Menu

Comparer

Comparer la carte 23014 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Cartes

«Mes»: le possessif pluriel de la 1re personne du singulier


Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

me parpˈiɹ ʃə fˈəɹm
Mes paupières se ferment.
mëm bˈaɔ ʃɥɹ ʃ ʃɥˈeɲ d ʀ
Mes belles-sœurs s’ensouviennent de rien.
me ʒ asˈɛt mʑj pɑ ʀ kʲë dɛː dɛ b
Mes ancêtres mangeaient rien que de .. de friandises.
pɔ dʃˈɛːʁə - ɛ kʊʒˈɪn mz dɛ mirtˈiə
Comme dessert .. les cousines mangent de myrtilles.

1.2 ArbazM:

ɛ parˈɛŋ atsətˈɑ pɑ ɔ ʒbˈ - lˈej d katsˈ mˈːmɔ - y bˈøʏ
Les parents achetaient pas le jambon .. ils avaient de cochons mêmes .. à l’écurie.

2.1 BionazF:

ə m paˈɛ atsətˈa pa ə dø ʒãbɔᵊ
Euh mes parents achetaient pas de jambon.
œːɑ a la fn də mɑˈnda - œ me kʲœzˈ mˈœndz də z ɑmbʀokˈɑlːə
Euh à la fin de dîner .. euh mes cousins mangent de z-myrtilles.
mə z wɛː œ sʏ kljˈʊoʀ
Mes yeux euh se ferment.
lo dẓ də tʀæɪnadˈa œ vœ- œ vɛʀˈeːo tˈʊrna pˈeɲ də mɛ
Le jour de Nouvel An euh ve.. euh je reverrai les petits-enfants de moi.

2.2 BionazM:

le  l - ɛː - lʏ mˈiə parpˈɪj ɕʏ kjˈoː
Les euh l .. euh .. les miennes paupières se ferment*.
*[kjˈoː] 3e personne du pluriel de cllioure ‘fermer’ (NDPV 1997: 350).

3.1 ChalaisF:

-

3.2 ChalaisM:

bˈɔtə faã maː i talˈõ
Mes chaussures font mal aux talons.
paʁˈn n atsëtˈaʋn ʒamˈɛ dɛ ʒãbˈ - n ajˈɛvən tɔzɔ d katsˈɔŋ entʃe nɔ
Mes parents en achetaient jamais de jambon .. ils en avaient toujours de cochons chez nous.
ɔ m mɛːᶷ - mːᶷ mɛ ʒ wɛs ʃə klˈoːʒn
Oh mes .. mes mes yeux se ferment.

4.1 ChamosonF:

ɕə lʏsə tɕaʃˈɑː ɑ tʃʲˈœvʀɐ d kʁtˈi lɑʁˈœ pa mʏdʒˈaː - mɪː lː- salˈɑːd
Si j’eusse chassé la chèvre du jardin elle aurait pas mangé .. mes lai.. mes salades.
mi bj paʁˈ s søvˈʏɲ ðə t
Mes beaux-parents se souviennent de tout.
ɪ bˈæl swˈaʀ n s sʊvˈʏɲ ʒamˈœ ðə ʁ
Les belles-sœurs ne se souviennent jamais de rien.
 z wˈaɛ sə fːˈɛʁm
Les yeux se ferment.

4.2 ChamosonM:

mɛe pɑʁˈ ɐdzətˈɑᶹ ʒamˈæ oː ʒambˈ - n avəsˈɛ də kaːjˈɔ mˈɪmə
Mes parents achetaient jamais le jambon .. nous avions de cochons mêmes.

5.1 ContheyF:

ɛ bjo paːrˈ ʃə ʃoˈɲ də t
Les beaux-parents se souviennent de tout.

5.2 ContheyM:

parˈ - azøtˈa pɑ dɛ ʒŋbˈ - nu butʃʃˈ ɛ kɑjˈ mˈɛᵐᵓ
Mes parents .. achetaient pas de jambon .. nous bouchoyions les cochons mêmes.

6.1 ÉvolèneF:

kʰˈum dʃˈɛr lɛ mŋ kuʒˈʏnə lə mˈzɔn de jˈɔoθrᵊ
Comme dessert les miennes cousines elles mangent de myrtilles.
l m parpˈiːrə lø ʃø kjˈuːʒɔn
Les miennes paupières elles se ferment.
lʏː mjɔ bjo parˈs ʃə ʃvɲˈã d tɔt
Les miens beaux-parents se souvenaient de tout.

6.2 ÉvolèneM:

lɛ mj parˈs atstˈɑːvœn pɑ lə tsambˈøtᵋ - n avŋ də pwˈɔʃyr nɔ mˈmɔ
Les miens parents achetaient pas les jambons* .. nous avions de cochons nous-mêmes.
*[tsambˈøtᵋ] cf. tsambèta, n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).
lɛ parpˈiːrɛ lɛ ʃɛ fˈɛrmen
Les paupières elles se ferment.

7.1 FullyF:

mi bˈælə ʃwɛʶ ʃə ʃʏvˈəɲə - ʒamˈe də ʁː
Mes belles-sœurs se souviennent.. jamais de rien.
mi bjo pɑːʁˈ - ʃə ʃœvˈeɲã də təˈɔ
Mes beaux-parents.. se souviennent de tout.
apʀˈi l dənˈɑː li mɛnˈo - li kʊʒˈn ɑː mœ mˈəzɔn dɛ mu- d jˈʊːtʀœ
Après le dîner les enfants .. les cousines à moi mangent de m.. de myrtilles.

7.2 FullyM:

le popjˈɛr sə ɕjˈuʒ - sə sə sʃjˈuʒ
Les (=mes) paupières se ferment .. se se ferment.

8.1 HérémenceF:

pɔ dːsˈɛr lə kɔʒˈːnə mˈz dɛ ʎˈʊoθrə
Comme dessert les cousines mangent des myrtilles.

8.2 HérémenceM:

le mj parˈ atsətˈɔ ʒamˈɪ lə tsmbˈt - n ɛːʃˈʏn dɐ katsˈ mˈem
Les miens parents achetaient jamais les jambons* .. nous avions de cochons mêmes.
*[tsmbˈt] cf.tsambèta, n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).

9.1 IsérablesF:

meː ba sɥˈërə m- sᵊ suʋˈɲn d rː
Mes belles-sœurs m.. se souviennent de rien.
bjʊ parˈŋ sə sʊʋˈɪɲn də tɔ
Mes beaux-parents se souviennent de tout.
km dsˈɛr m- ɛ mˈaɪ kʊzˈɪnə mˈnz de ʎuːtr
Comme dessert m.. les miennes cousines mangent de myrtilles.
ɛ pʊrpwˈiːr sɛ ɬˈuːɔ
Les paupières se ferment.

9.2 IsérablesM:

ɛ parˈ l atsɛtˈaʋɔ pɒ ɔ ʒambˈ - {..}n avɛsˈɛ ɛ kajˈɔ no mˈɛmə
Les parents ils achetaient pas le jambon .. nous avions les cochons nous-mêmes.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

mn dsːˈɛː mˈɛə kwzˈœna mˈœðɛ de z bʁəzˈɔlᵋ
Comme dessert mes cousines mangent des myrtilles.
mu ɡʀm pɑʁˈ n mðˈiv pɑ ɡ d lɑ tˈaaʁtə
Mes grands-parents ne mangeaient pas que de la tarte.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

nʊ - mu paʁˈ l ɑθtˈɐ pɒ d ʒãb na
Nous (?) .. mes parents ils achetaient pas de jambon non.
lu ʑ jɛ s fɛʁm wøwɪ {…} lu ʑ j s fˈɛʁm
Les yeux se ferment oui oui {…} les yeux se ferment.

11.1 LensF:

pɔ dɛsːˈr mə ᵏᶷ- lə kʊʒˈøn - mˈøŋzœn dɛ miɹtˈiʎə
Pour dessert mes cou.. les cousines .. mangent de myrtilles.
l - b parˈɛŋ - ʃː ʃɔˈʏɲn dœ tɔt
Les .. beaux-parents .. se souviennent de tout.

11.2 LensM:

-

12.1 Les MarécottesF:

bal ʃwɛʁ ʃə ʃvˈɪɲ ʒamˈe dɛ ʁ
Mes belles-sœurs se souviennent jamais de rien.
lʏ dzœ dəᶷ bʊn ˈa - vɛʁˈ tɥi mi ptɕʲˈʊ ʒ ɛfˈɑ
Le jour du Nouvel An .. je reverrai tous mes petits enfants.
mɪ ʒ ɑɪjˈœ mndʒˈɪəv pɑ ʁɪˈ ʁ kə də tɑʁt
Mes grands-parents mangeaient pas seulement de tartes.

12.2 Les MarécottesM:

-

13.1 LiddesF:

mi bl ʃwˈeɹə dzᵊ s sɔʋˈʏɲn d ʁ
Mes belles-sœurs elles se souviennent de rien.
lö dz dɛ l ã jø tˈɔɹn ʋɛ cçø pøtju mɛenˈ
Le jour de l’an je revois tous mes petits-enfants.
li ɡɹã parˈ - mʏdʒˈʏʋ pɑ cj d tˈartə
Les grands-parents .. ne mangeaient pas que de tarte.

13.2 LiddesM:

parˈ l astˈɑv pɑ lø ʒãbˈ n av li kajˈ mˈimwɑ
Mes parents ils achetaient pas le jambon nous avions les cochons nous-mêmes.

14.1 LourtierF:

bˈœlœ ʃwˈɑːe ʃə ʃøyʋeɲɐˈ ʒɐmˈe də ʁɛ
Mes belles-sœurs se souviennent jamais de rien.
œ dzœ də l æã - jʏ tɔʁnˈœɛ jɛʁ - to mːɛ dojˈ mɛnˈoː
Le jour de l’an .. je reverrai .. tous mes petits-enfants.
mi ʒ ʲaãɬiˈæã mœzjˈɛ pɒ k də tˈɑːʁtᵊ
Mes grands-parents mangeaient pas que de tarte.
æpɹˈi dʏnˈɑː - i mɛɪ kʊʒˈʏnə mˈøz də ʒ yt- d ytɹˈiː
Après dîner .. les miennes cousines mangent des my.. de myrtilles.
i mj pæˈn ɐdzøtˈə- azøtˈɑɔ pɑ də ʒãbəˈ - n ɛ de kajˈøː mˈɛemo
Le miens parents achetaient .. achetaient pas de jambon .. on avait de cochons mêmes.
lɪ ʒ wˈɑːɛ ʃə ɦlˈuːʒ
Les yeux se ferment.

14.2 LourtierM:

ɪ mj paɹˈː ɐdzʏdzˈem pɑ də ʒãmbˈ n  de kajˈ mˈɛẽmʷ
Les miens parents nous achetions* pas de jambon nous avions de cochons mêmes.
*anacoluthe.

15.1 MiègeF:

l zɔr dø nvˈej  ɪ veʒˈo vɛrˈɛ tɔ lɪ pitˈi ʒ ɛfˈã
Le jour de Nouvel An je vais voir tous les petits-enfants.

15.2 MiègeM:

e ɡrndˈt ɐ miˈɛzɔ - ɛ  fi tˈɔ-tə m klas a miˈzɔ - œː - ʒsk a kiŋʒ 
J’ai grandi à Miège .. et j’ai fait tou..tes mes classes à Miège .. euh .. jusqu’à quinze ans.
parˈŋ ə - n atsɐdˈɑʋɔm pa də ʒmbˈ
Mes parents euh .. en achetaient pas de jambon.
lɛ bˈɔt f mu  talˈ
Les chaussures font mal au talon.

16.1 MontanaF:

l paʁɛ ɡru nʏ mʒ - mʒjˈɛvm paː kɛ dɛ ɡaːtˈoː
Les grands-parents ne mang.. mangeaient pas que de tarte.

16.2 MontanaM:

-

17.1 NendazF:

kˈɔmə døʃˈɛː me kʷʊʒˈœnə mˈdẓɔn də jʊːtr
Comme dessert mes cousines mangent de myrtilles.
ɛ m ʒ wʊ ʃə fˈæʁm
Eh mes yeux se ferment.
eː mjo ɡro nə mndʒjˈ paː ʁ kə də ɡaːtˈo
Les miens grands-parents en mangeaient pas que de tarte.
 dzɔ d bn aã tɔʶnœ vˈeʁʏ tʃy e - eːɛ - [en aparté: atˈã  pʀˈɛnə (?) ptizf] -  dɔˈŋ kurˈɛə
Le jour de Nouvel-An je re-vois tous les .. les .. [attends je prenne (?) petits-enfants] .. les petits-enfants.

17.2 NendazM:

ɛ parpˈiːʁə - ʃ ɬˈoʊʒ
Les paupières .. se ferment.

18.1 OrsièresF:

bˈlə ʃwˈæʀᵊ sɛ sœvˈøɲ d rɛ
Mes belles-sœurs se souviennent de rien.
mi bjo paʀˈɛẽ sɛ sʋɲ dœ tˈœ
Mes beaux-parents se souviennent de tout.

18.2 OrsièresM:

mˈt mi m sy li aŋts
Je mets mes mains sur les hanches.
li ʒ wa sᵊ fˈɛʁm
Les yeux se ferment.

19.1 St-JeanF:

kˈɔm dɛʃˈɛːr mœː - kuʒˈɪnɛ mːˈezan dɛː ʎˈowʃɛ
Comme dessert, mes .. mes cousines mangent de myrtilles.
ʃ aʃa sasjˈa lɛɡ la ᵗʃjˈɛvrə dʊ kurtˈɪ l uɹʏji pɑ pikˈɑj m ltˈy
Si j’eusse chassé loin la chèvre du jardin elle aurait pas mangé mes laitues.
hə m bˈlə ʃwˈɛrɛ ɕ ʃvˈʏɲ ʒjˈameɪ d ᵗᵗsˈoːʊʒɑ
Euh mes belles-sœurs s’ensouviennent jamais de rien.
moʊ pɑrˈn ʃiɹˈan pʏtˈik ʃiˈãm pˈoʊrɔ a kʊmʃiˈm pətˈiᶢ - ɪ ʋɛjˈɛvɔn d ɔrˈʒɛ kʲ a nɔˈɛl
Mes parents étaient petits, ils étaient pauvres et quand ils étaient petits .. ils voyaient d’oranges qu’à Noël.
ɛ parpˈiːr ɕ kʟˈowʒn
Les paupières se ferment.

19.2 St-JeanM:

moʊ ʒ wɛs - s klˈɔoʒn
Mes yeux .. se ferment.

20.1 SavièseF:

e bjɔ parˈɛ ɐ mə ʃ ʃɥˈiɲən de tɔt
Les beaux-parents à moi s’ensouviennent de tout.
kˈɔmʏ deʃˈɛː e kuʒˈɪnɛː i mˈndzə de lɔʊtr
Comme dessert, les cousines elles mangent de myrtilles.
ə parˈ ɛm pɪtˈi ʏ ʋɪ k  z ɔrˈʒ ɑ nɔˈɛl  pʊ ŋkˈo
Quand les parents étaient petits ils voyaient que les oranges à Noël et puis encore.

20.2 SavièseM:

pɐɹpjˈɪ ɐ m ʃ fˈɛɹm
Les paupières à moi se ferment.

21.1 SixtF:

me mː k- œ krˈɔːl
Mes mains t.. euh tremblent.
bjo parˈː -  d la memwˈɑʁ ɪ s ʀapˈal to
Mes beaux-parents .. ont de la mémoire ils se rappellent tout.
ɑ nɑ mø mə ʁɒpˈɛl pɑ d mʊ z ajˈɛʁ ɡʁ paʁˈ
Ah non moi je me rappelle pas de mes arrière-grands-parents.
ɑlˈɔʶ l m ɡr parˈ i mdˈiv pɑ d la taʁt me a la madelˈnɐ k j etˈɛ la fˈeta vɛ l abajˈɪ - n alˈav aθtˈɪ lʊ beskwˈ - ɛ l e le kaʁamˈɛl
Alors les miens grands-parents ils mangeaient pas de la tarte mais à la Madeleine¹ quand c’était la fête à l’Abbaye² .. on allait acheter le biscuit³ .. et les et les bonbons.
1Fête de sainte Madeleine, le 22 juillet.
2L’Abbaye est le quartier de Sixt qui se trouve au centre de la commune.
3bskwẽ ‘biscuit, pain safrané’ (Duraffour 1969: 84).
e pwɪ lɒː le pʏ ʒwˈne bal ser ɑl zɛ - ə s ʁapˈel d rɑ
Et puis là les plus jeunes belles-sœurs elles se .. elles se rappellent de rien.

21.2 SixtM:

mu slˈɛr mə fɑ ma ɪ talˈ
Mes souliers me font mal aux talons.

22.1 TorgnonF:

mɛː cyzˈe - ɑː a de- pɛ desˈɛːʀ i mˈødz dɛ ẓ ambrëkˈɛlːɛ
Mes cousines .. à à de.. pour le dessert elles mangent de z-myrtilles.
paɛˈᵑ ɪ mʏdzˈɪvɔᵑ poː mac dɛ ðɛ ðɛ ta- dɛ tˈaʁta
Mes parents ils mangeaient pas seulement de de de ta.. de tarte.

22.2 TorgnonM:

lɛ paʀpˈeɛ ʃə cˈyːz
Les paupières se ferment.

23.1 TroistorrentsF:

mʊː ɡʁã pɑʁˈæ n avˈa pɑ ʁ kə d la tˈaʁtɑ
Mes grands-parents n’avaient pas que de la tarte.
m z ɥø sə fˈɛʁm
Mes yeux se ferment.
pʷo fɛʁ  b desˈɛʁ eː fo de miʁcˈiː me kʊʒˈɪne l am bɑ
Pour faire un bon dessert il faut des myrtilles, mes cousines elles aiment bien.

23.2 TroistorrentsM:

ə pɑʁ l ɑtsətˈavã ʒamˈe d ʒãbˈ lə vændˈɑvã
Euh mes parents ils achetaient jamais le jambon, ils le vendaient.

24.1 Val-d’IlliezF:

ː - me bˈele sɔɒʁ næ ᵊ sʊvɲ dœ ʁː dœ ʁ
Oh .. mes belles-sœurs ne euh se souviennent de rien de rien.
wɛ lʊ ɡʁãm paʁˈã - ɡʁã paʁˈã mdjevˈãᵑ - pa k də la tˈaʁtə l aˈã prø dy paˈ to ʁɑsˈi
Oui les grands-parents .. mes grands-parents mangeaient .. pas que de la tarte ils avaient assez du pain tout rassis.
ɑː lu paʁ n atsətˈav pɑ l- ː fɐsˈa la butsəʀˈe ɐwi lu kaj - k  l bajˈɑvœ a mẽdʒˈi tɔ l  puʁ s
Ah les parents n’achetaient pas l.. on faisait la boucherie avec le cochon .. qu’on lui donnait à manger tout l’an pour ça.

24.2 Val-d’IlliezM:

pɔpjˈɛʁɛ  ʃ fˈɛʁm
Mes paupières elles se ferment.

25.1 VouvryM1:

-

25.2 VouvryM2:

m bwˈɔtø m f mɑ vø m- mo ø taɐ- taðˈ
Mes chaussures me font mal euh m.. mal au(x) tal.. talon(s).
parˈ l ɐtstˈav pa l dzãbˈø lø - lø dzãbˈ - n avˈɛ lʊ kajˈ se mˈɛmɔ
Mes parents ils achetaient pas le jambon le .. le jambon .. on avait le(s) cochon(s) soi-même.