Menu

Comparer

Comparer la carte 21020 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

L’article défini féminin singulier préconsonantique précédé de «à»

 
parler de
 
1
Arbaz
(46)
 
A
A  A
 
44
2
2
Bionaz
(43)
A LA
   
A-Ø
37
   
6
3
Chalais
(33)
A LA
 
A  A
 
31
 
2
 
4
Chamoson
(14)
A LA
A ()
   
1
13
   
5
Conthey
(40)
 
A
A  A
 
 
22
18
 
6
Évolène
(33)
A LA
   
A-Ø
32
   
1
7
Fully
(45)
A LA
   
A-Ø
41
   
4
8
Hérémence
(39)
A LA
   
A-Ø
35
   
6
9
Isérables
(4)
 
A (Ã)
   
 
4
   
10
La Chapelle-d’Abondance
(53)
A LA
   
A-Ø
48
   
5
11
Lens
(31)
A LA
   
A-Ø
27
   
4
12
Les Marécottes
(48)
A LA
   
A-Ø
42
   
6
 
parler de
 
13
Liddes
(33)
A LA
   
A-Ø
32
   
1
14
Lourtier
(6)
 
A (Ã)
   
 
6
   
15
Miège
(35)
A LA
   
A-Ø
33
   
2
16
Montana
(28)
A LA
   
A-Ø
25
   
3
17
Nendaz
(38)
 
A
A  A
 
 
38
1
 
18
Orsières
(34)
A LA
   
A-Ø
32
   
2
19
St-Jean
(24)
A LA
   
A-Ø
19
   
5
20
Savièse
(41)
 
A
A  A
 
 
36
5
 
21
Sixt
(39)
A LA
   
A-Ø
38
   
1
22
Torgnon
(40)
A LA
   
A-Ø
35
   
5
23
Troistorrents
(29)
A LA
     
29
     
24
Val-d’Illiez
(25)
A LA
     
25
     
25
Vouvry
(27)
A LA
   
A-Ø
26
   
1

Par un simple phénomène phonétique (amuïssement du l- de l’article défini), nos parlers forment deux groupes :

– Au centre du domaine, sept parlers (Arbaz, Chamoson, Conthey, Isérables, Lourtier, Nendaz et Savèse) réduisent [a la] à [a] (parfois en maintenant encore une forme bisyllabique [a  a]. Parmi ces parlers, certains tendent à substituer ce [a] par une pré­po­sition [] ou [], sans doute pour éviter une homonymie gênante avec l’article féminin singulier simple qui est égale­ment [a]. Ce phénomène est particulièrement marqué à Chamoson, Isérables et Lourtier.

– Les autres parlers, qui conservent le -l-, permettent de reconnaître l’existence de tournures figées sans article défini ([a]-Ø). Dans les parlers qui amuïssent le -l-, celles-ci se confondent avec le [a] «contracté».

Dans tous les parlers, la réalisation concrète des /A/ de la préposition et de l’article défini varie entre [æ], [a], [ɑ], [ɒ] et [ɐ]. Les va­riantes combinatoires – sans rendement fonctionnel – sont trop nombreuses pour être représentées dans le tableau.

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

ɑtsˈətɔ ɔ ɑsˈe ɑ eterˈi
J’achète le lait à la laiterie.
 tsĩŋ o lɑ mwˈiːrɐ - ɑ ɐ pˈotɑ
Le chien l’a mordu .. à la fesse.

1.2 ArbazM:

ɑtsˈʏtɔ ɔ ɑsˈe a wterˈi
J’achète le lait à la laiterie.

2.1 BionazF:

nʊᵓ to dʏ ɕɥˈɪtɐ a la kʀˈɔta
Je vais tout de suite à la cave.
kn tə vɪɲˈaɑɛ a     mɛɪzˈ mˈɑmːa l ɪ tˈɔta kɔntˈta
Quand tu venais à la maison maman elle était toute contente.

2.2 BionazM:

dømˈaã vaŋ siː a la tsaː
Demain ils vont en haut au pâturage*.
*[tsaː] désigne généralement les pâturages situés en haut dans un alpage. Il peut également s’agir d’un microtoponyme.
ɑː nu atsətˈe lɔ lasˈ baː ə     æɪtɪˈi
Ah je vais acheter le lait en bas à la laiterie.

3.1 ChalaisF:

dəvˈan n ajˈʏ pɔk də lasˈeɪ mˈɛmɛ pɑ bzn d atsətˈɑ ˈɔrɔ n ʋɑ ᶹ atsətˈa a la lɛtɛrˈik
Autrefois on avait un peu de lait même pas besoin d’acheter maintenant on va l’acheter à la laiterie.
ɛ t tʊ vɑ ɑ la zʊː - a  ɐ - a  ɐ zˈoʊr dɛmˈã - tʊ prɐ la lɥˈidza a kɔrnupˈa adˈɔ - pɔ lɔ ʊ bwɛ t e ublïdʒˈa - pa vnˈ ba ãm bʀˈɔʃ ɑwˈe hil bwɛ
Et toi tu vas à la forêt .. à la .. à la forêt demain .. tu prends la luge à poignées1 alors .. pour aller au bois tu es obligé .. (on ne peut) pas venir bas en brouette2 avec ce bois-là.
1[kɔrnˈupa] cf. cornoûpa s.f. ‘poignée de faux, de charrue, de traîneau, etc.’ (Praz 1995: 150).
2[bʀˈɔʃ] ‘brouette’ (cf. GPSR 2: 350a s.v. bèrs(ə)).

3.2 ChalaisM:

dəmˈɑŋ vɑ ʃʊk aː l alpˈɑːzə mɑ mɑœ - tse m damˈon k lɔ ʃjˈɛsɔ va ʃʊk a la ʀmwˈɛntsæ
Demain il va en haut à l’alpage mais mais .. un peu plus en haut que le chalet il va en haut à la remointse*.
*[ʀœmwˈnts] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu).

4.1 ChamosonF:

dɛ ɔ t e fəmˈalːə bujˈaːv a - ɔ lˈɛẽzə æ ftˈɑŋa
Dans le temps les femmes lavaient la .. le linge à la fontaine.
dəvˈ l e itˈo ɡʁˈŋdzᵊ
Avant hier soir il est été à la grange.

4.2 ChamosonM:

a la fɛ - ə bɛ  sə tʁœʋ sy l alpˈaːdə
À la fin .. eh bien on se trouve sur l’alpage.
o ɡʁənˈa l ː l drˈæ - uː ɛ baʁdʒjˈœ sə mˈœt a sˈɔtæ
Le «grenier»* c’est l’endroit .. où les bergers se mettent à la chotte.
*[ɡʁənˈa] ‘cave à fromage d’un alpage’ (GPSR 8: 768b).
 ts l a mwˈɛdy kusː
Le chien il a mordu en cuisse.

5.1 ContheyF:

n ɪ mo a  ɐ ɡˈɔʁdzə
J’ai mal à la gorge.
ɔ dzɔ dɛ fˈiːtᵄ nɔ mɛtˈ ɔ kwtˈ p ɑˈa a mɕ
Le jour de fête, nous mettons le costume pour aller à la messe.

5.2 ContheyM:

n ˈɪʒɔ ɑˈɑ to dë ʃɥˈitə a  a kaːʋᵄ
Je vais aller tout de suite à la cave.
kãŋ bˈadə ɛ ɡrˈiːdə ɔ betaj ə ɕə mɛ a ʃˈɔta
Quand il donne la grêle le bétail se met à l’abri.

6.1 ÉvolèneF:

a læ fˈiŋə n aʁˈʊœ ʃuk ɐ la mtˈaɲᵊ
À la fin, on arrive en haut à l’alpage.

6.2 ÉvolèneM:

dmˈ n alˈeŋ ʃuɡ ɐ la ʀœmwˈnts
Demain, nous allons en haut à la remointse*.
*[ʀœmwˈnts] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu).
k ɪ ɡrˈeʎə lœ vˈats lœ ʃə kˈatsən a     ʃˈɔθə
Quand il grêle, les vaches elles se cachent à la chotte.

7.1 FullyF:

ʃaɛ pɑ ʃovˈ - ː- ãkɔ pə majʒ a mjɛnˈi ʃa a la tɕˈøʏtsə
Je suis pas souvent .. en.. encore par la maison à minuit je suis au lit.
k ɛ ʁtʁˈɑv a     maɛʒˈ  mwe tʁwa tɑ pˈapə l ˈɪʁə pɑ ktˈ muʁənˈɑvœ
Quand je rentrais à la maison un peu trop tard papa il était pas content .. il maugréait*.
*[muʁənˈɑvœ] cf. moronâ ‘murmurer sa désaprobation’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 26.3.2017).

7.2 FullyM:

d lø t - tˈutə li fəmˈɑl lɑvˈɑv  lə lˈdzə - a la ftˈŋna
Dans le temps .. toutes les femmes lavaient euh le linge .. à la fontaine.
k  k  ɪ fɪ kɹw li z el- lɪ ɛː- lɪ barzˈe ʃe kˈaᵗs ɑ     tsavˈanːa
Quand euh quand euh il fait mauvais les él.. les é.. les bergers s’abritent au chalet d’alpage.

8.1 HérémenceF:

dɛmˈ varˈɛ  tsɑn taŋk a la ʁəmwˈts

Demain il ira paître1 jusqu’à la remointse2.
1[ɑlˈɑ  ts] ‘aller paître’ ne se confond pas avec [ɑlˈɑ  tsˈ] ‘aller aux champs’.
2[ʁəmwˈts] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu).
kan tø vəɲˈɛ æ     mɛeʒˈ lə mˈɑʁ ʃœ ʁəzʊjˈɛːv
Quand tu venais à la maison la mère se réjouissait.

8.2 HérémenceM:

dɛmˈ varˈ  ts θãk ɑ lɑ ʁœmwˈɛntsɛ

Demain il ira paître1 jusqu’à la remointse2.
1[ɑlˈɑ  tsˈ] ‘aller paître’ ne se confond pas avec [ɑlˈɑ  tsˈ] ‘aller aux champs’.
2[ʁɛmwˈɛntsɛ] n.f. ‘alpage supérieur où l’on va au mois d’août’ (FQ 1989: 174 s.v. remouèntsu).
ʃɛ mɛ a     ʃˈɔθə dedˈẽ pɔr na ʁɛbˈarma
Il se met à l’abri dans dans une [ʁɛbˈarma]*.
*[ʁɛbˈarma] ‘abri sous un rocher en surplomb’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 14.2.2015).

9.1 IsérablesF:

sə ʋɔ a a mtˈaɲɪ fʊdrˈɛ f- ʋʊze ɛʋˈa dəʋˈan c faʒˈɛsə dzr
Si vous allez à l’alpage il faudrait f.. vous lever avant qu’il fasse jour.
 sɛn e ribˈen æː - ã ˈna bˈaːsa
On sème les carottes à .. en lune basse.

9.2 IsérablesM:

o ne n ɛ mɛnˈɛŋ a ɬˈɛɪnɐ
Le soir nous les menons au souper.
i tsˈiɪ mˈeɪna am pɔrt d ɛntrˈɑjɛ
L’escalier mène à la porte d’entrée.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

vɛ aθtˈɑ lə lɑfˈe a la fwətˈiʁ - a la fʁətˈɪʁ wɛ
Je vais acheter le lait à la fuitière .. à la fruitière oui.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

pɔ ɑʁjˈɑ iʁ ə sˈej pwe pɔ pɔ l pt- pwɔ œː - pɔ l ptˈæ a la fɪːʁə lə baɲɔlˈɛ - lə baɲɔlˈɛ -  bwɛ wɛ
Pour traire c’était le seillon1 puis pour pour le porter .. pour euh .. pour le porter au marché le bagnolet2 .. le bagnolet .. en bois oui.
1[sejˈ] cf. sèlyon n.m. ˈseille, seau en bois, bac en bois’ (Viret ³2013 s.v. seau)
2[baɲɔlˈɛ] cf. banyolè n.m. ‘baquet à lait dans les fruitières’ (Viret ³2013 s.v. seau)
wɛ n ˈɑθtɛ l lɑθˈɛ a     fʁətˈiʁə
Oui on achète le lait à la fruitière (fromagerie).

11.1 LensF:

dəvˈ lə tsusˈ iran tɔt trʏkɔtˈa a la mã  lˈŋnɑ
Autrefois les bas étaient tous tricotés à la main en laine.
kan tʊ ʋeɲˈɛa a     miʒˈᶢ - lø mˈama irɛ kɔntˈɛnta
Quand tu venais à la maison, la maman était contente.

11.2 LensM:

atsˈtɔ lɔ lasˈe a la lɛterˈik
J’achète le lait à la laiterie.
nɔ - a     miʒˈŋ n am pa də mʊlˈɛt ma n aˈaŋ a- ən aˈə na vˈats k nɔ əmpleˈaŋ ɪ ki ʃ apəlˈav la mulatʃˈyrə
Non .. à la maison nous avions pas de mulet mais nous avions .. on avait une vache que nous employions et qui s’appelait la «Mulatière».

12.1 Les MarécottesF:

dmˈ je va a la mtˈaɲə - tˈŋke - a laː - a la ʀemwˈts
Demain il va à la montagne .. jusque .. à la .. à la remointse.
d ˈɔtʀø kʊ mɲ l atsətˈɑve d fʁʊˈɪ -  lə faʒˈɛ a     mʒˈ
Autrefois personne il achetait de fromage .. on le faisait à la maison.

12.2 Les MarécottesM:

d lʏ t də fʀɥi ʃɛ n atsətˈɑv pɑ -  lə pʁɔdɥiʒˈɛ a     mɛʒˈ  j ɛrɛ d tɪ ʋi avˈɛ la lœtɛʁˈi  lə pʁʒˈɛ a la lœtɛʁˈi
Dans le temps de fromage on en achetait pas (litt. s’en achetait pas) .. on le produisait à la maison et c’était du temps où il y avait la laiterie on le prenait à la laiterie.

13.1 LiddesF:

dʋˈã l ɪr etö ɑ la ɡʶãŋdz
Avant il était été à la grange.
k tø ʋɪɲˈɛ a     mɛezˈ mˈamɐ d s  ʁədzujˈëʋə
Quand tu venais à la maison maman elle s’en réjouissait.

13.2 LiddesM:

ø wʊj alˈe - w alˈe kratʃ æ la kˈɑvɐ
Je veux aller.. je veux aller vite* à la cave.
*[kratʃ] onomatopée exprimant la soudaineté d’un procès (Enckell/Réseau 2003: 180).

14.1 LourtierF:

a ʁəʃˈy  ku a estˈm
Il a reçu un coup à la poitrine.
tʏ vaʁˈi pɹˈø ã tˈawa fˈitə ə tjœ bʷˈubə vdɹˈ
Tu verras bien, à la (litt. en) tienne fête, le tien garçon viendra.

14.2 LourtierM:

kã ø bˈɐlə də ɡɹˈjʏ ɪ bˈicə ɕə mˈœt a ʃˈtœ
Quand il donne de grêle les bêtes se mettent à l’abri .
 tsˈɛ ʊj a m- ɐ - ʊj a mwː ᵑ kˈuʃɐ
Le chien l’a1 a mo.. a .. l’a mordu en2 cuisse.
1[ʊj] cf. y pronom personnel régime 3e sg. masculin et neutre (Bjerrome 1957: 68).
2Pour l’emploi de la préposition [, , ], etc. à la place de à + article défini, voir la note du tableau des formes.

15.1 MiègeF:

a la zˈoʊr j e ju wei treɪ vɛrzˈaʃɛ
À la forêt j’ai vu aujourd’hui trois écureuils.
kan tʊ venˈiv a     mɪʒˈɔŋ li mˈɑmɑ ˈire kɔntˈɛnta
Quand tu venais à la maison maman était contente.

15.2 MiègeM:

l - l tɑʃˈõ ɑ feɪ d ø ə dɣˈa ɑ lɑ vˈiɲə
Le .. le blaireau a fait des euh dégâts à la vigne.
a la rtɑ e lˈːɡa - əʰʏ - e fa ʃə lœʋˈa dø βɔn ˈurə pɔɹ a a     mtˈaɲʏ
Ah la route est longue .. euh.. il faut se lever de bonne heure pour aller à la montagne.

16.1 MontanaF:

kwa kɛ t atsɛtˈɑːvɛ kn t alˈɑːvɛ a la fˈiːrə
Quoi que tu achetais quand tu allais à la foire?
kan t nˈiv a     miʒˈŋ lʏ mˈama s  ʀɛzʊjˈɛvʏ
Quand tu venais à la maison, la maman s’en réjouissait.

16.2 MontanaM:

kan n ɑlˈe ə lɑ mntˈanʏ - nʊ kɔntˈ nɔ ləvˈɑ dəv ə zɔr
Quand nous allons à la montagne .. nous devons* nous lever avant le jour.
*L’emploi de kontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).

17.1 NendazF:

drʊ  t eː - e fˈœːnə bujˈɑ  bruːw ɑ fɔŋtˈɑnə
Dans le temps .. les femmes lavaient la lessive* à la fontaine.
*[bruːw] cf. broûa n.f. ‘vêtement de peu de valeur ou usagé’ (Praz 1995: 86).

17.2 NendazM:

əː - dɛk w ɐtsɪzdəʃˈe ɑ fˈɛɪrə - dø kʊtˈʊma
Euh .. que* vous achetiez au marché .. d’habitude?
*[dɛk] cf. dèquye, prn. interrogatif ‘que, quoi?’ (Praz 1995: 643).
nː atsətˈ ɛ tˈatsə -  ə kkalɹˈɪj
Nous achetons les clous .. à la quincaillerie.

18.1 OrsièresF:

sə ʋz ɐlˈa a la mtˈaɲ fo w leʋˈëᶦ dvã dzø
Si vous allez à la montagne il faut vous lever avant (le) jour.
wɛ nɔ pɔʀtˈaʋɛ la peː tʃʏ lʊ kwɔʁdaɲˈɛ - œ pwˈaɪ i takʷɔnˈɑʋə lʊ kuˈɛ - n ɛe dəœ- nɔ pʀze kɔ lʊ kwɔʁdaɲˈɛ a     mezˈø - ad falˈive i bˈaɪ la pẽʃˈø - ə paʋ  fʀ p dzˈøɔ - pɔ fiʀ li bwˈœtːə
Oui nous portions la peau chez le cordonnier .. et puis il tapait* le cuir .. nous avons de.. nous prenions encore le cordonnier à la maison .. alors il fallait lui donner la pension .. et payer un franc par jour .. pour faire les chaussures.
*[takɔnˈɑʋə] cf. takoná ‘frapper’ (FEW 17: 301 s.v. *takko).

18.2 OrsièresM:

fo kə - vɔ fᶷɔ ale a la tʃˈœøtsə dɛvˈã mʏnˈi
Il faut que .. il vous faut aller au lit avant minuit.
k iʁ dzəvˈœn - a     mzˈ n adzətˈav ʁ- n n dzətˈɑv ʁ də tse - nə fazˈ la bʊtsəʁˈi - n tʃɥɑv a- ø n aʁmˈadœ ø  kajˈ u bẽ kakɛ tʃjoʁ
Quand j’étais jeune .. à la maison nous achetions r.. nous en achetions rien de viande .. nous faisions la boucherie .. nous tuions a.. ou une tête de bétail ou un cochon ou bien quelque chèvre.

19.1 St-JeanF:

ʃə v alˈa a la mɔntˈa ʋo kʷntˈa ʋ ləvˈɑ dɛvˈ lɔ zɔr
Si vous allez à la montagne vous devez* vous lever avant le jour.
*L’emploi de kontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).
dɛvˈan nɔ prʒˈẽŋ tɔzˈ lɔ kɔrdɔnjˈɛ a - ɑ     miʒˈ - pwø vʏ prʒʲˈɛ mɛʒˈura a - a la famˈɪł - pwɛ faʒjˈɛvɛ lɛ bwˈɔtɛ ntʃˈɛ nɔ
Autrefois nous prenions toujours le cordonnier à .. à la maison .. puis il y prenait mesure à .. à la famille .. puis il faisait les souliers chez nous.

19.2 St-JeanM:

ɕʏ v kntˈɑː alˈa a la mntˈaɲ vɔ dvˈɑ - vɔ kntˈa vɔ lɛvˈa dvˈã zɔr
Si vous devez* aller à la montagne vous devez .. vous devez* vous lever avant jour.
*L’emploi de kontá ‘compter’ dans le sens de ‘devoir, falloir; avoir l’intention’ est caractéristique pour les parlers du district de Sierre (cf. GPSR 4: 227).
kɔm ɪ ɡrˈɛːłːə lɛ vˈatsɛ ʃɛ mˈɛtɔn a     ʃˈɔha
Quand il grêle les vaches se mettent à l’abri.

20.1 SavièseF:

dɪˈ jɛɹ ɪ ta ʊtr a pˈẽnta
Euh avant-hier il est été outre* à la pinte.
*[ʊtr] ‘outre, là-bas’. Adverbe de lieu sans équivalent en français (FB 1960: 360).
ɔˈɛɪ deˈ ː -  fˈn ʋɐʒm bujˈa ɔ wenz aː - a ɑː fɔntˈɑŋ dʊ ʋɔˈɑːzə ʃ  t a dɪ dr u buˈɪ
Oui autrefois les .. les femmes allaient laver le linge à .. à la fontaine du village c’est-à-dire dans* le bassin.
*[dr] prép. ‘dans’ (cf. FB 1960: 205 s.v. deṛn).

20.2 SavièseM:

ʃ ʊdə paɹtˈi inˈɑ ə  ɑ mntˈaɲə fo wə wəˈa a pwˈʏnte dʊ de - pwˈʏnte dʊ zɔ mɔβəmˈn deˈ
Si vous voulez partir en haut à la montagne il faut vous lever à la pointe du jour même avant.

21.1 SixtF:

le kˈyətɛ  le wˈɑɲə a - a     lnˈɑ tˈdrɑ
Les cardes on les plante à .. à la lune montante.
ɐ la mjenˈeːe sɛ pa sɔvˈː ə - desðjˈœ də drəmˈɛɦə - kt œ də vɛ drəmˈɪ aprˈɛ lɐ mʲɪnˈejɪ  d ɛ na reyɲˈː ðə pə vɛ mʊ z fˈ  d ɛ na fˈeta kɛlkˈk ɑtrəmˈ ɐ lɐ mjenˈe də dərmˈɛɦ
À la minuit je suis pas souvent euh .. réveillée* je dors.. quand euh je vais dormir après la minuit que j’ai une réunion de pour mes enfants que j’ai une fête quelconque autrement à la minuit je dors.
*[desðjˈœ] ‘réveillée’, cf. déssanzhî (Samoëns) ‘réveiller’ (Viret ³2013: 1867).

21.2 SixtM:

m ã va kᵊrˈi l lafˈe a la fəʀtˈiʁə
Je m’en vais chercher le lait à la fruitière.

22.1 TorgnonF:

ʒnɛʀalmˈãŋ ɪ foː - i fo sɛmøˈa tɔtˈɛ lɛ sɛmˈŋ a la lˈʏnːə kalˈɛntə
Généralement il faut .. il faut planter toutes les semences à la lune descendante.

22.2 TorgnonM:

d ˈotr kʲyə lɛ fəmˈɛlː ɪ lɑvˈɪõ tɔ lɛ leˈĩdzɔ ɑ lɑ ftˈɑɐ
Autrefois les femmes elles lavaient tout le linge à la fontaine.
kŋ ɪ ɡʀˈɛlːɛ - l bˈetʃe ɕkˈɑːp - ɪ vŋ æ     ʃˈʏːta
Quand il grèle .. les bêtes échappent .. elles vont à l’abri.

23.1 TroistorrentsF:

ʋw ɐlˈɐ t dʏ tiʁ ba ɑ læ kˈaʋɑ
Je vais aller tout de suite bas à la cave.

23.2 TroistorrentsM:

tʰə va lɑ mˈɑz d damˈõ
Tu vas à .. la maison d’en haut*.
*Allusion à la transhumance saisonnière traditionnelle.

24.1 Val-d’IlliezF:

dəmˈ el ˈɛʁø a la mtˈaɲə də damˈ
Demain il ira à l’alpage d’en haut.

24.2 Val-d’IlliezM:

pɔ tsɔvənˈa n ɑʁˈœv ɑ lɑ mtˈaɲæ
Pour terminer on arrive à l’alpage.

25.1 VouvryM1:

ɐ lɐ miɲˈe drumˈøsə
À la minuit je dors.
a ᶹᶦʒɔ ʒ a     mtˈaɲᵄ
Ah, je vais à l’alpage.

25.2 VouvryM2:

ɐ lɐ minˈe drˈmɔ
À la minuit je dors.