Menu

Comparer

Comparer la carte 23014 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

«Mes»: le possessif pluriel de la 1re personne du singulier


Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

me parpˈiɹ ʃə fˈəɹm
Mes paupières se ferment.
mëm bˈaɔ ʃɥɹ ʃ ʃɥˈeɲ d ʀ
Mes belles-sœurs s’ensouviennent de rien.
me ʒ asˈɛt mʑj pɑ ʀ kʲë dɛː dɛ b
Mes ancêtres mangeaient pas que de .. de friandises.
pɔ dʃˈɛːʁə - ɛ kʊʒˈɪn mz de mirtˈiə
Comme dessert .. les cousines mangent des myrtilles.

1.2 ArbazM:

ɛ parˈɛŋ atsətˈɑ pɑ ɔ ʒbˈ - lˈej d katsˈ mˈːmɔ - y bˈøʏ
Les parents achetaient pas le jambon .. ils avaient des cochons mêmes .. à l’écurie.

2.1 BionazF:

ə m paˈɛ atsətˈa pa ə dø ʒaãbɔᵊ
Euh mes parents achetaient pas de jambon.
œːɑ a la fn də mɑˈnda - œ me kʲœzˈ mˈœndz də z ɑmbʀokˈɑlːə
Euh à la fin du dîner .. euh mes cousins mangent de-z myrtilles.
mə z wɛː œ sʏ kljˈʊoʀ
Mes yeux euh se ferment.
lo dẓ də tʀæɪnadˈa œ vœ- œ vɛʀˈeːo tˈʊrna pˈeɲ də mɛ
Le jour de l’an euh ve.. euh je reverrai les petits-enfants de moi.

2.2 BionazM:

le  l - ɛː - lʏ mˈiə parpˈɪj ɕʏ kjˈoː
Les euh l .. euh .. les miennes paupières se ferment*.
*[kjˈoː] 3e personne du pluriel de cllioure ‘fermer’ (NDPV 1997: 350).

3.1 ChalaisF:

-

3.2 ChalaisM:

bˈɔtə faã maː i talˈõ
Mes chaussures font mal aux talons.
paʁˈn n atsëtˈaʋn ʒamˈɛ dɛ ʒãbˈ - n ajˈɛvən tɔzɔ d katsˈɔŋ entʃe nɔ
Mes parents en achetaient jamais de jambon .. ils en avaient toujours de cochons chez nous.
ɔ m mɛːᶷ - mːᶷ mɛ ʒ wɛs ʃə klˈoːʒn
Oh mes .. mes mes yeux se ferment.

4.1 ChamosonF:

ɕə lʏsə tɕaʃˈɑː ɑ tʃʲˈœvʀɐ d kʁtˈi lɑʁˈœ pa mʏdʒˈaː - mɪː lː- salˈɑːd
Si j’eusse chassé la chèvre du jardin elle aurait pas mangé .. mes lai.. mes salades.
mi bj paʁˈ s søvˈʏɲ ðə t
Mes beaux-parents se souviennent de tout.
ɪ bˈæl swˈaʀ n s sʊvˈʏɲ ʒamˈœ ðə ʁ
Les belles-sœurs ne se souviennent jamais de rien.
 z wˈaɛ sə fːˈɛʁm
Les yeux se ferment.

4.2 ChamosonM:

mɛe pɑʁˈ ɐdzətˈɑᶹ ʒamˈæ oː ʒambˈ - n avəsˈɛ də kaːjˈɔ mˈɪmə
Mes parents achetaient jamais le jambon .. nous avions de cochons mêmes.

5.1 ContheyF:

ɛ bjo paːrˈ ʃə ʃoˈɲ də t
Les beaux-parents se souviennent de tout.

5.2 ContheyM:

parˈ - azøtˈa pɑ dɛ ʒŋbˈ - nu butʃʃˈ ɛ kɑjˈ mˈɛᵐᵓ
Mes parents .. achetaient pas de jambon .. nous bouchoyions les cochons mêmes.

6.1 ÉvolèneF:

kʰˈum dʃˈɛr lɛ mŋ kuʒˈʏnə lə mˈzɔn de jˈɔoθrᵊ
Comme dessert les miennes cousines elles mangent de myrtilles.
l m parpˈiːrə lø ʃø kjˈuːʒɔn
Les miennes paupières elles se ferment.
lʏː mjɔ bjo parˈs ʃə ʃvɲˈã d tɔt
Les miens beaux-parents se souvenaient de tout.

6.2 ÉvolèneM:

lɛ mj parˈs atstˈɑːvœn pɑ lə tsambˈøtᵋ - n avĩŋ d pwˈɔʃyr nɔ mˈĩmɔ
Les miens parents achetaient pas les jambons* .. nous avions des cochons nous-mêmes.
*[tsambˈøtᵋ] cf. tsambèta, n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).
lɛ parpˈiːrɛ lɛ ʃɛ fˈɛrmen
Les paupières elles se ferment.

7.1 FullyF:

mi bˈælə ʃwɛʶ ʃə ʃʏvˈəɲə - ʒamˈe də ʁː
Mes belles-sœurs se souviennent.. jamais de rien.
mi bjo pɑːʁˈ - ʃə ʃœvˈeɲã də təˈɔ
Mes beaux-parents.. se souviennent de tout.
apʀˈi l dənˈɑː li mɛnˈo - li kʊʒˈn ɑː mœ mˈəzɔn dɛ mu- d jˈʊːtʀœ
Après le dîner les enfants .. les cousines à moi mangent de m.. de myrtilles.

7.2 FullyM:

le popjˈɛr sə ɕjˈuʒ - sə sə sʃjˈuʒ
Les (=mes) paupières se ferment .. se se ferment.

8.1 HérémenceF:

pɔ dːsˈɛr lə kɔʒˈːnə mˈz dɛ ʎˈʊoθrə
Comme dessert les cousines mangent des myrtilles.

8.2 HérémenceM:

le mj parˈ atsətˈɔ ʒamˈɪ lə tsmbˈt - n ɛːʃˈʏn dɐ katsˈ mˈem
Les miens parents achetaient jamais les jambons* .. nous avions des cochons mêmes.
*[tsmbˈt] cf. tsambèta, n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).

9.1 IsérablesF:

meː ba sɥˈërə m- sᵊ suʋˈɲn d rː
Mes belles-sœurs m.. se souviennent de rien.
bjʊ parˈŋ sə sʊʋˈɪɲn də tɔ
Mes beaux-parents se souviennent de tout.
km dsˈɛr m- ɛ mˈaɪ kʊzˈɪnə mˈnz de ʎuːtr
Comme dessert m.. les miennes cousines mangent de myrtilles.
ɛ pʊrpwˈiːr sɛ ɬˈuːɔ
Les paupières se ferment.

9.2 IsérablesM:

ɛ parˈ l atsɛtˈaʋɔ pɒ ɔ ʒambˈ - {..}n avɛsˈɛ ɛ kajˈɔ no mˈɛmə
Les parents ils achetaient pas le jambon .. nous avions les cochons nous-mêmes.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

mn dsːˈɛː mˈɛə kwzˈœna mˈœðɛ de z bʁəzˈɔlᵋ
Comme dessert mes cousines mangent des myrtilles.
mu ɡʀm pɑʁˈ n mðˈiv pɑ ɡ d lɑ tˈaaʁtə
Mes grands-parents ne mangeaient pas que de la tarte.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

nʊ - mu paʁˈ l ɑθtˈɐ pɒ d ʒãb na
Nous (?) .. mes parents ils achetaient pas de jambon non.
lu ʑ jɛ s fɛʁm wøwɪ {…} lu ʑ j s fˈɛʁm
Les yeux se ferment oui oui {…} les yeux se ferment.

11.1 LensF:

pɔ dɛsːˈr mə ᵏᶷ- lə kʊʒˈøn - mˈøŋzœn dɛ miɹtˈiʎə
Pour dessert mes cou.. les cousines .. mangent des myrtilles.
l - b parˈɛͥŋ - ʃː ʃɔˈʏɲn dœ tɔt
Les .. beaux-parents .. se souviennent de tout.

11.2 LensM:

-

12.1 Les MarécottesF:

bal ʃwɛʁ ʃə ʃvˈɪɲ ʒamˈe dɛ ʁ
Mes belles-sœurs se souviennent jamais de rien.
lʏ dzœ dəᶷ bʊn ˈa - vɛʁˈ tɥi mi ptɕʲˈʊ ʒ ɛfˈɑ
Le jour du Nouvel An .. je reverrai tous mes petits enfants.
mɪ ʒ ɑɪjˈœ mndʒˈɪəv pɑ ʁɪˈ ʁ kə də tɑʁt
Mes aïeux mangeaient pas seulement de tartes.

12.2 Les MarécottesM:

-

13.1 LiddesF:

mi bl ʃwˈeɹə dzᵊ s sɔʋˈʏɲn d ʁ
Mes belles-sœurs elles se souviennent de rien.
lö dz dɛ l ã jø tˈɔɹn ʋɛ cçø pøtju mɛenˈũ
Le jour de l’an je revois tous mes petits-enfants.
li ɡɹã parˈ - mʏdʒˈʏʋ pɑ cj d tˈartə
Les grands-parents .. ne mangeaient pas que de la tarte.

13.2 LiddesM:

parˈ l astˈɑv pɑ lø ʒãbˈ n av li kajˈ mˈimwɑ
Mes parents ils achetaient pas le jambon nous avions les cochons nous-mêmes.

14.1 LourtierF:

bˈœlœ ʃwˈɑːe ʃə ʃøyʋeɲɐˈ ʒɐmˈe də ʁɛ
Mes belles-sœurs se souviennent jamais de rien.
œ dzœ də l æã - jʏ tɔʁnˈœɛ jɛʁ - to mːɛ dojˈ mɛnˈoː
Le jour de l’an .. je reverrai .. tous mes petits-enfants.
mi ʒ ʲaãɬiˈæã mœzjˈɛ pɒ k də tˈɑːʁtᵊ
Mes grands-parents mangeaient pas que de tarte.
æpɹˈi dʏnˈɑː - i mɛɪ kʊʒˈʏnə mˈøz də ʒ yt- d ytɹˈiː
Après dîner .. les miennes cousines mangent des .. de myrtilles.
i mj pæˈn ɐdzøtˈə- azøtˈɑɔ pɑ də ʒãbəˈ - n ɛ de kajˈøː mˈɛemo
Le miens parents achetaient .. achetaient pas de jambon .. on avait des cochons mêmes.
lɪ ʒ wˈɑːɛ ʃə ɦlˈuːʒ
Les yeux se ferment.

14.2 LourtierM:

ɪ mj paɹˈː ɐdzʏdzˈem pɑ də ʒãmbˈ n  de kajˈ mˈɛẽmʷ
Les miens parents nous achetions* pas de jambon nous avions des cochons mêmes.
*anacoluthe.

15.1 MiègeF:

l zɔr dø nvˈej  ɪ veʒˈo vɛrˈɛ tɔ lɪ pitˈi ʒ ɛfˈã
Le jour de Nouvel An je vais voir tous les petits-enfants.

15.2 MiègeM:

e grndˈt ɐ miˈɛzɔ - ɛ  fi tˈɔ-tə m klas a miˈzɔ - œː - ʒsk a kiŋʒ 
J’ai grandi à Miège .. et j’ai fait tou..tes mes classes à Miège .. euh .. jusqu’à quinze ans.
parˈŋ ə - n atsɐdˈɑʋɔm pa də ʒmbˈ
Mes parents euh .. en achetaient pas de jambon.
lɛ bˈɔt f mu  talˈ
Les chaussures font mal au talon.

16.1 MontanaF:

l paʁɛ ɡru nʏ mʒ - mĩʒjˈɛvm paː kɛ dɛ ɡaːtˈoː
Les grands-parents ne mang.. mangeaient pas que de la tarte.

16.2 MontanaM:

-

17.1 NendazF:

kˈɔmə døʃˈɛː me kʷʊʒˈœnə mˈdẓɔn də jʊːtr
Comme dessert mes cousines mangent de myrtilles.
ɛ m ʒ wʊ ʃə fˈæʁm
Eh mes yeux se ferment.
eː mjo ɡro nə mndʒjˈ paː ʁ kə də ɡaːtˈo
Les miens grands-parents en mangeaient pas que de tarte.
 dzɔ d bn aã tɔʶnœ vˈeʁʏ tʃy e - eːɛ - [en aparté: atˈã  pʀˈɛnə (?) ptizf] -  dɔˈŋ kurˈɛə
Le jour de Nouvel-An je re-vois tous les .. les .. [attends je prenne (?) petits-enfants] .. les petits-enfants.

17.2 NendazM:

ɛ parpˈiːʁə - ʃ ɬˈoʊʒ
Les paupières .. se ferment.

18.1 OrsièresF:

bˈlə ʃwˈæʀᵊ sɛ sœvˈøɲ d rɛ
Mes belles-sœurs se souviennent de rien.
mi bjo paʀˈɛẽ sɛ sʋɲ dœ tˈœ
Mes beaux-parents se souviennent de tout.

18.2 OrsièresM:

mˈt mi m sy li aŋts
Je mets mes mains sur les hanches.
li ʒ wa sᵊ fˈɛʁm
Les yeux se ferment.

19.1 St-JeanF:

kˈɔm dɛʃˈɛːr mœː - kuʒˈɪnɛ mːˈezan dɛː ʎˈowʃɛ
Comme dessert, mes .. mes cousines mangent des myrtilles.
ʃ aʃa sasjˈa lɛɡ la ͭʃjˈɛvrə dʊ kurtˈɪ l uɹʏji pɑ pikˈɑj m ltˈy
Si j’eusse chassé loin la chèvre du jardin elle aurait pas mangé mes laitues.
hə m bˈlə ʃwˈɛrɛ ɕ ʃvˈʏɲ ʒjˈameɪ d ͭsˈoːʊʒɑ
Euh mes belles-sœurs s’ensouviennent jamais de rien.
moʊ pɑrˈn ʃiɹˈan pʏtˈik ʃiˈãm pˈoʊrɔ a kʊmʃiˈm pətˈiᶢ - ɪ ʋɛjˈɛvɔn d ɔrˈʒɛ kʲ a nɔˈɛl
Mes parents étaient petits, ils étaient pauvres et quand ils étaient petits .. ils voyaient d’oranges qu’à Noël.
ɛ parpˈiːr ɕ kłˈowʒn
Les paupières se ferment.

19.2 St-JeanM:

moʊ ʒ wɛs - s klˈɔoʒn
Mes yeux .. se ferment.

20.1 SavièseF:

e bjɔ parˈɛ ɐ mə ʃ ʃɥˈiɲən de tɔt
Les beaux-parents à moi se souviennent de tout.
kˈɔmʏ deʃˈɛː e kuʒˈɪnɛː i mˈndzə de lɔʊtr
Comme dessert, les cousines elles mangent des myrtilles.
ə parˈ ɛm pɪtˈi ʏ ʋɪ k  z ɔrˈʒ ɑ nɔˈɛl  pʊ ŋkˈo
Quand les parents étaient petits ils voyaient que les oranges à Noël et puis encore.

20.2 SavièseM:

pɐɹpjˈɪ ɐ m ʃ fˈɛɹm
Les paupières à moi se ferment.

21.1 SixtF:

me mː k- œ krˈɔːl
Mes mains t.. euh tremblent.
bjo parˈː -  d la memwˈɑʁ ɪ s ʀapˈal to
Mes beaux-parents .. ont de la mémoire ils se rappellent tout.
ɑ nɑ mø mə ʁɒpˈɛl pɑ d mʊ z ajˈɛʁ ɡʁ paʁˈ
Ah non moi je ne me rappelle pas de mes arrière-grands-parents.
ɑlˈɔʶ l m ɡr parˈ i mdˈiv pɑ d la taʁt me a la madelˈnɐ k j etˈɛ la fˈeta vɛ l abajˈɪ - n alˈav aθtˈɪ lʊ beskwˈ - ɛ l e le kaʁamˈɛl
Alors les miens grands-parents ils mangeaient pas de la tarte mais à la Madeleine1 quand c’était la fête à l’Abbaye2 .. on allait acheter le biscuit3 .. et les et les bonbons.
1Fête de sainte Madeleine, le 22 juillet.
2L’Abbaye est le quartier de Sixt qui se trouve au centre de la commune.
3bskwẽ‘biscuit, pain safrané’ (Duraffour 1969: 84).
e pwɪ lɒː le pʏ ʒwˈne bal ser ɑl zɛ - ə s ʁapˈel d rɑ
Et puis là les plus jeunes belles-sœurs elles se .. elles se rappellent de rien.

21.2 SixtM:

mu slˈɛr mə fɑ ma ɪ talˈ
Mes souliers me font mal aux talons.

22.1 TorgnonF:

mɛː cyzˈe - ɑː a de- pɛ desˈɛːʀ i mˈødz dɛ ẓ ambrëkˈɛlːɛ
Mes cousines .. à à de.. pour le dessert elles mangent de-z myrtilles.
paɛˈᵑ ɪ mʏdzˈɪvɔᵑ poː mac dɛ ðɛ ðɛ ta- dɛ tˈaʁta
Mes parents ils mangeaient pas seulement de de de ta.. de la tarte.

22.2 TorgnonM:

lɛ paʀpˈeɛ ʃə cˈyːz
Les paupières se ferment.

23.1 TroistorrentsF:

mʊː ɡʁã pɑʁˈæ n avˈa pɑ ʁ kə d la tˈaʁtɑ
Mes grands-parents n’avaient pas que de la tarte.
m z ɥø sə fˈɛʁm
Mes yeux se ferment.

23.2 TroistorrentsM:

ə pɑʁ l ɑtsətˈavã ʒamˈe d ʒãbˈ lə vændˈɑvã
Euh mes parents ils achetaient jamais le jambon, ils le vendaient.

24.1 Val-d’IlliezF:

ː - me bˈele sɔɒʁ næ ᵊ sʊvɲ dœ ʁː dœ ʁ
Oh .. mes belles-sœurs ne euh se souviennent de rien de rien.
wɛ lʊ ɡʁãm paʁˈã - ɡʁã paʁˈã mdjevˈãᵑ - pa k də la tˈaʁtə l aˈã prø dy paˈ to ʁɑsˈi
Oui les grands-parents .. mes grands-parents mangeaient .. pas que de la tarte ils avaient assez du pain tout rassis.
ɑː lu paʁ n atsətˈav pɑ l- ː fɐsˈa la butsəʀˈe ɐwi lu kaj - k  l bajˈɑvœ a mẽdʒˈi tɔ l  puʁ s
Ah les parents n’achetaient pas l.. on faisait la boucherie avec le cochon .. qu’on lui donnait à manger tout l’an pour ça.

24.2 Val-d’IlliezM:

pɔpjˈɛʁɛ  ʃ fˈɛʁm
Mes paupières elles se ferment.

25.1 VouvryM1:

-

25.2 VouvryM2:

m bwˈɔtø m f mɑ vø m- mo ø taɐ- taðˈ
Mes chaussures me font mal euh m.. mal au(x) tal.. talon(s).
parˈ l ɐtstˈav pa l dzãbˈø lø - lø dzãbˈ - n avˈɛ lʊ kajˈ se mˈɛmɔ
Mes parents ils achetaient pas le jambon le .. le jambon .. on avait le(s) cochon(s) soi-même.