Menu

Comparer

Comparer la carte 21014 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

La morphologie de l’article défini pluriel, masculin et féminin

Neutralisation et maintien de l’opposition masculin/féminin; maintien partiel du système bicasuel à Évolène
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz
ɪ ʏ ʒ e ɛ œ ə
ʏ e ɛ ø œ ʒ
2
Bionaz
3
Chalais
le l l
4
Chamoson
ɪ e
e ɛ
5
Conthey
e ɛ
ɛ œ ʒ l
6
Évolène
 
suj. m.
rég. m.
suj. f.
rég. f.
ʏ
lʏ ʒ l
lø ʒ l
lø ʒ
lɛ ʒ lø ʒ ø ʒ
7
Fully
li i le
8
Hérémence
ɛ
ɛ ə ʒ
9
Isérables
ë z ɛ œ ə z
e ɛ
10
La Chapelle-
d’Abondance
m.
f.
le lː z
lu z
le
11
Lens
lœ ʒ
le ʒ
12
Les Marécottes
le
li lɪ ʒ le
13
Liddes
li
li lɪ z
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
14
Lourtier
ɪ lɪ ʒ
ɪ ʏ eː ʑ
15
Miège
lï ʒ l
le ʒ
16
Montana
le ʒ lø ʒ l
l lɛ ʒ
17
Nendaz
e  ʒ ɛ œ
ɪ ʒ ʏ e ʒ ɛ
18
Orsières
li lɪ z ʎɪ ʒ
li
19
St-Jean
ɛ ə ʒ
lɛː ʒ l
20
Savièse
i ʏ ɛ ø ᶾ œ
ʏ  ʒ ɛ ø ʒ
21
Sixt
m.
f.
lu z
le lø z l z
lu
le l z
22
Torgnon
le lɛ z
lɛː
23
Troistorrents
m.
f.
lu z
le
lu u lʊ z ʊ z
ˡɪ le e
24
Val-d’Illiez
m.
f.
lu l z
le e ʑ
lu ẓ l
le l
25
Vouvry
m.
f.
lʊ ʑ l
le
lu z
le

Pour une analyse de cette carte, voir l’article de Diémoz/Kristol 2012, «L’atlas linguistique audiovisuel du francoprovençalvalaisan et les défis du polymorphisme», in: Kattenbusch, Dieter / Tosques, Fabio (ed.): 2012, «20 Jahre digitale Sprach­geo­graphie. 20 ans de géolinguistique numérique. 20 anni di geolinguistica digitale. 20 años de geografía lingüís­tica digital. Actes du colloque de Berlin (Humboldt-Universität), 2-3 novembre 2012, pages 174-178.

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

dy tẽŋ ɪ tsɪsˈ eõ  wˈŋnɑ
Dans le temps, les bas étaient en laine.
ɑɱɔ ʊ ʏ ʒ øφinˈaː (rire)
Aimez-vous les épinards? (rire)
e sosˈt ʃi j kə ʒ e tsɪsoɲˈe
Les chaussettes, c’est moi (litt. suis je) que les ai tricoté.
l e ʑ ɥøs pˈiːrə
Elle a les yeux bleus.
ʃe ʃɔp e ʒ yrˈɛlə
Elle se bouche les oreilles.
ɛ pɑrˈ astˈɑ pɔ ɔ bˈ - tʃyˈɛ ɛ katsˈ ə fɑʒˈɑ mˈiːmo
Les parents achetaient pas le jambon .. ils tuaient les cochons et (le) faisaient mêmes.
 tuːt ɐtstˈɑ pɑ ʒ ʒ - ɛ ʒ ɑlˈ - ɛʒɛ fɑʒˈɪ mˈiːmɒ
La grand-mère achetait pas .. les habits .. elle les faisait même.
fo kə nʊʒe lˈeɪʃ tɕɥ œ zɔr
Il faut que nous nous levions tous les jours.
mt œ m ʃʏ œ ʒ ŋtsə
Je mets les mains sur les hanches.
e duː deʁi bŋ ɑ fn də w elˈiːʒɛ ɪrn dedjˈɑ ʏ mɑʁ ɑw ə pitˈɪ  fˈ
Les deux derniers bancs au fond de l’église étaient dédiés aux mères avec les petits enfants.
 fydˈɑːɹ lə kliˈɑː ʃʏ ə ʒ əsjˈœblə
Le foulard est plié sur les épaules.

1.2 ArbazM:

d ivˈiːr ɛ ˈɑtsɛ ʃ dʏ y bˈøʏ
En hiver les vaches sont dans les écuries.
e miʒˈŋ u bẽŋ ː tɕiʑjˈer irˈɛː ɛ miʒˈŋ ɔ ɛː - mʃˈɑːzo fɑʒˈɑ ʊr trẽŋ dː d vjɑ ɔ drumˈiː ɛ ɔ fɑbrekˈɑ ɔ frɔmˈɑːzo
Les maisons ou bien les châlets d’alpage1 c’était les maisons où les .. les employés d’alpage2 faisaient leur train de .. de vie où ils dormaient et où ils fabriquaient le fromage.
1[tɕiʑjˈer] n.f. ‘petit bâtiment, châlet d’alpage où l’on fabrique le fromage’ (Praz 1995 s.v. tsijëre).
2[mʃˈɑːzo] n.m. ‘employé d’alpage responsable de la garde du bétail’ (Praz 1995 s.v. mechâdzo).
k vˈeɲø ɛ ɡrˈilːɔ ɛ    ˈɑtse ʃ mˈetŋ ɑː w ɑbrˈi - e bˈihe ʃe mˈtŋ ɑː - ɑ ʃˈɔɦɑ
Quand vient les grêles1, les2 vaches se mettent à l’abri .. les bêtes se mettent à .. à la chotte.
1[ɡrˈilːɔ] ‘grêle’ substantif masculin pluriel; cf. FB 1960 s.v. gri
2[ɛ ˈɑtse] Malgré la chute du v- intial de ‘vache’, l’absence de liaison indique une initiale «consonantique», à l’instar du h- dit «aspiré» en français.
e tˈuːtɑ ɑtstˈɑɛ pɑ ɛ ʒ ɑlˈ - ʒɛ fɑʒˈeje mˈĩma
La grand-mère achetait pas les habits .. elle les faisait même.
ø fɔratʃjˈe œm bŋ œm fɔratʃjˈe treŋnˈɑɔŋ ɔ belˈɔŋ ʃy ɑ lɥˈɛze
Les forestiers euhm bon euhm forestiers traînaient le billon sur la luge.
œ ʒ ẽɱfˈɑŋ lɑŋ ɛ zˈuːte tˈɔtɛ ʀˈɔze
Les enfants ont les joues toutes rouges.

2.1 BionazF:

la dəmˈtsɛ  dzoː dɪ fˈɪːtə - bˈøtːo n tsapˈɪ
Le dimanche et les jours de fêtes .. je mets un chapeau.
la kʊtˈɪma də nɔː - ɛ l e ŋkɔ ˈɑɲa pami tː - nː - mɑ dj kʲə - d soˈ tˈɔtə lø fˈɛnːə s ɑsæɪ- œ s ɐsˈat dəsˈɪ lə dʀˈaɪtə kɔm ʏɲ ˈntʀɛ e lʏ z ˈɔmːo b lɔ bɑ dəsˈi la ɡˈoːtsə
La tradition de nous .. et c’est encore maintenant mais plus tant .. n .. mais disons que .. souvent toutes les femmes s’ass.. euh s’assoient vers la droite quand on entre et les hommes dans le banc vers la gauche.
mˈama ɡʀã atsətˈɑɛ pɑ kʊtɪʎˈ - le fəzˈɑ ʎœ
Mère-grand achetait pas les robes .. elle les faisait elle-même (litt. les faisait elle).
faː pa cʲə mɛɪnˈʊ sə ləvɪsˈ tʀɔ tɑː
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
œ bˈœtə m dəsˈɪ fl
Euh je mets les mains sur les hanches.
pˈʊʁtøː lo pˈeɲ dəsˈi lə z ɪpˈɑlə
Il porte le petit sur les épaules.

2.2 BionazM:

kã e ɡʀˈœlːə - bˈɪːtçə ɕə kˈɑtsõ - çə katsˈɔːː - ʊ bɐw - u u bj dʒˈɔ lʊ plˈŋtə
Quand il grêle .. les bêtes se cachent .. se cachent .. à l’étable .. ou ou bien sous l’arbre.
œ lʏ ʑ ˈɔmːɔː tʀɑvˈaʎ bɑ  mœː - bɑ ʊ bɐw
Euh les hommes travaillent en bas au me.. en bas à l’étable.
a la kʀˈɔːta sə bətˈɑ lo fʀɔmˈaːdzoː - tʀɛɪfˈɔlːə - bjẽ dʏ kʊ k la vɛrdˈæʊ - cʏ  purtˈɑ d ŋvˈøː ʏm bətˈɑ m bʀa a la kʀˈɔtɑ lʏ tsˈuː pˈɔsːəː - ad n tʀˈɑ sɔ sʎa pə l ɪvˈøəː
À la cave on mettait (litt. se mettait) le fromage .. les pommes de terre .. bien des fois aussi les légumes .. qu’on apportait d’hiver on les mettait bas à la cave les choux les poireaux .. donc on enterrait (litt. ils enterraient) ça pour l’hiver.
lø ẓ avˈœʎə ɪ faŋ də bʁˈeiːdə pə l ɑʋəʎˈiː
Les abeilles elles font du bruit dans la ruche.
l- dzɪ ɐtsətˈa əː tsətˈɑ bˈɔtːœ e ɕˈɔkʲə dɐ e də da aʋˈu l krd- ɐː lɔ krdaɲˈiː
L.. les gens achetaient euh achetaient les souliers et les sabots chez euh chez chez chez le cord.. euh le cordonnier.
lə ʒ ʏtsəlˈɪː purtˈ ɕɪ a la pˈʊʁta d nᵈ- ø j jy - pø ntʁˈi
Les escaliers mènent en haut à la porte d’en.. euh yeu yu .. pour entrer.

3.1 ChalaisF:

tantˈo n abɪtɪʃˈaŋ  - ː ʀˈɛʃʏ tanto vɛrkɔrˈ - dpˈɛn trɑvˈo kʏ laiʃˈ a la kampˈaɲ - tantˈo ʃu tantˈo bɑ - laiʃə- n aiʃˈaŋ na miʒˈ a ʀˈɛʃʏ miʒˈŋ a vɛrkɔr - aleʃˈaŋ kɔm dã lɔ - kɔm faʎˈɛ pɔ tʁavˈo d la kãpˈaɲ
Tantôt nous habitions à .. euh Réchy tantôt Vercorin .. ça dépend les travaux que nous avions à la campagne .. tantôt en haut tantôt en bas .. nous av.. nous avions une maison à Réchy maison à Vercorin .. nous allions comme dans le .. comme il fallait pour les travaux de la campagne.
lë dɔʊ vjˈoʊ l eran aʃtˈa ɦɔ baŋ dəvˈã lɛ ʒ ˈehr le
Les deux vieux ils étaient assis sur le banc devant la maison* là.
*[lɛ ʒ ˈehr] ‘la maison’. Utilisé toujours au pluriel (GPSR 6: 924s. s.v. tro 5°; Gyr 1994: 80).
n ˈɛe dˈɑɔə ɡˈɔnə ʊnə pɔ zɔnɔbrˈʏ na pɔ le demˈɛŋzə

On avait deux jupes: une pour les jours ouvrables*, une pour les dimanches.
*[ẓɔnɔbrʏ] cf. zenovrék n.m. ‘jour ouvrable’ (FQ 1989: 214).

3.2 ChalaisM:

le dˈalë kʲəː mtˈeŋ dɛʒˈɔt ɛmpˈɑtsɛ l ʀˈatə d alˈa n- jin u ɡrenˈi
Les dalles qu’on met (litt. nous mettons) dessous empêchent les souris d’aller n.. dedans au grenier.
ɛ biŋ  pʊ dˈiʁ kɛː m - l ɛ ɛŋkɔ ˈɔʁə - l drˈɔlə ʃːn du kɔtˈeː - du kɔtˈe ɡɔs ɛː l ʒ ɔm du kɔtˈe drit - ˈɔʁø tː ʒ n tŋ l drˈɔlə vɲɔ i nu baŋ əː - ʃi l a un ntɛʁəmˈɛn uː kakɛ tsˈzə dˈŋʃə vˈĩɲõ we lɔː lɑ fɑmˈł ʊ bẽ ɒwe lɔː lˈɔmɐ f- ma l drˈɔːlə vɪɲ vɔlncjˈe dʊ kɔtˈe di ʒ ˈɔmɐ maː l ʒ ˈɔmə vɑn dʒamˈ dʊ kɔtˈe di drˈɔlɐ
Et bien on peut dire que mmh.. c’est encore maintenant .. les femmes sont du côté .. du côté gauche et les hommes du côté droit .. maintenant temps en temps les femmes viennent à nos bancs euh .. s’il y a un enterrement ou quelque chose comme ça elles viennent avec le .. la famille ou bien avec le.. l’homme f.. mais les femmes viennent volontiers du côté des hommes mais les hommes vont jamais du côté des femmes.
l vˈatsə brˈɔχɔn
Les vaches broutent.
d ɪvˈɛːr ʋˈats rˈistõn ijˈen
En hiver les vaches* restent dedans.
*[ʋˈats] cf. vatsòn s.m. ‘vaché chétive’, terme péjoratif (FQ 1989: 206).
jo wi kʲe lœ ʒ fˈan vaŋ drumˈɪŋ dəvˈɑŋ ʊ ʒ ˈʀə
Je veux que les enfants vont dormir avant neuf (?) heures.

4.1 ChamosonF:

n awˈɪ sɔnˈa ɪ flts
On entend sonner les cloches.
nø n tʁɑvˈæjœ d tsa
Nous, nous travaillons dans les champs.
kã l aʁə ɡamˈinə lmˈɔvə pə ɪ z epinˈa
Quand j’étais gamine j’aimais pas les épinards.
ɛ vː ə aʀdʒjˈe e flø y səmətʃjˈøʁ
Elles vont euh arroser les fleurs au cimetière.
sʏ vɔ dʏʋʁəsˈi bikjˈɛːʁn vɔ vɛʁɐə kaʏk tsuːzɐ
Si vous nettoyiez vos yeux (litt. ouvriez les chassies*), vous verriez quelque chose.
*[bikjˈɛːʁn] ‘chassie de l’œil’ (cf. Évolène bikèrna, FQ 1989: 34, Nendaz bikyrna, Schüle 1998: 221; cf. aussi FEW 8: 469a).
 z wˈaɛ sə fːˈɛʁm
Les yeux se ferment.
tssˈ l ɛ j kəː lː le tʁikɔ- to
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que .. j’ .. j’ai trico..té.

4.2 ChamosonM:

e du vjˈœø sɛ s ʃtˈo s ɔ ban dvˈã maɛzˈ
Les deux vieux se sont assis sur le banc devant maison*.
*Pour ‘maison’ sans article cf. Felley 1982: 32.
d ivˈɛː ɛ ʋˈatsœ ʀˈist dədˈ
En hiver les vaches restent dedans.
mɛ ø ɡʁənˈaɛ  - mɛtəsˈɛ ɛ z ajˈ pwa ɛ pʁʋʒjˈ
Ben au grenier on .. nous mettions les habits puis les provisions.

5.1 ContheyF:

e cjøtəˈɛ ɛ fɔʁtsˈɛːt kojˈɛː ɛʒɛ ʁˈãdzə d  tørˈɛʲ dɛ a kʊʒˈœnːa
Les couteaux, les fourchettes, les cuillères, je les range dans le tiroir de la cuisine.
ˈatr kuː n adzʏtˈaːə ɛ ʒ ekˈːᵊ - ɛ ʒ ekˈjʏ y maʁtʃjˈã kjœ paʃˈa dɛ ɔ vɛˈaːdzə
Autrefois on achetait les balais .. les balais au marchand que passait dans le village.

5.2 ContheyM:

mœ parˈ - azøtˈa pɑ dɛ ʒŋbˈ - nu butʃʃˈ ɛ kɑjˈ mˈɛᵐᵓ
Mes parents .. achetaient pas de jambon .. nous bouchoyions les cochons mêmes.
ë pˈʊʁt ʃŋ ɡɑmˈɛ ʃy ɛ ʒ epˈoːᵊ
Il porte son gamin sur les épaules.
œ ʋˈats ʁdz
Les vaches ruminent.
dvˈaŋ n azʏtˈɑɔ  ʒ ekʲˈjɐ - ʏ l maʶtʃˈaŋ kʲë pɑʃˈɑɑː
Avant j’achetais les balais chez les marchands que passaient.
dvˈaŋ n azʏtˈɑɔ  ʒ ekʲˈjɐ - ʏ l maʶtʃˈaŋ kʲë pɑʃˈɑɑː
Avant j’achetais les balais chez les marchands que passaient.

6.1 ÉvolèneF:

  • Sujet masculin

jø fo pa kə mɛinˈu ʃə lviʃˈan tra ta
Il faut pas que les enfants se lèvent trop tard.
ʏ mj parˈs atsɛtˈav pa lɛ tsambˈt - n avˈŋ dɛː pwɛʃ mˈimɔ
Les miens parents achetaient pas les jambons* .. nous avions des porcs mêmes.
*[tsambˈt] cf. tsambèta n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).

  • Régime masculin

œː na j ˈamɔ pɑ lʏ ʒ epinˈaː j ɛ l ʃɔtˈɛl- ʃɔlˈɛt leɡˈym k j ˈamɔ pɑ
Euh non, j’aime pas les épinards, c’est le seul.. seul légume (rire) que j’aime pas.
d ˈatrɔ vjaːz atstˈaʋɔ lø ʒ œχˈoʊvɛ e martʃjˈs k faʒˈã l pɔrt a pˈɔrtᵊ
Autrefois j’achetais les balais chez les marchands que faisaient le porte à porte.
lʏ bebˈeː u løː lø lʏ pʏtˈiːk j a l brɛs ɡraʃlˈs (rire)
Le bébé ou le.. le le petit il a les bras potelés (rire).

  • Sujet féminin

l vˈatsø lø bˈeːvn o buʎ
Les vaches elles boivent à l’abreuvoir.
fəmˈlɛ mariˈaːjə lɛ faʒˈan ø- øna kwats
Les femmes mariées elles faisaient u.. un chignon.

  • Régime féminin

ʏ mj parˈs atsɛtˈav pa tsambˈt - n avˈŋ dɛː pwɛʃ mˈimɔ
Les miens parents achetaient pas les jambons*. Nous avions des porcs mêmes.
*[tsambˈt] cf. tsambèta n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).
d ˈatrɔ vjaːz atstˈaʋɔ lø ʒ œχˈoʊvɛ e lɛ martʃjˈs k faʒˈã l pɔrt a pˈɔrtᵊ
Autrefois j’achetais les balais chez les marchands que faisaient le porte à porte.
lʏ mˈɪ mˈaʁ ɡrˈʊʃɐ l astˈavə pa l vøʃjˈurə - l l koʒˈek jɛ mˈima
La mienne grand-mère elle achetait pas les habits .. elle les cousait elle-même.
l van ɛrʒjˈ fluᶢʃ  ʃœmːʃˈr
Elles vont arroser les fleurs au cimetière.

6.2 ÉvolèneM:

  • Sujet masculin

taʃˈʃ j  fɪ də - dɛ mɑː i tsãŋʃ - i kurtˈʏç
Les blaireaux ils ont fait de .. de dégâts dans les champs .. aux jardins.
o vjɔ tŋ jo mə ʃuvˈønio kə lə - lø ʒ om ɑlˈɑʋən plytˈo ɦ l lɔ dəvˈ - ɛ lə fəmˈəl dəʃ la mˈetʃa dərˈi də l iʎˈø
Autrefois je me souviens que les .. les hommes allaient plutôt sur le devant .. et les femmes vers la moitié arrière de l’église.

  • Régime masculin

lʏ pʏtˈik j a brˈeːsɪ ɡraʃɔlˈs
Le petit il a les bras grassouillets.
tɥi lɛ ʒ an n tɥɛŋ m butʃ
Tous les ans, nous tuons un bœuf.
nɔ prəparˈɛ busijˈŋʃ pɔ mˈɛtrə lɔ fwa
Nous préparons les petits bouts de bois pour commencer le feu.

  • Sujet féminin

mosˈœtɛ lɛ bɔrdˈɔnən ɛmpɛ lɔ vaʃɛlˈɛt
Les abeilles elles bourdonnent dans la ruche*.
*Illustration : ruches dans une maison traditionnelle d’Évolène.
o vjɔ tŋ jo mə ʃuvˈønio kə lə - lø ʒ om ɑlˈɑʋən plytˈo ɦ l lɔ dəvˈ - ɛ fəmˈəl dəʃ la mˈɛtʃa dərˈi də l iʎˈø
Autrefois je me souviens que les .. les hommes allaient plutôt sur le devant .. et les femmes vers la moitié arrière de l’église.

  • Régime féminin

jɔ mˈɛtœ lœ mˈŋʃœ ʃu lɛ ʒ ˈaŋtsœ
Je mets les mains sur les hanches.
lʏ ʃ ʃˈɔpø lø ʒ ɡrˈʎɛ
Elle se bouche les oreilles.
jʏ pˈɔːrt l ʃjo mɛjnˈoː dˈθy ø ʒ øʃjˈblɛ
Il porte son enfant sur les épaules.
lɛ mj parˈs atstˈɑːvœn pɑ tsambˈøtᵋ - n avĩŋ d pwˈɔʃyr nɔ mˈĩmɔ
Les miens parents achetaient pas les jambons* .. nous avions des cochons nous-mêmes.
*[tsambˈøtᵋ] cf. tsambèta, n.f. ‘gigot de porc’ (FQ 1989: 196).

7.1 FullyF:

i mˈətɛ li ma ʃy li ɛˈãtsɐ
Je mets les mains sur les hanches.
kã lˈeʀə ptʃˈuːd i lãmˈɑvə pɑ li ʒ ɛpənˈatsᵊ
Quand j’étais petite j’aimais pas les épinards.
d lʏ tɛː - dzɛ adzətˈɒv pa lə fʀmˈɑːðᵋ e nɛ avɒvˈ tɕɥiː
Dans le temps .. les gens achetaient pas le fromage e.. elles* en avaient tous.
*En francoprovençal valaisan, gens (dzin) est généralement resté féminin (GPSR 8: 258s).
i paʀˈɑ ɑ n l adzətɑβ pɑ dɛ ʒaãbˈ - n avəʃˈɛẽ tɥi le kajʏˈ dɛ l tɛ
Les parents à nous ils achetaient pas de jambon .. nous avions tous les cochons dans le temps.
i paʀˈa  n l adzətɑβ pɑ dɛ ʒaãbˈ - n avəʃˈɛẽ tɥi le kajʏˈ dɛ l tɛ
Les parents à nous ils achetaient pas de jambon .. nous avions tous les cochons dans le temps.

7.2 FullyM:

ɪ vwˈɑɪ kə mɛnˈɔː - ø vɑʃ drʏmˈɪː ə dɔvˈ nœv ˈœørɐ
Je veux que les enfants .. euh aillent dormir euh avant neuf heures.
wˈɛe tʃʏ lɪ ʒ  n tʃɥɛʒˈɑvɛː ɛna vats ɑ lɑ butsʁˈi
Oui tous les ans nous tuions une vache à la boucherie.

8.1 HérémenceF:

a wi lœ bˈelə fˈeːθə n mɛtʋ lɔ blantsˈɛ mɪ bjö z aʎˈ pr la la mʃː
Ah oui, les belles fêtes nous mettions le «blantsè*» les plus beaux habits pour aller (à) la messe.
*blantsè n.m. ‘robe du costume des dames’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 28.8.2014).
ɑtrə kʊ n atsətəʃˈ lɛ ʒ ɛhˈɔw ɔ lɛ martʃˈaŋ kə ʁondˈɑʋ
Autrefois nous achetions les balais chez les marchands que faisaient le tour.
ɛ tsəsˈ j ɛ j k l ʒ ᶦ trʏkɔtˈɔ
Les chaussettes c’est moi (litt. c’est je) que les ai tricoté.
lɛ matˈɛtə pekˈɑːʋ lɛ - ɛ ʒ ˈpə k j ˈa ʁamaʃˈɔ
Les fillettes mangeaient les .. les framboises qu’elles avaient ramassées.
lø mund ʃə faʒˈɑ fɪr bʷˈɔtɛ əntʃᵊ lɔ kɔrdaɲˈɛ
Les gens se faisaient faire les souliers chez le cordonnier.
pɔ dːsˈɛr kɔʒˈːnə mˈz dɛ ʎˈʊoθrə
Comme dessert les cousines mangent des myrtilles.

8.2 HérémenceM:

ɪ ktˈɑː na dɔzˈŋnɑ ə də ʒ ɐrndˈɑlːə la ʃ fek
J’ai compté une douzaine euh de-z-hirondelles là sur les fils.
taʃˈ ʎœ - j an tɔ ʀəbɔʎˈa tʁœfl
Les blaireaux leur .. ils ont tout retourné les pommes de terre.
*[ʀəbɔʎˈa] cf. reboújieu v. ‘fouiller; chercher, fouiller au fond’ dames’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 11.03.2017).
pɔ lɔ matˈẽ n ɑrjˈ     ɑts ntrˈɛ trø e ʃɪ ʒ ˈoʊrə
Pour le matin nous trayons les vaches entre trois et six heures.
ɔn ɒwɪ bɔrdɔnːˈa - lɛ ʒ aˈɛʎ - ddˈ  vaʃɛlˈɛt
On entend bourdonner .. les abeilles .. dans une ruche.
ɛ fœmˈɑlə vˈɛ baʎˈe ðɛ ɡrˈɛʎ
Les femmes voient tomber des grêlons.
mtˈɔ lœ m ʃɛ ɛ ʒ ˈŋtsɛ
Je mets les mains sur les hanches.
ɔɑ œɹʒjˈə flɔ otr ʊ ʒœmɪʃjˈɛːrɔ
Elle va arroser les fleurs en là au cimetière.
fɔjˈɛ zˈɑːnʏ tʃˈɛːʒ
Les feuilles jaunes tombent.
l ɡrɔʃ a mː atsətˈaɛ pɑ lə ʒ aʎˈ - lɛ faʒˈʏ mˈɪma
Ma grand-mère achetait pas les habits .. elle les faisait même.
ə ʒ ɐvˈʊj ɐ trkɔtˈaɑ vɑʒˈ ətsət- əʒ atsətˈɔ ʊ maɡazˈ ɔwˈe
Les aiguilles à tricoter elles vont achet.. les achètent au magasin aussi.

9.1 IsérablesF:

i kwˈafɐ cjɛː mtˈãŋ ə ʋɥy tŋ e - ʋɲˈɛ ba s ë z oɹˈëlə pwiː dəzˈãn də sɛŋ aː bɛrːˈɛtːa


La coiffe qu’elles mettaient au vieux temps elle .. venait en bas sur les oreilles et puis .. elles appelaient ça (litt. disaient de ça) la .. berretta*.
*bonnet de femme cousu, en satin ou en soie (Favre-Fournier 1969-72: 107; cf. aussi GPSR 2: 264 s.v. barrette).
ɛ ɛ dwˈəntë kˈʊːʴʈə mɛtˈãŋ nɐ bərːˈta nˈɛirə
Les les petites filles mettaient un bonnet* noir.
*[bərːˈta] ‘bonnet’ cf. Favre-Fournier 1969-72: 107 s.v. bèrèta; cf. aussi Schüle 1998: 432b.
i mrᵊ ɡrŋᶢ iː- l ɐtstˈaʋə pa ɛ z aːlˈ fazˈɛe mˈɛːmɑ
Ma grand-mère e.. elle achetait pas les habits elle (les*) faisait même.
*Pour l’omission du pronom régime cf. Marzys 1964: 57-58.
boːt ɪlː ɐtstˈæʋ sɔʋˈŋ amˈ a ʃʊŋ kã l ˈaːʋm bjɛŋ - o kɹdɔnˈi la
Les souliers on achetait (litt. ils achetaient) souvent en haut à Sion quand on allait (litt. ils allaient) ou bien .. chez le cordonnier ici*.
*Favre-Fournier 1969-1972: 584 «lhà».
jʊ parː œ meɛtˈɛr ɑʋwœ ɔ cjøʏtˈe pariˈœʏ
Je prépare les pommes de terre avec le couteau à éplucher.
ɪ mɔtʃˈœ l ɛ plɛjˈa sø ə z ᵊpˈoːʋɛ
Le foulard il est plié sur les épaules.
fˈŋ ɛ bo dzɔ ɕ ønˈʏɪ
Enfin les beaux jours sont venus.

9.2 IsérablesM:

e vˈujɛ mɛtɛsˈʏn sɛͭʃj ɔ rəkˈo
Dans les balcons nous mettions sécher le regain.
i pɔrt ɔ ɡalẽ- ə ɡamˈ ʃɔ e ʒ ɛtʃjblə
Il porte le galin.. euh gamin sur les épaules.
ɪ wɪ cj ɛ mɛːnˈɑ ɕəː - lɛsan drʊmˈe dəvˈ nɪv ˈœʏrə
Je veux que les enfants se .. aillent dormir avant neuf heures.
i grã mr ɐdztˈaœ pɑ ɛ z aːlˈ - i cʲøʒˈɛɪ mˈɛmə
La grand-mère achetait pas les habits .. elle (les) cousait même.
n tzˈn fˈɑjɛ
Nous tondons les brebis.

10.1 La Chapelle-d’AbondanceF:

  • Formes masculines

du vjɔ st ɐsətˈo sy l bã sy lə - lə bã dʋã la - l ʊtˈo
Les deux vieux sont assis sur le banc sur le .. le banc devant la .. la maison.
vz ɑmˈoːdɛ lz ø - lʊː z øpinˈɑʁ
Vous aimez les eu.. les épinards?

  • Formes féminines

mɛt le mã sy     ˈãθə
Je mets les mains sur les hanches.
vˈaθə bˈaəʋãn djɛ n næ
Les vaches boivent dans un bassin*.
*[næ] cf. nào, , ‘bassin à eau, lavoir’ (cf. Viret ³2013: 264 s.v. bassin).
əː kã mu pwɑʀˈ ɛʀã pti ʏ vyjˈɪvã ln ə - lː z ɔʁˈãðə k ɑː ʃtalˈãdɐ
Euh quand mes parents étaient petits ils voyaient les euh .. les oranges qu’à Noël.

10.2 La Chapelle-d’AbondanceM:

  • Formes masculines

pɔʁ tʁˈɑ θe no fo dəv- fo mntˈɑ lu z eɡʁˈɔ
Pour entrer chez nous il faut dev.. il faut monter les escaliers.
lu ʑ jɛ s fɛʁm wøwɪ {…} lu ʑ j s fˈɛʁm
Les yeux se ferment oui oui {…} les yeux se ferment.
sɪ pʁ- sɪ fɔʁˈɪ ən ɑ sɔʁtˈɪ lʊ lʊ lɐ lə lʊ mɔðˈ - ɑ lɑ me ɛʋʁˈɪlə
Ce prin.. ce printemps on a sorti les les les les les génissons .. à la mi-avril.

  • Formes féminines

b le le le vˈaθ v bˈaəʁɛ əm bæ- œn nˈæɛ
Ben les les les vaches vont boire au (litt. en) ba.. au (litt. en) bassin.
de ðʊvˈønʏ v dɛː - fˈerə lœː - v ŋkɔʁ le z efˈɔjə - ʋððˈɪ - le de miɲˈate ke
Des jeunes vont des .. faire les .. vont encore les effeuilles1 .. vendanger .. des .. des mignates2 quoi.
1[efˈɔjə], effeuilles s.f.pl. ‘épamprage de la vigne’ (GPSR 6: 140).
2[miɲˈate] mignate ‘jeune fille’; désigne spécialement les jeunes femmes engagées pour épamprer la vigne.
wɛ l ɛtɕ lɛ ᶹ- fˈje kmˈʃ a vniːə ðˈonə w - mɛʃn ɐ - kpɛʃˈi - ʋɲã dzˈonə w
Oui l’automne les v.. les feuilles commencent à venir jaunes oui .. elles commencent à .. tomber* .. elles viennent jaunes oui.
*[kpɛʃˈi] cf. kupessî ‘culbuter, tomber en culbutant, rouler, dégringoler’ (Viret ³2013 s.v. culbuter).
 l ivˈɛː vˈɑθe ʁˈestə dɛə - ʁˈɛstan dəˈɛə - œ bœ
Euh l’hiver les vaches restent dan.. restent dan.. à l’écurie.

11.1 LensF:

nɔ mtẽŋ lɔ mɔtʃˈuːr h lɛ ʒ sˈɛbljɛ - ˈɔrɐ - ɛ nɔ fəʒj  nuːʎ ni dəvˈã - ɛ pɔ ɑprˈʏ nɔ mtˈẽŋ na pətˈitɐ brˈɔʃᶷ pɔ tənĩ lɔ nuːʎ
Nous mettons le fichu sur les épaules .. maintenant .. et nous faisons un nœud par devant .. et puis après nous mettons une petite broche pour tenir le nœud.
ɔ lˈaŋma vɔ lœ ʒ epinˈaːr
Vous aimez-vous les épinards?

11.2 LensM:

mɛtˈen de ljˈoːbə pɹ fˈerə lə brˈaːʒœ
Nous mettons des pives pour faire la les braises.
ɛ bˈeŋə tɔ dəpˈɛŋ t dəpɛŋ ʃɛŋ iə - ʃ ˈirə kɔmˈɔdɔ n nɔ faʒˈaŋ le ʒ eɪnˈe ɛ nɔ tsarzˈaŋ katr einˈe ʃu lɔ ʃu l tsaʀˈɛt a eʃjˈɛlə -  nɔ dəʒˈan ben tsaɹzjˈa mitʃja mənˈaː - p ʃeŋ ke ʃe nɔ tsarzˈam pa beŋ n ɛ a tsˈarzë kjɛ ʀʊβatˈaːʋə ɛ irˈɛ ə - falˈiə lɔ rəprˈɛndrə ə rəmˈɛtrə le ʒ eɪnˈe ʃu pʎaʃ
Eh bien tout dépend tout dépend c’était .. si c’était commode nous faisions les charges* et nous chargions quatre charges sur le sur le char à échelle .. et nous disions «bien chargé moitié mené» parce que si nous chargions pas bien nous avions la charge que retombait et il était .. il fallait le reprendre et remettre les charges sur place.
*[eɪnˈe]: cf. èin s.f. ‘charge de bois, de fumier, de blé, etc. que porte en une fois une bête de somme’ (GPSR 6: 187).
wɑn rʒjˈe fluːr ʊ ʃʏmʏhjˈɛrɔ
Elles vont arroser les les fleurs au cimetière.
pˈʊrtə lɔ ɡamˈŋ ʃʊ lɛ ʒ ɛtsˈɛbʎe
Il porte le gamin sur les épaules.
ø merɛ ɡrˈãntə v- øː - ɐ n atsɐtˈaə pa dra - fa- œ œ lɐ lɐ l faʒˈi ʎ mˈɪmɔ

La mère-grand v.. euh .. elle en achetait pas les habits .. elle fais.. euh euh elle la la les faisait elle-même.

12.1 Les MarécottesF:

 kʊʒˈynːɛ vaʀkwˈnːə - awˈɪ də βɑkˈ
On cuisine les épinards sauvages .. avec du bacon.
lɪ kʁˈɔːɪ mndʒˈɪəv lɪ ʒ pw kɪ l ˈɛv kwɪjˈɛ
Les gamines mangeaient les framboises qu’elles avaient cueillies.
ʃə ʁˈʊdze le ʒ ˈje
Il se ronge les ongles.

12.2 Les MarécottesM:

j bˈt li mŋ ʃy li     ˈtsɛ
Je mets les mains sur les hanches.
l  pɑ ɛʒˈɑ dœ fˈeʁə bˈɛʁɛ lɪ ʒ ˈɑːnʏ kã l  pa ʃɛ
Il est pas aisé de faire boire les ânes quand ils ont pas soif.
n awˈi ɕənˈɑ le kʎtsᶦ
On entend sonner les cloches.

13.1 LiddesF:

k jɪ dzɔːl ŋ kɹˈyʋə li flœ awi dɛ bɹˈãtsə də di
Quand il gèle on couvre les fleurs avec des branches de sapin*.
*[di] cf. ou dare ‘branches de sapin coupées, munies de toutes leurs aiguilles, servant à couvrir les plantes en hiver’ (DSR 1997 s.v.; http://www.bdlp.org/fiche.asp?no=15415&base=SU&boite=1 (25.1.2016).
mˈət li mã sy li     ˈãtsə
Je mets les mains sur les hanches.
d l t astˈɔo li z ecjˈœ əwi li martʃˈã k i pasˈɑːʊ
Dans le temps j’achetais les balais chez les marchands qu’ils passaient.

13.2 LiddesM:

j fo kə nː ləʋiɕẽ tɥi li dzɔ
Il faut que nous nous levions tous les jours.
œː ma mˈɪrə d astˈɑʋə pɑ lɪ z ɑdˈ də lɪ fazˈe mˈima
Euh ma mère elle achetait pas les habits elle les faisait même.

14.1 LourtierF:

jʏ mœt ɪ m ʃw ɪ     ˈãtsə
Je mets les mains sur les hanches.
jʏ mˈœtːə ɪ ʑ asjˈøtːɐ - dɛ ɪ kwlˈɑːɛ
Je mets les assiettes - dans le buffet.
ɪ ʒ etɹaŋdʑjˈeː ə - vˈøɲ dɐ- ᵈ- m daʁˈaæ pʊˈostᵄ
Les étrangers euh .. venaient de.. au d.. en dernière poste.
lɪ ʒ wˈɑːɛ ʃə ɦlˈuːʒ
Les yeux se ferment.

14.2 LourtierM:

ø ʋˈeːʑ mˈljë ɪː bcjˈː y ɕəmɪcʲˈøɹ
Elles vont arroser les fleurs* au cimetière.
*[bcjˈː]: cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
ë fo pa lɐʋˈa ɪ ʑ iːʑ ɑwɪ d ɪw - d iw cjˈadɐ
Il faut pas laver les récipients avec d’eau .. d’eau tiède.
ʏ t d ʏn jaːdz ʏ fəmˈɑː ɪɹ a ɡoːts  ɪ ʑ mːw a drˈatə
Au temps d’autrefois les femmes étaient à gauche et les hommes à droite.
eː ʑ aɹpjˈɔʏ ntˈeje  ʃˈɑnː
Les armaillis nettoient les planchers* de l’écurie
*[ʃˈɑnː] cf. chûan, choan, chouan 1. plafond, 2. plancher’ (Praz 1995: 132).

15.1 MiègeF:

l zɔr dø nvˈej  ɪ veʒˈo vɛrˈɛ tɔ pitˈi ʒ ɛfˈã
Le jour de Nouvel An je vais voir tous les petits-enfants.
lamˈɑ ʋɔ l ʒ ɪpinˈɑːr
Aimez-vous les épinards?
n avitˈ majˈ ke n ʃejitˈŋ - ɛ nɔ tsarzitˈ ʃu lɥˈɛzɛ - ɛ nɔ - nɔ vinitɛ- vˈɑtse tiriˈevɔm bɑ kiː - l lɥˈɛsjɛ dɛ pf
Nous avions les mayens où nous fauchions l’herbe .. et nous (la) chargions sur les luges .. et nous .. nous veni.. les vaches tiraient en bas .. les luges du foin.
d l t nö veitˈ ʃɔv lɛ ʒ fˈan damurˈ derˈi lɐ tsapˈela
Autrefois nous voyions souvent les enfants jouer derrière la chapelle.

15.2 MiègeM:

ʋ r- œ- ɛrzjˈ fluːr u ʃʏmɪtʃjˈɛrɔ
Elles vont r.. euh .. arroser les fleurs au cimetière.
pˈʊrtə lø ɡamˈ ʃʊ le ʒ ɕˈɛbl
Il porte le gamin sur les épaules.
jo mˈœt lɑ m ʃu     ˈantsə
Je mets la main sur les hanches.

16.1 MontanaF:

ɛ bĩŋ ɛ vʏʒˈeŋ weɡ vɑm bɑ ɪ vɛnˈẽŋzɛ
Eh bien euh les voisins aujourd’hui vont en bas aux vendanges.
lʏ ʒ sjˈn dʊ vʏlˈadzɔ ʃɛ ʃɔvɛnˈiːvn dɛ vɔː - dɛ lɥik
Les anciens du village se souvenaient de vous .. de lui.
hɔ ʃ j ɛ verˈe - d œː - d lɔ tẽŋ n atsɛtˈŋ lɛː - le ʒ ɛhˈuːvɛ vɛ dɛ m - dɛ martʃˈn kɛ paʃˈɑːvɔn
Oui ça c’est vrai .. dans euh .. dans le temps nous achetions les .. les balais chez des m.. des marchands que passaient.
d lɔ tẽŋ n ɑtsɛtˈm pɑ lɔ frɔmˈɑːzə nʊ lɔ faʒˈ mˈĩmɔ - nʊ faʒˈŋ lɛ - mˈɔtɛ - pʏtˈitɛ mˈɔtɛ ʀiˈndə
Autrefois nous en achetions pas le fromage, nous le faisions même; nous faisions les .. les tommes .. les petites tommes rondes.
tˈɪr ʃu lø ʒ œfˈɑːlɛ
Il hausse les épaules.
l zɔr di fˈeːhɛ mˈɛtə lɔ kɔstˈym pɔ ɐlˈɑ a la m- a la mˈɛʃɐ
Les jours des fêtes je mets le costume pour aller à la m.. à la messe.

16.2 MontanaM:

ɪ kʊntˈ nɐ dʒʲʒˈĩŋnɐ d arandˈɔl dëʃˈu l fɪk
J’ai compté une dizaine d’hirondelles dessus les fils.
pˈʊrtə ʊŋ ɡamˈën dɛʃˈʊ lɛ ʒ ɛsˈɛbʎɛ
Il porte un gamin sur les épaules.

17.1 NendazF:

i ɡrˈoːsə - ɑtsətˈæɛ pɑ e brˈʊːa - ɪ koʊʒˈe tɔ mˈeːmɐ
La grand-maman .. achetait pas les habits* .. elle cousait tout même.
*[brˈʊːa] ‘chiffons, vieux vêtements’ (cf. Schüle 1998: 438 s.v. brúə ou bruáš, GPSR 2: 850, FEW 21: 515a).
mœt e m ʃ  ʒ ants
Il met les mains sur les hanches.
ɛ tsøɪsˈ ʃi jɔ k ʏ trɪkɔtˈɑ
Les chaussettes c’est moi (litt. suis je) qui (les) ai tricoté.
 dz də ndˈaːtə dʒ œ tsamˈo
Aux gens de Haute-Nendaz on dit (litt. ils disent) les chamois.
dr ɔ t (rire)- ɛːe eː ɪrɛ - ɪrˈ  ksœrvatˈɔ kə dʒ ɛː -  ʁistˈu - ɛ pwɛ œ ʁadikˈo də œ ʁɪɡrˈɪːpju
Dans le temps (rire) .. c’était .. c’étaient les conservateurs qu’on appelait (litt. qu’ils disaient) les Ristous1 .. et puis aux radicaux on disait (litt. ils disaient) les Rigripyous2.
1ristou n.m. sobriquet donné aux adhérents à l’ancien parti conservateur ou parti démocrate-chrétien actuel (Praz 1995: 516); ‘riche’ (http://www.wikipatois.dayer.biz/, 15.2.2015)
2cf. gripyou n.m. surnom donné en politique aux adhérents au parti radical (Praz 1995: 322).

17.2 NendazM:

ɪ ʁətˈɛrj ɪ ʒ ɪtʃjˈɛblə
Il hausse les épaules.
ədˈ ʏ prʏmje b - dy bi djeː - di ʒ ˈɔmə dɪ bɪ di tsɛsˈø - j ˈɪrə rəʒɐrʋˈɑ po e ʒ øː - e ʒ otoritˈ
Alors les premiers bancs .. du côté des .. des hommes du côté des hommes .. c’était réservé pour les euh .. les autorités.
ʃi n ɛʃˈɪ ŋː - ŋː pˈʊro dʒʲˈaːblə k ɛr a n lovˈɛɪ - kø viɲˈɛe - kopˈa de ʊʃ døː dø kˈːdrə - eː fɑʒˈeɪ e ʒ əkˈœʊə - e k ʏʒ - eʒø vndˈɛ
Ici nous avions un .. un .. pauvre diable qui était à nom Lovay .. qui venait .. couper de branches* de .. de noisetier .. et .. il faisait les balais .. et qui les .. les vendait.
*[ʊʃ] cf. oûche n.f. ‘branche verte, rameau d’arbre fruitier’ (Praz 1995: 509).
ɪ fo pɑ bujˈa - ɛ brːntʰ - ɑwə d ˈe tˈɪːdə
Il faut pas laver .. les brantes* .. avec de l’eau tiède.
*[brːntʰ] cf. brînta n.f. ‘Brante en bois ou en bétal, aplatie d’un côté, que l’on porte sur le dos à l’aide de bretelles, d’une contenance de 10 à 20 litres’ (Praz 1995: 84).
ɛ     ats beɪ u buç
Les vaches boivent à l’abreuvoir.

18.1 OrsièresF:

mˈdz paː wi li daː
Mange pas avec les doigts.
tɕy lɪ z  nœ fˈez lɑ butsœʀˈi
Tous les ans nous faisons la boucherie.
sʊ w z yvʀəsˈeɪ ʎɪ ʒ uˈa vɔ vɛːʀˈeɪ kake tsːzə
Si vous ouvriez les yeux, vous verriez quelque chose.

18.2 OrsièresM:

li fəmˈal vã ˈɛʁdʒjʏ li bʷtʃˈ ʏ sɑmïtʃˈɪʁ
Les femmes vont arroser les fleurs* au cimetière.
*[bʷtʃˈ] cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
pˈʀtə l kʀw sʸ li z epˈɑlːɐ
Il porte le petit sur les épaules.
li ʒ wa sᵊ fˈɛʁm
Les yeux se ferment.

19.1 St-JeanF:

br di lˈɑːʒə tʃjˈɛrʒn d ʊktˈɔn
Les aiguilles des mélèzes tombent en automne.
 kuʒˈʏnɛ wɛrkwˈɔɲɛ - lɛ ʒ epinˈar ɕaʀvˈɑzə awˈɛ dɛ bakˈ ɛ dɛ ʃoʃˈʏʃɛ
On cuisine les épinards sauvages .. les épinards sauvages avec de lard et de saucisse.
jɔ mˈɛtɔ mŋ ʃu lə -     ˈŋʃə
Je mets les mains sur les .. les hanches.
dɛvˈan atsɛtˈɑvɔ lɛ ts - lɛ ʒ ɛɦˈowɛ a  pˈowrɔ vju kɪ vdʒjˈɛvɛ pɛ - vʏn - vʏɲˈɛvɛ pɛ lɛ vʏlˈɑːzɔ lɛ vˈndrɛ - adˈɔn atsɛtˈɑvɔ - ʃ apɛrˈɑva pˈirɔ lˈŋna -
Autrefois j’achetais les ts .. les balais à un pauvre vieux qui vendait par .. ven.. venait par les villages les vendre .. alors j’achetais .. il s’appelait Pierre Lannaz.
ɛ parpˈiːr ɕ kłˈowʒn
Les paupières se ferment.
ə ʒ  dʒjɔn nə ʃŋ rəfɔndʒjˈo pw lø ʑ ˈɒtr ɪ dʒjn ɲɑ ʃn dɛ muːʃˈɛtɛ adˈn nə ʃɑ pɑ kn l ɛ lʏ vʏrtˈɑblɔ
Les uns disent: nous sommes les «Rétorqueurs»1 puis les autres ils disent nous sommes des «Boudeurs»2 alors on sait pas lequel il est le véritable.
1«ceux qui veulent avoir le dernier mot».
2litt. «ceux qui font la moue» (se dit surtout d’enfants).
ə ʒ  dʒjɔn nə ʃĩŋ lə rəfɔndʒjˈo pw lø ʑ ˈɒtr ɪ dʒjn ɲɑ ʃn dɛ muːʃˈɛtɛ adˈn nə ʃɑ pɑ kn l ɛ lʏ vʏrtˈɑblɔ
Les uns disent: nous sommes les «Rétorqueurs»1 puis les autres ils disent nous sommes des «Boudeurs»2 alors on sait pas lequel il est le véritable.
1«ceux qui veulent avoir le dernier mot».
2litt. «ceux qui font la moue» (se dit surtout d’enfants).

19.2 St-JeanM:

pahˈu ʃɔn aʃɛtˈa ʃuk una - ʃuk uŋ taburˈɛt a ˈuna tsˈamba
Les trayeurs sont assis sur une .. sur un tabouret à une jambe.
nɑ - ɕłˈɑ n tsarzˈŋ pɑ ɕu lœ mʊlˈɛtː - lə mɔlˈɛt rəstˈɑv o bˈɔʊ - ɛ lɛː ʒ ˈɔmːɔ ʊ lɛ drˈɔlɛ pɔʀtˈɑv lɔ fɛ
Non .. ici nous chargeons pas sur le mulet .. le mulet restait à l’écurie .. et les hommes ou les femmes* portaient le foin.
*drôle, drlo IV.2° s.f. ‘femme en général, épouse’ (GPSR 5/2: 979).
nɔ tɔndˈɛŋ l tsˈukɔ
Nous tondons les moutons*.
*[tsˈukɔ] ‘bélier castré à huit jours’ (Gyr 1994: 518).
l drˈɔl van ɛrzjˈɛ ɬow o ʃʏmiɦjˈɛrɔ
Les femmes vont arroser les fleurs au cimetière.

20.1 SavièseF:

i ɡrˈɔʊɕɐ kʊʑˈiɛ mˈeɪmɛ i furˈo {kɛ / k ɛ} metˈi -
La grand-mère1 cousait même les robes2 qu’elle mettait.
1[ɡrˈɔʊɕɐ], grºᵘcha s.f. ‘grand-mère (FB 1960: 301).
2[furˈo], four s.m. ‘robe légère’ (FB 1960: 286).
 ɑz ʏntrʏtɪɲˈĩɔ mˈɪm ɑ mɪʒˈ - wɪ komˈnd i ʒ uːvrˈi
Autrefois j’entretenais (moi-)même la maison .. aujourd’hui je commande les ouvriers.
ɪ bwœn  l s ømpɔrtˈ pɔr nɔ - nɔ ʃɑlˈ ɑwˈɛɪ tøt ʏ søsjetˈeɪ ɕwetˈɑ o bwɛn  a tɔt ɐ pɔpɔaɕjˈŋᶢ
Le Nouvel-An c’est important pour nous .. nous sortons avec toutes les sociétés souhaiter le Nouvel-An à toute la population.
aː ɛː  ˈɑːdzə n atsetˈiɛ ɛ bwˈetɛ ẽntʃˈe ɔ kɔrdɑɲˈɛ
Ah euh autrefois on ache.. on achetait les chaussures chez le cordonnier.
iː kwˈiːfɐ ɪ deʃˈ ʃ ø ᶾ ɹˈelːə - pr la - la - alˈa
La coiffe elle descend sur les oreilles .. elle prend là .. là .. voilà.
w ˈntʊ rowʒ ɑ no fɑʒˈi - œ wɑkˈʊ - mɑ ˈoɹɛ l ɛ ɲ m ke fe ɕə ra -
La tante Rose à nous faisait .. les ceintures* .. mais maintenant {il est = il y a} plus personne qui fait cela ici.
*[wˈɑːku] n.m. ‘ceinture traditionnelle tissée de laine de diverses couleurs’, cf. BH 2013: 407 s.v. ou͜ac.

20.2 SavièseM:

n mɪtjn dr ʃarzˈ
Nous mettions dans les draps*. *
ʏ nu ˈuːː ə pɹˈʒ  mwɛ d pã ɔ mwɛ d fɹomˈað ʊ bʷə də kɔ  mwɛ də sərvəlˈa u b  mwɛ d salamˈi
Pour les neuf heures je prends un morceau de fromage ou bien de fois un morceau de cervelat ou bon.. un morceau de salami.
wɪ cʲ  ʒ fˈ w- ø - wˈœʃœn drmˈɪ djã nʊ ʊː
Je veux que les enfants ai.. euh .. aillent dormir avant neuf heures.
wɪt ɑm bajˈa ɛna - ɛːna pʷtˈaɛ l ɛː ɛ pˈte tˈətë ɹɔdz
On lui a (litt. ils lui ont) donné une .. une fessée il a les fesses toutes rouges.
mt œ mã ʃ ø ʒ antsᵊ
Je mets les mains sur les hanches.

21.1 SixtF:

  • Formes masculines

ɑ py lu z ɔm ɐvjˈ pratikmˈ  θapˈe ᵈ fˈøːtrə
Ah puis les hommes avaient pratiquement un chapeau de feutre.
ɑ bɛ nɑ j  pa brɑ fɔ pa mðɪ v dɛ fɔ mðɪ ɛv nɑ kuʎˈɪ e nɐ fɔθtˈa
Ah ben non c’est pas bien élevé il faut pas manger avec les doigts il faut manger avec une cuillère et une fourchette.

  • Formes féminines

ð l t - œ ʏ le θˈɔfe ecʲˈ  lˈnœ trikɔtˈajə - a la m - e le ʃɔsˈɛt d ɔm etˈo -  l θɔ t sɔvˈ le fˈɛnːə avjˈ kˈoː - lœː m - le θof  kɔtˈõ
Dans le temps .. euh les bas étaient en laine tricotés .. à la main .. et les chaussettes d’homme aussi .. et en été souvent les femmes avaient encore les euhm .. les bas en coton.
ɑɔ wɛ n m bj le ẓ epnˈœθ
Ah oui on aime bien les épinards*.
*[epnˈœθ] ‘épinards’ est féminin.
e sə vɔːʁ lø z ˈʎe s ɛ - ɪ bː j e b lˈedə
Il se ronge les ongles* c’est .. eh ben c’est bien laid.
*Dans la plupart des parlers savoyards, «ongle» est féminin.
dø mɛt le m sy l z ˈːθə
Je mets les mains sur les hanches.

21.2 SixtM:

  • Formes masculines

 viˈaːðə - d l t - lu tæ i etjˈ twi krøvˈe n efˈlœ
Autrefois .. dans le temps .. les toits ils étaient tous couverts en ancelles*.
*sorte de bardeau long de 63 à 80 cm, épais de 15 à 18 mm pour couvrir les toits; non cloué (Viret 2006: 207).
do we k lu ð fː - aʎ døʁmˈi ɐvˈ nʊ ˈʊʀə
Je veux que les enfants .. aillent dormir avant neuf heures.
du vi snt astˈa θy l b - ə l la maˈ
Les deux vieux sont assis sur le banc .. au bord de la maison (litt. au long à maison).

  • Formes féminines

n ɑwˈa l z avˈʎ d la ʁyθ
On entend les abeilles dans la ruche.

22.1 TorgnonF:

dœ bˈɑʎɔ lɛː le plˈym - e e ɡadˈeẽ
Je donne les les épluchures .. aux aux cochons.
ɪ kuʀ avə lɛ z ɪtsˈɑːsɛ
Il marche avec les béquilles.
ɛ kʲø j ˈevɛ bj pø œ p bj dɛ plø kɛ ˈɛɑ - pɛʁkʲˈɛ ɪ ʃɛ sɛpɑˈv dɛ plʏ z ɔmː alˈɪvn ɪ kɔtˈɪ lə ɛ lə fʏmˈɛl alˈɪv dɛ l ˈoːtʀə vˈetʃe ˈɛːɑ j ɑ ə tʏ vˈɛɪ kˈɔːbl - dɛ plʏ ɕˈɔma ˈɔmɔ ɛ fˈɛnːɑ ẽɕˈemblɔ
Eh autrefois c’était bien plus bien de plus que maintenant .. parce que ils se séparaient de plus les hommes allaient d’un côté les euh les femmes allaient de l’autre par contre maintenant il y a euh tu vois les couples .. de plus enfin homme et femme ensemble.
ɛ ĩkʲø j ˈevɛ bj pø œ p bj dɛ plø kɛ ˈɛɑ - pɛʁkʲˈɛ ɪ ʃɛ sɛpɑˈv dɛ plʏ lɛ z ɔmː alˈɪvn ɪ kɔtˈɪ lə ɛ fʏmˈɛl ælˈɪv dɛ l ˈoːtʀə vˈetʃe ˈɛːɑ j ɑ ə tʏ vˈɛɪ lɛ kˈɔːblɛ - dɛ plʏ ɕˈɔma ˈɔmɔ ɛ fˈɛnːɑ ẽɕˈemblɔ
Eh autrefois c’était bien plus bien de plus que maintenant .. parce que ils se séparaient de plus les hommes allaient d’un côté les euh les femmes allaient de l’autre par contre maintenant il y a euh tu vois les couples .. de plus enfin homme et femme ensemble.

22.2 TorgnonM:

lɛː vˈɑːts ɪ bˈɛj ʊ bwœʎ
Les vaches elles boivent à l’abreuvoir.
lɛː z avwˈœʎe ɪ bɔʀdˈu dədˈĩ lʊ bʀəsˈu
Les abeilles elles bourdonnent dans la ruche.
ɪ foː kɛ nɔ lɔː lɛvˈɪsn tʃœ dzɔː
Il faut que nous nous levions tous les jours.
lɛ dzˈe j ɑtsətˈɪ tʃœ bˈoːte avə lɛ kɔrdɔɲˈeː
Les gens elles achetaient tous les chaussures avec le cordonnier.
sˈøta sənˈɑ vwɛ fˈɛːjɛ j  fe lə z aɲˈe
Cette semaine huit brebis elles ont fait les agneaux.

23.1 TroistorrentsF:

  • Formes masculines

lːɛ fˈen də tsãpɛʁˈɪʏ pɔʁtˈavã  pãtalˈã nɪˈ pʊʁ ɑlˈaː tʁɑvɑjeɛː - ᵊ ᵊ ᵅ - lᵊ - pʁ
Les femmes de Champéry portaient un pantalon noir pour aller travailler à à .. l.. les prés.
lu z fˈ l  le dzʊ- le dzə- le - le dzˈut tʊt ʁˈɔdzɛ
Les enfants ils ont les jou.. les je.. les.. les joues toutes rouges.
dø - du ʋjː s ɑ setˈᵑ dəvˈã la - dəvˈã lə l ötˈö sy  bɑ
Les deux euhm .. deux vieux sont assis devant la .. devant le la maison sur un banc.
*[ɑ setˈᵑ] loc. adv. ‘assis’ (cf. GPSR 1: 104 s.v. achèt, GPSR 2: 48 s.v. a sətn et GPSR 2: 563 s.v. bòtsn).

  • Formes féminines

la j  bɑðˈɑ nɑ bwˈənɑː wistˈaje el a le - le le kˈuse tˈʏt ʀˈɔdzɛ
On lui a (litt. lui ils ont) donné une bonne fessée il a les .. les les fesses* toutes rouges.
*Pour [kˈuse] ‘cuisses, fesses’, cf. GPSR 4: 647b.
ː lˈɑvɛ le z epˈlɛ
Il lève les épaules.

23.2 TroistorrentsM:

  • Formes masculines

dwɔlˈ bokˈõ də βʊː - d le bwˈɛtse - ʊ z fˈ amˈas d le bwˈɛtse - po fˈeʁe l fwa
Les petits bouts de bois .. des brindilles.. les enfants amassent des brindilles .. pour faire le feu.
lu tɑsˈ l  fe dʏ mˈoːʊ dː lu tsã
Oh les blaireaux ils ont fait du mal dans les champs.
e fo kə nɔ ɔ lɛʋˈæjã tɥɪ u dzo
Il faut que nous nous levions tous les jours.
lʊ z ˈomo puʁtˈaʋã l f sy lə ʁɑtˈe
Les hommes portaient le foin sur le dos.
lʏ dwɔlˈ bokˈõ də βʊː - d le bwˈɛtse - ʊ z fˈ amˈas d le bwˈɛtse - po fˈeʁe l fwa
Les petits bouts de bois .. des brindilles.. les enfants amassent des brindilles .. pour faire le feu.

  • Formes féminines

vã - ɑʁɔza ɕjø - ʏ sɪntjˈɛːʁo
Elles vont .. arroser les fleurs .. au cimetière.
ˡɪ ʋɪpˈeʁ sə kˈɑtsn dzo le pjˈeːʁː
Les vipères se cachent sous les pierres.
le - le dz ɐtsetˈaʋã le bˈote ʋe l kɑʁdɑɲˈe
Les .. les gens achetaient les souliers chez le cordonnier.
e bˈɛetç ɪ s s bətˈæjɛ  lɑ sˈota ø sotˈi
Les bêtes elles se sont mises en l’abri à l’étable d’alpage.
le z avˈœle fã de bʀɥˈiːç - d la maznˈetːɑ
Les abeilles font du bruit .. dans la ruche.
e z aʋwˈele pʁ tʁikɔtˈaː - le fˈene lez ɐtsˈet ʋe mˈaʀt
Les aiguilles pour tricoter .. les femmes les achètent chez Marthe.

24.1 Val-d’IlliezF:

  • Formes masculines

aˈɛ  jadz ɔn aː- tstˈavɔ tː a - a lʏ - le leː e ʑ ekˈœv aw kɔpɔʁtø k pasˈaʋ ʋɛ l tˈɔ
Oui, autrefois on a.. chetait tout ah.. ah les.. les les les balais avec les colporteurs qui passaient vers la maison.
ɑː lu paʁ n atsətˈav pɑ l- ː fɐsˈa la butsəʀˈe ɐwi lu kaj
Ah les parents n’achetaient pas l.. on faisait la boucherie avec le cochon.
k j ɪʁɔ ɡɑmˈin l amˈɑvɔ pa l z ɪpïnˈɑʁdɛ
Quand j’étais gamine j’aimais pas les épinards.

  • Formes féminines

ɪ vã bta dʏ l ˈiwɪ ɕʏ ɕø ʋæ pʁe lə ɕimcjˈɛːʁᵆ
Elles vont mettre de l’eau sur les fleurs vers par le cimetière.
le dz atsɛtˈaʋ le bˈɔtɛ ʋɛ l kɔʁdɔnˈɪ - m pˈaʁɛ l ɪʁ kɔʁdaɲe alɔʁ - n ɑ tuty di dz kə vəɲˈai
Les gens achetaient les chaussures chez le cordonnier .. mon père il était cordonnier alors .. on a tout le temps des gens que venaient.
øːz sʊs- sʊvnˈ le z istwˈɑʁ kə vʁ piʁ ɡʁã ə ɐ - və dwɛtɕˈivɑ
{Vous vous sous.. souvenez / Vous sous.. souvenez-vous} les histoires que votre père grand euh .. vous enseignait*?
1daity v. tr. ‘instruire, éduquer; enseigner, apprendre
2qch. à qqn, expliquer’ (GPSR 5/2: 887).
aˈɛ  jadz ɔn aː- tstˈavɔ tː a - a lʏ - le leː e ʑ ekˈœv aw lʏ kɔpɔʁtø k pasˈaʋ ʋɛ l tˈɔ
Oui, autrefois on a.. chetait tout ah.. ah les.. les les les balais avec les colporteurs qui passaient vers la maison.

24.2 Val-d’IlliezM:

  • Formes masculines

vɛʁ n le le fˈene s d õ lɒ pi lu ẓ ˈɔmɔ d l ætʁ
Chez nous les femmes sont d’un côté puis les hommes de l’autre.
l dʏ j ɕ ɐsetˈɑ d- dvã l ɔtˈɔ - si sy l bã dəvˈã l tˈɔ
Les deux vieux sont assis d.. devant la maison .. sur sur le banc devant la maison.

  • Formes féminines

l fˈenʏ ʋã ɑʁɔzˈa lɛː - le sø ʏ smtɕˈʏʁɔ
Les femmes vont arroser les .. les fleurs au cimetière.
 jadz n atɕtˈaʋ lʊː - le z ekˈœøʋɛ ɐ lɐ maçtʃˈã k pasˈɛʋə
Autrefois on achetait les.. les balais chez le marchand qui passait.
bˈøt lɛ mã ɕy lɛː - ɕy l     ˈantse
Je mets les mains sur les hanches.

25.1 VouvryM1:

  • Formes masculines

ɑ m maʁe ɡʁã ɑtsᵊtˈaʋe pɑ lʊ lʊ ʑ ɑlˈ lʊ fazˈɛ ʎe je mˈɪmə ijɪ mˈɛmɐ
Ah ma mère-grand achetait pas les les vêtements elle les faisait elle elle-même elle-même.
a l du ʋjø - s ɑsjetˈ devã la mæɛzˈ
Ah les deux vieux .. sont assis devant la maison.

  • Formes féminines

ʋˈɑtsə bˈæiʋɔ ə ø bwi
Les vaches boivent euh à la fontaine.
ʋɔ ɛʁdʒˈi le θøː - øː - (rire) - ø ʀpoʒˈø
Elles vont arroser les fleurs .. au (rire) .. au cimetière*.
*[ʀpoʒˈø] ‘reposoir’ est un mot souvenir que le témoin M2 affirme n’avoir jamais entendu.
le lɛ le z avˈœ bordˈɔnən d l vɑʃelˈɛ
Les abeilles bourdonnent dans la ruche.

25.2 VouvryM2:

  • Formes masculines

ø forˈiː lu z ˈɑːbɹ  fwˈɔl
Au printemps les arbres ils feuillissent.
du ʋjœ se s ɑsetˈ dəvã la mɛzˈ
Les deux vieux se sont assis devant la maison.

  • Formes féminines

l øtˈ le fˈɔz - vønˈ djˈɔnɐ ə dzˈɔnɛ
L’automne les feuilles .. viennent jaunes euh jaunes.
pɔrt  pətjuː sy le z epˈʊlɛ
Il porte le petit sur les épaules.