Menu

Comparer

Comparer la carte 21064 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Cartes

Compléments d’objet partitifs et prépositionnels (formes du pluriel): deux grammaires différentes

 
parler de
 
témoin féminin
témoin masculin
     
défini prépos.
partitif/indéfini
défini prépos.
partitif/indéfini
1
Arbaz
m.+f.
dy
, de, dɛ, , d
dy, ,
d, , de, d,
2
Bionaz
m.+f.
, dɪ z
d, , də z
di, di z,
, də ʒ
3
Chalais
m.+f.
di ʒ
de z, d, d ʒ, , d, d
di, diχ, , dɪ ʒ, d
, də ʒ, d, , d
4
Chamoson
m.+f.
di, dɪ z
, də z, de,
di, ,
, də z, , dœ z, d,
5
Conthey
m.+f.
dy ʒ,
, , , d z, de, de, d, d, d,
di, dy, dy ʒ, dʏ ʒ
, , ,
6
Évolène
m.+f.
d, deɪ, de ʒ
, də ʒ, , , dɛ ʒ, d ʒ, d, d ʒ
dek, deʏ, dʏ, dɛɪ, , de ʒ, d
, də ʒ, , , dɛ ʒ
7
Fully
m.+f.
di, di ʒ, , dɪ ʒ
d, d, di, d, , dɛ z, d
di, , deːɛ
, d, ,
8
Hérémence
m.+f.
di, dɪ ʑ
ne, , de, de ʑ, d, , dɛ ʒ, d
, dɪ ʒ
, , , de, , dɛ ʒ, ðɛ
9
Isérables
m.+f.
dœɪ z, dɛe z, dei, dɪ z
, də z, de, , d
dɪ
, də ʑ, d,d
10
 
La Chapelle-d’Abondance
m.
d, de, de z, d,
de,
f.
d le
, de, de z, d, d z, , dɛ z
d lə, d le
de, de z, d,
11
Lens
m.+f.
di
, də z, , d, , d, d
, de, d, , d
12
Les Marécottes
m.+f.
di, , deɪ, de
d, , , de, d, d
di ʒ, dø, de, d
, , d,
13
Liddes
m.+f.
di, di z, di ʑ, de
, də ʒ, , , , d
di, , dɛ ʒ
14
Lourtier
m.+f.
di, , dɪ ʒ
d, , , de, d, , d
di, d, dy,
, de, d, d
15
Miège
m.+f.
di, di ʒ, dɪ ʒ
, də z, , de, de ʒ, , d, , dɛ ʒ
di, dɪ ʒ
d, , , de, de ʒ, d, d ʒ, ,
16
Montana
m.+f.
di, , dɪ ʒ
d, , d, , dɛ ʒ
di, dɪ ʒ
d, , , d,
17
Nendaz
m.+f.
dɪ ʑ, , de
, də z,
di, di ʒ, dʲɪ, ,
, , , de, de ʒ
18
Orsières
m.+f.
di, di z, di ʑ,
d, , de z, d
di
,d
19
St-Jean
m.+f.
di, di ʒ,
d, , d, , d, ðʏʊ
di
d, , de, , ḍɛ, dɛ ʒ
20
Savièse
m.+f.
di, di ʒ, , dɪ ʒ, dɥi
de , d,
di, d, deɛ
d, , də ʒ,de, d, d ʒ
21
Sixt
m.
de, de z
de, de z, d, du
f.
d lə z, d le
de
d le
de, ðe, d
22
Torgnon
m.+f.
, de z
, de, de z, d, d z, , dɛ ẓ, dɛ ʒ
, , d,
23
Troistorrents
m.
de, de z, d
, , de, de z, dːœe
f.
-
de, de z, d z
də le, d le, d le z
de
24
Val-d’Illiez
m.
di, de, de z, dy
de, de z, d,
f.
d le, d le z
, de
d le, d le z, d le ʒ
de
25
Vouvry
des
, de, dʲ,
, de, d,

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

  • défini prépositionnel

ɛ zɔɹ dy fiːh mɛto o - kˈutŋ pʷ ɑ ɑ mˈʃɑ - e kutˈŋ yː  ʃˈurtsɑ
Les jours des fêtes je mets le .. costume pour aller à la messe .. le costume¹ ou la robe².
1[kutˈŋ] terme générique désignant la robe du costume régional.
2[ʃˈurtsɑ] robe de laine de l’ancien costume (GPSR 4: 41).

  • partitif/indéfini

mzø u ʃɔˈœn prˈo
Mangez-vous souvent de poires?
de ɡru mˈɔ
Elle a de gros mollets.
pɔ dʃˈɛːʁə - ɛ kʊʒˈɪn mz dɛ mirtˈiə
Comme dessert .. les cousines mangent de myrtilles.
po fir ɔ bw - ɛ mənɥizjˈɛr y bŋ kɛ krˈøʏʒɔ õ - ʊnɑ pjˈesə dɛ - dɛ wˈɑrzə y bŋ kɛ fi plnts n wɑz ɛ ʃɛ ʀeynˈi aprˈe
Pour faire le bouil ¹.. le menuisier ou bien qu’il creuse un .. une pièce de .. de mélèze ou bien qu’il fait de planches en mélèze et les² réunit après.
1cf. bè s.m. 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
2[ʃɛ] est un pronom régime féminin pluriel; il s’agit d’une prononciation désonorisée de [eʒɛ]
ɑ f lɑ d mɑrˈs ə po nɑ ɡˈɔlɐ
Au fond il y a de marais et puis une mare.

1.2 ArbazM:

  • défini prépositionnel

krˈœblʏ dy m
Il tremble des mains.
dɑrbˈɔŋ lɛ ʃɔrtˈeɪʃɑ mˈɛɪhrɑ tˈuːr
Darbon est sortie maîtresse des génisses non vêlées.
œː ɑ høʏ d ɑˈ dj hoɪ sˈoːke
Euh à ceux d’Ayent on dit (litt. ils disent) «ceux des socques*».
*soque ‘chaussure grossière à semelle de bois’.

  • partitif/indéfini

kŋ lɑ d ẽŋlɥˈizo fo pɑ ʃɛ mɛtr ɑ fŋ d onɑ wˈarzə ʃ- œː ʃˈoːɑ - dɛpɛstˈe
Quand il y a d’éclairs il faut pas se mettre au fond d’un mélèze s.. euh seul .. tout seul.*
*Pour l’évolutionde per se > depeste (‘de par soi’ > ‘tout seul’), cf. Marzys 1964: 19.
ɑ fŋ lɑ mɑrˈeː e un ehˈ
Au fond, il y a de marécages et un étang.
de ɡruː mˈɔːɛ
Elle a de gros mollets.
ʀˈuːɛ ɔ dː kˈɑnːe
Il marche* avec de cannes.
*[ʀˈuːɛ] cf.róᵒᵘ ‘rouler, aller sans cesse çà et là’ (FB 1960: 425).
ɛ ɡɑmˈŋ zˈy ɑwe kokˈɑlːe dɛ wəmˈɑʃə
Les enfants s’amusent avec de coquilles descargots*.
*[wəmˈɑʃə] cf. wemche s.f. ‘escargot’ (FB).

2.1 BionazF:

  • défini prépositionnel

lə dzɔ fˈɪtə bˈøtɔ lʊ kʊtɪʎˈ pɪ dzˈɛ pə alˈɪ - ɑ mˈesːɐ
Les jours des fêtes je mets la robe la plus jolie pour aller .. à la messe.
də dʀa dɪ z ˈɔmːʊ s bj pɪ sˈplo
De vêtements des hommes sont bien plus simples.

  • partitif/indéfini

lɔ ʃatˈo də dˈɑmᵊ sə tʀˈʊœ ɔ fɔn dɛ la valˈɑda - sə vˈɑɪ pa tɑŋ œ dɪpˈɛn de jʊ  sə tʀˈʊwə - pɛʀkˈe l a d ˈatʀø - mtˈaɲə kʲə lɔ tˈɔp
Le Château des Dames se trouve au fond de la vallée .. se voit pas beaucoup euh (ça) dépend où on se trouve .. parce qu’il y a d’autres .. montagnes que le couvrent.
lœ dzɔɑˈjə sə fəzˈɑ tʀˈɛsːə
Les jeunes filles se faisaient de tresses.
ka l ɪˈ pˈeɲo lɔ pˈapa ɛ la mˈamːa də mˈɛ vˈɑ də z ɔʀˈzə dʒˈœstɔ ɑ tsalˈdœ e  ɛ ʋ kˈɑkʲə kʊ
Quand ils étaient petits mon père et ma mère voyaient de z-oranges seulement à Noël et et quelques fois.

2.2 BionazM:

  • défini prépositionnel

ɑː tsardˈ l  ɕʊrtˈœva ʁˈæɪnɐ diː mʊdzˈ
Ah Chardon elle est sortie reine des génisses.
ɛː duː ʑ ɛɪzˈɪː ɪ tsˈntɔː əː døː- dəsˈɪ lɑ plˈnta diː z ɔlˈɑɲə
Eh deux oiseaux ils chantent euh de.. dessus l’arbre des noisettes.
pœ ajˈa də la d la də la bʁˈɑza - bətˈɛn dʏ bɛrbˈ pˈsːə
Pour {avoir} eu de la de la de la braise .. nous mettons de pives des sapins.

  • partitif/indéfini

kã n a də də nˈæ bɑʎˈ fʀˈɪzə dɪ pŋ ɪ z ɛɪzˈi
Quand il y a de de neige je donne de miettes du pain aux oiseaux.
də ʒ ˈʏː - n ɑ də ʒ ˈʊuː - œː bl e də ʒ ˈʊuː ʁˈɔɕːə
Aussi de z-œufs .. il y a de z-œufs .. euh blancs et de z-œufs bruns.

3.1 ChalaisF:

  • défini prépositionnel

bɔ - dœvˈan pa ə  - dʒɑmˈ n uri atsətˈa ŋ ŋ mwœr də fɔmʷˈɐzɔ peŋʃˈa ve n aj l vɑts  pɔjˈɛvɛ n aj la lterˈɪk  pɔʶtˈav a la lterˈɪɡ n ajɛ lɔ tɔːr n ajɛ dɛ bˈuːʁɔ dɛ frɔmˈaːzɔ n ajɛ -  n ˈiɛ pa taŋ ɡurmˈ  mɪndʒˈœvœ kɔm ŋ pɔjˈevə - ɑ lɔ pɑn dɛ ʃˈiːʎa l ˈirə bɔŋ hɑ mˈama - dɛ kɛl pɑn dɛ ʃˈiʎə l irœ duːr - dɛ ˈɑːz  kɔntˈɑvœː tapˈa ho ʊ bɔr dɛ œ - diː ʒ sɛlˈi pu kə- pɔ kaʃˈa lɔ krɔtʃˈ mɑ l irɛ fram b
Bon .. autrefois pas euh on .. jamais on aurait acheté un un bout de fromage pensez donc .. on avait les vaches on montait à l’alpage on avait la laiterie on portait à la laiterie on avait le tour* on avait de beurre de fromage on avait .. on était pas tellement gourmands on mangeait comme on pouvait .. ah le pain de seigle il était bon ah maman .. de ce pain de seigle il était dur .. certaines fois on devait taper sur le bord de euh .. des escaliers pour c.. pour casser le quignon mais il était vraiment bon.
*tournus pratiqué à la laiterie: à tour de rôle sur une base journalière, chaque propriétaire inscrivait à son propre compte la production laitière de tous les propriétaires, et assumait le même jour certaines responsabilités vis-à-vis du fromager (renseignement oral; cf. aussi GPSR 7: 1048 s. fromage encycl. II).

  • partitif/indéfini

bɔ - n ŋ prɔk d ˈeːw oʊtər la ʁˈɛʃə n em prɔ kɔm l ˈiwɪ j en a sˈe tɔ k ʃ nʏ n ɔlˈɛŋ pɔ vɛrkɔrˈɛŋ n ɛm prɔɡ d ˈewʊ - n ẽ f de z idrˈntə - ɔ n ɛm minˈa ba dɛ pjozuˈaː dəpɥˈi - mɑː ˈɔra n ɛm prɔ prɔɡ dəpɥˈi la ʁˈɛʃə
Eh bien .. nous avons assez d’eau outre la Rèche nous avons assez comme l’eau il y en a assez tout ce que nous nous voulons pour Vercorin nous avons assez d’eau .. nous avons fait de z-hydrantes .. ou nous .. avons .. nous avons mené bas depuis Orzival depuis .. mais maintenant nous avons assez assez depuis la Rèche.
vɔ dk ɐlʃˈɑ ɑ la fˈiːrɑ ɑ ʃʲõ lɑ fˈirə d - l ɑjə lə vˈɑːtsə d kɑtsˈŋ də tɔtɑ œ - tɔt ʃˈoːrtə - kwɛ tʊ ɑtstˈɑv ʰᶷ
Vous quand vous alliez à la foire à Sion la foire d.. il y avait les vaches de cochons de toute euh .. toute sorte .. que tu achetais-tu?
dəvˈan nu n ajɛ bɛʒˈɔn dɛːə - d ʒ œhˈoːvɛ dɛ - œ dɛ bjˈɔlːa - aðˈɔn l ajˈvɛ pjˈɛʁɛ lˈaŋna k i fadʒˈvœ - paθˈaːvɛːə pœ lɛ ʒ eːhrɔ - ɛ biŋ n atstˈaːvɛ
Autrefois nous on avait besoin de .. de z-balais de .. euh de bouleau .. alors il y avait Pierre Lannaz qu’il faisait .. il passait par les maisons* .. et bien on achetait.
*[lɛ z ˈehrɔ] ‘la maison’. Utilisé toujours au pluriel (GPSR 6: 924s. s.v. tro 5°; Gyr 1994: 80).
bɔ ʔ - l ʒ ɔmː prɪndjˈɔŋ kɛ ʃɛn pʰ ɑlˈɑ u bwe ʃu pə la zʊ lə d ɪʏvr awˈ le ɡˈeːtɐ - l ɡˈetə pwɛ la lwˈiːzʏ ʃʊg ləː - ʃug lë ʒ ɛʃˈɛblɛ ɛ ʃuk a la zˈoʊːr - ba awˈo ɦu - t də - mwe dɛ bwɛ bi syr
Ben .. les hommes prenaient que cela pour aller au bois en haut dans la forêt là d’hiver avec les guêtres .. les guêtres puis la luge sur les épaules et en haut à la forêt .. bas avec ce .. tout de .. de tas de bois, bien sûr.
aw d ɡrˈoːʃ sˈɔːkɛ bɛrnoˈɑzɛ ɑlɪʃˈ ʊ lɑwˈɑr
Avec de grosses galoches bernoises nous allions au lavoir.
d lɔ tɛŋ tu krˈie k ɔn atstˈav ʊŋ ə - un atstˈav dɛ d d - d tisˈy ə p  faɲˈɛ mˈɛmɔ tɔd mama fandʒjˈva
ɔ m dʒʊ m djʊ
Dans le temps tu crois qu’on achetait on euh .. on achetait de de de .. de tissus puis on faisait même tout maman faisait oh mon Dieu mon Dieu.

3.2 ChalaisM:

  • défini prépositionnel

ɛ biŋ  pʊ dˈiʁ kɛː m - l ɛ ɛŋkɔ ˈɔʁə - l drˈɔlə ʃːn du kɔtˈeː - du kɔtˈe ɡɔs ɛː l ʒ ɔm du kɔtˈe drit - ˈɔʁø tː ʒ n tŋ l drˈɔlə vɲɔ i nu baŋ əː - ʃi l a un ntɛʁəmˈɛn uː kakɛ tsˈzə dˈŋʃə vˈɲõ we lɔː lɑ fɑmˈʟ ʊ bẽ ɒwe lɔː lˈɔmɐ f- ma l drˈɔːlə vɪɲ vɔlncjˈe dʊ kɔtˈe di ʒ ˈɔmɐ maː l ʒ ˈɔmə vɑn dʒamˈ dʊ kɔtˈe di drˈɔlɐ
Et bien on peut dire que mmh.. c’est encore maintenant .. les femmes sont du côté .. du côté gauche et les hommes du côté droit .. maintenant temps en temps les femmes viennent à nos bancs euh .. s’il y a un enterrement ou quelque chose comme ça elles viennent avec le .. la famille ou bien avec le.. l’homme f.. mais les femmes viennent volontiers du côté des hommes mais les hommes vont jamais du côté des femmes.
lɔ trɑvˈalː diχ f l  mi penˈiᶢble kɛː ʀli di ʀekˈoʊ
Le travail des foins il est plus pénible que celui des regains.
dɑrbˈɔŋ l ɛ ʃʊrtˈɪʃɑ ʀˈɛɪŋna ʒenˈɪsə n vilˈɑjə
Darbon elle est sortie reine des génisses non vêlées.
le kakwˈɪːʁɛ ʃiʁˈɔn tɔzˈɔ - ɛn dɛˈɔʁ dɪ ʒ ˈeːʀɛ
Les toilettes étaient toujours .. en dehors des maisons*.
*[ˈeːʀɛ] ‘maisons’. Utilisé toujours au pluriel(GPSR 6: 924s. s.v. tro 5°; Gyr 1994: 80).
nɔ mtʃˈɑŋ l pɔmˈtə jin u kl d pɔmˈœtɛ
Nous mettions les pommes de terre dedans au creux (à la fosse*) des pommes de terre.
*Pour une description précise du [kl], cf.Gyr 1994: 94-95.

  • partitif/indéfini

mɛtˈɛŋ dɛ kˈɔkʰə pɔː fˈeːʁə brˈɑːjə
On met (litt. nous mettons) de pives pour faire de braises.
kw lɔ ʃjɛl vj niːr ɛː œː tsɑrʒjˈaː kə nɔ vjen d nˈɛɡbjɔ - nɔ pweŋ eʁə ʃɥiʁ ke vɑ - ke vɑ m- bajˈɛ la plˈɔzə
Quand le ciel vient noir et euh chargé que nous voyons de nuages .. nous pouvons être sûrs qu’il va .. qu’il va donner la pluie.
e frumiˈɛ ɪ pja
J’ai de fourmis aux pieds.
adˈɔn n ŋ d ʁɑʀˈɑː d ʊŋ kɔtˈeː nʊ mtˈŋ lɪ pˈɑʁlœ pwː - ʊ mitˈŋ l a l ˈɛʀə pɔ bˈɑtrə lɔ blɑ - ɛ pwɛ ʃʊɡ dɑmˈɔn nɔ lɑʃˈeŋ sɔˈɑŋ - ʃɔʋˈn ʊna plˈɑʃ pwɔː lɔ ɡrenˈi - pɔ mˈɛtʁə lɔː - lɑ tse kruˈɑːə kə l- tsɛ dɛə n- də n- də pɑŋ də vjo p poɔː lɔ lɑʃjˈe ʁɑʃˈeɡ pɔ - beŋ lɔ trɔvˈɑ ɑ mˈɔdə kɔmːə n mzjˈ
Alors nous avons de raccards d’un côté nous mettons la paille puis .. au milieu il y a l’aire pour battre le blé .. et puis en haut au-dessus nous laissons souvent .. souvent une place pour le grenier .. pour mettre le .. la viande crue que l.. un peu de n.. de n.. de pain de vieux pain pour le laisser rassir - pour bien le trouver à point comme nous (le) mangeons.
mɑ l vjej miʒˈɔŋ ʃˈɪʁɔn ɔː kɔvˈɛʃ ən - ɛm pˈiːʁɑ - nɔ dʏʒʏʃˈɑŋ də ʒ ɑrdɥˈɛʒɛ
Mais les vieilles maisons étaient o.. couvertes en .. en pierre .. nous disions de z-ardoises.

4.1 ChamosonF:

  • défini prépositionnel

m fʁˈaʁə l a sʊtənˈɛː ɔ ksejˈ di ʁˈɔdzə
Mon frère il a soutenu le conseiller des rouges.
ʋ sʋʏnˈi ʋ dɪ dɪ z ɪstoˈɑʁ kʲɛ ɡʁ pɪʁ ʋɔ - vɔ ʀɐktˈɑʋ
Vous souvenez-vous des des histoires que grand-père vous .. vous racontait?

  • partitif/indéfini

 dzəvˈønə matˈœtə fɐʒˈøvaɛ tʁsᵊ
Les jeunes fillettes faisaient de tresses.
k  paʁˈ l ˈaʁɔ pətʃʲˈu - ʏ vejˈɪvə də də z ɔʁˈdz kʲe  nˈɛlə - pɑ kʷˈ
Quand les parents ils étaient petits .. ils voyaient de de z-oranges qu’à Noël .. puis encore.
n ivˈɛ l a de ɡlasˈ kʲœ pdœølə y tiˈo dɛ ftˈaŋnə
En hiver il y a de glaçons que pendent au tuyau de la fontaine.
 dz d fˈitɐ n mʏdzʏsˈ ptʃʲˈ pã
Les jours de fête nous mangions de petits pains.

4.2 ChamosonM:

  • défini prépositionnel

a kˈɑʋə di fʁɥi l œ tˈɔpə
La cave des fruits elle est sombre.
hɑ o f kə l ɛ bj əspʊzˈo sy na pt y sɔlˈæɛ ø kæmˈim mɛjˈø kjæ se kjɛ l ɛ œː tɔt  l ˈmbrə - sɑpˈ  b de di vˈɛːʁnə
Ha le foin qu’il est bien exposé sur une pente au soleil est quand même meilleur que celui qu’il est euh tout en l’ombre des .. des sapins ou bien de des vernes.
f satŋvʁə l ə o - a po prɪ  t - y ɛ vˈatsɛ vˈəɲ bɑ mtˈaɲə
Fin septembre c’est le .. à peu près le temps .. où les vaches viennent bas des alpages.

  • partitif/indéfini

ɪ mɑʁts awˈe bekʲˈɛjɛ
Il marche avec de béquilles.
sɔ ɔ tæ dɛ œ ɡʁˈaŋzə l avˈɪv də z aʁdwˈɛ- də z aʁdwˈɛːzə
Sur le toit de la grange il y avait de z-ardoi.. de z-ardoises.
pwæ tœt y f ʏn a mɑʁøkˈɑːdzə pwˈæə n etˈ
Puis tout au fond on a de marécages puis un étang.
kã l a dœ z eːflˈɛː fɔ ə ʒamˈæ sə katʃjˈœ dɛzˈɔ n ɑːbʁ ke l ɛ sɔlˈœ
Quand il y a de z-éclairs il faut euh jamais se mettre à l’abri sous un arbre qu’il est seul.
m d iʋˈɛ l a d jɑsˈ k pdˈœʏlœ ʏ tijˈo d œ ftˈɑŋnə
Ben en hiver il y a de glaçons que pendent au tuyau de la fontaine.
ni fuʁmjˈe  pjæ
J’ai de fourmis aux pieds.

5.1 ContheyF:

  • défini prépositionnel

a ɛ ʃi dyː ʒ wɛ - tɔfˈy
Il a les sourcils (litt. cils des yeux) .. touffus.
ɔ fraːr a ʃotnˈy ɔ kʃjˈeː ʁˈɔdzɐ
Le (mon) frère a soutenu le conseiller des rouges.

  • partitif/indéfini

ɛ maʁts ɑwˈi bekˈijɔ
Il marche avec de béquilles.
 dz d fiːtə - nɔ mdʒˈaːə d - dɔˈ pã
Le jour de fête .. je mangeais des… de petits pains.
d ivˈ j a dˈaʃ kjə pdˈɔːɔ yː - tyjˈo d a ftˈːnə
En hiver il y a de glaçons que pendent au - tuyau de la fontaine.
kã ɛ parˈ ˈɛr doˈ i aˈ d z ɔʁˈãʒə kʲ a noˈɛl ɛ pwɛ kˈɔ
Quand les parents étaient petits, il y avait de z-oranges qu’à Noël et puis encore.
de kuːɔ  ɛː ʒ ˈmɐ ˈɛer a drˈæɛt ɛ fɛːnᵊ a ɡoʃ
De fois les les hommes étaient à droite, les femmes à gauche.
 dəmˈːdz  pˈɔʁt d ɡ kjœ ɪ- kj  pa də dˈæɛ - de ɡ kj aʁˈyːə tˈkjə ʏː - y metˈ dy dˈæɛ
Le dimanche elles portent de gants que i.. qu’ont pas de doigts .. de gants qu’arrivent jusqu’au .. au milieu du doigt.
ɔ dømˈːdzœ  mdʒˈa d ɡatˈo
Le dimanche* on mangeait de gâteaux.
*Forme influencée par le français. En francoprovençal valaisan, [dømˈːdzœ] ‘dimanche’ est généralement féminin.
a ʒˈypᵊ ɛ ˈŋdz tˈcjœ y θ dy mɔlˈɛ a  - ɛl ˈlə ə a ʒyp ɛ - pf- pføʃˈʲaːɐ ʃʏ ɔ dɛʁaˈɛ - d d pfː trɛ ʃɛː- ʃɛʁˈo
La jupe est longue jusqu’en haut du mollet elle a un .. elle elle euh la jupe est .. pl.. plissée sur le derrière .. de de plis très se.. serrés.
n ɪː d frʊmjˈɛ y pja
J’ai de fourmis au pied.
ɛ dzoˈønə ʃə faʒˈ kadinˈɛtə
Les jeunes se faisaient de tresses.

5.2 ContheyM:

  • défini prépositionnel

ə b  fˈœnœ nu krˈæɪʒɔ k ˈæər pføtˈu a drˈæɛtᵊ - ɛ pwˈæɛ ə ʒ ˈomɔ a ɡoːts - di dam
Eh bien les femmes je crois qu’elles étaient plutôt à droite .. et puis les hommes à gauche .. des dames.
œ ʒ fˈ dzˈuːj ɑwˈe a mæeʒˈn dy omˈɑʃə
Les enfants jouent avec la maison des escargots.
a œ ɕi dyː ʒ we epˈɛ
Il a les sourcils (litt. cils des yeux) épais.
 ʃˈeɪ dʏ ʒ ˈuə ʃə fˈɛːrm
Les cils (?) des yeux se ferment.

  • partitif/indéfini

œ ʒ ɑbitˈ də kɔŋtˈæːɪ ʃ ktəʒˈ
Les habitants de Conthey sont de Contheysans.
ʃʊ ɔ tˈae d a ɡrˈdzə ɪ aˈe baʁdˈo
Sur le toit de la grange il y avait de bardeaux.
ɔ tsaɹʒəʃ ʃʏ muˈɛ də ku aʃəbˈ - pɔ mənˈɑ ɑ ɡrˈaŋzə
Nous le chargions sur de mulets parfois également .. pour (le) mener à la grange.
ɔ mɛtʃˈŋ dŋ ʃˈɑːʁdzə - p pʊʁtˈɑ dæ a ɣʁˈãzə
Nous le mettions dans de draps .. pour porter dans la grange.

6.1 ÉvolèneF:

  • défini prépositionnel

eː mʒʲˈa də kfitˈyrʏ d ʀsˈɛs
J’ai mangé de confiture des groseilles.
lʏ mjɔ fraːr ɪj aː ʃsːønˈuk lɔ kʃijˈe deɪ zˈaːnɔ
Le mien frère il a soutenu le conseiller des «Jaunes»*.
*Le jaune identifiaitles chrétiens-sociaux valaisans au XXe siècle (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F41631.php, 2.08.2016).
dˈoʊ ʒ ʒˈɛːsː  tsˈant ʃ lœ bɔʃˈʃ de ʒ ɔlˈaɲɛ
Deux oiseaux ils chantent sur les buissons des noisettes.

  • partitif/indéfini

k ɪ zˈaːlœ nʏ n kˈatsə lə flʊkʃ ɑw brˈantsə de ʃapˈ
Quand il gèle nous on couvre les fleurs avec de branches de sapin
jø mˈzə də ʒ u - e jœːʏ - jʏ pr lɔ zˈaːnɔ aw la miˈla dʊ pã
Il mange de z-œufs .. et il .. il prend le jaune avec la mie du pain.
na j a pa dœ - vrɛmˈ də kaʁijˈ na - n  kjˈosːə mɑ pɑː - ʏ pa vrɛmˈ  kaʁij nõ
Non il y a pas de .. vraiment de carillon non .. nous avons de cloches mais pas .. c’est pas vraiment un carillon non.
adˈ lø ɡrˈoʃa lɥiːz k  lɪː lʏ ʃɹvˈiːvæ a mɛnˈaː dɛ fɛŋ - d ʏvˈɛ - k n alˈav tsɛrkˈa p ɡrˈaŋːzɛː mi ʃuk miː - mi vjaː doʊ vlˈazə mɛnˈav lɔ fɛŋ dəʃ ɬə lɥiz u bŋ - jø ʃərvˈivɛ tɔparˈi a mənˈa də bw
Alors la grosse luge qu’est là elle servait à mener de foin .. d’hiver .. qu’on allait chercher par de granges plus en haut plus .. plus loin du village on menait le foin dessus ces luges ou bien .. il servait également à mener de bois.
nʏ fe ʁəvnˈi dɛ ʒ yɲˈɔŋʃ øːo o bˈuːʁᵓ
On fait revenir de z-oignons euh au beurre.
d ˈatrɔ viˈazə n trətnˈ mimɔ l batʏmˈs wj lɔ zɔʀ nɔ faʒɛŋ fˈerɛ ʃn a d ʒ vrˈikɕ
Autrefois nous entretenions même les bâtiments, aujourd’hui nous faisons faire ça à de z-ouvriers.
d ᵗsaɕˈæɲə n ɪ ʒʊ mʒʲˈa
De châtaignes, j’en ai eu mangé.
k l mjɔ parˈs ˈɪrã pʏtˈis  vɪˈn d ʒ œrˈãŋʒæ a tsalˈɛnd - ɛ pwə pa tozˈɔ
Quand les miens parents étaient petits ils voyaient de z-oranges à Noël .. et puis pas toujours.

6.2 ÉvolèneM:

  • défini prépositionnel

j a  nˈikə d ˈuːʎə ʃuk u dɛʃ ˈɑ dek ʃeɪs
Il y a un nid d’aigle en haut sur le bord* des rochers.
*[ɑ] cf.â, n.m. ‘bord’: chu l’â dé chêss ‘sur le bord du rocher’ (FQ 1998: 17).
l yna deʏ ply blɛ feːθ ŋkˈiʎa ɛ lə - lɔ kˈɪŋzə du m d o - θ ʏna fˈeːθa fɔlklɔrˈikjəː - prˈɛskə lʏ ply bˈela fˈeːθa kɛ n eŋ  l an œː -  la kɔmˈuna dɛ ʋɔlˈɛnɐ
L’une des plus belles fêtes ici c’est le .. le quinze du mois d’août .. c’est une fête folklorique .. presque la plus belle fête que nous avons dans l’année .. dans la commune d’Évolène.
lʏ kˈaːva d ʃː - dʏ frwi l œ ʃˈmbra ʃˈmbra
La cave des ch.. des fruits elle est sombre sombre.
jɔ kʀˈyblɔ ɪ mŋʃ
Je tremble des mains.
lœ lʏ vʏʒˈiŋʃ ʃʏklo komˈunə vʏʒˈʏnə - lœ nɔʒ apˈɛlən dɛ zɔjˈas
Les les voisins ceux des communes voisines .. elles¹ nous appellent de «zoyass»².
1accord grammatical avec «communes voisines».
2[zɔjˈas] cf.zoyàtt (pl. -àss), n.m. ‘geai’ (FQ (1989).
lʏ vʏlˈɑzɔ də ɔlˈɪna ʃə trˈuːvɛ ˈɛntrə lɔ vʏlˈɑzɔ - də pra ʒɥa k j  dəfurvˈɛ  lə vʏlˈazə de ʒ oʊdˈeːre k j ɛθ ɔ fɔn deɪ pja dəʏ dˈɛnsɛ do veʒˈyji
Le village d’Évolène se trouve entre le village .. de Praz Jean qu’il est du côté nord* et le village des Haudères qu’il est au fond des pieds des Dents du Veisivi.
*defourvê adv. ‘au nord, en aval, côté vallée du Rhône’ (FQ 1989: 61, GPSR 5 175a).
l flˈʊkʃʏ lʏ ʃun dɛʃˈu l ʀɔbˈɔr d fnˈɪːθrɛ
Les fleurs elles sont sur le rebord des fenêtres.

  • partitif/indéfini

ɔɡ fɔn lɛ a marˈø ø una ɡˈoje
Au fond, il y a de marécages et un étang.
le a dɛ ʒ u blŋʃ ə də ʒ u ʀɔʃˈœs
Il y a de z-œufs blancs et de z-œufs bruns.
k t atsətˈavœ ᶿt t atsətˈavə θy kan t avˈe ptik su
Que tu achetais-tu tu achetais-tu quand tu avais de petits sous?
d ʏvˈeː lɛ a ʎaʃˈŋʃə kə pəndˈuːlən ɛ m pə lɔ tyjˈow də la bˈɑːʒə
D’hiver il y a de glaçons que pendent au* tuyau de la fontaine.
*[m pə] cf.èm pèr loc. prép. ‘dans, en, à l’intérieur de’ (FQ 1989: 155 s.v. pèr, pè).
ʃ l tˈekə dɛ la mɛɪʒˈŋ le a dɛ ʒ aʃˈœʎə
Sur le toit de la maison il y a de z-bardeaux.

7.1 FullyF:

  • défini prépositionnel

i dzuvˈʏna di m- də di pʏtʃˈu vʏlˈɑðə l ɔʁɡanˈiʒ na fˈita pw f la bʁɔʒəlˈɑjɛ - œ li dz ʃə ʁəkˈtʁ li pɔ œ - pɔ fitˈa la tsɑtˈaɲə
Les jeunes des m.. de des petits villages ils organisent une fête puis ils font la brisolée* .. et les gens se rencontrent là pour euh .. pour fêter la châtaigne.
*[bʁɔʒəlˈɑjɛ] ‘brisolée, repas rustique et festif, normalement pris en plein air, où l’on mange des châtaignes rôties et du fromage, arrosés de moût ou d’un vin nouveau de la région’ (DSR 1997 s.v.; GPSR 2: 784 s. v. brəzòl).
ɛ bɛː - lɪ ʒ ajˈ di ʒ ˈɔːmɔ pɔ la dʏmˈdzɛ l ʁ nɛ
Eh bien .. les habits des hommes pour le dimanche ils étaient noirs.
li tːʁˈɪst l aʁøʋr ɑwˈɪ l dæʁˈæɪ
Les touristes ils arriveront avec le dernier des cars.
t lʏ kœmˈi dɪ ʒ etɕˈœvə pɑːʃə nʊ vwɑ l adzətˈɑ l etɕˈœøvə -  dəʒˈæɛ dʃ - de ʒ eːtʃœvə   -  pãsə də - ʃi pɑ k  - də də b- də bjˈɔlə kre k faʒjɑvã li etɕˈœøʋə
Quand le commis des balais passe on va l’acheter le balais .. on disait comme ça .. de balais en en .. en je pense de .. je sais pas en quoi .. de de b.. de bouleau je crois qu’on faisait (litt. ils faisaient) les balais.

  • partitif/indéfini

pwɛ ʃə paʃˈɑʋə- paʃˈɑv ʃ ɪtˈ də a - di pãtalˈ pɔ tənˈɪ - pwɛɪ didːˈ katsˈəʋ d afˈiəʁ - d ʃa fɑːʃ - dœ ku d aʁdzˈ u bɛ  pacˈə d tabˈa - ɔˈɛ
Puis ils se passai.. passaient ça autour de la.. des pantalons pour tenir .. puis dedans ils rangeaient d’affaires .. dans cette fasse* .. parfois d’argent ou bien un paquet de tabac .. oui.
*cf.fsə ‘ceinture’ (GPSR 7: 178b), ‘ceinture en tissu’ (Praz 1995: 275); fascia (FEW 3: 423b).
ʃ də fujˈʏ ʃ fujəʁˈɛ
Ceux de Fully sont de Fullerains.
d pʁˈiː - w n mˈʏdzə tʏ ʃv
De poires .. vous en mangez-ti souvent?
di tsɑːtˈɲə n n ʒy mʏndzˈa ʃɔʋˈː
De châtaignes j’en ai eu mangé souvent.
apʀˈi l dənˈɑː li mɛnˈo - li kʊʒˈn ɑː mœ mˈəzɔn dɛ mu- d jˈʊːtʀœ
Après le dîner les enfants .. les cousines à moi mangent de m.. de myrtilles.
n frymjɛ pɛ li pjaː
J’ai de fourmis par les pieds.
kã li paʁˈ a n l eʁˈ pətjˈu  - i vɛjˈaʋ dɛː - dɛ z ɔʁˈɐʒə mɛ - lʏ - ʁ k a nˈøl ə pwa kwˈɔ - pɑ ʃɔʋˈɛ
Quand les parents à nous ils étaient petits euh .. ils voyaient des .. de z-oranges mais .. le .. rien qu’à Noël et puis encore .. pas souvent.
k ɪ fi fʁˈaɛ -  pa-  kœvʁ li ɕjø awˈi də bʁˈtsə də ʃapˈẽŋ -  mœ d kuʃˈ ʃy li pŋɕeː - i pŋɕe ɛ ʁˈɛɕt py ʒlˈe pɔ lə føʁtˈ -
Quand il fait froid .. on pa.. on couvre les fleurs avec de branches de sapin .. on met de coussins sur les pensées .. les pensées elles restent plus jolies pour le printemps.

7.2 FullyM:

  • défini prépositionnel

w ə j ɑ ttˈi ɑ œː - ɑ la ɡrˈdə pɑrcjˈɑ di z l  ŋɡɔ vwɑrdˈo - lə pɔtɑ- lə lɑ ə po- ptɑdzˈ awˈʏ lə bu
Oui euh il y a toujours {..} la grande partie des gens elles ont encore gardé .. le pota.. le la euh po .. potager avec le bois.
li çjø ʃ ʃʏ lœː øː l bɔr fɛnˈɪtrə
Les fleurs sont sur le euh le bord des fenêtres.
n  dy kɔpˈaː - œ ʃwa œː - z ɑʁbˈystɛ - lʏ l deːɛː tɔʁˈ
Nous avons dû couper .. euh sept euh .. z-arbustes .. le long des torrents.

  • partitif/indéfini

kã j a la nˈæ bˈajə mjˈtə e pʷədzˈ
Quand il y a la neige je donne de miettes aux petits oiseaux.
d kulˈøvrə ɕ pɑː ddzørˈøœʒæ
De couleuvres sont pas dangereuses.
ɛ wɔr ɪ mˈartsə awˈɪ bekˈɛjə
Et maintenant il marche avec de béquilles.
li mæenˈ amˈɑːʃ brˈɔːtə pɔ alʏmˈa lə fwæ
Les enfants ramassent de brindilles pour allumer le feu.

8.1 HérémenceF:

  • défini prépositionnel

j e ɐtrapˈø  ni di fromjˈ bɑ o kortˈøç
J’ai trouvé un nid des fourmis en bas au jardin.
 lɔ ve dæ lw lɔ klœʃjˈɛ dɛ d ɛrᵋmˈs paskˈe j ɛ - ʃʊrt ɛnˈɑː mi ɛnˈa k lɛ tɪ dɪ ʑ ˈɑːtrə mɪʑˈ
On le voit de loin le clocher de d’Hérémence parce qu’il est .. il sort en haut plus haut que les toits des autres maisons.

  • partitif/indéfini

d ˈatrɔ kʊ lœ zɥœn mat ʃə faʒˈan trˈɛʃᵋ
Autrefois les jeunes filles se faisaient de tresses.
a katr ˈoːrə ɛ ʑ aləviˈœ mˈz pˈomːᵊ
À quatre heures les enfants* mangent de pommes.
*[aləviˈœ] cf.aleviet n.m. ‘enfant; se dit en général d’un groupe d’enfants’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 27.5.2015).
le ʑɔ di ɡrã feɦ no - mɪzɪʃˈʏn de ptˈi p
Les jours des grandes fêtes, nous mangions de petits pains.
ɛ bẽn k wɪ fˈerœ nɑ bˈɔna ʃˈɔpːa ɛɪ leɡˈymə wɔat mˈɛto dedˈẽn deː - d ʀebˈœːn - de trœfː - de ʑ ɔɲˈː de pɔʀˈɛː - de ʑ erbˈtː
Eh bien quand je veux faire une bonne soupe aux légumes {..} je mets dedans de .. de carottes .. de pommes de terre .. de z-oignons des poireaux .. de z-petites herbes.
ɪ d frømjˈɐ p l pjɑ
J’ai de fourmis dans les pieds.
tsaɦˈəɲɪ nɛn ɪ ʑʊ mëɪʑjˈa
De châtaignes j’en ai eu mangé.
k lə paʀ ə la maʀ a nɔ irm ptˈik vɛjˈan lɐ n- dɛ ʒ ɔrˈãːʒə ʀɛŋ k a nɔˈɛlɛ  pwɛ ɛŋkˈɔ
Quand le père et la mère à nous étaient petits ils voyaient les n.. de z-oranges rien qu’à Noël, et puis encore.
ɐ d ɡro bɔtˈœʎjʸ
Elle a de gros mollets.

8.2 HérémenceM:

  • défini prépositionnel

lɛ darbˈ j ɛ ʒa mˈːtra ː - tur də nɔ əlˈe
Le Darbon elle a été (litt. elle est eue) reine (litt. maître) des des .. des génisses non vêlées.
j ɑ  nɪ dɪ ʒ ˈʊj ɛnˈɑ lɪ
Il y a un nid des aigles là-haut.

  • partitif/indéfini

j a ɡʁo bɔtˈɛʎɛ
Elle a de gros mollets.
kɑ ɪj ɑ ɡrˈɔʃə ɲɔlˈɛ nˈɛiʁ  ʃa kə va bajˈe{}
Quand il y a de gros nuages noirs on sait qu’il va pleuvoir.
le mj parˈ atsətˈɔ ʒamˈɪ lə tsmbˈt - n ɛːʃˈʏn katsˈ mˈem
Les miens parents achetaient jamais les jambons* .. nous avions de cochons mêmes.
*[tsmbˈt] cf.tsambèta, n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).
k j a dɛ nˈeʏ bˈɑʎɔ de frˈɪʒʊ dɛ p ɪ ʒ ʊʒˈɪ
Quand il y a de neige je donne de miettes de pain aux oiseaux.
l ʒ fˈ ʁɛmˈɑʃn bʁɔhjˈek – pɔr prˈdr lɔ fwɑ
Les enfants ramassent de brindilles .. pour allumer le feu.
k j a dɛ ʒ ɑlʊˈødzɔ fːɔ pa ʃɛ mˈɛtrə dɑfˈɔ na lˈɑrʒə
Quand il y a de z-éclairs il faut pas se mettre sous un mélèze.
ɛ fœmˈɑlə vˈɛ baʎˈe ðɛ ɡrˈɛʎ
Les femmes voient tomber de grêlons.

9.1 IsérablesF:

  • défini prépositionnel

ʎə fˈazö ɪ z ɥi
Je lui fais des yeux.
i kostˈym e z ɔm ɛ bokˈʊ - ə ḅwˈe mjë sˈënplɔ
Le costume des hommes est beaucoup .. est bien* plus simple.
*[ḅwˈe] ‘bien’ (forme spécifique d’Isérables; cf.GPSR 2: 390b).
jʊ mə sɪː ɬakˈajʏ dei tʃˈyːdɔ
Je me suis claquée* des coudes.
*[ɬakˈajʏ] cf.hlacâ 1. v.t. ‘claquer, gifler’ (Praz 1995: 328).
ʋo sʊvənˈeɪ dɪ z ɪstwˈerə kʲi i pɛrə ɡr rakontˈaːvɛ
{Vous vous souvenez / Vous souvenez-vous} des histoires que le père grand racontait?

  • partitif/indéfini

kã  dzˈeːə oː -  koʋrˈët ə bɔcjˈt aʋɔ brˈndə də sapˈɲ
Quand il gèle on .. on couvre les fleurs¹ avec de branches² de sapin.
1[bɔcjˈt]: cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-641).
2[brˈndə] ‘brindilles, menues branches gardies de feuillages’ (GPSR 2: 827b s.v. brnda).
kã  parːˈ l irɔn - œ - l ir rːwi vˈɑjm pa də z ɔrˈ- də z ɔrˈʒə kɔm ɔr pwɪ kˈɔr
Quand les parents ils étaient .. euh .. ils étaient enfants ils voyaient pas de z-oren.. de z-oranges comme maintenant puis encore.
km dsˈɛr m- ɛ mˈaɪ kʊzˈɪnə mˈnz de ʎuːtr
Comme dessert m.. les miennes cousines mangent de myrtilles.
l a ɡroː - mɔlˈɛ
Elle a de gros .. mollets.
n atsətˈn d ɬu  mɪnɐʒˈeːr
Nous achetons de clous en «Ménagère»*.
*[ mɪnɐʒˈeːr]: «La Ménagère» est le nom de l’épicerie du village. –Pour l’emploi de la préposition [] à la place de à + article défini, voir la carte 21020.

9.2 IsérablesM:

  • défini prépositionnel

 b pɔ ɛ ʑ adˈylt ɛ fˈne l ˈe  dø bje drɛ pwi ə ɛ m- ɛ ʑ ˈɔmə dɪ bje ɡˈoːtsə
Eh bien pour les adultes les femmes elles étaient du côté droit puis euh les m.. les hommes des côtés gauche.

  • partitif/indéfini

j ɐ dzənˈəl kjə l  e plˈmə bʎa- blts
Il y a de poules qu’elles ont les plumes bla.. blanches.
k j ɐ də ʑ lwˈidzə fo pɑ s katʃjˈ dəʒ ɔn ɑːbə kə l ɛ ɕɔlˈɛ
Quand il y a de z-éclairs il faut pas se cacher sous un arbre qu’il est seul.
d ɪvˈiːr j a d lɐsˈ kʲe pɛndɔˈzɔ  ɛː - ø tojˈo d a fɔntˈɑŋnɐ
En hiver il y a de glaçons que pendent au euh .. au tuyau de la fontaine.
ɪl a d ɡʁɔ mɔlːˈɛ
Elle a de gros mollets.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

  • masculin

n ivˈɛ j a deː - d ɡlafˈ kə - kœː - kœ s f dj lœ - lɛ ɡutˈæɛʁ
En hiver il y a des .. des glaçons que .. que .. que se forment (litt. font) dans les .. les tuyaux.
dj l t j avˈæ de fɔʁˈi pwɛː l ɛːcˈ - i ʁəm- pasˈɑv bɑ
Dans le temps il y avait des [fɔʁˈipuis l’automne² .. ils rem.. descendaient.
1[fɔʁˈi] n. m. ‘alpage situé à mi-pente vers 1500 mètres, brouté au printemps et à l’automne’ (Viret
22013 s.v.alpage); cf. aussi GPSR 7/2: 702b fòr 4°.
3[ɛcˈ] ‘automne’ (cf.FEW 25/2: 1175b).
 mˈzɛ de z ˈɐʊ
On mange des œufs.
ɐ sa ʒypˈɐ m - kãka  dznˈæː - k ã tsu d zənˈæː
Ah sa jupe m .. jusqu’aux genoux .. qu’en dessous des genoux.
 l mˈʊtʁɛ
On le montre des doigts.

  • féminin

e vɑ - e maʁθ awˈe d le bekˈijə
Il va .. il marche avec des béquilles.

  • des français

θɑtˈaɲ n  mˈəðə bɔkʊ -  mwe
Des châtaignes on en mange beaucoup .. un tas.
k n ɑvˈæ la t  pʁnˈæ de tizˈnɛ
Quand on avait la toux on prenait des tisanes.
mn dsːˈɛː mˈɛə kwzˈœna mˈœðɛ de z bʁəzˈɔlᵋ
Comme dessert mes cousines mangent des myrtilles.
l a ʁʃy d ʒˈiflɛ dœ ʁɛdzˈ
Il a reçu des gifles du régent*.
*La morphologie et la syntaxe de la traduction sont «suspectes».
vɔ sɔvnˈivə dɛ ð d z istwaʁˈɛ d ʋutʁõ ɡʁã pɑpˈa
Vous vous souveniez des des histoires de votre grand-papa?
la ʒˈypa ɛ lˈɔːðə - lɡ œ pweː ij a dtˈɛl æ f
La jupe est longue .. longue et puis il y a des dentelles au fond.
suvnˈɛ əː - ᵛo suvnˈɪdɛ dɛː z istwˈaʁə d vʊtʁõ ɡʁã pɑʀ
{Vous souvenez / Souvenez-vous} euh .. {vous vous souvenez / vous souvenez-vous} des histoires de votre grand-père?

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

  • masculin

t aθtˈavɪ k kã t aʋˈï de su
Tu achetais quoi quand tu avais des sous?
əl tʁavˈo f - nɑ əl ø pɑ pø penˈibl k ʃi ʁɡ dɛ ʁkɔ
Le travail des foins .. non il est pas plus pénible que celui des regains des regains.

  • féminin

kã j a la nˈaɛ  bɑˈivɛ d lə təmɛtə d p e z ɒzˈe - e z æzˈe wɛ
Quand il y a la neige on donnait des miettes de pain aux oiseaux .. aux oiseaux oui.
b le d le le ʃovsuʁˈi ɛl əl ə tapɔtˈɑv p ðɔ lɛ lə lu z avtˈaɛ - lɛ tapˈɔt ðu lu z ɑvtˈaɛ lɛ tθur
Ben les des les chauves-souris elles elles elles tapotaient par dessous les les les avant-toits .. elles tapotent sous les avant-toits les souris.

  • des français

ð e de fʁəmˈi e pja
J’ai des fourmis aux pieds.
sy l ta d ma maɛzˈ j a de z aʁdwˈezɛ
Sur le toit de ma maison il y a des ardoises.
lʊ fɑʃjˈ aw d bʁθɛ d de lu balˈɛ dj l t - pɔʁ ekɔvˈɑ
Ils les faisaient avec des branches de sapin les balais dans le temps .. pour balayer.
b j a wɛ d mˈɔjə - j a mˈɔjɛ wɛ - j  t mɔjaʃˈy
Ben il y a des oui des flaques d’eau .. il y a des flaques d’eau .. c’est tout humide.

11.1 LensF:

  • défini prépositionnel

lɔ zɔr di fˈehœ mˈtɔ lɔ kɔstˈymə pɔr ɑˈɑ a mˈɛʃɐ
Le jour des fêtes je mets le costume pour aller à la messe.

  • partitif/indéfini

ɬa n øm pa d aʁˈɔl ma n n dˈaʎə
Ici nous avons pas d’arolles mais nous avons de pins.
dvˈaãŋ nːɔ paːrˈɛŋ vɛjˈaã də z ɔrˈaãːʒ k a tsalˈɛndᵋ ɛ ŋkˈɔ
Autrefois nos parents voyaient de-z oranges qu’à Noël, et encore.
lʏ lˈanta mʒjˈeɛ tɔzˈɔ lɔ ʒmbˈᶢ awˈe makaʁˈ
La tante mangeait toujours le jambon avec de pâtes*.
*[makaʁˈ] ‘terme générique pour les pâtes, quelle que soit la forme’ (Gyr 1994: 1022 s.v. makaron).
jɛ j a a d ɡru mɔlˈɛ
Elle elle a de gros mollets.
mɔm pˈeːrə œ ma mˈeːrə n atsœtˈan pa də ʒambˈ - ɑːŋ mˈimɔ - n aˈan kajˈõ k nɔ twaŋ l ʊtˈ
Mon père et ma mère en achetaient pas de jambon .. ils avaient mêmes .. nous avions de cochons que nous tuions l’automne.
d tsahˈaɲɛ  aʊ mʒʲˈa
De châtaignes j’ai eu mangé.
ɪ bˈɔʊzə awˈe d bkˈɪːʎə
Il bouge avec de béquilles.

11.2 LensM:

  • défini prépositionnel

œ vrɛmˈŋ l ŋ ʀɡrətˈa - n  ʃɔrətˈɔt ʀɡrətˈa k aŋ œ syprimˈe lə lə kaʁi a m - pɔ mɛtᵊr lœ lə kari elɛktrˈik ma ʃɛŋ e aˈu kɔʁiʒjˈa pəʁ lɔ - lɔ pɹiɔɹ bɛʁtˈo ki lɥɪk ir ən ɑmurˈø kʎɔs - i ah aʁuˈa nuʒ a fe  maɲifˈikə kaʁi - ɛ lːœ - la ɡrˈuːʃə kɔmə n apelˈeŋ j œ sˈtə barbə
Euh vraiment nous l’avons regretté .. nous avons surtout regretté qu’ils ont euh supprimé le le carillon à main .. pour mettre le le carillon électrique mais ça a été (litt. est eu) corrigé par le .. le prieur Berthod qui lui était un amoureux des cloches .. il est arrivé nous a fait un magnifique carillon .. et la .. la grosse comme nous appelons c’est sainte Barbe.

  • partitif/indéfini

pənˈaŋ hlɪ teŋ jɔ fˈeʒə bʊᵗsˈeʎə
Pendant ce temps, moi je fais de bûchettes.
mɛtˈen de ljˈoːbə pɹ fˈerə lə lʏ brˈaːʒœ
Nous mettons de pives pour faire la les braises.
dɛʋˈaŋ n aˈaŋ - əʎ ə- n æ- e ju dɛ dɛ ʁahˈaː ɐwˈe - d lˈuj kɛ nɔʒ ɑpəlˈaŋ
Autrefois nous avions .. il y a.. nous a.. j’ai eu de de raccards avec .. de [lˈuj] (galeries) comme nous disions (litt. que nous appelions).
dɛʋˈaŋ n aˈaŋ - əʎ ə- n æ- e ju ʁahˈaː ɐwˈe - d lˈuj kɛ nɔʒ ɑpəlˈaŋ
Autrefois nous avions .. il y a.. nous a.. j’ai eu de de raccards avec .. de [lˈuj] (galeries) comme nous disions (litt. que nous appelions).
lɛ taʃˈ fan d damˈaːzʊ ɪ kʏltˈyrə
Les blaireaux font de dommages dans les (litt. aux) cultures.

12.1 Les MarécottesF:

  • défini prépositionnel

v ʃwəvenˈi v - di kˈɔŋtə kʏ faʒˈɛ lᶷ pˈeʁ ɡʀ
Vous souvenez-vous .. des histoires que racontait (litt. faisait) le père grand?
lø dzɔ nf vɛʀˈ pɔ l pʀmiə ku ʎˈyø nœvˈœ d ameʁˈɪk
Le jour des noces ils verront pour la première fois leur neveu d’Amérique.
k tʃː feʒ ʏna tiʒˈŋnɐ - avwˈɪ lɪ flˈyə deɪ ʁɛn di pʀo
Quand je tousse je fais une tisane .. avec les fleurs des reines-des-prés.
j  mətːˈy lʏ dʀɔblˈɛɪ de dʏmˈndz
J’ai mis le «droblet» des dimanches.

  • partitif/indéfini

k me paʁˈː l ˈɛʁõ - ɛfˈŋ - vɛjˈɛv dœːø d ʁˈãʒ a tsalˈndə ɛ pwɑ kʊˈ
Quand mes parents ils étaient .. enfants .. ils voyaient de d’oranges à Noël et puis encore.
lɪ ʒ ˈɔmːʊ pˈɔʁt  mʊʃˈ e  palœtˈo maʁˈ - ɐwˈɪ dœ - pˈæʃə kʊmˈ lɪ ʁəddjˈɔ - lɪ ʁədɡˈt
Les hommes portent un gilet et un paletot marron.. avec de .. de pinces comme les redingeo.. les redingotes.
tsatˈaɲ n i ty mndʒˈɐ
De châtaignes j’en ai eu mangé.
kʊmˈ dəsːˈeɛ mɪ kʊʒˈʏnːə mˈndz de jʊtʀ
Comme dessert mes cousines mangent de myrtilles.
ø bɔʁ dø mɔtʃˈœ - j a le ɔ -  btˈɑve d fʁndz
Au bord du foulard .. il y a les o.. on mettait de franges.
l  d ptalˈ dœʒˈ l dzənˈɛ - awˈɪ də ppˈ ʃy lʏ lɑː
Ils ont de pantalons au-dessous du genou .. avec de pompons sur le côté.

12.2 Les MarécottesM:

  • défini prépositionnel

l ə ʃɔvˈ la tˈɑːtsə di ʒ fˈã d ɑlˈɑ kəʀˈi lʏ pitʃˈu bu
C’est souvent la tâche des enfants d’aller chercher le petit bois.
læ kˈɑʋœ fʁɥi l  tˈöpːa
La cave des fromages elle est sombre.
ɕɪ ne o mɑʁkˈt - j e f ʒeneʁɑʃˈõ dəʋ mɛ kjə ʃ de mɑʁkˈt
Je suis né aux Marécottes .. j’ai cinq générations avant moi que sont des Marécottes.
ɔn ɑwˈi lɛ ʃʏnˈaje d vˈatsɛ
On entend les sonnailles des vaches.

  • partitif/indéfini

d øvˈɛ -  bɑjˈɛ mdʒˈi  pʊdzˈ - awˈɪ ʀstˈɑv d pʸ- dː - p - kˈace mɔʃˈe dë bɑkˈ - kə l ˈãm prœ
En hiver (litt. d’hiver) .. on donne manger aux petits oiseaux … avec de restes de p.. … de .. pain .. quelque morceau de lard .. qu’ils aiment beaucoup.
j a pʊdzˈ - kjə vɔjazˈ kɛ la nɥi - ɛ nˈits d le tɛ
Il y a d’oiseaux .. que voyagent que la nuit .. {et/ils} nichent dans les toits.
kã t ɑvˈ d ʃu - k t atstˈɑːv
Quand tu avais de sous .. que tu achetais?
 fᵏ - j ɐ l e maʁekaʒˈø ɛ j a dɛ - ɡˈoi
Au fond .. il y a c’est marécageux et il y a de .. de étangs.

13.1 LiddesF:

  • défini prépositionnel

j ʏ mɛtˈy lø tsapˈo di - lø tsɑpˈi di dəmˈːndz
J’ai mis le chapeau des .. le chapeau des dimanches.
lø tsapˈi di z ˈɔmɔ l erɛ ɲ pweː - fˈθˈo y mɛetˈ
Le chapeau des hommes il était noir et puis .. enfoncé au milieu.
w ɕɔʋənˈi w di - diː ʑ - kˈɔŋt tɕe ɡɹã pˈapa nɔ fazˈe
Vous souvenez-vous des .. des hi.. histoires que grand-papa nous racontait (litt. faisait)?
ɛ mɔː - m fɛ a tᵊnˈyː løː kŋsjˈeː deː - de ɲˈeə
Euh mon .. mon frère a soutenu* .. le .. conseiller .. des .. des noirs.
*Pourtenẽ ‘soutenir’, cf. Bjerrome 1957: 236 s.v. sŏtenẽ.

  • partitif/indéfini

y f j ə marˈ pweːʏ - d- d ˈiw
Au fond {il est = il y a} de marécages et puis .. d.. d’eau.
i fˈʏːz õ ku də ʒ
Je lui fais un coup de z-yeux.
li dzɔ fˈitə - ə jɪ mɛtˈã li ʁybˈãŋ - a ãɲ kʲ -  kwlˈu -  pi alˈɔʁ liː dəmˈːdz oɹdinˈerə l er  ʋlˈy - ɛ pːɪ alˈɔʁ iz ə - ɪl aʋˈã  tsɑpˈi - pu tɹaʋa -  də θ - ðlø trɐʋˈajɪ
Les jours de fêtes .. euh ils mettaient les rubans .. à en c.. en couleur .. et puis alors les .. dimanches ordinaires il était en velours .. et puis alors ils a.. ils avaient un chapeau .. pour trava.. euh de euh.. le travail.
mi parˈ l n astɔ pɔ də dʒm- də ʒmbˈ - nwɛ - n ɛ - n ɛæn aʋˈn kˈaj mˈimu
Mes parents ils en achetaient pas de jam.. de jambon .. oui .. nous e.. nous en avions de cochons nous-mêmes.
k jɪ dzɔːl ŋ kɹˈyʋə li flœ awi bɹˈãtsə də di
Quand il gèle on couvre les fleurs avec de branches de sapin*.
*[di] cf. ou dare ‘branches de sapin coupées, munies de toutes leurs aiguilles, servant à couvrir les plantes en hiver’ (DSR 1997 s.v.; http://www.bdlp.org/fiche.asp?no=15415&base=SU&boite=1 (25.1.2016).
mɑrˢts æwˈi dəː - ɑwɪ d kˈanə
Il marche avec des .. avec de cannes.

13.2 LiddesM:

  • défini prépositionnel

œː ma ɡr mˈɪːrə mimamˈ ma mˈiːrə mə ɕəvˈøɲø kʲe də mə fɑzˈe lɪ ʑ ɑːdˈ k j ɐlˈɑʋɔ a l ekˈulæ - ɛ də faz le œɛ lʏ - l ɛ d la ʒeneralitˈe di maʁˈeːn kje də sˈɑv fərˈø li z ˈɑːd - d aʋ də patrˈ ə pwj ə - pw də kozˈ lur - pwø lɪ - lɪ kʷɔstˈym li tsəmˈiz fˈẽ də fɑzˈ - də fɑzˈ mˈimə
Euh ma grand-mère et même ma mère je me souviens qu’elle me faisait les habits quand j’allais à l’école .. et elles faisaient les euh les .. c’est dans la généralité des femmes qu’elles savaient faire les habits .. elles avaient de patrons et puis euh puis elles cousaient elles .. puis les .. les costumes les chemises enfin elles faisaient .. elles faisaient mêmes.
j e də dzənˈd ke d  le - plˈmə blˈtsɛ
{Il est = il y a} de poules qu’elles ont les .. des plumes blanches.
j i fiːz  ku dɛ ʒ ˈɛɪ
Je lui fais un clin des yeux.

  • partitif/indéfini

lɪ menˈo ʁɑmˈɑs - ʁɔmˈɑs brˈøtə pʷɔr ɐlʏmˈe lɔ fwa
Les enfants ramassent de .. ramassent de brindilles pour allumer le feu.

14.1 LourtierF:

  • défini prépositionnel

œ mj fɹˈa - a ʃtənˈyə - ø kəʃjˈe di blæã
Le mien frère .. a soutenu .. le conseiller des blancs.
ɪ dz fˈitɐ n mʏzˈjɛ də pʏtʃˈu pæ
Les jours des fêtes, nous mangions de petits pains.
ɪ ʒ ɑːlˈ dɪ ʒ m ʃ bj pʏ ʃ- bj pjʏ ʃˈplə
Les habits des hommes sont bien plus sim.. bien plus simples.

  • partitif/indéfini

æpɹˈi dʏnˈɑː - i mɛɪ kʊʒˈʏnə mˈøz də ʒ yt- d ytɹˈiː
Après dîner .. les miennes cousines mangent des my.. de myrtilles.
i bˈuəbə ʃə fɐʒˈ trˈʏɦlə
Les filles se faisaient de tresses.
bətəɹˈɑɪ j en e ʒ y pltˈo
De betteraves j’en ai eu planté.
i mj pæˈn ɐdzøtˈə- azøtˈɑɔ pɑ də ʒãbəˈ - n ɛ de kajˈøː mˈɛemo
Le miens parents achetaient .. achetaient pas de jambon .. on avait de cochons mêmes.
æ dømˈɛðə møzˈei- nø møzjˈɛɪ - d ɡɑtˈo
Le dimanche mangi.. nous mangions .. de gâteaux.
k fi fɹwaː - n mtˈ ʃ i flø di
Quand il fait froid .. nous mettons sur les fleurs de branches de sapin*.
*[di] cf. ou dare ‘branches de sapin coupées, munies de toutes leurs aiguilles, servant à couvrir les plantes en hiver’ (DSR 1997 s.v.; http://www.bdlp.org/fiche.asp?no=15415&base=SU&boite=1 (25.1.2016).
nə plˈtə də tsuː də ʀɑː d tsuʀˈɑː d pʀˈœ dë ʃalˈɑːda
On plante de choux, de raves, de choux-raves, de poireaux, de salade.

14.2 LourtierM:

  • défini prépositionnel

ɔn ɐwˈʏi e ʃœnˈɐlɛ di ʋˈatsə
On entend les sonnailles des vaches.
i pˈɛʁtsə d ptˈ n ɪʑ pljˈɛ pʷ fɪɹ sëtsˈiɛ d pwˈɔlɛ di bətaʁˈɑ
Les perches des balcons nous les employions pour faire sécher des fanes des betteraves.
tɹətˈː -  ɕ kˈypə dy dzɐwʊmˈɛ
Entretemps .. on s’occupe des laitages*.
*[dzɐwʊmˈɛ] cf.dzavəmin n.m. 2° ‘ensemble des laitages (beurre, fromage et sérac) produits à l’alpage par une vache ou par un troupeau)’; terme collectif (GPSR 5/2: 1058).
ɪ bɹøɲˈ dj di ʊɹcjɹˈ kə ɕ i pɐtˈɑ  i pɐtˈɑ dj bɹøɲˈ - di ɕɑʁˈ kə ɕ də bɹɲˈ
Les Bregnons¹ disent des Lourtiérains qu’ils sont les Patailles² et les Patailles disent des Bregnons .. des Sarreyains qu’ils sont de Bregnons.
1[bɹøɲˈ] ‘chiffons’; surnom des habitants de Sarreyer.
2[pɐtˈɑ, pɐtˈɑ] ‘chiffonniers’; surnom des habitants de Lourtier.

  • partitif/indéfini

ɪ taʃˈ  fi dɐmˈɑːzə d i tsɑ
Les blaireaux ont fait de dégats dans les champs.
ɪ mj pɐɹˈː ɐdzədˈẽ pɑ də ʒãmbˈ n  de kajˈ mˈɛẽmʷ
Les miens parents nous achetions* pas de jambon nous avions de cochons mêmes.
*anacoluthe.
n u mtˈije ð d ɕˈɑːɹdz
On le mettait dans de draps.
ʏ f j ɐ d mæɹˈ  ʏna ɡˈlːɐ
Au fond il y a de marécages et une mare.

15.1 MiègeF:

  • défini prépositionnel

ɪ trɔvˈɑ ɔŋ ni di frumje ʊ kurtˈɪ
J’ai trouvé un nid des fourmis au jardin.
lɛ ʒ ajˈn di ʒ ˈɔmɔ ør bokˈʊ pju ʃˈʏmpjɔ
Les habits des hommes étaient beaucoup plus simples.
ᶹɔ rapɛlˈa vɔ ŋkˈɔr dɪ ʒ iʃtwˈere ke kɔntˈɑʋe lɪ ɡro
Vous rappelez-vous encore des histoires que racontait le grand-père?

  • partitif/indéfini

d lɔ t atstˈɑʋɔ la foːʋa vœr ə m-  martsˈ k / k  paʃˈɑːʋᶢ
Dans le temps j’achetais la [foːʋa]* chez les m.. de marchands {que / qu’ils} passaient.
*[foːʋa] forme insolite qui semble appartenir à la famille étymologique descopa ‘balai’ (cf. GPSR 6: 197 s.v. èkova).
kã lɪ papˈa ɛ lɪ mɑmˈɑ ɪram pitˈi avˈɛɔn də z ɔrˈʒ ɐ tsɐlˈɛndɛ - ɛ kã avˈjõ
Quand le papa et la maman étaient petits, ils avaient de z-oranges à Noël .. et quand ils avaient.
tˈɔtɛ le fɑmˈi j  propj  kurtˈe - ɛ - o kʊrtˈʏ nɔ pwœm pjantˈɑ d pɔmˈɛtə dë tsˈoʊ pi d riəbˈɪnɛ də bɔndˈsɛ rˈɔːzɛ d ʃɑlˈɑːdɑ prɑtikɑmˈɛn tɔt
Toutes les familles elles ont en fait un jardin .. et .. au jardin nous pouvons planter de pommes de terre de choux de pois de carottes de betteraves rouges de salade pratiquement tout.
j ɐ de ɡɹˈoʊʃɛ tsˈmbɛ
Elle a de grosses jambes.
e mˈinze de ʒ ʊːʃ
Il mange de z-œufs.
tˈɔtɛ le fɑmˈi j  propj  kurtˈe - ɛ - o kʊrtˈʏ nɔ pwœm pjantˈɑ d pɔmˈɛtə tsˈoʊ dɪ pi d riəbˈɪnɛ də bɔndˈsɛ rˈɔːzɛ d ʃɑlˈɑːdɑ prɑtikɑmˈɛn tɔt
Toutes les familles elles ont en fait un jardin .. et .. au jardin nous pouvons planter de pommes de terre de choux de pois de carottes de betteraves rouges de salade pratiquement tout.
u uˈi - jɔ prˈʒɔ d pɔrːˈɛ d tsˈoʊ d fˈɑːvɛ
Oui .. je prends de poireaux de choux de fèves.
ʊ fᶢ - dɛ la kˈɔmba - nɔ trɔvˈɛn marakˈaːzɔ ɛ na ɡˈɔje
Au fond .. de la combe .. on trouve (litt. nous trouvons) de marécages et une mare.
d lɔ t n aʋitˈŋ œ - lɛ kariɔnˈœːr - dɛ ʒ ˈɔmɔ ke faʒjˈ lɔ kɑriˈ mɑ ˈɔra i ɛ tɔt abɔlˈʏt eː ɪ fɑŋ lɔ - i ɛ tɔt lɛtrˈik
Dans le temps nous avions euh .. les carillonneurs .. de z-hommes que faisaient le carillon mais maintenant c’est tout aboli et ils font le .. c’est tout électrique.

15.2 MiègeM:

  • défini prépositionnel

nɔ n ˈɛ - ɑˈ l mɑjˈn dɛ l apɹəlᵈˈi n əm - n ˈɛ - tɔt una serˈi də muntˈɑɲɛ - e ɛ - lɐ lɑ l ˈunə di prsipˈal e lə mm bvˈŋ - e ɛ l ˈatra j ɛ la kˈɔrna rˈɔzɛ
Nous nous avons .. avec les mayens de l’Aprily nous avons .. nous avons .. tout une série de montagnes .. et euh .. la la l’une des principales est le Mont Bonvin .. et euh l’autre c’est la Corne Rouge.
dã lɔ t l ɐʋˈan tɔzˈɔ pɹu- pwø- pwˈiɹə dɪ ʒ ʃɛndˈiɑ
Dans le temps ils avaient toujours pr.. poue.. peur des incendies.

  • partitif/indéfini

j ɐ d zelˈɪnɛ kə n dɛ plˈʊmə blˈɑŋsɛ - l ˈotɹə - d ˈɑtɹə ke ʃ brˈnɛ - e lː ɛ - e d atɹ ʃ nˈiːɹɛ
Il y a des poules qu’ont des plumes blanches - l’autre .. d’autres que sont brunes .. et les euh .. et d’autres sont noires.
lɔ furtˈ - lɛ ʒ arbˈɛrɔ mˈɛtɔn fˈojɛ
Le printemps .. les arbres mettent de feuilles.
e jʊ ʃɪm biʃ s an alˈa awˈ d piti - awˈ lu pitˈi
J’ai vu cinq biches s’en aller avec de petits .. avec leurs petits.
ə lɛ ʒ fˈᵊ rɐmɑʃˈɑʋɔn de ʃɑrmˈɛm pɔr ɑlɔmˈɑ lɔ fwɑ
Euh les enfants ramassaient de sarments pour allumer le feu.
e ʒ fˈ ʃ a- œ dmˈoːɹ - dɑmˈuːɹ - ɑwˈɪ de ʒ alɪmˈɑʃə
Les enfants s’a.. euh jouent .. jouent .. avec de z-escargots.
l - l tɑʃˈõ ɑ feɪ d ø ə dɣˈa ɑ lɑ vˈiɲə
Le .. le blaireau a fait de euh dégâts à la vigne.
d ʒ ˈajɔ plˈan dã lɔ sjl
De z-aigles planent dans le ciel.
ˈɑtre ˈɑːzə nɔ n atstɪtˈɑŋ œ v lɛː -  -  bʒˈom kə pɑʃˈɑvõ vˈɛndəɹ ː lfˈoʊ vɛʀ le
Autrefois nous nous achetions euh chez les .. euh .. euh bonshommes que passaient vendre de balais par là.
mˈartɕɛ ɐwˈe bʏkˈeːə
Il marche avec de béquilles.

16.1 MontanaF:

  • défini prépositionnel

l zɔr di fˈeːhɛ mˈɛtə lɔ kɔstˈym pɔ ɐlˈɑ a la m- a la mˈɛʃɐ
Les jours des fêtes je mets le costume pour aller à la m.. à la messe.
l zˈɔr fˈeːhə nʊ mŋzˈan də panˈɛs
Les jours des fêtes, nous mangions de petits pains.
wɛ lə kɔstˈym dɪ ʒ ˈɔːmɔ  mi ʃˈŋpʎɔ
Oui, le costume des hommes est plus simple.

  • partitif/indéfini

k lɛ pɑrˈn irˈ pʏtˈik - vɛjˈn d ɔrˈʒɛ k ɑ n- k ɑ tsɑlˈndɛ - ɛ ŋkˈɔ
Quand mes parents étaient petits, ils voyaient d’oranges qu’à N.. qu’à Noël .. et encore.
tsahˈaɲ j e ʃɔˈv mŋʒjˈa
de châtaignes j’ai souvent mangé.
 buɡz ɑwˈ d bkˈeʎɛ
Il bouge avec de béquilles.
l ˈanta mʒjˈɛvɛ tˈɔzɔ lɔ ʒmbˈŋ ɑwˈe makaʀˈoŋ
La tante mangeait toujours le jambon avec de pâtes*.
*[makaʀˈoŋ] ‘terme générique pour les pâtes, quelle que soit la forme’ (Gyr 1994: 1022 s.v. makaron).
pɔ fˈerə nɑ bˈna ʃˈupa {a} leɡˈyːmɛ fɑ mˈɛtrɛː dɛ pɔʀˈɛːs dɛ ʒ uɲˈŋ dɛː - dɛ kɑʀˈɔːtɛ - ɛ - tɔ lɛ leɡˈym ɑwˈe ːŋ - mwr dɛ tsr - ɛ  puɡ dɛ pʏlˈɑ
Pour faire une bonne soupe à légumes, il faut mettre de poireaux, de z-oignons, des .. de carottes .. et .. tous les légumes avec un .. morceau de viande .. et un peu d’orge perlée.

16.2 MontanaM:

  • défini prépositionnel

l ʒ fˈɑn zˈʊjən ɑwˈɪ dɛ krwˈiʒə di lʊmˈɑʃɛ
Les enfants jouent avec de coquilles des escargots.
k j e l ʊᶢtˈɔn l - l fˈɔʎje dɪ ʒ ˈaːbɹə ᶹɪŋˈ zˈanə
Quand c’est l’automne les .. les feuilles des arbres viennent jaunes.

  • partitif/indéfini

dɛvˈɑn ai dɛ martʃˈaŋ kɛ vɛndˈan d ɛhˈuːʋɛ - atstˈaʋon ver lur lɛ lɛ ʒ ehˈuʋɛ
Autrefois il y avait de marchands que vendaient de balais .. on achetait (litt. ils achetaient) chez eux les les balais.
j  ɡrʊ mɔlˈɛ
Elle a de gros mollets.
nɔ lɛ mtˈẽ jœm pə pɔsː
Nous les mettons dans de pots.
l parˈ ɐ noː - atsətˈm pɑ də ʒãmbˈ æˈən tɔzˈ d kajoˈŋ mˈɛːmə
Les parents à nous .. achetaient pas de jambon, ils avaient toujours de cochons mêmes.
o fɔn a ɪ marˈœs ɛː ʊn ɛhˈɑŋ
Au fond, y a-t-il de marécages et un étang.

17.1 NendazF:

  • défini prépositionnel

ʋʒ ɑdnˈa v dɪ ʑ ɪɕtwˈɛre k ɪ ɡrʊ k- kɔntˈɑ
Vous souvenez-vous des histoires que le grand-père r.. racontait?
* [ʃ ɑdnˈa] cf. adoná ‘se souvenir* (Schüle 1998: 344; GPSR 1: 127a).
 dz fˈɪːtə nᵊ mœndzəʃˈʏ də dɔˈæn p
Les jours des fêtes nous mangions de petits pains.
e ʒ ɑ-ʋˈulə de ɑːʒə - də- bɑlɔm bɑ d øtˈ
Les aiguilles des mélèzes .. de.. tombent en automne.

  • partitif/indéfini

tsatˈaɲ ɪ ʒʊ mʏndʒˈa
De châtaignes j’ai eu mangé.
kã  parˈ ir dɔˈ avˈɔn də z ɔrˈzə r k a nɔˈɛl - e nkˈɔ
Quand mes parents étaient petits, ils voyaient* de z-oranges rien qu’à Noël .. et encore.
*[av] ‘voir’, cf. Schüle 1998: 429 s.v. avér.
pøruwˈe vʊ mʏndʒʲə v ʃɔˈ
De poires vous mangez-vous souvent?

17.2 NendazM:

  • défini prépositionnel

ɕi  e wɑrdˈɔ õna tˈuːrə pʷɔ əː -  matɕ di mːtr
Cette année j’ai gardé une génisse pour euh .. les matchs des reines.
ɬˈœɲɪ di ʒ w
Je cligne des yeux.
eː - ɪ trˈəo dʲɪ f ɛ b- bj mi æɲˈø kə ʃe dɪː rɔkˈɔ
Les .. le travail des foins est b.. bien plus fatigant que celui des regains.
eː - ɪ trˈəo dʲɪ f ɛ b- bj mi æɲˈø kə ʃe ː rɔkˈɔ
Les .. le travail des foins est b.. bien plus fatigant que celui des regains.
ɪ te mʒˈ j a pa də ɡtˈeːrə
Aux toits des maisons il y a pas de gouttières.

  • partitif/indéfini

ɪ pʊpˈõ j ɐ breː - ɡræʃˈœ
Le poupon il a de bras .. grassouillets.
a fː j ɐ marˈœ - ɛ pwɔ na ɡˈɔlɐ
Au fond il y a de marais .. et puis une mare.
ʊ vjœ tː - ʏŋ  mɛ - e ʒ abˈɛjə - ˈiːr drn də bw - o dzø d ʊwe - ʃ dərˈn rʊʃ
Au vieux temps .. on on met.. les abeilles .. étaient à l’intérieur de creux d’arbres* .. de nos jours .. elles sont dans de ruches.
*[bw] cf.bouan ‘ruche rustique faite d’un tronc d’arbre creux’ (Praz 1995: 73).
ʃi n ɛʃˈɪ ŋː - ŋː pˈʊro dʒʲˈaːblə k ɛr a n lovˈɛɪ - kø viɲˈɛe - kopˈa de ʊʃ døː dø kˈːdrə - eː fɑʒˈeɪ e ʒ əkˈœʊ{ʋ}ə - e k ʏʒ - eʒø vndˈɛ
Ici nous avions un .. un .. pauvre diable qu’était à nom Lovay .. que venait .. couper de branches* de .. de noisetier .. et .. il faisait les balais .. et que les .. les vendait.
*[ʊʃ] cf.oûche n.f. ‘branche verte, rameau d’arbre fruitier’ (Praz 1995: 509).
dər ɔ t e ʒ  tstˈɑə de ʒ əkˈöːwʏ də lɔʋˈɛɪ
Dans le temps les uns achetaient de z-balais de Lovay.

18.1 OrsièresF:

  • défini prépositionnel

l ɪ mtˈ l tsapˈe di dmˈdz
J’ai mis le chapeau des dimanches.
wɔz svənˈi w di z istwˈɑʁ de dœ l fjˈæ
Vous ensouvenez-vous des histoires de de l’ancien*?
*terme s’appliquant aux personnes âgées de la famille, grand-père (GPSR 1: 391a).
l kɔstˈym di ʑ ˈɔmʊ l œ bj pjy sˈɛmplʊ
Le costume des hommes il est bien plus simple.
leː z aʋˈʊlə pwɔ tʁɔktˈe l ɑdzˈət ɐ lɐ mɛʁsəʁˈiː - ɔn jaːdz  lɛ fazˈe aʊ dɪ balˈenə paʁɛplyˈijə
Les aiguilles à tricoter elles achètent à la mercerie .. autrefois on les faisait avec des baleines des parapluies.

  • partitif/indéfini

pɔ li katʁ ˈœːʁ - pɔ lɪ v- pɔ li desˈɛː - mɪ kuzˈenːɛ mˈədz dœ d oːtʁˈijɛ
Pour les quatre heures .. pour les v.. pour les desserts .. mes cousines mangent de de myrtilles.
ɔn jˈɑːdzɔ ɔn ɑdzətˈaʋ de z ecjˈœøʏvɛ ɛntʃˈi li martʃjˈ kə pasˈɑːvɛ
Autrefois on achetait de z-balais chez les marchands que passaient.
se faʁbalˈa l ˈiʁə tʁfjˈa awˈi də pˈædːə - ɛ d lafˈe - ɛ l ˈeʁ ˈɛkstʁa pətjˈ pʊˈɔ kmɛfˈi - p apʁˈi l  di ɡaʁnitˈyʁə k mœtɛˈŋ - k ʊn fazˈeː ɡʁoː
Ces fo.. ces falbalas c’était tressé avec de paille .. et de lacets .. et c’était extra-petit pour commencer .. puis après c’est des garnitures que nous mettions .. qu’on faisait gros.

18.2 OrsièresM:

  • défini prépositionnel

li tʁif nɔ lɛ mɛtˈ d l tʁu ɑ la kɑv - d l kʁø di tʁif
Les pommes de terre nous les mettons dans le trou à la cave .. dans le creux des pommes de terre.

  • partitif/indéfini

l a ɡʁo mɔlˈœ ə
Elle a de gros mollets hein.
y fː l œ t maʁˈ - j e d ɡˈɔdə
Au fond c’est tout marécageux .. {il est = il y a} de gouilles.

19.1 St-JeanF:

  • défini prépositionnel

ɪ mzjˈa d kfitˈyrə di ɡrɔzˈɛjə
J’ai mangé de confiture des groseilles.
lʏ kostˈymə di ʒ ˈomɔ l ɛ ku - bʟ - ɛ pʟu ʃˈmpʟɔ
Le costume des hommes il est cou.. bl.. est plus simple.
e mɛtˈuɡ lɔ tsapˈe dimˈjŋzɛ
J’ai mis le chapeau des dimanches.

  • partitif/indéfini

pʊr nɑ bˈŋa ʃup o leɣˈymɛ jɔ ve  kʊrtˈʏʟ pwɛ j amˈaːʃ tˈtə ʃˈoːrtɛ - dɛː m - rjebˈiːnɛ d ɛːpinˈɑːr dɛ sɛlɛrˈi dɛ lˈɑːpjɔ dɛ pɔmˈɛːtɛ - e də pɔrˈɛt - pwɛ jɔ jɔ kwˈiːʒɔ jɔ kˈɔpɔ mˈjsɪ jɔ kwˈiʒɔ ʃn bjŋ -
Pour une bonne soupe aux légumes, je vais au jardin puis je ramasse toutes sortes .. de m.. carottes d’épinards de céleri de céleri sauvage de pommes de terre .. et de poireaux .. puis je je cuis je coupe menu .. je cuis cela bien ..
tsahˈaɲ ɛnd e aˈu mzjˈa
De châtaignes, j’en ai eu mangé.
d perwˈʏ v  mzjˈɛ vɔ ʃɔvˈɛn
De poires, vous en mangiez-vous souvent?
ɛ tɹvˈ ŋ ʊ-  niɡ frʏmˈjɛ ᶷ kʊɹtˈɪʟ
J’ai trouvé un u.. un nid de fourmis au jardin.
sɪ j ɛ d kˈɔtsɛ nˈirɛ
Celle-ci elle a de cheveux noirs.
œ ðʏʊ ɡrʊ mʊlˈɛ
Elle a de gros mollets.

19.2 St-JeanM:

  • défini prépositionnel

darbˈɔŋ j ɛh aˈʊɡʃa mˈɛːtra di œː di mɔzˈɔŋ
Darbon elle a été (litt. elle est eue) reine des génisses*.
*[mɔzˈɔŋ] cf.mozòn n.m. ‘génisse de un à deux ans’ (FQ 1989: 141).

  • partitif/indéfini

l a zlˈn awˈ e - ki lɛ ʃɔm bʟntsə
Il y a de poules avec euh .. qu’elles sont blanches.
nɔ lœ mɛtˈɛn dɛn de keʃˈœta
Nous les mettons dans de caissettes.
ʃʊɡ lɔ tɪːt dɛ dɛ - dʊ bˈɔʊ l a tˈɔʊːlɛ
Sur le toit de de .. de l’écurie il y a de tôles.
dʊ tɛnᵏ - lə frɔmˈɑʒ lə frɔmˈɑzɔ ʃ aɕtsətˈɑve pa pɪskˈeë  tɔ lɔ mˈndɔ l  pʀɔdɥiʒjˈɛv - tɲˈɛvn deː ḍɛ vˈatsə ɛ fɑʒjˈɛv lɔ mˈɛmɔ lɔ frɔmˈɑːz
Dans le temps .. le fromage le fromage s’achetait pas puisque tout le monde il en produisait .. ils possédaient des de vaches {et/ils} faisaient eux-mêmes le fromage.
ʃʊɡ l ti dɛ la ɡrˈaŋzə l a dɛ ʒ sɛʁlˈ
Sur le toit de la grange il y a de z-tavillons.

20.1 SavièseF:

  • défini prépositionnel

k ɲ in dzoˈnə nɔ vɑʒj ʃʊ ɑ lɥiz ɛ no vaʒjˈm ba tak  kwɛn di kəptsˈəᵑ
Quand nous étions jeunes nous allions sur la luge et nous allions en bas jusqu’au couvent des Capucins* (rire).
*Le couvent des Capucins se trouve au fond de la route du Sanetsch qui dévale de Savièse à Sion.
ɪ k - ɪ kɔstˈym di ʒ əˈɔmə - ɪ kɔstˈyme nɔɹmˈɑa kə pˈɔrtãn tu o mõnd  kmplˈe
Le c.. le costume des hommes .. le costume normal que portent tout le monde (c’est) un complet.
vʊʒ ʃɥˈndɹ vˈə dɪ ʒ - dɪ ʒ ɪstɥˈɛːe kɛː - kˈɔnt kɛ - k ɪ ɡɹ kntˈɑːɛ
Vous ensouviendrez-vous des .. des histoires que .. des contes que .. que le grand-père racontait?
vʊʒ ʃɥˈndɹ vˈə dɪ ʒ - dɪ ʒ ɪstɥˈɛːe kɛː - dɪ kˈɔnt kɛ - k ɪ ɡɹ kntˈɑːɛ
Vous ensouviendrez-vous des .. des histoires que .. des contes que .. que le grand-père racontait?
ɑ l ɪ tɑ mɔtrˈœ dɥi di
Ah il est été montré des doigts.

  • partitif/indéfini

ɛl a de fʊrdˈɑ e de mutʃˈuː de tɔt ɪ koˈʊː
Il y a de tabliers et de foulards de toutes les couleurs.
tsɐtˈaɲ le ʒu mndʒjˈa
De châtaignes j’ai eu mangé.
lj ɪ plntˈa deˈan d kɔlɔrˈaːʋ mɑ ˈɔɹa mtʊ plʊ - pɑsk ɪ ˈɑmɔ pɑ
J’ai eu planté autrefois de choux-raves, mais maintenant, je mets plus .. parce que j’aime pas.
ɐ ɡɹˈʊʃ tsˈaːmbɛ œ deˈ
Elle a de grosses jambes on dit (litt. ils disent).

20.2 SavièseM:

  • défini prépositionnel

ɛ d ʒ ʒˈe tsˈɐntn dr ʊ bʃˈn di kuːdə
Les deux oiseaux chantent dans le buisson des coudriers.
ɪː - ɪ tɪ d mjëᶾ ˈɑʃə pɑ pɑʃˈɑ a ˈeɪʋʷɐ
L.. le toit des maisons laisse pas passer l’eau.
e flu ʃ ʃʊ rəbˈɔ dɛ ɑ fe- deɛ fənˈɛtə
Les fleurs sont sur le rebord de la fe.. des fenêtres.

  • partitif/indéfini

l ɐ de dzʏnˈl k l ɛ ə plˈʊmːə blˈantsə - d ˈɑːtɹə ʃ niː ʊ b bɹˈɔŋnɛ
Il y a de poules qu’elle a* les plumes blanches .. d’autres sont noires ou bien brunes.
*anacoluthe.
a ɛ dˈɔ vj eː - ɪ fe pleᶾjˈe  vˈʁə d tˈa əʃtˈa ʃɔ ʊ ba ɲa miʒˈ - ha ʃi pa ʒ ʏ ʒø kˈɔntan kˈɔŋte u {kje / kj e} fã ɛ
Ah, les deux vieux euh.. il fait plaisir les voir de rester assis sur le banc devant {la} maison. Ah je sais pas s’ils se racontent de histoires ou ce qu’ils font eh.
ˈɔɹa ɛ ɛ ˈɑtsə bjɔ- lɛ l  mitˈʏ də ʒ ɑbɹwˈɑ pɔ pɔ ɛ ˈɑtsɛ - ɑ iː - ɛ ˈɑts btə- metɔn dro u muːɹœ pwɛː m- wɛ ø ʋøvɔŋ - tɛs kʲe deˈan dɛ l etˈɑwə pwɛ vɑʒᵊˈ ʊ bwe
Maintenant les vaches boi.. là ils ont mis de z-abreuvoirs pour pour les vaches à aux .. les vaches met.. mettent dedans le museau puis m.. là elles boivent .. tandis que avant de l’étable puis elles allaient à la fontaine.
le de fɹmjˈeː i pja - i pja
J’ai de fourmis aux pieds .. aux pieds.
kãn ə dɪ ni nɔ balˈ d frˈyʒɛ dɛ paŋ ɪː ɪ ʒ ïʒˈɛ
Quand {il est = il y a} de neige, nous donnons de miettes de pain aux oiseaux.
kɐ l ɛ dː ʒ ekʎˈɛ ma l ɛ pæ e ʒ ekʎˈɛ tu pɑ o m patɥˈɛ - fo pa ʃë ɡe- ʒ mɛtr ɑ ɑbrˈi d    ɡɹu ˈɑːbɹɔ
Quand {c’est = il y a} de z-éclairs, mais c’est pas les éclairs je trouve pas le mot patois (rire) .. il faut pas se gué.. se mettre à l’abri d’un un un gros arbre.

21.1 SixtF:

  • masculin

ð la bunˈɑ spɑ - də mɛ d le taʁtˈɪfl - le patnˈaʎ - de pʊʁˈɑ - dy sy ʁˈɑva - ʊnˈɑ bunˈɑ sɔsɪsˈɔ  mɔsˈe d bakˈ
Dans la bonne soupe .. je mets des pommes de terre .. les carottes .. des poireaux .. du chou-rave .. une bonne saucisse un morceau de lard.
lə kɔstˈym de z œm ɪj etˈɛ lə l pntalˈ  ʒɛnrˈɑlə - œ dø dre l ɪvˈera - lə θɔtˈ j ɑpælˈɑv s m- d ɛ kʊɲˈy s  pe d djˈɑblə - eː l ɪvˈerə bɛ j avjˈ le lwe ɡrˈʊsə vest  dre - etˈɛ dy dre - e dy velˈy
Le costume des hommes c’était le le pantalon en général .. euh de drap en hiver .. l’été ils appelaient ça on.. j’ai connu ça en peau de diable .. et en hiver ben ils avaient les leurs grosses vestes en drap .. c’était du drap .. et du velours.

  • féminin

eː se bɛ seː baɡˈɛtː etˈ benˈɪ - lʏ lˈdˈɪ də pntkˈɔt  n alˈe le mˈetʀə ʏn sʊ l twˈɑ - ɛ jˈenːa sɔ l tɛ d la mɛˈ  pʁɔtɛksjˈ - jˈenːa ð lə le taʁtˈɪflə pɑskˈə le taʁtˈɪflə j etˈɛ la ɲɔʁtˈœra prsipˈɑl d la mɛˈ - se k œvˈɛ d ləz avˈøʎe n  metˈɛ jˈenːa ve l avʎˈɪ vɛ nʊ n n œvˈɛ pa - ɬə pˈɛʁθə benˈɪt beɲˈø etjˈ na pʁəteksjˈ e pwe sytˈɔ jˈenːa etˈɔ œ ð l bɔ j etˈɛ sytˈɔ lʊ ʀamˈo peː paskə lə tʁəpˈe d le beθ s beːt le ð pɔvjˈɑ pa vɪvr
Et ces ben ces branches étant bénies .. le lundi de Pentecôte on allait les mettre une sous le toit .. et une sur le toit de la maison en protection .. une dans les pommes de terre parce que les pommes de terre c’était la nourriture principale de la maison .. celui qu’avait des abeilles en mettait une dans le rucher chez nous il n’en avait pas .. ces branches bénites bénies étaient une protection et puis surtout une aussi euh dans l’écurie c’était surtout le rameau parce que le troupeau des bêtes sans bêtes les gens pouvaient pas vivre.
l f s e kasˈa la pjˈoːtæ - e maʁθ av d le krɔːɦ
L’enfant s’est cassé la jambe .. il marche avec des béquilles.

  • des français

 fœmˈɪj  məðˈɪːv sɔvˈɔ d la pɔlˈtœ - e ɪ faɦjˈ lɔ prəvɪzjˈ ve l epɪsjˈe l twˈ -  ɡrˈtɑ ktɪtˈa  ksɛʁvˈɑv tœ sː œː - j œvˈɛ pɑ lʊ mɔjˈ tʁspˈɔ - e  faɦˈɛ de prəvɪzjˈ k faɦjˈ na paʁtɕˈæ d l ɪvˈeːrə lə ʁɪː - la pɔlˈta fˈ dɪferˈt ʃyz
En famille on mangeait souvent de la polenta .. et ils faisaient leurs provisions chez l’épicier l’automne .. en grande quantité on conservait tout ça euh .. il y avait pas les moyens de transports .. et on faisait des provisions que faisaient une partie de l’hiver le riz .. la polenta enfin différentes choses.

21.2 SixtM:

  • masculin

vœ œl mœtˈivœ ð l br - de vij br
Oui on mettait (litt. elles mettaient) dans la marmite .. des vieilles marmites.
miːm s n ɑwˈæ - la kʊʒnˈiːʀə de z apaʁˈɛj elektʀˈik  a ɡaz m vɔ vɔdrˈi - ɔ j n a kˈɔː -  bɔkˈ kɑkˈ k i ː k  kɔ na kʊʒnˈi a bwe - b sʏr
Même si on avait .. la cuisinière des appareils electriques ou à gaz comme vous voudrez .. oh il y en a encore .. une partie quelques-uns qu’ils ont qu’ont encore une cuisinière à bois .. bien sûr.
ɔ il a dː bjɑːʁ mɔlːˈe
Oh elle a de gros mollets.
tak tə t astˈaʋ kã t avˈæ du dɹ sʊ
Quoi tu t’achetais quand tu avais des petits sous?

  • féminin

j e lu θapwˈe - k le krəðˈaːv - le krəðˈav ɑwˈe d le - awˈe d le ɡˈɔðᵊ
C’est les charpentiers .. que les creusaient .. ils les creusaient avec des .. avec des gouges.

  • des français

d ə de fɹəmˈi e pˈiə
J’ai des fourmis aux pieds.
l lɪ t j aʋˈæ pa de vlˈː - le fnˈːtrə i œtˈ  œː - əl œtʲ ː -plytˈo etrˈæːtə - pʷe ʋˈæ lː ðe bɑːʁ də fˈɛːʁᵊ
Dans le temps il y avait pas de volets .. les fenêtres elles étaient euh euh .. elles étaient euh .. plutôt étroites .. puis il y avait les des barres de fer.
a j a d pɔlˈaʎ k ã d le plõm blθ
Ah il y a des poules qu’ont des plumes blanches.

22.1 TorgnonF:

  • défini prépositionnel

lɔ dzˈœʀ fˈeːtɛ dʏ bˈœtɔ m kɔstˈœmɛ dɛ lɑ fˈeːta - dj tɔ lɔ kɔstˈœ/ɔmɛ p be
Le jour des fêtes je mets mon costume de la fête .. disons le le costume le plus beau.
l ɑʀbɛʎɛmˈ de z ˈɔmːɔ - ɪj ˈevɛ sˈemplɔ
L’habit des hommes .. il était simple.

  • partitif/indéfini

lɛː - fᵊmˈɛlː ɪ v bətˈɑ d ˈeːvə - ɪ flˈɔɪ ʊ ɕmətˈeːʀiɔ
Les .. de femmes elles vont mettre d’eau .. aux fleurs au cimetière.
læ dʏmˈɛdzɛ nɔ mɛdɪz- mɛdzˈɪv de dʊːs
Le dimanche nous mang.. mangions de gâteaux.
ɪ mˈɛːdze de z ʊː - ɛ ɪ bˈɑɲɛ ɛ lɔː lɑ lɔ p dədˈeːɛ dədˈe lɔ klɑʀ dɛ l ɔ
Il mange de z-œufs .. et il pompe eh le le le pain dans dans le jaune (litt. clair) de l’œuf.
ʊ fɔŋ j aː de ɛː d ɡˈɔʎ
Au fond il y a des euh de marécages.
d z uʎˈɛtːe - jˈɪ kʲe vɔ lɛz atsɛtˈud a la mɛʀtʃɛ- a la mɛʀɕəʀˈɪ
De z-aiguilles .. où est-ce que vous les achetez à la merce.. à la mercerie?
də bˈœtːɔ kɔ dɛ salˈɪɪ - kaʁˈɔtːɛ - də pɛzˈɛ
Je mets aussi de céleri .. de carottes .. de pois.
mɛː cyzˈe - ɑː a de- pɛ desˈɛːʀ i mˈødz dɛ ẓ ambrëkˈɛlːɛ
Mes cousines .. à à de.. pour le dessert elles mangent de z-myrtilles.
dʏ ʎɪ fe  kʏ dɛ ʒ ʊˈɛ
Je lui ai fait un coup de z-yeux.

22.2 TorgnonM:

  • défini prépositionnel

lɛ mɪnˈu ɪ dzˈøːj awə le ɡʁˈyːʒɛ ləmˈɑːsə
Les enfants ils jouent avec les coquilles des escargots.

  • partitif/indéfini

j ɑ dzœlˈœnːɛ kʲe  lɛ plˈmɛ blˈŋts
Il y a de poules qu’ont les plumes blanches.
dəvˈŋ lɛ ɡʁˈndzɛ ɪ fezjˈŋ lˈyːjɛ awˈə tɔ dɛː dɛ lˈɑːte - k ɪ sɛʁvˈɪv pˈeɛ ɑptˈɑ lɛ manˈe dʊː dʊ du ɡrŋ - pˈɛ ŋtɪsɪpˈɑ lɑ lɑ lɔ lɔ lɔ sɛk k ɪ pwˈɪs ʁɛʃwˈɪ pø vˈɪto
Devant les granges ils faisaient de balcons avec tout des des lattes .. qu’elles servaient pour accrocher les javelles du du du grain .. pour anticiper la la le le le sec qu’elles puissent sécher plus vite.
sɔ s dɛː d ʎwˈɛdze kʲɛ n mpleˈɪv pə ɐlˈɑ sʏ pə l bʏ ʁamasˈɑ lɔ bøːk
Ça sont de de luges que nous employions pour aller en haut dans la forêt ramasser le bois.
lo teːsˈŋ ɪː fɛ dɑŋ pə lø pʁopʁɪɛtˈuː
Le blaireau il fait de dégâts dans les terrains.

23.1 TroistorrentsF:

  • masculin

el a de ɡʁʊ mlˈ
Elle a des gros mollets.
e mˈdz de z ˈœɛ
Ils mangent des œufs.
lʊ dzo də fˈta n aʋ d pʏtʃu p pɔ deznˈa
Les jours de fête nous avions des petits pains pour déjeuner.

  • des français

 mˈɑʁtsə ː ɑwˈe de bekˈiː
Il marche avec des béquilles.
vʊ v svn dɥ - de z istwˈɑʁ kəː lʏ ɡʁã paʀeː ʀa- ə - ktˈavɛ
Vous vous souvenez des .. des histoires que le grand-père ra.. euh .. racontait?
 jˈɑdzɔ ɐtɕetˈɑvɔ l- d z etʃˈøvə l- v lu maʁʃˈ kə pasˈɑvɑ
Autrefois j’achetais l.. des balais l.. chez les marchands que passaient.

23.2 TroistorrentsM:

  • masculin

aɦ la j ɐʋe d- p- də tːje mɑjtsˈətə - dː lu bɔsˈ
Ah il y avait d.. de p.. de petites mésanges .. dans .. les buissons.
sə fe k l  l pʀˈəmjɛ ʋəlˈadzo so ʋ pɑʁlˈa d la v d lɪjˈe - e le l pʁˈəmjɛ ʋʏlˈaːdz l e tʁetɔʁˈən
Cela fait que c’est le premier village si vous parlez du Val d’Illiez .. et là le premier des villages c’est Troistorrents.
a la ʀiʋa d leː la j a tsᵊnˈɑʁðˈe e tˈʊdzø - tˈʊdzo tʁɛtɔʁˈ me l e tsnɑʁðˈe - lɑ ʁiʋa d le l a v d liˈe de du loː - e pö tspəʁˈi l məmɐ tsˈsɑ sʏ le dˈɑwe ʁˈiʋe
Ah la rive de là-bas il y a Chenarlier c’est toujours .. toujours Troistorrents mais c’est Chenarlier .. la rive de là-bas il y a Val-d’Illiez des deux côtés .. et puis Champéry la même chose sur les deux rives.
œ fevʁˈɑ le ɐ de z etʁãndᶾˈe
En février il y a des étrangers.
oː lu søːdˈa ã pasˈœ ɐwɛ nˈœʏ - dːœe tsəvˈöo eː - e nø mwolˈe
Oh les soldats ont passé avec neuf .. des chevaux et .. et neuf mulets.

  • féminin

sø ʋɛʁ nʊ n ɑʋ k də le ʋˈatsə n ɑʋ m d tˈɑtɕe - lɑ ʁˈɛstɐ dʏ ktˈ dʏ ʋɑlˈɑ ptˈetə l - l ã d le tˈɑtje ptˈeɪtʁ na ɛ dˈɑwe ʋˈɑtse - me noː n  də le ʋɑts - e mˈ də tˈɑtɕe
Ici chez nous nous avions que des vaches nous avions point de taques* .. le reste du canton du Valais peut-être ils .. ils ont des taques peut-être n’est-ce pas deux vaches .. mais nous nous avons des vaches .. et point de taques.
*Nom donné (également en français) aux vaches de la race d’Hérens. Singulier: [tˈaka]. A Vionnaz,takae, -e signifie ‘nain’ (Gilliéron 1880: 176a).
lʏ dwɔlˈ bokˈõ də βʊː - d le bwˈɛtse - ʊ z fˈ amˈas d le bwˈɛtse - po fˈeʁe l fwa
Les petits bouts de bois .. des brindilles.. les enfants amassent des brindilles .. pour faire le feu.
lɐ j a d le z ˈɛʁbe k fã ɡ- kːθˈa le ʋˈɑts
Il y a des herbes que font g.. gonfler les vaches.

  • des français

maʁts ɐwɪ de bekˈiːjɛ
Il marche avec des béquilles.

24.1 Val-d’IlliezF:

  • masculin

mʏn ˈaãt mdʒjˈevə dy ãbˈɔ awi a- awi di makaʁˈ
Ma tante mangeait du jambon avec a.. avec des pâtes*.
*[makaʁˈ] ‘terme générique pour les pâtes, quelle que soit la forme’ (Gyr 1994: 1022 s.v. makaron).
a mɪnˈɪ b dɔʀ - fi de b sˈdzə
À minuit bon je dors .. je fais des bons rêves.
e mˈdz de z ø - pi l- l ʒon ɑwˈi lɑ - lɑ mi də pã
Ils mangent des œufs .. puis l.. le jaune avec la .. la mie de pain.
kãn dzˈalɛː  kʁˈøvə l sœ awˈi dy di
Quand il gèle on couvre les fleurs avec des branches de sapin*.
*[di] cf. ou dare ‘branches de sapin coupées, munies de toutes leurs aiguilles, servant à couvrir les plantes en hiver’ (DSR 1997 s.v.; http://www.bdlp.org/fiche.asp?no=15415&base=SU&boite=1 (25.1.2016).

  • féminin

ba y f la j a d le d le ɡˈøːze pɥi dy mɑʁˈe
En bas au fond il y a des des mares puis du marais.
k m paʁˈ l iʁ pˈiɲɔ - ʏ ɪz aj d le z ɔʁˈʒ k a tsalˈdə - pi kˈo
Quand mes parents ils étaient petits .. ils ils avaient des oranges qu’à Noël .. puis encore.

  • des français

n ɑ ɡʁˈuːs ta- tsˈb
Elle en a de grosses ta.. jambes.
ɑ pɔ fe nɑ bwˈʊna sˈpa - leɡˈym ɪ fo de poʀˈe fo de tsuː ʋə de patənˈað ɪ fo de tʀˈɪse
Ah pour faire une bonne soupe .. aux légumes il faut des poireaux il faut des choux avec des carottes il faut des pommes de terre.

24.2 Val-d’IlliezM:

  • masculin

lu tɑsˈ f de demˈazɔ dz de kyltˈyrɛ
Les blaireaux font des dommages dans des cultures.
kãn ɛj a de z tsalˈ fʊ pa s katʃˈɪ dzɔ nː aʁbˈɛʁɑ
Quand il y a des éclairs il faut pas se cacher sous un arbre.
 le bœt jɛn d bʏ- d vˈaːzə - d - b bœn d
On les met dans des b.. des vases .. des .. ben ben des pots.
l tʁavˈɔ de fẽ l plø penˈablə k se ʁkˈɔɑ
Le travail des foins il (est) plus pénible que celui des regains.

  • féminin

kã lɛ a d la nˈaːə bˈaʟə d le mjet e ʑ iʑˈe
Quand il y a de la neige je donne des miettes aux oiseaux.
ʃy lɔ tɑ dj la val- dj la valˈɛ lœ ɛ d - d le z esˈl
Sur les toits dans la val.. dans la vallée {là il est = il y a} des .. des gros bardeaux.
ɛl ʋa l l d le ʒ etˈwale kə bʁˈɪj
Elle voit les les des étoiles que brillent.

  • des français

lʊ ɡɑmˈː sa n- dəmœʁ we lɛː - de kɔsˈaʁdɛ de z eskaʁɡˈɔ
Les gamins se n.. jouent avec les .. des coquilles des escargots.

25.1 VouvryM1:

  • des français

wɛ  bwˈɛtə d
Oui on met dans de pots.
 ʋæ dɛ - de ɡˈɔt d plˈɔzə ʃy a fnɛtʁ
On voit des .. des gouttes de pluie sur la fenêtre.
yˈɛ ø ɛ dʲ daθˈ - kə pˈd ː ø be dy tʰɛ - dʲø tˈæɛ
(En) hiver {il est = il y a} des glaçons .. que pendent au au bord du toit .. du toit.
lø ʒ fˈ amˈaʃ - - bʊːtʃˈ - pʊ fˈeʁe l fwa
Les enfants ramassent des .. des des des .. brindilles .. pour faire le feu.

25.2 VouvryM2:

  • des français

l ɑ bo z wø - z ø tʁʊ b
Elle a de beaux yeux .. z-yeux trop bleus (?).
mˈaʁts ɐwˈe de bekˈœʟ
Il marche avec des béquilles.
k ɐtstɑːwˈ t kã t aʋˈɛ d su
Qu’achetais-tu quand tu avais des sous?
n tˈɛ lɛ œ kl- l kɐʁjˈ dɛː - θˈotsɛ
On entend les euh cl.. le carillon des .. des cloches.