Menu

Comparer

Comparer la carte 36040 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Index

   

Critères de recherche

Cartes

Les formes du clitique sujet féminin prévocalique de la 3e personne du pluriel

 
parler de
 
1
ArbazF
(5)
[lɪ]
 
Ø
1
 
4
ArbazM
(5)
   
Ø
   
5
2
BionazF
(7)
[l]
 
Ø
5
 
2
BionazM
(14)
[l]
[e]
 
Ø
8
1
 
5
3
ChalaisF
(1)
[l]
 
Ø
1
 
0
ChalaisM
(2)
[l]
 
Ø
1
 
1
4
ChamosonF
(7)
[l]
 
Ø
4
 
3
ChamosonM
(6)
[l]
[z]
 
Ø
4
1
 
1
5
ContheyF
(7)
 
Ø
 
7
ContheyM
(6)
 
Ø
 
6
6
ÉvolèneF
(2)
[lɛʒ]
[lʒ]
 
Ø
1
1
 
0
ÉvolèneM
(6)
[lɛʒ]
[lœʒ]
 
Ø
5
1
 
0
7
FullyF
(12)
[l]
 
Ø
11
 
1
FullyM
(7)
[l]
 
Ø
5
 
2
8
HérémenceF
(6)
[j]
 
Ø
1
 
4
HérémenceM
(7)
[j]
 
Ø
5
 
2
9
IsérablesF
(8)
[l]
 
Ø
8
 
0
IsérablesM
(6)
[l]
[ɛ]
 
Ø
4
1
 
1
10
La Chapelle-d’Abondance
(4)
 
Ø
 
4
La Chapelle-
d’AbondanceM
(5)
 
Ø
 
5
11
LensF
(11)
[e]
 
Ø
1
 
10
LensM
(9)
[ɪj/j]
 
Ø
1/1/
 
7
12
Les MarécottesF
(6)
[l]
 
Ø
6
 
0
Les MarécottesM
(10)
[l]
 
Ø
10
 
0
13
LiddesF
(5)
[d]
 
Ø
5
 
0
LiddesM
(9)
[d/dɛ]
 
Ø
8/1
 
0
 
parler de
 
14
LourtierF
(5)
   
Ø
   
5
LourtierM
(7)
[ɐl]
 
Ø
1
 
5
15
MiègeF
(8)
[j]
[ij]
 
Ø
1
1
 
6
MiègeM
(9)
[i/ɪ]
[j]
[e]
 
Ø
1/1/
2
2
 
3
16
MontanaF
(9)
[i]
[j]
 
Ø
1
1
 
7
MontanaM
(5)
[j]
 
Ø
2
 
3
17
NendazF
(6)
[e]
 
Ø
1
 
5
NendazM
(6)
[j]
 
Ø
2
 
4
18
OrsièresF
(6)
[l]
 
Ø
5
 
1
OrsièresM
(11)
[l]
 
Ø
9
 
2
19
St-JeanF
(5)
[lɛʒ]
[ʒ]
[l]
 
Ø
2
2
1
 
0
St-JeanM
(5)
[lɛʒ/lʒ/lʒ/lʒ]
 
Ø
1/1/1/1/
 
1
20
SavièseF
(8)
[l]
[ɪ]
 
Ø
2
2
 
4
SavièseM
(6)
[l]
 
Ø
5
 
1
21
SixtF
(20)
[œlz]
[ɑz]
[j]
 
Ø
6
1
1
 
12
SixtM
(16)
[œlz/əlz]
[əl]
[ɛz]
[i]
[j]
 
Ø
3/3/
1
1
3
1
 
4
22
TorgnonF
(5)
[j]
 
Ø
4
 
1
TorgnonM
(7)
[i]
[j]
 
Ø
2
5
 
0
23
TroistorrentsF
(11)
[l]
 
Ø
8
 
3
TroistorrentsM
(8)
[l]
 
Ø
7
 
1
24
Val-d’IlliezF
(7)
[l]
 
Ø
6
 
1
Val-d’IlliezM
(7)
[l]
 
Ø
4
 
3
25
VouvryM1
(4)
[l]
 
Ø
2
 
2
VouvryM2
(4)
[l]
 
Ø
2
 
2

Pour la fréquence des formes en fonction de la présence ou non d’un sujet nominal, voir la carte 36041. Dans la majorité des parlers, le nombre d’occurrences est cependant trop bas pour être statistiquement significatif.

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

ː ɡamˈinə avˈiː ɑ kwˈɑtsɐ
Les gamines elles avaient le chignon.
ʃ ɑʁwˈi ma     atˈʒn defˈyrɑ
Elles sont arrivées, mais attendent dehors.

1.2 ArbazM:

œː ʃɛ ɛ ˈɑtse mˈːz nɑ sɛrtˈeŋnɑ ˈɛrbɑː -     ˈiŋhl
Euh si les vaches mangent une certaine herbe .. elles enflent.

2.1 BionazF:

lə fʏʎˈɛtːə mndzˈɑ lə z ˈmpwə kʲə l ajˈ kwɪʎˈɑ
Les jeunes filles mangeaient les framboises qu’elles avaient cueillies.
l s aʀəvˈaːɛ ma     atˈeɲ dəfˈʊwa
Elles sont arrivées mais elles attendent dehors.

2.2 BionazM:

lʏ ʑ ɑwʎˈetːə kə l fɒmˈal     plˈeɔ pwə fɛ l tsawʃˈ l ɑtsˈət  butˈøːkɑ
Les aiguilles que les femmes emploient pour faire les chaussettes elles achètent en magasin.
ɛɪ e atsˈətõ ŋko lo pɑˈæɪvʀo ə la sɑ - əm butˈəkːa
Oui elles achètent aussi le poivre et le sel .. en magasin.
lə vats etˈo     ɑlˈɑ fˈuwa beː l ˈiːvə u bweʎ
Les vaches aussi allaient dehors boire l’eau à la fontaine.

3.1 ChalaisF:

wɛ lɛ drɔːlœ ʃn - dɪ ke n  ʒu l iʎˈɛʒʏ nˈuːvɐ le drˈɔlœ l an arejˈa d alˈa a ɡɔːʃ œ - ɛ lɛ z ɔm a dri - k - ˈɔra mɛ- tɔ mɛflˈɑ ˈɔra - pɔn alˈa kɔmɛn ˈuːlɔn - to mɛflˈɑ - l ɔm lɛ drˈɔlœ lœ ʒ fˈ lœ famjˈɛ
Oui les femmes ça .. dès que nous avons eu l’église neuve les femmes elles ont réussi d’aller à gauche euh .. et les hommes à droite .. maintenant mé.. tout mélangé maintenant .. on peut (litt. ils peuvent) aller comme on veut (litt. ils veulent) .. tout mélangé .. l’homme les femmes les enfants les familles.

3.2 ChalaisM:

stɪ ʃənˈaŋnə - e ʒʊk ʊwˈ fˈɑje kɛː l ː fe le petɪk
Cette semaine .. j’ai eu huit brebis qu’elles ont fait les petits.
lɛ pˈutrɔ     ɛmpˈɑtsɔ li nk - dɛ tʃˈʀ dʊ tit
Les poutres empêchent la neige .. de tomber du toit.

4.1 ChamosonF:

sta snˈnɑ w fˈajə l  væɪlˈo
Cette semaine huit brebis elles ont vêlé.
s vənɥˈœøtə mæ     atˈz dœfˈœoʁ
Elles sont venues mais elles attendent dehors.

4.2 ChamosonM:

l ɛʁˈɪːv də mɛdʒjˈœə də pjapˈøʏ - bẽ i vˈatseːə - vəɲ dzˈœʁbɛ
Si elles arrivent de manger de renoncules1, ben les vaches .. viennent gonfles.
*[pjapˈøʏ] cf. pyap n.m. ‘renoncule’ (FB 1960: 397).
ɛ z ɑʋˈʊjɛ œ tʁœkɔt- aː tʶøkɔtˈɑ - ɛ fəmˈal z  psjibɪldʒˈa d ɐlˈa a ʃj
Les aiguilles à tricot.. à tricoter .. les femmes elles ont la possibilité d’aller à Sion.
m ɔ dz d l alpˈɑːdz ː ʒᵊnˈise - kɛ l  fi  ve -      bʁɑmˈ lytˈo
Ben le jour de l’inalpe les génisses .. qu’elles ont fait un veau .. ont bien lutté.

5.1 ContheyF:

ɛ dz     adztˈɑː  bˈɔtœː y kɔʁdɲˈɛ
Les gens achetaient les souliers au cordonnier.

5.2 ContheyM:

ɔ dzɔ dœ poˈe œ mdzə     ɑŋ bj bɑʁˈo
Le jour de l’inalpe les génisses ont bien lutté.

6.1 ÉvolèneF:

lː ɡamˈnə lʏ mʒˈjœv lː - lɛ ʒ ˈãpwə k lɛʒ ˈav mdˈa
Les.. gamines elles mangeaient les.. les framboises qu’elles avaient cueillies.
l ʃ vønʏˈ ma lʒ atˈɛndŋ dəfˈuːrɐ
Elles sont venues mais elles attendent dehors.

6.2 ÉvolèneM:

o vjɔ tŋ lə fəmˈəlœ lɛʒ ir plyto dəʃu lɔ dˈəʀi dəl iʎˈøʃ ɛ lø ʒ ˈomɔ ʃ lɔ dˈəvŋ - otrə ku
Autrefois les femmes elles étaient plutôt sur le derrière de l’église et les hommes sur le devant .. autrefois.
lɛ lat lœʒ mpˈats la nek dɛ kɔlɔʒjˈø dʊ tek
Les lattes elles empêchent la neige de glisser du toit.

7.1 FullyF:

li dz l adzətˈɑʋ li bwˈɔtə ve lʏ kɔʁdaɲˈɛ
Les gens ils achetaient les chaussures vers le cordonnier.
d lʏ tɛː - lɪ dzɛ     adzətˈɒv pa lə fʀmˈɑːðᵋ l- ɪ nɛ avɒvˈ tɕɥiː
Dans le temps .. les gens achetaient pas le fromage e.. elles* en avaient tous.
*En francoprovençal valaisan, gens (dzin) est généralement resté féminin (GPSR 8: 258s).

7.2 FullyM:

œ lə dzo də pɔjˈɛː - lɪ mˈɔdzɛː - l  bɹɑmˈ batəjˈæ
Euh le jour de l’inalpe .. les génisses .. elles ont beaucoup lutté.
li z ɑwˈejɪ pʷr trʏkɔtˈɑ - li famˈal     adzˈet ɕɛ o mɑɡazˈ
Les aiguilles pour tricoter .. les femmes achètent ça au magasin.

8.1 HérémenceF:

lɛ matˈɛtə pekˈɑːʋ lɛ - ɛ ʒ ˈpə k j ˈa ʁamaʃˈɔ
Les fillettes mangeaient les .. les framboises qu’elles avaient ramassées.
ʃ ɛnɥˈ mɛ     atˈn fur deˈ
Elles sont venues mais elles attendent dehors devant.

8.2 HérémenceM:

lɛ ʀatɔlˈɪvə j  fʏ lə nɪ ɛnˈɑ da fɔ lɔ tɛkʰ
Les chauves-souris elles ont fait les nids en haut dans le fond le toit.
 la vjœj ɪʎˈøːʒə - lə fəmˈɑːl     ɪran - deʀˈɪː - pask ɪ ˈɛʊ- œ - lœ lʏ ʒ alˈɪ ke faʒˈ łɐ krˈʏɪ - ɔrɑ - lɛ dˈaʊ mɪtʃˈe deʀˈɪ     ɪrˈ ɔkɔpˈæɛ p lə fɛmˈɑlɛ - e le ðˈɑʊ metʃˈœ dɛˈ ɔkɔpˈɑɛ pr ə ʒ ˈɔmːɔ
Dans la vieille église .. les femmes étaient derrière .. parce que les eu.. euh .. les les allées que faisaient la croix .. alors les deux moitiés derrière étaient occupées par les femmes et les deux moitiés devant occupées par les hommes.

9.1 IsérablesF:

s vənˈy mɛ l ɐtˈɛnd- l atˈz dəfˈyːra
Elles sont venu mais elles attende.. elles attendent dehors.

9.2 IsérablesM:

ɔ zɔr də pʊjˈe  mˈɔzɛ vajˈɑːɛ l  bj lytˈɑʷᵊ
Le jour de l’inalpe, les génisses vélées elles ont bien lutté.
ə z ɑʋˈʊl ə tʁekɔtˈɑ ɛ fˈɛnːɛ ɛ ætsˈt  mɑɡæzˈ
Les aiguilles à tricoter les femmes elles achètent au magasin.
ɛ dz     ɐdzətˈɑʋœ ɛ - v ɔ kɔrdɐnˈi œ bˈɔtə
Les gens achetaient les .. chez le cordonnier les chaussures.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

dj l t luː l - l tsoːf     eʁ  lˈna
Autrefois les l.. les bas étaient en laine.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

l ð     alˈɑv ve l kɔʁdɔɲˈɪ
Les gens allaient chez le cordonnier.

11.1 LensF:

stø ʃənˈaŋna - wɛ-t fˈajɛ e  fe lə pətˈik
Cette semaine .. hui..t brebis elles ont fait le petit.
ʃ ɛnɥˈeːæ ma     atˈœndɔ dəfˈuːrɔ
Elle sont venues mais attendent dehors.

11.2 LensM:

lɔ zɔr də pojˈɛ lɛː - lɛː lœ mˈzə ɪj ɑm bramˈœm baʁˈa
Le jour de l’inalpe, les jeunes vaches* elles ont bien lutté.
*[mˈzə] cf. móze n.f. ‘vache ayant vêlé à l'âge de génisse’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 29.12.2015).
sø ʃənˈãŋn e ɑ wø fˈae k j  mətˈo bɑ
Cette semaine il y a huit brebis qu’elles ont mis bas.
ʃɛ lɥˈœzə œːm - œː -     ir mpjjˈeə pɔ terjˈ bɑ lɔ fŋ əŋ diː ɡrˈuʃœ pˈœntə - œː nɔ nɔ terˈam ba lœ lɔ feŋ ɪ - n apɛlˈaŋ ʃɛŋ - n apɛlˈaŋ ʃŋ -lœ ʃˈablɔ
Ces luges euh .. euh .. étaient employées pour tirer en bas le foin sur les grosses pentes .. eu nous tirions en bas le foin aux .. nous appelions cela .. nous appelions cela le châble.

12.1 Les MarécottesF:

ʃ vnɥˈe me l atˈdon dəfˈʊə
Elles sont venues mais elles attendent dehors.

12.2 Les MarécottesM:

d l t ɔˈɛ - lɪ fəmˈal l alˈav tzˈ ʃy la ɡoːts fɔʁsemˈ - ɛ lɪ ʒ ɔm tɔzɔ a dʁˈɛit
Autrefois oui .. les femmes elles allaient toujours sur la gauche naturellement .. et les hommes toujours à droite.

13.1 LiddesF:

dʏ ɕ wˈœɲˈy mi d atˈdɱ fˈuːɹɐ
Elles sont venues mais elles attendent dehors.

13.2 LiddesM:

li pˈɛrtsə d ɑʁˈet la nˈɛe də tl- də tsˈɛːrə dəv - də tsɛ dy tˈɛ
Les perches elles arrêtent la neige de tl.. de tomber devant .. de tomber du toit.
trˈ l œotˈ lɪː - li fwˈɔdə d aʁˈøʏ a rdzejˈ
Au début de l’automne (litt. entrant l’automne) .. les feuilles elles arrivent à rougir.

14.1 LourtierF:

ɐnˈe pæʃˈʊ      etˈo ŋ møs
Hier soir elles ont été en messe.

14.2 LourtierM:

stɐ ʃənˈːnæ wø fˈajɛ ɐl  fɪ ɪ dɔjˈ
Cette semaine huit brebis elles ont fait les petits.
ɪ pjøɬ     pˈ ats ɐ nˈaɛ dɛ tsˈɛʁə dy tˈɑɛ
Les poutres* empêchent la neige de tomber du toit.
*[pjøɬ] n.f. ‘pièce de charpente, poutre équarrie; bille de bois, souche d’arbre’ (DPB s.v. pyeshl).

15.1 MiègeF:

tˈɔtɛ le fɑmˈi j  propj  kurtˈe
Toutes les familles elles ont en fait un jardin.
ʃtʏ ʃɛnˈãːnɑ wɛ œ - wɛ fˈajɛ ij  fˈeɪ le pitˈi
Cette semaine huit euh .. huit brebis elles ont fait les petits.
lɛ drˈɔlœ d lɔ tˈɛ     ɑvˈɛ lɔ tʃjˈɔːpe
Les femmes dans le temps avaient la jaquette*.
*[tʃjˈɔːpe] cf. lo tšópo ‘l’ancienne jaquette’ (Gyr 1994: 730).

15.2 MiègeM:

l lemˈɑʃɛ ɪ ɑm pa dɛ miʒˈ - ɛ l ʒ ɑlemˈɑʃe i  la miʒˈ
Les limaces elles ont pas de maison .. et les escargots ils ont la maison.
lɛ fɔntˈaŋn a mjˈɛzɔ j an tˈʊɔ- tˈɔtœ dˈɔʊ bˈui
Les fontaines à Miège elles ont tou.. toutes deux bassins.
l zɔr də l ɑlpˈɑːzɔ lɛ vˈats e ɑm - e ɑm - bʊ- bo- bɔkˈu lutˈɑ
Le jour de l’inalpe les vaches elles ont .. elles ont .. beau.. beau.. beaucoup lutté.
nʊə n ɐʋitˈ d lɒ - dã lɔ t- lɛː ə - fˈnɛ     iɹɑŋ a - kɔmplɛtm ʃɛparˈɛje də ə di r ˈmɔ - lɛ fˈɛnɛ     ir a ɡˈoːsa - ʃe pɑ ʃe aə ɐ ɡːs  l ɑndɹˈet uː ɛɹ ʏ ɑ lʊ pyɹɡɑtwɑːɹ u bj u b l fˈɛːə - ɛ lɛ ʒ ˈɔmɔ ran tɥit a drit
Nous, nous avions dans la .. dans le temps .. les euh .. femmes étaient à .. complètement séparées de euh des hommes .. les femmes étaient à gauche .. je sais pas si à euh à gauche est l’endroit où était il y a le purgatoire ou bien ou bien l’enfer .. et les hommes étaient tous à droite.

16.1 MontanaF:

j ɛ lʏ nˈɔːbʎa kɔntrˈɑː - œː - dʊ lɑ dɛ ʀandˈoɲ - ɛ nʊ ʃŋ la luˈɑːbl alˈɔ - ʒʏ pˈsə - ʃẽŋ k dɛvˈan     iraŋ kˈatrɔ kɔmˈunə - ln - tsɛrmiɲˈ - ikˈɔɲᵊ ɛ mntˈaŋnɐ - ɛ ʃɛ ʃõ sparˈa tsʏkˈŋ -      ɑm pri lur œː - lur œː - lɔ num k i an olˈʊ prˈndrɛ
C’est la Noble Contrée* .. euh .. du côté de Randogne .. et nous sommes la Louable* alors .. je pense .. oui .. ce que avant étaient quatre communes .. Lens, Chermignon, Icogne et Montana .. et se sont séparé chacun .. et ont pris leur euh .. leur euh .. le nom qu’elles ont voulu prendre.
*Noble Contrée (de Sierre) désigne l’ensemble des communes de Randogne, Mollens, Venthône, Miège et Veyras, à l’est de Montana. Louable Contrée (de Lens) désigne les quatre communes (Icogne, Lens, Chermignon et Montana) issues du partage de l’ancienne grande paroisse de Lens.
ʃtʏ ʃʏnˈaːna wɛt fˈajɪ j ã fe lʏ pətˈɪk
Cette semaine, huit brebis elles ont fait les petits.
lɛ mɑtˈɛte mĩʒjˈɛv lɛ frmbwˈɑzə k     ajˈɑn ʀamaʃˈɑ
Les fillettes mangeaient les framboises qu’elles avaient ramassées.

16.2 MontanaM:

ʃtø ʃənˈaŋna wɛt fˈɑjɛ j an aɲɛlˈa
Cette semaine huit brebis elles ont agnelé.
lœ pˈutr     œmpˈɑts la ni dɛ - dɛ tsˈiːʁə du tit
Les poutres empêchent la neige de .. de tomber du toit.

17.1 NendazF:

eː ɛː e mŋ eː  a tʁblˈɛt
Les les les mains elles ont la tremblette.
dr ɔ t e tsesˈ     ir  ˈnɑ
Dans le temps les bas étaient en laine.

17.2 NendazM:

ɛː e jəl meʒˈ n- ntɕə nˈɔ - œː - j  ɔna pɑrtʃjˈɛ œm bʊː - kʏ dʑ ɪ pˈɪ lə - ɑwə rə k ʃʏ trʊw ʊnɑ - i ɡɹãŋ tsãŋbr - ˈɑwœ rə k  pr ə ʃˈuːwɑ - ɑwə rə kə dɔ -  drˈɔma - eː dy bɪ d ɐmˈ - d be d aː plodz - du be kə kʊʃ - ɛ œː -  ʒœnɐɹɑlamˈ œm pˈːʁɔ
Les .. les vieilles maisons ch.. chez nous euh .. elles ont une partie en bois .. qu’on appelle (litt. qu’ils disent) le «pîlo» .. où c’est que se trouve une g.. la grande chambre .. où c’est qu’on prend le repas .. où c’est qu’on do.. on dort .. et du côté d’en haut .. du côté de la pluie .. du côté qu’il souffle* .. c’est euh .. c’est généralement en pierre.
*[kʊʃ] cf. couchyë v.imp. ‘souffler en tourbillon dans une tempête de neige; neiger en rafales sous forme de tourmente, le vent chassant la neige’ (Praz 1995: 153).
ʃe ᵈzø də poˈe - e modz     ː bj barːˈɑ
Ce1 jour d’inalpe .. les génisses2 ont bien lutté.
1Emploi du démonstratif pour désigner un jour déterminé.
2[modz] cf. módze ‘génisse depuis l’âge de 2 ans’ (FB 1960 s.v.).

18.1 OrsièresF:

leː z aʋˈʊlə pwɔ tʁɔktˈe l ɑdzˈət ɐ lɐ mɛʁsəʁˈiː - ɔn jaːdz  lɛ fazˈe aʊ dɪ balˈenə dɪ paʁɛplyˈijə
Les aiguilles à tricoter elles achètent à la mercerie .. autrefois on les faisait avec des baleines des parapluies.
leː fəmˈalə di k     ˈiram maʁˈji l avˈã  ʃiɲøõ
Les femmes dès qu’elles étaient mariées elles avaient un chignon.

18.2 OrsièresM:

sta snˈːn wø - wø fˈɑjɛ l  tsɪʀiˈo
Cette semaine huit .. huit brebis elles ont porté (?)*.
*Pour le sens de tsèrèy ‘être enceinte’, cf. GPSR 3: 395b.
kʀã mˈamə tɕøʸzˈe j sɪ z ɑdˈ - l aʋ pɑ pʁø d aʁdzˈ po ælˈe s lez ɪ azətˈe - ɛ pwˈaːɛ -     adzətˈɑvã la matˈæɛʀ po lɪ fɪʀ l ɛ tɔ
Grand-maman cousait elle ses habits .. elle avait pas assez d’argent pour aller se les y acheter .. et puis .. elles achetaient le tissu pour les faire c’est tout.

19.1 St-JeanF:

lɛ ʒ awˈuł a tsʊksɔnˈa lɛ drˈɔlɛ lɛʒ atsˈɛtɔn ɛn la mɛrsɛrˈik
Les aiguilles à tricoter, les femmes elles achètent à la mercerie.
dɛvˈan a a vɪʃˈʊj lɛ ʒ drˈɔlɛ ʒ alˈɑvn a ɡoːs a pwa lɛ ʒ ɔm a driːt - ɛ pɔ vˈɔra van tɔt sˈẽbłɔ
Autrefois à Vissoie les femmes elles allaient à gauche et puis les hommes à droite .. et puis maintenant ils vont tous ensemble.
pa t lntˈŋ ə z ə- lə f- lɛ f- lɛ drˈɔːlɔə l ɑlˈɑʋ lɑvˈɑ lɛ lɔn - lɛ draː o bwɪł - o bwɪł dʏ vʏlˈɑːzɔ
Pas tant longtemps les euh .. les f.. les f.. les femmes elles allaient laver le lon .. la lessive* à la fontaine du village.
*Pour drap (au pluriel) ‘lessive’ cf. GPSR 5: 931.

19.2 St-JeanM:

lʏ ʒ sɛʁlˈɔŋ l an ŋ santimˈɛːtr d efˈɛ ɛ sɔsˈanta santimˈɛːtrə dɛ l - ɛ lɛ ʒ sˈɛʁlœ lɛʒ an trˈeɪ santimˈɛːtrə d efˈɛ ɛ pw witˈanta santimˈɛːtrə dɛ l
Les [sɛʁlˈɔŋ] (‘tavillons’) ils ont un centimètre d’épais et soixante centimètres de long .. et les [sˈɛʁlœ] (‘bardeaux’) elles ont trois centimètres d’épais et puis huitante centimètres de long.
œː dʋˈan kɔm iːrɔ zɔˈɛnɔ  beŋ ʃɛ mɛhłˈɑʋ pɑ - l ajɛ tɔzˈɔr lɛ drˈɔlœ a ɡˈɔːsa ɛ lɛ ʒ ˈɔmɔ a driːt ɛ lɛ ʒ fˈan ʊ kuːr -  pwɐ ɑprˈ l a  tsɛ tsʑiˈɑ pɔ ʃɛŋ kɛ lɛ drˈɔːlœ lʒ ˈajœn də płeʒˈeɪᶢ dɛ vənˈi awˈe lɛ ʒ ˈɔmɔ - ma lʏ ʒ ˈɔmːɔ vɑm pa tan dʊ kɔtˈɪ di drˈɔlɛ - ʃ nʊŋ lɛ ʒ ehrzjˈɛ
Euh autrefois quand j’étais jeune eh bien on se mélangeait pas (litt. ils se mélangeaient pas) .. il y avait toujours les femmes à gauche et les hommes à droite et les enfants au chœur .. et puis après ça a euh bien changé parce que les femmes elles avaient de plaisir de venir avec les hommes .. mais les hommes vont pas tant du côté des femmes .. sinon les étrangers.
lɛ pˈutrœ ʃʊɡ lɔ ti lʒ œmpˈats la nɛk d tʃjˈɛːrə
Les poutres sur le toit elles empêchent la neige de tomber.
lɔ zɔ də pɔjˈ l tˈɔʊr l ɑm bjeŋ barˈa
Le jour de l’inalpe les génisses* elles ont bien lutté.
*[tˈɔʊr] cf. tóoura n.f. ‘génisse de deux à trois ans’ (FQ 1989 s.v.).
lɛ piːrː ki lɛ ʃɔm płaʃjˈej ʃuk una ɡeł pɔ ʃɔhenˈeŋ lɔ rahˈa     ɛmˈpatsən lɛ rˈatːə d alˈa o rəˈa- o rahˈa
Les pierres qu’elles sont placées sur une quille pour soutenir le raccard empêchent les souris d’aller au rac.. au raccard.

20.1 SavièseF:

 deˈŋ n n jˈn tt a kwats - kwats l ʏ ʃiŋ (…) - e ˈoːɹə l ŋ ɡela tˈtɛ kɔpˈ  pi - ɛ k rəmˈtː ː tsɑpˈeɪ ʃɔm b-ɲ mbidʑˈɑ dɛ mtɹ una kwats p k tɪɲˈeʃ i tsɐpˈe
Et autrefois nous nous avions toutes le chignon .. [kwats]* est le chignon .. et maintenant elles ont presque toutes coupé les cheveux .. et quand elles remettent un chapeau elles sont bi..en obligées de mettre un chignon pour que tienne le chapeau.
*[kwats] cf. cou͜tse s.f. ‘coiffure’ (FB 1960: 172).
ɪ ʃ ɔˈɛɪ - ma ɪ ɛtˈʒ fʊˈe deˈ
Elles sont là, mais elles attendent dehors devant.
e b  - ːn dru ɔ tˈɛ ɛː fam ɪ ɑː-     ˈɪ ɑː - atˈ fo ʃˈndʒe l e kʏmbjˈe     ɪː - ɪ a drˈitə eː ʒ ɔm a ɡoːtɕ wɛ - ma ˈɔɹɛ l e f - ʃ l e fʊnˈi
Eh bien on .. euh dans le temps les femmes elles étaient à.. elles étaient à .. attends il faut réfléchir c’est changé elles étaient .. elles étaient à droite et les hommes à gauche mais maintenant c’est f.. ça c’est fini.

20.2 SavièseM:

ʃə z də poˈɛː ɛ tˈɔʊɹɛ l  ɛ - l  bɔkˈɔ bɑrˈɑ
Euh ce1 jour d’inalpe les génisses2 elles ont euh .. elles ont beaucoup lutté.
1Emploi du démonstratif pour désigner un jour déterminé.
2[tˈɔʊɹɛ] cf. tóoura, n.f. ‘génisse de deux à trois ans’ (FQ 1989: 190).
na  marˈɛn ʃ am - ka n ɛ fas aː w tˈɛœ ː marˈɛnə ʃ a driteː e pwe ø ʒ ˈomɔ ʃː -  ʒ ˈomɔ ʃɔ a ɡˈɔːtʃje - e p apˈe leː - le - le marˈŋne kʲə ʃɛ enˈʊə i sa we nɔ dʊ bje dɪ bˈɔse kj     ã fe ə prømjˈɛ pa
Non, les femmes sont à.. quand on est face à l’autel les femmes sont à droite et puis les hommes sont .. les hommes sont à gauche.. puis après les .. le s.. les femmes que sont venues ici avec nous du côté des garçons qu’ont fait le premier pas.

21.1 SixtF:

ɑ wɛ le ɡamˈɪnə œlz alˈav ɪ ɑ - ɑ l z ˈpə - k n alˈɑv ramasˈe ð lʊ bwe mə mœ damˈɑ pɑ j alˈe d avˈɔ pør de sɛrpˈ
Ah oui les gamines elles allaient à .. aux framboises .. qu’on allait ramasser dans la forêt mais moi ils me demandaient pas d’y aller j’avais peur des serpents.
l epɪsjˈe dn d vɔ prˈɛðə - ɑl ɐvˈɛ tɔt  ʁ d sˈɔkᵊ œ vˈɑdrə ɑz ekʲɑ tœt fet sy plɑs - ɪ nɔ - n - ɪ lə vdj- n ɑlˈɑv əz ɑθtˈeeː le
L’épicier dont je vous parle .. il avait toute une rangée de sabots à vendre elles* étaient toutes faites sur place .. il nous .. on .. il les vend.. on allait les acheter là.
*[sˈoːkə] ‘sabots’ est féminin.
ɑ bɛ dəmˈɔ j ɪrˈː  θ le vˈɑtθə  θ le vɑtθ
Ah bien demain elles iront paître* les vaches paître les vaches.
*‘aller en champ’ = ‘aller faire paître les vaches’.
ɪl ɑ d le bɔ- ʏl ɑ le bɔθ k      də- z ekʎætˈyrə
Elle a des lè.. elle a les lèvres* qu’ont des gerçures.
*[bɔθ] cf. bouche ‘lèvre, surtout au pluriel’ (GPSR 2: 585b).

21.2 SixtM:

o j  y a  wɑʁ bɔkˈ - e œlz ɑlˈɑ a l efˈœʎ sytˈo əlz ɑlˈɑv mɛ sytˈo al z efˈœj dy - d la sɔʁtˈiːə ɑfˈ dy mɑ d mɑ - œlz alˈɑv œː - ð l ktˈ d vo - sy lœ - l ˈatəʁ lɔ dy la œ - ve ve le ve lu sɥis l ˈatəʁ lɔ
Oh il y a eu à un moment un peu .. et elles allaient (à) l’épamprage surtout elles allaient mais surtout à l’épamprage du .. du printemps enfin du mois de mars .. elles allaient euh .. dans le canton de Vaud .. sur le .. l’autre côté du lac euh .. vers vers les vers les Suisses l’autre côté .
l lɪ t j aʋˈæ pa de vlˈː - le fnˈːtrə i œtˈ  œː - əl œtʲ ː -plytˈo etrˈæːtə - pʷe ʋˈæ lː ðe bɑːʁ də fˈɛːʁᵊ
Dans le temps il y avait pas de volets .. les fenêtres elles étaient euh euh .. elles étaient euh .. plutôt étroites .. puis il y avait les des barres de fer.
y ðʀ də wa j an a pamˈː ɛz  pˈɑme la miːm pɔʁtˈθə m- œː j ɑvˈæ  hə - na fˈæːrœː na ɡrˈusa fˈæːrə la soʁtˈiə - avˈ la - aʋˈ aʋˈ la - la bˈuna saʰˈõ -  pwe j an ava jˈinə l ɔːtw kt le bɛθ etj ʁənˈʏ ɐ βæ - ɛː ə lɐ s mθi
Aujourd’hui il y en a plus .. elles ont plus la même importance m.. euh il y avait un heu .. une foire une grosse foire le printemps* .. avant la .. avant avant la .. la bonne saison .. et puis il y en avait une l’automne quand les bêtes étaient revenu en bas .. euh à la Saint-Michel.
*[soʁtˈiə] cf. sortyà n.f. ‘fin de l’hiver, tout début du printemps’ (Viret ³2013: 2009 s.v. sortie).
i  fe la bˈujə - lə lˈðə - seθ - sʊ la ɡˈalrɪ - sø lɐ ɡɐlrˈe
Elles ont fait la lessive .. le linge .. sèche .. sur la galeri.. sur la galerie.
le murˈɑʎ j ɛtˈ epˈesə
Les murailles elles étaient épaisses.
 vjˈaðə le fˈɛnːə -     alˈavə fˈarɛ bˈujɛ -  ðifr
Autrefois les femmes .. allaient faire la lessive .. en Giffre*.
*Rivière qui traverse la commune.

22.1 TorgnonF:

ɪ ɕ vɛʀɲˈɛ - mɑ j atˈɛɲ dʏfˈuːa
Elles sont venues .. mais elles attendent dehors.
ɛ kʲø j ˈevɛ bj pø œ p bj dɛ plø kɛ ˈɛɑ - pɛʁkʲˈɛ ɪ ʃɛ sɛpɑˈv dɛ plʏ lɛ z ɔmː     alˈɪvn ɪ kɔtˈɪ lə ɛ lə fʏmˈɛl     ælˈɪv dɛ l ˈoːtʀə vˈetʃe ˈɛːɑ j ɑ ə tʏ vˈɛɪ lɛ kˈɔːbl - dɛ plʏ ɕˈɔma ˈɔmɔ ɛ fˈɛnːɑ ẽɕˈemblɔ
Eh autrefois c’était bien plus bien de plus que maintenant .. parce que ils se séparaient de plus les hommes allaient d’un côté les euh les femmes allaient de l’autre par contre maintenant il y a euh tu vois les couples .. de plus enfin homme et femme ensemble.

22.2 TorgnonM:

la ɡʁˈøːsɑ - ɪ ʃə fezˈɪvə da ˈɪʎə lə bˈɑjɛ - j ɑtsətˈɪə pʊ ɲŋ i ɑtsətˈɪʋ la tˈɛɪla lɔ drɑː - e dʒˈœsto lɔ fiː - sɛnˈɔ lɔ rˈɛst ɪ fɪzˈi tɔt ɑ m
La grand-mère .. elle se faisait elle-même les choses .. elle achetait rien elles achetaient la toile le drap .. et seulement le fil .. sinon le reste elles faisaient tout à la main.
lɛ dzˈe j ɑtsətˈɪ tʃœ lə bˈoːte avə lɛ kɔrdɔɲˈeː
Les gens elles achetaient tous les chaussures avec le cordonnier.

23.1 TroistorrentsF:

 jˈadzɔ lɑ - le tsˈos l aʁ  lˈana
Autrefois les bas elles* étaient en laine.
*[tsˈos] est féminin.
pʷo fɛʁ  b desˈɛʁ eː fo de miʀcˈiː me kʊʒˈɪne l am bɑ
Pour faire un bon dessert il faut des myrtilles, mes cousines elles aiment bien.
e s ɑːʁvˈɑj me     ɐtˈd dəfwˈø
Elles sont arrivées mais attendent dehors.

23.2 TroistorrentsM:

stɑ snˈnɐː - ʋwe ɑljɛ - ˈɑljɛn - ɑɲɛlˈɑːʀɛ - l  aɲɛlˈo
Cette semaine .. huit bre.. breb.. brebis* .. elles ont agnelé.
*[ɑɲɛlˈɑːʀɛ] cf. anyèlirə ‘brebis portante ou qui a mis bas’ (GPSR 1: 480b).
mˈe le dz     ã tˈʊdzo kʁʏ kjə e tʁ - tʁ nã - s fe kə sʊ  z ɑʋzˈa le z ˈɑʁmwɑʁi d tʁwɑtoʁˈː - la j a tʁe nã
Mais les gens ont toujours cru* qu’{il est = il y a} trois .. trois torrents .. ça fait que si vous regardez les armoiries de Troistorrents .. il y a trois torrents.
*L’informateur explique ici que les armoiries de Troistorrents illustrent une étymologie populaire du nom de la commune, alors que celui-ci reflète le lat. trans torrentem ‘au-delà de la rivière’ (en suivant la route depuis Monthey).

24.1 Val-d’IlliezF:

ɑː b ɕʏʁ  jˈɑdzɔ n ɑlˈɑv pa vʏ lu z ˈɔmɔ - ə m dyi -  l fˈenɛ l alã tɔdzˈø ɑ ɐː - dʏ kɔtˈɛː ʏ ɡɔts ʏ pɥi lu z ˈɔmɔ ɑ dʁɑt - e kɔm kãt n ɑlˈɑv ɐ l ekˈul fɑlˈɑ pa də{ʋə}zˈa  kɔmˈ tɹəmˈ n ɑvɛ de pyniʏʃ
Ah bien sûr autrfois on allait pas avec les hommes .. euh mon Dieu (?) .. et les femmes elles allaient toujours à euh .. du côté à gauche et puis les hommes à droite .. {et / c’est} comme quant on allait à l’école il fallait pas causer en commun autrement on avait des punitions.
le dz     atsɛtˈaʋ le bˈɔtɛ ʋɛ l kɔʁdɔnˈɪ - m pˈaʁɛ l ɪʁ kɔʁdaɲe alɔʁ - n ɑ tuty di dz kə vəɲˈai
Les gens achetaient les chaussures chez le cordonnier .. mon père il était cordonnier alors .. on a tout le temps des gens que venaient.

24.2 Val-d’IlliezM:

stɑ snˈnɑ we fˈɑje l ã - l  fi l aɲˈe
Cette semaine huit brebis elles ont .. elles ont fait l’agneau.
le dz œ -     atsətˈaʋ le bˈɔte vɛ l kɔʁdœɲˈi
Les gens euh .. achetaient les chaussures chez le cordonnier.

25.1 VouvryM1:

j anˈe l  etˈo a la mˈsə
Hier soir elles ont été à la messe.
bãɛ di lɔ pˈɔʁtsɛ lɛː - le fen t-     ɛʁ røvə ɡˈotsə pwɛ lu z ɔmɔ a dʁɛtᵊ.
Eh bien (vu) depuis le porche les. . les femmes ét.. étaient rive gauche puis les hommes à droite.

25.2 VouvryM2:

jɛ ɐnˈe l  etˈo  mˈsə
Hier soir elles ont été en messe.
sta snˈnø wi fˈɑje      fe lʊ ptju
Cette semaine huit brebis ont fait le(s) petit(s).