Comparer

Comparer la carte 51334 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

     

Verbes irréguliers: «il y a»: forme du verbe; forme et emploi du clitique sujet

 
parler de
clitique +verbe
verbe seul, sans clitique sujet
1
Arbaz
(46)

-
 
-
 
/
l
ɑ
30
3
5
1
e
l
 
2
2
3
 
2
Bionaz
(47)

n a/n ɑ
ɪn ɑ
œn a
ən ɑ
ɛn a
l a
37
2
1
1
1
4
l 
         
1
         
-
 
-
 
3
Chalais
(24)
l a/l ɐ/l ɑ
l ɛnd a/ l n ɑ
21
2
a
1
4
Chamoson
(45)
l a/l ɑ
n a/n ɑ/n æ
il a/ l a
əl a
27
8
2
1
a/ɑ
7
5
Conthey
(35)
j a/j ɑ/ij a
 
e a
34
 
1
-
 
6
Évolène
(41)
j a/ij a
ej a
24
1
l ɛ
 
2
 
le/lɛ* a
14
-
 
7
Fully
(30)
j a/j ɐ/j ɑ/ij a
ej a
27
2
i ɛn ɛ
 
1
 
-
 
-

8
Hérémence
(55)
j a/j ɑ/ij a/ij ɑ
ɛj a/ɛj ɑ
44
2
j ɛ/j œ/j ə
ɛj ɛ
4
1
l ɑ
1
ɛ/ə
3
9
Isérables
(30)
j a/j ɐ/ij a /ʎ a/dj a
e ɐ/ej a /eʎ a/ɛʎ a
əʎ a
19
8
4
-
 
10
La Chapelle-d’Abondance

(33)
i ɑ/j a/j ɐ/j ɑ/j æ/ij a
l a/l ɑ
e ɐ/ej a
23
4
2
j /j ə
   
2
   
-
 
ɛ/
2
11
Lens
(29)
j a/ij a
e a
øj a/əʎ ə/ə a
18
5
3
ɐ/ə
le a
2
1
12
Les Marécottes
(29)
j a/j ɐ/j æ
ij a/ɪj a
27
2
-
 
13
Liddes
(37)
j a/j æ/j ɔ
ej ɑ/ej ɔ
əj a
11
2
1
j e/j /j ɛ/j /j ø/j œ/j /ij ə/j ə
   
21
   
-
 
ə
1
14
Lourtier
(30)
j a/j ɐ/j ɑ/ij a/ij æ/ij ɐ
ej a/ej ɐ/j a
27
3
-
 
 
15
Miège
(30)
j a/j ɐ/j æ/j ɑ/ij ɑ/ɪ a/i ɑ
e a
28
2
-
 
16
Montana
(35)
j a/j ɐ/j ɑ/ij a
ej a/e ɑ/ɛ a
28
4
a/ɑ
3
17
Nendaz
(35)
j a/j ɑ/j ɐ/ij æ/ij a
ej a/ej ɑ
26
4
ij ɛ/j ə
 
5
 
-
 
-
 
18
Orsières
(27)
 
j a/j æ/ij ɑ/ij ɐ
ej a
l a
11
1
1
j e/j ɛ/j ø/j œ/j ə/ij œ
   
16
   
-
 
-
 
19
St-Jean
(34)
l a/l ɑ/l ɐ
el a
30
1
a/ɐ
3
20
Savièse
(42)
l a/l ɑ/l ɐ/l ɒ/l ɔ
il ɑ/ɪl ɐ
el a/ɛl a
əl a
l
26
3
2
1
1
l ɛ/l 
       
4
       
           
 
 
ə
4
21
Sixt
(58)
j a/j ɑ/j ɒ/j ɐ/ij a/ɪj a/ɪj ɐ
47
j ɛ/j œ/j ə
11
-
 
-
 
22
Torgnon
(69)
j a/j ɑ/j ɐ/ij a/ɪj a/ɪ ɑ
ej a/ej ɑ/ɛj a/ɛj ɑ
əj ɑ
59
7
1
j ɛ
   
1
   
l* ɑ
1
-
 
23
Troistorrents
(50)
la///le//lə*
j a/j ɑ/j ɐ/ɪ æ
lø j
e a
əj a/əj ɐ
30
1
1
4
j ɛ/j e
 ə
əj /əj ə
l ɛ/l ə
2
1
2
2
ɐ
 
l a/le* ɐ
2
4
le* ɛ
 
1
 
24
Val-d’Illiez
(23)
la* j a/lɐ* j a/lɛ* j a/lə* j ɑ/na j ɑ
j a
 ɐ
ɛj a
əj a/əj ɐ
7
2
1
4
3
a/ɐ
lɛ* a/lɛ* ɑ
n ɐ
1
4
1
lœ ɛ
n œ
e œ
2
1
1
       
25
Vouvry
(22)
la* j a/le* j a/l* j a/lɛ* j ɐ/lɐ* j ɑ/lɐ* j ɐ
j a /j ɐ
ɛj a
əj ɐ
ɛ a/ a
7
3
1
1
2
lə* l ɛ
l ɛ
e 
 
ø ɛ
1
1
1
 
1
le* ɐ/lɛ* ɐ
 
2
 
lɛ* ə
ɛ
1
1

*[la/lɑ/lɐ/le/lɛ/lə/l] est ici un adverbe de lieu dont les fonctions correspondent à celles du y français.

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

ʃy  bɔt     ɔ- ʊnɑ bˈɔklɑ
Sur les chaussures il y a (litt. il y est) u.. une boucle.
ɡˈitsə -     lɐː œ -     s tsɑˈoː bɑ we
Regarde .. il y a euh .. il y a cinq chevaux bas là.
l sˈŋt y bŋ ʏ lː n ˈɑtɹə mɔ mi vʏlɡˈɛʁ l - lɛ l le zˈeːɹbɑ mɑ -
Elle est enceinte ou bien il y a (litt. il est) un autre mot plus vulgaire elle est .. elle est elle est pleine1 mais .. (rire)2.
1[zˈeːɹbɑ] ‘enceinte’ (cf. GPSR 5/2: 1064 s.v. dzbo; mot considéré comme grossier dans certains parlers).
2La phrase reste inachevée.
ʃy ɑ plˈɑʃə dː - dʏ vʏoˈɑːzə     nɑ -     l m bwe
Sur la place de .. du village il y a (litt. il est) une .. il y a (litt. il est) une fontaine*.
*[bwe] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
d ɪvˈiːɹ     d lˈaʃə - y boɹnˈe - boɹnˈe d ɑ ftˈŋnɑ
En hiver il y a de glace .. au tuyau .. tuyau de la fontaine.
yː kurtˈi     e tsuː     l e poʁˈɛ     l ɛː rˈiəbə     l ɛ bɛtəʁˈɑʋə ʁˈɔzə     l eː tsu ɦloɹɐ     l  e pˈeɪ
Au jardin il y a les choux il y a (litt. il est) les poireaux il y a (litt. il est) les carottes il y a (litt. il est) les betteraves rouges il y a (litt. il est) les choux-fleurs il est les haricots.

1.2 ArbazM:

     ni d ˈɑːle enˈo ʃu ʃi
Il y a un nid d’aigle en haut sur le rocher.
kŋ     d ẽŋlɥˈizo fo pɑ ʃɛ mɛtr ɑ fŋ d onɑ wˈarzə ʃ- œː ʃˈoːɑ - dɛpɛstˈe
Quand il y a d’éclairs il faut pas se mettre au fond d’un mélèze s.. euh seul .. tout seul.*
*Pour l’évolution de per se > depeste (‘de par soi’ > ‘tout seul’), cf. Marzys 1964: 19.
    l ɔːn eʃˈŋ ke le pɑrtˈeɪ dɛ ɑ ʀˈyʃə
Il y a (litt. il est) un essaim qu’est parti de la ruche.
    jˈœstə nʏ  ke w ˈŋtsə l ɐʀwɑɛ bɑː - ʃˈelːɑ
Il y a juste neuf ans que l’avalanche est arrivée en bas .. là.
n ɑ pɑmi ke kˈɑtrʊ ʒ ɑɲˈe d ɐ bɛrzɛrˈi
Il y en a plus que quatre agneaux dans la bergerie.
    l tˈoːtẽ nɑ mɑrmˈɔtɑ k vˈɛle
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.

2.1 BionazF:

œː dəsˈɪ lə dzˈntə bˈɔtːə n a na bˈɔkʎa u  ɲɑ
Euh sur les jolies chaussures il y a une boucle ou un nœud.
œ avˈɛtʃa ən ɑː ə s pˈeɲo kavˈɑlːə bɑ lɪ
Euh regarde il y a euh cinq petits chevaux là-bas.
œ d ɪvˈøœ œn a də tsandəlˈɪ kʲə pɛɲˈ - də lɑ bʀotsˈɛtːa - də la f- dʊ bwˈœʎə
Euh en hiver il y a de glaçons que pendent .. du tuyau .. de la f.. de la fontaine.
wɛ ː lɔ vlˈadẓ də nɔ jʊ ʀˈɛstɔ a bˈalmə l a œ sˈɛ ʀˈɔcʲə kʲœ sə tʁˈʊːə tɔ də swɪt apʁˈɪ lə fˈitə d ˈʊːtə lɔ dẓo apʁˈɪ lə fˈɪtə d ˈʊːtə
Oui eh le village de nous où j’habite, à Balme*, il y a euh saint Roch que se trouve tout de suite après la fête d’août, le jour après la fête d’août (l’Assomption).
*fraction de la commune de Bionaz.

2.2 BionazM:

ɛn aː œõ - øn dzˈœtː kə l  skapˈʊ də l ɑvəʎˈi
Ah il y a un .. un essaim qu’il est échappé de la ruche.
l  nʊ ŋᶢ - cjə kãŋ a l ə - sˈɑlɑ lɑvˈɛntsə l  dɪsɛndˈœva
Il y a (litt. il est) neuf ans .. que quand a l euh .. cette avalanche elle est descendue.
dəsˈɪ lɔ tˈtːə dɪː mˈɪːtɕɔ də mː ɪə ʏ n- ɪn ɑ də lˈɑbjœ
Sur le toit de la maison* de moi il il il y.. il y a des lauses.
*[mˈitʃo] ‘maison’ s’utilise souvent au pluriel.
n ɑ duː tsː - cjˈɛə cjə ᵈzˈɑpː dˈɛʀɪ lœ vˈɑtsə
Il y a deux chiens .. que que aboient derrière les vaches.
w n a toʒˈʊ na marmˈɔtːɐ kʲəː l ː - kʲœ jœ ɑʎɥˈɪtsə
Oui il y a toujours une marmotte qu’elle est .. que elle veille.

3.1 ChalaisF:

ɔʁa - hoʊ le ʃɔm b p ɒʁɔʒˈɑ lœ flu ʊ ʃʏmihˈɛriɔ ʃɪ pamɪ ʒurti ʃʊk mɑ ʊrʊʒamˈɛn k     a hɔʊ le {ki /k i} pˈɛŋʃɔn tsɛr aʁɔʒˈɑ pʊ lɛ ʒ ˈɑːtrɔ - ʃ ʃaretˈɑːblɔ
Maintenant .. ceux-là sont bons pour arroser les fleurs au cimetière je suis plus montée (litt. sortie en haut) mais heureusement qu’il y a ceux-là {qui /qu’ils} pensent un peu arroser pour les autres .. ils sont charitables.
 l iʎˈœʒ də vɛrkɔrˈ l a lɔ kaʀiʎˈɔ - fʶãm bjɛŋ - ˈɛkstra - dɛvˈan ajˈɪvɛ œ - fʁãswa metraʎˈe kʰe zɔjˈevœ tɑm bjːm - prɲˈɛvə ʃʊk ʁˈi maʁˈ tu ptˈɪk pɔ sɛɲˈ də kaʁeʎɔnˈɑ - ma l ˈirɛ bj - ˈɔra l ɔ l ɐ pwʏldʒˈu {kʰɪ / kʰ ɪ} kaʀeʎˈɔn mɛ l  pa m - pa lɛ mˈɛmɔ kaʁiʎˈ k dɛvˈan - han tɔ tsanjˈa dɛ m- dɛ sistˈɛmə - pa la mɛm mɛlɔdˈiː
En l’église de Vercorin il y a le carillon .. très bien .. extra .. avant il y avait euh .. François Métrailler que jouait tellement bien .. il prenait en haut Henri Marin tout petit pour enseigner de carillonner .. mais c’était bien .. maintenant il y a il y a plusieurs {qui / qu’ils} carillonnent mais c’est plu.. pas le même carillon qu’avant .. ils ont tout changé de m.. de système .. pas la même mélodie.

3.2 ChalaisM:

 pwˈɛɪ d kə n aʁʏˈɛŋ ʊ fɔn - adˈ le l a də mɑrekˈɑːzə pwe d ɡˈɔʎə
Et puis dès qu’on arrive (litt. nous arrivons) au fond .. alors là il y a de marécages puis de mares.
 beŋ na - œː l  ʒʊk ɛnəvˈɑjə - nɑ - ʃ lɑ plˈɑsə dʊ velˈɑːz l n ɑ pɑme
Eh bien non .. euh elle a été (litt. elle est eu) enlevée .. non .. sur la place du village il (y) en a plus.
l ɛnd a ʃi ʒ uʃ jin a la kɔrbˈe
Il y en a six œufs dedans à la corbeille.
l ɑ tɔzˈɔ ʊnɑ mɑrmˈɔtə ke l ɛ le dɛ wˈarda
Il y a toujours une marmotte qu’elle est là de garde.

4.1 ChamosonF:

n æ pɑmi de kɔstˈym po e z ˈɔmɔ
Il n’y a plus de costume pour les hommes.
pwœ     ɑ ɔna wɑzˈinə kə l ə ne a ʃj
Puis il y a une voisine qu’elle est née à Sion.
a tsamɔzˈ l a du mʏl fle s a- abtˈ
À Chamoson il y a deux mille cinq cents habitants .
ʏ f əl a  mɑʁekˈɑːdzə pɑ n etˈã
Au fond il y a un marécage puis un étang.
l a sˈaɛ kɔk d  panˈæɛ
Il y a six œufs dans le panier.
    a ttˈi na maʁmˈɔt kj vœj
Il y a toujours une marmotte que veille.

4.2 ChamosonM:

n ɑ  ni d ˈɛːɡʏ tt inˈɔː ʏ bœ li
Il y en a un nid d’aigle tout en haut au bord là.
il a j - il a ɔ sakʁistˈ kjə va cjʏ œ dᵊmˈdzəæ - n a  pcˈʊːɔ maʁtˈ m pwæ i tˈapœː də melɔdˈiː
Il y a un .. il y a le sacristain que va tous les dimanches .. il en* a un petit marteau et puis il tape de mélodies.
*Pour cet emploi de en «sans valeur grammaticale très nette», cf. Marzys 1964: 51-52.
l ɑ n esˈ kᵊ s ɛ ts- kɛ s ɛ tsapˈ d ɛː ʁyʃ
Il y a un essaim que s’est éch.. que s’est échappé de la ruche.
a paskə d o t l a - l a pa m wɔʁ tɔt  vaʁdʒjˈe - l aʁ tɔ maʁœtsˈy - pæ pl də ɡˈɔjə - pwɛ də ʁənˈɔj - adˈ aː- ɛ ʁənˈɔɪ ɪ f  mˈstə tpˈe kã i tsˈãtᵆ - adˈɔn alˈɑ pʷɑ ɑwˈɪ də pɛːʁts tapˈɑ - pʷ fe aʁᵊtˈɑ - al a- l ɛ diˈɛ d kə l  dë tapaɡˈɔjɛ
Ah parce que dans le temps il y a .. il y a pas comme maintenant tout en vergers .. c’était tout marécageux .. puis plein de gouilles .. puis de grenouilles .. alors a.. les grenouilles elles font un monstre bruit quant elles chantent .. alors ils allaient puis avec de perches taper .. pour faire arrêter .. alors a.. c’est depuis donc que l’on dit «tape-gouilles».
ʏ mɑ dœ fœvʁəˈɑ  -     ɑ bʁɑmˈː dəœː - dœ z etʁˈndzə
Au mois de février nous avons .. il y a beaucoup de .. de-z étrangers.
    a tøtˈi nɑ maʁmwˈɔt kjœ vˈœjᵊ
Il y a toujours une marmotte que veille.
kã ɛ fɪ dœ bˈɪːzə n a  ʋɔlˈ kjə wˈœnːæ
Quand il fait de bise1 il y en a les volets que grincent2.
1[bˈɪːzə] n.f. ‘bise, terme générique pour vent’ (GPSR 2, 405s.).
2[wˈœnːæ] ‘grincent’ cf. vouïnnà, v.i. ‘grincer, en parlant d’une porte’ (FQ 1989 s.v.).

5.1 ContheyF:

d ɔ kɔtˈ ktəʒˈ j a trɛ tsapˈe - d abˈɔ ɔ fɛʁbaˈa kj ɛ ɔ tsapˈɛ ɔ mi bjo pɔ ɛ dzɔ dɛ fit - ɔ bɲˈ kj ɛ ɔ tsapˈe pfa kjə mœtˈ œː œ dəmˈdzə œ  pwˈɛe k ˈɛɪr frˈstə m ɛ fˈɛnə ɔ mɛtˈ pɔ ə æəˈɑ a vˈeɲə y y ts - e pwˈæɛ a bɛʁˈɛta fʁsˈɛːzə - a bɛʁˈɛta poːk kj mtˈ po - pɔ - pɔ  dˈœjᵓ
Dans le costume contheysan il y a trois chapeaux .. d’abord le falbala qu’est le chapeau le plus beau pour les jours de fête .. le bonnet qu’est le chapeau plat qu’on mettait (litt. qu’elles mettaient) euh le dimanche et puis quand il était usé euh les femmes le mettaient pour euh aller à la vigne ou aux champs .. et puis la berrette française .. la berrette arrondie* qu’on mettait (litt. qu’elles mettaient) pour .. pour .. pour le deuil.
*[bɛʁˈɛta poːk] ‘berrette arrondie, sans bord’ (cf. Berthouzoz 1978: 153).
e a ʃæɪ kɔkˈ d ɔ krybvøˈ
Il y a six œufs dans le petit panier.

5.2 ContheyM:

j a  ni d ˈʊːdɔ nˈo li
Il y a un nid d’aigle là-haut.
a kɔmˈunə də kŋtˈæ ɪj a - dabˈ nøʏ mˈlœː - labitˈaŋ pɑ tot a fi nɔ j a - n a də ʃæɪ mœl
À la commune de Conthey il y a .. bientôt neuf mille .. habitants pas tout à fait non .. il y en a six mille.
j ɑ pɑmi taŋ də lˈœø bˈoːtʃɔ
Il y a plus tant de ces taureaux.

6.1 ÉvolèneF:

awˈøts ij a s pɔjˈɛnʃ ba le
Regarde il y a cinq poulains bas là.
ʃ la plaʃ d vlˈaːzø le     a m bɔrnˈe
Sur la place du village il y a* une fontaine.
*L’adverbe de lieu [lɛ] ‘là’ fonctionne de manière analogue à y en français, d’où [lɛ a] ‘(il) y a’.
lø nˈuːsrʏ bɔrnˈɛ ʊ vʏlˈaːzɔ j ɛs ɛn dˈawə par- dː - d mwɛːʃ - le l ɛ d abˈɔː - lʏ buʎ - awˈʏ və l ˈeʊ prˈɔːpja aprˈi le l ɛ lʏ bˈɑːʒa awə lə fəmˈəlɛ lɛ lavˈaːv l pat
La nôtre fontaine1 au village il est en deux par.. deux .. deux morceaux .. il y a2 d’abord .. le [buʎ] .. où va l’eau propre après il y a2 le bassin4 où les femmes elles lavaient le linge.
1[bɔrnˈɛ] n.m. ‘fontaine’ (FQ 1989: 37).
2L’adverbe de lieu [le] ‘là’ fonctionne de manière analogue à y en français, d’où [le l ɛ] ‘il y a’ (litt. ‘là il est’).
3[buʎ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
4[bˈɑːʒa] n.f. ‘bassin de fontaine fait avec des planches jointes’ (FQ 1989: 30).
ɛn ʏvˈɛ ej a lɛ jaʃˈʃʏ {ki / k i} pˈœndɔn ʊk sɔn də la pʏʃˈɔta - doʊ bɔrnˈe
En hiver il y a les glaçons {qui / qu’ils} pendent au bout du tuyau .. de la fontaine.
j a tɔdzˈɔ na mrmˈuta kø lø tʏn amˈ
Il y a toujours une marmotte qu’elle surveille*.
*[tʏn amˈ] cf. tenì ënmènn loc. adv. ‘surveiller’ (FQ 1989 : 77 s.v. ënmènn).

6.2 ÉvolèneM:

j a ʒjˈʏstɔ nu  k una lavˈŋtsʏ l ɛ dɛʃdˈukʃa ŋkˈiʎə
Il y a juste neuf ans qu’une avalanche elle est descendue là.
ʃ l tˈɛkə dɔ mjɔ pˈøʎɔ     a de leːs
Sur le toit de ma maison il y a* d’ardoises.
*L’adverbe de lieu [lɛ] ‘là’ fonctionne de manière analogue à y en français, d’où [lɛ a] ‘(il) y a’.

7.1 FullyF:

b k n aʁˈʏʋə bɑ ʏ f j a də ɡˈɔjə pwa  li  pcˈu li -  di lə li dəvˈã ə lə li daʁˈæə - j ɛn a du
Ben quand on arrive en bas au fond il y a il y a de mares puis un lac un petit lac .. on dit le lac devant et le lac derrière .. il y en a deux.
j ɐ pɑmi k katʁ aɲˈe j la baʁzəʁˈi
Il y a plus que quatre agneaux dans la bergerie.
pwɛ mtˈɑʋ la kʁavˈat - kˈɔ la kʁavˈata nˈæɪʁɔ ɑvˈɛ də ppˈ aʃəbˈɛ ɪ ɐvˈɛ - i ɛn ɛ k mœtˈɑʋ n ppˈ n
Puis ils mettaient la cravate .. encore la cravate noire avec de pompons également il y avait .. il y en a (litt. il en est) que mettaient un pompon noir.

7.2 FullyM:

ij aː ə -  nɪ d ˈʊjə inˈo ø tsɑvɑlˈɑ
Il y a euh .. un nid d’aigle en haut au Chavalard.
j ɐ du ts kʲ kə dzˈap dɑː lʏ trɔpˈo
Il y a deux chiens que que aboient derrière le troupeau.
k j a lɪ ʒ etsalˈɛ - ɪ fo pɑ ʃə kɑtsˈ dʒˈa li ʒ ˈɑːbrə kə ʃ ʃlˈɛ
Quand il y a les éclairs .. il faut pas s’abriter sous les arbres que sont seuls.
ʃy lɑ plˈaʃa de velˈaz ej a na ftˈnæ
Sur la place du village il y a une fontaine.
j ɑ pɑme øœː - j ɑ pɑ brɑmˈ dœː də bʷˈeːtʃjœ
Il y a plus euh .. il y a pas beaucoup de de taureaux.

8.1 HérémenceF:

d øvˈ j a dɛ ʎaʃˈ kə pndˈoʊl ɑ l øfˈuːlɑ dʊ bwe
D’hiver il y a de glaçons que pendent au tuyau de la fontaine.
*[øfˈuːlɑ] cf. efoúla n.f. ‘tuyau par lequel arrive l’eau à la fontaine’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 5.11.2015).
ɛ ʒˈøstɔ nu aŋ k ɛɦ enˈu bɑ nɑ lɑˈːntsə fr ʃe
Il y a (litt. il est) juste neuf ans qu’est venu bas une avalanche droit ici.
j ə pɑmi k kˈatrø ʒ aɲəlˈɛt  la berzerˈɪk
Il y a (litt. il est) plus que quatre-z-agnelets dans la bergerie.
kŋ vŋ ne j ɑ - adˈe ʃi ʁənˈoʎe - ke krˈi p ɔ marˈë
Ah quand vient nuit il y a .. au moins six grenouilles .. que crient dans le marais.
ə tɔlˈ na marmˈɔta kə ʃɔrvˈɛʎə
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que surveille.

8.2 HérémenceM:

j ɑ  nɪ dɪ ʒ ˈʊj ɛnˈɑ lɪ
Il y a un nid des aigles là-haut.
 la vjøj iʎˈʒ k j  ɪθˈaː - dɛmtˈɑj  mœlː nʊ s ʃɔʃˈt ʃɪʃː - j ɛˈe  - ə j eˈi sɛŋ kls ɛj  z kaʀɪʎˈ - ˈɔʁɑ œ hœlˈɪ eʒˈɪstə pɑmˈɪ - ɛj ɑ  kaʀɪʎˈ a la nʊˈɛʋ əʎˈœʒɛ - k  pʊ tʁɛkɔʊðɔnˈɑ dk lʏ kaʀɪʎˈ j ɛː œ ɪj ɛ ij ɛ tʁɛkɔðonˈɑː - j ɑ ʃɑ kjɔsː e j ɛθ  bjɔ kaʀɪʎˈ
Dans la vieille église qu’elle est été .. démolie en 1966 .. il y avait un .. euh il y avait cinq cloches il y avait un joli carillon .. maintenant celui-là existe plus .. il y a un carillon dans la nouvelle église qu’on peut carillonner* donc le carillon il est euh il est il est carillonné .. là il y a sept cloches et c’est un beau carillon.
*[tʁɛkɔðonˈɑː] ‘carillonner’ (cf. Fankhauser 1911: 201a).
ðaʁd la bɑ le j a sen pʷɔʎˈ
Regarde là-bas là il y a cinq poulains.
k j a dɛ ʒ ɑlʊˈødzɔ fːɔ pa ʃɛ mˈɛtrə dɑfˈɔ na lˈɑrʒə
Quand il y a de z-éclairs il faut pas se mettre sous un mélèze.
ɪj ɑ ɔn əʃˈ kɪ ʃ ɛθ ɛθapˈɑː dʊ vɑʃalˈɛt
Il y a un essaim qui s’est échappé de la ruche.
bɑ ɑ fː l     ɑ  marˈøː ɛ n œθˈ
Bas au fond il y a un marais et un étang.
ij a ʒˈɔstə nu  k e ṿenˈʊ βɑ nɑ lɑʋˈːtsə ʃœ
Il y a juste neuf ans qu’est descendue (litt. venu bas) une avalanche ici.
 fevrˈiː ː - ɛj ɛ ɛj a bramˈ d mʃjˈʊ
En février il .. il est il y a beaucoup de messieurs.
diʀɛtamˈ ʃu ɛrmˈsə j ɑ j a pa de ɡrˈʊːʃə mtˈaɲə - ɛ dɛ j œ j a lə krˈehə dɛ tʃjˈɔ lə m kəʀˈɑ lə - ɑ ɑpɹ lə m ʀˈʊːʒə vɛ mɪ lw - ɛ e ɪj ɑ lœ lə l ɡrʊːʃ mtˈaɲɛ ˈɔrɑ j a lə metaʎˈe k e pwfe mɪ ɛnˈɑː - k j ɛ ðɛʒˈɔ lɔ bɑrˈadz ðə la diɡzˈs - ɛ ʊ f d la valˈː j ɛ lə lœ - m bl d ʃɛlˈ - k ke ɑʁˈʊː prsk a katrə mœl li mˈŋke dɛ - lɪ mnkˈ ɛː kˈɑtrɔ mˈetrə dɛ - ɔ pɔr ɛ lə katɹˈ mˈœlːɛ
Directement sur Hérémence il y a il y a pas de grandes montagnes .. et des il est il y a la Crête de Thyon le Mont Carré le .. et après le Mont Rouge vers plus loin .. et et il y a les les les grandes montagnes maintenant il y a le Métailler qu’est un peu plus en haut .. qu’il est sous le barrage de la Dixence .. et au fond de la vallée c’est le le .. Mont Blanc de Cheilon .. que que arrive presque à quatre mille il lui manque de .. il lui manque euh quatre mètres de .. haut pour avoir (?) les quatre mille.

9.1 IsérablesF:

s ɐ plˈasə dœ ʋjˈaːdɛ ʎ a õnɑ fontˈãŋnɐ
Sur la place du village il y a une fontaine.
əʎ a a po priː mɪlːə ɬŋ əː abitˈãŋ ẽn dʒɥiː pwiː - de dzoʋˈenə paː taᵏ
Il y a à peu près mille cent euh .. habitants en Isérables .. et puis .. de jeunes pas tant.
eʎ a sɪ kɔkˈŋ n ʊ krbɛˈ
Il y a six œufs dedans au petit panier.

9.2 IsérablesM:

wɑd ɛʎ a θëm polˈm e ɛ bɑ e
Regarde il y a cinq poulains {..} bas là.
k j ɐ də ʑ lwˈidzə fo pɑ s katʃjˈ dəʒ ɔn ɑːbə kə l ɛ ɕɔlˈɛ
Quand il y a de z-éclairs il faut pas se cacher sous un arbre qu’il est seul.
ʃ ɑ plas døʏ ʋjˈaːde j a nɑ fɔntˈãŋnɐ
Sur la place du village il y a une fontaine.
œ ɛ - ɛn dʒɥi eʎ a ʋɪrˈ mˈel karˈant abitˈ - zɔr də wi
Euh e.. en Isérables il y a environ mille quarante habitants .. aujourd’hui.
ø f e ɐ də marekˈaːdzə pwɪ də z tˈ
Au fond il y a de marécages puis de-z étangs.
ij a ʒˈøstə nyʋ ã - kjɛ l ɛ dɛθandˈøʋə na aʋˈantsə bɑ lɑ
Il y a juste neuf ans .. qu’elle est descendue une avalanche bas là.
ej a ɕɪ kɔkˈ  krβˈɛ
Il y a six œufs en panier.
ɕ ɔ tɛe d a majˈɑ bɑrˈakə dj a dɛ ʒ aʃˈïlə
Sur le toit de la mienne bicoque1 il y a de-z bardeaux2.
1[bɑrˈakə] ‘terme familier pour la maison où on habite, logis familial’ (GPSR 2: 242 s.v. baraque).
2[aʃˈïlə] ‘bardeau’, cf. GPSR 2: 38 s.v. aslyə.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

e ɐ nɑ ftˈnɑ
Oui il y a une fontaine.
n ivˈɛ j a deː - d ɡlafˈ kə - kœː - s f dj lœ - lɛ ɡutˈæɛʁ
En hiver il y a des .. des glaçons que .. que .. que se forment (litt. font) dans les .. les tuyaux.
l a ʃi f sɑ f abitˈ a la θapˈɛla
Il y a six cents sept cents habitants à la Chapelle.
la ʒˈypa ɛ lˈɔːðə - lɡ œ pweː ij a dɛ dtˈɛl æ f
La jupe est longue .. longue et puis il y a des dentelles au fond.
ba æ f i ɑ  ti lɒwesˈ
En bas au fond il y a un petit marécage.
j ɑ pɑme kː katɹœː əwɛ - pɑme kːatʁ aɲˈo djã la bɛʁʒəʁˈi
Il y a plus que quatre oui .. plus que quatre agneaux dans la bergerie.
kã la nɥi tb ej a ʊ mw f əʁnˈajɛ kə kʁˈijõ dj lʊ mɑʁˈ
Quand la nuit tombe il y a au moins cinq grenouilles que crient dans le marais.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

j ɐ de klˈɔθɛ - n ɑp-  di pɑ  də pɑ  kɑʁijˈõ ɪ dˈin de klˈɔθɛ - j æ kɑt klˈɔθɛ
Il y a des cloches .. nous ap*.. on dit pas on dit pas un carillon on dit (litt. ils disent) des cloches .. il y a quatre cloches.
*[n ɑp-] ‘nous ap{pelons}’: cette forme verbale tronquée est précédée de la seule attestation du clitique sujet prévocalique [n] ‘nous’ dans notre corpus de la Chapelle-d’Abondance (les deux informateurs remplacent presque systématiquement ‘nous’ par ‘on’).
kt j ə de de d le de eklˈɛʁ e de də də de tɔ- b- de tɔnˈɛʁ i fo pɑ z bətˈɑ ðɔ lɛ - ðɔ lu z ˈɑːbə
Quand il y a (litt. il est) des des des des éclairs et des de de de to.. b.. des tonnerres il faut pas se mettre sous les .. sous les arbres.
wɛ - ɛ nɑ ftˈnə wɛ
Oui il y a (litt. il est) une fontaine oui.
sy lə plˈafɔ we nɑ ftˈnə p bɛʁ a lɛ ʋˈɑθə - pɔ s abɛʁˈa nɔ
Sur la place oui il y a (litt. il est) une fontaine pour (donner à) boire aux vaches .. pour s’abreuver nous.
ʊ f j ɐ j ɐ ʊː - j a ʊ  le u b j a l dʁˈʏðə - n ɐpəlˈav ts la dʁˈʏðə - la dʁˈʏð ts e ʊ n mɛtˈɛ lə - ʊ ɪ mtˈɑᶹ l fømˈe
Au fond il y a il y a ou.. il y a ou une mare ou bien il y a la [dʁˈʏðə]* .. la [dʁˈʏðə] c’est où on mettait le .. où ils mettaient le fumier.
*[dʁˈʏðə] cf. druzhe ‘pré située en contrebas du chalet et qui reçoit les écoulements du purin (Viret 2013: 1714 s.v. pré).
j  d plɔ- la j ɛʁə d plˈøm blˈθ
Oui il y a (litt. il est) des plu.. il y avait (litt. il était) des plumes blanches.
kʌt lɐ ne tˈbɛ l  l  l ɑ d ʁnˈajœ kə ðˈɑpdj lɑ lɑ lə - lɑ lɑ ɡˈɔjə
Quand la nuit tombe il est il est il y a des grenouilles que coassent dans la la le .. la la mare.
bː sɛ depˈ - j a de z aʁdwˈezə - ɐ de tavajˈ - ə l a  zʲ ekʁˈɑːvə - j ə tɔ
Ben ça dépend .. il y a des ardoises .. {et / (il y) a} des tavaillons1 .. il y a des écraves2 .. c’est tout.
1[tavajˈ] tavillon, tavaillon n.m. ‘tuile en bois clouée de 30 cm. de long sur 15 à 25 cm. de large et 8 mm d’épaisseur pour couvrir les toits’ (Viret 2013: 256; indications du témoin).
2[ekʁˈɑːvə] écrave n.f. ‘bardeau, tuile en bois de 50 cm. de long et 10 à 12 mm d’épaisseur pour couvrir les toits, posée sans clous’, type lexical spécifique de la Vallée d’Abondance (Viret 2013: 256; indications du témoin).

11.1 LensF:

ʊ f e a dɛ marˈø -  oʊː- ɔna ɡˈuʎə
Au fond il y a de marais .. et u.. une mare.
ij a ʒjˈøstɔ nu ʒ aŋᵏ - k una kɔlˈaje de ni - j ɛɦ aʁˈaj ŋ lɛŋ
Il y a juste neuf-z-ans .. qu’une coulée de neige .. elle est arrivée en Lens.
j a ʃɪ kɔkˈen j a la kˈurba
Il y a six œufs dans le panier.

11.2 LensM:

øj a  -  ɲal d ˈaːʎə ʃu ʊ - ʃu z o ɦlɔ ʁɔk le
Il y a un .. un nid d’aigles sur .. sur les (?) .. sur le rocher-là.
dɛʋˈaŋ n aˈaŋ - əʎ ə- n æ- e ju dɛ dɛ ʁahˈaː ɐwˈe - d lˈuj kɛ nɔʒ ɑpəlˈaŋ

Autrefois nous avions .. il y a.. nous a.. j’ai vu de de raccards avec .. de [lˈuj] (galeries) comme nous disions (litt. que nous appelions).
d ʏvˈɛr k j a dɛ ʏ- dɛ ni - b- bˈaʎɔ dœ pɑŋ frɛʒˈɑ i ʒ uʒˈe
D’hiver quand il y a y.. de neige .. j.. je donne de pain émietté aux oiseaux.
d yvˈɛr e a lʏ ʎˈaʃʏ ki əː - kjə pəndɔlˈɑjə œː a la fʊntˈana
D’hiver il y a la glace qui euh .. que pend à la fontaine.
j e - e pa fraŋ ʒˈøstɔ ɦlɔ lˈœœ - lɛ lə ø - lœ fˈnːə bujˈɑŋ u lɑʋʊˈɑr - n aˈɑŋ lɔ lɑʋoˈɑr - k ˈirɛ - k ˈir um bis aw un tə- n tapˈaŋ lɔ - əl tapˈaŋ lɔ lˈøŋzɔ - ɛ le     a l ˈewʊ kɔrˈɛnta - ma œː bujˈa ʊ buʎ ə - puaɱ pa bujˈø ʊ bˈʊʎʏ po ʃeŋ ke lə - l ˈewʏ dʊ bʊʎ iræ ʁʒɛʁvˈaɛ pɔ lɔ btˈaj - nɔ pɔˈam pa mˈɛtrə dœ - dɛ ʃɑˈŋ  d ˈaːtrə detɛrʒˈɑ
C’est .. est pas tout à fait juste cela .. les les euh .. les femmes lavaient au lavoir .. nous avions le lavoir .. qu’était .. qu’était un bisse où on ta.. nous tapions le .. elles tapaient le linge .. et là il y a l’eau courante .. mais euh laver à la fontaine .. nous pouvions pas laver le linge parce que (litt. pour ce que) la .. l’eau de la fontaine était réservée pour le bétail .. nous pouvions pas mettre de .. de savon ou d’autres détergents.
ə a ʒʲjˈøstɔ nu ʒ aŋ - k un avalˈãʃ ɛ nuˈae ba ʃˈeʎa
Il y a juste neuf-z-ans .. qu’une avalanche est venue bas ici.
    ɐ de zəlˈn awˈe lɛ lø pʎˈʊmə bjˈantsɛ
Il y a de poules avec les les plumes blanches.
    ə tɔzˈɔ nɑ marmˈotə kʲeː - ki vˈɛʎɛ
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que .. qui veille.

12.1 Les MarécottesF:

ʃyː lːa plaʃ dœ vlɑdz ɪj a na ftˈŋnə
Sur la place du village il y a une fontaine.
d vˈɛː - j a de jaʃˈ kʏ pændøɔlː - œø bwi dɛ lɑ ʔə - a la tsnˈʊ - dœø bwɪ
D’hiver .. il y a de glaçons que pendent .. à la fontaine* de la euh .. au tuyau .. de la fontaine.
*[bwi, bwɪ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
j ɐ ʒˈstə nˈœə ŋ - kʏ na lavæˈtsɪ l  vɛnwˈa bɑ h tãŋk ø vølˈɑːdzʏ
Il y a juste neuf ans .. qu’une avalanche elle est descendue (litt. venue bas) jusqu’au village.

12.2 Les MarécottesM:

j æ ə - də dzʊvˈʏnə tsvˈo bɑ le - ʀˈɔɑːdɛ
Il y a .. de jeunes chevaux bas là .. regarde.
tʁɛ ʃ - ɛ maʁkˈɔt ɛː viʁˈ tʁɛ ʃm - pwɛi k ij a le z estivˈ j a viʁ - we ʃœm - we ʃ paʁʃˈn a lɐ - ø vlˈɑdzə
Trois cents .. aux Marécottes c’est* environ trois cents .. puis quand il y a les estivants il y a environ .. huit cents .. huit cents personnes à la .. au village.
*Ou marque d’hésitation?
j ɐ ʒˈʏstə nœ  wɛ - k la lavˈtsə l ə pɑʃˈɑɪ bɑ ʃe
Il y a juste neuf ans aujourd’hui .. que l’avalanche elle est descendue (litt. passée bas) ici.
lɪ dzənˈejɛ ʃ blˈtsə - j n a də rˈɔzə j n a u ɔkˈɔʁ də tˈɔtə li kɔʎˈø -  j n a kə l  pl d kɔʎˈø pˈaskɛ l  plø də plmɛ
Les poules sont blanches .. il y en a de brunes il y en a ou encore de toutes les couleurs .. et il y en a qu’elles ont plus de couleur parce qu’elles ont plus de plumes.
j a tdzˈː la mˈema plˈatɛ kə vˈɛjə
Il y a toujours la même marmotte* que veille.
*[plˈatɛ] cf. plat ‘marmotte’ (Müller 1961: 30 passim).

13.1 LiddesF:

ɕy li dzˈɛntə bˈɔtɛ j ɔ  ɲˈœøç
Sur les jolis souliers il y a un nœud.
d øʋˈɛː li maʁˈen d βɔrt li baʁˈtə - də se tatɕˈoŋ dezɔ lo ku də kɹˈəʋɪʋõ li z ɔɹˈɛdə - ə pɥɪ j aː - j eɹə duː - d- dø partˈij kj ëtɛ wlˈãːt d- dɛʁˈɪ
En hiver les femmes elles portaient les bonnets .. elles s’attachaient sous le cou elles couvraient les oreilles .. et puis il y a .. c’était deux ..d.. deux parties qui étaient volantes d.. derrière.
d øwˈɛː j æ liː ldi - l dˈaθ kʏ β- pˈɛndɔl - yː tˈyɥo dyː bwë
En hiver il y a les .. les .. les glaçons que b.. pendent .. au tuyau de la fontaine*.
*[bwë] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ɛa - a lˈdɪ j ɛ sˈɛi θ z abitˈ
Euh .. à Liddes il y a (litt. il est) six cents habitants.
sta sənˈɔːna j  wᶷ - we fˈaːje kə d ãː aɲœlˈoʊ
Cette semaine il y a (litt. il est) hu.. huit brebis qu’elles ont .. mis bas.
j  p mi cjɛ kˈatɹœ anˈi d la bardzərˈi
Il y a (litt. il est) plus que quatre agneaux dans la bergerie.
j œ ttˈi na maʁmˈɔta k dəː - sʊrʋˈœdə
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que elle .. surveille.

13.2 LiddesM:

j ɐ - j ø  - j ø lə ɲæ də l ˈɑːdə inˈɑ lɪ
Il y a un .. il y a (litt. il est) un .. il y a (litt. il est) le nid de l’aigle là-haut.
k j ɐ la ɡrˈilœ - le ʋˈɑtsə də pˈɑrt də sə kˈɑts
Quand il y a la grêle .. les vaches elles partent elles se cachent.
ʁˈɑːda j ɛ θem pɔdˈ lɑ bɑː le
Regarde il y a (litt. il est) cinq poulains là-bas là.
ej ɑ  - əj a õn ɕˈẽ kɛ l ə partˈɛɪ d la ryʃə
Il y a un .. il y a un essaim qu’il est parti de la ruche.
ʃy lɐ plˈɑsəː - ʃy la plˈɐʃə d vəlˈɑːdz ej ɔ  bw
Sur la place .. sur la place du village il y a une fontaine*.
*[bw] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ɔ d əvˈɛ j ə søvˈ li daθˈ øː - a la pəsˈta dy bʊˈ
Oh d’hiver il y a (litt. il est) souvent les glaçons au .. au tuyau de la fontaine*.
*[bʊˈ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
d  d n- d n ɐ trˈɛɪ bwʊ d l vəlˈɑːdz - ɛe - ɪ trɛe j ɛ - ij ə du bwʊ pər  j ə lɔ b bwø  lɔ krwe bw - ə pər  lɔ b bwe sit i l ˈiwə d aʁˈʏːʋə - ɛ pwe pˈɑsːə y səkˈ - kjə dˈej l krwe bw
Il y en il y en .. il y en a trois fontaines dans le village .. euh .. les trois il y a (litt. il est) .. il y a (litt. il est) deux bouils* pour chacun il y a (litt. il est) le bon bouil et le mauvais bouil .. il y a (litt. il est) d’une part celui où l’eau elle arrive .. et puis elle passe au second .. qu’on appelle (litt. qu’ils disent) le mauvais bouil.
*[bwʊ, bw, bwø, bw, bwe] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
lɐ kʊmˈuna dɛ lˈdɪ j ɛ sˈe θ satˈtaː - abitˈ
La commune de Liddes il y a (litt. il est) six cent septante .. habitants.
dəmˈɑ ɕjœ v j e l œ- l nˈrpɐ dœːʏ - dœ də dy kʊ l  l nˈrpɐ də bɒʋˈː ʊ l œnˈœrpa dœ l ɒː
Mardi prochain il y a (litt. il est) l’i.. l’inalpe de .. de de du coup c’est l’inalpe de Bavon ou l’inalpe de l’A*.
*Alpage de la combe de l’A, alpage de Bavon, situés à l’ouest de Liddes.
j a ʒˈøstə nœ ãʏ cjə nə lɐʋ- cjʏ na laʋˈtsə d ə - d ə vəɲˈɑ bɑ sədˈatə
Il y a juste neuf ans qu’une av.. qu’une avalanche elle est .. elle est venue bas ici.
wˈɔrɐ j  - ʃɪ də bˈutʃø i n ə pʴˈɛscə pɑmi
Maintenant il y a (litt. il est) .. ici de taureaux il y en a (litt. il en est)* presque plus.
*[i] forme préconsonantique du clitique sujet neutre, devant [n].

14.1 LourtierF:

tɕjø nœ j ɑ pɑ də tsˈɑːɲ
Chez nous il y a pas de chênes.
y metˈ dy v- dy vɥɑːdz ij æ næ ftɑːnə
Au milieu du v.. du village il y a une fontaine.
d ivˈɛ - j a i daɬˈ - kə pˈʒ y bɔʁnˈe d a ftɑːnə
D’hiver .. il y a les glaçons .. que pendent au tuyau de la fontaine.
adˈ j a pɔmˈ k katɹ aɲˈe d a bɑʁzˈʏ
Alors il y a plus que quatre agneaux dans la bergerie.

14.2 LourtierM:

j ɑ n ɕˈ k ɛ ʃɔrtˈœɛ d a ryʃ
Il y a un essaim qu’est sorti de la ruche.
d ivˈɛ ej ɐ də daɬˈ kə pdøl y tøjˈo dy bwe
D’hiver il y a de glaçons que pendent au tuyau de la fontaine.
ə uɹcjˈe ɪj ɐ ytˈø də kat ɬ ɬŋkˈt abitˈɑ
À Lourtier il y a autour de quatre cent cinquante habitants.
j ɐ ʒˈʏstə nø  kə n ɑʋˈts ə ʋəny bɑː ɕʏ
Il y a juste neuf ans qu’une avalanche est venue bas ici.
kã ø ʋẽ nɛ - ej a a mː - ʃˈɑə ʁənˈlːe - kə tsˈt d ø maɹˈ
Quand il vient nuit .. il y a a moins .. six grenouilles .. que chantent dans le marais.

15.1 MiègeF:

ʃu l bˈɔtɛ di dɪmˈɛnzɛ j a na bˈɔkʎa
Sur les chaussures des dimanches il y a une boucle.
j ɑ dʒjˈʊst nu ʒ ɑŋ - kə ʊn ɑʋalˈɐntsɪ ɛ də- vɛnˈɑje tɑŋk ɛ ʃe
Il y a juste neuf-z-ans .. qu’une avalanche est de.. venue jusqu’ici.
j æ ʃiʒ uʃ jŋ a la kˈɔːrβa
Il y a six œufs dans le panier.
dɛ l atrˈɪ kɔtˈe n alœm ba ɑw ɪj ɑ lo ʃolˈeɪ
De l’autre côté nous allons bas où il y a le soleil.

15.2 MiègeM:

e a n ˈɑːjʏ ke a fe ʃ nit ʃu lɪ
Il y a une aigle* que a fait son nid là-haut.
*[ˈɑːjʏ]: pour le genre féminin d’«aigle», cf. GPSR 1: 201s.
fɑ pɑ ʃə kɑtʃjˈe - deʒˈ  ʃɑpˈẽŋ - k i ɑ də œ də ʒ ɑlɥˈɛʒɔ
Il faut pas s’abriter .. sous un sapin .. quand il y a de .. euh de-z éclairs.
a mjˈz - ɪ a - pɹˈɛskə a t- tɔt lɛ plˈaʃʏ dʊ velˈɑːz na ftˈŋna
À Miège .. il y a .. presque à t.. toutes les places du village une fontaine.
j a fe una frit f- l evˈɛr pɑʃˈɑ - ke l- la fɔntˈaŋna ɪre zalˈɑːɛ  ˈiːr - e pln dɛ jˈɑʃɛ
Il a fait un froid* f.. l’hiver passé .. que l.. la fontaine était gélée et était .. et pleine de glace.
*[una frit] «Le genre féminin a un caractère augmentatif et s’emploie pour marquer l’intensité du froid» (GPSR 7/2: 1034a).
ka j ɐ də vˈs - lɛ malkˈ klˈak
Quand il y a de vent(s) .. les volets* claquent.
** Nous entendons [malkˈ] pour [balkˈ] ‘volets’.

16.1 MontanaF:

 bŋ  - vremˈ də fh œmpɔrtˈte     aː - lʏ pɑtrˈʊŋ ɛ fˈeha dʑjʊ - fˈehɑ dʑjo ɪ ɛ pʎʊhˈʊ lə lʏ lʏ fˈeha lʏ pʎʊ bˈɛla dɛ m - dɛː dʊ vʏlˈɑzɔ
Eh bien euh .. vraiment des fêtes importantes il y a .. le patron et Fête-Dieu .. Fête-Dieu c’est plutôt le la la fête la plus belle de Mon.. de du village.
le     ɑ lɑ l- l ɡrˈʊʃa prɔsɛsjˈŋ ˈɑwe tɔ l mˈndɔ vɑːn ə lø muʒˈka lʏ ʃː lɛ mɪ- ɛ lɛ sɔldˈɑː
Il y a la l.. la grosse procession où tout le monde vont* et la musique, le chant, les mi.. euh les soldats ..
*accord logique au pluriel.
dɛʃˈu lɑ pjˈaʃʏ dɛ - dɛvˈ l ʏʎˈœʒœː j ɑ unaː -  bweʎ
Sur la place de .. devant l’église, il y a une .. une fontaine*.
*[bweʎ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
j a tˈɔzɔ ʊna mɑrmˈɔta kʏ vˈɛʎɛ
Il y a toujours une marmotte que veille.

16.2 MontanaM:

ij a  nɪᶢ d ˈaːʎə ʃˈoʊ le
Il y a nid d’aigle là-haut.
k ɛ a trɔ də ni  bˈaʎɛ dœː - dɛ pɑŋ i ʒ uʒˈe
Quand il y a trop de neige on donne de .. de pain aux oiseaux.
ej a ʊn œʃˈŋ də mɔsˈœte k j ɛ ʃˈurtʏt k j ɛ - j ɛ partʏ du wɑʃəlˈɛt
Il y a un essaim d’abeilles qu’il est sorti qu’il est .. il est parti de la ruche.
ʃu lɐ pləɦ-  lɐ plɐʃ dø vəlˈaːzʏ j a na - j ɑ  bwiʎ
Sur la place .. en la place du village il y a une .. il y a une fontaine*.
*[bwiʎ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
j ɐ ʃɪʃ kʊkˈɪŋ - en a la kˈuːrbɑ
Il y a six œufs.. dans le panier.
j a tɔzˈɔ nɑ maɹmˈɔta kəː vˈɛʎə
Il y a toujours une marmotte que veille.
k jœn tˈɔpɔ e ɑ ʊ mweŋ ʃiʃ ʁanˈoʎ ke - ke krɔˈɑsɔn - ɦø jem pœ lə marˈɛ
Quand il vient sombre il y a au moins six grenouilles que .. que croassent .. heu dans le marais.

17.1 NendazF:

j ɑ na brɔʃ ən ardzˈ p tʃɪnˈɪ ɔ mɔtʃˈɔø əm plaʃ
Il y a une broche en argent pour tenir le fichu en place.
awˈeɪts ij a sn dɔˈn tsɑˈɑ bɑ le
Regarde il y a cinq petits chevaux bas là.
wɛə dər ə kɔmˈunə də nd ej a pᶠo pri kˈatɹʊ mɛ ʒ abətˈ
Oui dans la commune de Nendaz il y a (à) peu pres quatre mille habitants.
j ə na kɔksinl ke ː poʒˈa ʃ ɑ pˈomɐ da a mã
Il y a (litt. il est) une coccinelle qu’est posée sur la paume de la main.
kã eː v n - ej ɑ  mw ʃɪ ʁənˈɔːlə kə kˈaj p  mɑrˈ
Quand il vient nuit .. il y a au moins six grenouilles que crient dans le marais.
ij æ ʃɪ kɔkˈ dr o paɲˈ
Il y a six œufs dans le panier.
j a tr ʊnɑ mɑːmˈɔtə kəː vˈælːə
Il y a toujours* une marmotte que veille.
*[tr] cf. troon adv. ‘toujours’ (Praz 1995: 571).

17.2 NendazM:

j ɑ  nɪ d ˈoːlə ɛnˈa re
Il y a un nid d’aigle en haut là.
k j ɐ də nɛ - ɪ bˈalo də freʒ də p i biːtɕˈ
Quand.. il y a de neige.. je donne de miettes de pain aux oiseaux.
mɑ to ʃ rɪ ɔr eː - a dispərˈy j a pɑmjˈe - e - ə ʃə mˈæɦl eː fəmˈɑː e tsɛsˈy dk əː - e kʊrˈɛ awˈe - dro o tˈɐ ɛ rəʒˈ ɛresi tnˈʏ - a dəmˈdz d ɑˈɑ - ɑ- a- akˈõpaɲe e ʒ ekljˈe - ɪ falˈie - - sørvejˈɛ
Mais tout cela maintenant est.. a disparu, il y a plus; et se mélangent les femmes les hommes donc euh .. les enfants avec .. dans le temps les régents étaient tenus .. le dimanche d’aller a.. a.. accompagner les écoliers .. il fallait surveiller.
ej a õn eʃˈ k e partˈe
Il y a un essaim qu’est parti.
ij ɛ ʃɪ kokˈ - dˈər ɔ paɲˈɛ
Il y a (litt. il est) six œufs .. dans le panier.
ʃʊ ə te d bœ j ə də tˈoːl
Sur le toit de l’écurie il y a (litt. il est) de tôles.
ː ʃ  te d aː ɣrˈnzi j ɐ dœː tɛlˈ
Euh sur le toit de la grange il y a de tavillons.

18.1 OrsièresF:

ʁˈɑːda ij ɐ fẽ pdˈ bɑː lʏ - tsʏ
Regarde il y a cinq poulains bas là {..}.
bɑ ʏ f z no ij ɑ  bwˈɪᵉ
En bas au fond chez nous il y a une fontaine.
a ˈɛʀɛ ej en a pasˈo du mˈelːə
Ah maintenant il y en a passé deux mille.
y f ij œ pl də maʁˈe - ə pwˈɑɪ økˈo na ɡˈdːə
Au fond, il y a (litt. il est) de marécages .. et puis encore une mare.
j ø ʒˈstə nv  k lɐ lvˈts l  venɥa bɑ
Il y a (litt. il est) juste neuf ans que l’avalanche elle est venue en bas.
d j a l tɒ - j æ a m sa aʁnˈɔd kə kɔˈas d n maʀˈe
Dès (qu’) il y a le tard .. il y a au moins six grenouilles que coassent dans le marais.
j œ sˈa kʷkˈ dã l panˈa
Il y a (litt. il est) six œufs dans le panier.
j ə ttˈi nɑ maʁmˈɔtæ k fi l ɡe
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que fait le guet.

18.2 OrsièresM:

j œ mi də dʒʏ mʊscetʃˈe d l bɔsˈ
Il y a (litt. il est) plus de dix mésanges dans le buisson.
n  væʁ ŋkwˈ - sɪ pa si j ãn a m k n jˈɑːdzə mɪ j ãn a ãkʷˈɔ - j œː - də mɔtsˈœ
On en voit encore .. je sais pas s’il y en a moins qu’autrefois mais il y en a encore .. il y a (litt. il est) .. d’éperviers.
ɕy la plˈasə dy vno i ɐ  bw
Sur la place du hameau1 il y a une fontaine2.
1[vno] litt. ‘voisinage’.
2[bw] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
j a du mʏl θ θãn ɐbitˈ  ɑ ɔʁɕˈæ
Il y a deux mille cinq cents habitants à Orsières.
y fː l œ t maʁˈ - j e d ɡˈɔdə
Au fond c’est tout marécageux .. il y a (litt. il est) de gouilles.
j ɛ ʒˈøstə nv  k ɔna ləvˈtse l  venɥa bɑ sə
Il y a (litt. il est) juste neuf ans qu’une avalanche est venue en bas ici.
l a ŋnɐ bitɕ ɐ b dø k s œ pʷzˈaːjə d sa mã
Il y a une bête à bon Dieu que s’est posée dans sa main.
j ə təlˈ na mɑmˈɔt kə vˈɛldə
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.

19.1 St-JeanF:

ʃu nɛvə- nuθə bˈotɛ ɛn nʏvjˈɛ l ɑ pa dɛ bˈɔkʟɛ
Sur n.. nos chaussures en Anniviers il y a pas de boucle.
d vɛ l a dɛ ʟaʃˈŋ {kʲi / kʲ i} pˈndn a - əɔː - ɔː o bwɔjɔlˈɛ dɛ - dʊ bwɪʟ
D’hiver, il y a de glaçons {que / qu’ils} pendent à .. euh .. au au tuyau de .. de la fontaine*.
*[bwɪʟ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ɔ fɔn l ɐ dɛ marˈɛs ɛː nɑ ɡˈɔʟə
Au fond, il y a des marécages et un étang.
    ɐ ʒjˈʏstɔ nuː ʒ aɲ kje l ɛ - n aʋə- œː - lavˈɛẽŋtsɛ ʎ ɛ nˈɑɛ tˈŋkɛ ʃə
Il y a juste neuf ans qu’elle est .. une av .. euh .. avalanche elle est venue jusqu’ici.
    a tˢɔzˈør na maʁmˈɔtə kɪ lʏ vˈɛːʟə
Il y a toujours une marmotte qu’elle veille.

19.2 St-JeanM:

na l a una kʟˈɔsːə - ma pa dɛ kariʎˈ - pɔ ʃẽŋ kɪ l ɛ una tsapˈɛla - l  pa un ʏʎˈɛ parʊsiˈala - l ɪʎˈɛ pɐroɛsjˈalːə ʎ əh ɐ vʏʃˈoj
Non il y a une cloche .. mais pas de carillon .. parce que (litt. pour ce que) c’est une chapelle .. c’est pas une église paroissiale .. l’église paroissiale elle est à Vissoie.
ʃʊ ʟa pʟˈaʃə dʊ vylˈaːzɔ el a m bˈeɪ bwʟ
Sur la place du village il y a une belle fontaine*.
*[bwʟ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
o vʏlˈɑzɔ də sŋ zɥã - l ɑ a po pre una sœntˈɛeŋna də d abitˈɛn
Au village de Saint-Jean .. il y a à peu près une centaine d’habitants.

20.1 SavièseF:

e b d əvˈɛ l ɐ deɛ lˈaʃʏ - dɛ ɡlasˈ - k ɪ tsˈɛːʒŋ o bʷɔ dy ti
Eh bien d’hiver il y a de glace .. de glaçons .. qu’ils tombent au bord du toit.
l a ʒˈøstə nʊː aŋ ke un awˈɛntsɛ l  ts - l ɛ ɑrʊˈɑːɛ la
Ah il y a juste neuf ans qu’une avalanche elle est t.. elle est arrivée là.
ɐ l ɑ pɑmˈe k kˈɑtro fˈɑ dɹa ɐ brʒɛɹˈi
Ah il y a plus que quatre brebis dans la bergerie.
k i nˈeɪ i vŋ ɪl ɑ o mw ʃi rɑnˈole keː kˈœɹiən druː dru marˈe
Quand la nuit elle vient, il y a au moins six grenouilles que crient dans le .. dans le marais.
ɛl a de fʊrdˈɑ e de mutʃˈuː de tɔt ʏ koˈʊː
Il y a de tabliers et de foulards de toutes les couleurs.
    ə tətˈ nɑ mamˈot ke vˈelɐ
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.
ɛ pwɛ nə tˈɔrnə ba də w ˈatrʏ bjeɪ l  də ʃˈoe
Et puis on redescend (litt. tourne bas) de l’autre côté il y a (litt. il est) de soleil.

20.2 SavièseM:

l ɒ  ni dɛ ɑːl inˈaː ə - inˈɑ ʊ kw inˈɑ we - inˈɑ ʊ ʃe inˈɑ we
Il y a un nid d’aigle en haut euh .. en haut au coin là-haut .. en haut au rocher là-haut.
l ɔ ɔn øʃˈŋ ke l  paɹtˈi de u wɑʃəwˈɛ
Il y a un essaim qu’il est parti de la ruche.
el ɛ ɪ - el ɛ t zɑwˈø ɪ fntˈɑnə pwɪ l ɛ -  eːɪ - l ɛ tsndˈiwɛ - dʏʒˈn ɛ tsɐndˈiwɛ l ɑː də lɑ- lˈɑʃ
Elle est euh .. elle est tout gelé la fontaine puis il y a (litt. il est) .. euh .. il y a (litt. il est) les «chandelles» .. on dit (litt. ils disent) les «chandelles» il y a de gla.. glace.
ɪl ɐ əl a ʃʏ kɔkˈɔn nɑ ɑ kˈʊːɹbɑ
Il y a il y a six œufs dans le panier.
    ə tɔtˈœ nɑ mamˈᶷtɛ kj - ke ʃɔɹvˈelɛ ʃ k ʃə pɑʃ
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que .. que surveille ce que se passe.
k əɹˈuɛ - kɐn tsɛ a fʏn dʊ dzɔː m .. el aː m .. l ɐ ʃi ʁanˈol o mw ʃi ʁanˈɔleː - kjeː kje krø-ʏ - kjə kˈœɹjɔn døm pɔ ɔː - døm pɔ o maɹˈe a pˈɑːdɛ
Quand arrive .. quand tombe la fin du jour euh .. il y a euh .. il y a six grenouilles au moins six grenouilles que que cri.. que crient dans le .. dans le marais à côté.

21.1 SixtF:

pɛʁ ːθə  hɪː - ɪj ɐ pɑ ḍ θˈɪna
Par ici en Sixt .. il y a pas de chênes.
ɑ wˈeɛː dɪ t a vjy lɔtr ɪj a fɛˈ pɔʎˈ
Ah oui dis tu as vu là-bas* il y a cinq poulains.
*[lɔtr] ‘là-bas’, litt. ‘là outre’ (cf. Viret 2013: 1234).
j ɐ nʊ  ke j a nɑ lav- œn h ən ɐvalˈθ k ø nwɑː e k a fe badrˈɛ {d} deɡˈa
Il y a neuf ans qu’il y a une ava.. une h une avalanche qu’est venue et qu’a fait beaucoup de dégâts.
kt v la neː - n tˈ j ɒ ɔ mw hɪ ʁnɔʎ k- kəøː - kə kˈərj d la mɔʎ
Quand vient la nuit .. on entend il y a au moins six grenouilles q.. que .. que crient dans le marais.
j ɐ tœðˈɔ nɑ ma{ʳ}mˈoːta k vˈjə - kə fɑ lœː - l ʒdˈɑː{ʳ}mə
Il y a toujours une marmotte que veille .. que fait le .. le gendarme.

21.2 SixtM:

j ɛ dʊ θ kə ðˈap deːʶ l tʳəpˈe
Il y a (litt. il est) deux chiens qu’aboient derrière le troupeau.
kt ij a de z eʎˈɔd t i mnas d l ɔrˈaːðə l z eʎˈɔːd i fo pa s mtr zo le pʏɦ - o zo lʊ ʑ ɑːbrə
Quand il y a des éclairs quand il menace de l’orage les éclairs il faut pas se mettre sous les pesses* .. ou sous les arbres.
*[pʏɦ] n.f. ‘pesse, épicéa commun, sapin rouge’ (cf. Viret 2013: 879).
n ivˈeːr ej ɐ tðˈr lʊ ʎaɦˈ ᵏ pˈːd y ɑʁθˈe d la kˈõθə
En hiver il y a toujours les glaçons que pendent à l’arceau du bassin.
o wæ j œ - j œ nʊː  - nʊ  k l avələ- k la lavˈθ e ɲˈa
Oh oui il y a .. il y a neuf ans .. neuf ans que l’avala.. que l’avalanche est venue.
j ɑ pamˈe katɹ əɲˈɪ y bu
Il y a plus (que) quatre agneaux à l’étable*.
*[bu] ‘étable, écurie’ est masculin.
j ɐ ɦɪ z wɛ ð l pɐɲˈɪ
Il y a six œufs dans le panier.
a j ə təðˈœʁ nɑ maʁmˈɔːtə k ʃəvˈeʎə
Ah il y a (litt. il est) toujours une marmotte que surveille.

22.1 TorgnonF:

dyɕˈy l bˈoːteː ɛj a  pitʃˈe ɡʀɔp
Sur les chaussures il y a un petit nœud.
nɑː ɕʏː e ɕʏ ɕˈəʎɐ pɛ lɔ ɕdʑˈ dɛ tɔʀɲˈ ɪj a pʊ dɛ tsˈeːnɔ - ɪ ʃɛ tʀˈov py dʒˈyʏ
Non en haut euh en haut ici dans la partie supérieure de Torgnon il y a pas de chênes .. ils se trouvent plus bas.
ˈɔɪ  stˈɛɪ sˈa lɛ kʎˈoːts  stˈɛɪ sˈɑ lɛ z ˈɔːj - ɛ pwe kã j aː de sɛpʊtˈyːɛ - kã j ɛ de mɔːʀ jɪsˈɔmːa nɔː ɪ ɕˈ ɑlˈɔʀ nɔ savˈ se e kɑpˈete ke j a  fəmˈlːɑ ʊ  ˈɔmɔ pɛʀkˈe kã j aː ə j a  fəmˈɛlːa ɪ ɕˈ pʀætɪkamˈɛnt ɪ ʃ aʀˈɪt ŋ kʲø - ɪ sˈ dɛvˈaŋ jɪ faŋ  ptʃˈeda fɛʀmˈoɔ ɛə p ɐpʀe ʀepʀˈɛɲ vˈetʃe k j œ d z ˈɔmːɔ ɪ faŋ dˈɔvɛː dˈɔvɛ ʀetˈu e ɪ s tʀˈɛɪ kʲʏ
Oui on entend sonner les cloches on entend sonner les heures .. et puis quand il y a des enterrements .. quand c’est des morts enfin (chez) nous elles sonnent alors nous savons s’il arrive qu’il y a une femme ou un homme parce que quand il y a euh il y a une femme elles sonnent pratiquement elles s’arrêtent une fois .. elles sonnent avant elles font une petite pause et puis après elles reprennent par contre quand c’est des hommes elles font deux deux pauses et elles sonnent trois fois.
d ɪvˈeʀ ej a dɛ ɡ- ɛj ɑ d ʎaɕˈ ke pˈønd aː - ɪ b- ɪ bʀɔtsˈɛtːe dɪ ftˈɛ
En hiver il y a des g.. des il y a des glaçons que pendent à .. aux t.. aux tuyaux des fontaines.
j a pomˈe ke kˈatʀə z aɲˈeː dydˈe le tɔlˈɛ
Il y a plus que quatre-z-agneaux dans les bergeries.
j ɑ tødzˈɔʀ  maʀmˈoːta k i ʒwˈɛje
Il y a toujours une marmotte qu’elle veille.

22.2 TorgnonM:

dødˈe lɔ teː j a pʊ ɲŋ kɛ atsətˈɪə də fʁɔmˈːðɔ pɛkjˈœ tsakʲˈŋ ʃə lɔ pʁɔdɥɪzˈɪvɛ
Autrefois il y a pas personne qu’achetait de fromage parce que chacun se le produisait.
lɔ mˈɛɪ de ʒɥŋᶢ j ɛ - ij a l ˈɑʁpɑ  va sʏ ɑ lɑ mtˈɑɲə
Le mois de juin c’est il y a l’inalpe on va en haut à l’alpage.
k j ɐ də nˈɛɪ - bˈøto lœ fʁˈɪːzɛ sy lɑ fɑnˈeːtʁ ɪ ʑ ɪʑˈe
Quand il y a de neige .. je mets les miettes sur la fenêtre aux oiseaux.
lɔ ʃʏ dɛ d de ʒwɪʎˈɛ ˈɛɑ l m pɔʁtˈe ɪ ʊ vœn də mˈɑɪ k ɪ sɑʁˈɪə lɔ lɔ pɑtʁˈŋᵊ ɕẽ maʁtˈẽ - aː - lɔ ɛ lɑ fˈeta tɕˈʏkɑ p mpɔʁtˈnta pec j a pə dzɑ kɔ lɛ təʁˈɪːstɪ e j ɑ pe dɑː - lɔ - l     ɑ pə dzɑː lɑ - lɔ bɑl ɪ ɔrɡanˈez pwe sˈœmpʁə dː d fˈeːte
Le six de de de juillet maintenant nous l’avons déplacé (litt. porté) aux au vingt de mai que ce serait le le patron saint Martin .. hein .. alors c’est la fête un peu plus importante parce que il y a puis déjà aussi les touristes et il y a puis déjà .. le .. là il y a puis déjà la .. le bal ils organisent puis toujours des des fêtes.
la plˈɑsə du vəlˈɑːdzə əj ɑ lɔ bwˈœʎ
Sur la place du village il y la fontaine*.
*[bwˈœʎ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
apʁˈɪ  dekˈotsə dɛː dɛ l ˈotrə dɪ kɔtˈeː ej ɑ ɛj ɑ lɔ sɔlˈɛ ɛ u fŋ tə tʀˈuːvɛ  te-  teʁˈ - maʁɛkaʒˈø k j ɑ de ɡˈɔːjɛ
Après on descend de de l’autre des côtés il y a il y a le soleil et au fond tu trouves un te.. un terrain .. marécageux qu’il a des étangs.
ij a nø ŋ kʲɛː lɑ - lɑ kˈflɑ j e de- i- j ɑ dekɔtsˈe sˈœʎɑ
Il y a neuf ans que la .. l’avalanche elle est de.. elle .. elle a dévalé ici.
ɛː s ɪ ɑ d dɛ sɛʁtˈɛ z ˈɛʁbə d ɡʁɑmˈə z ˈɛʁbɛɛ ɪː kˈnfl
Et s’il y a des des certaines herbes des mauvaises herbes elles gonflent.
k j ɑ lɔ vŋ - lɛː lɛ barkˈ ɪ bˈɑːt
Quand il y a le vent .. les les volets ils claquent.

23.1 TroistorrentsF:

ɕy lɑ plˈasɐ dø vəlˈadzɔ j ɑ nɑ bˈala ftˈɑŋɑ
Sur la place du village il y a une belle fontaine.
d øvˈɛ la j a deː ɡlaˈɑ kə pɛndˈol də - ldə lɑ d lə dø bwɪ
En hiver il y a des glaçons que pendent de .. long de la de le de la fontaine*.
*[bwɪ] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
j a zy de fødˈɛ ɑwˈɛ le bʁodʁˈiː d l f mɛː ɑtʁɑmˈ l aʁˈã  ə - de ɑwˈeɪ de ɕjø deɛː - e dɛː ə - de ẓ pʁrimˈo də də fjøː də də desˈ də - də ko- e pa  kojˈø
Il y a eu des tabliers avec les broderies dans le fond mais autrement ils étaient en euh .. des avec des fleurs des .. et des euh .. des (tissus) imprimés de de fleurs de de dessins de .. de cou.. et puis en couleurs.
j ɑ pam k katʁ aɲˈe d lɑ bəʁdzəʁˈi
Il y a plus que quatre agneaux dans la bergerie.
j a si z  d l panˈa
Il y a six œufs dans le panier.

23.2 TroistorrentsM:

e ɑ  ni d ˈaːðo mˈ lˈeɪ
Il y a un nid d’aigle là-haut.
    ɐ dʏ ɡʀˈʊse ɲˈɔl  l ɛ - pɔ l mætˈ
Il y a de grands nuages en l’air .. pour le matin.
avˈizɐ - əj a θˈ - polˈ le
Regarde .. il y a cinq .. poulains là-bas.
 jˈaːdzɔ - le fˈenə l aʁã dəʋˈã - lo matɕˈa ðø lɑz də dəʋˈã - ɑ dʁɑt e ə ɡˈoʊtsə - e lʊ z ˈɔmo dɛʁˈɑ - s l a tɕãndʒˈaː ɦə si phah əj ə pʏtˈetˢhe tˢʁːt ã - kə l a - kə a tɕjãdʒˈɑː lu z ˈoːmo - pʏ-tˈoː ɑ dʁɑt le fen a ɡots pɑ ʋˈoʁɑ  ə pa  məẽ d difəʁθ - ʋo tʁoʋˈɑː ə pɛʀtˈoː əː lɑ fˈɑmœd - ə lɑ fˈɑmœð - e le fˈene l ã bˈɛɪː ʏto ktˈtə də ʋənˈj s bətˈæ pə lə f dø lˈaːz
Autrefois .. les femmes elles étaient devant .. la moitié de l’église de devant .. à droite et à gauche .. et les hommes derrière .. cela a changé .. euh je sais pas euh il y a (litt. il est) peut-être trente ans .. que ça a .. que ça a changé .. les hommes .. p..lu..tôt .. à droite les femmes à gauche et puis maintenant il y a (litt. il est) point1 de différence .. vous trouvez euh .. partout euh .. la famille .. euh la famille .. et les femmes elles ont bien .. été contentes de venir se mettre par le fond de l’église2.
1L’emploi de [məẽ] ‘pas, point’ (Fankhauser 1911: §52) est également attesté à la Chapelle-d’Abondance et ailleurs en Haute-Savoie (cf. Viret 2013: 1555 pour Morzine).
2[ðˈɑzə] n.m. ‘église’ (cf. Fankhauser 1911: 63 §74b).
øːœ n  mˈẽ də fˈetje sʏ a tʁɛtɔʁˈː kːœ ᵈl ʏs pɑː ɑjˈœːʁ əː sː j a noˈɛlə kəm pɛʀtˈoː lɑ tusˈː bɐẽ ɕˈyʁ lə pʁəmje novˈːbʁə
Euh .. nous n’avons point de fêtes ici à Troistorrents .. que .. ils aient pas ailleurs .. euh .. s.. il y a Noël comme partout .. la Toussaint bien sûr le premier novembre.
ʀˈijo paː l ʏ l djez ne ʋo n tʁoʋæ ɲõ le j ɑ mˈæẽ d oʋʁˈɑː - e ʋo n tʁoʋeʁˈa ɲ
Je ris pas .. c’est le dix-neuf vous ne trouvez personne il y a pas d’ouvrier .. et vous ne trouverez personne.
sːy lɑ pθɑs dø ʋʏlˈɑdzo le     ɐ nɑ f - nɑː - na ftˈn
Sur la place du village il y a une f.. une .. une fontaine.
j ɑ ɑ pu pʁeːɛ tʀe mˈilə tʁe mˈilə θæə θː ɑbitˈ pɛʁ s ɑ tʁetoʁˈ
Il y a à peu près .. trois mille trois mille cinq cents .. habitants par ici à Troistorrents.
ba  fˈː l ɛ d le mˈoðe - p j ː - ɔto l     a  lˈɛe
En bas au fond il y a (litt. il est) des marécages* .. et puis il y a un .. autour il y a un lac.
*[mˈoðe] cf. mδə n.f. ‘marais’ (Val-d’Illiez; FEW 6/3: 45a).
l ɪ æ dʑjˈœstø nˈøʏ ã k la lavˈãtsə - ɛ ʋnˈʏtɑ ba tk a s
Là il y a juste neuf ans que l’avalanche .. est descendue (litt. venue bas) jusqu’ici.
ɑ le ɛ de dzənˈəe k l  e pθˈme bðˈntsː
Ah il y a (litt. il y est) des poules qu’elles ont les plumes blanches.
nɔ dj la jˈeːzə - n dj ʒamˈe la ʁɪvjˈɛːʁ pə n pʊʁj pa dʁ - mɛ lə ʀˈuːno l e lɔ ʁˈʊːdɔ j ɛ lö ʁˈuːn ə la jˈezə - j e - la jez l e la jˈezə həh - meː lə n l e - wɪ lə nã
Nous disons la Vieze1 .. nous disons jamais la rivière puis nous pourrions pas dire .. mais le Rhône c’est le Rhône il y a (litt. il est) le Rhône et la Vieze .. il y a (litt. il est) .. la Vieze c’est la Vieze (rire) .. mais .. le torrent2 c’est .. oui le torrent.
1Vièze est le nom du cours d’eau qui descend le Val d’Illiez et se jette dans le Rhône près de Monthey.
2À Troistorrents (comme dans une importante partie de la Savoie voisine), nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
əj ɐ - lə nã kə ʋɑ baː diː mɔʁdzˈ - sø nɔ ljˈez s sy na kˈaʁtə dəː ɡəɡʁɑfˈi  di la ʋjˈɛz dø mɔʁʒˈa - me pɔʁ no sã  døʁˈø lə nã ŋkɔ - meɪ - sə lə nã l ɪ ɡʁuː - sø ɐ tʁɛtöʁˈ nə dj hə me l e pɑ  n l e na jˈezə
Il y a .. le nant1 que vient bas depuis Morgins .. si nous lisons ça sur une carte de géographie on dit «la Vieze de Morgins» .. mais pour nous ça on dirait le nant1 encore .. mais .. si le nant1 il est grand .. ici à Troistorrents nous disons .. oh mais c’est pas un nant, c’est une Vièze2.
1À Troistorrents (comme dans une importante partie de la Savoie voisine), nant ‘torrent’ est resté un nom commun, alors qu’ailleurs, il s’est figé comme toponyme.
2Vièze est le nom du cours d’eau qui descend le Val d’Illiez et se jette dans le Rhône près de Monthey.
fˈeta lɑ madlˈːnɐ - l ˈaʁ lə ʋt e du ʒɥijˈe l aʁe tödzˈo - lːø dzo - tɕɥezˈaʋe lʏ dzo o l j ɑʋɛ lɑ madlˈeːna - pɔ la j ɐ ptete kaʁt ː - l  btʊ s la dmdz - s fe kə no fˈeːt lɑ bɑdlˈeːnɑ - lɑ dəmˈnzə - lø ʋt e tʁe lø ʋt e kˈɑtʁo
(On) fête la Madeleine .. c’était le vingt-deux juillet c’était toujours .. le jour .. ils choisissaient le jour où il y avait la Madeleine .. et puis il y a peut-être quarante ans .. ils ont mis ça le dimanche .. cela fait que nous fêtons la Madeleine .. le dimanche .. le vingt-trois le vingt-quatre.
kɑ va la nɥe j a ɐ mːː - ʃe ʁᵊnˈɔðe kə kˈɑːjɔŋ d le mˈðe
Quand vient la nuit il y a au moins .. six grenouilles que coassent dans les marécages*.
*[mˈðe] cf. mδə n.f. ‘marais’ (Val-d’Illiez; FEW 6/3: 45a).
l ə pɦamˈe mãɛ d bˈøʏ
Il y a plus point* de taureaux.
*L’emploi de [mãɛ] ‘pas, point’ (Fankhauser 1911: §52) est également attesté à la Chapelle-d’Abondance et ailleurs en Haute-Savoie (cf. Viret 2013: 1555 pour Morzine).
sy ˡ ta d la ɡʁãːz j ɐ le z θˈlɛ - kᵊm ɕy tˢ ʊ bɛtimˈ
Sur le toit de la grange il y a les bardeaux .. comme sur tous les bâtiments.
əj  tːˈodzo nɑ mɑʁmˈɔtə kə ʋˈːðe
Il y a (litt. il est) toujours une marmotte que veille.
j a d le z ˈɛʁbe k fã ɡ- kːθˈa le ʋˈɑts
Il y a des herbes que font g.. gonfler les vaches.
ka la j a l ˈuːʁɐː - lu balkˈ - bwˈœsː
Quand il y a le vent .. les volets .. claquent.

24.1 Val-d’IlliezF:

aː y la pˈɑθə la paɕ dy ba də la vodiʎˈe j an a la ftˈana - pɥi lʊ ɡʁʊ blˈ dɛʁˈɑ
Ah sur la place la place du bas de la Val-d’Illiez il y en a la fontaine .. puis le Gros Bellet* derrière.
*Allusion à la statue de Pierre-Maurice Rey-Bellet, dit le «Gros Bellet» (1754-1834), originaire de Val-d’Illiez, personnage important pour l’histoire de l’émancipation politique du Bas-Valais.
ɔ d əvˈɛ la i fi fʁa væ j a dle ɡlasˈ kə - s pɛndolˈɔ pe ḍʃy l ɥi
Oh d’hiver là il fait froid oui il y a des glaçons que .. sont pendus par-dessus l’ouverture.
ba y f la j a dle dle ɡˈøːze pɥi dy mɑʁˈe
En bas au fond il y a des des mares puis du marais.
əj a t ɡˈystə nj  k la vœʁ l ɛ nʏ - ᵛnˈøta ba
Il y a tout juste neuf ans que l’avalanche* elle est venu .. venue bas.
*[vœʁ] cf. Val-d’Illiez vüra n.f. ‘avalanche poudreuse’ (FEW 14: 631b s.v. *vora).
əj a ʃi ʒ  d - n l panˈɑ
Il y a six œufs dans .. dans le panier.
na j ɑ tozˈy nɑ mɛʁmˈɔːt kə vˈeːza
Il y en a toujours une marmotte que veille.

24.2 Val-d’IlliezM:

aʋˈza     ɑ s pɔðˈ bɛ le
Regarde il y a cinq poulains bas là.
    a d la nˈaːə bˈaʟə d le mjet e ʑ iʑˈe
Quand il y a de la neige je donne des miettes aux oiseaux.
kãn ɛj a de z tsalˈ fʊ pa s katʃˈɪ dzɔ nː aʁbˈɛʁɑ
Quand il y a des éclairs il faut pas se cacher sous un arbre.
n œ n esˈ k ɕ ɛ tsɑpˈɑ d la ʁyʃ
Il y en a un essaim que s’est échappé de la ruche.
y f d lɑ ʋɑlˈe j a le d blts
Au fond de la vallée il y a les Dents Blanches.
ɕy la plaɕ d - dʏ ʋlˈadzɔ     ɐ nɑ ftˈna
Sur la place du .. du village il y a une fontaine.
d əvˈɛ la j a dɛː - de ɡlasˈ kə - ʏ ʏ boʶ d la ftˈana
D’hiver il y a des .. des glaçons .. au au bord de la fontaine.
 ɐ dle dzənˈəʟ k l  le plˈɔm blãnts
Il y a des poules qu’elles ont les plumes blanches.
n ɐ pɑmi k kˈɑtʁø z aɲˈe dj la bɛʁdzərˈ
Il y en a (litt. en a) plus que quatre-z-agneaux dans la bergerie.
k v nɥi j ɑ ɛ - ʃi - ɡʁənˈl kəː - kʁˈi dj lʊ maʁˈe
Quand vient nuit il y a euh .. six grenouilles .. que .. crient dans le marais.
əj ɐ ʃi ʒ  ɟ panˈɑ
Il y a six œufs en panier.
ɛj a pami  mwˈɛe də - ə ɐ pami mwˈɛe də bœ
Il y en a (litt. en il y a) plus beaucoup (litt. un tas) de .. il y a plus beaucoup (litt. un tas) de taureaux.
ɕy l tɑ dy b lœ ɛ d le tˈɔl
Sur le toit de l’écurie il y a (litt. il est) des tôles.
e œ tozˈʏ nɑ maʁmˈɔːta kə vˈeːðə
Il y a toujours une marmotte que veille.

25.1 VouvryM1:

ho m-  lə bɑɕˈ - bɑɕˈ j a də- dˈaw ftˈnɛ
Oui m.. dans le bassin .. bassin il y a d.. deux fontaines.
yˈɛ ø ɛ dʲ daθˈ - kə pˈd ː ø be dy tʰɛ - dʲø tˈæɛ
(En) hiver il y a (litt. il est) des glaçons .. que pendent au au bord du toit .. du toit.
wɛ ø f dø maʁˈe - ø f də la kb ɛj a dy mɑʁˈe
Oui au fond du marais .. au fond de la combe il y a du marais.
le j a ʒˈøstə nø ə - nøvj  kə la lˈavə- la lœvˈts ɑ pasˈo p le
Il y a juste neuf euh - neuf ans que l’ava.. l’avalanche a passé par là.
n ɛ a de - de dzənˈəjə l  de pᶠlˈɔmʏ blãŋts
Il y en a des .. des poules elles ont des plumes blanches.
j ɐ ʃi z ø d l panˈɛ
Il y a six œufs dans le panier.
ɕyɡ lø tɛ d lɐ ɡʁz     ɛː d - de tʃjˈoːl
Sur le toit de {la/les} grange(s) il y a (litt. il est) des .. des tuiles.

25.2 VouvryM2:

j ɑ  ni d ˈɑlɔ əmˈ le
Il y a un nid d’aigle là-haut.
avˈizø - əj ɐ fæ - {pulˈ} pɔˈ d- d l ˈɛrba
Regarde .. il y a cinq .. {poulains}1 poulains d.. dans l’herbe.
*intervention du témoin M1.
j a n ɛsˈ kə l ə pɑrti ba pɛ l vertsˈi
Ben il y a un essaim qu’il est parti en bas par le verger.
ɕy lœ plˈafə d ʋlˈadzə l ɛ ɔ bwi
Sur la place du village il y a (litt. il est) la fontaine*.
*[bwi] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
œn ivˈɛʳ e l - lʊ ɡlɑːsˈ kə - pˈd ø bwi
En hiver il y a (litt. il est) les .. les glaçons que .. pendent à la fontaine*.
*[bwi] cf. bè n.m 1. ‘bassin de fontaine en bois, creusé dans un tronc, abreuvoir’ (GPSR 2: 601); 2. par ext. ‘fontaine’ (FQ 1989: 39; FB 1960: 96).
ø f d la kˈbə la j a dlə mɑrˈe pa əna ɡˈoʟɐ
Au fond de la combe il y a des marécages puis une mare.
ə  a nøᶹ  kə l avalˈtsə l œ l a pasˈo le
Euh il y a neuf ans que l’avalanche elle est elle a passé là.
j ɐ de dzənʷˈœø kə kə l  le plˈɔm blãtsᵊ
Il y a des poules que qu’elles ont les plumes blanches.
    ɐ pɑme kə kˈɑtrəː - aɲˈo - aɲˈe - katr aɲˈe d lɐ bɛʁzərˈi
Il y a plus que quatre .. agneaux? - agneaux* .. dans la bergerie.
*Intervention du témoin M1.
k la ne v - le     ɐ bw f ɡə- ɡrɔnˈɔːʒə kə krˈi d lə - lʊ marˈə
Quand la nuit vient .. il y a bien cinq g.. grenouilles que crient dans le .. le marais.
lə l ɛ - lɐ j ɐ ʃi z ø d lʊ - d l paɲˈɛ
Là il y a (litt. il est) .. il y a six œufs dans le .. dans le panier.
lɛ ə pamɪ mæn d bˈoːl
Il y a (litt. là il est) plus point de taureaux.
l j a tozˈɔ nɑ maʀmˈɔːt kə vˈɛːðə
Il y a toujours une marmotte que veille.