Menu

Comparer

Comparer la carte 21022 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Critères de recherche

Cartes

L’article défini masculin singulier préconsonantique précédé de «à»

 
parler de
 
1
Arbaz
(90)
[y / ʏ]
[]
[]
[ɔ]
[ɑ]-Ø
76
2
1
1
10
2
Bionaz
témoin fém.
(32)
[i / ɪ]
[ʊ]
[ɔ]
23
7
2
témoin masc.
(33)
[ï]
[u / ʊ]
 
1
32
 
3
Chalais
(63)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[ou / oʊ]
45
16
2
4
Chamoson
(54)
[y / ʏ]
[ø / œ]
[øʏ]
[]
[a / ɑ]-Ø
44
3
2
1
4
5
Conthey
(53)
[y / ʏ]
[o]
[a]-Ø
51
1
1
6
Évolène
(74)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[oʊ]
17
41
7
[ɔɡ / k]
[ʊk]
[a]-Ø
7
1
1
7
Fully
(45)
[i / ɪ]
[y / ʏ]
[ɛ]
[əʏ]
23
11
3
1
[ø]
[œ]
[o / ɔ]
[a]-Ø
1
2
2
2
8
Hérémence
(59)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[a / ɑ]-Ø
42
9
8
9
Isérables
(67)
[ʏ]
[ø / œ / ə]
[œø / øʏ / œʏ]
[œe]
8
30
20
1
[eʏ]
[ʊ]
[o]
[ɑ]-Ø
1
2
1
1
10
La Chapelle-d’Abondance
(31)
[ø / ]
[æ]
[ʊ]
[o / ɔ]
[a]-Ø
19
5
2
4
1
11
Lens
(55)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[oʊ]
[y]
41
11
2
1
12
Les Marécottes
(49)
[ø / œ / ə]
[Ͽ]
[ʊ]
[]
41
5
1
2
 
parler de
 
13
Liddes
(48)
[y / ʏ]
[]
[ø]
[ø]
[a]-Ø
40
2
4
1
1
14
Lourtier
(61)
[y / ʏ]
[øʏ]
[ø]
[ɔ]
[æ]-Ø
55
1
1
1
1
15
Miège
(61)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[ø]
34
25
1
16
Montana
(61)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[oʊ]
22
46
1
17
Nendaz
(49)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
[øʊ]
[ø]
[a]-Ø
30
9
2
3
5
18
Orsières
(43)
[y / ʏ]
[ʊ / ]
[ø]
[a]-Ø
32
7
3
1
19
St-Jean
(69)
[u / ʊ]
[o / ɔ]
33
43
20
Savièse
(66)
[u / ʊ / w]
[o / ɔ]
[oʊ]
32
23
2
[øʊ]
[ʏ]
[ø]
[a]-Ø
 1
3
1
4
21
Sixt
(41)
[y / ʏ]
[ø / œ / ə]
[øʏ]
24
7
1
[ʊ / ]
[o / ɔ]
4
4
22
Torgnon
(53)
[u / ʊ]
[ɔ]
51
2
23
Troistorrents
(60)
[y / ʏ]
[ø / œ / ə]
[œø / øʏ / œʏ]
5
40
12
[]
[a / ɐ]-Ø
1
2
24
Val-d’Illiez
(44)
[y / ʏ]
[ø]
[œʏ]
[ɔʊ]
41
1
1
1
25
Vouvry
(31)
[ø / œ]
[ø]
30
1

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

dy tŋ ː maʁˈŋnʏ dʏ vøˈɑːzo - bɔˈɑ ɔɹ wiŋz ɑ ftˈŋnɑ - y bwe dʏ vøˈɑzɔ
Dans le temps les femmes du village .. lavaient leur linge à la fontaine .. à la fontaine du village.
le mo ʏ ku
J’ai mal à la gorge.
dmˈŋ bɑtˈeːẽŋ ʊ vʁˈeɪ nˈuɦrə fʏs ə nˈuɦrɑ fˈʏlːɐ
Demain au baptême, vous verrez notre fils et notre fille.
e duː deʁi bŋ ɑ     fn də w elˈiːʒɛ ɪrn dedjˈɑ ʏ mɑʁ ɑw ə pitˈɪ  fˈ
Les deux derniers bancs au fond de l’église étaient dédiés aux mères avec les petits enfants.

1.2 ArbazM:

y mn de ʑɥŋ v ɑmˈo ɑ mtˈɑɲə - dɑbˈɔr enˈo y mɑˈŋ  ɑprˈi eno ɑ mntˈɑɲə
Au mois de juin ils vont en haut à l’alpage .. d’abord en haut au mayen et après en haut à l’alpage.
ɑː  pɔmɛtˈɛʀ ɛ mɛt bɑ ʏ siwˈi
Ah les pommes de terre on les met (litt. ils les mettent) en bas à la cave.
vøʒ ɑwˈɑ de ʃɥˈitɑː ə ɕiwˈi
Je vais aller de suite euh au cellier.
k vẽŋ nˈiːtə lɔ ɔ mwŋ ʃiː ə ʀonˈɑlːe ke kˈerjɔŋ deŋ y mɑrˈe
Quand vient nuit, il y a au moins six grenouilles que crient dans le marais.
 btˈalʏ ʃe metˈej ɑ w ɑbrˈi œː ɑː ʃe metˈej ɑ     f dy ʃˈɔhe
Le bétail se mettait à l’abri euh .. se mettait au fond de l’abri*.
*[ʃˈɔhe] cf. chotéi s.m. ‘abri sous un arbre’ (FB 1960 s.v.).

2.1 BionazF:

d ŋ kˈʊːɔ œɲ alˈɑe i mʊlˈ pə mˈɔʊdʀə lo blu
Autrefois on allait au moulin pour moudre le seigle.
dəvˈ ʎø l ɛ alˈɑ ɪ paʎˈː
Avant elle elle est allée au fenil.
l ɑ pltˈɔ ɔn ɪpˈɛja - ʊ dezˈɔ dɪ pjɑ
Il a planté une épine .. au dessous des pieds.

2.2 BionazM:

lə vats etˈo ɑlˈɑ fˈuwa beː l ˈiːvə u bweʎ
Les vaches aussi allaient dehors boire l’eau à la fontaine.
d ŋ kuː ɑlˈa ʊ mulˈ pə mˈowdə lɔ blʊ
Autrefois on allait (litt. ils allaient) au moulin pour moudre le seigle.
nʊ ɕi mtˈaɲə -  - ʊ bɪˈ u maˈjẽŋ ma b l  mntˈaɲə l e mɪw - ʊ tʀɑmwˈɑʎə m pʊ d ˈãŋkə lɔ tʀamwˈaʎe - nʊ ɕi ï tramwˈaʎə damˈŋ
Je vais en haut à l’alpage.. ou ou bien au mayen, mais bon c’est alpage c’est mieux .. ou «section» on peut dire aussi la section (d’un alpage) .. je vais en haut à la section en amont.

3.1 ChalaisF:

vɔ dk ɐlʃˈɑ ɑ la fˈiːrɑ ɑ ʃʲõ lɑ fˈirə d- l ɑjə lœ vˈɑːtsə d kɑtsˈŋ də tɔtɑ œ - tɔt ʃˈoːrtə - kwɛ tʊ ɑtstˈɑv - ʊ bɪŋ kwɛ tʊ vɛndʒˈɛv ŋ kɔ - faljˈɛvœ vˈɛndrə dɛvˈɑn la bˈehə k n ˈajə pɔ pwɪ ɑtsətˈɑ kɑkɛ tsˈoʊːʒ - n ˈirɛ ʃɑʁˈɑ u kˈʊ
Vous quand vous alliez à la foire à Sion la foire d.. il y avait les vaches des cochons de toute euh .. toute sorte .. que tu achetais-tu? .. ou bien que tu vendais autrefois? .. il fallait vendre avant la bête qu’on avait pour puis acheter quelque chose .. on était serré au cou.
aʃˈœta tɛ hˈɔʊ ʊ bɔr dʊ bwɪt
Assieds-toi là au bord de la fontaine.
nɔ nɔ fɑʒˈn l tsŋᵍ - kapjˈɔŋ - ɛ - tɔ ʃŋ k n eŋ bɛʒˈɔn - tʀavaʎˈeŋ o ts
Nous nous faisons les champs .. nous piochons .. euh .. tout ce qu’il nous faut (litt. ce que nous avons besoin) .. nous travaillons au champ.

3.2 ChalaisM:

la neːt lʏ fwˈɪŋnə fɑn də tapˈaːzə - u ɡɛʀnˈi
La nuit les fouines font de tapage .. au galetas.
nɔ mtˈɛŋ l pɔmˈt ʊ selˈi
Nous mettons les pommes de terre au cellier.
ɔ bɪŋ  rst ɛŋkˈɔː dˈɑwə tre bwt kː m - ɕɔn o velˈɑːzɔ
Oh eh bien il reste encore deux trois fontaines que m.. sont au village oui.
e na klˈɔkɐː - oʊ ɡrʒ rtˈœl
J’ai une cloque .. au gros orteil.

4.1 ChamosonF:

ni na - ʊnɑ pətˈfl ʏ ɡʁœẓ aʁtˈæj
J’ai une .. une cloque au gros orteil.
dəmˈ varˈœ yː pɑtyrˈɑ- ø pɑtyrˈɑːdzə tk ɪ ʁəmwˈts
Demain il ira au pâtura.. au pâturage jusqu’aux remointses*.
*[ʁəmwˈts] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu).
 ʋˈatsə bˈaiv øʏ bwi
Les vaches boivent à la fontaine.
 f ekspozˈo y sɔlˈaɛ vo mi kəɛ si kə l ɛ a     ʁəvˈɛ
Le foin exposé au soleil vaut mieux que celui qu’il est au revers.

4.2 ChamosonM:

ɛ n ɛdzˈt o oː sæl pɔʁ ɔ paɛʁ - maɡɑzˈn dʏ vəlˈaḍẓə
Elle en* achète le .. sel puis le poivre .. au magasin du village.
*Pour cet emploi de en «sans valeur grammaticale très nette», cf. Marzys 1964: 51-52.
a ne ɛ fwˈine i f də tpˈe y sɔlˈ
La nuit les fouines .. elles font de bruit au grenier.
m d iʋˈɛ l a d jɑsˈ k pdˈœʏlœ ʏ tijˈo d œ ftˈɑŋnə
Ben en hiver il y a de glaçons que pendent au tuyau de la fontaine.
ø ɡʁənˈaɛ  - mɛtəsˈɛ ɛ z ajˈ pwa ɛ pʁʋʒjˈ
Ben au grenier on .. nous mettions les habits puis les provisions.
n aː m- n avˈɛv œ m na dʒeʒˈaŋnə də mezˈaŋdzə d ʊ bɔsˈ
Il y a m.. il y avait au moins une dizaine de mésanges dans le buisson.

5.1 ContheyF:

d ivˈ j a dœ dˈaʃ kjə pdˈɔːɔ - tyjˈo d a ftˈːnə
En hiver il y a des glaçons que pendent au - tuyau de la fontaine.

5.2 ContheyM:

nʊ kʀˈæɛʒo pɑ kjɛ œː -  f kj ɛ espoʒˈo y ʃoˈæi valˈeʃə mi kɛ ʃe d œ ˈɔmbrə - pascʲˈə kã ʃ ʃˈɛkʲə tɥi du parˈæ  vaŋ pˈaræ
Je crois pas que euh .. le foin exposé au soleil vaille plus que celui de l’ombre .. parce que quand ils sont secs tous deux pareil ils valent pareil.
 ni œ fwˈaɪnɛ œ faŋ də brɥi ʏ ɡɑːta
La nuit* les fouines elles font de bruit au galetas.
*[ni] n.m. ‘soir, nuit’ (FB 1960: 340 s.v. né).
a a tbˈo da a ni j a o mw ʃˈæe ʁənˈɔːdə - kje kjˈeri d ɔ marˈe
À la tombée de la nuit il y a au moins six grenouilles .. que crient dans le marais.
ø vˈæɪ ɔ trɑ æɪtrˈ k j a ʏ - a f d a ʋa- a     fɔŋ d a ʋalˈe
Il voit l’arc-en-ciel qu’il y a au .. à la fin de la va.. au fond de la vallée.

6.1 ÉvolèneF:

kɛː atsʏtˈi vo u martʃʲˈa d abᶦtˈydə
Que achetiez-vous au marché d’habitude?
lʏ baj l tetˈiŋ ʊ ʃjɔ ptik
Elle donne le sein au sien petit.
bɔn aː jɔ ʀœvʁˈiᵍ tɥi lɛ mjɔ ptɪ mɛɪnˈʊ
Au bon an je reverrai tous les miens petit-enfants.
kã cy vɲˈek ɔ pˈjœ l mamˈa l ˈɪə kʊntˈɛntᵃ
Quand tu venais à la maison la maman elle était contente.
jɔː ʀˈɛzɔ lœ ʒ aʃjˈøt oʊ bufˈɛt
Je range les assiettes au buffet.
ɛn ʏvˈɛ ej a lɛ jaʃˈʃʏ {ki / k i} pˈœndɔn ʊk sɔn də la pʏʃˈɔta - doʊ bɔrnˈe
En hiver il y a les glaçons {qui / qu’ils} pendent au bout du tuyau .. de la fontaine.
n plˈãtɛ lɛ arikˈoː bjɛŋ a     ʁəkwˈek
On plante les haricots bien à l’abri* du vent.
*[ʁəkwˈek] cf. rekouék, n.m. ‘abri, protection’; a rekouék, loc.adv. ‘à l’abri du vent et du froid’ (FQ 1989 s.v.).

6.2 ÉvolèneM:

d ˈɑtr vjˈɑz n alˈŋ u mulˈ pɔ kˈaʃa lɔ ɡr dʊ blɑ
Autrefois, nous allions au moulin pour broyer le grain du blé*.
*[blɑ] cf. blâ n.m. ‘blé’; terme générique pour toutes les céréales (FQ 1989: 35; GPSR 2: 418b).
j œθ o ʀɑːχˈɑ kə n alˈŋ œχˈɔʊʁə lɔ blɑ
C’est au raccard que nous allions battre le blé.
l ˈɪwʊ kʏ lʏ kˈoʊlə fuːr ŋkij ɔ fɔn doʊ vʏlˈɑzə ʃ apˈɛlɛ lʏ bˈɔːrna
La rivière qu’elle coule dehors ici au bas du village s’appelle la Borgne.
lʏ bˈaʎɛ siɡˈɑ oʊ pʊpˈ
Elle donne à téter au bébé.
ɔɡ fɔn lɛ a də marˈø ø una ɡˈoje
Au fond, il y a de marécages et un étang.
j mˈœtɔ lø pˈomɛ dɛ tˈɛːʁa k selˈi dˈɛʒɔ lɔ brœl
Je mets les pommes de terre à la cave sous le [brœl]*.
*[brœl] n.m. ‘pilier au milieu de la cave supportant des rayons, pour ranger les fromages et les mettre hors de portée des souris’ (FQ 1989: 42 s.v. breùlo).

7.1 FullyF:

lɪ vˈatsə v ʃ abʁɑː i bʊˈœ
Les vaches vont s’abreuver à la fontaine.
anˈi paʃˈo l e ɪtˈo yt ɪ kɑːfˈɛː
Hier soir il est été outre au café.
k  fi tsː fo ɛʁzˈʏ y kuʁtˈi ʃvˈ
Quand il fait chaud il faut arroser au jardin souvent.
i bˈaji l nœnˈ ʏ pytʃjˈu
Elle donne le sein au petit.
d lʏ t  ʋˈaʒɛ mulˈ p mˈødəʁ l blo
Dans le temps on allait au moulin pour moudre le blé.

7.2 FullyM:

lɪ vˈatsə bˈɛj a la ftˈnæ - i bwl
Les vaches boivent à la fontaine .. au bassin.
œː dəvˈ jë ne l e ɪtˈo ɪ kɑːfˈɛː
Euh avant-hier soir il est été au café.
y f j ɑ  ɡro pla j ɔn ɒ õ mwɛ də də də maʁˈɛts ʏl ɛ  mwɛ ymˈidə lə taʁˈ
Oui au fond il y a un gros plat il y en a un tas de de de marécages il est très humide le terrain.
tʏ trɑvˈɑjø ba əʏɹə ʏː kurtˈiː
Tu travailles en bas maintenant (?) au jardin?
ɛ maɛ d ʒwɛ n v inˈo ɑ lɑ mʊtˈaɲa
Au mois de juin nous allons en haut à l’alpage.
dək ʊʒ adzətəʃˈi əʏ martsˈa əː - dã lï kɔmrʃə
Que vous achetiez au marché euh .. dans les commerces?
ij aː ə -  nɪ d ˈʊjə inˈo ø tsɑvɑlˈɑ
Il y a euh .. un nid d’aigle en haut au Chavalard.
d lə t tə ʋˈaʒɛ œ mlˈẽ pɔ œː mˈødə lə blo
Dans le temps on allait (litt. tu allais) au moulin pour euh moudre le blé.
li z ɑwˈejɪ pʷr trʏkɔtˈɑ - li famˈal adzˈet ɕɛ o mɑɡazˈ
Les aiguilles pour tricoter .. les femmes achètent ça au magasin.
ɑpˈʏ  pɑʒ ɔ bɑ œ dʏ bje dʏ ʃlˈɑɛ adˈ
Après on descend (litt. passe au bas) euh du côté du soleil alors.
n ktˈɔ a     m nɐ dʒˈãn d iʀdˈlø ɕy li fɪː
J’ai compté au moins une douzaine d’hirondelles sur les fils.

8.1 HérémenceF:

j ɪ ʊna zɔfl u ɡru artˈɛ
J’ai une cloque au gros orteil.
d atr ko  ʋˈaʒə ʊtr ʊ mulˈ pɔ mud lɔ ɡrã
Autrefois on allait outre au moulin pour moudre le grain.
j e ɐtrapˈø  ni di fromjˈ bɑ o kortˈøç
J’ai trouvé un nid des fourmis en bas au jardin.
aː n atsətˈ œ tˈatsə bɑ ɔ maɡazˈ bɑ a ʃj
Ah nous achetons les clous en bas au magasin en bas à Sion.
ʃ ɛ ʃɔrtˈe øn fˈen a     fɔn dʊ pja
Il s’est sorti une épine au fond du pied.

8.2 HérémenceM:

lɔ furtˈ j a na trˈopa də trɑʋˈo ke fo fˈeːrə u ts
Le printemps il y a un grand nombre de* travaux qu’il faut faire au champ.
*[trˈopa] ‘un grand nombre de’ (Lavallaz 1935: 289).
j a ʃɪ kɔkˈ dødˈe ʊ krbəlˈɛ
Il y a six œufs dedans au petit panier.
ɪ mɔ ɔ kˈuʎɛ
J’ai mal à la gorge.
d ˈatrø kʊ pɔ ʃˈɛe kɔmœ faʒˈø lə tː œˈe nuz ardəʃˈẽ tɔlˈ la ð blns - k j ɛ lɑ plɔmˈɑts ɛnˈɑ a     s ʃ lø der k j e nœ- na pətˈɪta ɲˈɔːlœ na a     s - ˈɪːrə sˈɛɲə kə fʊr aʁˈwɑ ðœ də plˈɔdzø pᶷtˈɛt lɔ ldəmˈ
Autrefois pour savoir comment faisait le temps euh nous regardions toujours la Dent Blanche .. quand {c’est = il y a} le plumet* en haut au sommet ça veut dire qu’un.. un petit nuage est (litt. que {c’est = il y a} un .. un petit nuage) en haut au sommet .. c’était signe que serait arrivé de de pluie peut-être le lendemain.
*[plɔmˈɑtsɛ] n.f. ‘plumet’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 15.2.2015).
ɑ     fː l ɑ  marˈøː ɛ n œθˈ
Bas au fond il y a un marais et un étang.

9.1 IsérablesF:

i kwˈafɐ cjɛː mtˈãŋ ə ʋɥy tŋ e - ʋɲˈɛ ba s ë z oɹˈëlə pwiː dəzˈãn də sɛŋ aː bɛrːˈɛtːa


La coiffe qu’elles mettaient au vieux temps elle .. venait en bas sur les oreilles et puis .. elles appelaient ça (litt. disaient de ça) la .. berretta*.
*bonnet de femme cousu, en satin ou en soie (Favre-Fournier 1969-72: 107; cf. aussi GPSR 2: 264 s.v. barrette).
ø bɔn ã jʊ vɛrːˈi twˈøtə ɛː -  dəˈ mẽnˈa
Au bon an je verrai tous les .. les petits enfants.
bɐlː o tɛtˈɛt øʏ rˈuiç
Elle donne le sein au petit.
œʏ ʋɥy tŋ ɛ fɛmˈaːje bweˈaʋoː - o leːndz  fntˈãŋnɐ
Au vieux temps les femmes lavaient .. le linge à la fontaine.
nʊ vəzˈŋ œe tsãᵍ
Nous allons au champ.
eʏ vy tŋ œ - e ʋˈilːə mtˈã  kstˈymə dəɛ - də drːaː brːŋ pwi sŋ l ir uŋkr pɛzˈã - pwi tso 
Au vieux temps euh .. les vieilles mettaient un costume de .. de drap noir et puis ça c’était encore lourd .. et puis chaud.
ʋo aː vo ʊ mdəɬˈën
Vous allez-vous au médecin?

9.2 IsérablesM:

d lə tˈɛ n aˈə ø mʊˈø pɔ mˈɔdrə - mudr ɔ blɑ
Dans le temps on allait au moulin pour moudre .. moudre le blé.
ʏ bal œ tɛtˈɛ œ mɛenˈɑ
Elle donne le sein au petit.
vz aː tö də ʃˈøʏt œø ɕiː
Je vais aller tout de suite au cellier.
j a kˈatə sɛːr kə mˈnzɔ ʏ dɔndjɔn d a dz
Il y a quatre cerfs que mangent au bord de la forêt.
ɪl ɐtsˈɛta ɔ pˈɛɪvrɛ e a sɔ o maɡɛʑˈɛn dœɛ vjˈɑːdɛ
Elle achète le poivre et le sel au magasin du village.
j e ɕˈɔɕantə treːz ᵍ - o œ j e ʑø ɕˈɔɕantreʑ  ɑ     vtsʏ ʒyliˈɛr
J’ai soixante-trois ans .. au euh j’ai eu soixante-trois ans au vingt-six juillet.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

θə ð θ – θə ð i s næ ø - val d ijˈe  sɥis - a la sɥˈisa
Ces gens-là .. ces gens elles* sont nées au .. Val-d’Illiez en Suisse .. à la Suisse.
*Dans certains parlers, «gens» a gardé le genre féminin, comme le montre ici la forme du participe [næ]. Dans ses réponses, notre informatrice alterne entre les deux genres.
bˈaʎɛ lɛː z eplysyʁ æ kajˈ
Je donne les épluchures au cochon.
kã la nɥi tb ej a ʊ mw f əʁnˈajɛ kə kʁˈijõ dj lʊ mɑʁˈ
Quand la nuit tombe il y a au moins cinq grenouilles que crient dans le marais.
dɛk ɔ z ɑstˈɑv o mɑʁθˈa d abitˈyd - ə - d - ə - dj l t
Quoi vous achetiez au marché d’habitude .. euh .. dans .. euh .. dans le temps?

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

də ve tʁavajˈi bɑ ø kʁtˈɪ
Je vais travailler en bas au jardin.
n mtˈɑɲ mœ d dɥ
On inalpe (litt. emmontagne) au mois de juin.
lɑ snˈnɑ k v  mɑ-  ʋɑ o mɑʁθˈɑ
La semaine que vient on ma.. on va au marché.
e ʑ e- le leɡwˈejə pɔ pɔ tɪkɔtˈɑ - lʑ ɑθtˈ sɛŋ ɡe lœ - kɔm n apəlˈɑvɛ s  - ɔ mɑɡɑzˈ œ - ɔ mɑɡɑzˈ d lˈna
Les ai.. les aiguilles pour pour tricoter .. elles achètent ça {..} - comment on appelait ça au .. au magasin euh .. au magasin de laine.
jy - i vɛ n ɑʁkʃjˈɛl a     f d la vɑlˈe
Lui .. il voit un arc-en-ciel au fond de la vallée.

11.1 LensF:

ˈeʒ alˈa dɛ ʃɥˈitə u slˈi
Je vais aller de suite au cellier.
ʃ œ fsˈɑ n ɛfˈʏna ʊ pja
Il s’est enfoncé une épine au pied.
eː dœɦʊˈɛːr  nek dː fromjˈɛ o koɹtˈœ
J’ai découvert un nid de fourmis au jardin.
e ma ɔ kuːʎ
J’ai mal à la gorge.
dmˈã oʊ batˈiːmɔ ɔ alˈa vˈiːʀ - nuɦrə fʏs  nuɦrɐ bœla fˈʏʎi
Demain au baptême vous allez voir .. notre fils et notre belle-fille.

11.2 LensM:

j a tsãntˈa də bʊn ˈuːrɔ lɔ puləkˈo y matˈe
Il a chanté de bonne heure le coq* au matin.
*[puləkˈo] ‘coq’; pour cette forme valaisanne spécifique cf. FEW 9: 539b et 543b.
nɔ lɔ rɛzɛrbˈŋ - nɔ lɔ ʃalˈŋ - ɛ nɔ - nɔ lɔ frɔtˈŋ - pɔ lɔ ʃalˈa nɔ lɔ frɔtˈŋ ɛ lɔ pɔrtˈŋ aprˈe u selˈi.
Nous le recerclons* .. nous le salons .. et nous le frottons .. pour le saler nous le frottons et le portons près au cellier.
*[rɛsɛrbˈa] ‘recercler’, cf. lo zr ‘le cercle’, zrbá ‘mettre la pâte (à fromage) dans le cercle’ (Gyr 1994: 629).
j a ʁɛʃjˈu na vɔlˈaj ʊ pjɛs
Il a reçu une volée à la poitrine*.
*[pjɛs] n.m. ‘poitrine’ (FEW 8: 111).
j ɑ ʊm bɔtˈ o kɔsˈ
Il a un bouton à la nuque.
ʃ œ pjantˈa ʊn ɛfˈønːə oʊ pja
Il s’est planté une épine au pied.

12.1 Les MarécottesF:

ø bɔʁ dø mɔtʃˈœ - j a le ɔ -  btˈɑve d fʁndz
Au bord du foulard .. il y a les o.. on mettait de franges.
bˈɑjy le pˈɛʀɡə - œ kɑjˈ
Je donne les épluchures .. au cochon.
we matˈː l  ty amˈ ɡalɑtˈa
Aujourd’hui matin elle a été (litt. elle est eu) en haut au galetas.
d vˈɛː - j a de jaʃˈ kʏ pændøɔlː - œø bwi dɛ lɑ ʔə - a la tsnˈʊ - dœø bwɪ
D’hiver .. il y a des glaçons que pendent .. à la fontaine de la euh .. au tuyau .. de la fontaine.
v tk dzœnˈɛ
Ils* vont jusqu’au genou.
*[tsœfˈŋ] ‘chaussettes’ est masculin.

12.2 Les MarécottesM:

dəvˈã anˈi paʃˈo l  ty ø kˈɑːfe
Avant hier soir il a été (litt. il est eu) au café.
le bwˈtə m blˈɛʃɔ œ talˈ - mə f mo
Mes chaussures me blessent au talon .. me font mal.
dəmˈ l əʁˈ - a la mõtˈaɲiɛ - taŋk ə tʀɛmɔˈɑiɛ
Demain il ira .. à l’alpage .. jusque à la remointse*.
*Pour [tʀɛmɔˈɑiɛ] ‘haut paturage de montagne où les vaches vont habiter peu de temps, cf. FEW 13/2: 214b.
j e mo ʊ ku
J’ai mal à la gorge.
t tʁɑvˈɑj kuʁtˈi
Tu travailles au jardin?

13.1 LiddesF:

ɔtɹə jˈɔːdzə n alẽ y mʊlˈŋ po mˈøʏdəɹ l ɡɹã
Autrefois nous allions au moulin pour moudre le grain.
mə se takʷɔnˈʊ ʏ tʃʲˈœʏdə
Je me suis frappé* au coude.
*[takʷɔnˈʊ] cf. takoná ‘frapper’ (FEW 17: 301 s.v. *takko).
tø tɹaʋˈadə bɔ ø kʊrtˈi
Tu travailles en bas au jardin.

13.2 LiddesM:

j e n alˈɔpɐ ʏ ɡro artˈ
J’ai une cloque au gros orteil.
d øʋˈɛ li ʋˈɑtsə də ɕˈɔbr ø bˈœø
D’hiver les vaches elles restent à l’étable.
d l t n ɑlˈɐ ø mʊlˈ - pwɔ fˈɪrə mˈœødəʶ lɔ blo
Dans le temps on allait au moulin .. pour faire moudre le blé.
j e mo
J’ai mal à la gorge.
kã l ɛ - k ʋj tdzr  ni a     m s ʁənˈdɛ - kje də krɔˈɑs d li marˈ
Quand c’est .. quand vient toujours la nuit au moins six grenouilles .. qu’elles coassent dans les marais.

14.1 LourtierF:

jʏ bɑl ɪː - ɪ pɑɛ y kajˈ
Je donne les .. les épluchures au cochon.
i bʷˈtə mə fˈɐʒ mo ʏ tælˈ
Les chaussures me font mal au talon.
d œ t n alˈɑɛ øʏ mʊlˈɛ pʊ mˈʏd ø blo
Autrefois on allait au moulin pour moudre le blé.
ælˈɑː wˈeɪ ø mədeɬˈɛ
Allez-vous au médecin?
j e ktˈʊː æ     mː n n - dˈʒʒœ tʃy blˈɐ ʃy ø fi
J’ai compté au moins d.. douze hirondelles* sur le fil.
*cul-blanc, ku blyan ‘hirondelle de fenêtre’ (GPSR 4: 661).

14.2 LourtierM:

j e ønɐ pətˈklɐ y ɡɹo ɔrtˈœ
J’ai une cloque au gros orteil.
ʏ t d ʏn jˈɐːzø n ɐdzɨtˈaẽ ɪ ʑ ˈeɪcjˈʋ je iː mːartsjˈãŋ kë paʃˈɑːᵊ
Au temps d’autrefois nous achetions les balais chez les marchands que passaient.
i z fɐʒˈẽ feɹ ʏ bwˈte ɔ kɔrdaɲˈe
Les gens faisaient faire les chaussures au cordonnier.

15.1 MiègeF:

vˈɪʒɔ tendˈu u selˈir
Je vais tout de suite au cellier.
e una bˈɔla ʊ ɡro ɑrtˈt
J’ai une cloque au gros orteil.
j ɑ reʃˈu  - j ɑ reʃjˈu ŋ ko iŋ o pjs
Il a reçu un .. il a reçu un coup dedans à la poitrine*.
*[pjɛs] n.m. ‘poitrine’ (FEW 8: 111).

15.2 MiègeM:

mːedʲatəmˈŋ kˈntɔ ɐlˈɑ u ɕelˈiː
Immédiatement je dois aller (litt. je compte* aller) au cellier.
*L’emploi de kontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).
tʊ trɑvˈɑjə bɑ ʊ kʊrtˈʏe
Tu travailles bas au jardin?
no mɛtˈɛŋ lɛ pomˈɛt o selˈiər
Nous mettons les pommes de terre au cellier.
dəvˈɛn arʃˈit j t alˈɑ ɔ kaf
Avant hier soir il est allé au café.
ʃɥiː nɛ - œː - ãŋ - ɑː - lə - l- l kˈʏnze mɑj - mɪ nu sŋ kˈɪnze  a eˈe tˈzr əbɪtˈa ø ʋelˈazɔ
Je suis né .. euh .. en .. ah .. le .. l.. le quinze mai .. mil neuf cent quinze et ah j’ai toujours habité au village.

16.1 MontanaF:

lɛ lɛ vˈats bˈivn ʊ bwɪʎ
Les les vaches boivent à la fontaine.
œː dɛvˈan d lɔ tẽŋ lɛ fɛn ɑlˈɑw bujˈɑ - o buʎ - faʒˈ la bˈuja o buʎ - ɛ nʊː - d lɔ tẽ nɔ faʒˈɑn œ - dʊ jˈɑzɔ pɛr ɑn lɑ bˈuja
Euh autrefois dans le temps, les femmes allaient faire la lessive .. à la fontaine .. elles faisaient la lessive à la fontaine .. et nous .. dans le temps nous faisions euh .. deux fois par an la lessive.
lɛ lɛ mɑrˈẽŋne van ɛrʒjˈɛ l - l tˈmbɛ ɔː ʃemɪçjˈɛrɔ
Les les femmes vont arroser l.. les tombes au cimetière.
k lʏ nɪ tʃjɛt j a oʊ mwŋ ʃi ʁanˈoʎ ke krˈɪɔn d jʏn o marˈ
Quand la nuit tombe, il y a au moins six grenouilles que crient dans dans le marécage.

16.2 MontanaM:

pn la nɪt lɛ fwˈiŋnɛ fan də brek u ɡalatˈa
Pendant la nuit les fouines font de bruit au galetas.
nʊ mətˈ l pomˈøtə ʊ selˈi
Nous mettons les pommes de terre au cellier.
vɪt  kɔrnitˈ o fɔn də la valˈe
Il voit un arc-en-ciel au fond de la vallée (rire).
t trɑvˈaʎ ba ɔ kurtˈø
Tu travailles bas au jardin?

17.1 NendazF:

a ʃənˈna k j ˈœ ø varˈ u mɑrtɕʲˈa
La semaine qu’elle vient ils iront au marché.
ɪ bɑlː  tətˈ ʊ pᶠʊpᶠˈ
Elle donne le sein au bébé.
ʏ va o prɑ
Elle va au pré.
wɪ matˈ ɛ ɪtˈa kapjønˈɑ ɔ kurtˈi
Aujourd’hui matin j’ai été sarcler au jardin.
ɔ ʋˈaö dø dre ø ɕiˈɪ
Je vais à l’instant même* au cellier.
*[dø dre] ‘à l’instant même’ (Praz 1995: 208 s.v. drey).
ba a     f j a dœː - də marˈ  pᶠʊ na ɡˈɔlə
En bas au fond, il y a de.. de marécages et puis une mare.

17.2 NendazM:

dərɔ  t  wɐʒˈe u muˈ pʊ mːdr ɔ blɑ
Dans le temps on allait au moulin pour moudre le blé.
ʊ vjœ tː - ʏŋ  mɛ - e ʒ abˈɛjə - ˈiːr drn də bw - o dzø d ʊwˈe - ʃ dərˈn dœ rʊʃ
Au vieux temps .. on on met.. les abeilles .. étaient à l’intérieur de creux d’arbres* .. de nos jours .. elles sont dans des ruches.
*[bw] cf. bouan ‘ruche rustique faite d’un tronc d’arbre creux’ (Praz 1995: 73).
ɪ wɑ ʃʊ o prɑ
Elle va en haut au pré.
œː dəɹ o tː eː fəmˈɑːɛ bujˈː e bʊj - əː b- ɛ brˈʊːwɐ - øʊ bwɪ - ɛ - u b - i ʒ avjˈøʊ
Euh .. dans le temps les femmes lavaient la less.. euh l.. les vêtements .. à la fontaine .. et .. ou bien .. aux lavoirs.
i f - n -  arbweɪġtˈœø a     fŋː d a ɡˈːrə
Aux fonds .. un .. un arc-en-ciel au fond de la vallée*.
*[ɡˈːrə] cf. gûra n.f. ‘gorge, gouffre, vallée’ (http://www.patoisdenendaz.ch/?Lexique-sonore, 6.7.2015).

18.1 OrsièresF:

lɪ dˈaʊø ʋ ˈɛʁdʒɪ li bwecjˈø y sjmcjˈøʁ
Les deux vont arroser les fleurs* au cimetière.
*[bwecjˈø] cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
l e na dfˈtɐ ʏ pˈœʊdzʊ
J’ai une cloque au pouce.
tʏ tʁɑvˈɑje bœ kuʁtˈi
Tu travailles bas au jardin.
ɔn jɑːdz vəɲˈa ø mulˈɛ pɔ mˈœødʁə l blo
Autrefois on (?) venait au moulin pour moudre le blé.
s saɹˈi y kɔɑɲˈeː
Elles sont serrées au poignet.
d j a l tɒ - j æ a     m sa aʁnˈɔd kə kɔˈas d n maʀˈe
Dès (qu’) il y a le tard .. il y a au moins six grenouilles que coassent dans le marais.

18.2 OrsièresM:

n  jy sæ lœ y val faʁˈi
Nous avons vu sept loups au Val Ferret.
d ɪ ɔna dzəfˈətə y ɡʁo aʁtˈæ
J’ai une cloque au gros orteil.
ʊwˈɑɛ matˈẽɡ l ɛ etˈɑj ʏ ɡɑlɑtˈɑ
Aujourd’hui matin elle est étée au galetas.
la snən tʃə vˈø viʀˈ maʁtʃˈe
La semaine que vient ils iront au marché.
lɔ tʁɑvˈn ø
Eux travaillent à l’écurie.

19.1 St-JeanF:

dˈiɡ tsʏnˈɑ l ɛθ lʏ navʏʒˈts - ẽdˈi ɣrʏmˈs l arˈivɛ bɑ lʊ ɡˈuɡra ɛ aprˈɪ l ɛ lʏ navʏʒˈŋtsɪ tãkj a ʃˈiːrːɔ - tãkj u rˈuːnɔ kwa
Depuis Zinal c’est la Navisence .. depuis Grimentz descend la Gougra et après c’est la Navisence jusqu’à Sierre .. jusqu’au Rhône quoi.
e na zˈɔfla  -  - nˈo ʊ ɡroː ɔrtˈɛʟ
J’ai une cloque en .. en haut au gros orteil.
ɑfˈẽɪ n arːˈiᵍvœ o pɔjˈo
Enfin on arrive à l’alpage*.
*[pɔjˈo] ‘alpage’; nom dérivé de poyà ‘inalper’ (Gyr 1994).
ɔ fɔn l ɐ dɛ marˈɛs ɛː nɑ ɡˈɔʟə
Au fond, il y a des marécages et un étang.

19.2 St-JeanM:

l vˈatsɛ bˈiːvn arːˈi u bʊʟ
Les vaches boivent aussi* à l’abreuvoir.
*[arːˈi] adv. ‘aussi, également, à son tour’ (GPSR 1: 14 s.v. arrière I.3°).
lɔ fˈɛeŋ l œ mœʟːˈɔʊ ʊ kɔhˈɑ kj ʊ rəvˈɛːr
Le foin il est meilleur à l’adret qu’au revers.
dœvˈan tˈɔtɛ lɛ drˈɔːlœ lavˈaːvɔn lɛː œ - lavˈaːv lɛ drɑ o bwʟ
Autrefois toutes les femmes lavaient les euh .. lavaient le linge à la fontaine.
tʊ va ɔ majˈŋ
Tu vas au mayen?

20.1 SavièseF:

ː ʒ ˈɔmə trˈɑːl u bu
Les hommes travaillent à l’écurie.
el e de ʃˈɑːɛɑ ɑwˈe nɑ dentˈeːwɑ ʊ
Elle est de soie avec une dentelle au bord.
 ˈɑːdzə nʊ vɑʒjˈ o muˈ po mudr ɔ bla
Autrefois, nous allions au moulin pour moudre le blé.
ø ː ʒ aˈul ɐ trʏkɔtˈa ɛ vɑ ɑtsɛtˈɑ ɔ maɡaʒˈŋ du kw
Euh les aiguilles à tricoter elle va acheter au magasin du coin.
i vɑ oʊ prɑ
Elle va au pré.
ʃɐvjˈːʒ il ɛː - ɪː ʃø trˈuːə d ʊm bjɛ ɪl ɑː - du wˈeɐ il ɑː ɡrʏmʏʒwˈɑ - ɛ ʊ ʏ nɔː nʊ purˈi dɪ k l a bˈɛrna ʊ kɐntˈɔn dɛ bˈɛʁnə -
Savièse il est .. il se trouve d’un côté il y a .. du lever il y a Grimisuat .. et au nord on pourrait dire qu’il y a Berne le Canton de Berne ..
ɛ ʃɐvjˈeʒ l  ɔ  mtˈa pɛ a ɕjõːn e a moːdz - alˈɔʀ - ɪ pˈɑʃə pɑ dr ɑ komˈʊna ma ɛːl ɛ ɪ - w ʏ metˈɐ dɪ dˈ bje
Euh Savièse il est au aux milieux entre la Sionne et la Morge .. alors .. elle [la rivière] passe pas dans la commune mais elle [la commune] est aux .. au au milieu des deux côtés.
wɛʏ bɐl ɛ pˈɑːɐ øʊ katsˈ
Oui je donne les épluchures au cochon.
eː dzˈtʏ nʊ m plˈantɑː a     mntˈ d ɑ ˈʊnɐ
Les côtes de bette nous on plante au montant de la lune.

20.2 SavièseM:

vɐ ɹʒj e flur ʊtʳ u ʃʏmitɕjˈɛə
Elle va arroser les fleurs là-bas au cimetière.
trˈalø bo ʊ kurtˈi
Je travaille en bas au jardin.
ʊ mi ə feʋɹˈʏ n m bjɛn e turˈistɛ
Au mois de février nous avons bien des touristes.
ɪ bal ø nˈene o pɪtˈɪ
Elle donne le sein au petit.
ɪ - ɪ vɑ ɔ pɹɑ
Elle .. elle va au pré.
i na klok oʊ ɡru ɑrtˈ
J’ai une cloque au gros orteil.
ʋˈʒʏ dri bo ø ɕiwˈɪ
Je vais droit bas au cellier.

21.1 SixtF:

 baʎˈɪv le pʁœs y kajˈe - u k ən œvˈɛ pa l kajˈeː -  le baʎˈɪv a le vˈaθə
On donnait les épluchures au cochon .. ou quand on avait pas le cochon .. on les donnait aux vaches.
alˈɔʁ lɑ dmˈðə lœ desˈeːr ɦø ve m ɡr parˈ ij etˈɛ sœvˈ dʏʊ ʁɪ ʏ lafˈe - tœ l mn nø mədˈɪv pɑ dy desˈr - mɛː lœ lœ l desˈɛʁ de nˈytʁʊ ɡr parˈ j etˈɛ - lə ʁɪ ʏ lafˈe lʊ z œ ɐ la nɛ
Alors le dimanche le dessert ici avec mes grands-parents c’était souvent du riz au lait .. tout le monde ne mangeait pas du dessert .. mais le le le dessert de nos grands-parents c’était .. le riz au lait les œufs à la neige.
e s e bajˈɛ øʏ pja
Il s’est cogné le pied (litt. il s’est donné au pied).
ɑ bæ ɛ katʁ ɔ ɪj ɛvˈɛ l kafˈe s j etˈɛ ʁ- kəœː ɪ wɑ we j etˈɛ l kafˈe ɑ katʁˈɔ ɔʁˈə - j etˈɛ l kafˈe av lə p ɛː lʏ b lʏ fʁymˈɑð lʏ bø ø we l fʁ lʏ bˈøʁ etˈo m afˈ sytˈo l frəmˈɑð - kaf ø lœfˈe peːɛ - ʊ l kafˈe nɛ sa depˈ
Ah ben aux quatre heures il y avait le café c’était r.. que oui c’était le café à quatre heures .. c’était le café avec le pain et le beu le fromage le beu euh oui le fr le beurre aussi mais enfin surtout le fromage .. café au lait puis .. ou café noir ça dépend.
ð l tˈɑ j ɑlˈɑvɔ ə mulˈɛœ pə pe pə fˈɑrə œ mˈɔdʁə lə lə mlə- lə blɑ -
Dans le temps ils allaient au moulin pour pour pour faire moudre le le mle.. le blé.
a katr ɔː lʊ z fˈ ð l t ɪ mdˈɪv lœː ɑ n  dy p ɛ dy fʁɪ e də kˈafe ʊ laθˈe me le pˈɔmə j etˈɛ rˈæa - fɑlˈɛ alˈe le z aθtˈe le pɔm n n avˈɛ pa
À quatre heures les enfants dans le temps ils mangeaient le {..} du pain et du fromage et du café au lait mais les pommes c’était rare .. il fallait aller les acheter les pommes on en avait pas.
m sɛ bɐjˈɑ  kʊ kˈɔdə
Je me suis donné un coup au coude.
kt v la neː - n tˈ j ɒ ɔ mw hɪ ʁnɔʎ k- kəøː - kə kˈərj d la mɔʎ
Quand vient la nuit .. on entend il y a au moins six grenouilles q.. que .. que crient dans le marais.

21.2 SixtM:

d æ mɑ y ku
J’ai mal à la gorge.
 bɔkˈ pl ɑvˈ ɑl t alˈa ʏ sɔlˈi
Un peu plus avant il est allé au grenier*.
*[sɔlˈi] ‘partie de la grange réservée au battage du blé’ (cf. Viret ³2013: 113).
e ʋa ø bwe
Il va à la forêt.
 ʋjˈɑðə j alˈav mulˈœ- -  - ø mulˈ - pɛ mˈɔːdər lɔː bla
Autrefois on allait (litt. ils allaient) au mouli-in .. euh .. au moulin .. pour moudre le blé.
ɛ falˈy k õ kɔp-aɦœ - n a kɔpˈa sɛt ʋæ - lu z ɑbɹ œ l dy n
Il est fallu qu’on coup..ât .. on a coupé sept oui .. les arbres au long du nant*.
*Dans une partie de la Savoie et dans le Chablais valaisan, nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
lʊ du vi snt astˈa θy l b - ə l a maˈ
Les deux vieux sont assis sur le banc .. au bord de la maison (litt. au long à maison).
e a leː jaːʁ tãŋ z ðnˈeː
Elle a les jupes jusqu’au genou.

22.1 TorgnonF:

ŋkʲˈeø ɪ ɑlˈɪv u mɔlˈŋ pɛː œː m- pɛ m- pɛ mˈudʁə lɔ ɡʁ
Autrefois on allait (litt. ils allaient) au moulin pour euh m.. pour m.. pour moudre le grain.
dɛmˈɑŋ ʊ batsˈeː - nɔ vɛjˈm pwe nˈøtʀɔ f- nˈøtʀɔ bwˈeːbɔ ɛ nˈøtʀa bælˈɑ fˈøʎɛ
Demain au baptême .. nous verrons* notre f.. notre fils et notre belle-fille.
*Litt. nous voyons puis. Périphrase du futur considéré comme certain.
d ẽ ŋ kaʎ - ɑː ɔ ɡʀy aʁtˈɛ
J’ai une cloque .. à au gros orteil.

22.2 TorgnonM:

dz e mʊ u kˈʏø
J’ai mal à la gorge.
ɪ ʃ ɛ plŋtˈo ẽ epˈːɑ ʊ metˈ du pɪ
Il s’est planté une épine au milieu du pied.
tse nɔ laː la ɡʁˈŋdzə j e - dødˈe lɔ te j ɛ mɑ ɪtɪlɪzˈːjə - pɛ ʁntʁˈɑ lɔ ɡʁŋ ɛ lo bˈɑːtʁəe - ɛ sətsˈe -  - ɔ ʎœ kʲə lɔ paʎˈe j ˈɪvə mˈɑkœ - pɛ ntrˈɑ lɔ fwˈ - lɒ lɔ f
Chez nous la la grange elle est .. dans le temps elle est seulement utilisée .. pour rentrer le grain et le battre .. et sécher .. hein .. au lieu que le fenil il était seulement .. pour rentrer le foin le le foin.

23.1 TroistorrentsF:

ijˈe dï mjëdzˈo l ɕɑ ɑlˈai tʁɑvajˈe ø f
Hier après midi je suis allée travailler au foin.
ɪ tˈɔ vʏnˈø œ mˈdɐ ɐ tʃãpeʁˈi
Es-tu venue au monde à Champéry?
kãː ə ə la nɥ aʁˈiːʋe la j a a     m sːi kəʶnːˈð kə - kˈʁj d lə - lʊ mɑʁˈ
Quand euh la nuit arrive il y a au moins six grenouilles que .. crient dans le .. le marais.

23.2 TroistorrentsM:

ɪ mo y ku
J’ai mal au cou.
tɕʏ matˈæ ɛl œ lˈajœə - ʏ lisːˈy
Ce matin elle est allée .. au galetas.
dəmˈdz pɑsˈoː s ɑlˈ ø ðˈɑzə
Dimanche passé ils sont allés à l’église*.
*[ðˈɑzə] n.m. ‘église’ (cf. Fankhauser 1911: 63 §74b).
l atsˈete la sˈöo ə mɑɡɑzˈ dɛ vlˈɑdzoː
Elle achète le sel au magasin du village.
vɑ - œø pʁˈɔʊ
Elle va .. au pré.
a le vats azbˈ bˈɑv øʏ bwi
Ah les vaches aussi boivent à la fontaine.
fˈu kə ʋo ʋo bətˈajɐ ʏ ʎe - dəʋˈã mjɛnɥˈɛ - fo k ʋo ʋo dʑˈeza - dəʋˈã mjɛnɥˈe
Il faut que vous vous mettiez au lit .. avant minuit .. il faut que vous vous couchiez .. avant minuit.
d øvˈɛː lu lɑθˈ pdˈɔl œʏ bɔʁnˈe dʏ bwi
D’hiver les glaçons pendent au tuyau de la fontaine.
ba fː l ɛ d le mˈoðe - p lø j ː - ɔto l ɑ  lˈɛe
En bas au fond {il est = il y a} des marécages* .. et puis il y a un .. autour il y a un lac.
*[mˈoðe] cf. mδə n.f. ‘marais’ (Val-d’Illiez; FEW 6/3: 45a).
kɑ va la nɥe lɑ j a ɐ     mːː - ʃe ʁᵊnˈɔðe kə kˈɑːjɔŋ d le mˈðe
Quand vient la nuit il y a au moins .. six grenouilles que coassent dans les marécages*.
*[mˈðe] cf. mδə n.f. ‘marais’ (Val-d’Illiez; FEW 6/3: 45a).

24.1 Val-d’IlliezF:

mɛː bˈayə t s y kayˈ
{Mais / moi}, je donne tout cela au cochon.
la snnˈɛ kə v l eʁã- l eʁã ba ʏ mɑʁtɕˈɑ
La semaine que vient ils iront.. ils iront (en) bas au marché.
dm - døm ø batˈɛmɔ  -  vˈɛʁ lə - nʊtʁˈɐ føð e ntʁˈʊ bjo f
Demain .. demain au baptême on .. on verra le .. notre fille et notre beau-fils.
wɑ ɑlˈa tu dʏ teʁ a la k - ˈœʏ sytˈʏ
Je veux aller tout de suite à la c.. au cellier.

24.2 Val-d’IlliezM:

ɕi fʏʁiˈɛ n a py dzətˈa lɛ mˈdzɛː y mɑ d ɑʋ- œɛ - jø - y tʃn ɔβʁˈœ
Ce printemps on a pu sortir* les génisses au mois d’av.. euh .. euh .. au quinze avril.
*[dzətˈa] cf. shtâ, shetâ, stâ ‘sortir les bêtes pour la première fois de l’année, ou pour la première fois en alpage’ (cf. Viret ³2013 s.v. sortir).
le bwˈɔtɛ m fã m ʏ talˈ
Les chaussures me font mal au talon.
lɛ ʋˈatsɛ bˈɑʋ dj ɔʊ bwe  bu
Les vaches boivent dedans au bassin en bois.

25.1 VouvryM1:

lɪ ʋˈɑtsə bˈæiʋɔ ə ø bwi
Les vaches boivent euh à la fontaine.
we t tʁɑvˈaə ba ø kʁtˈi
Oui, tu travailles bas au jardin.

25.2 VouvryM2:

j e na ptiːfl ø ɡro ɛʁtˈe
J’ai une cloque au gros orteil.
l ɐtsˈøtə l pˈəʋr ɛ la ɕo wœ œ vølˈɑːdzo
Elle achète le poivre et le sel au au village.