Menu

Comparer

Comparer la carte 52620 avec:

 

Rechercher

Critères de recherche

 

Cartes

«Avoir»: 3e personne pluriel de l’indicatif imparfait

 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
1
Arbaz
avˈiː, av, lej, lˈj, lˈĩː
lˈœj, lˈej
2
Bionaz
ajˈ
ajˈã
3
Chalais
-
ajˈɛvən
4
Chamoson
vjˈ
-
5
Conthey
ˈa
-
6
Évolène
ˈav
-
7
Fully
avɒvˈ, aʋˈɔʋ, avˈav,
avˈɑv, av, aʋˈəʋ
ˈaᶹ
8
Hérémence
ˈa, an
-
9
Isérables
ɑʋˈɑn, aʋˈãmaʋˈãŋ
-
10
La Chapelle-d’Abondance
-
ɑʋˈɑʋ
11
Lens
aˈaŋ, aˈ, aˈan, aːn, ɑːŋ
-
12
Les Marécottes
ˈɛv
ˈɛv
 
parler de
témoin
féminin
témoin
masculin
13
Liddes
aʋˈã
aʋ, aã
14
Lourtier
-
-
15
Miège
avˈjõ, avˈɛɔn, ɑvˈɛ
ɑvˈ, ɐʋˈan
16
Montana
ɑjˈɑn, ɑjˈan
æˈən
17
Nendaz
avˈɔn, ˈɑːː, aˈ, ːm
ˈɑ,
18
Orsières
ˈav, avˈã
avˈ
19
St-Jean
ajˈ
ˈajœn
20
Savièse
aˈiːɔ
æjˈ, ɑwˈɛ, (aʋeː)
21
Sixt
ɑvjˈ, avjˈ, ɐvjˈ,
ɑvjˈ, ɐvjˈ, ejˈ
avj, ɐvjˈ, ɛvjˈ, əvjˈ
22
Torgnon
ˈav, ˈaᶹ
ˈɑv, ɑvˈɪ, ɑvˈɪ, ŋ
23
Troistorrents
aʋã, avˈ
aʋã
24
Val-d’Illiez
ɑʋ, aˈã, ˈɑ, aj
ɑʋ
25
Vouvry
ɑʋˈɛ
-

Fermer

Veuillez cliquer sur

- un symbole de la carte

- une transcription du tableau des formes attestées (ou un chiffre des tableaux de fréquences)

- un énoncé de la liste

pour afficher le clip video correspondant.

Si vous découvrez des erreurs dans cette version «test» de l’Atlas, merci de bien vouloir les signaler à:
andres.kristol@unine.ch.

Liste des énoncés

1.1 ArbazF:

ː ɡamˈinə lɪ avˈiː ɑ kwˈɑtsɐ
Les gamines elles avaient le chignon.
ɛ pɛʒˈ le av  ɑbtˈʏdɑ də treŋnˈɑ o feŋ ʃʏ nɑ lɥˈøzə
Les paysans ils avaient l’habitude de trainer le foin sur une luge.
 ʒ uʋrˈi dɑ ɐ zˈøʏ bŋ - k wɑʒˈɑn tsɑsjˈɛː - o bwe - lˈj nɑ lɥøz po mɛtr  tr ʃʏ
Les ouvriers de la forêt bien .. quand ils allaient chercher .. le bois .. ils avaient une luge pour mettre les troncs dessus.
tɔt ʏ matˈtə dy tẽŋ lˈiː e trˈeʃːə
Toutes les petites filles autrefois avaient les tresses.

1.2 ArbazM:

d ɔ tŋ lˈɪj nj k ɑtsətˈɑᶹ ɔ frɔmˈɑzo - lˈœːj tʃˈʏi mˈiːmo ɔ frɔmˈɑzo
Dans le temps {il était = il y avait} personne qu’achetaient* le fromage .. on avait (litt. ils avaient) tous mêmes le fromage.
*Accord logique du verbe au pluriel.
ɛ parˈɛŋ atsətˈɑ pɑ ɔ ʒbˈ - lˈej d katsˈ mˈːmɔ - y bˈøʏ
Les parents achetaient pas le jambon .. ils avaient des cochons mêmes .. à l’écurie.

2.1 BionazF:

lə fʏʎˈɛtːə mndzˈɑ lə z ˈmpwə kʲə l ajˈ kwɪʎˈɑ
Les jeunes filles mangeaient les framboises qu’elles avaient cueillies.

2.2 BionazM:

lœː lə bɪʊˈ ɛː - kˈomə sɔməɲˈ l ajˈã a n maːkˈɔʎə də bjˈa - prˈɔ sə dˈij ˈãkʲə lə bjɔˈ
Les les Bioneins euh .. comme surnom ils avaient à nom «malades de Bionaz» .. mais ils se disent aussi «les Bioneins».

3.1 ChalaisF:

-

3.2 ChalaisM:

mɛ paʁˈn n atsëtˈaʋn ʒamˈɛ dɛ ʒãbˈ - n ajˈɛvən tɔzɔ d katsˈɔŋ entʃe nɔ
Mes parents en achetaient jamais de jambon .. ils en avaient toujours de cochons chez nous.

4.1 ChamosonF:

e ɡamˈinə mdʒˈøvʏ ø fʀãbwˈɑẓ kɛ l vjˈ ɑmasˈo
Les gamines mangeaient les framboises qu’elles avaient ramassées.

4.2 ChamosonM:

-

5.1 ContheyF:

ɛ dɔˈta mˈaːtə mdʒˈaːᵋ dœ fɹãbwˈɛʒe kjœː ˈa ʁamaʃˈo
Les petites filles mangeaient de framboises qu’elles avaient cueillies.

5.2 ContheyM:

-

6.1 ÉvolèneF:

lː ɡamˈnə lʏ mʒˈjœv lː - lɛ ʒ ˈãpwə k lɛʒ ˈav mdˈa
Les.. gamines elles mangeaient les.. les framboises qu’elles avaient cueillies.

6.2 ÉvolèneM:

-

7.1 FullyF:

d lʏ tɛː - lɪ dzɛ adzətˈɒv pa lə fʀmˈɑːðᵋ l- ɪ nɛ avɒvˈ tɕɥiː
Dans le temps .. les gens achetaient pas le fromage e.. elles* en avaient tous.
*En francoprovençal valaisan, gens (dzin) est généralement resté féminin (GPSR 8: 258s).
wɛ  w l ˈɔʋ tɥɪ la ʃtˈʏʁ mi d  - jʏ mə ʃvˈəni kə lɪ ʒ om mətˈ aʃəbˈ na fɑːʃ
Oui on oui ils avaient tous la ceinture mais dans un .. moi je me souviens que les hommes mettaient également une «fasse»*.
*cf. fsə ‘ceinture’ (GPSR 7: 178b), ‘ceinture en tissu’ (Praz 1995: 275); fascia (FEW 3: 423b).
li fa- li fəmˈal ke l eʁ maʁriˈa l avˈav tɥi ʏ ʃiɲˈ tˈɔtə lə ʃiɲˈ pwæj i bbˈœtə l aʋˈɑʋ li tʁˈœɕjə - ʃvˈ plˈenə də pjø- adˈã fajˈɪvə kʊpˈa li pˈa dɛ pʊ- p ʃ debaʁaʃˈe di pjø
Les fe.. les femmes qu’elles étaient mariées elles avaient tous le chignon toutes le chignon puis les fillettes elles avaient les tresses .. souvent pleines de poux (rire) .. alors il fallait couper les cheveux de peu (courts?) pour se débarrasser des poux.
lɪː li pʏtʃˈudə buːb mədzˈəv ʃɔvˈɛ li ʒ bʁ kʏ l avˈɑv kwijˈæ
Les les petites filles mangeaient souvent les framboises qu’elles avaient cueillies.
næ næ l av pɔ də fulˈɐ l av næ -  jɔlˈi - na bˈala ʒyp - n a  kʊtˈẽ lᵊ - e pwˈæ dʃˈy j avˈɛ  mʊʃˈ kə l eʁəœ m  ʒilˈœ ʃaʁˈo ə pwæə fə œ - tɔ bʊtənˈo dəvˈ lə pt- ʃaʁˈo də bʷətˈɔ
Non non elles avaient pas de foulard elles avaient une .. un joli .. une belle jupe .. on a une robe longue .. et puis dessus il y avait un petit gilet qu’il était comme un gilet serré et puis fin euh .. tout boutonné devant le pt.. fermé de boutons.
wæ d lə t li dz l ˈəʋ pɑ də maʃˈin a laʋˈɔ pwˈɛɪ də bw a mæɪʒˈ i fajˈiv alˈɑ i bwø dʏ vʏlˈɑːdz pwœ fɪʁ la bˈujə
Oui dans le temps les gens ils avaient pas de machine à laver puis des bassins à la maison il fallait aller à la fontaine du village {puis/pour} faire la lessive.

7.2 FullyM:

d lə t tjø dəɪ dʏ majˈː - kə l ˈaᶹ pɑ prø də ʒlˈɪ ʒ ɑjˈ -  kə l ˈe pɑ  tr də pwæ mɑrtsˈe km fo - ɪ vəɲˈɑvn  jɑˈæ - k  dəʒˈɑɛ œː - ə - œː - ttˈi la mˈimɑ tsuːʒə lə lə ə lʏ kpˈ d la mˈɛɕə -  valɛ n  jɑ jo ɔn ɑwˈijæ bj li ʃjɔts e ʃøʒˈɑv la mˈsə awˈi liː liː - la θjɔts […]
Dans le temps ceux des du mayen .. qu’ils avaient pas assez de jolis habits .. et qu’ils étaient pas en train de pouvoir marcher comme il faut .. ils venaient à un endroit .. qu’on disait euh .. oui .. euh toujours la même chose le le euh le compendium de la messe .. on allait à un lieu où on entendait bien les cloches et ils suivaient la messe avec les les .. la cloche ..

8.1 HérémenceF:

lɛ matˈɛtə pekˈɑːʋ lɛ - ɛ ʒ ˈpə k j ˈa ʁamaʃˈɔ
Les fillettes mangeaient les .. les framboises qu’elles avaient ramassées.
wi də kʊ l mi bjɔ ʒ ɑjˈ j an dœ - mɛtˈ lɑ lɔ bɔr dʊ kɔl də vəlˈuk po le mi bjo - (…)* - də ku pe u b vˈɛːrɛ
Oui parfois les plus beaux vêtements ils avaient de .. ils mettaient là le bord du col de velours pour les plus beaux (…)* parfois bleu ou bien vert.
*intervention du témoin masculin.

8.2 HérémenceM:

-

9.1 IsérablesF:

 parːnː ɛl ɐtstˈʋɔm pa ː - ɔ ʒmbˈ l ɑʋˈɑn tɔ - t mˈːmɔ
Mes parents ils achetaient pas euh .. le jambon ils avaient tout .. tout mêmes.
p ɛ z ˈɔmə ʎ avˈ parːˈi ŋ kos- l ɑm p- l ˈãm pɐrːɪ ʊŋ kostˈym n drap- km ɛː - marːˈɛinɛ
Pour les hommes il y avait aussi un cos.. ils ont au.. ils avaient aussi un costume en drap .. p.. comme les .. femmes*.
*[marːˈɛinɛ] ‘femmes’ (cf. Favre-Fournier 1969-72: 604 s.v. màrrèyna).
ɛ - e doˈɛntə kˈʊɹʈə mʏndʒˈɛʋ e frãmbwˈaːz cɪ l aʋˈãŋ amar- ə - ɐmɑsˈa
Les petites filles mangeaient les framboises qu’elles avaient amar.. euh .. ramassé.

9.2 IsérablesM:

-

11.1 LensF:

hɔ - øː lːɛː m- lœ bˈɔtœ aˈaŋ ona bˈɔkʎa
Oui .. euh les euhm .. les chaussures avaient une boucle.
lœ maʁˈeɪnə m pu mi aʒˈeːɛ aˈ lɔ tˈɔrts
Les femmes un peu plus âgées avaient le chignon.
l paeʒˈŋ aˈan də lʏˈøzə - kə fɑbrʏkˈɑŋ lur mˈiːmɔ - p trøenˈa lɔ feŋ  la ɡrˈzə
Les paysans avaient de luges .. qu’ils fabriquaient eux-mêmes .. pour traîner le foin en la grange.
mɔm pˈeːrə œ ma mˈeːrə n atsœtˈan pa də ʒambˈ - ɑːŋ mˈimɔ - n aˈan dɛ kajˈõ k nɔ twaŋ l ʊtˈ
Mon père et ma mère en achetaient pas de jambon .. ils avaient mêmes .. nous avions de cochons que nous tuions l’automne.

11.2 LensM:

-

12.1 Les MarécottesF:

lɪ kʁˈɔːɪ mndʒˈɪəv lɪ ʒ pw kɪ l ˈɛv kwɪjˈɛ
Les gamines mangeaient les framboises qu’elles avaient cueillies.

12.2 Les MarécottesM:

-

13.1 LiddesF:

li dzɔ dœ fˈitə - ə jɪ mɛtˈã li ʁybˈãŋ - a ãɲ kʲ -  kwlˈu -  pi alˈɔʁ liː dəmˈːdz oɹdinˈerə l er  ʋlˈy - ɛ pːɪ alˈɔʁ i z ə - ɪl aʋˈã  tsɑpˈi - pu tɹaʋa -  də θ - ðlø trɐʋˈajɪ
Les jours de fêtes .. euh ils mettaient les rubans .. à en c.. en couleur .. et puis alors les .. dimanches ordinaires il était en velours .. et puis alors ils a.. ils avaient un chapeau .. pour trava.. euh de euh.. le travail.

13.2 LiddesM:

œː ma gr mˈɪːrə mimamˈ ma mˈiːrə mə ɕəvˈøɲø kʲe də mə fɑzˈe lɪ ʑ ɑːdˈ k j ɐlˈɑʋɔ a l ekˈulæ - ɛ də faz le œɛ lʏ - l ɛ d la ʒeneralitˈe di maʁˈeːn kje də sˈɑv fərˈø li z ˈɑːd - d də patrˈ ə pwj ə - pw də kozˈ lur - pwø lɪ - lɪ kʷɔstˈym li tsəmˈiz fˈẽ də fɑzˈ - də fɑzˈ mˈimə
Euh ma grand-mère et même ma mère je me souviens qu’elle me faisait les habits quand j’allais à l’école .. et elles faisaient les euh les .. c’est dans la généralité des femmes qu’elles savaient faire les habits .. elles avaient de patrons et puis euh puis elles cousaient elles .. puis les .. les costumes les chemises enfin elles faisaient .. elles faisaient mêmes.
l aã dy kopˈeː sˈaæ sa z ˈɑːbɹœ lø l dœ læ drˈθɐ
On avait dû (litt. ils avaient dû) couper sept sept arbres le long de la Dranse.

15.1 MiègeF:

kã lɪ papˈa ɛ lɪ mɑmˈɑ ɪram pitˈi avˈɛɔn də z ɔrˈʒ ɐ tsɐlˈɛndɛ - ɛ kã avˈjõ
Quand le papa et la maman étaient petits, ils avaient de-z oranges à Noël .. et quand ils avaient.
kã lɪ papˈa ɛ lɪ mɑmˈɑ ɪram pitˈi avˈɛɔn də z ɔrˈʒ ɐ tsɐlˈɛndɛ - ɛ kã avˈjõ
Quand le papa et la maman étaient petits, ils avaient de-z oranges à Noël .. et quand ils avaient.
lɛ drˈɔlœ d lɔ tˈɛ ɑvˈɛ lɔ tʃjˈɔːpe
Les femmes dans le temps avaient la jaquette*.
*[tʃjˈɔːpe] cf. lo tšópo ‘l’ancienne jaquette’ (Gyr 1994: 730).

15.2 MiègeM:

ɑprˈe leʒ  mɛtˈʊ - ʃu ɑ la lø- lɥˈɛzɛ - ɛː -  - ɑvˈ ʊnɐ bˈɔnɑ vˈɑtsə pwɛ tərˈ la la lɥˈøzə a - ɑː miʒˈ
Après ils les ont mis .. sur à la lu.. luge .. et .. ils ont .. ils avaient une bonne vache pour tirer la la luge à .. à la maison.
dã lɔ t l ɐʋˈan tɔzˈɔ pɹu- pwø- pwˈiɹə dɪ ʒ ʃɛndˈiɑ
Dans le temps ils avaient toujours pr.. poue.. peur des incendies.

16.1 MontanaF:

-

16.2 MontanaM:

l parˈ ɐ noː - atsətˈm pɑ də ʒãmbˈ æˈən tɔzˈ d kajoˈŋ mˈɛːmə
Les parents à nous .. achetaient pas de jambon, ils avaient toujours des cochons mêmes.

17.1 NendazF:

kã  parˈ ir dɔˈ avˈɔn də z ɔrˈzə r k a nɔˈɛl - e nkˈɔ
Quand mes parents étaient petits, ils voyaient* des oranges rien qu’à Noël .. et encore.
*[av] ‘voir’, cf. Schüle 1998: 429 s.v. avér.
e krˈɔə mdʒˈœ ɛ ʒ ːpə k ˈɑːː akulˈɛɪ
Les gamines mangeaient les framboises qu’elles avaient cueillies.
 pwe e kʊrˈɛː - i aˈː - ɪ mətˈ pɑ ɐ tsɑpˈe mœtˈ ʊna bˈɛːʁᵊ
Et puis les enfants .. ils avaient .. ils mettaient pas le chapeau ils mettaient un bonnet .
dro ɔ tː ːm - ijˈ cy ɔ kostˢˈømːɛ  mœtˈɔŋ øː j pw ø tsøɹ əvdˈɪ e j pw e feːt
Dans le temps euhm .. avaient toutes le costume et elles mettaient euh un pour les jours ouvrables .. et un pour les fêtes.

17.2 NendazM:

iː bˈɛa mɑːr fɐʒˈ atramˈ - ɪ ʋwaʃe dər o b - dr o bøʏ i ˈɑ ˈeʋwə - i ˈɑ ˈeːwə dr o b - pwɛt əː e - ɪː bujˈaːjəː - dər ɔ b fet pu mw frˈɛɪ 
Ma .. belle-mère faisait autrement .. elle allait dans l’étable .. dans l’étable, ils avaient l’eau .. ils avaient l’eau dans l’étable .. et puis euh .. elle lavait .. dans l’étable il fait un peu moins froid, hein.
ø ʃi m baʃ nˈdə mˈeːmɔ ŋː - u - n etyʒʲˈe pɑ ɑaː - ɑʋə w e mʊˈə - un ˈɛe də tsarɡˈoʃ un e də jˈdzə - tndˈizġ ə ɛnˈɑː ɑ ɬˈeːbə ij ː - ɛ tö mi drˈɛɪ j pa d bɔnə vˈɛe - pwˈəte rɪ mətˈŋ ŋ - du vɐʃˈ də ʃ dˈɪ - e j meɪtˈã ʃʊ əː ʃʊ o bɑ
Euh ici à Basse-Nendaz même on .. on .. on rentrait1 pas a.. ave.. avec les mulets .. on avait de charrettes on avait de luges .. tandis euh en haut à Clèbes ils avaient .. tout est plus pentu .. ils avaient pas de bons chemins .. alors là ils mettaient un .. deux fagots2 de part et d’autre.. et un ils mettaient sur euh .. sur le bât. 1
*fachî n.m. «fagot de foin, de rameaux, ballot de foin» (Praz 1995: 276).

18.1 OrsièresF:

li kʁˈɔjə mʏdʒʲʏv li z ˈãpʁø mœ ləz ˈav kudˈaitə
Les filles mangeaient des framboises comme elles les avaient cueillies.
leː fəmˈalə di k ˈiram maʁˈji l avˈã  ʃiɲøõ
Les femmes dès qu’elles étaient mariées elles avaient un chignon.

18.2 OrsièresM:

s - l  pˈəsk tʃɥø  pɔtaʒˈe pɔ l bu - l ø pɑmˈi slə j pɔtaʒˈe ɲ kə l avˈ n jɑdz
Ici .. on a (litt. ils ont) presque tous un potager pour le bois .. c’est plus ces vieux potagers noirs qu’on avait (litt. qu’ils avaient) autrefois.

19.1 St-JeanF:

lɛ matˈɛtɛ lɛʒ mĩzjˈ lɛ lɛ frmbwˈɑzɪ cjə ʒ ajˈ rɑmɑʃˈa
Les fillettes elles mangeaient les les framboises qu’elles avaient ramassées.

19.2 St-JeanM:

œː dʋˈan kɔm iːrɔ zɔˈɛnɔ  beŋ ʃɛ mɛhłˈɑʋ pɑ - l ajɛ tɔzˈɔr lɛ drˈɔlœ a ɡˈɔːsa ɛ lɛ ʒ ˈɔmɔ a driːt ɛ lɛ ʒ fˈan ʊ kuːr -  pwɐ ɑprˈ l a  tsɛ tsʑiˈɑ pɔ ʃɛŋ kɛ lɛ drˈɔːlœ lʒ ˈajœn də płeʒˈeɪᵍ dɛ vənˈi awˈe lɛ ʒ ˈɔmɔ - ma lʏ ʒ ˈɔmːɔ vɑm pa tan dʊ kɔtˈɪ di drˈɔlɛ - ʃ nʊŋ lɛ ʒ ehrzjˈɛ
Euh autrefois quand j’étais jeune eh bien on se mélangeait pas (litt. ils se mélangeaient pas) .. il y avait toujours les femmes à gauche et les hommes à droite et les enfants au chœur .. et puis après ça a euh bien changé parce que les femmes elles avaient de plaisir de venir avec les hommes .. mais les hommes vont pas tant du côté des femmes .. sinon les étrangers.

20.1 SavièseF:

ɑrʏ ʃe dʊ w ɕjn te l aˈiːɔ ɔtrə ko mɑ i mˈt kə pɔ mɑʃ fˈɔlkɔrˈik mɛnˈ - nɔ i mˈɛt plə ɑtrɑmˈ
Maintenant celui de l’ancien temps ils l’avaient autrefois mais ils (le) mettent que pour les machins folkloriques maintenant .. non ils (le) mettent plus autrement.

20.2 SavièseM:

drɔ ɔ t l eː- ɪl æjˈ tɥɪ mem ɔ fʀɔmˈaðzɔ ʒjˈɔm pa ɑtstˈa
Dans le temps ils é.. ils avaient tous mêmes le fromage ils allaient pas acheter.
ɛː a n øː ɐ w øpˈɔkj e pɑ ɪ atsəˈɑm pɐ ɛ tsambˈɛt i - ͥ ɑwˈɛ  kats po bˈoːtsɛ øn ʏtˈ pwø føjˈ mˈɛemɔ w
Euh chez nous euh à l’époque les parents ils achetaient pas les jambons ils .. ils avaient un cochon pour bouchoyer en automne puis ils faisaient mêmes oui.
wɛi j aˈiɛ maː ɹa eː iz eː eletrɪfiˈaːɛ - ʃɪ pa ʃi tˈɛʁmə - el a el  mɪtˈuə - l ã fe vəriˈa wi dː - awˈe l maʃˈinə l  pamˈi man dɛ ˈɔmʊ - awˈ m- dɛˈan dʏʒˈœn trøkudənˈa
Oui, il y avait, mais maintenant il est .. ils avaient* électrifiées .. je sais pas ce terme .. il a ils ont mises .. ils l’ont fait tourner avec de s.. avec les machines c’est plus main d’homme .. avec m.. autrefois on disait (litt. ils disaient) carillonner.
*forme française; pour les formes dialectales, voir les autres attestations du même locuteur.

21.1 SixtF:

kt ɪ fa frɛː ɔ b l mø- kt j ɑʁˈɪvə lɑ tʏsˈ ə - œ  rtʁ lu bokˈe mɛː - nˈʏtrʊ parˈ ɑvjˈ pɑ bjɛ dɛ bokˈe - k kɑk po sy la fnˈetra - mɛː tʀɛ p- dajˈœ j ɛvˈɛ na rɛˈ - kt ɪ paʀ- œ kt ɪ modˈɑv - faʁ le f ð lu amˈo - j ɛ j œvˈɛ ɲo pe sœɲˈɪ lu bokˈe pe lʊ z aʁœzˈe
Quand il fait froid ou bien m.. quand il arrive la Toussaint euh .. euh on rentre les fleurs mais .. nos parents avaient pas beaucoup de fleurs .. q quelques pots sur la fenêtre .. mais très p.. euh .. d’ailleurs il y avait une raison .. quand ils par.. euh quand ils allaient .. faire le foin dans le hameau il y a il y avait personne pour soigner les fleurs* pour les arroser.
*[bokˈe] cf. bouquet ‘fleur’ (GPSR 2: 640-41).
j ɛvˈɛ la kʊtyʶjˈɛʁ sʏ plˈɑsə - e ɦø e ɦø ma ɡr ma tˈntɐ maltˈidə kə m a elɛvˈa - tˈɛ kʊtyʀjˈɛʁ - eː mœː œ j  pa kuɲˈy m sɒ m fˈ ʎæ  ʎ ɛ pʀɔ vɪ dˈɪrə - lʊ ðn dy vɪˈɑðə - la sʊrkjˈa ɪ vnɪvˈː l- prnd la maʃˈɪna ʃy l epˈola - e mɑnˈɑv la maʃˈɪna a θtilˈɔː ə ɛ ma tˈtə maltˈɪda ɑlˈɑv dʊ tʁɛ ðœrᵊ - lʊ fɑ nɔ fɑədˈer lɔ fɑr ʊː s k ʲ avjˈ fˈta
Il y avait la couturière sur place .. et ici ici ma grand ma tante Malthide qui m’a élevée .. était couturière .. et moi euh j’ai pas connu moi ça mais enfin je lui ai je lui ai assez entendu dire .. les gens du village .. le printemps ils venaient l.. prendre la machine sur l’épaule .. et amenaient la machine à coudre là-bas (chez eux) et et ma tante Malthide allait deux trois* jours.. leur faire un tablier leur faire ou .. ce qu’ils avaient besoin.
*[dʊ tʁɛ] adj. num. ‘deux trois; quelques-uns’ (cf. FB 1960: 215 s.v. dóºᵘtr, GPSR 5: 558).
ɑ py lu z ɔm ɐvjˈ pratikmˈ  θapˈe ᵈ fˈøːtrə
Ah puis les hommes avaient pratiquement un chapeau de feutre.
ð l t - œ ʏ le θˈɔfe ecʲˈ  lˈnœ trikɔtˈajə - a la m - e le ʃɔsˈɛt d ɔm etˈo -  l θɔ t sɔvˈ le fˈɛnːə avjˈ kˈoː - lœː m - le θof  kɔtˈõ
Dans le temps .. euh les bas étaient en laine tricotés .. à la main .. et les chaussettes d’homme aussi .. et en été souvent les femmes avaient encore les euhm .. les bas en coton.
øə  pʁsˈɪp ʎ œvˈɛ  k baθˈe meː z- dvˈ la θapˈɛlːa - m ʁapˈl j n ɐvjˈ me j sy l lɔ  bweː - pe k le fˈenːœ pwˈeɦ ɑlˈe lɑvˈe - pə pa kɔfˈɪ l ˈeʋə - pe le beθ
Euh en principe il y avait un grand bassin mais devant la chapelle .. je me rappelle ils en avaient mis un sur le côté en bois .. pour que les femmes puissent aller laver .. pour pas salir l’eau .. pour les bêtes.
lə vɪˈɑð də sarvɛnˈɪː - e s ɛ - ɛː fa paʁtɕjˈɛ də la kmˈʊnːa d ɦɪ - me θˈɑkə vœʎˈaðə - ð sʊl- luː łɔ k restˈ lʊ z abɪtˈ - k restˈ ð lʊ vjˈaðə - l əvʏ l- ejˈ de syʁnˈ - e a sɐrvəɲˈi - ɪ lʊ z apalˈaːv lʊ lˈɔ͜ɔ
Le village de Salvagny .. il s’est .. il fait partie de la commune de Sixt .. mais chaque village .. dans ceux (?) .. les ceux que restent les habitants .. que restent dans le(s) village(s) .. ils avaient l.. avaient des surnoms .. et à Salvagny .. ils les appelaient les loups.

21.2 SixtM:

y pl - j n avjˈ k avˈɑ k avj awˈe nə beːθ  θhɛːʁˈe - pwe metj le - fɑxjˈ nɑ θˈeːʁɑ - aʋˈe lɐ tr i θarðˈiv m s ɛ - tk ʏ sølˈi
Dans la plaine .. ils y en avaient qu’avait qu’avaient aussi une bête un chariot .. puis ils mettaient les .. ils faisaient une charrée .. avec la fourche ils chargeaient comme ça et .. jusqu’au fenil*.
*[sølˈi] n.m. ‘fenil situé au-dessus des chambres, au-dessus de la partie habitable de la ferme’ (Viret ³2013: 957 s.v. fenil).
il a le pɔt - m s əlz ɐvjˈ ðalˈɑ
Elle a les lèvres .. comme si elles avaient gelé.
lu soːdˈɛːʁ z  pɑsˈɑ sy l tr - j ɛvjˈ nu ðvo - e de mulˈ
Les soldats ils ont passé sur le train .. ils avaient neuf chevaux .. et des mulets.
a wæ - j etˈæ m s œː - ð le hlə puʁ fˈermə - lːœː - le ð - ð nˈytrõ kw - j əvjˈ l abitˈydœː də s kstʁɥˈiːʁ - tut sˈblə - s ɛt a diʁ lu j aprˈɛ lu z ˈɑːθ ə l - sˈi d sɥit m s - etˈɑ p stə mi fɔ etˈa pɛ la sekyʁitˈɑ də - lʊ de bdˈi - j etˈɑ dðərˈ pɛ l fjˈuwæ - sə n avɛ j kə buʁlˈɑvə - i buʁlɑv tɥi
Ah oui .. c’était comme ça euh .. dans les ces petites fermes .. les .. les gens .. dans notre coin .. ils avaient l’habitude de se construire .. tout ensemble .. c’est à dire les uns après les autres et l.. ainsi de suite comme ça .. c’était pour être plus forts c’était pour la sécurité de .. les des bandits .. c’était dangereux pour le feu .. s’il y en avait un que brûlait .. ils brûlaient tous.

22.1 TorgnonF:

k j ˈɑᶹ lɑ fˈɪvʀɛ lɛ minˈuː dʏ jœ fizˈiv tʃˈœka* dɛ tizˈːɑ - ɛ bɑʎˈɪɔ lɛ mɛdʏsˈỹɛ cʲɛ m ʁɑ- m ɐʀdˈvɛ l mɛdesˈɛŋ ɛ ɛ bˈɑsta ɛ lɛ tɪɲˈivɔ ʊ tsoːt
Quand ils avaient la fièvre les enfants je leur faisais un peu de tisane .. et je donnais les médicaments que m’o.. m’ordonnait le médecin et et voilà et je les tenais au chaud.
*[tʃˈœka] ‘peu, un peu’ (NDPV 1997: 1770).

22.2 TorgnonM:

dədˈœ l vjʊ mˈetɕɔ - lɛ mˈetɕɔ dzɑː dɛ dɪ bˈœ famˈœʎɛ j ɑvˈɪ lɔː - j ˈɑv lɔ mɑʃˈŋ lɔ lo lɑwˈɑʁ m pˈeʁɑ - mɛ la pløpˈɑʁ dɪ z ˈoːtʁe j ɑvˈɪ pu - ɪ lɑvˈɪ dədˈɛ lɑ maʁmˈɪːta - ɛ pə d s ɪ wedˈɪ fˈuɑ l ˈɛvə
Dans les vieilles maisons les maisons déjà des des bonnes familles ils avaient le .. ils avaient le machin le l’évier en pierre .. mais la plupart des autres ils avaient pas .. ils lavaient dans la marmite .. et puis ensuite ils versaient dehors l’eau.
dədˈœ l vjʊ mˈetɕɔ - lɛ mˈetɕɔ dzɑː dɛ dɪ bˈœ famˈœʎɛ j ɑvˈɪ lɔː - j ˈɑv lɔ mɑʃˈŋ lɔ lo lɑwˈɑʁ m pˈeʁɑ - mɛ la pløpˈɑʁ dɪ z ˈoːtʁe j ɑvˈɪ pu - ɪ lɑvˈɪ dədˈɛ lɑ maʁmˈɪːta - ɛ pə d s ɪ wedˈɪ fˈuɑ l ˈɛvə
Dans les vieilles maisons les maisons déjà des des bonnes familles ils avaient le .. ils avaient le machin le l’évier en pierre .. mais la plupart des autres ils avaient pas .. ils lavaient dans la marmite .. et puis ensuite ils versaient dehors l’eau.
dədˈœ l vjʊ mˈetɕɔ - lɛ mˈetɕɔ dzɑː dɛ dɪ bˈœ famˈœʎɛ j ɑvˈɪ lɔː - j ˈɑv lɔ mɑʃˈŋ lɔ lo lɑwˈɑʁ m pˈeʁɑ - mɛ la pløpˈɑʁ dɪ z ˈoːtʁe j ɑvˈɪ pu - ɪ lɑvˈɪ dədˈɛ lɑ maʁmˈɪːta - ɛ pə d s ɪ wedˈɪ fˈuɑ l ˈɛvə
Dans les vieilles maisons les maisons déjà des des bonnes familles ils avaient le .. ils avaient le machin le l’évier en pierre .. mais la plupart des autres ils avaient pas .. ils lavaient dans la marmite .. et puis ensuite ils versaient dehors l’eau.
sˈɪːs k ʲ ŋ lɛː - lɛ lɛ bˈeːtʃə də bɑː ɪ tsardˈɪ- plɛˈɪv lə mœlˈɛt ɛ sənˈɔ lɛ z ˈoːtrə ɪ pɔrtˈɪv a kɔtsˈ
Ceux qu’ils avaient les .. les les bêtes de bât ils charge.. employaient le mulet et sinon les autres ils portaient sur le dos.

23.1 TroistorrentsF:

tãkɑ ɛ kjˈɛ  - le le ɡɐ- le fˈdz l ã le tʁe- le tʁɛs - tʁɛs tʁɛs - e pɑ ɑpʁˈɛː k əl ø k l avã tsomnˈo l ekˈulɑ fazˈav  ʃiɲˈ
Jusqu’à les quinze ans .. les les ga.. les jeunes filles elles avaient les tre.. les tresses .. tresses tresses .. et puis après quand elles euh quand elles avaient achevé l’école, elles faisaient un chignon.
s l e lu myzisjˈ - sø kə f pɑʁtˈi d l ɔʁkˈɛstʁə - alˈɔʁ l avˈ lɐ blˈuːzɑ ɑ lɑ - ø lɑ plˈɑsə døː - dø ʒilˈe
Ça c’est les musiciens .. ceux que font partie de l’orchestre .. alors ils avaient la blouse à la .. euh la place du .. du gilet.

23.2 TroistorrentsM:

daʁbˈː ɛ saðˈeta la ʀˈɛena d le mˈɔdzː - k l ã pa velˈo
Darbon .. est sortie* la reine des génisses .. qu’elles avaient pas vêlé.
*[saðˈeta] cf. sadwoy ‘saillir’ (Fankhauser 1911: 37 §41).

24.1 Val-d’IlliezF:

l ɡamˈine mdᶾjˈe dɛ z ˈpw kə l ɑʋ - l ɑʋ ɑmɑsˈɔ ø mˈemɑ
Les gamines mangeaient des framboises qu’elles avaient .. elles avaient ramassées eux-mêmes.
wɛ lʊ ɡʁãm paʁˈã - mʊ ɡʁã paʁˈã mdjevˈãᵑ - pa k də la tˈaʁtə l aˈã prø dy paˈ to ʁɑsˈi
Oui les grands-parents .. mes grands-parents mangeaient .. pas que de la tarte ils avaient assez du pain tout rassis.
oˈe m ɡʁ - m ɡʁ paʁˈ mdʒjˈev pa t də ɡatˈo l ˈɑ tɔzˈy l p m dy
Oui mes grands .. mes grands-parents mangeaient pas tant de gateau ils avaient toujours le pain [m] (?) dur.
k m paʁˈ l iʁ pˈiɲɔ - ʏ ɪz aj d lez ɔʁˈʒ k a tsalˈdə - pi kˈo
Quand mes parents ils étaient petits .. ils ils avaient des oranges qu’à Noël .. puis encore.

24.2 Val-d’IlliezM:

a tʁɛtʁˈ lɛ j ɑʋ  mulˈ l e pɔ s k apɛlˈɑ lʊ ʃˈɔʁɡə
À Troistorrents là ils avaient un moulin c’est pour ça qu’on les appelait (litt. ils appelaient) les «Chorgues»*.
*Pour [ʃˈɔʁɡə] n.m. ‘homme pauvre, dont l’extérieur annonce la misère’ et le sobriquet correspondant des habitants de Troistorrents, cf. GPSR 4: 14b.

25.1 VouvryM1:

le ʃødˈa dø tr  ø- l ɑʋˈɛ - l  menˈɔ - lø nø - nø tsəvˈo e nø mulˈe
Les soldats du train ont euh .. ils avaient .. ils ont emmené .. leur neuf .. neuf chevaux et neuf mulets.

25.2 VouvryM2:

-