Menu

Comparer

Comparer la carte 51370 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Critères de recherche

Cartes

«Venir» et composés: 3e personne singulier de l’indicatif présent

 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz
dʏʋˈĩŋ
vvŋ
vŋvə
ʃ ʃɥˈøn
vŋ
vˈeɲʏvŋ
vœŋ
2
Bionaz
vvˈœ
vŋvˈœ
vˈʏ
vmʋ
3
Chalais
-
vjɪn
nɛnʋjnvjvjeŋ
4
Chamoson
vẽvẽiːvˈɛsə søvˈ
vˈɛvenʋvvv
5
Conthey
v
ʃə ʃoˈ
ʋ
vɪ
6
Évolène
vʏŋvʏnvỹʃə ʃvˈʏn
vʏŋvʏn
7
Fully
vˈʃə ʃüvˈ
vœẽv
vv
vˈ
8
Hérémence
ẽŋvŋ
ʃɛ ʃʊˈɛ
vvn
vm
9
Isérables
ʋɪn
sə nsoʋŋ
ʋẽnvëm
ʋŋʋøɲ
10
La Chapelle-d’Abondance
vːv
v
11
Lens
ŋː
j
ẽŋjvẽe
jmœŋ
12
Les Marécottes
vvəˈ
ʋv
13
Liddes
ʋˈɛẽʋẽŋʋeɪm
vẽʋj
14
Lourtier
vˈɛʋvˈɛː
ʃə ʃw
ʃə ʃwɛ
ʋˈᵑvɛŋvẽ
ʋˈəŋː
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
15
Miège
vjŋvjᶢvjɛˈ
ʋjjjœmkɔᵛˈœ
vj
vj
16
Montana
ɛnɛmm
n
œn
17
Nendaz
ˈœv
vm
vẽ
ːv
18
Orsières
vẽvˈɛẽvˈe
vẽvveŋvˈɪ
vˈø
19
St-Jean
vjenvj
vjɛnvjn
vjvjɛn
vjn
20
Savièse
ʃœ ʃʏ
ŋ
vŋv

21
Sixt
vˈɛv
vˈaɛ
vvẽ
22
Torgnon
vɪẽ
vŋ
vẽ
vvŋ
23
Troistorrents
væˈ
vˈɛ
vˈãʋɑn
ʋjãʋˈẽ
ʋɑva
24
Val-d’Illiez
v
s n sʊvˈm
ʋv
25
Vouvry
ʋ
ʋˈ
ʋˈæẽ
ʋv
ʋ

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

l dʏʋˈĩŋ brʑjˈɑ
Elle devient bronzée.
a ʃnˈnɑ ke v varˈẽ ʏ mɑɹtɕjˈɑ
La semaine que vient ils iront au marché.
ɛː fntnə lɛː ɑɔ kʲe vŋ lɛː  boɹnˈe - ɛː -  bwɪ le  ʀesipjˈŋ kʲə vəː - aɔ kə vɑ ʊ ˈiːvɐ
La fontaine est où que vient le .. le tuyau .. et .. le bouil est le récipient que v.. où que va l’eau.
mə dəmˈd ʃʏ m pɑʁˈŋ ʃ ʃɥˈøn də mɛ
Je me demande si mon parrain se souvient de moi.
ɑ ʃˈnɑ kjə vŋ vʁeɪ tʃɥ  fɹɑːr  ʃɥˈœrə
La semaine que vient, elle verra tous les frères et sœurs.
ʃë tʊ pˈɑːʁʊ və pˈɑœ d abˈɔɹ nuʒe vɛʁˈe pami
Si ton père vient pas bientôt, nous nous verrons plus.

1.2 ArbazM:

ɑ ʃenˈndɑ ke vŋ vɑrˈẽŋ y mɐr- vɑrˈŋ y mɑrtʃjˈɑ
La semaine que vient ils iront au mar.. ils iront au marché.
k vˈeɲʏ ɛ ɡrˈilːɔ ɛ ˈɑtse ʃ mˈetŋ ɑː w ɑbrˈi - e bˈihe ʃe mˈtŋ ɑː - ɑ ʃˈɔɦɑ
Quand vient les grêles1, les2 vaches se mettent à l’abri .. les bêtes se mettent à .. à la chotte.
1[ɡrˈilːɔ] ‘grêle’ substantif masculin pluriel; cf. FB 1960 s.v. gri
2[ɛ ˈɑtse] Malgré la chute du v- intial de ‘vache’, l’absence de liaison indique une initiale «consonantique», à l’instar du h- dit «aspiré» en français.
dʏmˈɑr kə vŋ  ɑ nˈo ɑ mtˈɑɲə
Mardi que vient on va en haut à l’alpage.
k vẽŋ nˈiːtə lɔ ɔ mwŋ ʃiː ə ʀonˈɑlːe ke kˈerjɔŋ deŋ y mɑrˈe
Quand vient nuit, il y a au moins six grenouilles que crient dans le marais.
ɑː e fˈiːhe kː œ - œŋpɔrtˈŋtʏ dy vøˈɑzʊ leː fihɑdʒʲˈo n ɑ pəɹtˈɔt əŋ ʋɑwˈe ʏ fihɑdʒʲˈoː - lɑː fihɑdˈu - dəwˈŋ kʲə vˈœŋ - ɛː lɑ wɑssjˈŋ ɑwˈi ʃɛn  pu pɛrtˈɔt - pwe leː ɪ pɑtrˈɔnə bĩŋ ʃøɥr 
Ah les fêtes que .. euh .. importantes du village c’est Fête-Dieu on a partout en Valais la Fête-Dieu .. la Fête d’Août .. lundi que vient .. et l’Ascension aussi ça un peu partout .. puis c’est la (fête de la) patronne bien sûr euh.

2.1 BionazF:

œ lə tsɪ atsətˈɑ lø bˈɔtːə - awˈɪ loː - ɛ ɔ kɔrdɔɲˈɛ mə hɛ- mə v pɑ lɑ pɑˈɔla d əm patwˈɛ
Euh les gens achetaient les chaussures .. chez le .. euh au cordonnier me he- me vient pas le mot* d’en patois.
*NB. [pɑˈɔla] est féminin.
la sənˈa kʲə vˈœ - ɑləʀˈɛ pwi ɪ maʁtsˈa
La semaine que vient .. ils iront puis au marché.
vŋ nˈɪt œː n a ʊ mw swɪ ʀənˈɔʎə - cʲə tsˈnt - œː dədˈ la ɡˈɔʎə
Quand vient la nuit euh il y a au moins six grenouilles .. que chantent .. euh dans la mare.
ɑ sənˈɑ kʲə vˈœ œ vɲəʀˈɛ œ tˈɔtə sə sɛˈɑʊ ə sə fʀˈeʊ
La semaine que vient euh viendront euh tous ses sœurs et ses frères.

2.2 BionazM:

ɐː lə lɑ pm- sənˈɑ kʲə vˈʏ vã p ʊ martsˈ
Euh le la pm.. semaine que vient ils iront* chez le marchand.
*Litt. ils vont puis. Périphrase du futur considéré comme certain.
dœmˈɑɕʏ cʲʏ ʋ ɑlpˈ lə vˈɑtsᵊ
Mardi que vient nous alpons les vaches.
we lœ lɪ dʒˈʊəĩjẽ cʲə pˈɑːsəː cʲə vm bɑː œː də nɔ ɑ lœː ɑl lɑ dʒˈujĩ cʲə pˈasə l a n lɔ bytjˈe
Oui le là la rivière que passe que vient bas euh chez nous le la rivière que passe elle a nom le Buthier.

3.1 ChalaisF:

-

3.2 ChalaisM:

lɑ sŋnˈanʏ {ki / k i} n - van u martʃʲˈa
La semaine {qui / qu’elle} vient .. ils vont au marché.
dimɑr k i ɛn n alˈẽ ʃuk pɔjˈɛ
Mardi qu’il vient nous allons en haut inalper.
k ʋjn ɪ ɡrˈeːlɐ - lɔ betˈɑlːᶦ ʃe kˈatsən
Quand vient la grêle .. le bétail se cachent*.
*Accord logique au pluriel.
kw lɔ ʃjɛl vj niːr ɛː œː tsɑrʒjˈaː kə nɔ vjen d nˈɛɡbjɔ - nɔ pweŋ eʁə ʃɥiʁ ke vɑ - ke vɑ m- bajˈɛ la plˈɔzə
Quand le ciel vient noir et euh chargé que nous voyons de nuages .. nous pouvons être sûrs qu’il va .. qu’il va donner la pluie.
ɔ pwe de k n eŋ bɑtˈɪk lɔ - lɔ kɔlˈɛːʒə k l ɛ iŋkjˈɛ əntr  dʊ velˈɑːðə - lɛ ʒ fˈɑn van eŋ klˈɑːsː ɛn di l n mɪə- skt - siŋkanta ʃt - v nɔ sˈembl eŋ klˈɑsə ʃɔm pɑ deː vjɪn də tsalˈiː vjeŋ də ʁˈɛʃə ʃ tɔ mflˈɑ ɛ ʃ - l ɑm pɑme stiɡ œ bɑɡˈɑ kə n ɑiʃɑŋ nɔ kɔmːə pˈɔkrɔ
Et puis dès que nous avons bâti le .. le collège qu’il est ici entre les deux villages .. les enfants vont en classe depuis l’an mil.. cinquante .. cinquante-sept .. ils vont ensemble en classe ils sont pas de .. il vient de Chalais il vient de Réchy ils sont tous mêlés et se .. ils ont plus ces euh bagarres que nous avions nous comme petits.

4.1 ChamosonF:

ɐ sənˈanə kə vẽiː - il iʁ ɛ viʁ - vaʁ  fˈæɪʁ
La semaine que vient .. ils iront ils iront .. iront en foire.
mə dəmˈdə sə m paʁ sə søvˈ dɛ mœ
Je me demande si mon parrain se souvient de moi.
a sᵊnˈn kʲə vˈɛ vɛʁˈ tɔ sɪ fʀɑr e si soˈaɛʀ
La semaine que vient, elle verra tous ses frères et ses sœurs.
si t pˈɪːʁə n vẽ pɑ dabˈɔ nɔ nɔ vɛʁˈa pɒmi
Si ton père ne vient pas bientôt, nous nous verrons plus.

4.2 ChamosonM:

mɛ a snˈnə kjø vˈɛ ə - mɛ ɪ v ənˈo  fæɛʁ
Ben la semaine que vient euh .. ben ils vont en haut en foire.
tã z ã tã l ɑ ɔ bʁujˈɑ kɛ ven n tənˈi kpaɲˈi
(De) temps en temps il y a le brouillard que vient nous tenir compagnie.
ka ʋ d œtˈᵑ l a ɛ fwˈɔjë ce vɪɲ dzˈoɔnə
Quand vient l’automne il y a les feuilles que viennent jaunes.
dømˈɑ cjə v  mʊt a l alpˈɑdz
Mardi que vient on monte à l’alpage.
kã ɪ v  mwˈɛə nɪ - l a a m sæ ʁənˈɔji kɛ kʀœˈasə d  - n o mɑʁˈœ
Quand il vient très (litt. un tas) nuit .. il y a au moins six grenouilles que croassent dans le .. en le marais.
v ne - a m - sæ ʁənˈɔji k kʀɔˈɑs d a ɡˈɔjə
Quand vient nuit .. au moins .. six grenouilles que croassent dans la mare.

5.1 ContheyF:

no mə dəmˈŋdə ʃe mõ parˈ ʃə ʃoˈ də jɔ
Je me demande si mon parrain se souvient de moi.
a ʃnˈãnə cœ v - e vʀːˈɛː tɥiː ɛ frɑːr ɛː ʃwˈæjrɐ
La semaine que vient .. elle verra tous les frères et sœurs.

5.2 ContheyM:

a ʃənˈna cjə ʋ e ʋarˈ ʏ maʁtʃjˈa
La semaine que vient ils iront au marché.
dømˈa kʲə vɪ n iʒˈ poˈe
Mardi que vient nous allons inalper.

6.1 ÉvolèneF:

laː ʃnãna kʏ vʏŋ i udrˈœn tɥiᵏs  martʃʲˈa
La semaine que vient ils iront tous au marché.
k i vʏn nɛt j a ʊ mw ʃi ʁənˈɔjø kə krˈiːɔn e marˈø
Quand il vient nuit il y a au moins six grenouilles que crient dans les marais.
m dɛmˈãnd ʃ mjɔ paʁ ʃə ʃvˈʏn kɔ d m.
Je me demande si mien parrain se souvient encore de moi.
la ʃnˈãna k vỹ lʏ vɛʁˈe tʃɥi le ʃj frɑr ə tˈtə l ʃˈʊrᵊ
La semaine que vient elle verra tous les siens frères et toutes les sœurs.

6.2 ÉvolèneM:

la ʃnˈanœ kʏ vʏŋ n alˈɛŋ ʊ martʃjˈɐ
La semaine que vient nous allons au marché.
lø dʏmˈɑ kʏ vʏn n alɛŋ pɔjˈɛ
Le mardi qui vient nous allons inalper.

7.1 FullyF:

la ʃᵊnˈnʏ kə vœẽ ɪ væʁˈ ɪ maʁtɕˈa
La semaine que vient ils iront au marché.
wɛ n  ʃ ʃfʊʁˈẽ - lə vẽtədu dy mˈæe d u - n lə fitˈ - pwœ n lə fitˈ kɔ tɔtˈi - nɔ jɛ  fi deʋɔʃəˈ la vˈœjə - ə f lə tɔ də l iˈaɛʒə pwɛ nɔ - n venˈɛʀ li ʁəlˈtʃə də ʃ ʃfʊʁˈ - ʃ fʊʁˈ ɪ v də fɹʃ l œ d oːtˈ
Oui nous avons saint Saphorin .. le vingt-deux du mois d’août .. nous le fêtons .. puis nous le fêtons encore toujours nous lui avons fait dévotion la veille .. nous faisons le tour de l’église puis nous .. nous vénérons les reliques de saint Saphorin .. saint Saphorin il vient de France il est d’Autun.
k ʊ k lə ᵗni n awˈɪ ɑ m ʃˈɑ ɡʁønˈɔ- ʁənˈɔɪ kœː - kə krˈi d l mɑrˈœ - d la ɡwˈœjɐ
Quand ou .. quand vient la nuit*, on entend au moins six greno.. grenouilles que .. que crient dans le marais .. dans la mare.
*[ni] n.m. ‘soir, nuit’ (FB 1960: 340 s.v. ).
i mə demˈaãd ʃø l paʀˈ a mə ʃə ʃüvˈ ãkwe də mə
Je me demande si le parrain à moi se souvient encore de moi.
la ʃynˈãnə tɕy vˈ - i vaʁ tɕɥi li fʁɒʁ ɛ li ʃwaɛʁᵊ
La semaine que vient .. elle verra tous les frères et les sœurs.

7.2 FullyM:

la ɕⁿãə cjə vˈ ɪ varˈ ɪ marᵗsˈa
La semaine que vient ils iront au marché.
wɛ bɛ dəmˈɑ tʃø v n vː ən ɛ- pojˈɛ nɔ ɛnˈɔ œ mʊtˈaɲɑ
Oui ben mardi que vient nous allons en euh.. inalper haut en haut à l’alpage.
ɑː k v lə ni - j a a m - sˈɑ ɡrnˈojə kə - kə tsˈtɔ - d li ɡˈoɔjə
Ah quand vient la nuit* .. il y a au moins .. six grenouilles que .. que chantent .. dans les mares.
*[ni] n.m. ‘soir, nuit’ (FB 1960: 340 s.v. ).

8.1 HérémenceF:

a ʃnˈãna ke varˈ ʊ martʃˈɐ
La semaine que vient ils iront au marché.
kŋ vŋ ne j ɑ - adˈe ʃi ʁənˈoʎe - ke krˈi p ɔ marˈë
Ah quand vient nuit il y a .. au moins six grenouilles .. que crient dans le marais.
mɛ dɐmˈãndə ʃø lø mjɔ paʁˈ ʃɛ ʃʊˈɛ ŋkwˈɔ dɛ mɛ
Je me demande si le mien parrain se souvient encore de moi.
la ʃnˈana ke ẽŋ vɛʁˈɛ tɥik ə frɑr ɛ ʃwɛr
La semaine que vient elle verra tous les (=ses) frères et sœurs.

8.2 HérémenceM:

la ʃənˈna kj varˈ ʊ martʃjˈa
La semaine qu’elle vient ils iront au marché.
lø brʊjˈɑ v ɛnˈɑ
Le brouillard vient en haut.
kɑ  -  vm bɑ d lɑ mntˈaɲɪ j e le dɛʃˈɪʒa
Quand on .. on vient bas de la montagne c’est la descente.
dʏmˈɑ kj no vɑʒˈ pojˈe
Mardi qu’il vient nous allons inalper.
 la valˈe n  dˈɑwə ʁɪvjˈɛːrɛ ɛː prsɪpˈɑlɛ j a lə bˈɔːrnʏ ke vn dri ti ðɔ la də vɔlˈːŋna ɛ lʏ dɪɡzˈs ke v djə lɔ val də ʒjɛ - ˈɔrɑ ti lɑ ə bʏfyrkaʃˈ dɛʒˈɔ ɔʒˈøɲə - dɪ lɛ  ba ʃ apˈœl lə bˈɔːrɲə
Dans la vallée nous avons deux rivières eh principales il y a la Borgne que vient droit (..) du côté d’Évolène et la Dixence que vient du val des Dix .. maintenant (..) la bifurcation au-dessous d’Euseigne de là en bas elle s’appelle la Borgne.
v nɪː j ɑ ɔ mw ʃɪ ʁənˈɔʎɛ - {kɪ / k i} krˈɪ p œ marˈ
Quand vient la nuit il y a au moins six grenouilles .. {qui / qu’elles} crient dans le marais.

9.1 IsérablesF:

sənˈnɐ cjə ʋẽn l eːrːˈŋ ãŋ fˈɛɪɹɛ
(La) semaine que vient ils iront en* foire.
*Pour l’emploi de la préposition «en» à la place de à + article défini, voir la carte 21020.
k iː ʋɪn tˈɔpə ɛː - ʎ a si rənˈʊːʎ cj kroˈasõŋᶢə - øʏ marːˈɪ
Quant il vient sombre .. il y a six grenouilles que croassent .. au marais.
ɪ mə dɛmˈãndə s i mjo pɐrːˈɛŋ sə nsoʋŋ ŋkˈɔr də mɛ
Je me demande si le mien parrain se souvient encore de moi.
siː ɛ sɛ ɪ tʃo pˈarːəː e vëm pa d abˈor nö vɛrːˈeẽn d abˈor pamˈie
Si euh si le tien père il vient pas bientôt* nous nous verrons franchement* plus.
*[d abor] II.1. ‘bientôt’, II.3. ‘élément affectif renforçant une affirmation’ (GPSR 1: 64-65 s.v. abord).

9.2 IsérablesM:

a ɕənˈãn cjə ʋŋ  ɐrɛˈŋ  fˈɐerə
La semaine que vient ils iront en* foire.
*Pour l’emploi de la préposition «en» à la place de à + article défini, voir la carte 21020.
dəmˈɑr cʲə ʋøɲ n vəzˈɛm pʊjˈ
Mardi que vient nous allons inalper.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

snˈna k n v ø maʁθˈa
La semaine que vient nous allons au marché.
la snˈna k v  vɛʁˈ tɥe lu fʁa ɛ lɛ sɔˈaʀ
La semaine que vient on verra tous les frères et les sœurs.
la snˈna k vː ː vɛʁˈɛ tjə {…} əl vɛʁˈɛ tɥøt su su fʁɑʁ ɛ sɛ sɥœʁ
La semaine que vient on verra tous {} elle verra tous ses ses frères et ses sœurs.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

lɑ snˈnɑ k v  mɑ-  ʋɑ o mɑʁθˈɑ
La semaine que vient on ma.. on va au marché.

11.1 LensF:

j lə deːt - j a du mw - ʃi ʁanˈoʎe u luʃˈe*
Quant vient la nuit.. il y a du moins .. six grenouilles au Louché*.
*Photo: le lac du Louché à Lens.
la ʃʏn- œ wɪː - la ʃnˈana cjɛ ŋː - ʎɛ œ - wa vˈiʀ tɔ l frar ɛ ʃwˈrə
La sem.. euh oui .. la semaine que vient .. elle euh .. va voir tous les frères et sœurs.

11.2 LensM:

lɐ ʃənˈna kjë ẽŋ ᵓwaɹˈẽŋ ã la fˈirə
La semaine que vient ils iront en la foire.
jm ba lɔ ɡrˈeʎo lə lɔ bɛtˈaʎɔ wɑ œː ʃɛ kˈatsɛ
Quand vient bas la grêle le le bétail va euh s’abrite.
ə dəmˈɑr {ki / k i}  jœŋ j ɛ lɔ pɔjˈɛ
Le mardi {qui / que / qu’il} vient c’est l’inalpe.
œː k lɔ fŋ ʃ abˈoːʀɛ ə ʃa ke vẽe - ɛ pɔ la pʎə- j ɛ pɔ lɑ pjˈᶻzə
Euh quand le fond se charge* on sait que vient .. c’est pour la plu.. c’est pour la pluie.
*abòrv. tr. ‘presser, tasser, serrer, courber, charger’; v. réfl. ‘s’affaisser, ployer’ (GPSR 1: 63b)
kaŋ j neːt - j a du mwŋ ʃi ʁanˈoʎe ki krˈi œː - a l ehˈ
Quand vient nuit.. il y a du moins six grenouilles qui crient .. à l’étang.

12.1 Les MarécottesF:

la ɕənnˈɐ cjə vəˈ - l ʀˈ po kˈɔʀi
La semaine que vient .. ils iront pour marcher*.
*«ils iront marcher» au lieu de «ils iront au marché». Le malentendu nous a échappé au moment de l’enquete. (Pour courir ‘marcher’, cf. GPSR 4: 439b).
ʃʏ t pˈaɑpɐ v pɑ dabˈoɔ - nʏ nə tɔʁnˈ pɑ vɪʁ
Si ton père vient pas bientôt .. nous nous revoyons plus.

12.2 Les MarécottesM:

j ɛ ʃʏʃˈãtə ʃœt ã mɛ dɛ fəʋʁˈɛ l  tʃjə ʋ
J’ai soixante-sept ans (au) mois de février l’an que vient.
la kɔʎˈyə d  mɛ dəpˈ də ʃ ke li ʁiɡʃə- ɪ ʒ avˈejə ʁekˈɔlt - .  pʁsˈip lø mˈɛ kə v di la ʒˈyə l ə ply fʃˈæ kɛ lʏ mɛ di flˈyə də dəfɔrˈiɛ
La couleur d’un miel dépend de ce que les (…) .. lesabeilles récoltent .. en principe le miel que vient de la forêt il est plus foncé que le miel des fleurs de printemps.

13.1 LiddesF:

la sənˈna kʲə ʋẽŋ fɪ- l erã ʏ martɕjˈa
La semaine que vient fi.. ils iront au marché.
laː sənˈɔna cjə də ʋˈɛẽ- də ʋaːʁ cjøː ti freːɹ  ʃwˈɛɪɹə
La .. semaine que elle vient .. elle verra tous .. tes frères et sœurs.
sə tm pˈiɹə ʋeɪm pɔ dabˈɔ nø nːɔ ʋaʁ pɔm
Si ton père vient pas bientôt nous nous verrons plus.

13.2 LiddesM:

la - la ɕənˈãnə cjə vẽ l erˈ ʏ martʃʲˈa - a la fˈɛɪra
La.. la semaine que vient ils iront au marché .. à la foire.
kã l ɛ - k ʋj tdzr  ni a m s ʁənˈdɛ - kje də krɔˈɑs d li marˈ
Quand c’est .. quand vient toujours la nuit au moins six grenouilles .. qu’elles coassent dans les marais.

14.1 LourtierF:

æ ʃənˈn kə vˈɛ iɹˈœ ʏ maʁɕjˈæ
La semaine que vient ils iront au marché.
ɐ ʃnˈɑne kʲø vˈɛː vɐʀˈ i fɹɑː ɛ i ʃʊˈaɛᵊ
La semaine que vient elle verra les frères et les sœurs.
k ʋ ø nˈɛi j a m ʃˈɑɛ ʁənˈlːə - kə ʁˈɑːl d ø - d ˈiwə
Quand vient la nuit il y a (au) moins six grenouilles .. que ralent dans le .. dans l’eau.
ma mːaʁˈɛːnə ʃə ʃw tɔdiˈ d a mˈajə fˈitə
Ma marraine se souvient toujours de la mienne fête.
j mə dmˈændə ʃə mjœ - paʁɛ ʃə ʃwɛ ĩnkw də mœ
Je me demande si mien .. parrain se souvient encore de moi.

14.2 LourtierM:

ɐ ɕᵊnˈãnæ k ʋˈᵑ - iɹˈː ʏ martsjˈæ
La semaine que vient .. ils iront au marché.
e ʑˈypɛ jø vɛŋ tkə deʑˈy dznˈɛ
La jupe lui vient jusque dessous les genoux.
dəmˈɑː kë ʋˈəŋː n ʋtˈɕ
Mardi que vient nous inalpons.
kã ø ʋẽ nɛ - ej a a m - ʃˈɑɛ ʁənˈlːe - kə tsˈt d ø maɹˈ
Quand il vient nuit .. il y a a moins .. six grenouilles .. que chantent dans le marais.

15.1 MiègeF:

pɔr ɑlˈɑ ɑ lɑ mntˈaɲə nɔ kɔᵛˈœ œ nɔ pˈɔpa kã nɔ parteʃˈ j a dabˈɔr  -  tsalˈɔt ɑwˈɪ e pjɑ
Pour aller à l’alpage il nous convient euh nous p.. quand nous partons il y a d’abord un .. un bout de chemin* où c’est plat.
*[tsalˈɔt] cf. tsalot ‘bout de chemin, trajet’ (Duc 1986: 107).
kaŋ vjŋ neːt j a n tɔ ka ʃi ranˈɔj kɪ krˈiː jøŋ o la ɡˈɔje
Quand vient nuit il y a en tout cas six grenouilles qui crient dans la mare.
pjˈora pɑː lʏ bɔnɑmˈi ʋj anˈet
Pleure pas .. le bonami vient ce soir.
tu va vˈɛrːɛ k an tan anivɛrsˈɛːʁ li bwˈœbɔ i vjᶢ
Tu vas voir qu’en ton anniversaire ton garçon il vient.
la ʃnˈanɐ ke vjɛˈ kɔntˈ vˈɛrə tɔ l fraːr e le ʃɥˈɛrɛ
La semaine que vient elle a l’intention* de voir tous les frères et les sœurs.
*[kɔntˈ] cf. compter, kont ‘avoir l’intention, devoir’ (GPSR 4: 227).
ʃe lɪ papˈa ɪ jœm pa d abˈoʳ nʊ nɔ vjˈm paəmeɪ
Si le papa il vient pas bientôt nous nous voyons plus.

15.2 MiègeM:

dɪmˈɑr k  vj  la pɔjˈa
Mardi qu’il vient est l’inalpe.
 kə vj nˈeːɪt j a o mw ʃʃ - ranˈɔj kɪ œ - kɪ krˈiː d lə marˈɛ
Et que vient nuit il y a au moins six .. grenouilles qui euh .. qui crient dans le marais.

16.1 MontanaF:

j ɛ lʏ tɔʀˈn kʲø ʃˈurt dɛ lɑ mˈuːbra do laɡ dɛ lɑ mubrˈɑ dɛː dɛ lɑ st- d dɛ kr dɛ mntɑnˈɑ krŋ ɛ k i ɛm bɑ pˈɑʃ d ɬɑ dɑmˈ miʒˈõ
C’est le torrent que sort de la Moubra, du lac de la Moubra de .. de la st.. donc de Crans, de Montana Crans, et qu’il vient bas il passe donc là, en amont de maison.
çʎa no vjˈeŋ œː - kwɛ kə no vˈĩ - jʏn a lɑ vɑlˈeː nø vjˈŋ œːm - dˈitə wɑʁ dɛ ˈɑzə mɛ m pa - ɛ pwɛː dɛ l ˈatrʏ la nø vɛjˈiŋ aʀˈi lɔː - trubstˈɔk lɔ lɑv - lɔ pʎ lɔ m laʃˈo
Ici, nous voyons euh .. qu’est-ce que nous voyons? .. dans la vallée nous voyons euhm .. dites voir de fois ça me vient pas .. et puis de l’autre côté nous voyons aussi le .. Trubelstock le Lav .. le Plan .. le Mont Lachaux.
la ʃənˈana k i ɛn - vɛʀˈi - tɔ lɛ frar ɛ lɛ ʃɥˈɛrɛ
La semaine qu’elle vient, je verrai tous mes frères et mes sœurs.

16.2 MontanaM:

la ʃənˈãna k j n warˈœn ʊ mɑrtʃjˈa
La semaine qu’elle vient ils iront au marché.
kɑ j œn tˈɔpɔ e ɑ ʊ mweŋ ʃiʃ ʁanˈoʎ ke - ke krɔˈɑsɔn - ɦø jem pœ lə marˈɛ
Quand il vient sombre il y a au moins six grenouilles que .. que croassent .. heu dans le marais.

17.1 NendazF:

a ʃənˈna k j ˈœ ø varˈ u mɑrtɕʲˈa
La semaine qu’elle vient ils iront au marché.
kã eː v n - ej ɑ  mw ʃɪ ʁənˈɔːlə kə kˈaj p  mɑrˈ
Quand il vient nuit .. il y a au moins six grenouilles que crient dans le marais.

17.2 NendazM:

ɑ ʃnˈənɐ k j ɪ wˈɑrã ɑ fˈɛɪrə
La semaine qu’elle vient ils iront à la foire.
i vẽ n ɪ brˈŋna
Elle vient en haut la brune.
a f sətˈːmbr et i dɪʃˈɛɪ - n aː dɛʃˈɛɪ - ij atsərˈʊ vm bɑ bajˈ - a dɛʃˈɛi
À fin septembre c’est la désalpe .. on a la désalpe .. le vacher* vient en bas donner .. la désalpe.
*[atsərˈʊ] n.m. ‘vacher, maître vacher d’alpage’ (Praz 1995: 38).
ə ʃi ʏstamˈ dəmˈɑ k j ː dk aprə də - dəmˈ - dəmˈ n  a fˈita d u - ɛ fˈita d u ɛː eː -  vəˈɪ j ɛː-t øna fˈeːtə - œː j ɔna trɐdiɕˈ kəː ʃ mntˈ - ɛː də fer e buɲˈə d ə fitɐ d u -
Euh ici justement, mardi qu’il vient, donc après-de .. demain .. demain nous avons la Fête d’août* .. la Fête d’août est .. est .. en Valais {il est = il y a} .. une fête .. euh {il (est) / il y (a)} une tradition que se maintient .. c’est de faire les beignets de la Fête d’août ..
*[fˈita d u] cf. fîta-d’oû, n.p. fête de l’Assomption, le 15 août (Praz 1995: 290).
kãŋː v ne - j ɑ o mw ʃi - rənˈɔlə - kə kwˈɑl dˈərõ  mɐrˈə
Quand il vient nuit .. il y a au moins six .. grenouilles .. que coassent dans un marais.

18.1 OrsièresF:

la sənˈãdæ k vˈɛẽ v ʊ maʁtʃjˈə
La semaine que vient ils vont au marché.
ɔʁsˈæɛʁ - sə tʁˈɔøvə y kflyˈæŋ - te di dˈawø {..} ʁˈiːv d kə vˈeɲ di bø- di le d bʷɔ s pjˈɛːʁ - œ pwœ l ɑːtʁə vɛ di f- dyː la kˈɔmba d faʁˈi - pwɛ sə ʁəynˈiʃ tøtˈɛ  vˈʏlːə
Orsières .. se trouve au confluent .. entre des deux .. rivières donc que viennent de Bou.. du côté de Bourg-Saint-Pierre .. et puis l’autre vient de F.. de la combe de de Ferret .. puis elles se réunissent toujours en ville.
la snˈanɛ cʲʏ vˈe vɛːʁˈe kɥɪ ʃɪ fʁeːʁ  hwˈɑːɛʀ
La semaine que vient elle verra tous ses frères et sœurs.
sø t pˈiʁə vẽ pɑ dabwˈ n n tɔʁn pa vɛːʁ
Si ton père vient pas bientôt nous nous revoyons pas.

18.2 OrsièresM:

la snən tʃə vˈø viʀˈ  maʁtʃˈe
La semaine que vient ils iront au marché.
kaŋ veŋ l əvˈɛː k la na l e jitʃʲə -  bˈada a mʏdʒˈe ɪ pʊdzˈ
Quand vient l’hiver que la neige elle est là .. on donne à manger aux petits oiseaux.
kᵃ v l øtˈɔõ li fwdə vœjˈ dzˈaænɐ  tsˈɛj
Quand vient l’automne les feuilles viennent jaunes et tombent.
dəmˈa tʃə vˈẽɪ - l  l ænˈɛʁpɑ
Mardi que vient .. c’est l’inalpe.
k vẽ tˈpᶠʷə - k lɪ ɲˈɔlːə s nɑˈɛʁ -  tʃɑʁdʒˈœ -  sɑ kə vɑ pɑ l dəvˈ k plˈʏsːʏ
Quand il vient sombre .. que les nuages sont noirs .. et chargés .. on sait qu’il va pas long avant qu’il pleuve.

19.1 St-JeanF:

a ʃnˈɐ {kji / kj i} vjen ʋarˈn o martʃjˈɑ
La semaine {que / qu’elle} vient, ils iront au marché.
kumɛ vjɛn ne l ɐ dʊ mwŋ ᵗsŋ ʃʏvr- ɡɹə- ə ɡrɐ- ɹɑnˈołʏ ki lɛ - ki lɛ krˈijən ɪmpɛ lɔ mɑrˈɛ
Quand vient nuit, il y a du moins cinq chuvr .. gre.. euh gre.. grenouilles qu’elles .. qu’elles crient dans le marais.
płˈɔrɑ pɑ t bɔn amˈi vjn anˈɪ
Pleure pas ton bon ami vient ce soir.
ʃʏ t pˈɑrɛ vj pɑ d abˈor no nɔ vɛrˈɪ pɑmɪ
Si ton père vient pas bientôt, nous nous verrons plus.

19.2 St-JeanM:

la ʃənˈŋnə {ki / k i} vjɛn - lː - ɪ van ʊ martʃjˈɑ
La semaine {que / qu’elle} vient .. elles .. ils vont au marché.
əː - ⁿdr kɪ vj l ʊᶢtˈɔn l fˈɔł vˈiɲ zˈanə
Euh .. droit quand vient l’automne les feuilles viennent jaunes.
dəmˈaːr kj vjn l  lɔ zɔ də pɔjˈ
Mardi que vient c’est le jour de l’inalpe.
drɛ k i vj nˈɛɪ - l a dʊ mwɛŋ ʃi ʀanˈɔʁłə ki krˈi ba  la marˈɛsᵅ
Dès qu’il vient nuit .. il y a du moins cinq grenouilles que crient en bas dans le marécage.

20.1 SavièseF:

a ʃʏnˈna {kɪ / k ɪ} ŋ ʋarˈ ʊ martʃjˈa
La semaine {que / qu’elle} vient ils iront au marché.
k i nˈeɪ i vŋ ɪl ɑ o mw ʃi rɑnˈole keː kˈœɹiən druː dru marˈe
Quand la nuit elle vient, il y a au moins six grenouilles que crient dans le .. dans le marais.
m dmˈandə ʒə ɪ pɑrˈ ʃœ ʃʏ õkʊˈ də m
Je me demande si mon parrain se souvient encore de moi.
i ʃʏnˈːnə kʲë v - vərˈɪ cʲʏ ø fɹɐd ʏ ʃɥˈijᵊ
La semaine que vient .. je verrai tous les frères et sœurs.

20.2 SavièseM:

œː - w an kʲ i  - ʊ dïʃˈt ɐvɹˈil end  ʃʊʃant 
Euh .. l’an qu’il vient .. le dix-sept avril j’en* ai soixante ans.
*Pour cet emploi de en «sans valeur grammaticale très nette», cf. Marzys 1964: 51-52.
dʏmˈɑ kj l e dzɔ de poˈɛ
Mardi que vient c’est jour d’inalpe.

21.1 SixtF:

kt v la neː - n tˈ j ɒ ɔ mw hɪ ʁnɔʎ k- kəøː - kə kˈərj d la mɔʎ
Quand vient la nuit .. on entend il y a au moins six grenouilles q.. que .. que crient dans le marais.
lɐ snˈnæ k vˈaɛ ɪ vrˈœ tɥɪ sʊ frɑr e sa serˈɔ
La semaine que vient elle verra tous ses frères et sa sœur.
sə t pˈɑʁə pa bɛtˈʊ  ʁˈɪskə də n pɑ sɔ ʁəvˈɪ
Si ton père vient pas bientôt on risque de ne pas se revoir.
 pwe lɑ snˈɑ k vˈɛ - œː la fᵊˈɛrɐ lɐ pl l pɔʁtˈte j etˈɛ lɐ s mθˈɪ k etˈɛ lə vᵗ nʊ sɛptˈmbrɪ - ɪj erˈ a la fˈɛːrœ a samwˈ
Et puis la semaine que vient .. euh la foire la plus importante c’était la Saint-Michel qu’était le vingt neuf septembre .. ils iront à la foire à Samoëns.

21.2 SixtM:

dømˈɛr kə v n amtˈaɲ
Mardi que vient on inalpe.
i krɛy kɐ vẽ dy kanada
J’y* crois que ça vient du Canada.
*«y savoyard», pronom régime direct neutre «je ça crois». Le pronom se réfère à un antécédent de nature vague mentionné auparavant, le fait que certains toits sont couverts en bois de cèdre probablement importé du Canada.

22.1 TorgnonF:

ɑ ɕənˈa pʁœ- e kʲ vŋ ɪ v pʊ ʊ maʀtsˈɪ
La semaine pro.. euh que vient ils iront* au marché.
*Litt. ils vont puis. Périphrase du futur considéré comme certain.
tʏ vˈɛɪ pɛ kʲ a tŋ æː anɪvɛʀsˈeːɔ tm bwˈeːbɔː tə lɔ vˈɛœ- tə lɔ e- jɪ vɪẽ pʶɛ
Tu verras1 qu’à ton anniversaire ton fils tu le ve.. tu le e.. il viendra2.
1[tʏ vˈɛɪ pɛ] litt. ‘tu vois puis’. Périphrase du futur considéré comme certain.
2[jɪ vj pʁɛ] litt. ‘il vient «près»’. Identifié par d’autres locuteurs valdôtains comme lapsus pour [jɪ vj pɛ], périphrase du futur.
s t pˈapæ eː ɪ - ɪ vẽ poː - bjntˈøː - i ɐ - tœ lɔ vɛʀˈɛ - tə lɔ vɛʀˈɛ ʒamˈeẽ
Si ton papa euh il .. il vient pas .. bientôt .. il euh .. tu le verras .. tu le verras jamais.

22.2 TorgnonM:

lɑ sənˈɑː cʲə vŋ - ɪ v p ʊ mɑrθˈe
La semaine que vient .. ils iront* au marché.
*Litt. ils vont puis. Périphrase du futur considéré comme certain.
dəmˈɑʁs kʲə v n  l- n  l ˈɑʁpa
Mardi prochain (litt. que vient) nous avons l.. nous avons l’inalpe.

23.1 TroistorrentsF:

la snˈanaː k væˈ el eʁˈ ø mɑrtɕʲˈɑ
La semaine que vient ils iront au marché.
a smˈɛnɑː kə vˈɛ e vːʁˈɛeː tɥi su fːʁaʁ e s- e se swˈɑʁɛ
La semaine que vient elle verra tous ses frères et s.. et ses sœurs.

23.2 TroistorrentsM:

la snˈãna kə vˈã l eʁ ø maʁtɕˈa
La semaine que vient ils iront au marché.
tʁwˈɑtoʁˈ n ɑ ʀˈn a ʋɛ ɐwe - t - ɑwˈe tʁ n - fo kmɕjˈe pɛʀ ˈɲcjə - tʁɑtoʁˈ ʋˈɑn dʏ latˈː tʁˈs toʁtˈɛm
Troistorrents n’a rien à voir avec .. t.. avec trois torrents .. il faut commencer par là .. Troistorrents vient du latin trans torrentem.
mˈe le dz ã tˈʊdzo kʁʏ kə e tʁe - tʁ nã - s fe kə sʊ  z ɑʋzˈa le z ˈɑʁmwɑʁi d tʁwɑtoʁˈː - la j a tʁe nã - la jˈeːzə pɑ lu du - s fe k tɕø du nã sɐ ʋjã ḍ pɑʁˈɑ - la ʋjɛz də mɔʁʒˈɐ sø - lɑ tˈənɑ - e pwɑ sɪ ḍ fɑjˈo - ɛ lə ʋəlˈadzᵊoː l e ˈɛɲtʃɪ - d lu tʁe nã
Mais les gens ont toujours cru1 qu’{il est = il y a} trois .. trois torrents .. cela fait que si vous regardez les armoiries de Troistorrents .. il y a trois torrents .. la Vièze et puis les deux .. ça fait que ces deux torrents ça vient pareillement* .. la Vièze de Morgins ici .. la Tine .. et puis celui de Fayot .. et le village il est là .. dans les trois torrents.
1L’informateur explique ici que les armoiries de Troistorrents illustrent une étymologie populaire du nom de la commune, alors que celui-ci reflète le lat. trans torrentem ‘au-delà de la rivière’ (en suivant la route depuis Monthey).
2[d pɑʁɑ] ‘de pareil’ = ‘pareillement’.
a maː əː dəmˈæ kə ʋˈẽ l e dzo de kəmˈõː
Ah ma.. euh .. mardi que vient c’est jour des communs.
əj ɐ - lə nã kə ʋɑ baː diː mɔʁdzˈ - sø nɔ ljˈez s sy na kˈaʁtə dəː ɡəɡʁɑfˈi  di la ʋjˈɛz dø mɔʁʒˈa - me pɔʁ no sã  døʁˈø lə nã ŋkɔ - meɪ - sə lə nã l ɪ ɡʁuː - sø ɐ tʁɛtöʁˈ nə dj hə me l e pɑ  n l e na jˈezə
Il y a .. le nant1 que vient bas depuis Morgins .. si nous lisons ça sur une carte de géographie on dit «la Vieze de Morgins» .. mais pour nous ça on dirait le nant1 encore .. mais .. si le nant1 il est grand .. ici à Troistorrents nous disons .. oh mais c’est pas un nant, c’est une Vièze2.
1À Troistorrents (comme dans une importante partie de la Savoie voisine), nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
2Vièze est le nom du cours d’eau qui descend le Val d’Illiez et se jette dans le Rhône près de Monthey.
va la nɥe lɑ j a ɐ mːː - ʃe ʁᵊnˈɔðe kə kˈɑːjɔŋ d le mˈðe
Quand vient la nuit il y a au moins .. six grenouilles que coassent dans les marécages*.
*[mˈðe] cf. mδə n.f. ‘marais’ (Val-d’Illiez; FEW 6/3: 45a).

24.1 Val-d’IlliezF:

la snnˈɛ kə v l eʁã- l eʁã ba ʏ mɑʁtɕˈɑ
La semaine que vient ils iront.. ils iront (en) bas au marché.
ː s n sʊvˈm bjˈ də l ˈtɑ ʒylˈiːɛ
On s’en souvient bien de la tante Julie.

24.2 Val-d’IlliezM:

la snˈna k ʋ ɛl eʁˈ - eːʁˈ ʏ maʁtʃjˈa
La semaine que vient ils iront .. iront au marché.
k v nɥi lə j ɑ ɛ - ʃi - ɡʁənˈl kəː - kʁˈi dj lʊ maʁˈe
Quand vient nuit il y a euh .. six grenouilles .. que .. crient dans le marais.

25.1 VouvryM1:

lə snˈnə kə ʋ veʁˈ  maʁtɕˈi
La semaine que vient ils iront au marché.
maʁdi kʊ ʋˈ n ɛ- n nˈɛʁpe
Mardi que vient on i.. on inalpe.
a la ɕ deniˈ -  ʋˈæẽ ba
À la Saint-Denis .. on descend (litt. on vient bas).

25.2 VouvryM2:

a snˈna kə ʋ ɛl eɹˈ ø martsˈi
La semaine que vient ils iront au marché.
dəmˈɑ ko ʋ n ɛnˈɛʁp
Mardi que vient on inalpe.
k la ne v - le ɐ bw f ɡə- ɡrɔnˈɔːʒə kə krˈi d lə - lʊ marˈə
Quand la nuit vient .. il y a bien cinq g.. grenouilles que crient dans le .. le marais.