u kə m ɛˈaʃ a ʃi ʒ œɹ
Le mien père veut .. veut que je me lève à six heures.
mjɔ frɑr avˈ a fjãʃˈɛ ən katsˈɛtə pask i bjɔ pɑʁ i amɛ pɑ
Mien frère voyait* la fiancée en cachette parce que le beau-père il aimait pas.
*[av] ‘voyait’, cf. Schüle 1998: 429 s.v. avér.
i vøʒˈœ a mœ ɛ ne bɑ knt
Le voisin à moi est né en bas à Conthey.
j  ɔm e ijˈ ʃ- n ʃ ne  væˈi
Mon mari (litt. l’homme) et moi s.. nous sommes nés en Valais.

17.2 NendazM:

vˈøʒ ə  mˈəœ -  də kˈtɛɪ
Le voisin à moi .. est de Conthey.
i  pˈapə -  kᵊ mɛ ɛˈaʃ a ʃi ʒ ːrɐ
Le père .. veut que je me lève à six heures.

18.1 OrsièresF:

vəzˈɛ ᵋl ɛ nu y tsˈɑblʊ
Mon voisin il est né au Châble.
ɕʏ tʏ vɲˈɛs ænˈɪ tø vɛʁˈe mm bøˈo fʁˈeʁø
Si tu venais ce soir tu verrais mon beau-frère.
mɔn ˈɔmᵓ e jː n ʃn ky dʊ valezˈɛ
Mon mari et moi nous sommes tous deux Valaisans.
kʰɐ l aʀəvˈawʏ - tʀæ tɑ - lʏ  pˈɛʁə fazˈe bʀʊ
Quand j’arrivais .. trop tard .. (rire) le père faisait vilain*.
*[bʀʊ] ‘vilain, laid, violent’ (cf. GPSR 2: 815s.).

18.2 OrsièresM:

m vəzˈɛŋ - l  no - ʏ tsˈabla
Mon voisin .. il est né.. au Châble.
pˈapʊ waj kə mɛ lɛvˈɪsa a sae ʒʁ
Papa veut que je me lève à six heures.

19.1 St-JeanF:

m vɪzˈŋ ɛ nehˈuk n tsenˈa
Mon voisin est né à Zinal.
mɔm pˈɑrɛ ʋɔʎˈɛ tɔzˈɔr kə jɔ mɛ lˈiːvɔ a ʃi ʒ ˈoʊræ
Mon père voulait toujours que je me lève à six heures.
m ˈɔmɔ ɛ j nɔ ʃɪn nehˈuk  valˈi
Mon mari et moi, nous sommes nés en Valais.
jə m ʃəvˈʏɲ pa də m ɡr pːr d mŋ arjˈɛr ɡr pˈɛrə
Je me souviens pas de mon grand-père, de mon arrière-grand-père.
lə  pˈarʏ wu cə m lɛvɪʃˈaʃ a ʃi ʒ ˈʊwræ
Le père veut que je me lève à six heures.

19.2 St-JeanM:

mŋ vʏʒˈeŋ l ɛ nhˈuk a tsnˈɑ
Mon voisin il est né à Zinal.
m pˈɑːrə ʋu kjə mɛ lɛvʏʃˈaʃɔ a ʃi ʒ ˈɔrɛ
Mon père veut que je me lève à six heures.
mŋ vʏʒˈeŋ l a atrapˈa kˈatr darbˈ - sti furtˈ
Mon voisin il a attrapé quatre taupes .. ce printemps.
kˈɔme j rntrˈaʋɔ tɑːʳ - lɔ  pˈar ʃə mɛcʲˈɛvətɔzˈɔr ŋ kɔlˈɛrə
Quand je rentrais tard .. le père se mettait toujours en colère.

20.1 SavièseF:

s- ʃɪ tʏ vɲˈʃ ɑɲˈɪ tʏ fɑɹˈɪ kɲəʃˈs ɑwˈe m bjo fɹˈɑdə
Si tu venais ce soir, tu ferais connaissance avec mon beau-frère.
ɛ b mn ˈɔmːɔ -  pwɪ jo - ə ʃɛ nkˈu  vˈawɪ
Eh bien mon mari .. et puis moi .. nous sommes nés en Valais.
ɪ n ɑ mɛ l ɛ mɑrˈi sesˈil eritjˈe
Le nom à moi c’est Marie Cécile Héritier.
i  vʒˈ l  nkˈu ba a kuntˈi
Le voisin il est né en bas à Conthey.

20.2 SavièseM:

mm pˈaɹe e wˈi to tɛŋ ce ʃˈyʃø dësənˈa a ʃi ʒ ˈuːɛ
Mon père il voulait tout le temps que je sois réveillé* à six heures.
*[dësənˈa]: cf. désón ‘réveiller’ (FB 1960: 207).
m pa- ɛː i pˈaɹə wi ce mə d- desønˈëʃə a ʃi ʒ ˈuɛ
Mon père.. euh le père veut que je me ré.. réveille* à six heures.
*[desønˈëʃə]: cf. désón ‘réveiller’ (FB 1960: 207).
ka ɹtɹˈɑ taː papˈa ej tøtˈŋ ɛi - er tɔt ɡrdʒjˈa
Quand je rentrais tard papa était tout le temps en .. était tout le temps fâché.

21.1 SixtF:

m vwazˈː eː fɪ a salˈθ
Mon voisin est né à Sallanches.
møn øm e møː n ɛt - n ɛ fe tɥɪ lu du - ɛɑ ɑ yˈeta savwˈe
Mon mari et moi on est .. on est nés (litt. on est fait) tous les deux .. euh en Haute Savoie.

21.2 SixtM:

vwazˈ -  neː aː salˈãθᵊ - j e d la valˈe d l aʀᶹ lɛ an ɐlã ɑ θamunˈiː
Mon voisin .. est né à Sallanches .. c’est dans la vallée de l’Arve là en allant à Chamonix.

22.1 TorgnonF:

m vøʑˈŋ j e ɲeɕˈy ɑ vɑə- vɐtɔʀnˈtsə
Mon voisin il est né à Va.. Valtournanche.
b fʀˈɑːɛ j ɑ sɔteˈ l yɲˈ vɑldɔtˈɛn
Mon frère il a soutenu l’Union Valdôtaine.
nɑ m ɑdˈoɔ pʊ dɛ m æʀjˈɛ- ɔ dɛː dɛ mŋ bɪznˈnɔ
Non je me souviens pas de mon arriè.. ou de de mon arrière-grand-père*.
*[bɪznˈnɔ] emprunt à l’italien bisnonno.
mŋ vœlˈɑːdzɛ kɪj ɛ ʃɑtˈee - kˈɔm pɑtrˈ j ɑ s ʒɔzˈe
Mon village que c’est Chatel .. comme patron il a Saint Joseph.
dœ mɛ dɪmɑˈndɔ - sɛ lɔ mẽŋ pɑʀˈɛ - ɪ ʃ ɑdˈ kˈɔ dɛ mɛ
Je me demande .. si le mien parrain .. il se souvient encore de moi.
k d tʁˈɪvɔ taːʀ lɔ pˈapa ʃe bøtˈɪɛ sˈmpʀɛː ɛ - æ- a- amalʏsˈeː ˈɪʋə smpʀ amalʏsˈɪ
Quand je rentrais tard le papa se mettait toujours euh .. a.. a.. en colère il était toujours en colère.

22.2 TorgnonM:

m pˈapaː ɪ vʊ kʲə m lɛvˈɪsɔː ɑ ʃɥʏ z ˈɔjɛ
Mon papa il veut que je me lève à six heures.
lɔ mᵑ vœzˈə - j  nesˈy ɑ vɔtʊrnˈts
Le mien voisin .. il est né à Valtournenche.
ɔ pˈapa  vʊlˈɪɛ sˈmpʁe kʲə mə fˈysɔ lɛvˈʊ - ɑ ʃʏ z ˈɔjɛ
Le papa il voulait toujours que je me sois levé à six heures.

23.1 TroistorrentsF:

m ʋ- vœzˈæ ɪl ː nɛ bɑ a tɕɥe
Mon voi.. voisin il est né en bas à Choëx.
ɛˈe m søᶹˈɲ n mn aʁjɛʁ ɡʀɐmpˈɛʁ
Oui, je me souviens de mon arrière-grand-père.
møn ˈɔmo e m nə s nɛː  vɑlˈɑ
Mon mari et moi nous sommes nés en Valais.
ka ɑʁevɑ- aʁvˈavɑ  ʁta ɐ lɑ mɑzˈɑ lø  pˈɑʁɛː s bətˈavɛ tʊdzʊ ː ə  ə - l ɑv dʏˈø
Quand j’arriv.. arrivais en retard à la maison le père se mettait toujours en .. il avait colère*.
*[dʏˈ] ‘colère, dépit’ (GPSR 5: 553 s.v. deuil).

23.2 TroistorrentsM:

m ʋəzˈ  nɛ a tsɥej
Mon voisin est né à Choëx.
aː kɛ tʀˈɑʋ tʀwa taː - lə pɑpˈɑ s fzʏ tˈodzo dʏˈ
Ah quand je rentrais trop tard .. le père se faisait toujours colère*.
*[dʏˈ] ‘colère, dépit’ (GPSR 5: 553 s.v. deuil).

24.1 Val-d’IlliezF:

aə ba a tɕɥe - m vəz- m vz - ɛ ɛlɛ ne l ɛ l a jy l dzy ba a ʃʷ
À en bas à Choëx .. mon voi.. mon voisin .. il il est né il est il a vu le jour en bas à Choëx.
mœn m  piː m s n nɔ ɛtø duː nɛː a la vʊ d ijˈɪ - a  valˈe
Mon mari et puis moi sommes nés n’est-ce pas (?) tous deux nés à la Val-d’Illiez .. à en Valais.
aː m s - mɛ ɕɔvˈnɔ pa d mn aʁjˈɛʁ ɡʁã pɛʁ
Ah, je me s.. me souviens pas de mon arrière-grand-père.
lə paʁɪ vø kə ɔ m lˈavɔ aː ɕi ʑ ˈœʁɛ
Le père il veut que je me lève à six heures.

24.2 Val-d’IlliezM:

ɑe m ã- m vəzˈː - l e ne a a a - a ʃwe
Oui mon an.. mon voisin .. il est né à à à .. à Choëx.
kã ʁʋˈaʋɔ  ʁtæː œ lə pæʁ sə - l ˈɔə - s btˈa tʊdzˈ - l ˈɔɔ tɔdzˈ ʁˈɑdz
Quand j’arrivais en retard le père se .. il avait .. se mettait toujours .. il avait toujours colère.

25.1 VouvryM1:

kã m bwˈavə trwa ta lə lʏ  pˈaʁɛ ɛ ɕ ʁaɡʲe- ɕ ʁadʑˈiv
Quand je me rentrais* trop tard le le père il s’enrag.. s’enrageait.
*[m bwavə] ‘je me rentrais’, cf. emboué ‘rentrer les vaches à l’étable’ (NDPV 1997: 641; FEW 1: 463b; ALF suppl. 78: 965). La forme réfléchie «se rentrer, en parlant d’une vache» est attestée dans le fichier du GPSR, notamment à Val-d’Illiez s.v. inb. Le sens ‘se rentrer, en parlant d’un être humain’ est sans doute analogique.
  m vəz ɛleː le ne ː mi
Mon voisin il est il est né en Miex.

25.2 VouvryM2:

kã m bwˈaʋo dᵊ trɔ tɑ lə lə l paɹ sɛə sə bwʊtˈavə tɔdzˈɔ ː  kwelˈeə
Quand je me rentrais d trop tard le le père se se mettait toujours en en colère.
*[m bwˈaʋo] ‘je me rentrais’, cf. emboué ‘rentrer les vaches à l’étable’ (NDPV 1997: 641, FEW 1: 463b, ALF suppl. 78: 965). La forme réfléchie «se rentrer, en parlant d’une vache» est attestée dans le fichier du GPSR, notamment à Val-d’Illiez s.v. inb. Le sens ‘se rentrer, en parlant d’un être humain’ est sans doute analogique.